La conversation avec votre enfant (vidéo)

Vous avez parlé avec l'autre parent. Maintenant, vous allez parler avec votre enfant.

Doute à la dernière minute

Mais auparavant, vous avez peut-être un doute.

A votre sujet: vous vous dites que vous n'avez pas envie d'être une femme au foyer. Ou que vous n'avez pas le niveau.

Ou alors, vous vous dites que l'école, finalement, c'est peut-être "pas si mal que ça".

Bien, voilà quelques doutes liquidés. Vous en avez un autre ? Alors, tapez le mot que vous voulez dans la fenêtre de recherche. Un autre doute et hop ! envolé.

La conversation avec l'enfant

Bien, maintenant que nous avons déblayé ces dernières hésitations, reprenons:

 

La conversation avec votre enfant est un moment à ne pas négliger. Vous posez un contrat moral à votre enfant, un accord (dont voici un exemple proposé par une maman). Vous direz à l'enfant, maintenant que vous êtes sûr de votre choix, que vous acceptez qu'il reste à la maison et n'ait plus à se lever tôt pour aller à l'école mais qu'en retour, vous avez des conditions, et vous exprimez exactement ce que vous voulez - sans faire une liste interminable (voir l'exemple donné ci-dessus). Restez sur  5-6 choses: l'enfant mettra le couvert à tous les repas, se couchera avant 22.00, n'ira pas sur l'ordinateur en semaine, fera du sport obligatoirement, donnera un coup de main... bref, ce que vous voudrez.

Le fait d'avoir un accord signifie que vous faites confiance à l'enfant et que vous lui parlez comme à un adulte. Bien sûr, cela ne concerne que l'enfant qui a atteint l'âge de raison, soit 7 ans environ. Mais on peut avoir un accord assez élaboré avec un 5-6 ans (ne pas exiger du déraisonnable).

Vous pouvez faire un mémo écrit, que vous pouvez afficher dans la cuisine par exemple, mais on ne rédige pas un contrat moral de manière formelle, un contrat du type "avocat".

Note: Si vous pensez que votre enfant ne respectera pas son contrat-moral, faites-le lui exprimer en présence d'un grand-parent, tante, ami de la famille. Et vous pouvez revenir sur la discussion au sujet de l'école à la maison en présence d'amis, de grands-parents, de l'autre conjoint. Une bonne amie de la maman peut aider en demandant à voir des travaux directement à l'enfant, en l'emmenant sortir et en lui parlant de cette expérience qu'il vit.

S'il ne veut pas

Il y a des cas où votre enfant ne veut pas vraiment faire l'école à la maison.

Plusieurs techniques en ce cas. Déjà, recenser avec lui tout ce qui ne marche pas à l'école. Ensuite, tout ce qu'il y aime. Lui exposer que tout cela, il l'aura à la maison, y compris les copains (on verra cette question plus tard, rien ne vous empêchera d'organiser des sorties en week-end, des fêtes à la maison, des explorations, chasses au trésor ou plus simplement parties de foot... Ce sera donc mieux qu'à l'école).

Mais ça ne suffira peut-être pas. Il/elle a peut-être un amoureux sur la cour de récré. Si c'est une possibilité, évoquez le sujet franchement et dites-lui que rien n'est perdu, au contraire, et que s'il/elle le veut, on peut s'organiser... (à vous de voir où, quand, comment).

En dernier recours, peut-être que c'est l'école à la maison qu'il/elle ne veut pas. Qu'il n'y a rien à l'école qui lui plaisie mais que l'idée de rester à la maison lui fait encore plus horreur.

Mince ! c'est que votre routine quotidienne insupporte. Bon. Qu'est-ce qu'il n'aime pas à la maison ? On peut essayer de le changer. Si l'enfant évoque une pression trop forte, dites-lui que justement, s'il reste à la maison, vous vous engagez à le laisser beaucoup plus respirer, car de toutes façons vous vous verrez toute la journée et qu'il est donc hors de question de se coller dans les jambes l'un de l'autre.

Bref, disséquez la raison. Vous avez peut-être des aménagements à faire.

Ultime cas: il refuse par orgueil, juste pour se sentir exister et vous casser les pieds. En ce cas, retournez la situation comme une crêpe. C'est vrai, l'école à la maison est la pire des choses, il ne va pas tenir, il est trop petit, ça va être beaucoup trop horrible ! Ecoutez Paméla:

J'ai bien suivi votre conseil quant au refus de mon fils de faire l'école à la maison. Je lui ai dit qu'il avait raison de ne pas vouloir, que je serais beaucoup trop horrible pour faire l'EM.... il est resté surpris par ma réaction et j'ai décidé de ne plus en parler. Depuis 2 semaines il m'a dit " c'est bon maman je suis prêt on va faire l'école à la maison". Il fallait que cette option évolue dans son esprit. Et maintenant il est parti, il a fait les plans de l'organisation de la salle de classe et a préparé des dessins affiches à apposer sur la porte.

Conversation avec votre enfant: éviter le côté tribunal

La conversation avec votre enfant

Nous recommandons de ne pas avoir cette première conversation fondamentale en présence des deux parents, un seul suffit: celui qui fera cours. On évite ainsi le côté tribunal, inégal; et c'est important car ce que concèdera l'enfant ne doit pas être obtenu sous pression, sans quoi il ne tiendra pas parole. Il est indispensable qu'il soit consentant à ce projet.

La conversation avec les deux parents en même temps doit rester exceptionnelle.

L'autre verra ensuite l'enfant à son tour, en tête-à-tête également, pour appuyer le projet et demander à l'enfant de faire son possible pour ne pas fatiguer le parent enseignant.

3. Etape suivante

  • Sonia dit :

    Un contrat moral? Participer au travail ménager? Ce sont de vieilles pratiques non? En tout cas, elles se faisaient rares, mais je pense qu’elles reviennent en force. Elles me semblent nécessaires pour une Ecole à la Maison, mais aussi pour tous les enfants qui partagent un toit avec leur famille, et qui ont une vie de famille faite d’attention, d’écoute, d’aide, d’amour. Fini les petits despotes, les gros caprices. J’avais eu tort de désespérer. Bon été à tous.

  • rollande dit :

    Ça me semble tout à fait correct. Jaime bien le contrat moral.

  • J’ai, plusieurs fois, eu recours à ce genre de contrats. C’est très efficace et ça permet de faire valoir une autorité, sans s’énerver, que l’enfant partage et comprend. Ca le place en tant qu’acteur responsable, partenaire, un partenaire qui sait tenir un engagement.

    • Mais chez nous, nous le couchons par écrit…

      • Rémy et Cécile dit :

        Attention à ne pas non plus ériger une Loi absolue qui ferait rentrer l’enfant en lui-même. La parole doit suffire, car ressortir un écrit peut être une trahison vis-à-vis du changement naturel de l’enfant et de sa liberté à voir les choses autrement. Conservons l’absolu pour l’amour de Dieu, et non pour les lois humaines. Ce n’est pas de l’homme que doit venir la crainte.

  • Ja R dit :

    tous mes enfants sont scolarises, sauf le dernier qui vient d’avoir 3 ans.
    ils veulent tous faire l’école à la maison, ils sont juste inquiet de ne pas voir leur copains de classe.
    maus je connais deja une famille qui fait l’ecole à la maison et les enfants se connaissent puisque nous allons dans la meme eglise.
    merci pour ces conseils.
    je vais prep

  • Ja R dit :

    j’ai 4 enfants de 9,6,5 et 3 ans, et ils sont d’accord pour l’ecole à la maison, donc je mettrai en place ce petit contrat , tres bonne ideee.
    merci pour ces conseils

  • >
    error: Alerte: Contenu protégé