Le regard des gens. “Le regard fait l’être.”


Rémy disait « Le regard fait l’être » dans l'un de ses articles et cela inspire  ce texte à Sonia. 

« Le regard fait l’être ».

On est influencé par le regard des gens

Regards bienveillants, admiratifs, aimants, qui nous enveloppent à la naissance et nous accompagnent pour la vie. Même si ces regards-là se sont éteints  depuis longtemps ! Pour les enfants aveugles c’est la voix qui intervient ; voix aux mille nuances, aux couleurs variées ; qui enveloppe, admirative, aimante. Voix qui ouvre la nuit. Si le regard et la voix sont chargés d’indifférence, de haine, de reproches infondés, l’enfant est blessé. Certains restent blessés à vie, pour leur malheur  ou pour celui des autres. Et nous-mêmes, les plus heureux que nous soyons, n’avons-nous pas gardé  au plus profond de nous certains regards de mépris, de découragement qui nous fragilisent encore ? Tout cela n’est pas de l’imagination… j’aime  votre réflexion et cette crainte que je soupçonne : « Quel regard je porte sur le monde et sur moi-même ?  Suis-je trop indulgent, pas assez ? » En tout cas, c’est toujours ma préoccupation.

D’autres regards existent,  salvateurs : des regards neufs, neutres, sans préjugés, les regards des personnes qui ont un a priori positif. Ils sont précieux pour qui veut refaire sa vie, recommencer. Tel enfant ayant eu des difficultés dans un établissement, pour des raisons variées, sera soulagé d’aller ailleurs, dans un endroit où aucune image ne lui colle encore à la peau, et là il fera souvent « peau neuve ».

Regard des autres au sein du groupe

regard des gens, colonies de vacances
Le regard des autres au sein du groupe, spécialement dans les lieux décontractés, représente une pression pour laquelle il faut s'aguerrir

Notre directeur de colonie de vacances avait accepté un enfant à problèmes, ayant manifesté une grande agressivité dans une autre colonie l’année précédente et signalé par l’organisme dont dépendait la colonie.  Rien de cela n’avait été dit aux moniteurs. Les colons sont arrivés en car vers midi. Après le repas, avant de ranger les affaires dans les dortoirs, nous sommes allés « saluer la montagne », profitant du beau temps. En redescendant, j’ai avisé un colon un peu en peine, pas trop bien chaussé, avec un long imperméable pendu à son bras qui trainait sur le sentier. Je lui ai proposé de lui porter son imperméable. Cassant une branche, un autre moniteur lui a fait un bâton de marche. Adorable gamin ! Il nous a parlé des ours, des aigles…  Par la suite ce petit garçon de dix ans a été bien apprécié par tout le monde. Il était assez peureux et moqueur. A la fin du séjour, nous avons su qu’il avait failli ne pas être accepté et qu’il était venu à l’épreuve avec « un dossier » ! Notre regard neutre l’avait sauvé, je pense : nous avait tous sauvés !

Lorsque le regard attendu n’est pas là, l’enfant peut en ressentir du dépit, du chagrin et se démotiver.

Je prenais dans ma salle de rééducation Vincent et Joud, enfants d’un CE2 chargé, très agités tous les deux et inattentifs. Mon projet était de les laisser entrer dans une activité et de les aider à la mener le plus loin possible, calmement.

Ces regards construisent leur image

Ce jour-là Joud faisait  une construction compliquée en mettant en équilibre des briques en plastique. Cela accaparait toute son attention. Vincent passait de la corde à nœuds à la balançoire puis remontait jusqu’au plafond en cherchant à trouver des manières différentes  de s’accrocher aux cordes, que je comptabilisais. Soudain, Vincent a laissé les cordes et a quitté la salle en claquant la porte. Il était sorti de la cour et se tenait près du portail qui donnait sur la place du village.

Très perplexe, j’ai décidé de ne pas intervenir et dit à la fillette interrogative de continuer sa construction. Au bout d’un long moment, Vincent est revenu dans la salle. Nous l’avons reçu  sans aucune réprimande et je lui ai demandé pourquoi il était parti. Alors plein de reproches il a dit à Joud : « Tu ne me regardes pas ! » Peine de cœur ?! Joud a assuré qu’elle était contente d’être avec lui. Il m’avait donné une clef. J’en ai parlé au maître. Il a su le calmer chaque jour de quelques mots et quelques regards bienveillants.

Et le comportement de l’enfant s’est bien amélioré. Il n’a plus eu besoin de séances dans ma salle. (Une tout autre question : par la suite nous avons pensé que les équilibres  fragiles que la fillette affectionnait avaient un rapport avec l’angoisse de ne pas réussir. Le maitre avec qui j’ai eu un très grand plaisir de travailler a gradué soigneusement les exercices qu’il proposait pour que tous ses élèves puissent  y travailler sans échec total. C’était simple comme un bonjour et efficace !)

 Une palette de regards

Une palette de regards et de paroles fait l’être. Pour les enfants, reflets d’eux-mêmes dans les yeux des adultes, des pairs surtout, ces regards  construisent leur image.  Regards multicolores : interrogateurs, étonnés, provocants, froids, rieurs, complices… Mon Dieu ! Faites qu’il n’y ait pas de regards blasés de celle ou celui qui aurait tellement l’habitude de les regarder ! De celle ou celui qui les aurait toujours sous les yeux ? Toute la journée,  le regard d’un seul adulte suffit-il ? N’est-ce pas  un manque de l’école à la maison, cette absence de regards croisés ? Comment y suppléer ?

Puis, il y a les regards fuyants. Ce sont des frustrations, des interrogations, du froid pour ceux qui les subissent. « Il ne me regarde pas ! » disait une maman désespérée  en parlant de son petit enfant.  Un diagnostic d’autisme a été fait. Et, petit à petit l’enfant qui n'a pas été maintenu dans cette case d'enfant défaillant, a appris à regarder. Son regard sur le monde s’est ouvert,  il accepte le regard des autres sans crainte. Ce mieux-être qui s’exprime autour du regard nous montre l’importance que cette fonction un peu mystérieuse peut occuper.

Cependant, ayant fréquenté des personnes aveugles, j’ai pu constater chez certaines, leur rayonnement chaleureux, leur perspicacité, que beaucoup de voyants pourraient leur envier. C’est quoi  voir exactement ?

Notre commentaire:

Le regard des gens nous construit. Votre regard construit votre enfant. Il faut y prêter une grande attention. Chaque situation demande un regard particulier. Parfois même, le regard doit être neutre.

Il y a un grand secret: lorsqu'on pense très fort "je t'aime" en regardant notre enfant, il le sent.

On peut aussi conquérir sa propre personnalité rayonnante en travaillant son regard, en pensant à regarder les gens d'une manière appropriée lorsqu'on leur parle.

 

Un forum en parle (cité juste pour le référencement de la page)

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • Bonjour Remy et Cecile
    Je n’ai pas toujours le temps de laisser un commentaire aux sujet de vos articles et celui-ci nous aide à prendre conscience que notre regard peut être dévitalisant pour l’enfant.Il évoque les ravages que l’adulte peut faire sur la nature profonde et infiniment belle de l’enfant.C’est le travail d’un instant,d’une journée,d’une vie qu’il faut sans cesse renouveler avec son lot de satisfactions et de regrets quand on est parfois exaspéré et fatigué !Merci pour ce bel article.
    Ps:avant il y avait des étoiles,ou sont-elles passées?J’aimais bien appuyer sur “excellent”.

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci Denis. Pour vous répondre, nous allégeons le site au maximum en supprimant toutes les options possibles, pour favoriser la légèreté.

  • “Le regard des gens nous construit, votre regard construit votre enfant.”
    Beaucoup de gens aujourd’hui, plongés sur leurs téléphones , leurs tablettes, leurs bidules, ne regardent plus personne, même plus leurs enfants assis près d’eux.
    Je dis beaucoup mais j’espère exagérer. La semaine dernière nous avons fait avec ma cousine deux cent kilomètres en train devant une jeune mère qui ne levait pas les yeux de son téléphone portable. A côté d’elle sa petite fille de quatre ou cinq ans, a essayé d’attirer son attention en l’appelant doucement, en la tirant par la manche, deux ou trois fois, puis l’enfant a fini par tomber du siège… La mère l’a aidée à se rasseoir, et lui a mis le téléphone portable dans les mains pour qu’elle s’amuse à un petit jeu.”Il n’y a que ça qui la calme”, nous a t-elle dit en s’excusant. Puis la mère a fermé les yeux en appuyant sa tête contre le dossier, relax…Nous avons longé la mer, des montagnes…Elles n’ont rien regardé je pense. Des habituées de la ligne? Bon, ça ne me regarde pas pas vrai? Puis dans un wagon on ne peut pas jouer au ballon ou au clin d’œil!

  • Rémy et Cécile dit :

    Terrible désenchantement, désabusement, gaspillage, absence d’intérêt et de vitalité, pauvreté créative, paresse.

  • Héloïse dit :

    Ce qui est vrai pour le regard vaut aussi pour la parole, les mots qu’on utilise, les gestes que l’on pose, la posture que l’on prend, l’état d’esprit dans lequel nous sommes.
    Choisir notre manière de voir le monde influence nos enfants, notre entourage et nous-même.
    Merci pour ce partage simple et si efficace,
    Héloïse

  • mireille schwaederle dit :

    Bonjour et merci pour cet article. Un regard porte souvent le sentiment du moment, c’est probablement la raison de sa si grande importance. Comme vous dites, pensez “je t’aime” et votre regard le dira, et je pense tout à fait que c’est vrai de tous les sentiments. Pour cette raison, je me mets (du moins je tends vers cet idéal) toujours dans un état d’esprit positif avant de croiser le regard de mes filles ou de parler avec elles. Et lorsque ça ne va vraiment pas, je préfère leur dire ” je m’isole un peu, ça ne va pas”, ce qu’elles respectent toujours, plutôt que de risquer un regard chargé de peine, d’agacement… de négatif.
    Amicalement,
    Mireille

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci Mireille, pour ces commentaires que nous lisons tous et qui sont très justes, voire vraiment édifiants.

  • Le regard que nous portons sur notre enfant est peut-être le reflet de celui que nos parents portaient sur nous, qu’en pensez-vous? Ils portaient souvent un regard désapprobateur sur moi. Et, c’est ce que je reproduis aujourd’hui. J’ai du travail à faire sur moi aussi.

  • Les enfants grandissent sous le regard de leurs parents (un papa et une maman ) comme les fleurs au soleil .
    C’est vital !

  • Le regard est un magnifique cadeau. Il peut a la fois nourrir comme détruire. le plus impressionnant des regard pour moi est celui des bébés a la fois neutre et profond et surtout dépourvu de tout jugement , et en regardant de plus prés on peut apercevoir les couleurs des émotions

  • Sevetvince dit :

    Le regard doit être positif, en effet, il construit la personne.
    La voix… la mienne est chargée de reproches, d’agacements, d’agressivité. J’essaie de travailler sur moi, mais à la fin de la journée, le bilan n’est pas très bon. Dûr pour mes enfants.

    Merci pour votre travail.

  • sandrine dit :

    Édifiant ! Ce sujet me laisse très pensive. Cela permet de se rendre compte à quel point le regard de notre interlocuteur aide : vas-y dis-moi tout, pas maintenant (c’est trop tôt) ou je ne te suis pas. Mais aussi : tu es complètement dingue ou cause toujours. Très grande importance du regard que l’on porte, en effet !

  • Delphine dit :

    Cet article me rappelle un cours de philosophie sur la connaissance de soi même et l’influence du regard des autres sur nos comportements. On réagit différemment parfois en fonction du regard que l’on nous porte. Offrons le meilleur pour nos enfants afin de les aider à acquérir une bonne estime de soi.

  • Nadege76 dit :

    Merci pour cet article… C’est vrai qu’un simple regard peut apporter un message fort (qu’il soit positif ou négatif d’ailleurs) : par le regard qu’on porte sur quelqu’un, on peut soit l’amener à se dépasser soit le briser dans son développement car il me semble que le regard porté conditionne aussi notre manière de communiquer et d’agir envers autrui.
    Ce que j’aime c’est la complicité au travers d’un simple regard que je peux avoir avec mon mari ou mon garçon : nul besoin de mots, un simple regard suffit parfois, et je trouve cela formidable…
    J’aime aussi me “mettre en retrait” parfois et simplement observer mon enfant : j’apprends beaucoup en le regardant agir et interagir avec son environnement.

    • cecileetremy dit :

      C’est un grand pouvoir qui nous a été donné que d’avoi ce regard capable de tant de choses. Il est à l’origine de bien des amitiés ou des différends.

  • Melina DHAINAUT dit :

    Merci !!!
    J’espère et j’essaie de donner le meilleur regard sur mes enfants. Je leur apprends aussi à se fiche complètement du regard malveillant des gens de cette socièté et d’être eux au plus profond. Tous différents .

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >