Rencontrer les sentiments de l’enfant: se servir des thèmes pour enseigner (vidéo)

Rencontrer les sentiments de l'enfant: présentation

Adèle Faber commence son livre avec humour :

« J’étais une mère merveilleuse AVANT d’avoir des enfants. J’étais experte à trouver la cause des problèmes que tous les parents pouvaient avoir avec leurs enfants.

Puis, j’en ai eu trois, bien à moi.

Vivre avec de vrais enfants a de quoi vous rendre modeste. Chaque matin, je me disais : aujourd’hui, ça va changer. Mais chaque matin apportait une variante du matin précédent:
— Tu lui en as donné plus qu’à moi !
— C’est un verre rose, j’en veux un bleu !
— Ces céréales sont dégueulasses ! (sic)
— Il m’a tapé !
— Je ne l’ai jamais touchée !
— Je n’irai pas dans ma chambre.
— Tu n’es pas mon patron !

Au bout du compte, ils m’ont épuisée. »

Ensuite, elle raconte comment elle en est venue à se former, puis comprendre mieux comment fonctionne l’enfant. Comment ne pas entrer dans un rapport d’opposition frontale qui de toute façon n’aboutit jamais. Mais à « rencontrer les sentiments » de l’enfant.

De l'enfant: rencontrer ses sentiments http://l-ecole-a-la-maison.com

Aujourd’hui, nous n’allons pas vous expliquer comment nous pensons que vous pouvez faire. Nous allons juste vous donner des exemples réels, vivants. Et vous verrez que ça donne à réfléchir.

Vous les trouverez dans le livre clé pour cette nouvelle phase: Amazon Image
Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent.

Mais si vous n'avez pas les moyens de vous l'offrir, ce n'est pas grave car nous allons développer l'essentiel. Dans le livre, vous aurez juste la même chose, mais développé à travers des dizaines d'exemple.

La maîtresse-phrase est « quand les enfants se sentent bien, ils se conduisent bien. »

Et le passage qui fait du bien se trouve tout à la fin: "J'ai vite remarqué que l'important pour les parents, c'est de finir la journée. C'est certainement leur priorité, mais l'anxiété sous-jacente est: "Quel genre d'enfant suis-je en train d'élever ? Comment ai-je pu créer ce petit monstre qui n'a aucun sens des responsabilités, qui frappe sa sœur, qui ment, qui ne range pas ses affaires, qui pleurniche et qui est généralement aussi peu coopératif qu'un frelon enragé ? C'était un si gentil petit bébé ! Comment ai-je pu autant faire fausse route ?"

Oui, ça fait du bien de sentir que les autres parents pensent la même chose que nous, pas vrai ?

Il dépose à vos pieds

Vous savez, parce que vous nous suivez depuis un moment, que l'enfant est ainsi parfois parce que c'est nécessaire et vous laissez passer les crises existentialistes avec un peu moins de déprime.

L'enfant doit laisser ici et maintenant ce qu'il ne pourra pas emmener avec lui sur le chemin de la vie, la méchanceté pure ou l'égoïsme intégral par exemple ! Il s'en débarrasse. Il le dépose à vos pieds. Pourriez-vous prendre les choses de cette façon ? Essayez de vous dire que tout ce qu'il fait de mal, il l'abandonne par pans entiers.

Il y a aussi ce fait qu'il ne sait pas ce qu'il fait aux autres.

Nous verrons tout cela, accordez-nous juste un peu de patience.

Mais voici ce que nous dit Adèle et qui nous intéresse aujourd'hui. Lorsqu’on nie les sentiments des enfants : « Ce n’est pas comme ça que tu dois te comporter », « ce n’est pas toi, ça », « ça ne t’apportera rien », « tu n’as aucune raison d’être énervée comme ça »… les enfants entrent en confusion et finissent par se demander s’ils sont capables d’y voir clair. C’est perturbant.

Electricité cubaine sur http://l-ecole-a-la-maison.com
L'esprit de l'enfant est aussi embrouillé chez l'enfant avec qui on ne sait pas parler que dans cette installation électrique cubaine

Mieux vaudrait qu’ils se sentent matures, écoutés et capables.

Dialogues-types :
— Je suis fatigué.
— Mais non mon grand, tu sors du lit.
— Mais je suis fatigué.
— Mais non, mais non, allez, habille-toi.
— C’est nul d’aller au parc.
— D’habitude, tu adores.
— C’est trop nul.
— Arrête de critiquer et sois positif !

Ces discussions sont des impasses. Même si elles arrivent, sans que ce soit dramatique, on peut essayer de faire mieux.

La situation qui en résulte est aussi confuse qu'une installation électrique cubaine...

Mais Adèle Faber ne revendique pas une réussite de super-maman. Les gens qui se disent eux-mêmes experts, vous le savez, sont en général moyens. Pas plus que nous, Adèle ne surestime sa réussite. Et c'est ce qui est encourageant pour nous. Nous vivons sur la planète Terre, pas dans le monde de Batman ou de Superman. Nous sommes des êtres humains. Avec des supers-pouvoirs d'êtres humains (c'est fou ce qu'on peut faire, en fait). Et d'énormes incapacités.

A la fin de son livre, et nous choisissons de commencer par là parce que les exemples sont très éclairants, Adèle a demandé à sa fille, trentenaire, élevée selon ces fameuses idées dont elle a fait ses livres, de donner son avis.

Le voici :(...) la suite est à découvrir dans votre formation (abonné, connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).

13 réponses à “Rencontrer les sentiments de l’enfant: se servir des thèmes pour enseigner (vidéo)

  1. Au fil de la lecture de votre article, je me disais qu’il va me falloir encore plus de temps pour faire des recherches. Lorsque j’ai vu les thèmes possibles, vous citiez justement un dont mon fils est grand fan: le camion pompier (et tous les véhicules de secours d’ailleurs ainsi que les véhicules de transport terrestre, marin, aérien, spatial). Et il y a toujours des tas de choses à dire et à faire sur tout cela.
    En n’oubliant pas la nature si immense, il adore les émissions qui traitent de l’astronomie, le monde du vivant.

    Merci Rémy pour tout ce magnifique partage.
    Vous savez, j’ai les larmes aux yeux en écrivant là maintenant, tellement les mots me semblent insuffisants pour vous dire combien j’apprécie ce que vous faites pour nos chers enfants (moi j’en ai qu’un, je penses donc aux autres aussi) dont le système souhaiterait en faire des machines inutiles pour notre avenir.

    Encore grand merci sans oublier votre épouse Cécile également. Merci

  2. Tout à fait d’accord avec vous Aïcha TRAD.
    Merci Rémy et Cécile pour l’article très bien expliqué, et qui permet d’apporter une touche de fraîcheur aux cours, qui peuvent devenir monotones si l’on ne fait pas preuve d’imagination !

  3. SUPERBE cet article !!
    Merci pour ces enseignements magnifiques qui facilitent notre cheminement.
    Pour ma part, je ne peux que valider ce concept MAGNIFIQUE « rencontrer les sentiments de l’enfant « . Ma fille de 3 ans ayant un fort caractère, j’ai du très tôt remettre en question ma façon d’éduquer.
    Depuis que je porte plus d’attention à ses humeurs, elle réagit avec moins de « force ». Nous sommes un peu plus en « phase » malgré son jeune âge. Je pense que l’enfant a une intuition qui lui dit tes parents sont là pour te guider, il veut au fond de lui nous suivre. Mais la question est: sommes nous un bon exemple à suivre ? Ainsi lorsqu’on se met en colère pour peu de choses ou même injustement, l’enfant rejette cette colère, il a du mal à l’accepter. Ce qui est finalement normal. Et puis s’il reproduit ce schéma, c’est quon n’aura rien proposé d’autre.
    N’oublions pas que ce sont des enfants, donnons leur le temps d’apprendre, acceptons l’erreur ils en seront plus grands.
    Voilà mon humble avis.

  4. Tout simplement magnifique! C’est justement cette méthode que j’envisage avec mes garçons! Merci pour ce partage!

  5. Bonjour. Que pensez-vous de Parler pour que les enfants apprennent à la maison et à l’école?
    (moins cher) mais inutile si on achète celui que vous recommandez?
    Merci.

  6. Se servir des thèmes pour enseigner! Merci Rémy de nous signaler ce travail pluridisciplinaire.

    Quand les enseignants ont cette approche, très motivante, efficace, facile à mener, la classe devient une ruche laborieuse. Les enfants se prennent au jeu veulent explorer plus loin, font des liens, les points les plus ardus prennent sens. Si c’est relativement faisable en grand groupe, avec deux ou trois enfants cela doit être très facile, même s’ils ont des âges différents, et le parent peut s’y coller lui aussi pour approfondir encore le sujet et apporter sa participation.
    On peut partir d’un rien , d’une ombre par exemple passer par la lumière, la lune, les éclipses, les planètes….l’infiniment grand, petit, le temps….etc.etc.On peut fabriquer un cadran solaire..et que de mesures, d’observations,et que de rêves! Un enseignement par thèmes est un plaisir . Si en plus vous y ajoutez un objet fini, montage photo, album (avec textes, poésies, dessins), panneau d’exposition, il deviendra un objet précieux réunissant de nombreux savoirs. Ces moments prendront corps. Les enfants se souviendront » de quand on avait fait, la mer, la nuit, les félins  » etc.etc. Ils auront compris pourquoi on mesure, pèse, compare, fait des hypothèses…Bon courage à toutes et à tous!

    1. Hello Sonia, oui, tout peut servir. Nous pensons que le tout est de bien veiller à ce que l’intérêt de l’enfant se maintienne, avec des choix qui le rencontrent lui, nous disons ça spécialement pour les mamans qui s’occupent d’un garçon, il faut parfois que ça « pête » ou que ça détartre le plancher, ce n’est pas toujours facile pour une adulte. Dans le cas d’un papa avec sa file, essayer de rencontrer également les sentiments de l’enfant en se mettant au diapason d’une éventuelle sensibilité qu’il n’a pas forcément, un sens des images, des parfums, des personnages plutôt que de l’action etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *