Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Vidéo : vaincre les obstacles
  • Plusieurs attitudes sont possibles devant nos enfants en difficulté à l’école. Ces difficultés sont souvent révélées par celle-ci et non crées par elle disent les enseignants. Cependant elles existent et la scolarisation ordinaire a peu de chances de pouvoir arranger les choses sans une aide adaptée à la situation : projet individuel, soutien scolaire, etc… Dans certaines classes cela s’avère impossible.
    Le fait que des parents s’occupent des apprentissages de leur enfant est une magnifique attitude d’accompagnement et de réparation. (Réparation de leur rôle de parent dont ils se sont fait souvent déposséder, de la confiance en lui de leur enfant et du plaisir d’apprendre.) Ce rôle éducatif n’est pas tout à fait inné, et ne s’acquiert plus trop par tradition ; il demande une réflexion et de l’implication.
    Hélas on comprend trop tard parfois ! Quelques jalons tels que Rémy les place sont appréciables et peuvent nous éviter pas mal de déceptions. Puis surtout essayons d’accepter nos enfants tels qu’ils sont, ne cherchons pas à en faire « des bons élèves » à tout prix, acceptons leurs rêveries, leur nonchalance, leur rythme. Acceptons qu’ils puissent être heureux en étant bergers ou bûcherons !
    Je parle depuis mon expérience de psychomotricienne dans l’éducation nationale, de mère de famille et de grand-mère de huit petits-enfants. Je participe à ce blog à l’invitation de Rémy et parce que l’éducation des enfants et les gros problèmes de l’éducation nationale me touchent beaucoup.

  • Anne-Marie,
    Je ne sais pas ce que vaut mon conseil mais je trouve efficace de séparer les enfants dans l’espace (chacun sur une petite table ou dans des pièces adjacents) à certains moments ; de leur fournir un petit travail ou une petite activité à réaliser lorsqu’ils ont fini leur exercice et/ou qu’ils m’attendent, des jeux éducatifs par exemple, qui les occupent en attendant que je « tourne »: Et si je me fâche, au moins, j’ai pour règle d’or de ne pas insulter l’enfant, c’est à dire de ne pas le qualifier : au pire, si je suis trop énervée et que ça va sortir tout seul, je fais une pirouette et je qualifie leur attitude et non leur personne, ou je les traite de quelque chose de cocasse (style injure du capitaine Haddock), ce qui détend invariablement l’atmosphère et ne les vexe pas. Ce n’est pas une attitude parfaite mais c’est un dérivatif acceptable.

    • Injures à la Haddock, très bien. Les fausses colères sont bonnes. Le général Bugeaud avait une casquette qu’il piétinait, c’était évidemment une casquette faite pour ça, il en avait une autre pour la parade. Comme quoi le jeu a une grande importance dans les rapports humains.

  • Bonjour Sarah et bienvenue, c’est une chose importante d’évaluer le temps que vous avez dans la journée et votre capacité à vous réserver des moments de repos, et même une journée par semaine ou à défaut tous les 15 jours; c’est vraiment à déterminer pour prendre une bonne décision.

  • Nous aurions parfois bien besoin de vos services… Bienvenue !

  • Aurélie dit :

    Bonjour et merci de votre investissement envers toutes ces personnes en plein doute.
    Je suis maman de 6 enfants, de 18 mois à 12 ans. Notre décision de faire école à la maison est toute récente, nous travaillons à présent sur l organisation. N empêche qu il ne passe pas une journée sans que je doute. Essentiellement je me demande si je le fais vraiment pour eux, ou plutôt pour moi… Eux semblent heureux à l école. Mais avec mon mari, nous aspirons à mieux, à plus adapté pour eux. Est ce égoïste?

    • Bonjour Aurélie, en fait même si vos enfants ne demandent pas spécialement de changement, ce que vous faites est d’abord pour eux, selon vos exigences. Vous avez une vision qu’ils n’ont pas. Ils sont très bien comme ça, bien sûr, puisqu’ils ne connaissent pas autre chose. Et vous, vous savez qu’il y a autre chose, une qualité, qui est possible.
      Vous savez qu’il y a une étude très récente qui montre que les femmes sont plus souvent freinées par le doute. Soyez confiante. Vous allez donner quelque chose qui vous sautera aux yeux très vite quand vous verrez vos enfants à côté des autres, qui sont restés à la maison. Regardez la vidéo avec Eric et de Delphine ici: https://l-ecole-a-la-maison.com/ecole-a-la-maison-l-entrevue

  • Bonjour Messaoud et bienvenue.
    C’est une question centrale que vous posez. Il faut que vous ayez les moyens de faire l’école à la maison. Dans certains pays, vous pouvez faire cours à un groupe d’enfants pour vous financer. Dans d’autres, un blog peut vous permettre de vivre sans aller au travail. De toute façon, il y a lieu de faire un travail sur cette question et un coach peut vous aider à trouver la réponse. Il y a une réponse, reste à la mettre en place. Elle dépend de vous.
    Nous serions heureux de connaître les autres réponses que pourraient vous apporter d’autres parents.

    • Bonjour,
      je suis confronté également à cette difficulté. Mon fils de 5 ans aurait bien besoin de l’école à la maison et personnellement j’ai très envie de franchir le pas, mais comment » faire bouillir la marmite » en mème temps ? Travailler à temps partiel, c’est possible pour certains ; le conjoint peut travailler, encore faut-il avoir des qualifications et décrocher un poste… La question me parait insoluble.

      • Rémy et Cécile dit :

        Cette question doit faire l’objet d’un développement séparé. Ce n’est pas insoluble ! Tout est à votre portée. Simplement vous ne le savez pas pour l’instant, pas plus que nous-mêmes le savions avant de changer nos propres parcours. C’est là que le coaching est pertinent, Claude. Vous savez que déjà beaucoup de choses ont changé. Est-ce que vous mesurez le chemin parcouru, le vôtre. Eh bien, il reste à transformer l’essai. L’histoire est celle des acteurs de leur vie.

  • Héloïse dit :

    Héloïse, Neuvy st Sepulchre,36, Tout est interessant dans cette video, il est vrai qu’il faut « encaisser » plusieurs informations d’un coup, mais c’est rassurant d’entendre certaines choses sur lesquelles j’ai pu avoir des doutes.. J’ai hate de voir la prochaine video et d’avoir quelques conseils pour un futur quotidien plus concret, Merci.

  • Bonjour Anne-Sophie,
    question fréquemment posée: comment obtenir le calme et faire asseoir ? C’est possible à moins qu’ils sentent que vous n’y croyez pas, en fait. Car ils « vous reflètent et sentent tout ». Si c’est le cas l’autorité ne marchera pas, il faudra un temps d’acclimatation et ruser. On ira progressivement. Faites asseoir le premier jour pour 2 minutes, puis le lendemain pour 3, et ainsi de suite. Ils resteront le temps qu’ils pourront mais si vous les occupez, ils vont peu à peu s’y faire et rester. On en parle dans plusieurs articles avec des méthodes éprouvées: vos enfants sont comme les autres. Ce qui marche avec les autres marchera avec les vôtres. Grand merci pour vos messages très sympas !

  • Grand moment ! Ne soyez pas anxieuse. Du tact et du sourire à la mairie. Montessori excellent. Et merci pour votre appréciation, ce sera important que vous le manifestiez en cliquant sur les étoiles, les j’aime etc (quand disponibles).

  • Bonjour,
    Je m’appelle Anna, cette vidéo est très encourageante. Nous habitons le Québec et je me demande si il existe des cous par correspondance en accord avec les exigences du ministère québécois de l’éducation. À écouter vos vidéos, cela semble être un outil très pertinent qui aide considérablement à structurer les journées!
    Mon travail est irrégulier, je suis artiste-musicienne et travail avec mon mari. Lorsque nous avons un contrat, nous partons tous les deux! À la longue, comment peuvent se sentir les enfants ? Nous leurs demandons d’être ponctuels et de respecter un horaire alors que nous,les parents, le modifions au gré de nos contrats? Serait-il plus sain que je renonce à mon métier pour m’occuper entièrement d’eux? Cette question me trouble beaucoup, parce que j’adore mon métier, mais j’adore aussi mes enfants!

  • Excellente question ! Oui, si vous montrez un modèle, comment espérer que les enfants en suivent un autre ? Eh bien rassurez-vous: les enfants comprennent très bien, à condition de leur expliquer. « Papa et maman ont un travail qui leur demande de changer tout le temps d’heures, ce n’est pas facile, si on pouvait avoir des heures plus régulières ce serait plus facile, mais quand ils sont au travail, ils respectent autant que possible les heures. Et toi, tu es un enfant qui apprends, tu dois respecter des heures. Comme ça, plus tard, si tu dois changer d’horaires, eh bien tu seras toujours capable de te remettre dans des horaires réguliers. »

  • Bonjour à vous, merci pour votre appréciation ! cette attitude est naturelle chez l’enfant, il a besoin de s’affirmer; et en ce cas nous allons employer quelques techniques qui vont l’amener à être motivé parce que la motivation est centrale. L’important pour lui est d’avoir l’impression de choisir sa voie et comme on ne peut le laisser choisir tout lui-même, on va l’amener à choisir une manière de faire et une matière qui est celle qu’il préfère. On va l’amener à accepter de travailler avec nous en commençant par les choses qu’il fera plus volontiers avec nous… ou seul d’ailleurs, s’il est vraiment braqué. Il ne sera jamais seul bien sûr, vous ne serez jamais très loin, mais il peut avoir l’impression de se gouverner tout seul si on lui laisse du champ, au départ. C’est vous qui pouvez évaluer si les choses peuvent s’améliorer: par la manière de faire le cours, par la choix de la matière, par le choix d’un endroit où travailler (par exemple à l’extérieur), sur la durée etc. Laissez-lui le choix de quelque chose, ce sera beaucoup plus facile. Nous avons plusieurs articles consacrés spécialement à cette question, notamment l’enfant et la concentration. A très vite.

  • Bonjour Agnès ! La relation au papa (ou à la maman dans le cas inverse) quand la question se pose est une question que nous abordons et qui demande plus qu’une simple réponse. Nous allons faire un article à ce sujet. Le maître-mot, c’est l’écoute: qu’est-ce qui est important pour lui ? Une fois qu’il aura dit tout ce qu’il veut, vous amènerez peu à peu tout cela dans votre projet d’école à la maison. Il est indispensable que ce à quoi il tient soit là. Et ça n’est certainement pas seulement le seul fait d’aller à l’école, il y a quelque chose derrière: veut-il que son enfant ne soit pas plus privilégié qu’il l’a été, ou qu’il en passe obligatoirement par le même parcours ? C’est très délicat. Posez des questions doucement et montrez que vous acceptez les réponses, que vous les comprenez. Vous essaierez de faire surgir le plus important: une générosité.
    Pour ce qui est des lettres en majuscules, en fait ce n’est pas très grave, les majuscules sont plus faciles à écrire que les minuscules, c’est pour ça que certains commencent par elles. Rappelez-vous qu’elles sont plus proches des lettres romaines, et sont donc antérieures aux minuscules. Les minuscules sont des dérivées des majuscules. S’il aime écrire ainsi, c’est déjà très bien. Il aura la curiosité d’écrire en minuscule le moment venu, ça fera « grand ». Soyez tranquille à ce sujet.

  • Bonjour j’avais laisser un commentaire mais il a disparu
    Je suis infographiste salariée à mi-temps j’habite à Anduze.
    Jusqu’ici je mettait ma fille de 4 ans à l’école que les matins et je m’occupais d’elle les apréms. Hier midi la maîtresse m’a « gentillement » grondé pour l’irrégularité avec laquelle je scolarisais Raphaëlle. Elle m’a expliquée que c’était compliqué pour elles de devoir rattrapé ou reprendre des notions spécialement pour ma fille ou ressortir tout le matériel. Ne cherchant pas à les surchargées (je respecte leurs travail ) je vais donc la mettre maintenant les aprés-midi ( moi qui voulait la mettre encore moins je fait l’effet inverse ! )

    Vous dites qu’il est possible de ne faire que « quelques cours ».. serait il possible alors de faire une « semi-scolarité » légalement ? je travaille à mi-temps pour une association je ne veut pas arrêter car je fait ce travail par conviction. y’a t’il des mamans qui ont leurs enfant à la maison mais qui ont gardés un emploi à l’extérieur…comment vous etes vous organisés ?

    Enfin je lis beaucoup de parents disant que l’ortophoniste à diagnostiqué leur enfant  » dyslexique, disorthographique etc… » Je vous conseil la lecture de ce petit livre  » des élèves malades de l’école » (sous titre : ,Dislexie, dyscalculie, dysorthographie, ça se soigne… orthophonistes, neuropsychiatres, Attention danger RITALINE ! « ) c’est le cris de colère et d’alarme poussé par une instit experimentée! Editions de Paris Evelyne thischardt ( c’est la lecture de ce livre qui m’a montré que l’école n’était plus adaptée pour nos enfant ) je le conseil il est rapide à lire et convaincant on sent le vécu. Une bonne formation pédagogique envolerai ces « maladies » selon elle, elle l’explique trés bien.
    Bon courage à tous
    A bientôt sur le site
    Nelly

    • « la maîtresse m’a “gentillement” grondé pour l’irrégularité avec laquelle je scolarisais Raphaëlle » C’est précisément le droit que les parents ont d’enseigner leurs enfants et il est dommage que les enseignants freinent. Plus on donne à un enfant, mieux c’est.
      Oui en effet nous sommes tout à fait d’accord avec Evelyne Tschirhart que nous citons et dont les travaux sont proches des nôtres. Vous le verrez par exemple dans un article tel : Autisme et dyslexie, disent-ils vrai ? L’enfant est mis en accusation tandis que l’école est responsable de ses lacunes. Une révolution qui demandera encore des décennies. Et les enfants ne peuvent pas attendre… Merci !

  • Il y a quand même un point (à part notre réponse que nous avons faite à l’autre version du commentaire): si vous travaillez avec votre fille, en principe vous dépassez les autres élèves ? Sauf si… ils travaillent sur des choses qui ne sont pas dans un programme intéressant et que vous ne feriez pas ?

    • Oui la maîtresse m’a dit qu’elle avait aucun souçi de retard dans les apprentissages, Raphaëlle est de fin d’année mais elle à toujours de très bonnes évaluations. Il faut dire qu’en maternelle c’est qd même chouettes les activités . Là le pb c’est plus la cours de récréé que l’enseignement…

    • je risque d’avoir le même problème car, pour ménager la chèvre et le chou, j’envisageais l’an prochain de scolariser mon fils de 4 ans et demi à mi temps.
      j’ai trop peur de braquer mon mari si je prends une décision de déscolarisation.

      • Rémy et Cécile dit :

        Le mieux sera que ce soit lui qui vous le propose…

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour à vous, ne paniquez pas, comme vous le verrez, vous irez progressivement, avec un progrès chaque jour, sans vouloir être parfaitement à niveau tout d’un coup. Vous pouvez commencer par l’organisation, dans la vie quotidienne tout simplement. Puis, vous réfléchirez à la manière dont vous feriez les cours. Et ainsi, en progressant de réflexion en actes et d’actes en réflexion, vous atteindrez votre but. Pensez à échanger avec de jeunes mamans qui viennent de s’y mettre, je pense à Anna, sur le forum, et qui écrivait un peu des choses comme ça il y a encore quelques semaines.

  • Gaudry isabelle dit :

    Bonjour , je suis ravie de vos vidéos tellement criantes de vérités ! Voilà j ai décide de faire classe à mon fils clément 7ans qui a des troubles envahissants du développement ! Comme l éducation nationale ne pourvoie pas a un nombre suffisant de cliss Ted! La question que je me pose est : vais je faire mieux que l enseignement classique! Votre méthode peut elle m aider?
    Merci beaucoup
    Isabelle

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Isabelle, oui, certainement, vous ferez mieux, car en réalité vous n’aurez pas le programme et les méthodes… qui sont liées aux « troubles envahissants du développement », troubles dont l’origine première est exclusivement pédagogique et non médicale. Oui, assurément nous allons vous aider, vous allez trouver ici de l’aide, il y a beaucoup d’anciens enfants « TED » qui se révèlent sans le moindre trouble aujourd’hui. Nous ne sommes pas magiciens, nous employons le bon sens: aider les parents à donner à un enfant ce dont il a besoin. Et un enfant a besoin de beaucoup de choses, plus il croît plus il a de besoins. Or, l’école ne répond pas à cette demande de l’enfant. Nous allons juste, avec vous, remettre les choses dans le bon ordre et rétablir le don à l’enfant.

  • Rémy et Cécile dit :

    Avec plaisir Anne-Marie !

  • Rémy et Cécile dit :

    Il y aurait un moyen simple de savoir. Demandez-lui ce qu’il penserait de faire l’école à la maison. A sa réaction, vous saurez si c’est l’école qui pose problème.
    En général dans ce type de situation, la première chose à faire c’est de débroussailler la raison.

    • caroline dit :

      merci, je vais en parler avec lui, je vous tiens au courant.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bien reçu. Ce sera notre mission !

  • lamia educatrice specialisée dit :

    bonjour je suis ravie que l’on m’ait transmis votre site plus je regarde vos vidéo plus j’ai envie de faire l’IEF mais comment faire pour que ce rêve deviennent réalité sachant que j’ai 3 enfants le premier agé de 5 ans et demi la cadette âgée de 3 ant et demi et la dernnière âgée de 2 ans. ils sont proches comment faire pour que cela ne soit pas le chahut. autre question comment convainvre mon mari qui est frileux lorsqu’on aborde cette question de ne plus aller à l’école.

    je vous remercie de tout votre votre travail

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Sabrina, pour ce qui regarde le budget, l’école à la maison vous coûtera très certainement moins cher. Pour le niveau, ce ne sera pas un problème, vous le verrez. Ensuite les questions de motivation (l’envie ou non d’apprendre par cœur) reposent sur celles du plaisir d’apprendre. Vous avez raison, le confinement produit des disputes, c’est le fait d’être tout le temps ensemble qui leur rend la situation difficile. Et oui, ils retourneront naturellement vers l’école si le moment en est venu.
    Il y a eu une grande évolution des cours à distance depuis dix ans.

  • Catherine dit :

    Bonjour,
    Je regardais internet pour me documenter sur la méthode de Maria Montessori, lorsque j’ai vu une de vos vidéo, cela a été un déclic pour moi. J’ai des jumeaux (un garçon et une fille) de 4 ans. J’ai pris un congé parental et m’en suis occupé pendant 3 ans. Ils sont rentrés en PS de maternelle en septembre 2012 (puisqu’ils sont nés en janvier). Ils faut que je précise qu’ils sont très sociables, que pendant ces 3 ans ils ont été en contact avec d’autres enfants et adultes , puisque nous faisons partis d’association artistique, théâtre. Nos enfants sont calmes à l’écoute. Donc à l’école tout semblait bien se passer lorsque durant cette année scolaire, successivement, 3 problèmes sont survenus entre l’école et nous. (trop long a expliquer). Un manque total de COMMUNICATION, alors que nous venions les chercher tous les jours, et nous discutions avec eux, il ne semblait pas alors qu’il avait le moindre problème! En fait d’être jumeaux est semble t-il pour eux un problème, la différence dérange. La complémentarité des jumeaux est structurantes, surtout que les notre s’entendent bien, ils n’interférent pas entre eux. Ma fille pleurait tout les matins, ne voulant plus aller à l’école, se mettant à genoux pour me supplier !! Mon fils intériorise plus les choses. On les a retirés avant la fin de l’année. Maintenant nous venons d’apprendre que l’école ne veut pas les mettre dans la même classe! Pour finir, je souhaiterai de tout cœur faire l’école à la maison, mais comment faire puisque je travaille, j’aimerai me consacrer à 100% pour eux, ils sont la prunelle de mes yeux, je suis perdue et souhaiterai trouver la solution pour ne plus travailler en dehors de chez moi et être auprès d’eux….mes ce n’est qu’un rêve et je ne vois pas la sortie….

    • Rémy et Cécile dit :

      Vraiment, lorsque un enfant vous supplie, il faut le retirer de l’école. Bravo d’avoir eu le courage de le faire.
      Mais comme vous le dites, comment ensuite gagner sa vie ? Il y a des solutions. Et peut-être qu’avant de faire l’école à la maison on peut explorer d’autres solutions ? Cela passe par une bonne conversation sur vos capacités propres. Vous pouvez gagner votre vie autrement. Beaucoup de gens s’y mettent. Cela demande un plan. Envoyez-nous un message, d’accord ?

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonsoir Christelle,
    c’est bien sûr la bonne question, celle qui est la clé d’une nouvelle vie aussi.
    Ce que nous pouvons vous conseiller c’est de regarder ce qui se fait en terme de travail sur internet: blogs etc.
    Il y a plein de choses à faire.
    L’immobilier sans mise de départ (voir Olivier Orban), ça marche bien.
    On peut en parler si vous voulez.
    Et puis regardez tout ce qui concerne la diminution des dépenses: électricité, essence… Il y a la moitié des dépenses à économiser.
    Assurances, frais divers… Santé. Pour vous donner un exemple, à 9 nous avions un budget courses mensuel de 600€.
    ça vous donne une idée ?

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonsoir Catherine, regardez la réponse que nous venons de faire à Christelle. Et oui il y a des associations IEF dans l’Eure, regardez sur le net, et posez la question sur le forum aussi.

  • bonjour j ai 2 enfants 10 le garçon et 7 la fille .le garçon depuis sa scolarité c difficile . sans mon consentement ils sont fait des test phycologie .les nerfs!
    il n ont trouver aucun problème mais il m on conseiller s d aller voir un médecin car trop timide ..difficulté scolaire …depuis on a travailler ensemble a la maison s a aller beaucoup mieux .la façon donc je lui explique il comprend mieux .je l ai dit a sa maîtresse .elle l a pris de haut elle me dit j ai des étude derrière!!!!
    mais j aimerai ne plus les mettre a l école ma fille avais des crampe o ventre avant d aller a l école mon fils était emmerder dans la cours tout les élèves le savaient il a fallu que je fasse une sortie avec les élevés pour qu il me le disent! et puis les enfants m aime pas l école mm le 1 er de la classe.pour l instant je travailler pas comment géré un travail car la vie devins chère et 1 paye ne suffit pas .combien heure par jour faut a l enfant en sachant que j en ai 2?
    désoler pour les faute mais j apprend tout les jour avec me enfants!
    merci

    • oui g été durement maltraitée par le principal du college, car pour le bien etre de mon fils, il fallait changer de cadre, de système et donc naivement j avais parlé de cours par correspondance; olala!! oui je ne savais pas que je faisais concurrence avec ces professionnels de l enfance!!non vraiment ; quel betise!! quel est ce » regard froid  » qu ont bien decrit nos grds freres du nouveau monde!!
      quel rapport de force lamentable avec des adultes infantilisant les parents, !!comment voulez vous que nos enfants soient traités d’egal a egal, si nous meme, parents dignes et respectables , ne sommes pas respectés par les instructeurs de nos enfts??

  • Bonjour, merci cette vidéo nous donne du courage pour poursuivre notre démarche.
    Je vais vous résumer notre situation…
    Notre premier fils va avoir 5 ans, il sort de deux ans d’école Montessori. Nous avions choisit une pédagogie alternative car nous n’étions déjà pas très chaud pour ce qui se pratiquait à l’école dite classique. Première année (il n’y allait que le matin) impeccable.Puis la deuxième année a été une catastrophe. Pédagogie ou éducatrices, la n’est pas le débat, toujours est t-il que nous ne pouvions pas continuer comme cela. Il a subit la violence d’un plus grand, et l’injustice ou l’incompréhension des adultes. Bref nous lui avons fait une promesse : plus jamais cela, et nous lui avions trouvés une école qui semblait répondre mieux a ces besoins (il est à haut potentiel). Son frère rentrait en maternelle et lui au CP. Puis coup de théâtre, cette école nous annonce 15 jours avant la rentrée qu’elle est en liquidation judiciaire et ne fera pas la rentrée de nos enfants.(sans compter l’argent investit pour rien) nous sommes dépités ! Comment expliquer à notre grand qu’il n’y a plus cette fameuse école dans laquelle il a mit tant d’espoir et qu’en plus il rentrera en maternelle avec son frère et non au CP, puis au plus petit qu’en fait il n’y a plus d’école pour le moment (lui qui semblait fier de suivre son frère…). Puis cette idée sortie du placard a laquelle nous avions déjà pensé mais sans croire que c’était faisable : L’école a la maison !
    Je devais rechercher un travail car je viens de fermer une boutique de maternage, je crois que c’est une chance qui s’offre à nous, je suis de nouveau disponible à temps complet. Matériellement c’est donc faisable.
    Ils sont encore petits et nous voulons testés pendant 1 an mais il y a encore pleins de doutes et de questions, en suis-je vraiment capable. Un gros soulagement tout de même de savoir que nous n’allons pas les rentrer a la première école venue sous prétexte qu’il faut qu’ils rentrent à l’école. Nous en avons discutés avec eux, le plus grand est ravie et le petit ne semble pas encore vraiment comprendre car il n’a pas fait l’expérience de l’école. Le gros doute qui subsiste : Pourquoi je ferais mieux que les autres, et surtout es-ce qu’ils seront vraiment mieux avec moi qu’a l’école entourés de gens qui ont l’expérience et de leur camarades ?

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci de ce message. Vous avez donc une possibilité et c’est une chance formidable pour vos enfants que cette suite de fâcheuses circonstances. Vous serez très certainement capable mais si vous le voulez, regardez les articles ou vidéos qui en parlent, vous les recevrez dans les prochains jours. Les enseignants ont une expérience, mais ce n’est qu’une expérience parmi d’autres et vous aurez la vôtre. Oui, les enfants seront mieux, si toutefois vous ne tombez pas dans les pièges classiques pour les parents qui font l’école à la maison et qu’ils évitent très rapidement, avec un peu de conseils. Déjà vous en saurez plus dans une semaine, si vous nous suivez. Ayez confiance en vous-mêmes (parents et enfants) et en tous ceux qui peuvent vous aider!

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Anne-Marie, non vous n’aurez pas besoin de payer des cours particuliers. Voyez l’article appelée « Langues étrangères ». Vous avez skype ! et d’autres outils. Vous aurez le niveau en général car vous n’allez pas faire cours mais plutôt apprendre à votre enfant de faire son cours, lui apprendre à apprendre. Vous n’êtes plus dans la même position, vous allez lui donner une autonomie. Et puis sachez que les cours sont très bien faits, vous n’êtes que répétiteur. Voilà ! 🙂

  • Rémy et Cécile dit :

    Si vous voulez parler des cours, nous en parlons dans l’une des prochaines vidéos.

  • Rémy et Cécile dit :

    Alors là, c’est un frein qui va être facile à débloquer. Il y a pas mal d’excellents supports. On le voit dans « Le choix du Cours ». A très vite.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Caroline, concernant les inspections nous en parlerons très vite. Elles ne sont pas un problème, comme on le verra. Un article en vidéo y est consacré, vous le verrez bientôt.
    Pour ce qui concerne le cadenas, oui, il faut attendre qs secondes si vous ne cliquez pas sur l’une des icônes.
    A demain !

  • Sylvie, maman à la maison d’enfants de 8, 6 et doucement vers 2 ans, Belgique.
    Merci 1000x pour cette seconde vidéo. J’adore le fait que certaines phrases soient écrites durant la vidéo! Ca me facilite beaucoup le fait de prendre quelques notes et de mieux être attentive! :0)
    Merci beaucoup aussi aux autres (futur-)parents, enseignants, de réagir ici et permettre ainsi de recevoir déjà pas mal de réponses à nos questions.
    Ma question maintenant est un peu particulière… Nous vivons à 5 dans un petit espace qui est en réalité une habitation (type yourte) mais que mon mari (menuisier) et moi avons fabriquée nous-même, cela pour dire que nous vivons donc dans une grande pièce commune en fait. Les enfants ont une petite chambre séparée mais trop petite (car dans la pente de toit, style mezzanine, donc ouverte) pour y mettre un bureau et pouvoir y travailler… Nous allons donc devoir fonctionner avec le fait que chaque bruit, parole, et l’agitation de notre petite puce qui jouera aussi durant ce temps…) sera partagée avec les autres… Est-ce gérable? … Il le faudra bien. Mais auriez-vous des idées, conseils pour limiter les désagréments que cela peut être?

    Merci pour tout ce soutien, les conseils précieux, quel plaisir!
    Bonne journée!

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Sylvie,
      alors vous allez fonder une horde (au sens originel du mot mongol) !
      En effet, la promiscuité va être un frein si un ordre (traditionnel ?) n’est pas de mise, aussi pouvez-vous songer peut-être à employer l’extérieur pour que la plus petite joue, avec un pan relevé de la yourte (on devrait dire ger en fait car la yourte est l’ensemble du campement en mongol 😉 de manière à avoir un œil sur elle. Mais en hiver, ça va être impossible bien sûr.
      Tenez-nous au courant car vos solutions seront alors très intéressantes. Il faudra certainement une assez haute exigence entre vous tous, donc une émulation et une concentration. A très vite.

  • Violaine dit :

    Merci Rémy et Cécile et bravo pour tout ce que vous faites et expliquez de votre parcours !

    Ma tante m’a envoyé le lien de votre site, enthousiasmée par la justesse de tout ce que vous montrez.
    Cela fait du bien de découvrir des personnes qui pensent la même chose que soi sur l’école et l’enseignement en général…

    J’ai été « nounou » 10 ans. J’ai vu les dégâts des méthodes actuelles sur un enfant précoce, le désarroi ou au moins l’ennui de quasiment tous les enfants que j’ai gardé et accompagné dans leurs devoirs pendant ces 10 années.

    Si j’ai choisi de m’abonner, c’est pour aider ma réflexion sur ce que je voudrai pour mon enfant. Ce n’est pas pour tout de suite car je suis actuellement enceinte , mais voir la détresse de tous ces enfants a été presque un traumatisme, voilà pourquoi je me penche sur le sujet aussi tôt.

    Grâce à une amie qui a déjà fait toute l’école primaire à ses 2 enfants (dont un est dyslexique et dysorthographique (( …courage à toutes les mamans qui sont dans ce cas !!! vous pouvez y arriver !!! c’est votre instinct et la connaissance de votre enfant qui sont les meilleurs guides pour arriver à la réussite!…)) ) j’ai découvert cette belle aventure de l’école à la maison. J’avais besoin d’en savoir bien plus par moi même pour me préparer sereinement.

    j’ai aussi plusieurs personnes de mon entourage qui ont de grandes difficultés avec leurs enfants que leur maîtresse « accuse » d' »être le problème ». Elles me demandent des conseils car j’ai fait beaucoup de soutien scolaire. Je voulais donc découvrir ce que vous proposez, pour le leur présenter, leur donner envie de vous contacter par elles-même, car la plupart sont à cent mille lieues de penser à l’école à la maison.

    Voilà mon cas.
    Merci encore pour votre travail qui est clair et attrayant.

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci beaucoup pour ce beau témoignage et votre encouragement aux mamans. Vous faites très bien de penser à vous préparer, c’est le meilleur moyen d’être vraiment prête le moment venu plutôt que d’être débordée au dernier moment. Vos amies sont les très bienvenues ! (PS: et oui, pour beaucoup d’enseignants, c’est l’enfant qui a un problème, hélas… nous ne dirons jamais assez que ce n’est pas le cas).

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Maryam,
    la question de l’organisation et les activités diverses est bien sûr largement traitée dans notre accompagnement. L’imagination est au pouvoir, mais il y a aussi des petits livres intitulés « mille idées de jeux les jours de pluie », « mille idées d’activités à l’intérieur » etc. Vous pouvez commencer à regarder sur le net, il y en a pas mal d’occasion normalement. Vous le verrez. A très vite.

    • Bonsoir,

      Merci beaucoup pour tout ces renseignements et pour votre disponibilité.

  • Rémy et Cécile dit :

    « Ma plus grande crainte : que ma fille regrette le temps où elle allait à l’école et se lasse de passer tout ce temps avec sa maman…  »
    Bonsoir Agnès. Bien sûr ! Et c’est ce qu’on va absolument éviter. Il y a plein de choses possibles…

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Stéphanie, il y a bien sûr des arguments et surtout des choses à faire pour que l’enfant ne soit pas sans ami. Car c’est vital pour lui.
    Par ailleurs, il n’est jamais trop tard. Oui, vous serez capable si vous le désirez vraiment. Merci de votre commentaire.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Louis et Pauline, il n’y a d’urgence que pour les plus de 5 ans, en fait, car c’est l’âge où les apprentissages sont les plus bénéfiques. Suivez bien les vidéos de démarrage.

  • Aurélia dit :

    Je suis mère au foyer de 4 filles et nous faisons la garde partagée (1 semaine sur deux) avec leur père duquel je suis séparée. Étant tout deux d’accord pour prendre en charge l’éducation de nos 2 plus jeunes filles (GS et CE1) sur le temps qui nous est impartit, la question que je me pose c’est faut-il s’appuyer sur les objectifs à atteindre à chaque niveau scolaire pour orienter l’apprentissage ? Je pense que les futures vidéo m’en diront un peu plus. Autre question, est-il possible de faire l’école en plein air quand le temps s’y prette et que des petits bouts ont besoin de se défouler à l’extérieur (le bruit se fait moins gênant!) par exemple ou qu’un cours de science avec observation s’improvise ? Un grand merci pour votre générosité.

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci Aurélia pour cette question. Non, nous ne conseillons pas de fixer des objectifs, le plus important est de partir de là où est l’enfant et de suivre un rythme basé sur sa compréhension et sa progression. C’est le seul moyen de le garder motivé. Oui, en effet, les vidéos en parlent. Oh ! oui, faire l’école dehors est très indiqué, parfois même quand le temps ne s’y prête pas ! (dans la neige par exemple, le cours peut consister tout simplement à écouter le silence, observer les bleus pâles et les blancs de la neige, les flocons…

  • « Quelles sont les années les plus favorables à l’école à la maison? » Vos enfants sont encore jeunes, Marion et Rémy, vous pouvez commencer à leur donner des choses mais sans que ce soit « scolaire ». Il y a plein de choses à faire. A partir de 4-5 ans, c’est bien de commencer. Mais même sans parler d’instruction, le plus tôt on s’occupe d’un enfant, le mieux c’est. C’est moins pratiqué au lycée mais il y a des exemples célèbres.
    Oui, il y a beaucoup de « troubles » des enfants qui sont surtout à l’origine des troubles de l’école qui ne sait plus enseigner, hélas…
    Heureux que vous ayez cet enthousiasme ! A très vite.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bien reçu, et tout à fait juste Eric. Nous allons répondre très vite à cette question mais si les deux travaillent, c’est impossible. Ce cas est en fait le seul qui rende la chose impossible.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Céline, vous savez, l’enfant peut réussir à ingérer pas mal, de plus en plus en fait, mais si vous pensez que c’est trop, il y a plusieurs cours par correspondance qui vous permettent de moduler. La quantité n’est pas importante, ce qui compte c’est la qualité et c’est par elle que vous pourrez progressivement lui permettre davantage au fur et à mesure. Pour tout vous dire, c’est en fait une question de progression, vous avez ce sentiment parce qu’elle a du mal pour l’instant, mais si elle était capable de tout apprendre en quelques minutes, et en redemandait, vous ne penseriez pas qu’elle travaille comme une usine, n’est-ce pas ? Il va donc falloir travailler très en douceur, progressivement, sans chercher à faire des quantités, à aller jusqu’au moment où elle voudra s’arrêter. Voilà la meilleure façon de démarrer. A très vite.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Mathilde, si vraiment votre fille a un gros problème avec l’école, il faut songer à une autre solution, vous ne pouvez pas la laisser souffrir.
    Nous parlons bien sûr du temps et de l’argent dans la formation, il y a divers moyens de gagner des sous sur le net, donc en restant chez soi. A très vite.

  • Rémy et Cécile dit :

    C’est une parole très bienveillante que vous devez avoir, un peu solennelle. Quand votre décision est prise, vous l’annoncez à tout le monde. Il est important que vous disiez à l’avance (le matin par exemple) que vous avez une annonce à faire, car plus ce sera sérieux, moins les garçons le prendront à la légère. Ensuite, vous commencerez par parler de leur cas et pourquoi leur cas est différent. Ensuite, vous expliquerez avec suffisamment peu de mots comment ça va se passer pour leur sœur. L’excès d’explication ne peut que nourrir des arguments inverses. Et puis il est important enfin qu’ils sentent que vous avez prix une décision ferme et que ce n’est pas négociable, si du moins là est votre crainte. Maintenant, il faut que vous soyez sûre de vous et que votre plan soit au point. A très vite, Isabelle.

  • Véronique P. dit :

    Bonjour,
    Je m’appelle Véronique, et vis à Toulouse. Je suis mère au foyer et psychomotricienne à temps partiel, mais je viens de donner ma démission car je travaillais le samedi et que c’était trop lourd pour ma famille.
    Nous avons 4 enfants tous « diagnostiqués » précoces (sauf le dernier pour l’instant…)
    Notre aînée a 11 ans, est en 6ème et adore l’école ! Elle râle quand les vacances durent plus d’une semaine (si, si ! Y’en a des comme ça aussi !!) Notre second vient d’avoir 10 ans et est aussi en 6ème. C’est lui qui me réclame lIEF depuis des années. On touche du doigt avec lui le fait qu’on demande à nos enfants de trentrer dans un moule et que s’ils n’y parviennent pas, ils ne peuvent pas être heureux. Le troisième a 8 ans et est en CE2. Il n’aime pas l’école, pourtant ça se passe relativement bien; mais je crois qu’il prend beaucoup sur lui pour rentrer dans ce fameux moule. Et le dernier a 4 ans, est en GS de maternelle, et râle tous les matins quand il faut aller à l’école. J’ai l’impression de voir n°2 depuis qu’il a qq mois et je vous assure que c’est hyper angoissant (si, si !!)
    Aucun doute: si je propose l’IEF à n°2, n°3 et 4 vont me le réclamer aussi !! Je n’y vois aucun inconvénient si ce n’est:
    – n°2 et 3 ont un très gros pb relationnel depuis environ 1 an et ne se supportent pas. C’est vraiment très difficile à gérer et à vivre au quotidien. Nous sommes en train d’essayer de comprendre pourquoi et d’y remédier… mais en attendant, j’ai trop peur des disputes toutes la journée pour leur faire l’école à la maison à tous les 2. N’hésitez pas à me faire part de votre expérience et de vos conseils !
    – Vous dites que l’IEF est moins cher, et moins fatigant que l’école classique. je vous crois sans problème, mais profite-t-on des mêmes bénéfices, est-ce toujours vrai si l’on fait l’IEF pour certains de nos enfants alors que leur(s) frère(s) ou soeur(s) continuent une scolarité à l’extérieur ? Car notre aînée ne veut pas de l’IEF.
    – Enfin, j’ai beaucoup de mal à passer du statut de mère à celui de femme. Comment faire pour être mère toute la journée tout en sachant se consacrer du temps (sans culpabiliser), et surtout savoir aussi en accorder à son mari le soir sans le faire passer toujours après les enfants; et tout ça dans la joie et la bonne humeur ? 😉 Cécile, je suis preneuse de vos conseils !!
    Encore merci pour ce site.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Véronique,
      « – n°2 et 3 ont un très gros pb relationnel depuis environ 1 an et ne se supportent pas. C’est vraiment très difficile à gérer et à vivre au quotidien. Nous sommes en train d’essayer de comprendre pourquoi et d’y remédier… mais en attendant, j’ai trop peur des disputes toutes la journée pour leur faire l’école à la maison à tous les 2. N’hésitez pas à me faire part de votre expérience et de vos conseils ! »
      Il y a des techniques dont nous parlons abondamment. Mais en attendant de les voir en détail, éloignez-les l’un de l’autre, qu’ils n’aient pas d’activité ensemble, que chacun soit valorisé (il y a une compétition de reconnaissance). Vous utiliserez aussi les moyens de la cohésion dont nous parlons, vous pouvez aller voir l’article qui en parle (La cohésion).
      Si vous avez des enfants qui continuent d’aller à l’école, vos économies seront moins importantes puisque vous avez les déplacements, les repas etc. Mais c’est une chose qui arrive: un à la maison et les autres à l’école. Il faut d’autant plus être précis et organisé. Nous en parlerons.
      Quant au statut de maman et de prof (et d’épouse), c’est très important si on ne veut pas être noyée, c’est là aussi un sujet à part entière, il faut bien distinguer et donc il y a là des attitudes à bien réfléchir. L’enfant doit savoir quand vous êtes enseignante et quand vous êtes maman et il ne se sert pas de la « maman » pour s’excuser alors qu’il a affaire à l’enseignante. Regardez l’article qui en parle et regardez dans ses commentaires, l’ensemble répond à tout !
      A très vite.

  • Isabelle dit :

    Je suis mère de cinq enfants entre 8 ans et 18 moi. Nous habitons à Bruxelles. J’ai commencé en septembre l’école à la maison pour notre deuxième, un garçon, en CE1. Il détestait l’école, quel que soit le système, privé sous contrat, école américaine, hors-contrat etc. Il est très heureux à la maison. Petit à petit, on est en train de vaincre ses problèmes de concentration. C’est un enfant très distrait (pensée en arborescence, neuro-droitier), mais curieux de tout. J’ai commencé par faire moi-même le cours avec essentiellement La CX9, mais j’ai reçu le matériel du Cours (CX1) et je dois dire que c’est un cours rôdé et je vais sans doute aussi m’en inspirer. En le lisant, on sent que les enseignants qui l’ont conçu, ont de la bouteille et beaucoup d’expérience.
    Enseigner à ses enfants est une école de patience très vertueuse, mais aussi très gratifiante. Le plus difficile est de pouvoir s’isoler avec l’enfant qui travaille quand on en a deux autres plus jeunes dans les pattes. Eux aussi veulent notre attention et font tout pour l’obtenir. Nerveusement, c’est parfois usant.

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci Isabelle pour ce message.
      « Enseigner à ses enfants est une école de patience très vertueuse, mais aussi très gratifiante »
      Voilà qui pourrait être inscrit en lettres d’or sur notre blog. Oui, Isabelle, Ô combien ! C’est une formation à part entière, un chemin de vie.
      « C’est un enfant très distrait » Hm. Vous avez lu l’article sur la concentration ? Vous verrez: il est toujours concentré. Mais ailleurs. Ce qui veut dire que pour l’instant, ce qu’on lui propose n’est pas captivant. Nous disons souvent aux mamans: soyez plus intéressantes que les petits oiseaux dehors. C’est tout à fait possible d’être passionnante. On n’ose pas, mais vous avez un sacré numéro à jouer, et qu’il adorerait. Et alors, il ne serait plus distrait. Mais lisez l’article et puis voyez ceux sur la concentration etc.
      (CX1) est excellent en effet.
      Pour ce qui est des deux autres, de la même manière, il y a des techniques.
      « Nerveusement, c’est parfois usant. » Voilà un grand souci que nous avons. Si l’enfant peut toujours y arriver, les parents, eux, ont souvent des faiblesses; nous voyons bcp plus de problèmes chez les parents, déboussolés et épuisés, que chez l’enfant. C’est donc sur eux que se fait le travail pour qu’ils donnent la bonne méthode à l’enfant ET qu’ils se préservent, qu’ils se fortifient même jour après jour. Il y a donc des règles à suivre, sans quoi on se met en danger, et l’enfant également. La bonne méthode vous préserve aussi, car un enfant mieux enseigné est évidemment beaucoup plus bénéfique pour ses parents, étant plus rapide, moins distrait, moins grognon.
      A très vite !

  • Bonjour
    Je suis médecin et habite le Maine et Loire et célibataire. Pour l’instant, la moyenne section de ma fille se passe bien (gros prboblème avec début de phobie en fin de petite section) C’est une petite fille très curieuse qui se passione pour l’Egypte et les dinosaures mais pas trop pour le programme scolaire. Par contre ja fais des ateliers à la maison qu’elle adore (2 après-midi par semaine elle est descolarisé ca rje suis à mitemps) je n’ai pas trop peur des ‘cours » à donner mais comment gérer l’IEF en travaillant à mi-temps? Qui a le droit de garder ma fille pendant que je travaille?

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Anne-Marie, le problème du temps et de l’argent, voilà en fait les seuls obstacles. Mais en fait, on peut faire différemment. C’est peut-être le moment pour vous de prendre un coach avec lequel vous allez voir comment changer ce qu’il faut pour une nouvelle organisation. L’argent ne sera pas un problème parce que nous montrons aux mamans comment gagner plus et dépenser (beaucoup) moins, c’est incroyable le nombre de trucs simples qui existent. Et puis il y a moyen de gagner de l’argent depuis son domicile, nous en parlons. N’ayons pas peur de nous fixer des objectifs en mettant d’abord de côté les obstacles. Nous verrons ensuite comment ces obstacles peuvent être contournés. Le plus important, c’est de faire le clair sur ce qu’on veut.
    Nous vous retrouvons dans nos prochains messages.
    Amitié.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Corinne, en fait, on est en principe que répétiteur, il n’y a donc pas forcément besoin d’avoir le niveau, les livres et documents sont largement assez complets. On apprend surtout à l’enfant à s’en servir. C’est là le secret.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Isabelle, on peut ruser, vous le verrez dans la vidéo « le choix du cours ». Par ailleurs, l’école à la maison va non seulement vous rembourser des frais mais vous faire gagner de l’argent 😉 Nous vous en parlerons très vite.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bienvenue Florence, puissiez-vous trouver le discernement. A bientôt.

  • Rémy et Cécile dit :

    Comment pouvez-vous changer l’avis de votre mari ? Nous ne pouvons que vous recommander de lui montrer une ou deux vidéos. Et en parler avec lui. Tenez-nous au courant.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Marie, vous n’aurez pas vraiment besoin de potasser les cours, heureusement. C’est davantage une disponibilité intérieure qu’il faut préparer. Apprendre la patience, entendre l’enfant. Les cours vous apprendront tout ce qu’il faut savoir, cela vous fera une super révision. Mais on va davantage travailler sur vous pour qu’en effet, vous soyez mieux organisée, moins stressée, moins fatiguée, avec plus de temps à vous. La suite ira en ce sens.

  • Rémy et Cécile dit :

    Il y a un petit travail à faire pour trouver la sérénité. Nous allons en parler.

    • callet marie-france dit :

      merci beaucoup je sais qu’il doit y avoir forcément une solution

  • de Saint Chamas Roseline dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce beau travail de réflexion que vous nous faites faire. En effet, cela fait plusieurs années que mon mari me dit d’essayer de faire l’école à la maison pour mes enfants… je ne suis pas arrivée à passer à l’acte à cause de déménagements, du quand dira-t-on dans le village (en effet, on était logés par la mairie et l’école à 50 mètres de la maison !). Mais à présent, on a déménagé dans une autre région et pour mon aînée, nous avons trouvé un collège hors contrat qui l’a sortie du marasme de l’école publique où elle était : quelle joie en effet de découvrir que notre fille a une excellente mémoire et de réelles capacités scolaires qui étaient complètement etouffées par l’éducation ?! nationale. Elle a retrouvé sa joie de vivre, de l’entrain auprès de vraies amies et surtout plus de contradiction ou de craintes avec notre éducation de parents chrétiens. Merci Anne Coffinier ! Pour notre second enfant qui est en cm2 cette année en public, la maîtresse est « une ancienne » et applique une vraie méthode de travail : le niveau est nettement meilleur que là où nous habitions. Cependant pour le collège, il devrait rejoindre celui de sa soeur : c’est très cher, c’est loin de chez nous, il nous faut trouver une seconde famille d’accueil. Mais comme vous le dites très bien, le prix en vaut la chandelle car c’est notre enfant !. Pour notre troisième enfant, je crois que je vais avoir recours à votre aide. Il passe en CM1 normalement en septembre 2014 mais je ne souhaite pas qu’il connaisse la maîtresse de son frère : elle est trop exigente en étant parfois hystérique, voire méchante. Elle a déclaré à mon fils que c’était une souffrance pour elle de savoir le matin qu’elle allait le retrouver devant elle pour la journée ?!. Le résultat c’est qu’elle se fait détester de mon fils qui est complètement stressé et remonté contre elle. Quelle bêtise…Donc pour notre troisième, je continue de me préparer avec votre troisième vidéo. Cependant il a des problèmes de santé qui sont un obstacle pour avancer dans son apprentissage : il ne respire que la bouche ouverte tellement il est allergique et se mouche tout le temps et fait des otites répétées… Bref, je continue de regarder vos vidéos. A bientôt.

    • Rémy et Cécile dit :

      Qu'(on puisse entendre de telles choses à l’école est consternant. Quelle incompétence et quel égoïsme ! L’école fait vraiment peur, parfois. Ces enseignants-là (et hélas jusqu’ici on disait qu’ils étaient très peu nombreux, nous craignons qu’ils soient bientôt une majorité, de la génération sans éducation) sont de vrais dangers pour nos enfants.
      Vous saluez Anne Coffinier avec raison, cette bonne amie a mené une grande oeuvre, nous lui avons fait en partie découvrir l’école à la maison.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Catherine, avant d’être dys ou hyper, vos enfants sont vos enfants. Nous commençons toujours par demander aux parents d’oublier cet étiquettes.
    Suivez les vidéos tranquillement, la mise à plat est le bon préalable.

  • bonsoir
    je m appelle Gaelle et suis maman de 4enfants (et bientot d un 5ème!).Une fille de bientot 19ans,en faculté de droits,un garçon de bientot 17ans qui a doublé sa seconde,une fille qui vient d avoir 15ans et se prépare à l examen du brevet (qui elle a doublé sa 5ème)…Mon dernier né a 20mois
    nous vivons près de Limoges en Haute-Vienne
    je suis actuellement en congé parental,situation qui devrait durer encore un peu…j ai une formation dans le domaine de l aide à la personne,une expérience d AMP et d auxiliaire de vie
    j envisage de faire l école à la maison,pour mes 2 derniers…pour l ainée la question ne se pose plus,la dernière refuse catégoriquement,mon grand me dit que s il avait su il aurait préféré car effectivement il a énormément souffert du système scolaire (et par effet de dominos,toute la famille avec)…je ne m’étends pas là dessus,il y en aurait pour 10pages et ceci raviverait la douleur des fraîches cicatrices que nous a laissés l expérience…
    merci pour cette vidéo…je m entends quand je vous écoute…ceci renforce ma détermination à faire autrement!!!
    l ensemble m a plu,c est très clair.j adore vos arguments sur la désociabilisation par l école;ce sont les termes que j ai employés pour répondre à ceux qui se servaient de l argument de la désocialisation pour me convaincre que l école classique est la meilleure des solutions,il y a 2jours à peine…j avais également ajouté que se sociabiliser c est instinctif,c est dans la nature humaine,nous sommes créés avec ce besoin;et que la famille c’est une micro société,les règles qui la régissent sont les mêmes que celles de la société, que, par conséquent, les règles inculquées à la maison seront celles appliquées dans la société (c est aussi ça l éducation) ,qu un enfant scolarisé à la maison ne se comportait pas comme un petit sauvage, se jetant sur ses pairs pour leur trouver des poux dans la tête (au sens propre du terme) dès qu il sortait de chez lui…bref,vous me confortez dans ma conviction

    pour l anecdote: j ai passé le concours d assistant social il y a presque 20ans…sujet: la sociabilisation par l’école…j ai été recalée
    était ce un signe (que je n ai pas su voir) ?
    j ai hate de connaitre tous les secrets de la réussite de l IEF

    • Rémy et Cécile dit :

      Recalée sur le sujet de la sociabilisation par l’école ! Vous ne deviez pas penser comme il fallait…
      Merci !

  • Quête de savoir dit :

    Bonjour,
    Je m’appel Jaouad et suis en seine saint dénis. Ma situation est exactement similaire a Sonia Zarfani et ai les mêmes interrogations qu’elle.

    Merci à vous.

  • Rémy et Cécile dit :

    Merci pour la question. Si l’avis de l’enfant va nous importer toute sa scolarité, nous allons décider en tant que parent pour ce choix car l’enfant n’est pas en mesure d’évaluer les bienfaits ou méfaits de la scolarité à l’école. C’est un choix qui appartient exclusivement aux parents.

  • Rémy et Cécile dit :

    Il n’est jamais trop tard… Panique ? Pourquoi ? Vous êtes mère, pleinement. Pensez aux générations qui vous précèdent, depuis des siècles.
    Parlons-en si vous voulez, vous pouvez nous écrire.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour ! Regardez sur la carte des familles pour voir si vous avez des voisins qui se sont inscrits récemment.
    Oui, vous aurez plutôt des ennuis en ne prenant aucun cours.
    Vous verrez la vidéo à ce sujet que nous vous enverrons. C’est le cours qui valide.

  • Anne (Sénégal) dit :

    Bonsoir,
    mon problème était le suivant: convaincre mon mari que je pourrrai faire l’école à deux de nos enfants, en CM1 et 6°, l’année prochaine.
    Ce soir, le enfants ayant vu que nous ne les réinscrivions pas à l’école où ils sont , ont demandé où on allait les mettre et mon mari a répondu : »maman fera l’école! » çà alors, sans m’en parler !
    joie, mais appréhension bien sûr de ma part.les enfants vont-ils suivre, et surtout, vont-ils m’écouter ?
    mais à regarder cette video, on est somme toute très encouragés dans notre démarche.
    j’ai l’impression que le soutien compte énormément dans la démarche qui est la nôtre, comme pour l’allaitement, il faut être entouré!

  • ahelya nandini danglades dit :

    Bonjour,
    Ahelya, mère au foyer et maman de 4 enfants âgés de 12, 10, 7 ans et 15 mois, Essonne.
    Je pense à l’IEF depuis mon tout premier bébé, mais sans plus du fait que tout ici est fait pour que les enfants aillent à l’école. L’école, l’école et rien QUE l’école!

    Puis cela s’est confirmé au fil de nos mauvaises expériences avec l’impression que l’école ne correspondait pas à nos enfants, surtout nos garçons.
    Cette année scolaire a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

    Je n’ai plus vraiment de question, grâce à votre travail et votre partage, mis à part la gestion sur le plan matériel, qui sera abordée je pense dans les jours à venir.

    Le grand préfère rester au collège pour le moment, cela peut se comprendre à cet âge.
    Notre 2e se tâte encore pour la rentrée en 6e; pour notre fille et bébé4 c’est déjà réglé: IEF!

  • Rémy et Cécile dit :

    « au quotidien, est ce réaliste? materiellement, nerveusement? »
    Bien sûr ! Mais il y a des trucs, une organisation et un état d’esprit à adopter. Au final, ce n’est que mieux car c’est la super maman ou le super papa qui émerge, bien plus fort que l’autre, l’ancien, qui était toujours épuisé, souvent à crier et… jamais vraiment heureux, n’est-ce pas ?
    « quand on est maman au foyer (malgré un bac +6 :p ), l’ecole est un lieu où on rencontre tout simplement d’autres adultes. j’ai un peu peur aussi de me retrouver tres seule face à mes zouaves. »
    N’ayez aucune crainte: les familles qui font l’école à la maison sont mieux insérées que les autres. Et nous vous dirons pourquoi, et comment faire.

  • cela s’ajoute à la question de juste dosage entre lâcher-prise quand ça ne se passe pas bien, et faire un minimum de travail tout de même pour avancer (j’en parlais dans mon précédent commentaire 😉 )

  • Abdelkader et Aïcha dit :

    Bonsoir

    Nous sommes une famille avec 3 filles de 4- 51/2 et 10 ans en région parisienne.

    Je travaille comme fonctionnaire et ma femme travail à la maison avec les 2 derniers qui ne vont pas à l’école.

    La grande est dans une école privée et ça se passe mieux qu’à lécole public.

    Toutefois, financièrement, ça nous coute minimum 250 euros / mois école et transport.

    Il n’y a pas de cantine dans cette école et les enfants apporte leur repas maison (un peu comme Tom Sayer ou la petite maison dans la prairie [c’est comme ça qu’on la vendu à notre fille 🙂 ]).

    Pour conclure, nous souhaiterions continuer à garder nos deux dernières à la maison car elles sont très heureuses à la maison et ont une vie sociale le mercredi matin à la salle paroissiale de notre ville et elles sont très à l’aise avec les autres. Je remarque que souvent les autres ont des attitudes brutales avec elles, c’est un fait.

    Ma femme a des inquiétudes sur l’organisation, le choix des support (CNED, Cours PY, Cours de Belgique…), sa capacité à gérer les filles, bref les inquiétudes classiques des parents.

    Nous suivons avec attention vos vidéos (de qualité) et vous remercions pour votre partage d’expérience.

    Que Dieu vous fasse don de sa Grace. Amine

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Abdelkader et Aïcha, l’idée serait donc de faire la petite école dans la prairie ? 🙂 Les inquiétudes d’Aïcha sont normales et ont des réponses. Nous allons tout vous expliquer jour après jour. Ensuite, appelez-nous si vous avez des questions particulières. Amicalement

  • Rémy et Cécile dit :

    Nous en parlons dans l’article qui s’appelle exactement comme ça, regardez dans la fenêtre de recherche, vous aurez tout !

  • Votre histoire est trop belle pour être vraie. Je me dis qu’il y a une arnaque quelque part. À quel moment allez vous nous demander de sortir la carte bleue ou d’intégrer une organisation religieuse?… désolée d’être aussi directe mais c’est la première question qui me vienne à l’esprit.

    • Rémy et Cécile dit :

      Notre histoire est parfaitement authentique Karine et oui, si vous voulez être formée pour faire l’ief, nous sommes là pour ça. Mais sans obligation, juste pour vous aider d’une manière largement bénévole et sans prosélytisme religieux.
      Rappelez-vous: la vie sera ce à quoi vous pensez…

  • Rémy et Cécile dit :

    Merci à vous Aminata.

  • bonjour, je suis maman de trois enfant ( 2 ans, 5 ans et 7 ans) et je me suis lancer depuis peu a faire l ecole a la maison..Je suis d evreux en haute normandie et j aimerais rencontrer des personnes suivant ce mode d education pour eventuellement m aider et me conseiller sur l organisation et les supports pouvant m aider…Ma fille est en ce1 et mon garcon en grande section de maternelle…

    • Rémy et Cécile dit :

      Entendu, vous verrez bientôt qu’il est possible de s’inscrire sur la carte géographique en ligne.

  • Rémy et Cécile dit :

    Oui, vous recevrez un article Le Choix du Cours qui conseille plusieurs cours.

  • Rémy et Cécile dit :

    Entendu, vous recevrez tout cela.

  • Rémy et Cécile dit :

    L’envoi postal ne pose pas de vrai problème côté coût. A moins que vous soyez dans l’antarctique. Pour la seconde langue, oui, là c’est autre chose. Il faut voir si vous ne pourriez pas apprendre la langue avec votre enfant. C’est très moteur et nous l’encourageons.

  • bonjour,
    tout d’abord un grand merci pour tout ce que faites et partager c’est une source d’informations énorme…
    je suis maman de 3 enfants (9 ans, 7 ans et 4 ans) je suis de Montargis dans le centre et je ma lance a la rentrée prochaine dans l’école à la maison. je suis dans une période ou je cherche beaucoup de témoignages, comment faire pour être bien organise , comment agencer une pièce dans notre appartement? enfin pleins de questions auxquelles je trouve réponse a fur et a mesure que je regarde vos vidéos.

    • Rémy et Cécile dit :

      Voilà des questions concrètes, merci ! Nous parlons de l’agencement de la salle de travail et même de la chambre de l’enfant. Nous aborderons en fait tous les points possibles et imaginables car lorsqu’un parent parle de quelque chose de nouveau, nous en faisons un article ou une vidéo. Le défi c’est de trouver un sujet que nous n’abordons pas !

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Anne-Sophie, on ne va pas réellement le forcer, simplement employer le plaisir d’apprendre, le jeu, l’émulation, la motivation personnelle. Nous allons vous envoyer beaucoup de choses, vous verrez. Amitiés

  • AnneJulie dit :

    j’habite à Ciboure près de Saint Jean de Luz au Pays Basque. Je suis mère de 4 enfants et mon métier est naturopathe. Comme vous, tous les jours je conseille et j’accompagne mes patients sur le chemin de la santé au naturel. C’est surement un peu pour ça que votre démarche me plaît : quelque part, on fait la même chose: accompagner ! Ma question la plus importante en ce moment est : aurais-je du temps pour moi, mon travail, mes loisirs, ne vais-je pas me perdre en ayant les enfants 24h/24h avec moi ? J’ai ébauché un emploi du temps et je pense que c’est possible, l’expérience d’autres parents serait intéressante.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Christelle, il est possible que le redoublement lui donne de la motivation car elle aura un meilleur niveau dès le départ. Mais si l’école n’est vraiment pas son truc, il faut réfléchir à une alternative. Naturellement, vous ne pouvez songer à lui faire classe vous-même, il n’est plus temps et elle ne l’accepterait pas. Mais vous pourriez mettre en place un contrat: vous la « récupérez » tous les soirs dans le salon, elle vous montre son travail soigneusement, vous verrez alors des carences, vous l’aider à mieux prendre note de ses cours et vous fixez ensemble un emploi du temps pour la soirée. Ensuite, elle vaque à ses occupations et elle monte faire son travail. Cette séance de prise en main en rentrant de l’école est hyper efficace. Le simple fait de suivre chaque jour ce qui se passe est bon. Ensuite, il pourrait y avoir une prime à terme: aménagement de la chambre, week-end, nouvelle liberté etc. Mais mieux vaudrait en parler de vive voix car ensuite il faudrait la connaître un peu mieux pour vous proposer quelque chose de plus affiné. Si vous voulez en parler, envoyez-nous un courriel.

  • Pelissier Katia dit :

    Bonjour,
    Je suis maman de cinq enfants : 3ans 1/2, 5ans 1/2, 7 ans 1/2, 9ans 1/2 et 11 ans en juin. Trois sont en IEF depuis mars 2010 pour les deux aînés et depuis ses 6ans pour notre fille de 7ans 1/2. À la rentrée prochaine, j’aurai donc 4 enfants en âge de scolarisation. Nous utilisons des pédagogies (Steiner et un peu de Charlotte Mason) qui ont semblé convenir à l’ensemble des enfants (nous en avons tenté plusieurs auparavant). J’ai une formation en droit (DEA d’Histoire du droit européen et formation en criminologie) et le papa est autodidacte en informatique et a occupé plusieurs postes (dépannage en informatiques, magasinier, gérant des aires d’accueil pour les gens du voyage, petits boulots…). Je le dis parce que vous l’avez demandé, mais comme vous le dîtes, en matière d’instruction, dès lors que l’on s’implique les diplômes importent peu. Nous vivons dans un petit village d’Auvergne mais sommes loin d’être isolés d’abord parce que nous sommes dans le bourg (à côté de la mairie et de l’école) ensuite parce que nous avons des rencontres régulières multi sources (nous rencontrons des personnes d’aĝe et d’origine différents dans divers contextes, adultes et enfants).
    Mon souci c’est de rejoindre les besoins de tous nos enfants : sur les trois enfants actuellement en IEF deux ont été scolarisés 18 mois et ont besoin d’un cadre formel, tandis que notre fille aînée est plutôt informelle. J’ai deux enfants dysphasiques sur les cinq, mais ils progressent suite à des changements d’alimentation et de prise en charge médicale (le moins de chimie possible) et à une certaine vision de leurs capacités (je leur fais confiance et avance à leurs rythmes) et un au moins qui avance très vite tout en cherchant à se spécialiser. Bref tous ont un certain caractère. Mais ce n’est pas cela qui me gêne. J’aimerai trouver le moyen de prendre mon envol, le déclic pour m’élancer et mieux rejoindre les besoins des uns et des autres. Les apprentissages dans la joie dont vous parlez me semblent correspondre mais j’ai encore beaucoup de mal à visualiser les choses et à oser.

    Merci encore pour tout votre travail et à bientôt sûrement

  • Rémy et Cécile dit :

    « il a du mal à s’organiser dans son travail et manque d’autonomie »
    C’est tout à fait normal et même plutôt bon signe. L’enfant sera tel qu’on lui aura appris, au sens où on l’aura réellement fait pratiquer.
    « Si il est à la maison, je pense qu’il me sollicitera tout le temps!!  »
    Non, c’est le contraire, il prendra ses distances très vite.
    « Faut-il qu’une pièce lui soit réservée afin de se concentre et travailler tranquillement? »
    Nous en parlons vous le verrez.
    « Actuellement il partage sa chambre avec son petit frère et je crains la promiscuité de tout ce petit monde. »
    Il n’y a pas de promiscuité à 2 et nous en parlons également, il est plutôt bon de faire partager une chambre à deux enfants. 🙂
    « Et sur le plan financier, quel est le budget pour une année par exemple? »
    C’est moins cher que l’école.
    Vous verrez que nous aborderons tous ces sujets et bien d’autres.
    Merci pour ces questions !

  • bonsoir, c est moi qui vous remercie d’etre la pour nous, vous etes des gens formidables,que dieu vous garde et vous protège,moi je pense que vous allez beaucoup m ‘aider car j ‘étais un peu découragée et seule,je me suis très bien informée sur la théorie du genre ainsi que sur les mauvaises méthodes de l’école,vous allez m’apporter un cadre ou m’aider car c’est ce qui me manque, un soutien oui pour m’éclaircir sur la marche à suivre,mon mari ne m’encourage pas de trop mais je suis déterminée,le problème qui va se poser pour moi dans un an est que je n’aurai plus de droits (actuellement en complément de libre choix d’activité rémunéré car j ai suffisamment travaillé avant),je devais rechercher un emploi en fevrier mais la théorie du genre est arrivée;;;du coup j’ai mis cela de coté,,,,pour me rendre disponible pour mes enfants pour le surveiller à l’école(mon premier),j’ai enlevé mon fils des activités périscolaires,j ‘ai parlé a la maitresse et je lui ai dit qu il était hors de question que mon fils assiste à un seul de ces cours (gender) à la rentrée,mon fils est curieux,sociable et sensible et aime apprendre.Le gros frein pour moi est qu il va me falloir un revenu,et en étant à la maison mour me rendre disponible pour mes enfants ,je ne sais comment faire,,,car il faut quand meme acheter des fournitures et les livres et les cours par correspondance;;;;mon mari travaille mais de nos jours un salaire ne suffit pas,,,,cela m ‘angoisse et je ne veux pas que le manque de moyens financiers défavorise mon fils ou m’empeche de continuer sur ma lancée,j ‘ai commencé a le faire travailler un peu régulièrement(écrire les chiffres,les lettres e j’ai acheté quelques livres boscher calcul,écriture,julie et sami j’apprens à lire méthode syllabique et le cahier de lecture pour la rentrée),il me faudrait trouver un emploi à mon domicile mais comment faire???cela me préoccupe car notre fils fait du sport et si je l ‘enlève par la suite de l ‘école, il faut qu il puisse se sociabiliser à travers des activités extérieures,et il faut de l ‘argent nécessaire pour tout cela et je veux etre indépendante quand à mes choix pour lui, j’ai un autre fils de 20 mois,je suis dispo actuellement et je pars en vacances mi aout jusqu au 2 septembre(je me désabonnerai juste avnt temporairement pour ne pas etre en retard avec vos envois car je cours toujours meme si je ne travaille pas;;;) merci de m ‘écouter et me répondre merci beaucoup ,DIEU est GRAND,merci et excusez moi de vous parler un peu comme cela de ma vie car je ne vous connais pas mais après vous etes la pour aider les parents dans une situation difficile qui vise les écoles et tous les enfants et vous etes passez par la alors j ‘éspère que je suis excusée;;;
    mes sincères sentiments ps;j ‘ai participé et partice au retrait de l’école mensuel (jre)
    anna

  • Rémy et Cécile dit :

    On obtient le brevet comme les autres enfants, puisqu’on est inscrit auprès de l’académie dès lors qu’on prend un cours par correspondance, ce que nous recommandons plutôt.
    Cela vous répond-il, Pascale ?

    • Pascale Andrieu dit :

      Merci de votre réponse qui m’a permis de me rassurer.
      J’étais arrivée à cette conclusion également pour les cours. Pourriez-vous m’indiquer de bons cours par correspondance qui ne soient pas rébarbatifs…
      Merci.

  • Rémy et Cécile dit :

    « j’ai des horaires plutôt atypiques et irréguliers. » C’est un bon moyen si cela vous laisse assez de temps au moins au début. Vous lui apprendrez très vite à travailler seul, vous lui apprendrez à apprendre. A cet âge, vous n’aurez pas à lui faire cours tout le temps mais peu à peu, vous l’amènerez à l’autonomie totale. Cela passe impérativement par un contrat moral avec lui, un accord formel. On en parle si vous voulez.

    • Oui, parlons en, ça sera un premier pas concret dans cette direction.
      Quelle est la procédure ?

  • Bonjour,
    Votre vidéo est encourageante, rassurante et claire. Vous m’avez donné encore plus envie d’y arriver et je sens qu’avec votre accompagnement je ne peux que me lancer sereinement, tout en sachant que ce ne sera pas facile. Merci à vous!
    Hanae

  • Sofia B. Alami dit :

    Bonjour, je m’appelle Sofia, j’ai 28 ans, je réside au Maroc et j’ai fait la mission française.
    Je n’ai pas encore d’enfant mais j’espère avoir la joie d’une bonne nouvelle au cours de cette année 🙂

    Je m’intéresse au homeschooling et je suis décidée à l’appliquer et à me consacrer à mes enfants plus tard car j’ai vécu cette expérience de l’école qui m’a assez traumatisée (méchanceté gratuite des professeurs et camarades de classe, brimades, dénigrement, humiliations…) pourtant j’étais une enfant trés douce, gentille et trés calme, mais je n’étais pas bonne à l’école.

    Heureusement, j’ai eu un papa extraordinaire qui m’a toujours défendu et à toujours lutté contre le système scolaire pour tenter de préserver mon estime de soi détruite par l’école. On ne cessait de me répéter à l’école que je n’étais bonne à rien, que je n’aurais jamais mon bac, que je faisais partie de ces gens qui ne ferait jamais rien de leur vie…
    J’ai été renvoyée de l’école en 3ème pour absentéisme, car j’étais en dépression car j’avais peur d’aller à l’école (en plus d’un drame familial que j’ai vécu), c’était une torture au quotidien ! (Moqueries incessantes, etc)

    Je ne le savais pas encore mais quitter l’école était la meilleure chose qui me soit arrivée ! Car mon petit papa prévoyait de me faire passer le Bac aprés avoir soigné mon estime de soi… Et c’est exactement ce qu’il a fait, il a tout laissé tombé pour me prendre en charge et me donner tout l’amour dont un enfant en souffrance a besoin !
    Nous avons entamé ensemble alors une aventure : l’aventure du Bac ! On a décidé de travailler en s’amusant et de se donner jusqu’à 5 ans pour avoir le Bac !

    On avait nos « minutes de culture » et c’était un moment magique ! On pouvait parler de médecine, d’astronomie, d’ingénieurie, etc. Mais sa façon d’expliquer était tellement simple et amusante que je comprenais tout et j’aimais ca ! Ca passait par des sketchs, jeux de simulation, expériences scientifiques dans la cuisine, etc. J’ai peu à peu compris que je pouvais appréhender n’importe quel domaine de n’importe quel niveau d’étude si je m’y intéressais et que j’aimais ca 🙂

    Au bout du compte j’ai sauté la Seconde et la 1ère, j’ai passé mon Bac et je l’ai eu la première année et du premier coup !
    Et aujourd’hui je suis designer graphique (autodidacte) et j’ai ma propre agence de communication, je suis artiste dans l’âme et je fais ce que j’aime !
    J’ai beaucoup d’autres passions et j’ai grace à mon papa gardé cette curiosité et ce gout pour le savoir !

    Voilà mon expérience que j’ai voulu partagé avec vous 🙂
    J’espère pouvoir faire profiter mes futurs enfants de la qualité de vie qu’offre le homeschooling et leur faire apprendre en s’amusant !

    Ma question est relative à l’organisation, comment s’organiser ? Comment organiser sa journée homeschooling ? Mon idée était de faire cours le matin (3h de cours académique) et de réserver l’après-midi pour les activités extérieurs (social, sport, culturel, loisirs)… Est ce une bonne idée ? Quel programme préconisez-vous ? Et pour les parents, comment organisez-vous vos journées ?

    Merci de vos réponses et Bravo pour votre initiative Rémy et Cécile ! Continuez comme ca, beaucoup de parents et futurs parents ont encore besoin de vous !

    • Rémy et Cécile dit :

      « j’ai vécu cette expérience de l’école qui m’a assez traumatisée (méchanceté gratuite des professeurs et camarades de classe, brimades, dénigrement, humiliations…) pourtant j’étais une enfant trés douce, gentille et trés calme » C’est très douloureux de lire des choses comme ça, c’est triste, la brutalité vis-à-vis d’un enfant.
      Super papa. Bonne méthode.
      « je fais ce que j’aime ! » Rien de tel pour aller bien.
      « comment s’organiser ? » Vous imaginez bien que c’est la question la plus fréquente et nous y répondons largement, vous le verrez. Ce n’est pas compliqué en fait. Nous vous donnerons un canevas mais c’est vous que nous amènerons à créer votre emploi du temps et votre organisation: salle de travail, comment je gère les activités domestiques en même temps que le cours etc.
      Oui, votre idée est très bien. C’est en moyenne ce qu’on fait en général.
      Merci pour vos encouragements et votre belle écriture. Amitié.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Isabelle, « En y réflichissant de plus prés depuis qu’il va à l’école s’est compliqué entre lui et moi. » Voici un symptôme.
    « il est en demande constante d’intérêt à son égard (il est comme cela à la maison). » Ceci aussi est un symptôme de ce que l’enfant ne se sent pas valorisé. Dès qu’il est valorisé, un enfant trouve sa juste place par rapport aux autres.
    Un enfant qui demande de l’attention n’est pas valorisé et ne reçoit pas de quoi être actif et fier de lui-même, il est face au vide.
    « Je n’en peux plus non plus parce que je suis un pootching ball lorsque je le récupère » Très néfaste pour vous deux, il est temps d’arrêter avant que ça ne s’aggrave.
    « Il est curieux de tout mais il se lasse vite aussi. » C’est très classique.
    A la lecture de tout ça, nous serions heureux d’en parler au téléphone avec vous. Le voulez-vous ?

  • Bonjour !

    J’ai laissé un commentaire sur la première vidéo, mais il n’apparaît pas…J’ai peut être mis trop de temps à le rédiger ! Soit, allons-y pour la petite présentation et ma question…

    Je m’appelle Marie, j’habite en Belgique, je suis psychologue et musicothérapeute de formation. J’ai démissionné de mon ancien poste il y a deux ans, à la naissance de mon fils, pour être entièrement disponible pour mon petit et aussi avoir plus de temps pour la nouvelle vie plus sobre, plus heureuse, moins dépendante de l’extérieur, que nous avons mis en place dans un coin de verdure. Jusqu’ici notre fils passe 5 jours/sem avec nous, les deux autres sont passés chez les grands parents. Impossible pour moi de mettre mon fils à l’école, où la soumission à l’autorité, la compétition sont des valeurs à respecter et où les règles & valeurs imposées sont à l’opposé de ce que nous désirons lui faire passer.

    C’est surtout moi qui m’en occupe en ce moment et ma question tourne autour du comment engager de manière fluide et agréable le processus de l’école à la maison. Il a deux ans, mais j’aimerais placer de belles bases, commencer doucement à introduire de belles habitudes…Pour l’instant, il vit toutes les choses de la vie en notre compagnie, gestion de la maison, gestion du potager, des poules, cueillettes, (dégustation 🙂 ) etc, et j’aimerais savoir s’il y a déjà des outils que je peux mettre en place pour favoriser l’apprentissage.

    J’ai l’impression d’avoir une mine d’or à la maison, mais j’ai aussi parfois l’impression de manquer d’outillage pour l’ « exploiter » ou plutôt, en profiter à fond !

    Voilà, en tout cas, un tout grand merci pour votre site, je crois que je vais y venir plus que régulièrement !

    Belle journée à vous,
    Marie

  • Bonjour, je m’appelle Séverine et j’habite dans le Nord de la France. Mes enfants ont 5 ans, 3 ans et 6 mois. Aucun n’est allé à l’école pour le moment. En septembre 2014, j’envisage de prendre un cours par correspondance pour mes deux filles de 5 ans et 3 ans. Notamment pour habituer ma fille de 5 ans à suivre régulièrement des cours (pour la petite de 3 ans, ce sera surtout pour l’occuper pendant que sa soeur se penche sur ses cours) et pour que l’aînée se prépare à son instruction obligatoire en septembre 2015. C’est elle qui a fait le choix pour le moment de ne pas aller à l’école et nous avons préféré un apprentissage informel avec elle jusqu’à présent en fonction de ses centres d’intérêt. Je ne m’inquiète pas par rapport aux capacités de mon enfant de s’instruire à la maison. Je m’inquiète des contrôles effectués auprès des familles non scolarisantes. J’ai pu lire sur votre blog notamment qu’on pouvait prendre un cours par correspondance et donc ne pas faire de déclaration ief. Mais vous disiez que la mairie effectuerait quand même son enquête. C’est ça qui me pose question. Que vais-je leur dire lors de cette enquête ? Suffit-il de dire simplement que la loi m’autorise à instruire mon enfant, donc que j’ai fait ce choix. Où est-ce qu’il faut plus de motifs ? Est-ce que notre logement sera visité lors de cette enquête ? La chambre des enfants, la cuisine ? Nous sommes en travaux depuis pas mal d’années et l’arrivée des enfants à considérablement ralenti nos projets d’aménagement. Cette enquête sera une intrusion que j’ai dû mal à accepter et j’ai peur d’être jugée (notre maison ne ressemble pas au catalogue IKEA lol). J’ai encore 1 an pour améliorer tout ça, mais comme ça fait 15 ans qu’on fait des travaux dans cette maison, on n’en voit pas vraiment le bout. Qu’est-ce qu’ils vont véritablement regarder ? En vous remerciant.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir, la mairie va juste vérifier que le cadre est acceptable. Elle n’a pas à savoir que vous faites l’école à la maison: vous déclarez juste l’établissement qui n’est pas celui de la proximité. Si vous le lui dites, elle n’a pas à contrarier votre choix. Elle vérifie que vous êtes sains d’esprit.

      • Bien sûr mais comme on dit, on craint ce que l’on ne connaît pas. Et dans les petites communes, l’étrangeté peut les amener à faire un signalement au Procureur quand ils ne savent pas comment se comporter (nous en avons subi un suite à la naissance de notre deuxième enfant à la maison, la mairie ne sachant pas comment déclarer l’enfant). D’où mes craintes.
        Il faudra donc redoubler d’effort pour que tout soit irréprochable à mon avis. Car « cadre acceptable » n’a pas forcément la même signification pour tout le monde.

  • Geneviève dit :

    Bonjour, j’habite en Belgique et suis maman de 5 enfants de 14 ans à 20 mois. Je suis tombée sur votre site par hasard car je voulais me renseigner sur les cours par correspondance. Vos videos me paraissent trop belles pour être vraies.
    Nos 4 premiers ont été abîmés par l’école (pourtant privée et chére) et je ne veux pas que cela se reproduise pour notre petite dernière. C’est pourquoi je me renseignais sur l’école à la maison.
    Nous sommes actuellement confrontés à un problème de taille. L’école privée de nos enfants devient trop chère pour nos moyens, nous avons donc cherché dans le public une bonne école secondaire, au moins pour les plus grandes (à Bruxelles) et là, j’ai l’impression de tomber de Charybe en Sylla… Certains me qualifient d’élitiste mais est-ce si péjoratif de vouloir que nos enfants développent leurs capacités au maximum dans un climat positif, valorisant et dans la joie d’apprendre sans perdre leurs temps à ingurgiter toutes les sottises « modernes » que des pédagogues fous ou des déséquilibrés voudraient leur faire avaler ? D’où, l’idée des cours par correspondance. Mais comme beaucoup d’autres, j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Comment faire l’école à la maison à 2 ados en les soutenant en science, en math, en latin, en anglais, etc ? Même avec des cours par correspondance! Comment les motiver à travailler, leur donner le silence nécessaire pendant que la petite joue, leur expliquer ce qu’elles ne comprendraient pas, leur faire rencontrer des filles de leurs âges. Comment rencontrer d’autres parents qui ont les mêmes préoccupations dans notre quartier? Je vais continuer le parcours des videos et voir si d’autres ont rencontrés ces problémes et ont pu y remédier avec succès. Merci d’avoir créer ce site, au poins nous n’avons plus l’impression angoissante d’être seul.

    • Rémy et Cécile dit :

      « Vos videos me paraissent trop belles pour être vraies. » Merci Geneviève, mais tout cela est absolument vrai.
      Oui, on vous dira que vous êtes « élitiste » parce que vous recherchez un enseignement normal. Aujourd’hui, être une personne normale est exceptionnel ! Et la masse des gens n’aiment pas ce qui sort du lot et les dépasse, il y a un rejet de ce qui se distingue. Ce n’est pas notre cas. Nous sommes élitistes et nous aimons aussi les moins doués, nous aimons la performance et nous comprenons les carences. Etre élitiste est une qualité.
      « Mais comme beaucoup d’autres, j’ai peur de ne pas être à la hauteur.  » Nous verrons ensemble que c’est une peur non fondée. Vous ferez de toute façon mieux que ces programmes néfastes. La seule question est: aurez-vous le temps ? Pour toutes les autres questions, ce site est là et vous donne tous les conseils: concentration, organisation, motivation, gérer plusieurs niveaux, choix des sorties et des relations…
      Amitié et heureux de vous savoir mieux.

  • Bonjour Gabrielle,

    Je suis également de Périgueux, et je demandais si vous aviez finalement opté pour la scolarisation à la maison.

    Je fais l’école à la maison pour mes 2 enfants depuis la Toussaint.
    Et ce que je trouve le plus difficile, c’est tous les efforts qu’il faut faire pour « croiser » les autres enfants, dont l’emploi du temps est déjà pris.
    Autre difficulté, trouver des familles qui ont la même démarche (pour prendre le goûter ensemble, échanger, et peut-être faire quelques atelier thématiques ensemble)

    Si vous voulez me contacter, ce sera avec plaisir!

    Sophie

    • Rémy et Cécile dit :

      Vous pouvez aisément trouver des enfants disponibles aux heures des vôtres, les réseaux se comptent par centaines de milliers.
      Oui, dites-nous votre numéro.

  • arretez svp avec ce mot qui ne veut rien dire
    ce vilain mot insupportable:  »descolarisé ». dites je vais changer de methode, d’ecole
    et vraiment a tous, ce mot, que je ne connaissais pas avant de faire l’instruction a la maison!! c’est du french!! merci, pour ma part je suis sourde a ce mot en qui je salue Dame Betise !! comme chante notre grand Jacques

  • Padre Maria dit :

    Je suis Padre Maria. Merci pour vos videos. je suis prètre missionaire depuis 30 ans autour du monde surtout pour les familles. Je me suis occupè de Homeschooling pendant 10 ans aux USA, en Amèrique latine, et un peu en France. Je suis en Italie en ce moment, et voudrais commencer dans ce pays, avec quelques couples qui ont ouvert les yeux sur les dommages de l’ècole officielle. En Italie, le Homeschooling est un Zèro absolu, pratiquement inexistant, vue aussi la mentalitè italienne (très peu combattive et esclave craintive et docile de l’Etat). Avez-vous des documents en italien, ou des adresses de cours par correspondance en italien de valeurs bien catholiques et simples et sèrieux en mème temps? Merci.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour père, bravo pour cette idée. Hélas, nous n’avons aucun élément pour l’Italie, mais nous allons poser la question à Anne Coffinier, dès que nous avons une réponse, vous vous le disons.

  • Rémy DW dit :

    Nous avons justement créé une page de cours gratuits, en compléments. Regardez dans la fenêtre "recherche"

  • Bonjour, je suis médecin et j’ai moi aussi un enfant dyslexique et précoce donc totalement inadapté à l’école et très malheureux. J’ai mis des années à accepter cette idée d’ecole à la maison jusqu’à ce que mon fils aille très mal et me mette au pied du mur…On commence cette année…
    Korine

    • bonjour pouvez vous me dir comment c est passé cette année cordialement

  • Rémy et Cécile dit :

    Les deux Soline, nous vous suivons et répondons à tout et même quand vous le souhaitez nous parlons ensemble, de visu, via skype ou au téléphone.

  • Bonjour. J'habite dans l'Aude avec mes trois enfants de 3 mois, 9 ans et 13 ans. C'est mon fils aîné qui est déscolarisé, pour son année de 3è. Il avait déjà fait sa 6è comme ça. Bravo pour cette vidéo : effectivement, mon fils est mieux avec les autres depuis, parce que "les autres", il les choisit : à l'école, il a rencontré beaucoup d'agressivité, de violence parfois, d'incompréhension et d'ennui ,toujours l'ennui !

    • Rémy et Cécile dit :

      « effectivement, mon fils est mieux avec les autres depuis, parce que « les autres », il les choisit ». Merci Elsa. Puisse les parents vous entendre !

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Carole,
    plusieurs choses. D’abord, il y a une urgence donc vous faites bien et ces 11 mois sont toujours ça de gagné. Vous pourrez, pendant ce temps, la rendre plus forte et mieux armée.
    Par ailleurs, pourquoi ne pas songer durant cette période à gagner votre vie autrement qu’en allant au travail. Depuis chez vous par exemple, comme le font beaucoup d’autres mamans. Il y a beaucoup à faire et on n’a pas assez de bras dans le monde du blogging.
    Il n’y a aucune aide financière mais il y a mieux: l’indépendance financière, le changement complet de vie.
    Cordialement

    • Bonjour et merci beaucoup pour votre réponse.
      Je pense également à un travail à la maison mais je ne sais pas dans quoi me lancer. Je ne connais pas du tout le monde du blogging, pouvez vous me dire en quelques mots en quoi ça consiste ?
      Merci d’avance pour votre réponse et merci pour ces vidéos qui nous encouragent à tout changer pour le bien-être de nos enfants.
      Cordialement.
      Carole.

  • Gonzales dit :

    Bonjour, moi c’est Noémie, j’ai 3 enfants (8 ans, 3 ans et 9 mois ) merci pour cette vidéo qui répond a beaucoup de questions que je me pose , cependant j’ais encore une question très importante, je travaille comme secrétaire a mon domicile de 9h à 13h,mes deux plus petit sont actuellement en crèche et a l’école,par la suite, je pense les mettre quelques heures en garderie pour pouvoir concilier mon travail et l’école a la maison pour ma grande, pensez-vous que ce soit la bonne méthode ? sachant que les après midi je profiterais de mon temps libre pour sortir étudier de façon ludique a l’extérieur avec les 3, je ne sais pas quelle est la meilleur façon pour m’organiser.Merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Noémie, oui, c’est possible, si vous êtes décidée à vous accorder des moments de solitude dans la semaine. Nous en reparlerons mais la dimension « tranquillité » une fois par semaine est importante pour tout affronter.

  • Bonjour,

    Je m’appelle Cécile. Pianiste et professeur de piano, j’ai mis un terme à ma carrière à la naissance de mes enfants pour être plus présente et mieux profiter de la joie qu’ils m’apportaient. Mes deux enfants, Raphaël et Gabriel, sont âgés de 3 et 5 ans.

    Mon aîné a passé une année de petite section difficile. Il s’étiolait et je n’avais que des remarques négatives : « il ne fait pas d’efforts pour aller vers les autres », »il ne sait pas colorier », « il n’aime pas dessiner », etc… A la fin de l’année, il présentait les symptômes d’une véritable souffrance. Alertés, nous avons fini par consulter. Gabriel a été diagnostiqué précoce. Les spécialistes nous ont alors recommandé de le mettre dans une école spécialisée (très loin de chez nous) ou de le mettre en école « classique » avec un assistant en permanence derrière lui. Nous avons trouvé ces solutions inadaptées. J’ai donc décidé de lui faire l’école moi même. Pour me rassurer, je l’ai inscrit à un cours par correspondance. Manquant de confiance en moi, j’ai eu tendance à vouloir suivre ce cours très à la lettre , y sacrifiant parfois le plaisir de l’enfant. Avec le recul, je me suis rendue compte que les cours par correspondance pouvaient certainement être une aide mais restaient trop scolaires pour cet âge là et que j’aurais mieux fait de m’en éloigner quand la motivation de l’enfant ne suivait plus. Malgré les grands moments de bonheur que m’a offerts cette année, le doute a commencé à s’installer.

    Une grande fatigue en fin d’année, les angoisses (ne suis je pas trop exigeante ? fais je bien ce qu’il faut ? ), la pression énorme de l’entourage ont eu raison de mon rêve d’école à la maison. J’ai donc réinscrit mes deux enfants à l’école en septembre. Faisant fi des recommandations des spécialistes, j’ai inscrit mon aîné dans une école « normale » (école publique du coin) sans aménagement particulier. A mon grand soulagement, Gabriel semble s’être bien adapté.

    Pourtant le désir de reprendre mes enfants à la maison renaît avec force. Les mauvaises méthodes employées dans les écoles primaires du quartier, l’envie de partager plus avec mes enfants, la théorie du genre, la peur de la violence scolaire…tout me pousse à retenter l’expérience. Gabriel ne demande pas mieux. Mais curieusement, c’est le petit pour lequel j’ai le plus peur de ne pas savoir faire. Les cours par correspondance ne me semblant pas adaptés à la maternelle, j’ai peur de ne pas savoir faire, de passer à côté de choses qui l’auraient plus épanoui, de retomber dans une exigence trop scolaire…

    Beaucoup d’autres questions se bousculent dans ma tête que j’espère pouvoir poser aussi. Je souhaite m’abonner mais je me demandais s’il ne vaudrait pas mieux attendre la rentrée prochaine.
    En effet, je ne souhaite pas commencer l’école à la maison avant septembre 2015.

    • Rémy et Cécile dit :

      Ah ! le grand retour, classique des esprits intelligents et exigeants. Eh bien, en réalité, ce retour à l’école provient de deux choses convergentes: une pression forte d’une part et un manque de formation d’autre part, pour le dire simplement. ce n’est bien sûr pas un reproche mais tout un chacun comprend qu’un marin peut avoir du plaisir à naviguer et un novice être complètement malade et passer un sale moment en mer. Nul n’est censé savoir d’avance.
      Alors, c’est la raison pour laquelle nous avons créé cette formation: vous pouvez recevoir tous ces trucs qui vous permettent de ne pas être collé au cours par correspondance mais vous envoler, tout en avançant très bien. Faire en sorte d’être moins pris, d’avoir un enfant de plus en plus heureux d’apprendre et autonome, afin qu’il soit en permanence dans l’habitude et le plaisir conjugués d’apprendre.
      Quant à la pression sociale, une fois qu’on a la certitude d’être formé et capable, on la balaye d’un revers de la main. Voyez sur ce sujet cette petite vidéo que nous avons faite à dessein, pour vous: https://l-ecole-a-la-maison.com/le-principe-d-action-soutien-opposition.html

  • Morgane L dit :

    Bonjour Rémi et Cécile,

    D’abord bravo pour ce site et ces vidéos auxquelles j’adhère entièrement et qui vont m’aider à sauter le pas de l’IEF. Voici mon histoire.
    Je suis enseignante en maternelle dans le public depuis 13 ans. J’ai travaillé en ZEP pendant 6 ans et j’ai vu les limites du système. Je suis une personne qui se remet perpetuellement en question et tant mieux car j’avance, on ne peut pas en dire autant de l’education nationale.
    Ma fille de 7 ans, qui était une petite fille très intelligente, elle marchait à 10mois, parlait parfaitement à 20 mois, contait jusqu’à 10 en 3 langues à 2 ans, et racontait des histoires connues ou inventées à 3 ans parfaitement. Mais son entrée en CP a été une catastrophe, elle a plongé, les résultats étaient catastrophiques, le sourire a disparu de son visage, son comportement est devenu très difficile à gérer au quotidien, et l’école et l’apprentissage sont devenus sa bête noire. Elle qui lisait déjà des syllabes à 4 ans a eu et a toujours des difficultés en lecture. Bref! J’ai commencé à chercher des alternatives et je me suis lancée dans les formations Montessori. Malheureusement, Ellyne ne veut pas travailler en rentrant de l’école, elle a été écœuré de tout apprentissage. Je l’ai récemment fait tester et les résultats ont révélé ce qu’on pensait déjà, Ellyne a un haut potentiel, un QI de 142 très homogène. J’ai cherché des écoles alternatives, mais rien n’existe en Seine-maritime, je me suis donc dit que j’allais créer une école alternative pour mes enfants et ceux des autres, cependant j’ai changé de poste et je suis cette année sur une classe de campagne de PS, MS, GS à 31 élèves, la folie. J’arrive quand même a faire de la pedagogie montessori mais je travaille beaucoup, je suis épuisée et j’ai encore moins de temps à consacrer à mes enfants. Voilà, le déclic, comment je peux me donner à 200% pour les autres, quand je ne le fais pas pour mes enfants. J’ai donc décidé de prendre une disponibilité l’an prochain et d’instruire mes enfants à la maison.
    Ma seule question, c’est: est-ce que ma fille va me laisser l’instruire, car pour l’instant elle refuse de faire quoi que ce soit avec moi y compris pendant les vacances, j’ai peur d’aller droit dans le mur et dans les conflits et ça je ne veux pas non plus. J’ai aussi un fils de 3 ans qui est dans ma classe, lui je n’aurais pas de problèmes, il m’écoutera. Mais Est-ce que mes 2 enfants qui se chamaillent beaucoup vont se supporter toute la journée?Depuis que j’ai parlé d’école à la maison, Ellyne est ravie et attend l’an prochain avec impatience, mais je ne sais pas si ça se passera bien.
    Je souhaite leur faire de la pedagogie Montessori bien sûr et d’autres choses, mais dois-je les inscrire à un cpc quand-même?
    Voilà, je pense que je vais m’abonner sur votre site, mais dois-je attendre l’an prochain pour le faire ou dois-je le faire dès maintenant.
    Bien cordialement.
    Morgane

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Morgane, c’est une question de formation: si vous êtes bien formée, votre cours sera pétillant et accrocheur, si vous avez les trucs fondamentaux qui mobilisent l’attention, ça marchera. D’où ce blog. Tout s’apprend et malheureusement l’école n’apprend pas ce qu’il faut. Vous saurez capter l’attention, obtenir la cohésion entre enfants, etc. Regardez bien la page « questions » dans le menu, il y a plein de choses, de même que les pages « Vos premiers pas ».

  • bonjour je suis auxiliaire de vie sociale je vis seule avec mon fils le regard des familles monoparentales par l éducation nationale est très rigide quand il rencontre des difficultés avec nos enfants disont s il ne rentre pas dans le moule comme on dis …en gros si notre enfant a des soucis de comportement c est de la faute de mon education et/ou que ça releverais d’un probleme psychologique alors qu’en fait c est pour ma part leur systeme qui ne s adapte pas à nos enfants !! ses problemes durent depuis la maternelle et c est un combat permanent je suis epuisée moralement des son entrée en 6eme j ai voulu lui faire l ecole a la maison mais etant tres mal informée je n ai eu d autre solution que de le rescolariser à l education nationale
    Aujourdhui je me dis que le cauchemar va cesser . Je ne me sens plus seule dans mon choix de vouloir l instruire en famille et très confiante dans cette methode mais ma grande question est comment le faire bien ?? A 14 ans il a peur de perdre ses amis l education nationale nous ayant sans cesse parler de désocialisation il a peur d’être coupé de tout ?? comment rassurer mon enfant et le remotiver à s instruire sans que ça soit pour lui une contrainte ?? comment m’organiser pour que nous vivions au mieux cette aventure ?? merci .

    • Rémy et Cécile dit :

      C’est le grand classique de l’école de vous mettre en accusation. C’est évidemment ignorer sa responsabilité et avouer implicitement qu’elle ne sait pas y faire vis-à-vis de l’enfant.
      Comment le faire bien ? Nous vous le montrerons. Motiver, obtenir la concentration, éviter la contrainte, nous en parlons bien sûr car c’est au cœur de notre travail de parents: nous ne voulons pas non plus de conflit ni de peine. Et ça se passe très bien. Merci Edwige (ps: suivez bien nos envois jour après jour).

  • Bonjour,
    J’ai un fils de 15 ans qui est sorti du système àl a fin du 1er trimestre de 6ème. Spécialistes en tout genre dont une quantité de psys pour arriver finalement à des cours à la maison.
    Retour au collège en 5ème pour lâcher aux vacances de février. Donc reprise des cours à la maison. L’année dernière il aurait dû rentrer en 3ème, ce qu’il n’a pas fait et là nous étions partis sur un DIMA (processus de pré apprentissage) mais je ne le sens pas du tout volontaire. donc je lui ai proposé des cours à la maison ce à quoi il a adhéré. Nous sommes passés par des années de sommeil inversé (pendant la journée) par un total repli sur lui-même, effrayé à l’idée de sortir… Aujourd’hui il a repris une autonomie de déplacement, il sort avec un copain tous les dimanches, faire du skate, du vélo et il voit des copains aux cours de moto. Je me fais une montagne de ces cours à la maison, je ne sais pas quand les caser, je voudrais qu’il ait un rythme de vie plus adéquat, bref je patauge, aussi vais-je me jeter tout de suite sur la vidéo suivante, étant de toute manière déjà convaincue de la justesse de faire l’école à la maison

  • Bonjour,

    Je suis maman de 2 garçons l’ainé a bientôt 10 ans il est scolarisé en ITEP (institut thérapeutique éducatif et psychologique) il est sous traitement NOZINAN (anxiolitique et neuroleptique) car il a un trouble du comportement il ne sait pas gérer ses émotions et il est très en avance sur un plan culture générale en ce qui concerne le scolaire il est en CM1 et à le niveau sans soucis. l’école classique il ne tenait pas en place, ne voulait pas travailler, perturbait la classe. Les devoirs chez nous c’était le bras de fer. Je me demande si lui faire école à la maison pourrait l’aider car il aimerait pouvoir rentrer à l’école SNCF en sortant de 3ème ? Clément qui a 5 ans est en grande section de maternelle, la maîtresse me dit qu’il ne tient pas en place ne peut pas se concentrer longtemps sur une activité, parfois refuse de travailler, il est un peu rebelle. Votre vidéo me donne un bon point de vue sur faire l’école moi même j’attends les suivantes avec impatience. Merci beaucoup pour votre aide.

    • Rémy et Cécile dit :

      Neuroleptiques ? c’est absolument contre-indiqué. Il n’y a aucun cas de prescription pertinente pour un enfant.
      Tout est là:  » l’école classique il ne tenait pas en place, ne voulait pas travailler, perturbait la classe » L’école était le problème, pas lui. Il s’agit de choisir la bonne manière d’enseigner et il sera à l’aise et calme. De même pour son frère. Voulez-vous que nous en parlions ?

  • Bonjour,

    je suis bien d’accord, faisant l’école à mes trois enfants depuis 3 ans!
    Pour ma part je me suis lancée en ayant rencontré Elisabeth NUYTS dont les travaux me passionnent et m’aident énormément.
    Je suis toujours à l’affût de mieux faire et surtout de donner plus de motivation pour le travail (pour moi comme pour les enfants!)

    • Rémy et Cécile dit :

      Très bon article ! Cela mériterait peut-être un complément: « école à la maison, qu’auriez-vous aimé dès le départ, que voulez-vous changer ? » et nous sommes sûrs que c’est le type d’article que vous pourriez faire. Mais comme vous êtes une maman très occupée, peut-être qu’on pourrait simplement vous interviewer par skype ?

  • Isabelle dit :

    Mère au foyer après 12 ans dans l’administration, j’ai décidé de m’intéresser d’un peu plus prêt à la scolarité de mes enfants. Mon aîné qui a fait une scolarité en primaire sans souci se retrouve en difficulté au collège. Etant en 4ème, je me demande comment aborder ses nombreux cours après une déscolarisation? J’ai aimé le fait que l’on parle de la désocialisation car j’ai vu mon fils changé au fur et à mesure des mois en étant impuissante face à la situation.

  • Jarjille dit :

    Bonjour,
    Je me suis toujours intéressée à l’éducation et aux élèves en difficulté. Récemment, j’ai été fascinée par le travail de Céline Alvarez en maternelle. Voici son blog, si vous voulez y jeter un oeil: https://lamaternelledesenfants.wordpress.com/
    Je me suis dit que c’était ce que j’aurais aimé pour mes enfants. Malheureusement, nous habitons près de Saint-Etienne, dans le département de la Loire (42) et il n’y a pas d’école alternative près de chez nous. Nous trouvons que la structuration de l’école par tranche d’âge est trop restrictif. Ce sont les enfants qui doivent s’adapter à l’école et non l’école qui s’adapte aux enfants.
    D’autres témoignages nous ont confortés, mon mari et moi dans l’idée de déscolariser prochainement nos 2 enfants. Notamment le livre « Hors système » des Fortin : même si c’est un cas trèèèèèèès particulier, ce qui nous a touché c’est le rapport des enfants à la nature, au concret. C’est aussi ce que nous voulons pour nos enfants: qu’ils soient autonomes à tous les niveaux, c’est à dire qu’ils sachent jardiner, cuisiner, se servir de leur corps aussi bien que de leur tête, qu’ils aient un sens critique, n’aient pas peur d’entreprendre des choses, se fassent confiance. Or l’école apprend la soumission…
    En tout cas, je suis heureuse d’avoir découvert votre blog. J’aurais juste une suggestion à vous faire: pour nous aider à faire notre choix, il serait intéressant de faire un tableau comparatif des différents cours par correspondance en fonction des témoignages des parents (tarif moyen, services proposés, etc). Rien ne vaut les avis des parents! Merci d’avance!

  • Laurence dit :

    Bonjour, merci pour cette vidéo ! Je suis Maman de 2 enfants, 3 ans et 10 mois. Je suis actuellement en congé parental que nous allons rallonger a 3 ans pour être plus présente pour mes enfants. Ma question ou mes deux principales questions qui me turlupine le plus sont par rapport a l’organisation du temps et mes capacités… C’esdt vrai que depuis que l’aine est a l’école nous sortons beaucoup moins et ce sont ces moments qui nous manque. Encore merci et bonne journée.

  • Marie-France dit :

    Mon fils de 13 ans est en 4ème. Il n’a que le foot en tête depuis tout petit. Depuis le CP, il a des difficultés pour apprendre ses leçons. En CP, il avait du mal à retenir ses récitations. Il a consulté une orthophoniste, mais rien n’a été diagnostiqué. En primaire, il a eu toutes les peines du monde à apprendre ses multiplications… A la fin du CM2, il a vu une psychologue qui a diagnostiqué des troubles mnésiques. Il a oublié un nombre incalculable de vêtements à l’école. Mais je n’ai rien engagé de particulier tant mon fils était buté à la moindre aide que j’essayais de lui apporter. En 6ème je l’ai inscrit avec son accord dans un collège section foot pour le motiver au niveau scolaire, même si je savais que ce collège n’avait pas la réputation d’avoir un bon niveau scolaire. La motivation n’a pas été au rendez vous, début de l’adolescence en 5ème, il ne notait plus aucun devoir, il a réussi cependant à maintenir un 10 de moyenne générale (grâce au sport).
    En 4ème, il est revenu dans son collège de secteur avec son accord, car il retrouvait ses copains. Mais ses notes ont plongé car ce collège a un niveau au dessus que le précédent. Il me répète qu’il n’a pas envie de travailler et que seul le foot l’intéresse.
    Bref jusqu’en 5ème j’ai poussé mon fils à faire ses devoirs. Sa spécialité était de répondre sans réfléchir pour se débarrasser de la question. Plusieurs fois nous étions en conflit pour qu’il arrive à travailler. Pour avoir un climat plus serein, j’ai décidé de lâcher prise en 4ème en lui demandant d’être autonome, mais pour le moment c’est un échec. J’ai beau lui dire que je ne demande pas qu’il soit le 1er ou même passe son bac, mais qu’il comprenne qu’il doit préparer son avenir, cela ne sert à rien à ce jour….
    L’école à la maison est-elle une piste pour mon fils ?Je n’en suis pas certaine…. mais je suis partante pour en faire l’analyse….

    • Rémy et Cécile dit :

      Eh bien, c’est parfait: il aime quelque chose. Utilisez le foot pour votre pédagogie. Mais parlez-lui en avant: je te propose de parler du foot dans tout ce que nous allons faire. Et vous lui faites faire des rédacs sur ce sujet, des maths sur le terrain de foot, de la géographie des pays qui ont des stades et des populations footeuses… Peu à peu, il saura s’intéresser à autre chose. Si vous savez l’émerveiller, le passionner. Cela est faisable. C’est à votre portée; il s’agit juste d’entrer dans son jeu au départ. Amitié.

  • Panier Eric dit :

    Bonjour, pour le moment j’écoute et j’apprends beaucoup. Ma fille Lou ne va pas bien depuis son entrée au collège en septembre. Je me renseigne sur l’école à la maison qui me parait parfaitement convenir à Lou. D’autres parents sont également intéressés par cette méthode et nous aimerions nous unir pour créer notre école à la maison. Il y aurait 5 à 6 enfants dans un rayon de quelques kilomètres. J’ai hâte de me lancer avec peut être quelques appréhensions mais à tout problème sa solution! Merci pour ces vidéos et les conseils prodigués.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bienvenue, nous vous invitons à regarder attentivement ce que nous disons sur le regroupement scolaire. Amicalement.

  • Fanny Fourcard dit :

    Bonjour, j’apprécie vos vidéos. Je souhaite faire l’école à la maison pour ma fille aînée Dana 5 ans (et grande section). Mais j’appréhende parce qu’elle à, disons, un caractère bien à elle….! Et moi aussi, résultat nous sommes souvent en confrontation. Mais c’est aussi peut être lié à ces grosses journées d’école imposées…?
    Bref moi je voudrai vraiment la retirer de l’école mais… il faut que j’arrive à convaincre son père (on ne vis plus ensemble), que son beau-père soit aussi d’accord, que je trouve l’argent, et le temps (j’ai double emploi, je donne des cours de théâtre dans une école et je suis dresseur animalier) et j’ai une petite fille de 1 an.
    Voilà peut être que je trouverai la résolution dans vos vidéos et après on avisera ! 🙂
    Bien à vous et bonne continuation !

  • Bonjour,
    Je suis maman de 2 garçons de 12 ans et 7 ans.
    Le plus grand a des difficulté à l’école depuis son entrée en cp.
    Au début, les maîtresses pensaient qu’il été fainéant, puis arrivé en CE1 il a du redoublé, ce qui n’a pas été de grande utilité, au contraire cela a empiré.
    J’ai insisté auprès des maîtresses, pour qu’elles lui fassent des test, mais elle n’ont pas voulu. La seule réponse qu’elles m’ont donné c’est: de toute façon votre fils n’est pas capable et c’est tout!
    Cela fût un choc énorme , et j’ai eu un sentiment de culpabilité pendant longtemps.
    Et aussi , une colère énorme envers le système éducatif, l’impression que personne ne va bouger, pour un enfant.
    Soit on rentre dans le moule , soit on nous met de côté dans un coin.
    Arrivé dans sa nouvelle école en CM1, je décide de voir une orthophoniste en privé, elle lui a découvert une dyslexique sévère avec dysorthographie et dyspraxie visio-spatial.
    L’erreur a été de lui enseigner la méthode global, alors que les syllabes aurait été la meilleur méthode.
    Elle m’a rassuré en m’affirmant que je n’était nullement responsable de son échec scolaire.
    La CM1 s’est bien passé , son maître s’est beaucoup impliqué, pour qu’il progresse. Il a adapté un programme spécial , avec des aménagement pour sa dyslexie.
    Mais arrivé en CM2, il replonge, il n’apprécie pas autant sa nouvelle maîtresse, qui s’implique peu aux difficultés de mon fils. Ce fût une grande déception , au moment où un espoir apparaissait…
    Finalement, pas de solutions pour mon fils, soit il va en EGPA, soit il reste en CM2 avec deux ans d’écart par rapport aux autres.
    C’était hors de question pour nous, et notre fils, nous devions trouver une autre solution.
    Me reviens alors un documentaire vu sur la télévision, qui parlait de ces parents qui pratiquaient l’école à la maison.
    Je décide de m’informer un peu plus, et de prendre contact avec des parents qui le pratique.
    Les mois passent et j’ai de plus en plus de conviction que c’est peu être LA solution pour SAUVER mon fils!
    Les doutes sont aussi présent que la conviction, aussi mon mari et moi trions le pour et le contre.
    Serais-je capable? j’était très mauvaise à l’école et pour cause , j’ai moi même une dyslexie que personne n’a soigné.
    J’ai redoublé plusieurs fois et arrêté l’école à 16 ans, je n’était pas satisfaite de mon parcours scolaire, on ne m’a pas laissé le choix, tout ça juste parce que j’avait du mal à avancer…
    J’ai décidé de me prendre en main, et de reprendre mes études à la maison, j’ai eu mon diplôme d’assistante vétérinaire avec mention bien. Cela m’a pris 4 ans, mais J’ai réussis à faire de ma passion pour les animaux , mon métier.
    Je veux que mon fils, puisse avoir la chance de pouvoir décider de son avenir , sans que personne ne décide à sa place.
    Il a des difficultés, mais ce n’est pas une fatalité, il peut réussir.
    J’ai décidé de lui faire l’école à la maison cet année, et je constate déjà des effets positif sur lui.
    Il est plus serein, a envie de travailler, il est curieux, veut tout savoir.
    Il peut à présent travailler tout seul, il y a encore beaucoup de progrès à faire et ce n’est que le début, mais je suis très heureuse d’avoir franchis le pas.
    Et lui aussi, et cela ce voit dans son comportement il est beaucoup plus calme.
    Quant à moi ,et bien je suis sûr maintenant que j’en suis capable…
    Amicalement.
    F.

  • himpe Michael dit :

    Bonsoir, je suis Michael de tournai, educateur de formation et passionné de musique.

    Ma question est comment arriver a motiver l’enfant a apprendre sans pour autant arriver a du chantage…merci

  • Bonjour,

    Je suis maman d’une paire de jumeaux de huit ans en classe de CE2 et nous habitons à Nice. Je suis mère au foyer car depuis leur naissance, j’ai pu me consacrer à leur éducation.

    Je suis bilingue français/italien, étant allée à l’école en Italie jusqu’à la seconde. Le rythme scolaire italien est tout à fait différent, les enfants allant à l’école exclusivement le matin et ayant beaucoup moins de vacances scolaires en cours d’année.
    J’ai toujours trouvé les journées d’école en France profondément inadaptées au rythme biologique d’un enfant. Et encore plus aujourd’hui, après cette réforme scolaire.
    Mon envie de leur faire Ecole à la maison a donc commencé par là.

    Mes enfants étant jumeaux, ont été victimes de préjugés, le corps enseignant voulant les séparer à tout prix et cela depuis la première classe de maternelle. Il fallu se battre quasiment à chaque fin d’année scolaire pour que la suivante ils soient dans la même classe. Difficile de leur faire comprendre mon point de vue de mère. Car à leur yeux ça n’a pas de valeur, n’étant pas une ‘professionnelle du métier ‘

    Le fait de ne pas pouvoir leur donner un fruit ou une compote au goûté du matin, à cause d’une loi pour lutter contre l’obésité, me révolte. Un non sens (manger des fruits, c’est lutter contre l’obésité ). J’ai le sentiment qu’on m’empêche de jouer mon rôle de mère. L’alimentation de mes enfants est mon affaire, pas celle de l’école. Surtout que mes enfants n’ont aucun problème de poids. Mais comme une maîtresse m’a répondu: ´Nous ne pouvons pas faire du cas par cas!’

    La goutte qui fait déborder le vase c’est de savoir que l’année prochaine, si mes enfants restent dans le circuit classique, ils vont devoir intégrer une école où la directrice fume dans l’enceinte scolaire. Un scandale!!!! Je n’ai pas précisé qu’un de mes fils est asthmatique.

    Ce sont celles-ci les raisons qui font que je m’intéresse de près à l’école à la maison. Sinon, mes enfants n’ont pas de difficultés scolaires et ont la chance de fréquenter une école tranquille, où la majorité des maîtresse aiment encore leur métier.

    La question que je me pose en ce moment est : quels cours par correspondance choisir?

    Cordialement
    Debora

    • Rémy et Cécile dit :

      L’école dit tout dans ces mots: « On ne peut pas faire du cas par cas. » C’est un terrible aveu. C’est comme de dire « on ne peut pas être humain ». Car être humain, c’est regarder chaque enfant l’un après l’autre. Et manger un fruit est en effet très bon, il faudrait en manger plusieurs même. Faire comprendre ça à des fonctionnaires…

  • Bonjour

    Je travaille à mi temps , je fais des ménages,

    Franchir le pas , me fais quand même assez peur..
    Arriverais je a m’accorder du temps a moi ?

    • Rémy et Cécile dit :

      C’est très important, on le verra. C’est grâce au temps que vous vous ménagerez que vous pourrez améliorer votre situation.

  • Je m’appelle Thamara et je vis au Québec.
    J’ai fait mes études en langues et j’ai travaillé dans le domaine de la formation linguistique et de la traduction.
    Maman à la maison depuis 8 ans et je fais l’école à la maison depuis 5 ans.
    J’ai toujours voulu être un guide pour mes enfants en les aidant à savoir apprendre et aimer apprendre. Pour le moment je ne suis pas sure de réussir parce que je ne vois presque pas d’amour d’apprendre chez ma première fille surtout (9ans).
    Ma question serait: Comment parvenir à l’emmener dans une position ou elle aime apprendre et y prend plaisir? Pour le moment c’est seulement une contrainte et évidemment c’est lours pour elle et pour moi à porter…

    • Rémy et Cécile dit :

      C’est l’objet de tout un travail Thamara, et là où l’école à la maison peut devenir un plaisir ou un chemin de croix. Nous en parlons beaucoup, cela vaut la peine de s’abonner car le sujet demande une formation.

  • Taverne-Tranquillin Dominique dit :

    Bonjour,
    Je suis Dominique,nous habitons en tant que famille à Montréal, au Canada(depuis le mois de Mai), avant nous étions en France(pour les études, mon mari et moi), puis au Luxembourg, et encore avant, avant d’étudier, nous avons grandi en Haiti. Je suis de formation artiste plasticienne, mais j’ai eu mes deux enfants après les études et ai voulu m’en occuper, je n’ai donc pas encore pu travailler, même quand « l’ecole « commencait, parce que je les prenait encore le midi au début, donc j’avais trop peu de temps et dès qe l’école termine je les prends aussi, pour être un maximum là pour eux.. Au Luxembourg mes deux enfants avaient commencé à aller à l’école déjà,ça commencait à 3 ans avec une maternelle, et la vraie école commence à 6 ans. Quand nous sommes venus ici, ma fille a commencé sa première année à « la vraie école » ici, a 6 ans, et mon fils, 4 ans, a commencé la classe d’avant, appelée maternelle ici.
    L’école a commencé en Aout, ici les enfants n’ont pas de vacances jusqu’ à Noel, sauf quelques jours de congé par ci par là. J’ai aussi du laisser mes enfants manger à l ‘école ici et mettre mon fils au service de garde la matin, parce que la pause de midi est plus courte, et le matin l’un commence à 8 heures, l’autre à 8h 40. Alors on n’ a pas le temps de rentrer et de retourner à l’école. L’école a donc commencé en Aout, et dernièrement j’ai appris que mon fils commençait à donner des coups dans le temps où il est au service de garde. J’en ai parlé à mon fils, qui me dit qu’un tel ou un tel le force à ceci ou cela,…bref. Aujourd’hui même, j’ai eu droit à être là lors d’une journée de classe de mon fils, parce qu’ils ont un projet ou chaque parent peut être là un matin. J’ai trouvé qu’il y a un stress constant et énormément de contraintes.Les enfants doivent tout faire vite (même jouer :(..), tout est très limité dans le temps, et comme c’est un grand groupe(18), avec juste la maitresse, je ne vois pas comment ils peuvent se concentrer et apprendre, même écouter la maitresse parfois!…Moi depuis que j’ai appris que mon fils frappait, et faisait des choses qu’il ne faisait pas avant, je n’arrête pas de réfléchir, à ce qui ne va pas..Et quand j’ai pu participer à une matinée de classe aujourd’hui, je crois que le problème est là, dans les contraintes constantes trop rigides, l’empressement dans le temps, tout ça fait qu’il finit par s’intéresser à d’autres mauvaises choses, comme la méchanceté, la violence, il y a des temps d’attente « vides » à cause du groupe, donc c’est comme si on perd un eu du temps..Je ne sais pas si j’arrive à tout exprimer du problème, mais il y a des problèmes.
    Pourl’école à la maison je m’inquiète pas mal, parce que personnellement, ayant grandie en Haiti, j’ai eu une très bonne expérience, de très bon souvenirs de l’école, du fait d’avoir plein d’enseignants différents, et d’avoir pu rencontrer plein d’enfants différents, que mes parents n’auraient peut être pas choisis:)..
    Et donc avec l’école à la maison, j’ai peur de ça, qu’ils n’aient pas assez de contacts variés, et pas d’enseignement par d’autres que moi (avec un même groupe)..
    Par ailleurs on aurait besoin que je travaille aussi, et je ne vois pas comment travailler en faisant l’école à la maison aussi…Si par exemple le matin mes enfants apprennent et je veux les laisser libre l’après midi avec des activités (ou je dois les emmener), même rencontres avec d’autres, comment je travaille, quand?..
    Mais c’est surtout ça, la découverte de d’autres enseignants, être avec des enfants variés tous les jours (mais le même groupe), afin de passer du temps en groupe avec des enfants différents, pas que ceux que nos parents choisissent, et que ce groupe est ensemble, vit et gère même ces « lacunes  » de l’école ensemble.., c’est surtout de ça que j’ai peur qu’ils manquent si ils ne sont pas à l’école.Même cet environnement, dans lequel on est, entres enfants, sans ses parents, dans l’école, c’était toute une aventure, que je n’oublierai jamais, personnellement, dans mon enfance. Qu’en pensez vous?..

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Dominique, c’est une idée fort répandue que l’enfant à la maison manque de quelque chose dans le domaine relationnel. Toutes les observations montrent le contraire: l’enfant à la maison est plus sociabilisé, plus ouvert, plus au contact. En réalité, l’école coupe de l’autre. Regardez l’article consacré à cette question et ceux qui s’en approchent. Amicalement

  • bonsoir,
    comment aura-t’on du temps pour nous (parents)?

    • Rémy et Cécile dit :

      Vous en aurez bien davantage, nous en parlerons prochainement. Regardez ce que disent les parents en page témoignage.

  • Bonjour Rémy,

    Tout va de soi dans ce que vous dites dans les vidéos, et en même temps cela parait inaccessible … Mon époux et moi même travaillons et cherchons des solutions pour notre enfant qui malgré tous ses effort.
    Ma question est simple : comment combiner travail professionnel et école à la maison.
    Est-ce l’un ou l’autre , pour l’un des deux parents ?
    2 à 4 h par jour pour un enfant quelque soit son âge et son niveau ?
    Commencer en cours d’année par correspondance, comment suivre un programme si nous ne l’avons pas pris du début ?

    … toujours est-il que cela est rassurant d’entendre ce que vous dite.
    Merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Nous travaillerons ces questions, naturellement, il y a des solutions, Paulita.
      On commence l’année au début du programme, peu importe si c’est en décembre ou en avril, le calendrier scolaire n’a pas d’importance pour nous.

  • FERBU Lionel dit :

    Bonjour Remy,

    Je vis en Chine depuis 7ans, j’y travaille comme Prof d’anglais dans une ecole maternelle qui se base sur la theorie de la multiple inteligence du Dr Gardner de Harward.
    Ma fille a maintenant 4 ans et demi, et j’ai decide de la retirer de mon ecole (car je peux voir ce que les enfants dans une journee), pour lui enseigner moi meme avec l’aide de ma femme qui est de nationalite Chinoise.
    Elle est naturellement bilingue, voir trilingue, donc j’aimerai savoir comment utiliser les langues, sachant que ca mere lui enseignera en Chinois la journee, et moi le soir et le week end en Anglais et Francais. Faire les memes activites dans les 3 langues? la meme journee? 1 semaine sur 2?
    Merci d’avance!

    Lionel

    • Rémy et Cécile dit :

      Chanceux ! Dans quelle région ?
      Eh bien, ça se fait tout seul, on emploie la langue qu’on veut, sans forcément programmer. Sauf, naturellement, pour les cours de langues. L’enseignant utilise la langue qui lui convient, et ça peut changer en cours de route, ce qui amènera à des traductions littérales qui permettent d’aider à apprendre (l’esprit sépare consciemment, c’est donc bénéfique contrairement à ce qu’on dit partout). C’est donc tout à fait faisable et sans difficulté particulière. A très vite.

  • béatrice dit :

    bonjour Rémy
    merci pour ce que vous faites
    je suis de Belgique ma fille n est pas encore scolarisée elle a 3 ans et demi mais je lui apprend déjà en jouent quand elle le veux quant pensez vous ? dois je en faire plus car elle sais comptée jusqu’à 14 et pour l alphabet de A à E et reconnais les animaux ma question est dois lui suivre un programme déjà maintenant ?

  • Bonjour
    Vos videos sont très instructives, cependant j’ai une question à vous poser:
    nous aimerions que nos nieces installé depuis peu en France fassent l’école à la maison (avec l’accord de leurs maman), bien qu’elles est suivit une scolarité normal aux états-unis, et qu’elles est continué le programme américain durant les 3 dernières années qu’elles ont passé en Afrique, nous n’arrivons pas à savoir par quel niveau commencé, sachant qu’elles sont âgées de 12 et 14 ans. Elle comprennent et parlent le français assez bien, nous sommes prés à leur traduire les cours si nécessaire pour une meilleur compréhension.
    Bien que leurs maman tient beaucoup à ce projet, nous sommes dans l’impasse? Que faire? Que nous conseillez vous?
    merci pour vis précieux conseils.

    • Rémy et Cécile dit :

      On commence toujours pas le niveau où est l’enfant. S’il a le niveau CM1 en français et 6ème en maths, on fait CM1 en français et 6ème en maths. On part de là où est l’enfant. Il importe de ne pas laisser de « trou » car c’est ça qui crée un dégoût, des manques, une pression. On veut que l’enfant soit à l’aise puis heureux dans le travail, et il n’y a qu’une réponse à cela: la réussite. Il faut que l’enfant réussisse. D’accord ?

  • hawa gakou dit :

    D’accord, c’est plus clair.

    Par contre peut on facilement trouver des cpc qui permettent d’avoir des cours de différents niveau sans forcement payer plus chère?
    Merci pour vos réponses.
    Hawa.

  • sandrine dit :

    Je travaille à mi temps et je me demande si le temps consacré aux devoirs sera suffisant ?

  • sandrine dit :

    Je travaille à mi temps, arriverais je tout de même à organiser et aider mon enfant dans son travail scolaire sachant que je vais sans doute opter pour un suivi du cned ?
    Combien de temps de travail quotidien pour un enfant en 5 ème ?

  • Bonjour,

    ne pensez-vous pas que mes centres d’intérêt et mes diverses formations risquent d’influencer l’ apprentissage de mon enfant.
    Comment pouvons nous faire pour éveiller son intérêt personnel afin qu’il ait une bonne culture générale entre autre ?
    Même si je suis passionnée dans mes domaines de prédilection, je ne voudrais pas trop le spécialiser et lui ouvrir un éventail de choix pour son avenir.

    Merci

  • Bonjour Remy

    Maman de Théo 10 ans qui doit rentrer au collège en septembre 2015, c’est un enfant joyeux , gentil, non violent et qui a de très bons résultats scolaires , il en a toujours eu …et ce n’est aucunement un problème , un échec, un souci de santé qui me fait me poser beaucoup de question sur l’école.
    Tout va bien alors pourquoi …
    Mon fils en CM2 actuellement , a des jugements de valeurs sur lui même qu’il n’avait pas avant
    Je suis nul , j ai rien dans la tête ( il a 17 de moyenne!!!) beaucoup de stress lors des évaluations, des leçons qu’il copie en classe comme un robot , et pour les 30 élèves c’est la même chose, il demande des explications à son maître qui reste sans réponse, donc il laisse tomber..et dans les 5 h de devoirs hebdomadaire , nous recopions en plus les leçons, faisons les leçons…
    Mais moi aussi j ai changé , j ai du stress , on fait les devoirs sous tension, il est crevé de sa journée et moi aussi, parfois je hausse le ton , je cris , il pleure, on a mal tous les deux….mais il faut du résultat alors on bosse comme des bons petits soldats..
    Au delà du programme, de l enseignement bien sûr nécessaire, c’est une question bien plus importante qui m obsède, peut on vraiment accepter l’idée que la société aime nos enfants et qu’elle travaille à leur épanouissement en allant contre leurs besoins vitaux et essentiels à leurs constructions? et surtout est elle mieux placée que nous pour aider , aimer , accompagner nos enfants?
    Aujourd hui j ai décidé , nous avons décidé et cela engendrera un virage à 360 ° dans nos vies, de
    ne plus être ses bons petits soldats , nous allons replacer l’humain au centre et surtout l’enfant,, la nature, , la singularité,la créativité et réveiller tous nos instincts endormis dans nos cellules …Nous sommes devenus des robots, une société de résultats , de comparaison , ou la matériel nous a rendu esclave, ou le matériel a pris une telle place …et au milieu , il y a nos enfants…
    Sans jugement , ni morale , chacun oeuvre pour sa vie comme il l entends mais nous avons une sensation d’étouffement .
    Faire l’école à la maison est un véritable acte d amour pour son enfant
    Merci à vous
    Alexandra

  • angélique siri dit :

    Bonjour remy et cecile,
    Nous nous appellons Angélique et Maxime, nous habitons dans le var précisément à Artignosc sur Verdon. Maxime travail comme technicien dans un service après vente, et son diplôme est BTS maintenance industrielle. Et pour ma part, je ne travaille plus, depuis la naissance de nos deux derniers enfants, j’ai un niveau bep vente.
    Ce que j’ai appréciée dans cette vidéo, c’est la joie et l’échange que je vais avoir avec mes enfants. L’aide et le soutien que vous nous apportez, c’est effectivement rassurant quand t on repart de zéro. Nous avons rencontré de nombreux problèmes avec nos trois enfants dans le domaine scolaire et nous voulons plus perdre de temps pour réparer les dégâts.
    Bien cordialement

  • Bonjour,
    Je travaille principalement à l’Opéra en tant que régisseur de scène ou assistante à la mise en scène, et cela sur des durées de plus ou moins 1 mois ou 2 mois et par intermittances très espacées depuis 3 ans.
    Ma question aujourd’hui est: Nous avons enlevé nos enfants d’une école alternative dans laquelle vraisemblablement les conflits ainsi que les mauvais comportement étaient laissé dans les mains des enfants sans aucun accompagnements et dans notre état d’épuisement nerveux mon conjoint et moi ayant des difficultés d’ordre et d’organisation ou cela crie beaucoup ( enfants et moi-même une fois ma patience arrivée à sa limite) serais-je capable de faire l’école à la maison avec
    mes trois enfants?

    • Rémy et Cécile dit :

      🙂 Chère Maud, pour nous, vous dites une chose qui ressemble à : « Croyez-vous vraiment que je doive aller au garage, parce que là, mon moteur est cassé. »
      Vous êtes épuisée, vous criez, vous portez trop de poids. Nous allons faire ce que nous faisons avec chaque maman: on va vous tracter jusqu’au garage et là on va réparer le moteur. Vous allez voir qu’en faisant l’école à la maison comme il convient, en posant chaque chose, non seulement vous aurez plus de temps mais vous serez surtout beaucoup moins stressés, l’un comme l’autre. On est dans le désordre quand on prend la vie comme elle vient, on est dans la nécessité, donc on subit, on n’est pas chef d’orchestre ou scénariste, on est figurant. Il s’agit donc de rédiger un nouveau scénario, de réaliser le film, de jouer dedans et… d’aller aux oscars pour recevoir le prix. Vous voyez certainement ce que nous voulons dire. Si nous sommes relax, à vous écrire maintenant, avec 7 enfants, c’est que nous le pouvons, et si nous le pouvons, ce n’est pas parce que nous avons de la chance.
      Amitié et à tout de suite dans une nouvelle vie.

  • Bonjour
    Merci pour votre soutien.
    cEla fait 6ans que mon fils ne va plus à l’école . Après avoir dit le tour des spécialistes, j’en suis arrivée à la même conclusion que vous. Cela me fait un bien fou de vous entendre car il me conforte dans ma façon de penser. En même temps je croyais être seule à réagir ainsi et qu’une seule personne ne m a encouragé dans ma décision. Seulement le jugement des autres prend encore le dessus et à un fort impact sur l’équilibre de mon fils.
    Un point essentiel que j’aimerai résoudre : faire accepter à son père que la déscolarisation n’est pas une maladie et à que notre fils n’est pas malade ni associable. Même un pédopsychiatre l a reconnu.
    Mais rien n’y fait . Celui campe sur ses positions et refuse le fait qu’il n’aille pas à lécole.
    Son père et moi nous sommes donc séparé après 25 ans de vie commune. Le climat étant devenu invivable pour tous. Je n’ai jamais trouvé les mots justes pour lui montrer que notre fils souffrait trop à lécole . Avez vous un remède ? Comment font les autres couples?
    Le dialogue est complètement rompu (ce dernier ne voulant plus du tout échanger avec moi)
    Difficile pour un enfant de grandir dans ces conditions de conflit. Nous avons même pris la décision de nous éloigné de mon ex de 900 kms pour échapper à l’emprise de celuici.
    Depuis un an et demi mon fils va beaucoup mieux mais j’aimerai tellement que le papa entende la souffrance de notre enfant.
    Je suis taxée de folle et de manipulatrice. Comment dois je réagir ? Est e que je fais bien? Y a-t-il encore une chance de lui faire entendre quelque chose?
    je continue à tenir le même discours que vous à mon enfant pour le soutenir et l’encourager mais régulièrement le doute m’envahit sous la pression de la société .
    Mateo, mon fils, est un « petit zèbre  » tout à fait sociable et agréable avec tout le monde . Il a également des activités :handball et dessin pour lesquelles , il se passionne.
    De mon côté , je suis institutrice (un peu en rébellion avec le système ) mais j’essaye d’apporter à mes élèves une autre forme d’apprentissage , ce qui me vaut régulièrement des remontrances de la part de mes supérieurs oups 😉
    J’ai également plusieurs passions dans ma vie : le handball, la musique, la nature et la littérature .
    Voilà je crois que j’ai synthétiser ma situation afin que vous puissiez avoir plusieurs élément à votre disposition pour m’accompagner .
    Merci merci mille fois, vous me redonnez espoir et force
    Passez une belle journée .
    Très cordialement
    CAROLE

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Carole, le discussion avec l’autre parent est cruciale. S’il a déjà dit non, ça va être délicat. Si vous n’avez pas posé la question solennellement: « Accepterais-tu que je fasse l’école à la maison à notre enfant ? », ne le faites pas pour l’instant, regardez les articles consacré aux stratégies pour le faire. Suivez l’onglet « Vos premiers pas » dans le menu. Dans les deux cas, allez voir car il est indispensable qu’il vous laisse faire, légalement.
      Non, vous n’êtes pas folle, c’est la société qui l’est, on a pris en charge l’individu sur tous les plans: santé, éducation, morale, opinions, rôle politique, argent, tout passe entre les mains du domaine public, entre les mains de « spécialistes »: politiciens, banquiers, école, avocats, journaux, fisc, hôpital… C’est pour cela que les parents ont perdu leur rôle et se montrent démunis, ce dont se plaignent les instituteurs. Les instituteurs font de l’éducation, ce qu’ils ne devraient jamais faire en réalité.
      Notre liberté ne peut pas passer par autre chose que de tout reprendre: santé, opinions, argent, temps, liberté, éducation, culture, alimentation etc. ça ne peut se faire en bloc, d’un coup, c’est une lente reconquête. La plus difficile est sans doute la plus urgente: nos enfants.
      Voilà.
      Attention au discours pour soutenir l’enfant, cela s’apprend car en voulant faire bien, on peut s’égarer. Le partage, pour développer, va dans les deux sens. Comment êtes-vous émerveillée, comment êtes-vous pleine de reconnaissance, comment montrez-vous votre joie ? Quel modèle lui donnez-vous ? L’enfant nous reflète, nous le disons dès le début dans la formation.
      Prenez la décision du fond du cœur, irréversiblement et sans trembler, car elle a besoin d’une force.
      = On ne fait pas de grandes choses en hésitant =
      Ensuite, vous n’aurez plus qu’à mettre en œuvre les techniques que nous montrons pour convaincre l’autre parent naturel, puis commencer l’école à la maison. Votre métier vous aidera grandement, puisque vous savez déjà certaines choses. Parfois, il faudra le réformer un peu.
      Nous vous embrassons.

  • Borucki Florence dit :

    Bonjour Rémy,
    Notre fille de 14 ans est malheureuse à l’école depuis la 5ème, elle est en 4ème actuellement. On me dit qu’elle a des problèmes de mémorisation et de concentration mais en primaire elle était bonne élève. Et cet année elle est en échec scolaire!!!
    Nous avons découvert dernièrement qu’elle était dyslexique et dysorthographique suite à un bilan orthophonique, nous avons l’intention de lui faire faire un test de QI et un bilan psychométrique pour mieux là comprendre.
    Avons nous raisons???
    Elle nous demande de faire l’école à la maison depuis l’année dernière. Puis je là déscolariser dès la fin du deuxième trimestre? Quel est la démarche à suivre?
    Pouvons nous poursuivre les cours du troisième trimestre à la maison???
    Merci de vos réponses et bonne fin de journée.
    Cordialement,

    Florence

    • Rémy et Cécile dit :

      « Avons nous raison » Non. Les tests vous aideront en quoi ? Pour dire qu’elle ne va pas bien ? Qu’il y a une raison « médicale » ou « psychique » ? Nous allons vous le redire comme nous le disons 1000 fois par an: votre fille manifeste exactement ce qu’on lui donne. Elle réagit mal parce qu’on lui donne du mal.
      Pensez à elle, rien qu’à elle, oubliez les questions de niveau, on le verra plus tard. Si l’école à la maison est pour vous une solution, préparez-vous, lisez, regardez, écoutez, imprégnez-vous. Car vous allez changer de vie et que vous devez être prêt. N’est-ce pas ?
      Il faudra repartir de là où elle est. Plutôt un peu avant qu’après. Qu’elle retrouve la joie de travailler et d’apprendre. C’est ça, le plus urgent, qu’elle soit fière d’elle-même. Vous devez lui rendre ça. L’instruction passera après. Et ça se fera presque tout seul, nous vous y aiderons.
      La première démarche, c’est de cliquer sur le menu « Vos premiers pas. » Laissez-vous guider, tout est fait pour vous aider. A plus tard.

  • camilleri dit :

    bonjour,
    C’est une vidéo très intéressante !
    Le problème qui me préoccupe le plus en ce moment est :
    Comment vais-je faire pour que mes fils rattrapent leur niveau de français ? (l un est en cm2, l’autre en 6ème)
    En effet, la base n’a pas été acquise depuis toutes ces années ; ils ont au moins une année voire deux de retard.
    cordialement.

    • Rémy et Cécile dit :

      On va reprendre, quitte à reculer, ça n’a pas d’importance. On ne va pas laisser de zones d’ombre.

  • de Lestrade dit :

    Ma fille de 12 ans est en 4ème. Elle n’est pas nourrie intellectuellement et veut faire l’école à la maison. Mais j’ai peur de me lancer, que ça mange tout mon temps et surtout, j’ai peur de ne pas avoir le niveau.

  • Quel cours par correspondance choisir pour un enfant issu d’une école Steiner ?

  • Michel Auger dit :

    Bonjour,
    Je suis briqueteur-maçon père de 5 enfants pour l’instant ces 1 garçon de 13 ans qui serait très
    Heureux d’apprendre que sa mère pourrait lui faire l’école à la maison ( extrêmement démotive se renferme sur lui même ) vous êtes sûrement la solution j’attends avec impatiente les autres vidéo merci a vous et votre conjointe

  • Bonjour,

    Je vais me lancer dans l’école à la maison, c’est décidé !
    Il me parait naturel de me responsabiliser dans mon rôle de maman, et d’assumer toute la responsabilité qui en découle. Je ne me vois pas le confier à une école à qui on ne donne pas les moyens de former des citoyens et des êtres épanouis et libres…
    Je suis soulagée aujourd’hui de voir que c’est possible, depuis la naissance des filles, je sentais un malaise à propos de leur scolarité que je n’osais pas exprimer, depuis peu je commence à en parler autour de moi, certains m’encouragent, d’autres me regardent inquiets, mais j’ai confiance en nous, et je suis sûre que nous serons très heureux comme ça ! Merci à vous Rémy et Cécile, votre aide est importante dans cette démarche !
    Au plaisir de recevoir d’autres conseils !
    Elodie

  • Bonjour je suis maman de trois garçons 8 ans 6 ans et bientôt 3 ans
    Je me pose beaucoup de questions pour mon ainé il a redoublé son ce1 surtout par rapport a son maturité souvent dans sa bulle joue avec ses doigts…
    Sa maitresse a voulu qu’il passe des tests de QI qui sont normaux
    Maintenant il est suivi avec une psy plus à un atelier groupe a UMPEA pour les relations avec les autres et chez l’orthophoniste ca commence a faire beaucoup et je ne vois pas un comportement super différent!
    Ca première année ainsi que son CP il a eu une maitresse qui le devaloriser qui l’umilier etc ex :
    tu es un escargot de bourgonne tu es lent …
    Mon deuxième enfant doit a son tour rentrée en Cp a la rentrée prochaine avec cette maitresse et je me pose beaucoup de questions. La seul chose qui me rassure c’est que mes deux enfants sont différent que mon deuxieme enfant la lui aussi eu en maternelle et que ca c’été bien passé.
    la question que je me pose c’est est ce qu’on peu faire classe a la maison a un seul enfant quand on en a plusieurs ?et le prix ? et surtout si c’est possible avec tous les métiers car je suis assistante maternelle! merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Comment une maîtresse peut dire de telles choses à un enfant, nous ne saurons jamais. Qu’ont-elles dans la tête . En tous cas, elles ne sont pas formées.
      Les tests sont inutiles. Ils ne font pas avancer l’enfant d’une part et d’autre part, ils le font passer pour anormal, ils développent des inquiétudes ou des complexes chez l’enfant. Un enfant complexé développe des troubles plus ou moins graves.
      Oui, vous pouvez faire l’école à la maison quand vous êtes plusieurs. Le prix variera entre 0 et 1000€ selon ce que vous choisirez. C’est possible avec tous les métiers mais c’est surtout une question de temps disponible. Nous vous en reparlerons.

  • legrand aude-line dit :

    Maman de 4 enfants (12ans,10ans, 7ans et 3ans), je fais l’école à la maison depuis le mois de janvier.
    J’ai fais l’école à la maison trois ans il y a Deux ans déjà.

    Mon principal problème est la confiance en moi-même. J’ai le sentiment de ne pas savoir motiver mes enfants, de ne pas savoir les valoriser, d’être en lutte avec leurs intérêts. J’ai choisis l’école à la maison pour m’occuper d’eux, ne pas déléguer leur éducation et leur instruction à d’autres qui nous les arrachent et n’ont aucun autre but que d’arracher leurs racines familiales.
    Ils ont tous été diagnostiqués dys et je ne me reconnais pas en eux, perds pieds et me démoralise. Je ne crois pas en eux c’est terrible!

    Voilà, je crois en l’école à la maison ,mais ne trouve pas encore le bon equilibre entre liberté autonomie et planning.

    Je suis professeur de philo (ne travaillant plus) et mon mari prof d’arts.

    merci à vous

    • Rémy et Cécile dit :

      Prof de philo, quel bonheur ! Nous aimons beaucoup.
      Bon, vous serez particulièrement à même de comprendre ce discours: enseigner vos enfants vous amène aux limites de vous-même. C’est la formation ultime. Qu’est-ce que les principes de philo vont devenir devant ce défi permanent ?
      Par ailleurs: vous ne les reconnaissez pas; c’est-à-dire qu’ils n’ont pas reçu ce que vous avez reçu. Voilà ce que vous pouvez comprendre et de là, choisir délibérément de leur restituer une partie de ce que vous avez eu. Pas la totalité, mais quelques trésors: ils en feront autre chose de différent mais de très beau. Enfin, il y a un apprentissage de l’autorité à faire, celui de la juste distance, celui de vos personnages éducatifs, celui de votre forme qui est forcément moyenne: vos enfants vous reflètent. Vous avez lu l’article qui porte ce titre ?
      L’enfant sera tel que nous le sollicitons. Il n’est jamais trop tard.
      Mais ne restez pas seule. On ne devient pas champion en s’entraînant seul, de même qu’on ne prend pas la haute mer sans avoir été formé. Formez-vous, recevez l’outillage indispensable, la somme immense de trucs qui vont vous permettre de sortir de cette sorte d’impasse. La meilleurs sortie d’une impasse, c’est pas le haut. Voulez-vous qu’on en parle ?

  • Marjorie de cherbourg.la question que je me pose le plus? Ils ont 4 ans et 3 ans,il est EIP ou surdoue,il s ennuie,mon instinct me dit stop,ses larmes me sont insupportables…mais est çe que je fais le bon choix….

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour, le choix d’arrêter les larmes d’un enfant est toujours le bon.

  • Bonjour amina maman de 4 enfants dont 2 scolarisés à la maison en ps et ms . Un vrai plaisir de suivre leurs rythmes , de partager avec eux … Des difficultés dans la gestion des 2 autres petites sœurs, l’organisation, mais aussi la pédagogie ( ne pas perdre patience)..
    Vous êtes des gens touchant et réconfortant , que Dieu vous récompense .
    Impatiente de la suite.
    Amicalement .

  • nadege paris graphiste, illustratrice dit :

    j’ai un peu peur de passer le pas
    mais je vois bien que mon garçon en grande section n’est pas toujours bien
    Il est heureux et se détend quand je viens le récupérer à l’école comme libéré.
    C’est une école avec certaines valeurs mais ces valeurs ne se retrouvent pas dans la cour de récré
    ni dans les rapports entre enfants ou entre enfants/professeurs. J’ai besoin de me renseigner encore un peu notamment sur les cours par correspondance avant de prendre ma décision.
    Est-ce que je peux inscrire mon enfant en cours d’année à un cours par correspondance ou nécessairement pour la rentrée de septembre ?
    Merci en tout cas pour vos conseils et pour votre implication, Très cordialement,
    Nadège.

    • Rémy et Cécile dit :

      « Il est heureux et se détend quand je viens le récupérer à l’école comme libéré. » C’est un signe parlant.
      Nous vous montrerons quels cours sont les bons, si vous voulez.
      ça ne vaut pas la peine d’inscrire un enfant à un CPC en fin d’année, vous pouvez le retirer et l’inscrire pour l’année prochaine.

  • Bonjour Cécile, bonjour Rémy,

    tout d’abord merci beaucoup pour votre site qui m’a fait découvrir le principe de l’école à la maison et ses nombreux avantages. Depuis que je l’ai parcouru, j’envisage très sérieusement de faire l’école à la maison pour mes enfants. Une seule question hante mon esprit et celui de mon mari: si nos enfants veulent faire une grande école après le bac, ou bien intégrer une classe préparatoire qui demande un très bon dossier scolaire (dossier et non pas niveau…) comment cela se déroule-t-il? Avez-vous un retour d’expérience de jeunes ayant fait l’école à la maison et qui poursuivent leurs études supérieures dans ce type de structure?
    Comment et par qui le dossier scolaire d’un enfant scolarisé à la maison est-il complété?

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Amicalement,
    Gwladys.

    • Rémy et Cécile dit :

      Une très bonne école appréciera grandement que l’enfant ait fait l’école à la maison.
      Oui, nous avons des retours et même des statistiques.

  • Rémy et Cécile dit :

    Bonjour Olivier, vous verrez que nous aurons tous les arguments imaginables pour la convaincre, que ce soit sur le niveau, la sociabilisation, le temps consacré etc. Nos parents ont un niveau même supérieur au niveau moyen des enseignants, ils sont formés progressivement et sans que ce soit une montagne. Les résultats de l’école à la maison sont nettement meilleurs que l’école, nous avons publié aujourd’hui un dernier article à ce sujet. Par ailleurs, les abonnés peuvent s’inscrire sur la carte des familles mondiale des parents qui font l’école à la maison. Bien à vous.

  • puis je faire l’école à la maison, pour enfant sixième,, cp ce2 à la rentrée prochaine, j’en rêve mais j’ai peur.
    Je suis mère au foyer mais je fais des petits boulots tous les jours .

  • puis je faire l’ecole à la maison en septembre 2015 pour enfant en sixieme, cp et ce2…j’en rêve mais j’ai peur de ne pas pouvoir gérer mes 3 enfants aux caractères forts.

    • Rémy et Cécile dit :

      Oui, et même d’ici là, vous pouvez faire votre premier cours pour ressentir les premiers moments. Mais suivez quand même « vos premiers pas » dans le menu.

  • Anne-Hélène dit :

    Bonjour, je m’appelle Anne-Hélène. J’habite actuellement dans l’Hérault mais, le mois prochain, nous allons nous installer, avec mon conjoint et mon dernier fils (Maxence, 8 ans) en Touraine, à Montlouis sur Loire. J’exerce le passionnant et riche métier de thérapeute, en profession libérale !
    La question de l’école à la maison se pose pour Maxence (pour l’instant car mon aîné de 15 ans qui vit en région parisienne avec son père sera peut être intéressé). Le mois dernier nous avons dû mettre en place la procédure Stop Harcèlement pour Maxence et le sortir de son école (publique). Nous avons eu une place d’urgence dans l’école privée du village jusqu’à notre déménagement le 15 avril.
    Je me pose bien sûr tout un tas de questions sur ma capacité à transmettre de façon harmonieuse à mon enfant ce dont il a besoin pour avoir un bon niveau scolaire mais j’ai la chance d’avoir un enfant qui me dit adorer apprendre plein de choses…
    La principale question que je me pose aujourd’hui est très « pratique » : sachant que nous déménageons dans un mois, à quel moment dois-je faire le nécessaire pour mettre en place l’école à la maison, et notamment tout ce qui a trait au certificat de radiation et à l’inscription à un CPC ?
    Merci déjà pour la richesse des informations que je trouve sur ce site et pour les réponses que vous m’apporterez 🙂

  • Bonjour au depart si je m intéresse à l’école à la maison c’est pour ma fille qui va rentrer dans 2 ans en 6eme et aux vu de tout ce qui ce passe je n’est pas envie de la mettre au collège ! Merci pour Ces vidéos elles sont très intéressantes. Actuellement ma fille est en ce2 et rencontre des difficultés à cause de sa lenteur de pensée et d’écriture elle se fait donc punir par la maitresse… J’ai une question : est ce réellement un problème d’être lent et y a t il une solution ? Merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Amélie, soit c’est une lenteur naturelle qu’il faut protéger, car sa façon de concevoir et penser est lente et ça peut être vertueux, en ce cas nous vous montrerons comment faire; soit c’est une lenteur liée à des difficultés, en ce cas vous serez l’entraîneur qui va l’aider à aller plus vite; nous vous le montrerons aussi. Merci pour cette question et votre délicatesse vis-à-vis de votre enfant.

  • Nastasia dit :

    Bonsoir, je suis de Lyon, j’ai une maitrise de droit et 2 fifilles (2ans et 3ans). Comment se passe le redoublement avec l’école à la maison? Et à l’inverse est-il possible de sauter une classe?

  • Geneviève dit :

    Bonjour, je viens de loin! Montréal pour être plus précise! J’aime beaucoup vos vidéos jusqu’à présent, ils me rassurent! Je me demandais si vous aviez eu la chance de venir en aide à des parents qui font l’école à la maison à des enfants autiste?

  • Bonnet Nancy dit :

    Est-il possible de continuer à travailler quand on fait l’école à la maison?

  • Bonjour, Sophie, maman d’une fille de 3 ans trois quart et qui va à l’école le matin en PS. Je trouve que c’est déjà beaucoup. Je trouve qu’elle a fait des progrés au niveau de la propreté et qu’elle apprend bien et de plus elle travaille bien. Par contre, elle est souvent seule pendant la récréation, elle a été plusieurs fois malmenée et je trouve que parents comme professeurs minimisent celà. C’est devenu au regard de la masse comme quelquechose de normal, c’est la vie quoi. C’est celà que je trouve déplorable. J’ai bien sur la chance d’etre quand meme dans une école tres bien avec une bonne maîtresse et heuresement car je me demande comment ca doit etre dans les autres écoles! J’hésite à franchir le pas, ne serait ce que par rapport au temps, par exemple pour m’occuper de la maison (je suis mere au foyer), ect, car à part l’école ma fille n’est gardée par personne d’autre que moi. Et puis il y a aussi que je trouve que l’école forme nos enfants à etre un peu des moutons. Je suis allée à une sortie hier et c’était vraiment celà. Très peu de temps de jeux et beaucoup de temps d’attente, de silence, de queue leu leu, de comptage des eleves. Moi qui suis allée en creche, en colonie de vacances, au centre aeré, à l’école ect, je ne suis pas quelqun de tres avenant! D’un autre coté je me dis que d’etre confronté aux enfants perturbateurs à l’école aprend aussi la réalité de la vie car il n’y a pas que des personnes gentilles sur terre. Mais d’un autre je me demande si celà est utile ou pas de rencontrer ce genre de personnes. Je ne sais pas.

  • Bonjour,
    Très convaincue qu’il n’y a pas de hasard dans ma quête de trouver une solution pour ma fille de 13 ans dyslexique, dyscalculie et mutique sélective, depuis le Cp on me conforte dans l’évidence que ma fille ne pourra suivre une scolarité normale et on me la pousse hors de système classique, je maintiens et la suis et la pousse sous ses suppliques pour la maintenir et elle y parvient mais est tellement gavée par des cours qui ne lui servent à rien et qu’elle ne peut ingurgiter….du coup sa moyenne baisse…
    Question : financièrement si on ne prend pas les cours du cned qui sont gratuits cette scolarité risque d’être chère. De plus combien coûte votre intervention ? ….
    Je suis en attente pour avoir un travail à mi temps et suis en parallèle reflexologue et sophrorelaxologue, activité que j’ai d’ailleurs du arrêter pour pouvoir être bénéficiaire d’un contrat aidé car situation trop précaire, je suis toute seule avec 3 enfants….
    Quand à faire l’enseignement cela ne m’effraie pas du tout car c’est ce que je fais à l’heure actuelle et depuis des années car tous ces cours sont repris synthétisés par moi pour qu’ils soient buvables ! Mais ma crainte est qu’elle n’arrive pas à gagner en autonomie et qu’elle soit perdue lors des examens, tous les spécialistes me reprochent mon « trop plein d’implication » et me culpabilisent en me disant que je suis trop protectionniste et ne prennent jamais en considération les demandes de ma fille qui me supplie de lui faire confiance et de ne pas la lâcher et surtout de ne pas la mettre dans des SEGPA OU AGRICOLE.
    Merci, je sais je parle beaucoup mais c’est un sujet qui me tient tellement à cœur et je touche du doigt la solution alors je suis un peu fébrile et contente que l’évidence qui me parle depuis des années se concrétise avec la visite sur votre site qui n’est pas du hasard car le hasard à mon avis n’existe pas il n’y a que des rencontres et des cheminements qui nous amènent à une destination qui répond forcément à nos interrogations…
    Evelyne

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour, Evelyne, il faut éviter le CNED qui ne vaut pas grand chose et c’est peut de le dire. Il existe des cours presque gratuits et d’autres très abordables, l’essentiel étant l’enfant que nous faisons en priorité par rapport à d’autres dépenses.
      « ma crainte est qu’elle n’arrive pas à gagner en autonomie et qu’elle soit perdue lors des examens » ça ne sera pas le cas si vous vous formez, elle sera autonome et prête.
      « tous les spécialistes me reprochent mon “trop plein d’implication” » Ces spécialistes ne sont pas indispensables.
      « le hasard à mon avis n’existe pas » En effet, il n’existe pas.

  • Bonsoir, je vous remercie vivement pour vos vidéos riches en enseignement.
    Je m’appelle Saluna, je suis couturière et ai trois petites filles, deux de 3 ans et demi et une de 2 ans. Nous vivons près de Rambouillet et j’envisage de faire école à la maison pour mes enfants. Pour l’instant mes aînées sont en maternelle et tout se passe bien, mais je suis pleinement consciente du fonctionnement du système et ne souhaite pas y livrer mes enfants. Aussi je suis prête à tous les sacrifices pour élever au mieux mes filles et suis en train d’étudier la manière dont je vais m’y prendre pour faire école à la maison (organisation, méthodes, emploi du temps, etc).
    Bien à vous,

  • mon metier est mere a maison en nouvelle ecosse et je me demande comment aider mes enfants ( 2 enfants de moin de 5 ans) a apprendre loin de l’école quand on est dans une province anglais et dans une maison francais merci

  • Bonjour,
    Nous vivons à la réunion et tout dans cette vidéo m’a plus car ce sont des sujet qui m’interpellent. J’ai 4 enfants scolarisés et voudrais leur faire l’école à la maison, 1 qui a 18 ans, passe son bac. 1 qui a 16 ans est seconde , 1 qui 10 ans passe en 6ème, et la petite qui a 4 ans en moyenne section. Ma crainte c’est s’ils vont s’habituer à moi comme (prof) et ne se lasseront ils pas vus qu’il n’y aura plus les autres élèves. Il y a la question de sociabilité et quels cours par correspondance gratuit ou pas chers prendre car j’ai pas trop le moyen. Merci pour votre aide. à bientôt

  • Super, tout est délicieux à entendre; du petit lait pour l’esprit.
    J’ai 5 enfants de 8 ans à 18 mois, avec 4 garçons pour commencer… Nous sommes depuis 10 ans au Québec, mais nous rentrons en France cet été. Mon aîné a un TDAH, insupportable s’il n’a pas son médicament, dispersé et hyper relou. Mon 2è doit rattraper le niveau du CP pour septembre car au Québec il n’est qu’en maternelle.
    Suite à des années de découverte de l’école à la maison (j’ai été séduite dès le début mais pas mon mari, mais je suis une espèce de marginale), de réflexion, de constats par rapport à l’école communale, d’inepties observées dans les « classeurs » de notre grand (y a pas de cahier et au Québec on écrit en script), de lectures passionnantes (Wettstein Badour par exemple) nous avons « craqué », je fais l’école aux enfants depuis 2 mois. De toutes façons, j’étais déjà au foyer, et j’adore l’école, je voulais être prof mais finalement j’ai été libraire… enfin, pas longtemps, nous nous sommes mariés et les enfants sont arrivés tout de suite. (et j’ai 31 ans) Bref. J’ai des bouquins « tout le programme » pour chaque année pour me guider mais je « fabrique » les leçons moi-même en utilisant aussi quelques livres de la CX9.
    Evidemment, je suis « en amour » avec vos théories, et je sais que je vais adorer tous vos conseils.
    Et donc comme tout le monde, j’ai des soucis avec mes fils-écoliers. Ils sont d’une paresse et d’une lenteur sans nom. Si ça se comprend avec le 1er qui a un déficit d’attention, avec le 2è, c’est très problématique. Il lit 3 phrases (méthode (CX16)) et puis il se liquéfie sur place comme s’il avait tout donné et plus moyen d’en tirer quoi que ce soit, une vraie limace. Je n’ai sûrement pas la bonne méthode. J’ai bien compris la vidéo n°1… Alors, que conseillez-vous ?
    En tous cas, mille milliers de mercis pour votre boulot.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Alix, puisque vous êtes une spécialiste du livre éducatif, voudriez-vous bien aller sur la page des « livres que nous recommandons » (voir menu) et compléter ce que nous avons ? On nous demande par exemple d’autres livres au-delà de la 6ème. Que conseillez-vous ?
      Lenteur et paresse, on va en parler, vous pouvez être sûre qu’ils sont rapides et acharnés quand il s’agit de faire des choses qu’ils aiment. C’est donc sa méthode qu’il faut améliorer et nous vous donnons tous les trucs. Ce qui ne se fait pas en un commentaire mais en dizaines de vidéos et articles 🙂
      Amitié.

  • Blandine dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre vidéo qui aborde beaucoup de sujets. je suis vraiment contente d’avoir découvert votre site car je m e pose des questions depuis que l’ainée des filles etait en grande section, elle a maintenant 15 ans.
    De mon côté deux soucis principalement : que faire de mes enfants lorsque je suis au travail (je travaille le matin, sauf le mardi où je travaille toute la journée) ? Comment convaincre mon mari que c’est réalisable ?
    Merci d’avance

    • Rémy et Cécile dit :

      Pour cela, regardez l’onglet « vos premiers pas » dans le menu. La conversation avec le mari est très délicate, ne pas y aller sans avoir été préparée.

  • Bonjour,
    Bonjour, mon principal questionnement porte sur ma capacité d’organisation. J’ai un caractère qui peut à la fois être une vertu et un défaut : la souplesse. Je manque de rigidité ou de cadre dans mon organisation. Je sais m’adapter à la situation. Je n’ai pas de mal à plannifier mais ai plus de mal à me tenir à un plan. J’aimerais savoir si c’est une bonne chose ou un trait que je dois travailler dans le cadre de l’école à la maison. Merci beaucoup ! J’aprécie votre travail et partage vos valeurs.

    • Rémy et Cécile dit :

      Ce sera comme vous le déciderez: le cours sera à l’image de votre plan. Le mieux est souvent de démarrer avec un cadre puis progressivement de travailler l’improvisation et l’absence de préparation.

      • Merci, c’est bien ce que je comptais faire pour prendre mes marques !

  • Rizlen & Michael dit :

    Bonjour.
    nous vivons en Belgique; entre Bruxelles et Anvers.Nous avons un bébé de 9mois. Nous connaissons des histoires édifiantes concernant l’enseignement et les effets déstructeurs qu’il peut avoir sur certains enfants. Je (Rizlen:maman) songe à l’école à la maison pour mon bébé. Mon mari(Michael),à ce stade,y voit beaucoup de contraintes et difficultés. Puisque notre enfant est encore un bébé nous avons du temps devant nous et en même temps nous devons anticiper…. D’ou notre multitude de questions:
    1) je suis francophone et mon mari néerlandophone.si j’enseigne à la maison ce sera en français.comment faire pour lui enseigner l’autre langue nationale,le neerlandais?
    2) pour l’instant je suis en interruption de carriére mais je vais travailler à nouveau.Dans quelle mesure il est envisageable d’enseigner à son enfant et en même temps de travailler?
    3)existe t-il en belgique (bruxelles,Anvers ou autre) des associations de parents pros « école à la maison »?
    4)les parents qui donnent cours à leurs enfants ont-ils tout de même mis leurs enfants à l’école maternelle çàd entre 2,5ans et 6ans ?
    j’ai bieb d’autres questions mais je vais me limiter a ces 4 ci-dessus pour l’instant.merci

    • Rémy et Cécile dit :

      1/ ne vous en faites pas, l’enfant apprend spontanément les langues qu’on emploie devant lui.
      2/ vous serez contrainte de consacrer du temps à l’enfant, votre travail sera donc soit chez vous soit à mi-temps.
      3/ Oui, bien sûr.
      4/ Nous déconseillons de mettre trop tôt l’enfant face à une scolarité. Mais oui, certains retirent leurs enfants après une maternelle.
      Nous répondrons à toutes vos questions sans que vous ayez à les poser, jour après jour.
      Amicalement

  • je suis de formation comptable, je ne travaille plus.
    j’ai aimé cette vidéo parce qu’elle est rassurante, vous dites que tout le monde peut y arriver.
    c’est ma hantise de mal faire et que mes enfants échouent à cause de moi.

    • Rémy et Cécile dit :

      Vos enfants n’échoueront jamais à cause de vous, ils ne peuvent que monter, si vous vous faites un peu confiance.

  • merci beaucoup pour tout .je suis marocaine mon fils est dyslexique et il a des trouble d attention et il a maintenant 14 ans et il est 6 emm annee scolaire .je veux bien inscrire mon fils au colège fraçais ou quebequoise qui suivent un programme moin dur par correspondance est c possible? si oui comment se déroule les contrôles continu pour passer à la classe suivante? aura il un diplôme reconu par tout??? . merci de me repondre

  • Bonjour
    je suis de formation : assistante sociale. je ne travaille plus. je suis une convaincue de l’école à la maison après tant d’années d’hésitation et de questionnement du genre : aurais-je la patience qu’il faut ? serais persévérante sur le long terme, ai-je le niveau etc… aujourd’hui je peux voir les dégâts de l’école sur mon aîné et je ne veux pas faire les mêmes erreurs avec mon second qui lui m’a déjà dit qu’il ne veut plus aller à l’école (CP) lui qui au début voulait y aller. Maintenant je veux juste commencer. ma question est : quand commençons nous ?
    bien à vous

  • ERIDAN REGINE dit :

    ma fille a quatre ans et ne sait pas encore articuler et présente des difficultés pour se faire comprendre. aujourd’hui , elle est suivie par une orthophoniste.
    aussi, j’aimerais savoir si grace aux méthode que vous dispensées, je peux lui enseigner des cours à la maison

    • Rémy et Cécile dit :

      Bien sûr Régine. Est-elle allée à l’école ?

  • Maman au foyer vivant à l’étranger

    Je pensais trouver meilleur scolarité pour mes enfants en quittant la France, et malheureusement j’en ai été déçue.

    Je suis consciente que nos enfants ont des capacités intellectuelles mais , par manque de confiance en moi, par hantise qu’ils s’ennuient avec moi, je les ai mis à l’école . Mais si je n’en suis pas satisfaite.

    Je cherche donc le meilleur pour eux, et étant perdue et novice, j’aimerais y que vous m’aidiez a 1) me dire quel cours par correspondance est le meilleur pour le CP? 2) m’expliquer comment occuper mes enfants le plus possible durant la journée? Tout en trouvant leur bonheur la dedans et les épargner de la lassitude et d’une défaite.

  • Bonjour,
    Je suis conjoint collaborateur auprès de mon mari qui est Boucher. Nous avons 5 enfants et notre petit dernier, Karel a 7 ans. Il est Dysphasique et revient très souvent grognon de l’école.
    D’autre part, alors que les enseignants n’ont cessé de dire que l’apprentissage de la lecture serait primordial, on ne fait (en CP) strictement rien pour aménager ce temps pour lui……au contraire ! Vos vidéos sont très encourageantes, félicitations !
    Ma question principale est de savoir combien d’heure par jour je vais devoir aménager pour me consacrer à lui. Je suis certaine d’obtenir de biens meilleurs résultats, malgré mon petit niveau 3ème !

    • Rémy et Cécile dit :

      Vous avez raison Audrey, vous aurez rapidement de bien meilleurs résultats. Comptez tout de même 2-3 heures par jour au minimum pour faire un programme complet. Il est à l’âge crucial, il faut le nourrir.

      • Merci bien
        c’est exactement le taux horaire que j’avais prévu.
        Bonne continuation.

  • Je m’appelle sabrina,
    Je vis en Martinique. J’élève seule ma fille de 5 ans qui ne s’adapte pas du tout à la vie l’école. Elle est déficiente auditive. Depuis avant sa naissance je suis totalement convaincu des bienfaits d’une pédagogie alternative à celle de l’éducation nationale. Et en me penchant sur l’école à la maison, plus de doute, c’est ce qu’il faut à ma fille. Je suis ultra motivée.
    Mon appréhension : j’espère ne pas me faire d’illusion en pensant que je puisse scolariser ma fille à la maison tout en travaillant à temps partielle la nuit. Mais jusqu’à présent je dois dire que je m’en sort plutôt bien, compte tenue de mon temps libre dédié à son instruction et son éducation qui portent ses fruits.
    Je continue donc à visionner vos vidéo et je suis sur le top départ !
    Merci très sincèrement de partager votre expérience avec autant de parents et d’enfants demandeurs.

  • Françoise dit :

    Bonjour,
    Maman de 4 enfants, notre ainée (CM2) est déjà dans une école hors contrat bien adapteé à ses besoins. Le second (CE1) est en école classique mais il est malade dès qu’on parle d’école (mal de ventre, maux de tête), il ne supporte plus l’ambiance de classe : le bruit, le manque de respect, les grossièretés… Le niveau scolaire ne semble pas mauvais mais c’est vraiment l’ambiance qui est néfaste. Notre aînée a quitté le circuit classique pour les mêmes raisons.
    Merci de nous accompagner dans notre reflexion

  • chantal973 dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette vidéo. Je suis maman au foyer et mes enfants ont 2 et 7 ans plus une belle fille de 11ans. Nous formons une famille recomposée. Je souhaite vers l’école à la maison mais je me demande comment faire pour gérer les tensions (jalousie entre les loulous qui essaient tous de m’accaparer) et le manque de motivation et de concentration

  • Bonjour,
    Je m’appelle Ariel, j’ai 3 enfants de 12ans, 10ans et 1an, je donne des cours chinois à la maison. C’est mon fils ainé qui demande faire l’école à la maison .
    Car ça lui pertube ses cours.
    Les cours ne sont pas rassurés.
    Nous sommes en train de rechercher.
    Merci pour les information.

  • Christelle dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette vidéo, je m’appelle Christelle, je travaille à temps complet et mon mari aussi, notre fille de 14 ans actuellement en 3ème ne veut pas aller au lycée l’année prochaine, elle veut sortir du système scolaire qui pour elle ne lui convient pas, nous ne savons pas quoi faire, les profs nous incitent pour qu’elle aille au lycée en nous disant que c’est mieux pour elle. Quelles sont les arguments que nous pouvons leur donner pour leur expliquer qu’ils ont tort. J’ai vu que le CNED était complet mais je ne sais pas si c’est une bonne méthode et si j’aurai assez de temps pour bien m’occuper d’elle. Je suis un peu perdue. Merci beaucoup.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir Christelle, déjà, il n’est pas nécessaire de discuter avec les profs, vous n’avez pas besoin d’eux pour prendre votre décision. Par ailleurs, le CNED n’est pas l’idéal, nous vous montrerons d’autres cours meilleurs. Vous recevrez toute l’information qui vous montrera comment on peut avoir le temps et mettre en place l’école à la maison. Amicalement

  • Faduilhe dit :

    Bonjour
    Je suis geomaticienne a tampon a la Réunion. Mon fils Matthieu a 4 ans. Depuis son entrée en petite section de maternelle, il n’a pas dit un mot à son institutrice. Aujourd’hui elle est très agacée par son comportement et mon fils ne veut plus aller à l’école. Aussi elle nous a convoqué pour en discuter concluant que notre fils n’est pas sociable. Depuis nous le gardons à la maison car il est très chagriné de devoir aller à l’école. A la maison il joue avec ses amis et s’exprime, parle beaucoup avec nous et il même est très demandeur d’enseignement (abécédaire, chiffres, livres, compter, …) Nous en avons conclut que l’école actuelle ne répondra pas a sa soif de curiosité.
    Merci pour les réponses concrètes apportées par la vidéo car nous recevons des enseignants plutôt des reproches culpabilisantes pour nous parents et pour l’enfant lorsque survient un problème.
    Nous sommes à la recherche de cours par correspondance et envisageons de tenter l’expérience pour nos deux aîné Matthieu 4 ans et émy 6 ans.
    Nous nous interrogeons sur l’existence doutils pour les cours de langues adaptée à leur âges.
    Graziella

  • Bonjour,

    Je suis documentaliste avec une formation universitaire en histoire de l’Art et journalisme.
    Mon plus jeune fils est un « zèbre » et mon mari et moi nous battons avec l’école depuis la maternelle. Aujourd’hui, il termine son CE2 et étant donné que les choses empirent, je pense lui faire l’école à la maison à la rentrée. Je souhaiterais savoir si une activité professionnelle, même réduite, est vraiment compatible avec ce choix ?
    Merci pour vos vidéos et vos conseils
    Cordialement,
    Martine

    • Rémy et Cécile dit :

      Bien sûr qu’elle l’est Martine, et même nous encourageons nos parents à développer une nouvelle activité quand ils n’en ont pas. Nous en reparlerons très vite.

  • marie-ange dit :

    maman de 5 enfants, mère au foyer…
    ma question principale : quand on fait l’école à la maison, y a-t-il des obligations de test ou d’examens [organisés par le cours par correspondance en fin d’année] pour l’enfant à faire en un lieu donné? autrement dit, pour savoir si l’enfant peut passer en classe supérieure, doit-il passer des évaluations seul hors de la maison (un peu comme le bac) ?
    merci!

    • Rémy et Cécile dit :

      Nous en parlerons Marie-Ange. C’est le cours, en-dehors des examens, qui s’en chargera.

  • ORMIERES dit :

    Bonjour, cette solution me fait un peu peur. Mon fils de 15 ans est dysphasique (malformation du lobe frontal gauche). Il fatigue vite quand il doit se concentrer. Il est en classe ULIS 4ème, avec un niveaux évalué CM1, CM2. Je suis convaincu qu’il perd son temps en ULIS, pas d’apprentissage poussé, et pas assez de cours avec les classes normale où il pourrait progresser, comme en mathématique. Il a des difficultés avec les relations aux autres, car pas à l’aise avec le langage. L’orientation qui veule lui donné est restreinte: espace vert, vendeur pièce auto. Je suis intimement persuadé qu’il pourrait évoluer favorablement si une prise en charge adéquate était mise en place. Le soucis, c’est que moi et mon épouse travaillons et qu’il ne reste pas trop de temps pour l’école à la maison. Y a t-il d’autres parents avec un enfant qui a les mêmes problèmes ? Qu’ont il fait ?

  • Patricia dit :

    Je suis assistante maternelle à vauréal.
    Ce qui m’a intéressé dans la vidéo, c’est le rappel à chaque fois de l’importance et de la place des parents pour l’enfant au niveau enseignement, instruction.
    On sait que l’on peut donner le sein, que l’on peut faire grandir notre enfant, que l’on peut suivre son épanouissement pas à pas mais on ne se rend pas compte combien on est aliéné dès que l’on parle de l’instruction de nos enfants.
    Un grand merci pour m’avoir ouvert les yeux.

  • Bonjour,
    Je suis infirmière, en congé parental depuis 5 ans, maman de 6 enfants dont 5 sont scolarisés, cela fait 5 ans que l’école à la maison me tente, voyant les difficultés de différents ordres que rencontraient mes enfants, étant une famille plus que modeste nous attendions des jours meilleurs pour déménager et ainsi avoir plus d’espace me permettant de faire la classe ( nous n’avons qu’une pièce de vie très petite pour notre grande famille)
    Ces jours meilleurs ne sont pas arrivés, et je dois interrompre mon congé parental, en septembre pour pourvoir aux besoins de notre famille.
    Je trouve vos vidéos super et avoue que cela est difficile pour moi, c’est comme remuer le couteau dans la plaie. Mais je reste confiante et me dis que je suis heureuse d’avoir découvert votre blog, même si ce projet qui nous tient énormément à cœur ne verra le jour sans doute qu’en2016 au plus tôt.

  • Sophie rivest dit :

    Je suis maman de 4 enfants et je suis a la maison.J’étais enseignante au primaire avant d’avoir mon premier enfant, il y a 8 ans. Malheureusement, je realise que l’ecole ne nous convient pas. Je retire mon fils de 8 ans et ma fille de 6 ans pour la prochaine annee. Mon plus grand defi, ma crainte c’est d’y arriver avec deux en bas age qui sont demandant! Je ne sais par ou commencer et comment gerer mon jour le jour! J’adore vos videos et je suis prete a en ecouter davantage.
    Merci!!

  • Bonjour Rémy et Cécile,
    Comme expliqué à la suite de la première vidéo (en page d’accueil), nous vivons depuis un peu plus de 2 mois à l’île Maurice. Je suis conseillé dans le domaine de la prévention des maladies parodontes et l’esthétique dentaire. Mon travail exige beaucoup de déplacement, mais l’avantage c’est qu’il me permet de travailler partout du moment que j’ai un ordinateur connecté à internet.
    Je vais vous envoyer un courriel pour vous en dire plus sur ce qui m’a conduit à découvrir votre site.. Merci

  • Bonjour Rémy et Cécile, je vous tire mon chapeau pour avoir construit ce merveilleux projet d’école a la maison avec 7 ENFANTS !!!! wawww j’en ai le souffle coupé ! Je me disais souvent que l’une des clés de réussite de l’école a la maison c’est de ne pas avoir beaucoup d’enfants et de les avoir espacés…mais là je n’ai plus aucune excuse…! Vraiment vous avez beaucoup de courage j’en suis admirative !
    Je suis maman de 3 garçons (5ans, 3ans et 2ans). Je ne les ai jamais envoyé à l’école. Mon plus grand rentre en cp en septembre, il sait lire depuis qu’il a 4ans et demi. mon second je lui fais de la petite section depuis quelques mois, et le petit boud embete son monde des qu’il peut.
    Au quotidien ce n’est pas facile a gerer surtout avec le petit dernier qui adore ce jeter sur les activités que l’on fait au sol et qui est tres dérangeant pour le bon déroulement du cours.
    Ma question est la suivante : au début mon 1er etait tres demandeur, meme « trop », mais je lui donnais quand meme et on a donc bien avancé. Le souci c’est qu’il ne s’agissait que d’une periode par laquelle il passait (comme l’explique montessori), c’est pourquoi quand après cela il commença a trainer des pieds je n’ai pas compris et je le forçais….maintenant il aime beaucoup moins l’ecole… Je me suis rendu compte de mon erreur, j’essaye de lacher du mou et surtout de travailler essentiellement autour d’activités artistiques, ce qu’il aime beaucoup. Mon souci c’est qu’il va entrer au cp en septembre, et je comptais l’inscrire au cours (…). J’ai peur que ce soit trop de travail pour un enfant de 5ans, et qu’il n’ai plus la joie de travailler, en meme temps ma personnalité exigeante fait que je ne peux pas ne pas avancer…J’ai besoin de vos conseils. Merci encore !

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir Raya,
      merci !
      « Au quotidien ce n’est pas facile a gerer surtout avec le petit dernier qui adore ce jeter sur les activités que l’on fait au sol et qui est tres dérangeant pour le bon déroulement du cours. »
      C’est dérangeant parce que vous n’avez pas appris encore à gérer plusieurs niveaux avecx un bébé en plus. Nous vous montrerons les trucs.
      « Le souci c’est qu’il ne s’agissait que d’une periode par laquelle il passait (comme l’explique montessori), c’est pourquoi quand après cela il commença a trainer des pieds je n’ai pas compris et je le forçais….maintenant il aime beaucoup moins l’ecole »
      Un cas classique. Il ne faut pas forcer ni aller jusqu’au point où l’enfant se lasse. Cela n’est possible que si vous êtes dans un challenge, qui se gère d’une manière spécifique. Le but c’est qu’il n’y ait pas de retombée. Il faut donc s’arrêter avant que l’enfant soit las.
      « surtout de travailler essentiellement autour d’activités artistiques, ce qu’il aime beaucoup »
      Oui mais ce ne sera pas suffisant, c’est une manière d’éviter le problème. Comment fait un entraîneur à votre avis pour obtenir des résultats ?
      Il y a une méthode, nous vous l’expliquerons dans la formation.
       » J’ai peur que ce soit trop de travail pour un enfant de 5ans, et qu’il n’ai plus la joie de travailler »
      Votre enfant est comme tous les enfants et ce n’est pas lui qui sera un frein, ce sera votre manière de faire. C’est là que la formation intervient. De même que vous n’allez pas traverser la mer à la voile sans avoir appris. A très vite.

  • Bonjour.
    Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour votre travail et votre investissement auprès des familles que vous accompagnez.
    Je suis maman d’une petite fille qui aura 6 ans en septembre et d’un petit garçon de bientôt 4 ans. L’année scolaire passée ma fille a changé d’école suite à notre déménagement et mon fils est rentré pour sa première année de maternelle. J’ai été assez déçue de la manière dont mon fils a été jugé dès les premiers mois: « trop réservé », « ne parle pas » ou encore et c’est pour moi le pire « pas assez autonome »… et non mon fils n’est pas un bon petit soldat qui sait tout faire tout seul et qui obéit à la première demande mais en même temps il n’avait que 3 ans… J’avais pourtant compris qu’un des buts de la maternelle sur 3 ans était de d’apprendre l’autonomie et non qu’il devait déjà être autonome à la rentrée. Mais j’ai vite observer qu’avec un effectif de 26 élèves ce n’était pas possible de consacrer du temps à l’apprentissage de l’autonomie car cela est trop fastidieux et les programmes sont bien plus importants. Le deuxième aspect de ma déception en ce qui concerne l’école c’est l’évaluation. Pour le bilan de fin d’année de petite section mon fils a rapporté son cahier avec les fameuses colonnes « acquis », « en cours d’acquisition » et « non acquis » malgré beaucoup d’acquis à en juger les croix la maîtresse a jugé bon de nous écrire comme commentaire:  » résultats moyens ». Ces simples mots m’ont laissé sans voie. Comment en petite section peut on parler de résultats? et par rapport à quoi? Les statistiques?les programmes?la classe? Je ne supporte pas qu’on décide comme cela de juger et d’évaluer les enfants sous prétexte qu’il faut faire un bilan.
    Enfin bref, pour ma fille qui était en grande section le comentaire ne fut pas plus réjouissant ni explicite : « année satisfaisante dans l’ensemble » j’aurai aimé qu’on me parle de ses progrès et de sa personne en elle même plutôt que la maîtresse ne se base que sur l’ensemble des évaluations.
    Voilà comment nous avons terminé cette année scolaire. Suite à cela et à d’autres événements comme l’étranglement de mon fils le dernier jour d’école par une camarade qui lui a laissé des traces sur le cou pendant plusieurs jours, nous avons mon mari et moi même commencé à réfléchir à une alternative à l’école et nous avons découvert votre site.
    Je dois dire que ce que vous partagez, créez et transmettez est une vraie mine d’or pour nous et nous avons aujourd’hui décider de franchir le pas et de faire nous même l’école à nos enfants. Nous sommes en ce moment partagé entre la joie de cette décision et le bonheur que cela va nous procurer nous en sommes certains mais également le doute et la peur de ne pas savoir comment s’y prendre et si nous aurons les bonnes façons de faire et d’être avec nos enfants. Mais la question qui me tracasse le plus aujourd’hui c’est comment l’annoncer et faire accepter cette décision à nos familles et nos proches. J’entends déjà les questionnements et les reproches que l’on va nous faire et j’ai peur de ne pas arriver à défendre notre choix et nos principes face aux idées reçues…
    voilà je crois avoir essayé de résumer notre situation et je vous remercie encore pour le partage de votre expérience auprès de parents novices comme nous…mais pas moins déterminés!
    A bientôt.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Perrine,
      votre phrase centrale est là: « le doute et la peur de ne pas savoir comment s’y prendre et si nous aurons les bonnes façons de faire et d’être avec nos enfants »
      C’est exactement ce que se sont dit 100µ% des parents qui ont démarré ici et qui aujourd’hui ont oublié cette inquiétude. Vous allez y arriver parfaitement si vous vous formez. C’est comme de traverser l’océan pacifique à la voile, si vous n’avez pas appris, c’est impossible. Si vous avez très bien appris, ça va tout seul, vous ne verrez même pas la tempête.
      Ensuite, « la question qui me tracasse le plus aujourd’hui c’est comment l’annoncer et faire accepter cette décision à nos familles et nos proches. J’entends déjà les questionnements et les reproches que l’on va nous faire et j’ai peur de ne pas arriver à défendre notre choix et nos principes face aux idées reçues… »
      Ca n’a aucune importance, ce n’est pas une question qui doit compter pour vous. N’attendez pas la reconnaissance a priori. Les gens ne connaissent pas et quand on ne connaît pas, on a peur ou on se défie. Regardez donc ceci, cette vidéo est faite pour vous: https://l-ecole-a-la-maison.com/le-principe-d-action-soutien-opposition/#.VbzTpZf3OFU
      Soyez confiants.
      A très vite.

  • Bonjour
    qu’elle doivent être les connaissance d’un enfant de 4 ans 1/2??
    elle refuse d’obéir elle veut faire les choses quand elle en a envie je ne sais pas quoi faire
    merci

  • Oumkhayrah dit :

    bonjour,

    Je suis une jeune maman de 23 ans, mariée.
    Nous somme de la region parisienne.
    J’ai une bac et mon mari un niveau master.
    Nous avons 2 filles l’aînée a 2 ans et demi et la dernière 8 mois.
    Nous n’avons absolument pas confiance en l’école et ne voulons pas qu’il inculque de mauvaises valeurs a nos enfants.
    Je suis actuellement mère au foyer mais il est possible que je soit amenée a travailler. Car les tps sont durs…
    Nous aimerons offrir a nos enfants la meilleur des éducations, mais nous ne savons pas encore comment nous organiser.
    J’espère que je trouverais dans vôtre formation tout les réponses a mes question et plus encore….

    Merci encore pour votre aide

  • Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site et n’ai pas encore pu regarder vos vidéos, ce sera fait très prochainement, car je suis actuellement avide de toutes les informations/lectures/témoignages concernant l’école à la maison.

    Mamans d’un petit garçon de bientôt 3 ans (dans quelques jours), ma compagne et moi sommes actuellement en plein questionnement sur l’instruction au domicile.

    Nous venons de vivre 3 années merveilleuses, et l’hypothèse d’une entrée prochaine en maternelle nous apparaît comme une cassure dans cette vie riche, riche et passionnante que nous construisons chaque jour.

    Je suis médecin urgentiste à Paris, et également musicienne. J’ai complètement réorganisé mon emploi du temps à la naissance de Soren, afin d’être le plus présente possible pour lui. Je travaille essentiellement la nuit (et ne redors pas le lendemain de mes gardes !), et suis absente en moyenne 3 demi-journées par semaine (la majorité de mon temps de travail s’effectue pendant les heures de sommeil de mon fils). Je dispose donc de beaucoup de temps à la maison, en moyenne 4 voire 5 jours sur 7. Ma compagne est professeur de chant (à notre domicile), musicienne. Nous avons enregistré un album ensemble et continuons à faire de la musique toutes les deux. Soren a aussi un papa, qui vient le voir chez nous les jours où je travaille. Depuis sa naissance, il n’a jamais été confié à une collectivité, ni été gardé par un tiers. Et tout se passe à merveille…

    Ma compagne et moi sommes passionnées de voyages et avons transmis le virus à notre fils : avec lui, nous avons déjà visité 10 pays, du Brésil en passant par le Japon, Singapour, la Thaïlande et bien d’autres. A moins de 3 ans, il sait situer plusieurs pays sur la carte, connaît des capitales, reconnaît des mots dans plusieurs langues et, en plus de parler très bien le français, il connaît des mots en portugais, japonais et anglais ! Nous voyageons plusieurs fois par an, partant en moyenne tous les 2 mois. Je sais que cela contribué à développer sa curiosité insatiable, sa joie de vivre, son adaptabilité à toutes les situations et sa sociabilité.

    Lorsque nous sommes à Paris, nous ne sommes jamais à court d’activités : lecture plusieurs heures par jour à la bibliothèque et à la maison, sorties multiples, sport en famille, piscine, visite de musées, de fermes pédagogiques, jeux pendant des heures…Le spectacle de l’intelligence qui s’éveille ne me lasse pas, et la joie de voir notre fils devenir chaque jour plus autonome, débrouillard, cultivé et curieux est la plus belle des récompenses.

    J’ai vraiment la sensation que l’entrée à l’école casserait cet élan et cette incroyable liberté dont nous profitons actuellement. Je suis disponible tous les matins ou presque. Comment accepter de réveiller mon fils à 7 heures pour le confier à une collectivité surchargée alors que je peux m’en occuper personnellement et que nous y trouvons une joie mutuelle indicible ? Pourquoi le réveiller si tôt (n’étant pas à la crèche ni confié à une assistante maternelle, il a toujours dormi jusqu’à ce qu’il ne soit plus fatigué et n’a jamais été réveillé…), lui imposer une sieste à heure fixe et un rythme qui n’est pas le sien ? Comment cela peut-il est compatible avec un apprentissage heureux ?

    En dehors de la faillite de plus en plus criante du système éducatif français, ma compagne et moi trouvons chaque jour de nouveaux arguments pour opter pour l’école à domicile. Pour le moment, nous avons décidé de ne pas l’inscrire en maternelle, ce qui suscite déjà des questions de la part de nos proches (surtout nos parents), même si nos arguments sont à peu près compris. En revanche, si nous décidons de continuer dans cette voie, je sens que nous allons nous heurter à de nombreuses réticences, tant cette décision semble marginale. Ma seule crainte est que cette incompréhension familiale devienne une source de conflit, alors que je suis très proche de mes parents, et que nous n’avons jamais eu aucun problème relationnel.

    Nous sommes actuellement à un stade de réflexion où nous avons besoin d’échanger avec des parents ayant fait ce choix. Dans l’idéal, nous aimerions faire partie d’un réseau, associatif ou non, de parents scolarisant leurs enfants à la maison. Nous avons vraiment besoin de discussions, de témoignages, de rencontres.

    J’espère que vos vidéos apporteront un éclairage à tous ces questionnements.

    A bientôt et merci de faire vivre votre site,

    Abigaël, Paris

  • Bonjour,
    Je suis de formation educ spé et j’ai 2 filles (10 et 2,5). Nous venons de nous installer à l’étranger et ici, l’école publique ne commence qu’en grande section. Avant tout est payant et extrêmement cher (+ de 1000$/mois). J’ai donc naturellement décidé de faire l’école à ma petite des cette rentrée, tout doucement, 2/3 jours par semaine. Je l’oriente davantage vers une méthode montessori a laquelle j’ai déjà été initiée. J’hésite à le faire seule ou à m’inscrire à la boîte à bons points. Cela demande de la préparation. Ma grande va rester a l’école franco ms je vais compléter avec des maths et de l’anglais, sûrement avec la méthode Singapour. Puis qd elle ira au collège américain, je ferai le programme français et histoire/géo. Si vous avez des avis sur la boîte à bons points ou la méthode Singapour, je suis preneuse tout comme de conseils ou de remarques.
    Merci pour ce site très intéressant.

  • Bonjour,
    Je suis de formation educ spé et j’ai deux filles de 10 et 2,5 ans. Nous venons de nous installer à l’étranger et ici l’école publique ne commence qu’en grande sections. Avant tout est payant et très cher et se sont davantage des garderies. J’ai décidé de faire l’école à ma petite, tout doucement, 2/3 jours par semaine. Sûrement avec une méthode montessori et j’hésite à le faire seule ou à passer par la boîte à bons points. Ma grande ira à l’école franco mes je vais compléter avec des maths tel de l’anglais avec la méthode Singapour. Puis qd elle ira au collège US, je lui ferai le français et l’histoire/géo. Je suis preneuse de toutes remarques ou conseils et d’avis sur la boîte à bons points et la méthode Singapour.
    Merci pour ce site très intéressant.
    Audrey

  • Janna, Angoulême, étudiante en astro -psychologie védique et ayurvéda; passionnée par la vie saine et l’ écologie…
    Bonjour, Rémy et Cécile. Merci tout d’ abord pour le travail que vous faites. Cela fait vraiment plaisir de voir des personnes avec de belles idées comme ça en France…

    Je suis actuellement au Rsa (je ne travaille pas)… Quels cours par correspondance pourriez – vous me conseiller avec mon petit budget? Pourriez – vous me donner le lien où je puisse cliquer pour effectuer mon payement pour avoir votre formation au tarif réduit, s’ il vous plaît? En vous remerciant encore pour tout ce que vous faites…

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Janna, merci de vos compliments ! Nous avons en effet plusieurs formules accompagnement + cours pour budgets quasi-inexistants… Le cours sera à moins de 50€ (paiement une fois pour la vie de l’enfant) et notre accompagnement à environ 1€ de l’heure. Nous avons voulu répondre aux besoins des personnes seules par exemple. Par ailleurs, nous vous donnerons des pistes pour gagner plus chaque mois, car il y a beaucoup d’opportunités.
      Le lien pour le prix plancher est proposé parfois dans vos messages.

  • cathy lepage dit :

    nous en sommes le preuve…ça marche!!!merci!

  • Héloïse dit :

    Bonjour,
    La première question que je me pose est celle de la gestion du temps et de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.
    Merci pour ce soutien,
    Héloïse

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Héloïse, la gestion du temps et l’organisation sont les deux premières questions qui se posent le plus fréquemment, nous y répondrons pas à pas. Pour ce qui est d’associer école à la maison et cheminement professionnel, nous y tenons beaucoup car s’il y a d’indispensables questions financières, il y a aussi le besoin d’avoir une activité qui est bénéfique à l’adulte mais aussi à l’enfant: il a besoin de savoir que vous avez votre propre parcours, vos responsabilités et votre réussite. Nous aidons les mamans à cette fin.

  • cathy lepage dit :

    Mon mari et moi avons notre entreprise en entretien ménager, au Lac-Mégantic. Nous travaillons donc plus de soir. Nous avons 3 enfants, dont Philip 15 ans et Megan 14 sont scolarisé à la maison depuis 2010. C’est un déménagement en pleine année scolaire qui nous a décidé à mettre notre projet d’école à la maison en marche. Ça été le coup de cœur dès le début et les enfants sont sans difficultés scolaires, en part l’année dernière avec l’introduction de l’algèbre pour l’ainé. Le petit dernier, Étienne a 6 ans la semaine prochaine et est autiste de niveau modéré et mes questions sont en lien avec cela: êtes-vous organisé pour nous aider à structer des classes dite:TEACCH?

  • Bonjour,

    Je suis une maman de 28 ans avec 2 petites filles. Une a 3 ans et demi et l’autre à peine 2 mois. Mon mari est Responsable d’un Point Information Jeunesse et moi je suis encore en congé maternité. Je travaille pour la fonction publique territoriale, et suis fonctionnaire. Je prend un congé parental qui débutera prochainement à la mi septembre. En dehors de cela, je fais parti d’un groupe de Gospel et suis amenée à effectuer quelques déplacements.

    La rentrée en maternelle pour la plus grande devait se faire cette année mais j’ai décidée de faire l’école à la maison pour lui donner la meilleure éducation possible, et lui inculquer des valeurs bien différentes que ce qu’on peut enseigner à l’école, et dans la société d’aujourd’hui.
    Je prend vraiment au sérieux et à cœur l’investissement et l’implication de faire l’école à la maison, et veut m’assurer du bien être de mes enfants en tout point.

    En même temps mes craintes sont, de ne pas être à la hauteur (matières), de ne plus m’autoriser de temps personnel, et pour mon couple. J’avoue que je ne sais pas par quoi commencer non plus. Ma fille aime les activités et j’ai peur de ne pas lui en trouver à faire.. Je vais tout de même devoir trouver un juste milieu sachant que j’ai un nourrisson à la maison.

  • Teyssier Christèle dit :

    Bonjour,
    Ma fille pleure tous les jours pour aller à l’école. Elle vient de rentrer en CP et est complètement perdue. Elle est à l’aise dans la classe mais ne supporte pas l’environnement violent et turbulent de la cour de récréation.
    Nous sommes en train de réfléchir à l’école à la maison.
    Ma question : Comment organiser la journée à la maison?
    Merci pour vos conseils

  • Bonjour,
    Merci pour cette deuxième video.
    Je suis maman de deux filles de 4.5 et 2 ans. Nous avons déjà pris la décision de ne pas mettre notre fille ainée à l’école. Pas de maternelle pour elle et ce sera la même chose pour sa soeur.
    Nous rencontrons déjà des problème de régularité de nos temps de travail avec notre fille et c’est cela qui me préoccupe le plus. Il arrive souvent que les enfants n’aient pas envie mais c’est aussi souvent que les parents n’aient pas envi car on a toujours autre chose à faire.
    Comment faites vous pour ne pas être rattrapé par le reste des taches à faire ? Nous sommes constamment dévoué pour nos enfants et avons même organisé notre profession pour eux mais parfois la motivation pour faire l’école n’est pas toujours là. C’est en tout cas ce qui m’inquiétè le plus. je n’aimerai pas qu’elles perdent du temps par notre manque d’assiduité.

  • La première fois que je suis tombé sur votre site, c’était à la rentrée des classes , je donnais un cours à mes enfants jumeaux de 4 ans j’ai eu un coup de blues, car mes enfants ne réussissaient pas les exercices de graphisme..
    Alors je me suis mise à me poser des questions, « peut être que je ne suis pas une bonne maman institutrice, j’ai pas assez donné l’an dernier « .. Etc
    Je commencer à faire des recherches et je suis tombé sur votre blog, vous parler souvent de cette petite voie intérieur, lorsque j’écoutais vos vidéos vous étiez ma conscience qui ma poussée, qui m’a dictée jusqu’à aujourd’hui pour quels raisons j’ai fais le choix de faire la maternelle a la maison, en vous écoutant vous m’avez rappeler et appris que ce que je donne sera toujours meilleur que quiconque!

    Je souhaite qu’un jour l’école a la maison soit portée très haut et reconnu et vue , que ce qui font ce choix, ne sont pas des gens vu « bizarrement  » mais plutôt des personnes généreuse, aimantes et qui veulent transmettre des valeurs , que les valeurs ont un drapeau qui flotte au dessus de tout,cette emblème a les couleurs de l’amour,du respect pour nos enfants..

    Ce blog , ce rôle était fait pour vous, car vous avez les mots qu’il faut, la manière etc, ce drapeau vous pouvez le porter car vous le méritez pour votre générosité et votre soutien aux parents et pour tout ce qui vous anime et vous pousse a donner, a transmette..

    Merci a vous!

    Maman de jumeaux, en formation de médecines douces

  • Bonjour,
    Coralie, 33ans je suis aide à domicile.
    J’ai le bonheur d’être maman de 3 enfants : 13ans, 5ans et 2ans1/2.
    La question que je me pose est la suivante : Aurais-je assez de patience avec mes enfants…?
    Je n’ai pas honte de dire que parfois cela me fait du bien lorsqu’ils vont à l’école… je peux faire des choses que je ne peux pas faire lorsqu’ils sont là, etc… Tout simplement avoir un peu de temps pour moi…

    • Rémy et Cécile dit :

      Vous manquez de temps quand ils sont là parce que vous leur manquez. Ce qui n’est plus le cas dès lors que les enfants sont à la maison. Très vite, ils cessent d’être dans vos jambes et prennent leur juste distance. Voilà pourquoi les mamans qui font l’école à la maison ont à terme plus de temps pour elles. Aussi paradoxal que cela puisse paraître 🙂

  • Bonjour,

    Pour commencer, voici la question que je me pose :

    Comment puis-je empêcher le système « éducation national » de déconstruire ma fille ?

    Je m’appelle Corinne, je vis au cœur de la campagne Limousine au Pays des Monts et barrages.
    J’ai 50 ans, je suis infirmière depuis 2010 suite à une reconversion au terme d’une carrière de directrice administrative dans une entreprise de reliure.
    Stéphane, mon mari, était responsable d’exploitation, dans la reliure lui aussi.
    Nous avons décidé de nous recentrer sur nos priorités et de mettre tout en oeuvre pour accéder à un mode de vie qui nous corresponde davantage.
    Je suis à la maison depuis quelque mois, pour des raisons familiales d’une part et pour mettre en place un projet professionnel en accord avec mes aspirations.
    Demain, Stéphane débute une formation pour, à terme, exercer le métier de maréchal ferrant et s’épanouir enfin pleinement.
    Nous sommes passionnés de chevaux et de tourisme équestre, nous avons six équidés à la maison. Je précise aussi que nous nous sommes formés (avec des professionnels qualifiés et reconnus) à l’éthologie pour améliorer notre relation avec nos chevaux.
    Je précise cela car cette approche a eu un impact significatif sur notre vie et sur notre façon d’éduquer notre fille.
    Que personne ne soit choqué, nous ne comparons évidemment pas nos enfants à nos chevaux, mais apprendre à observer pour enseigner en douceur et en confiance, a remis énormément de choses en cause dans notre approche des apprentissages, de l’autorité et de l’éducation.
    Nous avons trois enfants, deux garçons de 25 et 21 ans et une fille de 9 ans.
    J’ai moi-même subit le laminage de l’éducation nationale et je l’ai vu laminer mes deux fils. L’aîné a pu rebondir grâce à l’entrée en apprentissage. Il a finalement passé un baccalauréat professionnel et exerce aujourd’hui un métier qui lui plait beaucoup et où ses compétences sont reconnues. Mais il souffre de ne pas savoir écrire correctement, même s’il s’exprime très bien.
    Le plus jeune de mes fils, plus fragile et sensible à la critique ne s’est pas encore relevé de ce qu’il a subit à l’école. Il a été catalogué dès la maternelle et, de psychologue en pédopsychiatre, en passant par des traitements contre une hypothétique hyperactivité, il a peu à peu été vidé de toute envie d’entreprendre. Aujourd’hui en grande souffrance, il s’est marginalisé, fume du cannabis et est d’un pessimisme qui me fait mal. C’est un jeune homme pourtant brillant, très fin dans son raisonnement. Je suis certaine qu’il peut encore se retrouver, retrouver la foi en lui, en son avenir.
    Je regrette tellement de n’avoir pas compris d’où venait vraiment le problème, de n’avoir pas su le défendre, le sortir de ce piège. On nous a convaincu que le problème venait de lui, de nous…

    Vendredi dernier, la nouvelle maîtresse de ma fille m’a téléphoné… Et de nouveau ces mots…
    Ah, catastrophe, Léa ne rentre pas dans le moule. Elle non plus ! Serions nous victimes d’une malédiction scolaire familiale ? Ou peut être juste des esprits libres ?
    Elle pose trop de questions (??!), elle est trop lente, pas concentrée, immature, pas autonome, elle ne s’intègre pas à la classe. Tout ça dans ma petite nana !
    Je vous présenterai Léa à l’occasion. C’est une petite fille pétillante, curieuse comme une belette,avide de contact et pleine de tendresse.
    Mon sang n’a fait qu’un tour, pas question de les laisser recommencer. C’est terminé, ils ne nous impressionnent plus.
    J’ai rendez-vous demain soir, mais notre décision est quasiment prise. En fait, nous nous rendons compte que l’idée de l’école à la maison était déjà dans nos pensées depuis sa première année d’école. Il faut dire que déjà on nous avait reproché de ne l’avoir scolarisée qu’à 4 ans 1/2 !
    Alors oui, j’ai un peu peur, je me pose plein de question, je marche vers l’inconnu, mais je me dis que Léa est formidable et qu’elle en vaut vraiment la peine et aussi que vous serez tous avec nous pour nous guider et nous accompagner dans cette aventure par ailleurs passionnante.

    Merci à Rémy et Cécile de partager leur expérience, d’avoir réalisé ce site et ce programme, c’est super rassurant de ne pas se sentir seuls ! Je ne sais pas si j’oserais franchir le pas sans cela.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir, Corinne. « Comment puis-je empêcher le système « éducation national » de déconstruire ma fille ? » Comment empêchez-vous votre fille de s’électrocuter au contact de la prise de courant ?
      « Je suis certaine qu’il peut encore se retrouver, retrouver la foi en lui, en son avenir. » Il y a un moyen pour ça: qu’il réussisse ses objectifs, il importe donc d’abord qu’il sache ce qu’il désire profondément. C’est une première démarche de discernement. Nous verrons beaucoup de choses ensemble. Bienvenue donc !

  • Bonjour, je constate en lisant d’autres commentaires que tous ceux qui pratiquent l’école à la maison ne travaillent pas (en dehors). En fait, si les deux parents travaillent, le fait vouloir faire l’école à la maison implique de changer de vie ! Car il nous serait impossible actuellement de vivre sur un seul salaire (et le plus petit encore !). Pour moi, l’éducation et l’instruction ont toujours été des priorités mais comment consacrer autant de temps à ses enfants ? J’ai en revanche hâte de voir les prochaines vidéos car je pense que vos conseils me seront très précieux même s’il n’est pas envisageable pour moi de retirer ma fille de l’école… pour l’instant.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir, Estelle, détrompez-vous, beaucoup de mamans travaillent et c’est sans doute pour ça qu’elles ne commentent pas. Et si vous aviez 12 enfants comme l’une de nos mamans, comment feriez-vous ?
      Vous savez, tout est affaire d’organisation et de priorité. Si vous aviez 12 enfants, vous ne les ramèneriez pas au magasin, n’est-ce pas ? Vous y arriveriez. Et si comme Cécile vous aviez un travail à l’extérieur et l’école à la maison à faire, vous y arriveriez. Cécile n’est pas une martienne 🙂 Certes au début vopus ferez 3 heures au moins par jour. Mais si vous vous formez, vous verrez que cela deviendra 2 heures, puis 1, puis finalement 10mn par jour.

  • Bonjour
    j’ai 2 enfants dont 1 enfant de bientôt 5 ans qui souffre de Troubles Envahissants du Développement
    je songe à l’école à la maison mais cela me semble difficile avec mon enfant souffrant de handicap
    qqn s’est-il déjà lancé dans l’aventure avec le même contexte que le mieux?
    merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Pradel, vous nous l’avez entendu dire: l’enfant n’est jamais le problème. Ce cas est très courant et se résorbe très bien.

  • merci beaucoup
    vous aurez corrigé de vous même : « avec le même contexte que le mien » (et non le mieux)

    disons que mon appréhension tient au fait que mon enfant ne comprend pas complètement la communication orale, ne regarde que très rarement dans les yeux… C’est un fait.
    je vais avancer dans la découverte de vos vidéos. merci encore
    à bientôt

  • Bonjour,

    Maman de 2 enfants, le premier 14 ans qui ont diagnostiqué il y a quelques années dyslexie et dysorthographie en CM2 et n’ont jamais rien fait pour lui alors que c’était une école qui aidait les DYS, manque de temps et de personnel.
    Néanmoins il a été suivi par une orthophoniste qui l’a bien aidé pendant ses années la et ne la voit plus depuis 1 an à cause de son emploi du temps, mais arrive à sens sortir.

    Mon deuxième qui a 6 ans ne parle pas aux adultes depuis qu’il est entrée en maternelle, en petite section on le disait trop timide mais faisait les choses avec de l’aide même s’il savait les faire mais la maîtresse qui été aussi la directrice me disait c’est pas grave.

    En moyenne section cela se complique, une maîtresse plus strique qui ne veux pas l’aider et perdre son temps, du coup il ne veux plus rien faire.
    Il rentre le matin a l’école, met son étiquette sur le tableau et s’assoie, il s’empêche même les jours de cantine d’y manger, boire et même d’aller à la selle cela toute la journée.
    De plus il avait également régresser à la maison au niveau propreté, il faisait sur lui jour et nuit et des colères tout le temps.
    Donc elle nous conseille évidement un psychologue, ce que j’ai fais pour évité qu’on me le redemande plus tard et prouvé que ce n’étais pas moi la cause de tout cela.
    Il est donc suivi toutes les 3 semaines pendant 1 an pour dire qu’il se sentais peut-être abandonné par sa maman parce que je travaillait beaucoup à cette époque et partais souvent en déplacement une à deux semaines, qu’il est timide avec les autres et qu’il a un langage non verbal mais très enrichissant et vivant donc aucun problème, il se décidera à parler quand il le voudra.
    Pendant cette période je le retire également de la cantine parce qu’il c’était provoqué des gaz, avait souvent très mal au ventre et on m’appelait pour me dire qu’il avait vomi à l’école suite à son ventre constamment gonfler.
    Donc l’hôspital pour des radios, écho et prise de sang qui prouve tout ça et qu’il se les provoques parce qu’il est pas bien.
    J’ai fini pas abandonner mon travail pour m’occuper de lui et qu’il mange avec moi tous les midi.
    Ensuite nous avons eu l’infirmière de l’école et on recommence les examens, voir s’il entend bien, s’il voit bien et s’il c’est parler, j’ai maudit cette année de tout ce que j’ai du faire subir à mon fils.

    Arrive la grande section avec une maîtresse génial qui le prend comme il est et le connaissait déjà dans la cour, quand il ne fait pas tout son travail en classe elle me le donne pour qu’il le fasse à la maison ( quand je demande à mon fils pourquoi certains de ses travaux ne sont pas fait à l’école, il me dit: mais maman c’est pas du travail c’est du coloriage ).
    La maîtresse laisse faire et me dit qu’il est très intelligent et précoce, moi je n’aurais pas eu la prétention de dire cela mais je savais que mon fils était avancé, je le voyais dans tout ce qu’il faisait et dire ou posé des questions à la maison.

    Enfin nous déménageons pendant les grandes vacances et l’ancienne maîtresse m’avait fait un beau dossier pour la nouvelle en lui expliquant tout ça, donc je pars confiante.
    Le CP, la maîtresse ne m’inspire déjà pas confiance mais bon on y va, la première matinée au déjeuné je le récupère en pleur, il ne veux déjà plus retourné dans cette école.
    Je demande à la maîtresse ce qu’il c’est passé elle me dit qu’elle c’est pas alors que mon fils me disait qu’il avait été puni parce qu’il ne parlait pas, elle me dit que non limite mon fils est un menteur en me disant: Puf… c’est même pas vrai.
    Je prend sur moi, lui explique tout et lui redonne les dossiers qu’elle me dit qu’elle n’a pas eu par le directeur.
    Les jours passe et mon fils me dit constamment qu’elle crie et puni tout le monde, je vais la voir et elle me dit qu’il faut qu’il soit suivi, pour moi il en est hors de question sa déjà été fait et il n’a aucun problème.
    La maîtresse me snobe, ne me dit plus bonjour mais veut la politesse de mon fils mais quand elle même n’en a pas pour le parent je ne vois pas pourquoi l’enfant en aurait.
    Elle continue évidement ses cries, punissions et moqueries en vers les enfants et arrive la réunion ou la je lui demande d’arrêter tout ça et me dit une fois de plus que mon fils est un menteur, ce fiche d’elle et de plus que c’est moi qui ne lui est pas donné l’autorisation de parler, donc tous ses problèmes sont de ma faute.

    Voila pourquoi je suis aujourd’hui ici, marre d’avoir des maîtresses qui n’ont aucunes patiences et qui mette la faute sur les parents.

    • Rémy et Cécile dit :

      Quel parcours !
      Pour finir, quand une enseignante se comporte ainsi, retirez l’enfant sans attendre. C’est une première étape.

  • Bonjour,

    Je suis maman de Valentin, 2,5 ans. Je suis mère au foyer. Je pense de plus en plus à faire l’école à mon petit bout.
    Étant assez sensible, j’ai mal vécue l’école et son lot d’agressivité, son système de récompense/punition, etc…, quand à mon mari il a été catégorisé comme « échec scolaire » ce qui l’a poursuivie toute sa scolarité !
    Ma question serait : »comment faire face aux reproches des proche ? » J’ai peur de ne pas être assez forte face aux futurs reproches.

    Merci énormément de nous ouvrir les yeux !

  • abdoullah dit :

    Merci de me rassurer en répondant simplement aux questions qui fusent.
    Je vais pouvoir faire le plein d’énergie!
    A bientôt.

  • DRONSART Jean Charles dit :

    Mon enfant de 15 ans ne va plus a l’école depuis un an. Sa santé s’améliore tres tres doucement. C’est super d’avoir pu découvrir votre site. J’ai tout a construire, Motivation, planning, trouver des gens en support car il y a du refus pour travailler avec son papa. Je ne sais pas comment faire pour trouver des bénévoles qui viennent au domicile. Si vous auriez des conseils. Je vous remercie Jean Charles DRONSART

  • Valérie Sautereau dit :

    Bonjour,
    je suis traductrice, mon mari ostéopathe. Nous habitons les Pyrénées Orientales. Nous avons 5 enfants, dont les 3 ainés d’un autre papa.
    J’ai déjà témoigné suite à la Vidéo 1.
    Aujourd’hui pleinement décidés pour l’école à la maison et l’inscription à votre accompagnement annuel, nous sommes assez pressés de mettre tout cela en route. En effet, notre 3ème garçon, Théo, a quitté le collège il y a presqu’un mois, et est impatient que quelque chose de nouveau se produise dans sa vie.
    Nous allons donc suivre les différentes étapes dans l’ordre suivant :
    – Choix du CPC
    – Démarches administratives de régularisation
    – …. et c’est là que se situe ma grande question :
    « Où installer Théo, et quel type d’espace lui attribuer pour cette nouvelle aventure ?
    Nous avons comme objectif de déménager, mais cela prendra encore du temps avant cette concrétisation.
    Donc, est-ce nécessaire qu’il soit dans « sa bulle » (son espace fermé) ? Ou un bureau ouvert sur l’ensemble du salon/pièce de vie peut convenir ?
    Merci à vous… j’attends avec impatience d’avoir l’accès au téléchargement du livre (et de recevoir le livre papier également commandé), et de trouver une solution de paiement Paypal (mon compte est trop vieux, j’ai égaré mot de passe etc, ce qui bloque le paiement pour l’instant).
    A très bientôt
    Valérie

  • Je suis pour l Ecole a la Maison mon fils ne capte rien classe il faut tout refaire à la maison

  • Bonjour!
    Je m’appelle Liza et je suis maman d’un garçon de 2 ans. Je suis venue en France il y a 3 ans et demie. Je suis russe et je découvre la France, la vie française… Mon Léon a que 2 ans mais je me pose déjà des questions par rapport de son éducation et surtout par rapport de notre relation. Pour le moment le plus important pour moi c’est d’être là, avec lui et d’avoir la patience. Il a commencé d’aller à la crèche familiale dès ses 6 mois, on a changé la nourrice avec le déménagement et maintenant c’est une très bonne personne, une française avec deux enfants qui est très éducative et attentive… Mais bon, c’est moi la maman et je vaudrai d’avoir autres enfants.. Comment peux-je devenir et l’éducatrice et la maman?
    Voilà mes inquiétudes… J’espère de trouver si ne pas de la réponse mais la piste où aller sur votre site.
    Merci pour votre travaille!

  • véronique dit :

    bonjour j’habite vitry-en-charollais, un petit village de bourgogne de 1000 habitants. Nos principaux voisins sont des vaches, des poules et des moutons. alors internet, c’est par clef 3g et par grand beau temps!…. comme aujourd’hui;) Je suis maman au foyer de 7 enfants de 23 à 2 ans. Nous avons une grandes fille polyhandicapée et un fistons de 12 ans ayant des troubles praxiques et que je viens de déscolariser pour cause de violences subies à son entrée au collège.
    J’avais commencé l’école à la maison pour mes deux derniers de 2 et 3 ans en septembre. je me sens aujourd’ui déterminée et dépassée… j’ai 45 ans et suis régulièrement épuisée. Je me bats pour trouver un peu de connexion et de temps mais me sens démunie pour trouver les cours. Pour les petits, je voulais leur faire du montessori mais le matos coûte cher et je commence à manquer de place et d’énergie. Je suis du genre à vouloir faire du 100 °/° parfait…. je dois tenir au moins jusqu’à janvier pour le collégien qui devrait intégrer une autre école sur la région parisienne suite à notre déménagement…. bref, j’ai bien besoin de votre aide et je vous remercie déjà pour ces vidéo qui me font miroiter un avenir scolaire plus paisible.
    Petite question, jusqu’à quelle classe avez-vous enseigné à vos enfants?

    • Rémy et Cécile dit :

      Jusqu’au moment où ils en avaient besoin, Véronique.
      Aurez-vous la patience d’attendre la révélation ? Vous ne pouvez accepter d’être sans cesse épuisée. Les matériaux Montessori ne sont pas une réponse en soi, ils ne sont qu’une composante… pas indispensable.

      • véronique dit :

        merci pour votre sincérité<; votre coaching peut-il m' aider pour mon collégien? a partir de quel age? 3 ans ce n'est pas trop jeune?
        je suis très intéressée par l'éducation bienveillante… merci pour tout

  • Bonjour à vous,
    Et merci pour vos conseils et vos vidéos. Ma réflexion est en marche , avec des milliers de questions, et pas mal de peurs. Petite question très concrète, où puis-je trouver vos tarifs concernant l’accompagnement?
    J’ai 2 filles, une qui vient d’entrer en 6ème et l’autre en CM1. Elles n’ont pas de « réelles » difficultés à l’école, mon aînée est même très « bonne », on m’a dit récemment qu’elle était « dans le moule », mais au lieu de me réjouir, ce simple mot m’a angoissé. L’école aurait elle « formaté » ma fille au point que ça y’est, à bientôt 12 ans, elle corresponde à ce qu’on attendait d’elle? Tout devrait aller pour le mieux, non? Mais je vois que mes enfants sont fatigués, leurs cartables bien trop lourds pour elles, peu ou pas d’enthousiasme pour ce qu’elles doivent apprendre, et je déplore la non-intervention des adultes en cas de conflits entre copains (« ah non, je ne m’occupe pas des histoires d’enfants… »m’ont souvent rapporté mes filles de ce que disaient leurs maîtresses quand elles se disputaient avec leurs copines).
    Par ailleurs j’interviens depuis 2 ans dans différentes écoles dans le cadre des activités péri-éducatives, et je vois passer beaucoup d’enfants, fatigués, nerveux, manquant de confiance en eux, et complètement dépourvu de créativité.
    Moi même créatrice, c’est ce dernier point qui m’affecte le plus. A ce sujet j’ai vu le documentaire Alphabet, qui fait un état des lieux de l’éducation à travers le monde bien peu réjouissant. A voir absolument pour se convaincre que l’on est sur le bon chemin.
    Autre question, n’est-ce pas déjà trop tard…une fois qu’on est » dans le moule »?
    Voilà, je n’ai pas réussi à faire court, mais le sujet est bien trop précieux pour le bâcler.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Julie, nos tarifs sont dans le menu info « S’abonner ».
      « mon aînée est même très « bonne » »
      Certes. Mais par rapport à l’école, qui est très bas. Du temps de Champollion, on pouvait avoir appris 5 langues à 5 ans. Vous voyez, c’est très relatif. Souvent, nous croisons des « précoces » et des « bons élèves » qui ont un niveau extrêmement faible par rapport aux enfants qui font l’école à la maison… en souriant.
      « Dans le moule », c’est en effet une nouvelle douteuse.
      Non, il n’est jamais trop tard. On peut s’affranchir vite. Mais, pour la créativité ^par exemple, chaque jour compte puisque tout dépend d’une pratique: votre cerveau est ce que vous en faites. S’il n’y a pas de pratique de la créativité, il n’y a pas de créativité, il faut alors la solliciter (il y en a toujours résiduellement, de toute façon, nul n’est totalement dépourvu de créativité mais elle est plus ou moins développée)..

  • Bonjour,
    J’ai 5 enfants ( 12ans,10ans,8ans,5ans,2 ans), je suis mère au foyer , je me disais à la rentrée chouette ils vont tous à l’école je vais retrouver du temps pour moi et bizarrement c’est pas le cas et c’est pas ce que je voulais quand j’ai fait ce choix d’avoir une famille !je rêve de faire l’école à la maison , mon fils de 12 ans aimerait beaucoup ,mais les autres ont de bons amis à l’école et j’ai un peu peur de les retirer et que ça leur manque , on a testé l’école à la maison pendant la 1 ére semaine des vacances , c’était génial !! Ça faisait longtemps qu’on avait pas fait autant de choses ensembles , une meilleur communication , un sentiment de bien être et finalement je sentais que là j’étais à ma place et épanouie dans ce rôle .Si ça ne tenait qu’à moi j’aurai commencé il y a 5 ans mais mes enfants aiment l’école !!!sauf aujourd’hui je me repose la question parce que mon fils aîné n’aime pas le collège , depuis l’année dernière il veut dormir dans ma chambre , à 12 ans?lui qui a toujours été un enfant très indépendant !bon je vais pas raconter ma vie !!!
    Si je veux commencer l’école à la maison en faisant moi même les cours par exemple je peux les retirer de l’école tout de suite après avoir contacter la mairie et l’inspection ou attendre un accord?je souhaiterai commencer après les vacances en janvier.
    Merci pour les bons conseils !!

  • Patricia dit :

    Bonjour,
    A chaque vidéo, je pense que je prends la meilleur décision pour mon fils. Le sortir de ce schéma que toutes ces institutions « bien intentionnées » nous imposent et le rendent malade.
    Je pense avoir besoin d’aide pour faire bien avec mon garçon.
    Merci avec vous je pense voir bientôt le bout du tunnel.

  • contaret dit :

    Bonsoir, je suis maman au foyer depuis 2008 a la naissance de notre premier enfant. Nous en avons aujourd’hui trois, de 7, 4 et 2 ans. Ma question principale est comment réussir a se décider en semble, mon conjoint et moi-même pour enseigner a la maison pour le bienêtre et l’épanouissement de nos enfants.
    Encore merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Quelle est exactement votre question ? Voulez-vous dire que votre conjoint n’est pas d’accord ?

  • STEPHANIE dit :

    Bonjour

    je suis maman d’un garçon de 7 ans qui est en CE1 je suis actuellement animatrice en périscolaire je suis séparer du papa et je m occupe de mon fils toute seule le papa le prend 1 weekend sur 2 le reste du temps il est avec moi je n’est aucune aide extérieure.
    l’école a la maison me fait envie je me retrouve dans tout ce que exprimer je suis consciente que pour mon fils sa serai la solution car pour lui le rythme scolaire n est pas adapter il a d’énorme difficulté a ce concentré et il est très agiter et impulsif le rythme intense de l’école le fatigue normalement lui même souhaiterais faire l’école a la maison ma t ‘il dit car il adore apprendre mais se dégoute de l’apprentissage car sa va trop vite pour lui mais ma question principale c’est si je m arrête de travaillé pour offrir l’école a la maison pour mon fils de quoi allons nous vais vivre financièrement comment faire quand on a personne pour prendre le relai.Du cou sa me semble irréalisable.

    • Rémy et Cécile dit :

      ça dépend. Voyez si ce que vous gagnez n’est pas entièrement « mangé » par vos déplacements (en voiture ça va vite, comptez 75€ du km) et vos frais. On peut vivre à la maison avec 55€ par personne pour l’alimentaire.

      • STEPHANIE dit :

        oui j économiserais l ‘essence des trajets mais en choisissant d’arrêter de travaillé il reste a payer les factures le loyer les frai médicaux non rembourser psy et psychomotricien j’ai peur de pas arriver a bouclé les fin de moi il y a t’il des personne dans le même cas que moi? j’ai l’impression que l’école a la maison est axecible pour les familles et non pas pour les maman solo.Les aide son pas élever et ne dure pas .

  • Merci pour cette vidéo très claire. Je cherche une solution pour ma fille qui a 16 ans et ne veut plus retourner en classe. Je dois trouver une solution rapidement car elle est à la maison et va passer son bac cette année. Comment trouver le temps nécessaire lorsqu’on travaille? Je ne comprends pas bien la méthode.

  • Bonjour Rémy et Cécile,

    Je suis bien là pour répondre à un de vos mail, je ne m’étais pas encore manifestée car en fait j’étudie encore toutes les vidéos que vous m’envoyez et les commentaires laissés par tous les parents ou enfants qui se sont inscrits comme moi pour avoir des informations, des réponses.
    J’ai trois enfants, un garçon de 13 ans, une fille de 11 ans et un petit garçon de 5 ans, ils sont tous scolarisés et ça se passe plus ou moins bien! Je suis mère au foyer, mon mari est dans la marine marchande et son travail l’oblige à s’absenter 1 mois sur 2, j’ai donc décidé d’arrêter de travailler pour m’occuper de mes enfants et d’être présente pour mon mari quand il est là!
    Mon petit dernier est en grande section et pour l’instant à l’école tout va bien mais il a des problèmes pour prononcer certaines lettres et sons dans les mots et il fait de l’orthophonie pour aider mais je m’inquiète pour sa rentrée au CP car je ne fais pas confiance à l’institutrice qui sera censé lui apprendre à lire. J’aimerai lui faire les cours à la maison l’année prochaine et c’est pour ça que je me renseigne et étudie comment faire! J’adore mes enfants et je passe beaucoup de temps avec eux mais quand je vois parfois qu’ils n’écoutent pas , qu’ils ne veulent pas faire ce que je leur demande et qu’il faut répéter plusieurs fois la même chose avant d’être écoutée, je sature! J’ai l’impression de faire de la quantité avec eux et pas de la qualité comme vous dites et je me demande si j’arriverai à me faire entendre de mon enfant si je décidai de lui faire cours. C’est pour ça que pour l’instant je m’informe et cherche des solutions pour passer du mode quantité épuisant pas bénéfique du tout au mode qualité , joie, bonheur ou tout le monde est heureux! J’attends donc votre troisième vidéo avec impatience et je tiens à vous dire que ce que vous faites est très bien et que j’espère que ça va m’aider à mieux comprendre mes enfants et à les aider et m’aider moi par la même occasion.
    A bientôt.

    • Rémy et Cécile dit :

      « Mon petit dernier est en grande section et pour l’instant à l’école tout va bien mais il a des problèmes pour prononcer certaines lettres et sons dans les mots et il fait de l’orthophonie pour aider mais je m’inquiète pour sa rentrée au CP car je ne fais pas confiance à l’institutrice qui est sera censé lui apprendre à lire. »
      Alors, il n’a de problème parce que pour l’instant vous ne l’avez pas fait pratiquer suffisamment. Ce n’est pas dans ses gênes. Trouvez donc des jeux qui lui font pratiquer, qui l’exercent. En trois séances, vous verrez déjà des progrès. Veillez aussi à son sommeil et son alimentation, bien sûr. On en reparlera.
      « J’aimerai lui faire les cours à la maison l’année prochaine et c’est pour ça que je me renseigne et étudie comment faire! J’adore mes enfants et je passe beaucoup de temps avec eux mais quand je vois parfois qu’ils n’écoutent pas , qu’ils ne veulent pas faire ce que je leur demande et qu’il faut répéter plusieurs fois la même chose avant d’être écoutée, je sature! »
      Nous en parlons beaucoup. Tout d’abord, un enfant ne comprend pas la moitié de ce que vous dites jusqu’à l’âge de 15 ans. Nous devons donc apprendre à dire les choses d’une manière spéciale. Nous en parlons aussi, naturellement. Ensuite, vous le voyez bien, vous n’avez pas toutes les techniques qui font que vous êtes écoutée dès la première seconde. Cela s’apprend. Si je dis à mon fils de 16 ans: « Mon grand, fais-moi un thé, tu veux ? » il me le fait. Cela veut dire que notre relation est bien posée et non chaotique.
      « J’ai l’impression de faire de la quantité avec eux et pas de la qualité comme vous dites »
      Les deux sont essentiels.
      « et je me demande si j’arriverai à me faire entendre de mon enfant si je décidai de lui faire cours. »
      A condition que vous vous formiez. Si vous n’avez pas les techniques, ce sera difficile.
      « C’est pour ça que pour l’instant je m’informe et cherche des solutions pour passer du mode quantité épuisant pas bénéfique du tout au mode qualité »
      C’est exactement ça. Economie d’énergie, moins d’implication de votre part, gain de temps. C’est cela qu’il faut atteindre. A terme, vous voyez l’enfant 3 fois dans la semaine. Il est comme un étudiant, il sait travailler seul. Il est autonome. On n’est pas là pour l’assister jusqu’au Bac.
      « joie, bonheur ou tout le monde est heureux! J’attends donc votre troisième vidéo avec impatience et je tiens à vous dire que ce que vous faites est très bien et que j’espère que ça va m’aider à mieux comprendre mes enfants et à les aider et m’aider moi par la même occasion. »
      Avec plaisir ! L’aventure continue demain.

  • michel agathe dit :

    bonjour je m’appelle agathe je suis ingénieur agronome de formation, j’ai arrêté par choix de travailler à la naissance de mon premier fils en 2010, car le métier de mère au foyer me semblait le plus intéressant et plein de sens du monde 😉 je commence l’école à la maison avec mon fils ainé de 5 ans et demi cette année (sept 2015). Nous avons pris le cours (CX1) pour me donner une trame à suivre et un contenu. pour la lecture j’utilise aussi la méthode francya conseillée par une amie. pour le reste , nous discutons beaucoup avec les enfants : de ce que nous voyons et observons lors de notre sortie quotidienne et de nos balades du week end, les événements de notre ville, quartier, famille, amis, ce que nous faisons (cuisine, bricolage, choix des achats, prière etc), questions de foi et sur le sens de la vie….. nous les faisons participer à nos activités : bricolage, cuisine, dessin, travaux manuels etc… à la maison en journée nous sommes 5 : mon fils aîné, ses 3 petits frères âgés de 3 mois à 4 ans et moi. d’où ma principale question, qui ne concerne en fait pas directement l’école à la maison mais plutôt son a-côté, c’est à dire le fait d’être toute la journée la seule adulte pour s’occuper des enfants. comment établir une atmosphère de calme et de paix ? certains jours c’est facile et ça roule tout seul certains autres c’est plus compliqué aucun ne reste plus de 2 minutes sur son activité ils se cherchent sans cesse et se bagarrent avec force cris voire même hurlements dès que je suis occupée à changer le bébé, cuisiner ou autre ! 🙂 je suis à la recherche d’astuces pour améliorer cette vie ensemble… merci pour ce forum qui donne de bonnes idées et beaucoup d’encouragements et de soutien

    • Rémy et Cécile dit :

      Très bon démarrage et bonnes pratiques, bravo Agathe !
      « c’est à dire le fait d’être toute la journée la seule adulte pour s’occuper des enfants. comment établir une atmosphère de calme et de paix ? »
      Cela réside dans l’émulation que vous saurez créer et entretenir. cela s’apprend, vous le verrez. Il y a des ressorts en l’être humain qui font qu’on les touche ou pas. Cela n’est pas spontané chez le parent, cela vient d’une transmission de la part des autres parents qui ont découvert les trucs. C’est là notre travail.
       » ils se cherchent sans cesse et se bagarrent avec force cris voire même hurlements dès que je suis occupée à changer le bébé, cuisiner ou autre ! 🙂 »
      Très classique, naturel, et très facile à régler. On vous montrera ce qu’est la notion de territoire et comment il peut être insupportable pour un être humain d’être sans cesse avec un autre, le même. Si nous vous mettons dans une classe avec 30 adultes, ou sur un bateau à voile avec 10 autres personnes, au bout de huit heures nous vous promettons que vous avez de solides ennemis et au moins une dispute larvée. En trois mots, votre vie peut basculer dans un cauchemar et même mal finir. C’est absolument normal et voilà belle lurette que les pères-abbés, les capitaines de navires, les cadres des armées, les patrons d’institutions scolaires etc. connaissent les trucs. Cela passe par quelques explications sur le fonctionnement de cet être, on fera un peu d’anthropologie et vous comprendrez tout, une fois que vous les avez reçues, ces informations et ces trucs, vous savez quoi faire. Votre maison sera paisible, agréable, les enfants souriants et actifs chacun dans leur domaine.
      Merci pour vos encouragements !

  • ricordeau dit :

    bonsoir
    merci pour ces vidéos.Comment m’organisée au quotidien avec mon ados de 15 ans? avec quels cours par correspondances à part le CNED ? et quels supports? j’ai décidé de faire l’EM devant la souffrance de notre fils mais je doute de pouvoir l’aider au mieux.Il est déjà aidé par une prof qui est devenue notre amie au fil du temps et des soucis rencontrés depuis 2 ans avec EN.Notre fils Alexandre est suivi par une psy qui l’a beaucoup aidé et qui lui a fait passer des tests cognitifs .Il est diagnostiquéHP. Devant sa souffrance pour aller au collége (insomnies,nausées, angoisses…)nous avons décidé de l’écouter et surtout d’entendre cette souffrance qui l’handicape .Depuis qu’il est à la maison ,il est plus serein.j’attends vos conseils avec impatience ainsi que la prochaine vidéos.

  • je suis persuadé que c’est la solution mais comment faire pour avoir l’autorisation de l’education nationale

  • Rémy et Cécile dit :

    « Votre fils, c’est une catastrophe »
    Voilà typiquement le propos d’une institutrice qui est une catastrophe. Ce type de personne ne devrait pas enseigner.
    « en essayant de le faire travailler (avec cette pression!!!) ça devenait de pire en pire. Il se renfermait de plus en plus. »
    Evidemment !
    « pourtant nous avons pas encore parlé avec lui? » Bravo ! Vous allez lui parler, allez dans le menu « vos premiers pas ».
    « c’est un fils unique très sociable et on a peur que les copains lui manquent , qu’il se sent exclus, différent des autres »
    Non, ne vous inquiétez pas, nous résolvons très bien ce problème, vous verrez.
    « Est ce que les deux parents peuvent enseigner? »
    Oui, et ce n’en est que mieux.
    « Est ce qu’il faut pas séparer par matières (L’un qui fait maths et géographie et histoire et l’autre français et langues étrangères? ) »
    Nous vous expliquerons tout dans l’accompagnement.
    « Nous sommes tous deux musiciens et sommes tous les deux très occupés (beaucoup de travail à la maison), et le mieux pour nous serait de partager ce travail d’enseigner, mais est-ce bien pour l’enfant? »
    Vous aurez à apprendre l’organisation, la complémentarité de vos parcours pro et l’école à la maison. Beaucoup de nos parents le font, des centaines à vrai dire. Nous en parlons aussi. Rien n’est laissé au hasard sur ce site. 🙂

  • Mireille dit :

    Bonjour,
    Nous avons décidé, avec mon mari, de déscolariser notre fille aînée de 12 ans et mes deux principales questions portent sur l’organisation de la journée et les revenus possibles lorsque l’on passe une partie importante de sa journée à instruire son/ses enfant(s). Notre décision a été surtout motivée par la constatation de la passivité mentale grandissante chez notre fille, savoir, apprendre… tout ça ne l’intéresse pas (plus) vraiment. Du coup l’organisation au quotidien n’est pas si facile, car j’ai l’impression de devoir lui redire et insister pour qu’elle se mette à faire… Nous avons dès le premier jour signé un contrat ensemble, dont nous avons d’abord travaillé les termes au brouillon et qu’elle a reporté au propre sur un « cahier de jour » et signé (ce qui l’a fait bien rire lorsque qu’elle a fait son « gribouilli » comme elle dit !). Le premier devoir qu’elle a est de ne refuser aucun exercice ou demande par flemme : pas facile de s’y tenir !!
    Vous dîtes dans la vidéo que nos enfants vont rapidement changer, je veux vous croire et vous remercie de nous faire part de votre expérience dans ce domaine !
    Merci d’avance de votre aide.
    Mireille, Ménestreau-en-Villette dans le 45.

  • Bonjour, je suis professeur et mère d’une petite fille de 2 ans et demi. Concernant la scolarité de mon enfant, le système éducatif ne me convient plus. Je trouve qu’il fait même de plus en plus peur. Maintenant je me demande est ce que je vais tenir jusqu’au bout en faisant l’école à la maison? Est-ce que je vais savoir tenir le rôle d’institutrice et de maman en même temps?Et quels outils et support sont efficaces pour débuter en petite section maternelle? Enfin je sais une chose c’est que l’enseignement va s’adapter à la demande de mon enfant! Bon courage et bonne continuation à ceux et celles qui ont commencé ce parcours de l’école à la maison! Et merci pour vos conseils!

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour, mais oui, vous tiendrez, cela ne fait aucun doute. Si votre enfant se retrouvait à l’hôpital, n’iriez-vous pas ? Si, vous iriez naturellement. De même que rien ne pourra vous empêcher de faire l’école à la maison parce qu’une fois en route, on ne peut plus s’arrêter, c’est une nécessité et une joie en même temps.
      Nous parlons des deux rôles « maman » et « institutrice » et nous voyons comment distinguer, et quand. Nous vous donnerons les outils.

  • Sandrinebonnier dit :

    Bonjour , ma fille maeva vas avoir 16ans le 8 février elle était en 3éme ppr donc pas une 3éme générale est-ce que les cours seront à sont niveau ?? De plusse elle ne vas plus en cours depuis octobre et n’a aucun suivie scolaire, j ai peur que pour cette année se soit compromis vue qu il y a le brevet des collèges en fin d année.je préfère attendre l année prochaine si le retard est trop important car il y a aussi l aspect financier qui compte malgré tout

    • Rémy et Cécile dit :

      Les cours seront au niveau que vous choisirez.
      Si elle ne va pas à l’école, vous risquez deux ennuis: d’une part des poursuites de l’Etat pour absentéisme. D’autre part, elle va perdre ses habitudes de travail.
      Vous devez donc urgemment la remettre en route.
      Peu importe le brevet qui n’a aucune importance, ele le passera plus tard. Le plus important, c’est qu’elle acquière l’habitude de se mettre au travail seule et pour cela, vous devrez vous abonner sur ce site. Vous n’y arriverez probablement pas toute seule si vous avez laissé passer ces mois. Vous ne devez absolument pas attendre, attention, chaque jour est important à cet âge.
      Pour ce qui est de l’aspect financier, vous gagnerez de l’argent en le faisant. Vous verrez pourquoi.

  • Bonjour Rémy et Cécile,
    Nous avons vu vos 4 vidéos et sommes prêts à débuter cette aventure avec notre fils Samuel 15 ans, actuellement en 3e. Je vous ai déjà posé cette question mais je ne crois pas avoir reçu de réponse. Je vous la repose donc : je ne dispose que d’une tablette pas d’ordinateur, est-ce un problème pour recevoir la formation ? Je vous remercie pour votre réponse.
    Merci aussi pour toutes ces informations.

    • Rémy et Cécile dit :

      Pas de problème en principe.

  • Cyndie 28 ans dans les Yvelines, en congé parental jusqu’en avril et après… tout dépendra…
    J’ai peur de faire encore le mauvais choix pour mon fils de tout juste 5 ans EIP en détresse à l’école. Je me pose une foule de question, notamment si cette méthode sera la bonne et s’il n’est pas difficile que l’enfant nous «