Ne pas juger, le malentendu


Le grand mot d'ordre du monde de l'éducation aujourd'hui est de "ne pas juger". Or, on fait une confusion.

Car s'il s'agit de ne pas juger les personnes, on se doit de juger les bonnes ou les mauvaises actions.

On ne peut pas dire à l'enfant que faire du mal à quelqu'un est normal. On ne peut pas non plus le laisser l'entendre en ne disant rien. On est bien amené à dire, le moment venu, qu'il y a des choses à faire et d'autres à ne pas faire.

On doit s'abstenir de juger et même, on doit être dans un état d'esprit où le jugement d'autrui ne vient même pas à la surface de nos pensées. C'est un effort difficile pour certains Européens qui fonctionnent beaucoup comme ça.

Mais certes, "tu ne jugeras point". Or, le Commandement sous-entendait: "les personnes, autrui".

Si toutes les actions se valent, on est dans un relativisme. Battre sa femme ou ne pas la battre seraient égaux, sans tonalité, indistincts.

C'est bien le risque de la glissade actuelle: relativiser au point de ne plus sentir.

Récemment, dans une émission, des CRS qui avaient blessé grièvement des passants, disaient : "On suit les ordres, on fait notre boulot." Ils ne ressentent plus. Ils sont dans le cas de l'absence d'émotion, de compassion.

La compassion implique donc de se prononcer. Vis-à-vis des actions, en les jugeant, mais aussi vis-à-vis des personnes, des personnages historiques, en évitant de les juger. Surtout en Histoire où l'exercice est pratiquement impossible, à moins d'avoir travaillé des semaines sur un personnage.

Ne pas juger, mais quand ?

Juger est un acte qui demande beaucoup d'information et de culture.

C'est encore plus vrai en art. Car tous ne se vaut pas non plus, là comme ailleurs (nous l'avons dit en parlant du "respect de l'enfant").

On doit apprendre l'enfant à ne pas juger et préjuger de choses pour lesquelles il n'est pas au niveau. On ne juge pas la peinture de Wermeer à la légère. On se doit, quand on ne sait pas, se montrer ouvert et plutôt positif. Aussi, lorsque l'enfant dit "C'est beau !", il a une réaction naturelle qu'il ne convient pas d'étouffer.

De même, s'il dit "C'est moche !", il ne convient pas de le faire taire. Il s'agit de lui amener des éléments que, peut-être, il n'avait pas remarqués. Non pas pour contredire son point de vue, car vous pouvez parfaitement montrer quelque chose qui lui confirmera que "c'est moche" ou que "c'est beau". Pour alimenter un regard moins instinctif. Pour entrer dans le sujet.

Un être humain qui découvre ne peut pas se prononcer valablement sans s'impliquer suffisamment. Sans avoir un lien avec la chose jugée, ce qui peut être aussi une expérience.

Et l'on voit à ce stade que l'absence de jugement, qui est raisonnable, correspond aussi à un désengagement. Une fuite. On voit quelqu'un qui se fait agresser et on ne bouge pas: on ne ressent pas, ou on repousse le ressenti. On ne veut pas "juger" (et sans doute pas non plus se mêler d'une affaire en prenant des risques...).

Mais il est certain que ce désengagement est une plaie. Il correspond à une déresponsabilisation.

Il faut parfois juger !

Ayant passé des années en Asie, spécialement au Japon, où l'on apprend à se détacher de l'émotivité et de l'ego (si du moins on se rapproche de la tradition), nous savons ce que "prendre une distance avec ses jugements" signifie. Etant nourris de culture hélène, latine et chrétienne, nous savons aussi ce que "ne pas juger" signifie.

Tout cela nous a pourtant conduits à l'impérieux: "Vois et juge !"

Car nous avons à nous prononcer. Non pas sur le moment et selon une humeur passagère, mais avec notre profond ressenti, "nos tripes", alimenté d'une sagesse éternelle.

Le guerrier qui suit la Voie du zen n'est pas "cool" et "tolérant". Il est détaché des impressions personnelles. Son "ressenti" est son ennemi. D'abord, il sert, c'est un serviteur, c'est ce que signifie le mot "samourai", qui vient de "saburau", "se tenir à disposition". Il se jette à corps perdu dans la mêlée quand il juge que cela devient nécessaire. Il n'est pas qu'un bushi.

Les maîtres zen ne se gênent pas pour sermonner les puissants et critiquer leur époque. Ils jugent, et c'est d'ailleurs leur devoir afin de guider ceux qui les écoutent.

Manière de faire pour ne pas juger à tort

La critique et le jugement réclament un art. Ils devraient n'être le fait que d'être haut situés dans l'échelle de valeur, et il est pitoyable de voir tant de quidams s'exprimer, qui sur Pétain, qui sur l'Irak, qui sur le gouvernement, sans avoir aucune espèce de notion de ce dont ils parlent.

La retenue devrait être enseignée à l'école.

Mais cela n'empêche pas, et même conduit à une nécessité de la critique et du jugement juste.

Tout est ensuite une question de distinction, de talent.

La Terre elle-même, disent certains scientifiques, est sensible à notre humeur et à notre participation, il y aurait des vibrations bienfaisantes et néfastes qui agiraient sur le climat.

Mais déjà, notre Prochain en a besoin.

NTS bolchevique russie libre Ne pas juger, le malentendu
Si les résistances ne jugeaient pas les régimes, la tyrannie étendrait son pouvoir. Ici, un très rare disque produit dans les forêts de Sibérie, à bord de camions clandestins recherchés par le NKVD bolchevique, dans les années 20 (collection de Rémy).
https://l-ecole-a-la-maison.com ne pas juger
Disque introuvable sur internet aujourd'hui

Celui qui ne juge pas le mal comme tel manque simplement de connexion au monde, de lien d'amour à la vie.

Juger n'est pas toujours condamner

Par ailleurs, on peut juger sans condamner. La condamnation est plus rare, quand la réparation est impossible ou très loin de suffire.

Nous avons vu au chapitre de la cohésion qu'il faut se méfier des jugements portés les uns sur les autres.

Ce que l'on peut transmettre à l'enfant

Il s'agit donc d'apprendre à transmettre à l'enfant un sens sûr du jugement. Savoir quand juger, savoir quand s'abstenir. Le faire d'une manière juste, complète, talentueuse, honnête. C'est un exercice très intéressant. Vous pouvez demander à votre enfant de juger, pendant 2 minutes, tel ou tel comportement public. Vous l'amènerez à entrer dans le ressenti des choses, d'abord, puis dans une analyse suffisamment complète, dans la voix opposée (la voix de la défense par exemple) et enfin à se reculer sagement pour ne pas en rester à ce ressenti. Ainsi, l'enfant mûrit.

Et vous, qu'en dites-vous ?

Nous faisons cela pour les enfants

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • Très bon article. Depuis longtemps l’idée du non jugement comme preuve d’acceptation d’autrui et de respect de sa différence me fit adopter l’altruisme à tous niveau sans plus savoir me positionner avec mon propre ressenti.
    Je me suis égarée en cour de route ayant perdu l’alignement à mon cœur et à mon âme. Il m’aura fallut de nombreuses années et un profond appel à la vie pour retrouver qui je suis.
    Effectivement je pense qu’il est nécessaire d’apprendre à nos enfants à savoir juger pour eux ce qui est sain ou non. Afin de leur offrir le pouvoir de se positionner dans ce monde peut-être en tant que samurai, guerrier et non plus comme des victimes impuissantes et condamnées ou de vulgaires consommateurs abrutis par trop de show télévisés.

    • cecileetremy dit :

      Oui Noria, nous le pensons aussi. Distinguer, c’est choisir. La confusion ne profite pas aux âmes droites.

  • Stéphane Soller dit :

    très belle façon d’aborder la vie,ou comment apprendre à dire non et ne plus être « trop bon ,trop con… »en passer par cette étape du trop bon….. est une belle et dure manière pour enfin pouvoir se positionner dans la vie de tous les jours en toute conscience ce qui forcément amène la sérénité.Patience et courage sont des ingrédients nécessaires à la manière de penser que vous partagez pour nos enfants et à leurmrs parents, car changer le monde commence par se changer nous même.Merci beaucoup à vous Rémy et Cécile <3

  • Merci pour ce site que je trouve travaillé. Merci des idées que vous partagez. Je vous invite à vous renseigner sur la communication non violente (CNV) vis à vis du sujet du jugement.

    • cecileetremy dit :

      Bonjour, merci pour votre commentaire. Nous avons été parmi les premiers à développer ces questions, vous trouverez d’ailleurs tout ce qu’il faut à ce sujet sur ce site.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >