Violences Educatives Ordinaires ? l’Etat premier coupable

By cecileetremy

violence ief l-ecole-a-la-maison.com

Avec l’aplomb qu'on lui connaît, l'Etat a décidé de lancer une immense campagne contre les Violences Educatives Ordinaires (VEO). Il oublie qu'il en est le premier producteur. Avec quasi-monopole.

Les Violences Educatives Ordinaires,ce sont les fessées que l'Etat souhaite faire interdire.

Mais quel culot ! Le culot du braqueur de banque qui se plaint des faux-billets.

C'est un peu comme la drogue en Colombie : vous vous souvenez ? les petits cartels de Medelin, de Tijuana ou de Cali ont été traqués sans pitié, par qui ? la DEA, le plus gros dealer du monde. Oui, c'est la DEA qui inonde l'Europe, avec l'aide des Etats, dont la France via l'Outremer. Ce sujet a été abondamment illustré par des commissions d'enquête aux USA et par la presse, sans effet. C'est la DEA qui contrôle la quasi-totalité de la production de la cocaïne et de l'opium en Amérique du sud mais aussi en Afghanistan au motif qu'en la gérant, elle assure une utilisation plus "saine". Résultat ? Depuis que la DEA a mis la main sur tous ces trafics, ceux-ci ont augmenté drastiquement, parfois la multiplication est de 100. Pablo Escobar ? c'était un artisan local, un amateur.

L'Etat français aurait-il davantage de leçons à donner ? Pas davantage. S'il fait moins grand dans le mal, c'est qu'il manque de moyens.

Et de même vous, avec votre fessée. Vous faites pâle figure à côté de l'Etat

Car les Violences Educatives Ordinaires, c'est d'abord et avant tout l'Etat. Massivement. Sans conteste.

Déjà, il prétend "éduquer" l'enfant, au lieu de l'instruire, alors qu'on ne lui a rien demandé. Il éduque les enfants, et donc il conditionne l'enfance sur le plan moral et le plan éducatif (banalisation des comportements, de la sexualité...) et se donne évidemment des occasions de commettre des violences éducatives ordinaires (ou pas). Qui ont lieu et qui inonde les rubriques des journaux. On ne compte plus le nombre d'instituteurs abuseurs.

C'est également l'Etat qui vaccine l'enfant au risque de sa vie, qui le force à subir cette injection des vaccins-poisons (voir ici comment l'éviter) dont il ignore totalement les effets secondaires. Violences Educatives Ordinaires terrifiantes.

C'est l'Etat qui kidnappe le plus d'enfants, chaque année plusieurs milliers, pour les placer ou les laisser... disparaître aux mains de réseaux infiltrés dans l'Etat (accusation grave que nous soutenons). Violences Educatives Ordinaires épouvantables.

C'est bien lui également qui conduit des dénonciations aux magistrats et des surveillances policières relayées par l'école.

C'est l'Etat qui relâche chaque année des quantités de malfrats et violeurs d'enfants, après des peines trop légères ou même carrément innocentés, grâce aux bons juges "humanistes".

Et puis au quotidien, plus simplement, n'est-ce pas l'Etat qui force les enfants à aller à l'école, et donc à les habiller tôt le matin, à les arracher à leur sommeil ?

Qui leur fait subir l'heure d'été ou d'hiver, avec les dérèglements qu'on sait ?

Violences Educatives Ordinaires aussi par la nouvelle "morale"

C'est bien encore l'Etat qui leur impose le genre (gender, car cette mode vient des USA) à l'école. C'est lui également qui importe le groupuscule extrémiste LGBTP.

Qui embrigade, pousse à manifester, à se politiser ? Qui crée des clivages, des revendications, de l'esprit subversif, de la zizanie, du chaos ?

L'Etat est également responsable du gâchis de millions de vie avec un niveau scolaire affligeant et proche de zéro. Niveau exécrable pointé par toutes les études du monde, y compris celles de l'Education nationale. Qui, sinon l'Etat, détruit des existences par l'illettrisme qui frappe la majorité maintenant des enfants ?

Personne d'autre que l'Etat envoie chez des "spécialistes" des enfants flanqués de diagnostics fantômes. Pour se débarrasser du problème et surtout ne pas se remettre en cause.

C'est l'Etat qui fait subir le harcèlement, les violences, la drogue, les viols à l'école.

La liste est loin d'être terminée, elle est longue, elle s'augmente chaque jour: contrôles abusifs, parents harcelés, dénonciations...

Ne parlons pas des Violences Civiles des Fonctionnaires (VCF) qui éborgnent ou arrachent des mains de badauds qui n'ont rien demandé, qui gazent, matraquant, répriment la liberté d'opinion... Cet Etat dirigé par "le valet des rats".

Et avec tout ça, l'Etat voudrait réellement se faire le chantre de la lutte contre les Violences Educatives Ordinaires ?

"Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil?" (Matthieu 7:3)

Les pays qui ont éradiqué la fessée ? Ce sont les pires. Violences institutionnelles et enlèvements d'enfants à l'échelle industrielle. La Suède ? violence administrative (un exemple ici), la police et l'armée partout, la délation, les procès, le contrôle global. En Allemagne, même climat politiquement corect, un père se voit retirer ses trois filles parce qu'il les élève seul. Partout, il s'agit d'enlever les enfants aux familles. On sait qui est derrière.

  • Patricia dit :

    Bonjour,
    Je suis bien d’accord avec vous. Sauf que, quand on me demande d’instruire une vingtaine d’enfants de CE2 et que la moitié d’entre eux n’a pas une attitude propice aux apprentissages, il faut bien faire un peu d’éducation, non ?
    Et croyez bien que je le regrette…
    De nombreux parents ne savent plus éduquer leur enfant. La preuve ? “Ouf, c’est la rentrée des classes. Tenez, je vous rend mes 2 gamins. Deux semaines de vacances avec eux, c’est très dur.”
    Cela arrivé plusueurs fois, à chaque rentrée …

    • cecileetremy dit :

      Disons qu’il s’agit plutôt de faire de la discipline, mais il est vrai qu’il est interdit aux enseignants d’en faire. Une seule solution à notre avis, ne jamais enseigner dans un milieu où rien ne le permet.

  • Caroline dit :

    La loi sur les violences ordinaires éducatives est une réelle déclaration de guerre à l’institution familiale.

    Cela va beaucoup plus loin que la notion de fessée: l’état s’attaque à l’autorité parentale!

    Si je dis à mon enfant que je lui donnerais 5€ s’il a 15/20 à son module: avec cette loi, pour le tribunal des enfants, il s’agira de chantage, donc de violence ordinaire éducative.

    En conséquence, le juge des enfants aura l’obligation de faire placer mon enfant en foyer. Puisque preuve aura été faite de ma maltraitance, selon tous termes légaux.

    https://comitecedif.wordpress.com/2019/07/02/le-barnevernet-continue-ses-conneries/

    ( articles actualisés en préparations sur le site CEDIF)

    Une fois mon enfant en foyer; il sera violé, battu, torturé physiquement et mentalement, exclu de toute instruction, obligé aux jeux vidéos pour toute culture, et incité à la prostitution et aux drogues…

    Bien sûr, et même en cas de disparation de mon enfant ou de mort avérée: je ne pourrais pas porter plainte: tous les procureurs de l’UE me répondront que je n’ai plus l’autorité parentale.

    Si je tenterais de médiatiser la réalité, ou si j’opposerais quelconque résistance: je serais internée en hôpital psychiatrique, ou j’irais en prison.

    CF ADMILISA, WANTED PEDO…

    De grâce, cher Rémy, comprenez que l’état ( la franc-maçonnerie) avec cette loi, est dangereusement passé au cran au-dessus dans sa volonté de destruction familiale.

    Les signalements ne sont que des outils pour normaliser un peuple qui se doit servile au satanisme, sans le savoir.

    Les moyens utilisés pour arracher les enfants à leurs familles bienséantes sont si puissants, si mensongers, et si manipulatoires!

    Que Dieu vous garde.

    • cecileetremy dit :

      Chère Caroline, vous n’avez point à solliciter notre grâce, nous savons bien ce qu’est cette république universelle du crime, née de la création de la Banque d’Angleterre et de la révolution française.

  • s2Member®
    >