Tous les ennuis avec l’administration viennent d’un “oui”


voir plus bas la note qui illustre le propos sur les nouvelles idées folles des gouvernants.

Votre mari dit que cela ne coûte rien de déclarer, sans doute, c'est vrai; maintenant du moins. Mais cela coûte déjà quand même à la Nation qu'on plie devant une glissage dictatoriale. Cela vous coûtera plus tard que l'administration se sentira en droit de vous tenir à sa merci, puisque vous obtempérez, cela vaudra un contrôle pour cet enfant où, puisqu'il n'y a aucun apprentissage magistral imaginable, on va juger votre manière d'éduquer votre enfant. Vous voyez que dès lors, la facture va être scandaleusement élevée. Et s'il faut vous défendre avec un avocat parce qu'on a jugé arbitrairement - il n'y a aucun élément tangible - que vous êtes de mauvais parents ? S'il faut passer des journées entières au tribunal pour une heure d'audience en fin de journée après trois reports ? A combien le chiffrez-vous ?

Voyez: tous ceux qui ont des ennuis ont commencé par dire "oui". Tous ceux qui sont tranquilles ont dit "non": aucun ou peu de désagréments. Plus tôt vous dites non, plus tôt vous êtes tranquilles. ça pique un peu ? C'est comme une piqûre d'abeille: cela vous protège ensuite contre plusieurs allergies, à vie.

On accrédite des lois folles en laissant faire. Résistons pied à pied, ne cédons absolument rien. Et ce qu'on doit céder, faisons-le de telle manière que cela coûte plus cher à l'ennemi de venir le chercher que d'en tirer profit.

Pour vaincre une loi, et plus encore une dérive aussi extrémiste que celle que nous subissons, rien ne vaut la résistance passive. Voyez la petite vidéo "Résistez !" que j'ai faite hier.

Note:

Emmanuel Macron, qui n’a pas élevé d’enfants, nous explique que nous ne pouvons pas le faire tout seuls, « on ne naît pas parent, personne. Il faut répondre à l'appel de parents parfois démunis, terrorisés ». Sic.

Par conséquent, les parents doivent s’en remettre à l’Etat. L'Etat est le véritable propriétaire, vous n'avez fait qu'accoucher.
Ainsi, Macron installe une « commission d’experts » pour réfléchir à ce que doit être l’accompagnement des « mille premiers jours de l’enfant ».

Macron remet au goût du jour l’idéologie communiste antifamiliale (n'oublions pas par qui le communisme a été créé). Votre bébé appartient à l’Etat. Par principe, selon le dogme énoncé par Macron, vous êtes incapable de l’éduquer. Une armée de psychiatres va donc décider à votre place.

Et au bout des « mille jours » pendant lesquels ils vous auront pourri la vie, il faudra le mettre à l’école obligatoire.

L’enjeu, dit clairement Boris Cyrulnik, le chef de la commission, est d’arriver à une « société plus égalitaire », vaccinée et bien en rangs.

Dans « une démocratie comme la nôtre », le totalitarisme fait sans cesse de nouveaux progrès.

  • C’est effrayant ! ! Ils nous déclarent la guerre à nous les familles!! Résistons tous enssemble! !
    Courage à toutes les mamans…

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    s2Member®
    >