École à la maison: l’entrevue en vidéo

L'entrevue

Nous souhaitions une interview pertinente, voilà qui est fait ! L'école à la maison: l'entrevue, est enfin disponible. Gros travail de montage pour conserver les propos essentiels qui peuvent intéresser tous les parents.

Delphine et Eric, du blog l'Ecole des Herbes folles, un couple très sympa avec lequel les réponses sont décontractées et sans langue de bois. Et des mots forts jusqu'au bout !

Les questions, c'est vous qui nous les avez posées (durée 41.38mn).

école à la maison: l'entrevue

Voici la vidéo:

Précision: la lettre que l'Etat envoie avant même de savoir si vous enseignez votre enfant par vous-même ou par cours par correspondance est de pure forme: elle vous dit que vous risquez la prison si l'enfant ne reçoit aucun enseignement. Cela ne s'est évidemment jamais produit.

Beaucoup d'entre vous se demandent pourquoi nous avons décidé de remettre Victoire à l'école. C'est tout simplement parce que son tempérament en avait besoin, elle le désirait, elle avait besoin de prendre le large. D'autant qu'elle est l'aînée, elle voulait fuir un peu la meute. Elle a toujours été indépendante et il est important de bien comprendre l'enfant, de l'accepter. Il n'y a pas deux parcours semblables.

Dans cette interview, Eric et Delphine témoignent d'abord d'une bonne santé morale et d'une excellente sociabilité. Voilà qui devrait faire taire les "spécialistes" qui expliquent que les parents faisant l'instruction en famille se coupent du monde. On voit également leurs enfants qui, ma foi, ne semblent pas non plus vraiment sauvages.

Il est question du doute légitime qui assaille "tous les jours" Eric et Delphine, ce qui prouve qu'ils sont loin d'avoir des certitudes de jusqu’au-boutistes ou de sectaires: le doute, le questionnement sont la source la plus merveilleuse de progrès, comme nous le voyons sur cette page.

Des regrets ? Certainement pas, et c'est le deuxième aspect à considérer : voici des parents qui assument leur choix et ne reculeraient pour rien au monde. Pourtant, leurs enfants ne sont pas exactement dans le calendrier scolaire traditionnel, ils avancent à leur rythme. Cela ne perturbe pas Delphine et Eric qui constatent une avance constante de leurs enfants sur ceux de leur âge.

D'autres vidéos sur cette page (notamment certains de nos abonnés).

école à la maison: l'entrevue avec Eric et Delphine du blog des Herbes Folles

  • Elsa dit :

    Bonjour,

    Contente de voir Eric et Delphine raconter leur belle aventure. Pour ma part, j’ai trois jeunes (aujourd’hui ils ont 14, 16 et 18 ans) qui font l’école à maison avec moi depuis le tout début de leur « scolarité obligatoire ». Nous passons par des cours privés par correspondance pour deux raisons ; pour pouvoir être au courant du niveau demandé par l’Education Nationale afin de passer (ou non) le bac, et pour échapper aux contrôles imposés par cette même éducation nationale, épreuve douloureuse dont je me passe largement. Malheureusement, depuis 2010 environ, les cours par correspondance en établissement privé sont passés sous le terme « d’école à la maison » et nous sommes quand même obligés d’avoir ces « contrôles ». Ceci est une autre histoire.
    Je voulais juste compléter ici pour dire que mon fils aîné a passé son bac ES (Economie et Sociale) l’année dernière (2014) en candidat libre et qu’il l’a eu du premier coup , ce dont nous sommes très heureux tous les deux sans n’avoir jamais mis les pieds dans un établissement scolaire ; voilà c’est donc très possible. Il a suivi des cours par correspondance depuis le CE1 jusqu’en terminale, mais cela n’a été qu’une petite partie de tout ce que nous avons fait ensemble (ou lui tout seul) car il y avait (et il y a encore) de l’enseignement libre tels que les langues ( anglais, espagnol, norvégien, russe…) l’histoire,la géographie, la politique…dans tous les domaines où il y avait demande.
    Quant à mes deux filles, l’une a 16 ans, donc déjà fini les contrôles (et ça, c’est un vrai bonheur!) et elle continue les cours par correspondance car elle veut passer son bac, et l’autre attend avec impatience d’avoir 16 ans pour arrêter complètement les cours par correspondance (pour tenir tranquille les inspecteurs) et entrer directement dans la vie professionnelle. Voilà, chaque enfant est différent et fait SON CHOIX. Je suis là pour les aider, les soutenir, mais en AUCUN CAS leur imposer un choix.
    J’espère que notre témoignage apportera du positif et de la joie.
    Merci à vous, Rémy et Cécile, de nous offrir toutes ces histoires et la possibilité de nous raconter pour partager.

  • Coralie dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie vivement pour cette vidéo ! Je n’ai pas encore d’enfants mais je suis profondément convaincue par l’IEF depuis plusieurs années. Ce qui m’a le plus interpellée dans la vidéo est le moment où Éric dit qu’il exerce un métier qu’il n’aime pas « à cause » des professeurs de l’EN et des conseillers d’orientation qui se sont uniquement basés sur ses « compétences scolaires »… Cela m’a fait bondir car c’est également mon cas… Dès le collège, j’ai exprimé à un professeur mon désir d’enseigner et il a tout fait pour m’en dissuader : « les élèves sont mauvais et méchants », « tu n’enseignes que 10% de ce que tu connais », … Résultat : j’ai été longtemps dégoûtée de ce beau métier et à cause de mes merveilleuses compétences scolaires, mes professeurs de Terminale m’ont convaincue de faire « la voie royale » : maths sup, maths spé, école d’ingénieur. J’ai ensuite complété mon cursus par un doctorat ès sciences pour me retrouver à un poste d’ingénieur, bien rémunéré mais ô combien ennuyeux !… J’ai mis du temps à prendre conscience que je n’étais tout simplement pas faite pour ce métier… Je passais mes journées devant un PC où dans des réunions parfaitement inutiles et le « contact humain » me manquait terriblement… Depuis 2 ans, je suis « revenue à mes premiers amours »… l’enseignement ! Je n’enseigne que dans le privé, par conviction mais aussi faute de CAPES. Le salaire n’est pas le même mais je suis vraiment ravie de faire enfin ce pour quoi je suis faite. Quand je vois de plus en plus d’élèves complètement désabusés, il est clair qu’on leur a « imposé » leurs filières, qu’ils n’ont rien « choisi », qu’ils n’aiment pas être là et ne comprennent pas pourquoi… Comment peut-on véritablement réussir dans de telles conditions ? Un diplôme c’est bien, mais cela ne doit jamais être un but en soi.

  • Amélie dit :

    Merci pour la vidéo

  • Anne dit :

    Très enrichissante entrevue. Cette remarque de Rémy à la fin sur ce qui est renvoyé en miroir, pas ce qu’on voit mais ce qu’on voudrait – veut nous donner à voir, m’a laissée un peu sur ma faim. Cela mériterait d’être développé.

  • Marion dit :

    Bonjour,
    merci pour cette vidéo et pour tout ce que vous faites, c’est exceptionnel.
    Nous sommes en pleine réflexion… Cette IEF fait échos chez moi, je sens que c’est notre voie, en cohérence avec tout ce que nous entreprenons dans notre vie familiale et professionnelle depuis qq années maintenant. Alors que nous avons toujours souhaité une instruction alternative pour nos enfants (10, 7, 4 ans et 18 mois actuellement), nous n’avions jamais pour autant pensé à l’IEF. Je connais des familles qui le font, mais je pensais vraiment que ce n’était pas pour moi…
    Mais nous avons depuis qq temps un projet, celui de faire d’ici qq années un grand voyage de 1 ou plusieurs années en famille, autour du monde. L’IEF s’imposera donc. Nous avons donc commencé à nous renseigner un peu. Les fils « Etre et devenir » était justement diffusé près de chez nous il y a peu, nous y sommes donc allés. J’ai quasiment pleuré pendant tout le film tellement toutes ces valeurs ont raisonné en moi…
    Sur le plan scolaire, nos enfants ont été scolarisé en Montessori. La maternelle était fabuleuse, mais la primaire très décevante, car dans une école sous contrat, avec des instituteurs moyennement montessorien donc c’était un peu n’importe quoi. Il y a deux ans, nous les avons donc changé d’école : ils sont dans une toute petite école hors contrat, à taille humaine, avec de petits effectifs, un niveau d’instruction extraordinaire, une chorale… ça se sont les points positifs. Mais à contrario, je trouve qu’il y a énormément de violence et de rigidité. Nos enfants doivent être de bons petits soldats sages, la mentalité est très traditionnelle, avec des punitions, des menaces, bcp de pressions sur les enfants… Notre ainée qui fait toujours preuve de bcp sensibilité, le vit très mal, elle est stressée. Et il y a bcp trop de devoirs. Après une journée de classe, ils ont souvent 1h de devoirs, en tous cas cela prend une heure. Moi je le vis très mal tout d’abord parce que après une journée de classe j’estime que c’est leur voler leur enfance que de leur rajouter encore du travail, parce que c’est leur faire associer le travail à tout ce qu’il veulent fuir, et aussi parce que os soirées sont juste infernales. S’occuper de 4 enfants dont deux à qui il faut faire la guerre pour travailler, préparer le repas et tout pour les coucher tôt, c’est terrible. Ces devoirs deviennent tout simplement toxiques.
    Donc en sortant de ce film, je me suis dit « mais pourquoi pas maintenant finalement? ».
    Seulement, je suis pleine de doutes. Notamment parce que ma fille ainée a deux grands amis et qu’elle sera triste de les quitter au quotidien (même si je sais que leurs mamans nous aiderons à leur permettre de conserver leur amitié).
    Et votre commentaire, Rémy, à la fin de ce film, concernant le fait que quand une école est bonne il ne faut pas hésiter à y mettre les enfants… Cette école ne me plait pas sous de nombreux aspects. Mais le niveau est bon, les places sont « chères ». je suis donc perdue, j’ai tellement peur de prendre une décision qui isolerait ma fille…
    Malgré ces doutes, j’ai pris votre formation, je sais au fond de moi que je ne peux plus reculer, les points positifs sont trop forts. Mais j’ai besoin de votre retour et de votre avis.
    Merci pour tout!!
    Marion

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir Marion, manifestement, ce mot que j’ai prononcé interroge beaucoup. Quand je dis « bonne », je veux dire excellente et sans le moindre conteste. Or, ce que vous dites est très juste et met en exergue de mauvais fonctionnements. Vous verrez que vous pallierez aisément à ces points-là lorsque vous ferez classe vous-même; en effet, on n’a pas besoin et on ne doit pas surcharger de travail, l’enfant a besoin de distance, de solitude, de rêvasser, de jouer, de ne rien faire, de contempler, de s’ennuyer etc (nous en parlerons). Pour les amis, vous aurez aussi aisément de nouveaux contacts parce qu’on va en parler et s’en occuper. Vous choisirez bien mieux qu’à l’école, en trouvant des enfants qui correspondent à ce que peuvent souhaiter vos enfants.

  • Marion B dit :

    merci!! Oui c’est sur. Dans cette école, mes filles n’ont finalement que très peu d’amis. La majorité des enfants violents, durs, je suis sidérée du langages de certains alors qu’ils viennent de « bonnes » familles…
    Voilà, nous nous rejoignons, les enfants ont besoin de vivre une vie sans trop de travail. Mais du coup, est-ce que les cours (CX1) visiblement exceptionnels ne surchargent pas l’enfant (et les parents)? Je lis des mamans IEF dirent qu’avec (CX1) les enfants travaillent tout le temps… Les cours (CX7) semblent plus allégés, mais le niveau est il aussi bon?
    merci pour vos avis.

  • marie-ange dit :

    merci pour toutes ces informations…
    désolée de ne pas pouvoir « liker » vos vidéos et votre site, je n’ai pas de compte facebook!

  • Gaële dit :

    Bonjour et merci pour cet échange naturel et sympathique qui reflète bien l’esprit des familles EAM (école à la maison ). Il serait intéressant de développer le sujet pour le collège et le Lycée car des questions très profondes se posent pour le développement et l’épanouissement intérieurs des adolescents ; le contenu des études, pose des problèmes de perversion de l’intelligence et donc de plus en plus de vrais problèmes moraux .Quand vous dites Rémy « des écoles excellentes et sans le moindre conteste » on se demande si cela existe .. L’EAM pour les grands c’est vraiment dur et il faut s’armer de courage d’autant plus qu’on est moins jeune ! En tout cas merci pour cette excellente initiative …. je n’ai pas fini de naviguer sur le site !

  • Cabane dit :

    Merci pour cette interview, elle répond à beaucoup de mes questions. Et la conclusion finale de Delphine nous ramène à l’essentiel de ce choix de l’école (que l’enfant ai des difficultés ou non), c’est avant tout pour profiter être et vivre vraiment avec nos enfants
    Même si je pense avoir des lacunes dans mon instruction scolaire, je me sens capable avec bien sûr de l’aide et un support pouvoir transmettre les notions qu’il doit acquérir.
    Je vous remercie encore et attends vos mails avec vos conseils, avis, interview chaque jour.
    Cordialement
    Cwiosna

  • Cabane dit :

    Ps: j’aimerai avoir des conseils pour pouvoir choisir quels cours par correspondance choisir
    Cordialement
    Cwiosna

  • Nathalie et Franck dit :

    Bonjour

    Nous avons dans l’idée de faire l’école à la maison en Janvier, cette interview nous conforte dans notre choix.

    Merci c’est très encouragent!!!

  • marie dit :

    Bonsoir à vous tous et toutes,

    Ce débat à quatre ensemble fut bien agréable et réconfortant, car rassurant dans l’ouverture des choix et réponses quant à ce qu’ à apporté et apporte à delphine et éric de faire l’école à la maison à leurs enfants, et aussi à ceux-ci.

    J’ai spécialement appréciée d’entendre le respect des deux parents quant à si leurs enfants leur demandaient de retourner à l’école et aussi la concordance et liaison complémentaire dans l’apport constructif des matières pour le futur et l’addition de l’instruction sur une pédagogie d’apprentissage incluant jardinage et cuisine.

    Puis enfin la simplicité et l’harmonie du partage de leur expérience bien personnalisée me démontrant que toutes autres couples interview vés partageraient une perspective à leur tour de façon diversifié; Il me semblerai intéressant d’écouter d’autres débat sur le même thème.

    Une question centrale à vous poser; pour ma part je suis un foyer monoparentale; y aurait-il un interview de l’expérience d’une personne seule ayant fait l’école à la maison avec son ou ses enfants ? si oui, j’aimerai bien visionner le débat ?

    Avec mes sincères compliments et félicitations encore à delphine et éric et bonne continuation.

    L’explication d’éric mentionnant le choix de ce que le futur enfant voudra choisir de devenir de faire comme » corps de métier » sans être dirigé ou redirigé par des orientations à son insu me parait cruciale dans une réussite de vie.
    Eric à été très explicite à ce sujet, en rapport à son vécu .
    Puis également l’accentuation sur l’adolescance et les différents besoins académiques proprement parlant par rapport au niveau du ou des parents en adéquation à l’indépendance et l’autonomie affirmante de l’enfant devenant adulte; tous ces points capitaux, tous bien exploités selon le moment, l’évolution qui adviendra sans trop anticiper mais déja pris en compte et conséquence.

    Encore, merci à vous delphine, éric , cécile et rémy. Quant à la socialisation et l’interaction avec des amis dont la plupart avaient leurs enfants scolarisés, ce fut aussi enrichissant de l’entendre; une disparité des partage et du respect des choix et de la différence tout est POSITIF !

  • RD dit :

    On fait comment pour accéder au blog d’Eric et Delphine? Parce qu’en cliquant dessus, je suis invitée à me connecter. Est-ce normal? Autrefois, j’arrivais directement mais plus maintenant.
    Merci

  • >