Comment reconnaître une mauvaise école ?


Une maman nous demande Comment reconnaître une mauvaise école ?
Bonjour  Rémy,
J'ai lu avec attention votre article concernant les différentes organisations et structure qu'il valait mieux éviter et j'aurais besoin de votre avis concernant une association qui s'appelle la XXX dans le 71 .
C'est une association d'assistantes maternelle avec à sa tête la présidente qui est une ancienne maîtresse d'école. Elle se dit être une alternative à l'école maternelle, dont l’apprentissage est basé sur la bienveillance avec la pédagogie et le matériel Montessori.
Le concept me plait bien et mon fils, après quelques journée d'essai semble s'y sentir bien.
Tout en continuant l'école à la maison je pensais y amener mon fils deux fois par semaine.
Mais j'ai peur de faire une bêtise en l'inscrivant dans cette structure, qu'en pensez vous?
Merci encore
Un autre nous demande comment quitter une école dite "catholique", et si notre lettre convient. Disons dores et déjà que notre lettre convient dans tous les cas, moyennant ajustements selon vos conditions.

Comment reconnaître une mauvaise école : la méthode

Nous avons souvent des questions au sujet des mauvaises écoles et aussi au sujet de savoir comment les quitter. Voyons l'une et l'autre question.

Dans un premier temps, regardez le contrat qui vous lie, le contrat qu'ils signent et que vous signez.

Ne croyez pas que le monde dit "catholique", quand il est sous-contrat, soit plus fréquentable que le public.

Voir aussi

Par exemple, cette école qui se dit "catholique" a comme premiers termes d'une convention :
Article 1er – objet : La présente convention a pour but de définir les conditions dans lesquelles l'enfant sera scolarisé par le(s) parent(s) au sein de l'établissement catholique Jeanne d’Arc ainsi que les droits et les obligations réciproques de chacune des parties.
On attend donc de savoir à quoi l'établissement va... s'obliger. On est vite refroidi:
Article 2 – Obligations de l'établissement : L'établissement Jeanne d’Arc s'engage à scolariser l'enfant en classe de …............ pour l'année scolaire 2019-2020 et à lui proposer les activités réalisées par la dite classe. L'établissement s'engage également à assurer une prestation de restauration, de garderie, d'étude selon les choix définis par le(s) parent(s) en annexe."
Extraordinaire. L'école ne s'engage ni à instruire l'enfant, ni à tenter d'atteindre un résultat, ni à respecter le "socle commun", ni à assurer la sécurité de l'élève, ni à lui faire faire de l'exercice physique, ni à lui assurer une ambiance sanitaire de qualité, ni à informer continument la famille, ni à suivre l'enfant par le biais d'un dossier administratif, ni à inscrire l'enfant aux examens éventuels, ni à n'avoir que des enseignants qualifiés, ni à suivre des contenus et des méthodes de qualité, ni à demander aux parents l'autorisation formelle en cas de visite d'intervenants au sein de l'établissement ou de sortie à l'extérieur, ni même et bien sûr, car on s'en doute déjà, à respecter strictement les enseignements chrétiens et catholiques... L'école ne s'engage à rien de consistant.
On est dans le lot commun de ces établissements de basse classe, arborant des titres indus.
  • "s'engage à scolariser" veut dire "on l'inscrit officiellement auprès de l'académie, c'est un courrier ou un mail à faire", c'est à la portée de n'importe qui.
  • "à lui proposer les activités réalisées par la dite classe" signifie en jargon administratif vulgaire qu'on propose à l'enfant des choses indistinctes qu'on fera ou pas, qui seront de l'ordre de l'instruction ou pas, ce sera selon, sans programme formel, sans engagement qualitatif aucun.

En bref, cet établissement ne s'oblige strictement à rien du tout*. La restauration (cantine) étant obligatoire, la garderie et surveillance aussi, de même que l'étude, ces engagements sont carrément de l'imposture.

Imaginez une auto-école qui s'engage à "proposer à ses élèves à rouler à bord de voitures", on aurait à peu près le même engagement.

Lamentable. Il n'y a là aucune obligation, en fait. On a affaire à une escroquerie, au moins morale, et probablement financière, car ces cours dits "catholiques" se font passer pour des cours de qualité, exploitant sans scrupule l'image que les siècles ont donnée de l’enseignement privé et catholique; mais en réalité, ce n'est le plus souvent qu'un titre et les résultats sont tout aussi déplorables que dans le public, sous la coupe duquel ils sont de toute manière.
Mais ce genre d'imposture est très fréquent dans le monde du "sous-contrat" qui n'a en fait plus rien de spécifique, sous l'égide d'évêques pour la plupart de la même eau, inscrits dans des loges et sans plus aucune véritable religion. Ne croyez surtout pas qu'il y ait des différences entre cette sorte de privé et le public, cela n'existe pour ainsi dire plus. Nous disons d'ailleurs qu'il vaut mieux un public qui s'assume qu'un privé qui est hypocrite, comme c'est ici le cas.
 
En revanche, les parents sont bien assommés:
"Article 3 – Obligations des parents : Le(s) parent(s) s'engage(nt) à respecter l'assiduité scolaire pour leur enfant en classe de …............ pour cette année scolaire
On commence par une exigence scandaleuse, et mal définie, car qu'est-ce que ça veut dire ? Et si l'enfant est malade ? Et si on n'a pas envie de l'y envoyer et qu'on veut lui faire un cours soi-même, ou partir en voyage ? Pas moyen. Bon, vous êtes donc un camp de travail, rien de catholique donc. L'établissement est totalement aligné sur l'ignominieuse loi contre l'absentéisme, il n'y a aucune résistance, on est coulé le totalitarisme à la sauce Lang-Cloupet qui livrait l'école libre au contrôle de l'Etat.
Le(s) parent(s) reconnaît (ssent) avoir pris connaissance du projet éducatif, du règlement intérieur de l'établissement, y adhérer et mettre tout en œuvre afin de les respecter. Le(s) parent(s) reconnaît (ssent) avoir pris connaissance du coût de la scolarisation de leur enfant au sein de l'établissement et s'engage(nt) à en assurer la charge financière, dans les conditions de la convention financière annexée."
Les parents, qui naturellement n'auront pas spontanément accès à ces documents, sont bien cernés par toutes sortes d'obligations dissimulées... dans d'autres feuillets, généralement absents le jour de la signature.
 
Moralité: vous évitez. Ce sera cher, incompétent et fliqué. Vous ne donnez pas un centime à ces imposteurs.

Si les documents sont bien conçus ?

Maintenant, si les documents sont sérieux, par exemple comme dans une bonne école hors-contrat, cela ne sera pas encore suffisant.

Le plus simple alors est de poser des questions à la directrice et à l'enseignante.

- Quel est votre programme ?

- Quels buts voudriez-vous atteindre d'ici la fin de l'année ?

- Quelles sont vos valeurs ?

- Est-ce qu'un enfant doit être accompagné ou pensez-vous qu'il faille le laisser libre de toute action ?

- Que pensez-vous de l'ASE, de la MDPH ?

- Que pensez-vous de l'école en général ?

- De quoi a besoin un enfant ?

Et puis la question qui parle beaucoup de la "tolérance":

- Que pensez-vous des écoles chrétiennes ?

Cette question n'exige pas que vous soyez chrétienne vous-même mais si vous sentiez une hésitation infime, un frétillement d'agacement, vous savez qu'il y aura un problème.

Avec ces questions, vous saurez pratiquement tout. Si les choses ne sont pas nettes: problème certain.

Réponse de la maman (nos commentaires en rouge):

(...) j'ai donc décider d'appeler directement la présidente de l'association et de lui faire l'interview:
-Alors elle se base quand même sur le programme de l'éducation nationale [mauvaise nouvelle: méthode globale prévue etc.] mais au rythme de l'enfant, et elle prend en compte l'épanouissement scolaire et la personne de l'enfant ce qui dans les écoles n'est pas le cas me dit elle [déclaration d'intention aussi vague que gratuite...].
-Concernant les valeurs elle m'a dit quasiment la même chose de ce que j'ai trouvé sur le site.
-Concernant les écoles chrétiennes et religieuse en générale, elle n'en pense rien de bon [? où sont passés tolérance et esprit de bienveillance ?], elle trouve que l'ont manipule les enfants, c'est à eux de trouver qui est Dieu [oui et non: est-ce à l'enfant de se faire ses repas tout seul ? Non. On l'aide. De même dans tous les domaines de la vie. On donne à l'enfant qui ne peut tout trouver tout seul, ni les théorèmes mathématiques, ni la composition de l'eau, ni les oeuvres de Lao-Tseu. Prétendre le contraire est ridicule. Sur ce point, un tel flou trahit une absence de formation intellectuelle. Pour nous, le dossier est bouclé, on évitera], il n'y a pas de libre choix, c'est très cher [beaucoup moins que le public qui est le premier budget national !]. Certaines enseignantes n'ont même pas de diplômes [comme dans le public !], me dit-elle, mais de son point de vue personnel elle est anti-rien , tout les enfants sont la bienvenue quelque soit leur religion et la croyance des parents et que si un enfant lui demande si par exemple le père noel existe elle lui demandera toi qu'est ce que tu en pense, sans le contre dire , ni essayer de le formater . Elle est anti-formatage et jamais en contradiction avec la famille [on le voit, discours très conformiste et politiquement correct].
- Elle pense que l'enfant doit être accompagné , en aménageant l'environnement, accompagné dans le relationnel ( ce n'est pas la lois du plus fort) pour préserver les droit de chacun, accompagné dans l'activité pour lui proposer ce qui est adapter pour l'amener à la réussite et, aussi à prendre confiance en lui , lui expliquer que l'erreur est nécessaire à l'apprentissage et la frustration est normale.
-Elle ne connait pas l'ASE, pour la MDPH , elle pense que l'idée, l'intention est bonne, mais qu'ils sont trop formater [mais elle a dit ne pas les connaître ?...], trop administratif et pas assez humain, ils sont trop chers et en plus les parents avance l'argent pour les tests, les bilans.
Nous répondons donc ce que nous disons ici en commentaires rouges.
Nouveau message:

"C'est une bonne personne". Attention ! vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=Ciq6RtXo3C4?rel=0


Finalement, voici la dernière réaction de la maman:
Comme quoi, derrière les discours, il y a des réalités. Qui viennent de certaines philosophies que certains petits indices trahissent.
  • Voir également, pour ceux qui ne sont pas familiers avec l'ASE, ceci
  • Voir aussi cette vidéo de Roland Gori sur la norme imposée par l'école et la manière dont elle animalise l'individu

* : En cas de pépin, vous pourrez leur dire que dans l'article 2, ils s'obligeaient à "à lui proposer les activités réalisées par la dite classe" mais que votre enfant affirme qu'on ne le lui a pas proposé les activités mais des activités. Le contrat n'a donc pas été respecté. C'est formel.

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • Effectivement, se méfier de la “publicité” offerte en vitrine

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >