Les devoirs et le travail en solitaire. Autonomie, chapitre 1


Les devoirs, nous n'en voulons ni trop ni pas assez.

Déjà, pour rappel, les devoirs ne comptent absolument pas pour l'inspecteur. Le contrôle académique ne porte aucunement sur le niveau scolaire. Nous l'avons vu à la section contrôle.

Les devoirs, nous les contrôlons

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la République interdit les devoirs du soir pour les primaires. Pourquoi votre enfant est-il ainsi privé ? Parce que tous les parents n'aident pas leurs enfants. Ce qui fait que le vôtre pourrait être au-dessus des autres, ce qui est inacceptable pour l'Etat. "Hors de l'école, moins d'égalité", peut-on lire sur un site. "Tous les enfants ne sont pas aidés de la même manière quand ils rentrent chez eux. Ainsi, non seulement les devoirs peuvent alourdir une journée déjà fatigante, mais ils peuvent, en plus, générer des inégalités entre les élèves qui travaillent seuls chez eux le soir, et ceux qui ont la chance d'être entourés par un parent ou une nounou." Vous avez bien lu.

Mais tous les enfants ne sont pas nourris de la même manière non plus. On doit supprimer les repas ? Ce que dit l'Etat, c'est que comme certains parents négligent de donner quelque chose à l'enfant, tous les autres enfants doivent être privés.

On a encore là l'un de ces beaux sophismes socialistes qui sont des institutions et qui révèlent la totale vacuité de la pensée gouvernante.

"Ainsi, c'est pour que soit respecté le principe d'égalité de tous, que l'Education nationale a décidé en 1956, d'interdire les devoirs du soir à l'école primaire. En 1994, une circulaire a réaffirmé ce principe."

Eh bien, c'est notamment pour échapper à ces interdits que nous faisons l'école à la maison. Si nous voulons faire faire des devoirs à nos bambins, nous en faisons.

Parce que nous avons de sérieuses raisons de penser qu'ils peuvent être utiles.

D'ailleurs entre nous, si on suivait cette logique, il faudrait carrément interdire l'école à la maison et les écoles hors contrat, car tout cela est encore plus inégalitaire que les devoirs... Il faudrait interdire les grandes écoles et ne garder que la fac publique. Et tutti quanti...

Mais nous ne tombons pas non plus dans cet excès que nous constatons, en donnant un nombre de devoirs énormes à nos enfants. Nous sommes choqués parfois de la masse à produire, pour nos 6ème-3ème ! Nous leur signons d'ailleurs parfois des billets d'excuse car franchement, leur faire analyser tous les mots d'une page est non seulement idiot mais proprement anti-productif. L'enfant finira dégoûté.

Nous restons farouchement dans l'équilibre. Des devoirs, oui, si l'enfant en a besoin et en est capable, en juste quantité, et variable, quand nous "le sentons", en fonction du cours, du moment, de la forme de l'enfant, de ses envies aussi, oui, nous tenons compte de ses désirs. Ce qui ne nous empêche pas d'être de temps en temps inflexibles; l'enfant sait très bien quand nous voulons quelque chose, et il l'accepte parce qu'il sait que nous ne sommes pas toujours exigeants. Nous sommes comme un bon entraîneur: parfois exigeants, parfois souples.

Mais, les devoirs, pour quoi faire ?

Si les devoirs ne prennent pas sur les réserves vitales de l'enfant, c'est-à-dire ont lieu après une journée déjà bien remplies, les devoirs vont aider à maturer les cours et les ancrer dans l'esprit.

De plus, il est fondamental que l’enfant apprenne à travailler seul. Il en aura besoin aussi bien durant ses études que dans sa vie professionnelle.

Avant de faire des devoirs, y a-t-il un moyen d'y préparer l'enfant ? Oui. Qu’est-ce qui aide le mieux un enfant à travailler seul ? La lecture ! Encore elle, décidément...

Ayez le courage de supprimer progressivement la télé, le téléphone portable et l’ordinateur de votre enfant, pour les remplacer par le livre. Plus d'ordi ni de télé en semaine, telle doit être votre loi. Sauf raison vraiment valable (nous pouvons en parler si vous le voulez).

Quoiqu'il en soit, le temps passé dans un livre est un temps d'adaptation de l'enfant à la concentration et au travail seul.

Nous distinguons devoirs et travail seul, et vous allez voir que ce n'est pas tout à fait la même chose.

Devoirs du soir

Il y a peu de devoirs, quand on fait l'école à la maison. A part quelques apprentissages par cœur et de temps en temps un travail inachevé en cours ou alors un devoir exceptionnel, l’essentiel se fait durant les trois à quatre heures de cours quotidiens. Nous pensons que l’intensité du cours exploite toute la disponibilité des enfants durant ce laps de temps.

les devoirs https://l-ecole-a-la-maison.com

Mais nous en faisons quand même. Parce que nous y sommes contraints par notre travail, il faut souvent laisser les enfants pour répondre à une commande, une urgence. Ou on attend un bébé. C'est l'occasion de se préparer avec votre grand.

Quantité et délai, forme et fond. Ou "quand la motivation n'y est plus"

L'enfant doit apprendre à travailler seul et rendre un travail achevé, c'est-à-dire une quantité précise, dans un délai imparti. C'est très formateur. C'est un peu le solfège du travail.

Certes, vous le savez maintenant, mieux vaut développer d'abord le goût, puisque nous recherchons la motivation.

Mais il arrive fréquemment que l'enfant demeure sans motivation et que vous n'ayez pas vous-même la tête à rechercher le plaisir au travail.

En ce cas, vous gagnerez à viser, plutôt qu'une qualité, une quantité et un délai. Ce sera un exercice à part entière et vous serez peu regardant sur le fond. La forme seule vous intéressera vraiment. Vous pouvez présenter cela comme un challenge basé sur le délai et la quantité, et vous expliquerez que le contenu sera secondaire. Pourquoi pas ?

Vous verrez avec l'enfant à quelle heure précise il aura fini son travail. Laissez-lui une montre à aiguilles, pour qu'il visualise mieux.

Montrez-lui comment synthétiser les choses en surlignant les mots-clés, en notant les phrases importantes. Recopier est très bon pour mémoriser. Le schéma peut être aussi utile.

Ensuite, interrogez-le, quel que soit son âge. Vous verrez tout de suite s'il a besoin d'aide et en souhaite.

Si votre enfant ne produit pas un travail de qualité, ne vous inquiétez pas. Qu'il maîtrise déjà la quantité et le temps pour faire ce travail, vous verrez qu'il saura se servir inconsciemment de ces facultés pour entrer ensuite dans la qualité.

Si au contraire l'enfant est dans la qualité, soyez moins regardant sur la quantité ou le délai: il importe de ne pas dégoûter. C'est peu à peu que vous amènerez cette conjonction.

Par ce travail de forme, nous préparons l’enfant au retour à l’école et aux études longues, s’il en fait un jour. Il saura ce que peut être un travail formel, il ne souffrira pas quand on lui en demandera un.

Quand ?

On doit parfois improviser l'emploi du temps quotidien. L'après-midi étant souvent consacré aux exercices et aux recherches, c'est là que nous parlons de travail en solitaire. Ce ne sont pas forcément des devoirs.

Il y en aura encore plus durant la période qui précède le retour à l’école. A ce moment-là, on va habituer l'enfant au rythme scolaire et à l'habitude des devoirs.

Le travail en solitaire

Tous les devoirs sont un travail en solitaire mais tout le travail en solitaire ne relève pas des devoirs.

L'enfant commence par des devoirs et vous êtes précis, exigeant: les devoirs posent les bases d'un travail sérieux. Plus tard, le travail en solitaire n'aura plus ces consignes précises, il se fera plus librement, parfois sur plusieurs jours.

C'est un apprentissage fondamental parce que souvent, l'enfant au lycée n'a pas l'habitude de revoir ses notes, de relire ses cours et que cela marque le moment exact où vont se jouer ses études.

Les devoirs et le travail en solitaire sont des clés de (...) la suite est réservée aux membres accompagnés, pour activer votre accès membre, passez par ici. Déjà membre accompagné ? Connectez-vous dans le menu du site (en cas de souci, voir la FAQ)

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • C’est un accompagnement ferme et rassurant. Je l’ai appris fort tard, les enfants, les adolescents ont besoin aussi de cette aide.

  • C’est bien sûr l’éternelle bagarre avec les devoirs ou comme vous l’appelez le travail en solitaire. Mais c’est en train de s’arranger petit à petit. Merci.

  • Tiens tiens, cet article est très pertinent après celui sur le cours de musique…
    Je crois que ce qui manque principalement, c’est le manque d’amour vis à vis du travail bien accompli…j’aime bien la comparaison avec le solfège… parce qu’en y réfléchissant bien, un devoir, n’est rien d’autres qu’un jeu avec des règles à suivre! Et tout dépend de comment ce jeu nous est présenté. L’école à la maison nous offre un grand privilège, celui d’organiser nos vies ensemble, de grandir avec nos enfants.

    Il me semble que si l’enfant voit le parent régulièrement, lire, se questionner, rédiger de cours ou de long textes, travailler avec cœur et application, il ne peut que devenir un adulte travaillant! Un devoir n’est plus alors une tâche désagréable à accomplir, mais la suite logique de ce qui est à faire pour devenir quelqu’un de bien. Suis-je trop idéaliste? Peut-être.

  • Tiens tiens, cet article est très pertinent après celui sur le cours de musique…
    Je crois que ce qui manque principalement, c’est le manque d’amour vis à vis du travail bien accompli…j’aime bien la comparaison avec le solfège… parce qu’en y réfléchissant bien, un devoir, n’est rien d’autres qu’un jeu avec des règles à suivre! Et tout dépend de comment ce jeu nous est présenté. L’école à la maison nous offre un grand privilège, celui d’organiser nos vies ensemble, de grandir avec nos enfants.

    Il me semble que si l’enfant voit le parent régulièrement, lire, se questionner, rédiger de cours ou de long textes, travailler avec cœur et application, il ne peut que devenir un adulte travaillant! Un devoir n’est plus alors une tâche désagréable à accomplir, mais la suite logique de ce qui est à faire pour devenir quelqu’un de bien. Suis-je trop idéaliste? Peut-être.

  • Et cette fameuse télé qui “bouffe” leur temps et l’envie de travailler ! Ne l’allumer que le week.end ! En voilà un bon programme! Merci pour tous ces bons conseils sur l’art et la manière d’aborder les devoirs et le travail en solitaire. Quelle bonne décision que de faire l’école à la maison!

  • Article qui tombe à pic dans la mise en place de la classe à la maison chez nous en ce début d’année ! Pour l’instant, chez nous les apprentissages par cœur se font en dehors du temps de classe car mes enfants ne sont pas encore assez rodés pour s’avancer sur le temps d’école et il est difficile avec ce beau temps de rappeler tout le monde parti jouer dans le jardin pour un temps de devoirs avant le bain/ dîner / coucher ! Et pourtant la poésie, les règles d’orthographes et les résumés des matières d’éveil sont bien à apprendre.. Organisation en cours… Et la semaine prochaine les activités extra scolaires commencent..

  • Pour moi, accompagner mes enfants pour les devoirs du soir a toujours été un pensum, voir une source de conflit telle que j’ai parfois laissé tomber ou confié à d’autres le soin de s’y “coller”.
    Depuis que je fais l’école à la maison, c’est un régal de travailler avec notre dernière fille, mais on n’est pas du tout dans le même registre.
    Ce qui m’apporte beaucoup dans votre article, c’est que la difficulté se présente quand même à moi lorsqu’il s’agit des leçons à apprendre ou de la dictée à corriger, travail noté sur l’agenda mais souvent “oublié”…Je ne savais pas comment trouver le moment et l’énergie pour aider Maïlys à s’y remettre dans l’après-midi ou en fin de journée, alors que je sens bien que c’est un pli à prendre et un pas vers l’autonomie dont elle aura besoin plus tard… “Viser, plutôt qu’une qualité, une quantité et un délai”, c’est peut-être ce qui manquait pour obtenir, dans un emploi du temps assez souple, que le “travail-devoir du soir” soit réalisé avec cette motivation qui s’est mise en place pour le reste du travail scolaire. Merci pour ces précieux conseils!

    • Excellentes remarques, Sophie. Ce serait un plaisir d’échanger avec vous de vive voix. Cela vous tente ?

  • les miens sont encore en maternelle. Mais c ‘est vrai que j appréhendé beaucoup les devoirs avant d avoir lu cet article. Merci

  • En primaire, les enfants passaient toute leur journée à l’école et il fallait encore faire des devoirs pendant 1H30 quand elles rentraient. C’était trop, trop pesant, trop fatiguant, trop décourageant.
    Avec l’école à la maison, nous faisons nos quatre heures et puis ensuite d’autres activités dans lesquelles nous retrouvons des éléments de leurs apprentissages. Ce qui est passionnant, car nous avons la sensation d’expérimenter. Rien de tel que la réalité pour nous donner la sensation que ces apprentissages sont précieux.

  • Premier devoir de ma fille en rentrant de CP en début d’année :
    “Faire lire les mots de la liste suivant à l’enfant”.

    Et là avec ma femme on se regarde et on se demande un truc : c’est pas en CP qu’on est censé apprendre à lire ? Pourquoi on lui demande déjà dès le premier cours de savoir lire correctement 4 mots plutôt compliqués ? Alors qu’elle ne sait même pas encore que B-A BA…. Bref, nous sommes jeunes trentenaire et le premier devoir nous a fâché avec la méthode globale.

    Et pendant le bref temps qu’elle a passé à l’école cette année, tous les soirs c’était la même chose : lui faire-faire des devoirs auxquels ont ne voyait aucun intérêt ni aucune progression logique. Pauvres élèves restés en classe ! Si les parents ne les aides pas avec une méthode syllabique normale, ils sont mal barrés…

  • Chez nous les garçons n’ont le soir que la poésie et les leçons à apprendre par cœur mais petit bout par petit bout.. après un temps en classe d’explication et de découverte le résumé de la leçon se ropie par tranches de 3 phrases e(environ) car mon grand de 9 ans n’écrit pas vite. Et le soir il apprend les lignes écrites et celles qu’ il a apprise les jours précédents. Mais pour l’instant pas d’exercice écrit le soir pu le week end et quelle libération! J’ai juste à faire réciter!!

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >