Sommeil et santé : dormir passe avant tout

sommeil santé dormir

Première urgence de votre vie: dormir assez

Le sommeil est le médicament n°1 au monde. Oui, le meilleur médicament du monde est totalement gratuit.

Mais pas forcément accessible à tout le monde.

Regardez ce qu'en dit Jean-Marc Dupuis à notre suite (oui, c'est à partir de l'un de nos messages qu'il a réagi). Avant de manger bio, de faire du sport, de jeûner et de suivre Pierre Rhabi à la lettre, vous avez une urgence: dormir et dormir bien. Vous n'avez donc plus aucune excuse.

On disait autrefois que les heures avant minuit comptent double et ça fait rire des spécialistes qui disent qu'il n'y a "aucune preuve". Je me rappelle un grand scientifique qui avait répondu à cet argument qu'il n'y avait pas non plus "la moindre preuve de l'existence de l'homme" et qui était capable de démonter tous les arguments à ce sujet.

95% de constats le disent : les heures les meilleures pour se reposer sont les premières, avant minuit. Nos grands-mères avaient raison. C'est vrai: ces heures comptent double. Voire triple, quand vous êtes crevé, quand vous avez besoin de revenir dans la course de la vie.

Durant votre sommeil, dont nous avons déjà parlé (dans cet article, vous vous en souvenez), vous vous reconstruisez. Et sachez que votre corps se reconstruit entièrement, jusqu'à la dernière cellule, régulièrement, certains organes en trois jours !

Si vous avez du mal à dormir, des plantes et une méthode: commencez progressivement à reculer l'heure du coucher, ne vous couchez pas 4 heures plus tôt car vous ne vous endormirez pas. Préférez 15-30 mn.

S'il y a du bruit, achetez des boules quiès en cire naturelle ou en mousse. S'il y a de la lumière, prenez un masque pour dormir.

Si vous considérez que vous ne supportez pas les "boules quiès", sachez que c'est vrai les premiers instants, voire les premières heures, mais on s'y fait et c'est un inconvénient à dépasser. Si vous avez des démangeaisons parce que l'oreille ne respire pas assez, vous ferez le matin un nettoyage léger de la cavité auriculaire (bref, l'oreille) avec un coton-tige trempé de bicarbonate de soude (achetez-en dès maintenant car nous en aurons grand besoin très vite).

dormir sante priori

Un test simple à réaliser afin de déterminer si vous dormez assez ou non est de voir si vous avez besoin d’un réveil pour vous sortir du sommeil.

Couchez-vous chaque jour 15mn plus tôt jusqu'au moment où vous vous réveillerez durant tout une semaine sans réveil. Vous saurez alors le nombre d’heures de sommeil dont vous avez besoin chaque nuit.

Attention, votre horloge interne peut être déréglée, attendez donc au moins une semaine avant de vous prononcer. Dans certains cas, le temps de réajustement peut prendre 1 trimestre ! N'oubliez pas qu'on s'est couché pendant des siècles avec le soleil...

Si vous dormez mal, dormez tête-bêche, alternez les positions. C'est-à-dire que vous mettez la tête à la place des pieds et vice-versa. Très efficace.

Si ça ne suffit pas, orientez le lit dans une autre direction (changer de temps en temps si nécessaire). Changez de pièce en cas d'insomnie.

Faites des bains de pieds, lavez-vous les pieds et massez-les avec de l'huile essentielle de lavande avant de vous coucher. Excellent remède contre l'insomnie.

Et bien sûr, aérez votre sommeil, beaucoup d'insomnies proviennent d'un manque d'oxygène (le cerveau affolé vous maintient éveillé). Ouvrez la porte de la chambre ou la fenêtre si elle donne sur espace non pollué et calme.

Nous vous enverrons bientôt la prochaine lettre santé, que vous pouvez aussi trouver ici.

Le sommeil selon Jean-Marc Dupuis:

_____________________

Le manque de sommeil est le poison du cerveau

Une étude récente, menée par des chercheurs de l’université d’Oxford et publiée dans le Lancet Psychiatry, a montré que le manque de sommeil est comparable à un poison pour votre cerveau et votre moral.

Parce que le manque de sommeil provoque un double problème dans votre cerveau.

  • Le mauvais sommeil change votre façon de penser et détruit votre capacité de réfléchir.
  • Quand vous avez mal dormi, vous pouvez avoir l’impression d’être lucide, normal, mais sans vous en rendre compte vous êtes en train de raisonner de travers.

En particulier le manque de sommeil crée des pensées négatives qui s’incrustent dans le cerveau.

Et voici le vrai problème : plus les mois, les années de mauvais sommeil s’accumulent, plus les pensées négatives s’installent. Elles deviennent votre façon normale de fonctionner, avec de graves conséquences psychologiques.

Graves conséquences psychologiques

Dans cette étude d’Oxford, les chercheurs ont constaté qu’un mauvais sommeil (moins de 7 heures de sommeil de qualité par nuit) augmente la paranoïa, l’anxiété et la dépression.

Souvent, on peut avoir l’impression au contraire que ce sont les pensées négatives qui empêchent de dormir.

Mais c’est le plus souvent dans l’autre sens que ça marche, ou du moins que le cercle vicieux s’est mis en route : au départ, vous avez commencé à avoir des pensées négatives parce que vous manquiez de sommeil.

La preuve est que le nombre de personnes anxieuses, stressées, dépressives a explosé ces dernières décennies dans le monde occidental.

Cette augmentation en flèche de mal-être a eu lieu précisément au moment où se généralisaient des facteurs qui nuisent au sommeil :

  • La lumière électrique, qui nous permet de continuer nos activités comme si de rien n’était bien après la nuit tombée ;
  • Le bruit, en particulier des voitures, motos, devenu aujourd’hui incessant, même en plein milieu de la nuit, dans les zones urbaines ;
  • Les systèmes de soufflerie, chauffage, climatisation, qui provoquent un ronronnement continu dans beaucoup d’habitations, si bien que le silence profond, propice au sommeil, n’existe plus jamais ;
  • Le chauffage central, qui empêche la baisse naturelle de la température au coucher du soleil, nécessaire à l’endormissement ;
  • Les écrans à LED, qui émettent une lumière bleue qui nous maintient éveillés ;
  • Facebook, Whatsapp et autres systèmes de messagerie : vous les consultez « une dernière fois » avant d’éteindre la lumière et c’est là que vous recevez une nouvelle excitante, un message urgent auquel il faut répondre, qui repoussent votre sommeil à plus tard, et vous tiendront excité (certaines personnes, particulièrement atteintes, vont même se réveiller en pleine nuit pour vérifier leurs SMS, emails et autres…).
  • La consommation de caféine, tabac, alcool et autres excitants.
  • L’exemple, enfin, de dirigeants politiques ou d’entreprises à succès qui prétendent ne dormir que quelques heures par nuit. Ainsi Emmanuel Macron ne dort-il, paraît-il, que trois heures par nuit. [1]

Effondrement historique de la qualité du sommeil

Résultat, « les gens ont perdu pratiquement 20 % de leur sommeil en 70 ans », explique Matt Walker, professeur de neurosciences et de psychologie à l’université de Berkeley, en Californie.

« C’est absolument énorme. Dans les années 1940, les gens dormaient en moyenne un peu plus de 8 heures par nuit, et actuellement ce n’est plus que 6,7 heures. » [2]

Or, sur la base d’environ 10 000 études réalisées sur le sommeil, aucune personne ne peut survivre en ne dormant que six heures ou moins, sans conséquences graves.

« Toutes les grandes maladies qui ravagent les pays développés : Alzheimer, le cancer, l’obésité, le diabète, l’anxiété, la dépression, le suicide : toutes ont un lien direct et très fort avec le mauvais sommeil », explique Matt Walker.

Je ne sais que vous dire de plus.

Si vous avez mauvais moral et un mauvais sommeil, ne cherchez pas plus loin.

Prenez de toute urgence les mesures les plus drastiques pour que cela change.

Il faut éloigner de vous les causes de stress et les problèmes qui vous empêchent de dormir : bruit, lumière, activités, métier, relations toxiques, mauvaises habitudes (café le soir, tabac, excès d’alcool).

Il existe des plantes qui aident à mieux dormir : valériane, passiflore, camomille, tilleul… Vous pouvez les prendre sous forme de tisane ou en gélules.

N’oubliez pas la mélatonine : c’est l’hormone qui contribue à réguler le sommeil. On en trouve désormais facilement dans le commerce. La dose optimale est de 0,9 mg le soir, 20 minutes avant d’aller dormir.

Couchez-vous à heure fixe, après une activité qui vous a permis de vous détendre et penser à autre chose. Pas de travail intellectuel intense, ni de sport, ni de film d’action ou jeu vidéo excitant, ni même, si possible, de conversation trop animée dans l’heure avant d’aller au lit…

Je pourrais continuer la liste, les fidèles lecteurs de Santé Nature Innovation connaissent maintenant par cœur mes « bons conseils » 😉

Mais si je me permets d’insister, c’est que c’est vraiment important.

Pour vous, pour votre joie de vivre, bien sûr. Mais aussi pour tout le bonheur du monde, car l’humanité tout entière est en train d’être contaminée par cette épidémie de manque de sommeil, et c’est peut-être une raison pour laquelle beaucoup de gens ont l’impression que la vie est plus triste. Et c’est dommage !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

_____________________

Pour être beau, dormez

Chère lectrice, cher lecteur,

Des chercheurs suédois ont établi scientifiquement ce que vous saviez déjà : il existe une relation étroite entre votre sommeil et votre apparence physique.

Dans une étude publiée le 15 décembre 2010 dans le British Medical Journal, John Axelsson et son équipe du Karolinska Institute de Stockholm arrivent à la conclusion que les personnes qui manquent de sommeil paraissent en plus mauvaise santé, et sont moins attirantes physiquement que celles qui dorment bien, et suffisamment. [1]

« Le sommeil est le soin de beauté naturel du corps, a déclaré J. Axelsson. C’est sans doute plus efficace qu’aucun traitement que vous puissiez acheter. » [2] L’étude a été réalisée en montrant à des personnes choisies au hasard des photos de personnes après une nuit de huit heures de sommeil, et après 31 heures de veille, puis en leur demandant de noter sur une échelle de 1 à 100 leur état de santé, leur beauté physique, ainsi que leur niveau de fatigue.

D’autres recherches récentes sont arrivées à la conclusion que le manque de sommeil pourrait augmenter le risque de maladie d’Alzheimer [3] de dépression [4] et de surpoids [5]. Mais, en fait, il semble que le risque d’attraper toutes les maladies, ou presque, augmente lorsqu’on dort trop peu, puisque le système immunitaire est fortement affaibli.

enfant dormir sante priori

Le manque de sommeil provoque les mêmes effets que le vieillissement

Manquer de sommeil a les mêmes effets que le vieillissement sur le physique et sur le cerveau.

Si vous vous regardez dans la glace un lendemain de fête, ou après une nuit agitée, votre visage ressemble beaucoup à ce qu’il sera… dans dix ans alors que vous aurez bien dormi.

De la même façon, il est nettement plus difficile de se souvenir de l’endroit où on a mis ses clés lorsqu’on a dormi moins de cinq heures. On risque plus de se cogner, de trébucher sur des objets, de rater une marche, de butter sur les mots, voire de répéter une chose que l’on vient de dire.

Comme votre grand-mère, vous avez parfois tendance à ne plus savoir si vous avez déjà raconté cette (excellente) histoire à cette personne.

Tout cela plaide évidemment pour mieux dormir. Oui mais comment ? Si vous faites partie des 40 % de la population qui a du mal à s’endormir et/ou à rester endormi, vous savez que la solution n’est pas évidente. Or, il faut que vous ayez chaque nuit entre six et huit heures de bon sommeil.[6]

Surtout pas de somnifères !

Si vous souffrez d’insomnie, il peut être tentant de chercher une solution immédiate en prenant des médicaments. Mais sur le long terme, les somnifères ont de fortes chances d’aggraver vos problèmes de sommeil.

De plus, que cherchez-vous en dormant mieux ? A vous sentir mieux, le lendemain, moins fatigué, plus alerte intellectuellement. A avoir meilleur moral.

Or, il se trouve qu’aucun de ces effets ne sera atteint par les somnifères chimiques : tous provoquent l’effet exactement inverse, c’est-à-dire un risque plus grand d’inattention, d’assoupissement, bref, de sentiment général de fatigue. Ces produits vous assomment, mais ne vous reposent pas. Il a même été établi que le sommeil provoqué par les somnifères est en général très agité, traversé de cauchemars, et entrecoupé de réveils fréquents.

11 conseils pour mieux dormir

En recoupant les conseils donnés par les différents guides pour mieux dormir, j’ai repéré 11 conseils que l’on retrouve dans le discours de la plupart des spécialistes :

  1. Dormez dans le noir total, ou aussi total que possible. Lorsque la lumière frappe vos paupières, elle interrompt la production de sérotonine et mélatonine (l’hormone du sommeil), en perturbant le rythme circadien de la glande pinéale (qui gère votre horloge biologique). Si vous devez vous lever la nuit pour aller aux toilettes, essayez de ne pas allumer la lumière. Si c’est trop risqué, mettez dans vos toilettes une veilleuse.
  2. Pas de télévision juste avant de vous coucher. Mieux encore, pas de télévision dans votre chambre. Mieux encore, pas de télévision dans votre maison ! La télévision excite trop le cerveau. Elle perturbe aussi la glande pinéale, pour les mêmes raisons que ci-dessus. Surtout, la télévision et Internet vous font très facilement aller au lit une ou deux heures plus tard que vous n’auriez dû.
  3. Portez des chaussettes au lit. Etant la partie la moins bien irriguée du corps, les pieds sont souvent la première partie à se refroidir. Or, dès que vous avez trop froid, votre corps se met à bouger pour se réchauffer. Il y a un risque de se réveiller, et la qualité de votre sommeil décroît. Une étude a montré qu’avoir les pieds au chaud augmente la qualité du sommeil.
  4. Dormez dans une atmosphère fraîche, pas plus chaude que 18°C. Beaucoup de maisons sont trop chauffées, en particulier à l’étage, dans les chambres à coucher. Cependant, en-dessous de 15°C, vous serez sans doute gêné par le froid, à moins de porter un bonnet de nuit.
  5. Eloignez votre réveil et les autres appareils électriques de votre lit. Leurs bruits et les diodes qui clignotent peuvent vous perturber. Et regarder les chiffres sur votre réveil (2 h, 3h15, 4h…) ne peut qu’ajouter à vos angoisses.
  6. Réservez votre lit pour dormir. Si vous êtes habitué à regarder la télévision ou travailler au lit, cela peut augmenter vos difficultés à vous détendre et vous endormir. Donc évitez ces activités dans votre lit.
  7. Envisagez de faire chambre à part. De récentes études [7] (et l’expérience de nombreuses générations !) indiquent que, pour beaucoup de personnes, partager son lit avec quelqu’un peut fortement perturber le sommeil, surtout si l’autre personne a un sommeil agité, se lève la nuit, ou ronfle. Le Dr Neil Stanley, spécialiste du sommeil à l’Université de Surrey (Angleterre), conseille fortement de faire chambre à part. Il rappelle que l’habitude de dormir à deux dans la même chambre ne s’est installée que depuis la révolution industrielle, lorsque les populations se sont installées dans les villes où l’espace coûtait cher. A l’époque romaine, le lit conjugal ne servait pas pour dormir, mais pour… vous avez deviné la fin.
  8. Faites régulièrement de l’exercice physique. Une étude de la Stanford Medical School a constaté que, après un programme de 16 semaines d’exercices physiques modérés, les sujets étudiés s’endormaient en moyenne 15 mn plus tôt et dormaient 45 mn de plus. Cependant, ne faites pas d’exercice juste avant d’aller dormir car cela vous maintiendrait éveillé.
  9. Ne mangez pas de sucrerie juste avant d’aller dormir. Non seulement cela peut provoquer de la nervosité, mais cela peut entraîner aussi une hypoglycémie au bout de quelques heures, qui vous réveillera. En revanche, vous pouvez prendre une nourriture bien protéinée quelques heures avant de dormir. Cela vous aidera à produire de la mélatonine (hormone du sommeil).
  10. Couchez-vous toujours à la même heure.
  11. Enfin, pour aller au-delà des simples conseils de bon sens, et vous proposer une solution nouvelle qui semble vraiment efficace si tous les points ci-dessus ne vous aident pas à mieux dormir, envisagez une thérapie cognitive et comportementale [TCC]. Une étude réalisée par l’Université de Bergen, en Norvège, a conclu que les TCC sont plus efficaces que les somnifères. En six semaines de traitement, les personnes insomniaques qui ont suivi cette thérapie ont augmenté leur temps de sommeil effectif de 81,4 % à 90,1 %. De plus, elles avaient des phases de sommeil profond plus long, et se réveillaient moins souvent que les deux autres groupes témoins (dont un recevait un somnifère de zopiclone, et l’autre un placebo). [8]

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Nous vous enverrons bientôt la prochaine lettre santé, que vous pouvez aussi trouver ici.

_________________________

Plus de sommeil, moins de fringales : voici pourquoi

Chère lectrice, cher lecteur,

Une étude de l’université de Chicago a montré que le manque de sommeil pouvait augmenter les fringales, spécialement de biscuits, de bonbons et de tartines, de 45 %.

En manque de sommeil, nous sommes irritables, énervés, mais à la fois déconcentrés.

Notre cerveau s’aperçoit qu’il n’arrive pas à faire ce qu’il voudrait.

Pour compenser, nous recherchons des excitants : tabac, alcool, divertissements type Facebook, vidéos, SMS ou émissions télé « débiles » et, surtout, glucose (sucre), le « carburant » du cerveau.

On croit parfois gagner du temps en se privant d’une sieste ou en se couchant plus tard.

C’est une illusion.

Nous ne faisons que nous nuire en prenant de mauvaises habitudes.

Voici quatre bonnes raisons de dormir plus, qui vous aideront à réduire les fringales et à perdre des kilos.

Le sommeil diminue la faim

C’est pendant que l’on dort que les hormones de l’appétit se régulent. Il suffit de quelques nuits de mauvais sommeil pour que s’élève notre niveau de ghréline – l’hormone qui déclenche la faim au moment des repas. Une grande étude sur le sommeil réalisée aux États-Unis (la « Wisconsin Sleep Cohort Study ») a montré que les personnes qui ne dormaient que cinq heures par nuit avaient 14,9 % de ghréline de plus que celles qui dormaient huit heures.

Le manque de sommeil n’explique pas seulement la différence de niveau d’hormones, mais explique aussi la hausse de l’indice de masse corporelle (IMC) et le risque accru d’obésité chez les personnes qui ne dorment pas assez.

Le sommeil hâte l’impression de satiété

De même que la ghréline vous donne faim, une autre hormone – la leptine – vous procure le sentiment d’avoir assez mangé (satiété).

Les participants à l’étude qui ne dormaient que cinq heures avaient 15,5 % de leptine de moins que ceux qui dormaient huit heures. Le manque de sommeil ne fait pas que donner faim. Il ralentit l’arrivée du moment où vous avez l’impression d’avoir assez mangé. Inévitablement, vous engouffrez plus de nourriture à table, vos repas sont plus longs. Et tout cela est la faute d’une hormone qui vous manque.

Le résultat en est que vous absorbez plus de calories que vous ne l’auriez fait si vous aviez dormi davantage.

Le sommeil renforce la capacité de jugement et la volonté

Quand on dort bien, on se sent heureux, plein d’énergie, et d’attaque pour relever les défis, supporter les épreuves, entreprendre.

Le manque de sommeil, au contraire, nous rend de mauvaise humeur, anxieux et désarmé pour lutter contre les tentations et nos mauvais penchants.

On manque de force et de motivation, donc, pour renoncer à attraper un biscuit, un bonbon, une sucrerie, une pâtisserie qui passe à notre portée.

On recherche aussi le plaisir du sucré, pour compenser la frustration d’une mauvaise nuit.

On met plus de sucre dans son café, son yaourt, sa salade de fruits… On met plus de Nutella sur sa tartine. On a (encore) plus de mal à abandonner le paquet de chips ou de bonbons avant de l’avoir terminé…

On craque plus facilement devant un McDonald’s ou une pizza surgelée, ne serait-ce que parce qu’on ne se sent pas l’énergie de faire de la cuisine.

Au restaurant, on renoncera plus difficilement encore à un dessert, un « café gourmand »…

Tout cela est lié à l’affaiblissement de notre volonté, à cause du manque de sommeil.

Au bout du compte : plus de calories, plus de gras dans le ventre et les cuisses.

Le manque de sommeil augmente les fringales

Une récente étude publiée dans la revue Sleep (« Sommeil ») a montré que le manque de sommeil donnait envie de manger plus de sucreries et de biscuits salés et gras.

L’étude, qui s’est déroulée au Centre de recherches cliniques de l’université de Chicago, a montré que les personnes manquant de sommeil mangeaient, sans s’en apercevoir, 300 calories de plus que les autres – et ce principalement à cause du grignotage de « nourriture poubelle » (junk food).

Le problème est causé par la moindre concentration : quand vous êtes fatigué(e), vous vous dissipez plus facilement. Vous interrompez vos tâches plus souvent. Pendant vos pauses, plus fréquentes, vous avez plus tendance à rechercher une « petite douceur »… pleine de calories.

Trucs simples pour mieux dormir

Voici quelques conseils simples pour essayer de mieux dormir.

  • Éteignez ordinateur, smartphone et télévision au moins 45 minutes avant l’heure d’aller vous coucher. Cette période tampon permettra à votre esprit de s’apaiser, ralentir, pour tomber dans un sommeil plus profond et plus réparateur.
  • En cas d’insomnie la nuit, levez-vous dès que vous sentez que vous n’arriverez pas facilement à vous rendormir. Commencez tout de suite une activité calme que vous aimez, en particulier la lecture, confortablement installé(e) dans un bon fauteuil, avec une simple lampe d’une intensité modérée. Essayez de vous réjouir de ce moment privilégié de calme, où vous allez pouvoir apprendre des choses nouvelles, sans risquer d’être dérangé(e) car tout dort autour de vous. Le sommeil reviendra plus vite que si vous restez à vous tourner et à vous retourner dans votre lit, à sentir monter l’angoisse de ne pas parvenir à dormir.
  • Arrêtez de manger au moins deux heures avant de vous coucher. La digestion produit de la chaleur qui peut vite vous donner l’impression d’avoir trop chaud et perturber votre sommeil au moment le plus crucial, c’est-à-dire durant les premières heures. Rien de pire que de s’endormir à 11 h et de se réveiller à minuit. Si votre digestion est bien entamée lorsque vous tombez endormi(e), votre sommeil sera plus paisible. Évitez, pour la même raison, de trop boire juste avant d’aller au lit. Boire plus tôt permet de s’hydrater et de se soulager, si nécessaire, avant de s’endormir, pour éviter les levers nocturnes.
  • Essayez de suivre un rituel avant de vous coucher. Tisane, bain chaud, méditation… Ne pas oublier que les enfants apprenaient tous, il n’y a pas si longtemps, à faire leur prière le soir avant de s’endormir ; dans les familles, on allumait une bougie, on chantait quelques chants calmes. Les parents s’étaient-ils aperçus que cela facilitait l’endormissement ?
  • Plus classique : évitez les appareils électroniques qui émettent des lumières, même faibles, et, bien sûr, des bruits. Une simple lueur peut nous perturber, car il arrive, quand on est profondément endormi, d’avoir les paupières qui s’entrouvrent. Si la rétine est frappée par la lumière d’une petite diode qui clignote, cela peut suffire à nous réveiller.
  • Ne dormez pas dans une pièce surchauffée. La température de l’air idéale pour bien dormir ne doit pas dépasser les 19 degrés. Si vous êtes frileux, vous pouvez, par exemple, vous recouvrir d’une couette plus épaisse. Ou mettre une paire de chaussettes si votre conjoint, lui, a trop chaud. Mais résistez à l’envie de monter le radiateur.
  • Pensez enfin à toutes les plantes qui apaisent, qui endorment. Il y en a tant !

Vous connaissez la valériane, la passiflore, le houblon, la lavande, le coquelicot…

La meilleure tisane de grand-mère pour dormir

Mais voici la tisane que conseillait la grand-mère de notre herboriste préféré, Ludo Chardenon :

  • Absinthe (feuilles) 20 g
  • ou guimauve (feuilles)20 g
  • Aneth (plante ou graines)10 g
  • Angélique (racines ou graines)20 g
  • Aspérule odorante (plantes coupées)15 g
  • Coquelicot (tête)15 g
  • Lavande (fleurs)15 g
  • Mélilot (plantes coupées)15 g
  • Oranger (feuilles)15 g
  • Serpolet (plantes coupées)15 g
  • Valériane (racines)25 g
  • Véronique (plantes coupées)15 g

Dans 1 litre d’eau, mettre 1 poignée de ces plantes mélangées. Faire bouillir 5 minutes à petit feu et à couvert, puis passer. Boire 1 tasse le matin et 1 tasse le soir au coucher, ou encore 1 grand bol le soir mais au moins 1 heure après le souper et 1 heure avant le coucher. Doubler ces doses dans les périodes de grande nervosité [1].

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
******************************

Source

[1] Voir Alain Barthélemy, Mémoires et recettes de Ludo Chardenon, ramasseur de plantes languedocien, Actes Sud, introduction du docteur D. Rueff.

enfant dormir sante priori

  • Nathalie dit :

    Ça tombe sous le sens, et pourtant nous sommes nombreux à manquer de sommeil, à cause de rythmes de vie aberrants. Ma meilleure résolution cette année a été de ne pas allumer la lumière le soir, du coup lorsque la nuit tombe, on ressent vite la fatigue, et le sommeil vient plus facilement. Mes enfants en ont été les premiers bénéficiaires, moi qui pensais qu’ils étaient “petits dormeurs”, je me rends compte qu’ils sont de vraies marmottes! Nous nous couchons peu après le soleil (ici sous les Tropiques il se couche entre 18 et 19h), et nous levons naturellement avec, vers 6 ou 7h, ce qui fait 10 à 11 heures de sommeil par nuit, pour les petits et les grands (ado de 12 ans compris). Bien sûr, avec l’école classique ce serait sportif, mais avec les cours à la maison c’est possible, on décide de nos horaires!
    Nathalie.

  • mireille schwaederle dit :

    Oui, le sommeil est indispensable et la première source de vie. D’ailleurs, la privation de sommeil fait partie des tortures infligées dans les pires prisons, comme au temps nazi ou plus récemment à Guantanamo. Les troubles qui suivent des privations longues et répétées sont tels que la vie finit par être en danger (voir site inserm.fr, thème le sommeil).
    Merci de pointer ce besoin que l’on oublie souvent.
    Mireille

  • oloria dit :

    Merci j’essaierais de mettre tout cela en pratique étant donné que j’ai adopté de mauvaises habitudes depuis plusieurs années .En ce qui vous concerne Nathalie, J ai était très sensibilisé a la méthode que vous avez mise en place au sein de votre foyer

  • Cécile dit :

    Remy et Cécile,

    Plus je lis et je découvre votre site et plus je me dis que vous êtes des gens formidables.
    Qui a part vous pouvait faire un site aussi complet.
    J’ai vu que vous feriez un petit tour de France pour rencontrer des parents et j’aimerai vraiment que l’on se rencontre car j’ai tellement de choses à apprendre.
    Pourriez vous me dire si c’est toujours d’actualité et comment vous procédez?

    Cordialement.

    Cécile.

    • Rémy et Cécile dit :

      Ce serait avec grand plaisir Cécile. Nous lancerons en ce cas un appel pour tous ceux qui accepteraient de nous recevoir, comme la dernière fois.

  • OdileMéry dit :

    Merci à vous pour ses articles forts intéressants!

  • s2Member®
    >