La compétition est-elle mauvaise en éducation ?

La compétition est-elle mauvaise

La compétition est-elle mauvaise entre enfants ? On lit à peu près partout que la compétition entre enfant est néfaste. Dans une vidéo article par exemple (https://www.4emesinge.com/leducation-interdite-la-educacion-prohibida-documentaire-vostfr), on explique d'emblée:

« On stimule trop la compétitivité entre les enfants […] Tout le monde parle de paix mais personne n’éduque à la paix. Les enfants sont éduqués à la concurrence et la concurrence est la première étape vers la guerre. »

C'est une idée qu'on retrouve à peu près partout.

La compétition entre enfants nuirait aux rapports harmonieux et les braquerait les uns contre les autres.

Est-ce vrai, est-ce faux ?

A-t-on pris le soin de vérifier cette affirmation si courante ?

Il est vrai qu'il semble pratique d'affirmer que, dès lors qu'il y a compétition, il y a rivalité, comparaison, envie de vaincre et donc conflit.

D'où une conclusion rapide.

La compétition est-elle mauvaise en éducation ?

Or, au Japon et en Corée, le système éducatif est l'un des plus compétiteurs qui soit. Pourtant, la société japonaise adulte est bien moins sujette aux violences et au conflits que la société française, la société européenne en général.

Par ailleurs, on voit des fleurettistes ou des sabreurs de compétition être très solidaires, proches, formant des équipes soudées.

A contrario, on voit des querelles surgir aisément de cour de récréation ou d'entreprises où l'harmonie est le mot d'ordre.

L'harmonie ne se décrète donc pas. Ce ne peut être un mot d'ordre. Ce ne peut donc être qu'une mise en œuvre.

Nous allons le voir, l'idée que la compétition ferait naître la guerre est un préjugé absolument injuste.

Nous avons rapidement évoqué partiellement ce sujet dans les perspectives de l'école à travers l'Histoire: a-t-elle pacifié les gens ou au contraire les a-t-elle poussés à la guerre :

Notre expérience nous montre que la concurrence et la compétition ne sont pas en cause. Il y a des familles où la concurrence est forte, mais sans rivalités ni frustration, et cela marche à merveille. Nous voyons aussi des familles qui prônent l'absence de compétition et où les enfants se déchirent.

On voit aussi, il est vrai, des familles où l'esprit de compétition s'accompagne de querelles entre enfants. Et de familles où l'absence de compétition s'accompagne de rapports harmonieux.

Cela montre une chose: ce n'est pas la compétition entre enfants qui pose problème.

C'est d'abord la présence ou non de frustration.

Chapitre 1: la frustration

Un enfant qui réussit et est heureux n'a aucun besoin d'écraser l'autre et peut se lancer dans une compétition pour se dépasser et vivre un bon moment.

S'il n'a pas appris les choses dans l'orgueil ou le ressentiment (des frustrations donc), ça se passera bien et... il se passera quelque chose dans sa vie car il se sera dépassé. Ce qui est le propre d'une vie intéressante et épanouie.

Chapitre 2: l'oisiveté

Nous en arrivons là au second chapitre. L'autre source de conflit, c'est l'oisiveté.

L'oisiveté, mère de tous les vices, disait-on jadis.

Qui déclare des guerres injustes ? Des gens qui ne sont pas occupés à autre chose et qui n'ont pas la satisfaction de réussir autrement. Il faut au moins ces deux symptômes. Des politiques, par  exemple: ils sont oisifs et frustrés. Il y a certes l'ambition, l'idéologie, l'argent et la peur, qui jouent leur rôle, mais l'ambition, l'idéologie ou la peur quant à elles n'existent justement que parce qu'il y a oisiveté et frustration. On a peur quand on se sent acculé, sans moyen, incapable. C'est un manque de pratique et donc essentiellement une marque d'oisiveté. Entre le pomier qui a l'habitude des feux et celui qui n'est jamais allé sur le terrain qui aura le plus peur ?Celui qui n'a pas pratiqué.

En amont d'une guerre, il y a une oisiveté politicienne. L'oisiveté de "métiers" qui ne sont pas aux prises avec des réalités, avec une tâche humainement sérieuse. Les politiques parlent toute leur vie. Ils sont oisifs de fait. Ces sortes de métiers n'en sont pas, en fait. On ne fait pas le métier de politique. On sert la nation, on est censé servir, faire du service. Le service politique est une forme d'oisiveté. Cela couplé à la spéculation intellectuelle, la manipulation folle des idées qui y règne et tout devient possible, toutes les catastrophes.

Or, vous pouvez être sûr qu'un être humain qui ne fait rien est bien plus porteur de guerre et de conflits qu'un être humain occupé.

Toutes les grandes guerres depuis 200 ans ont été déclarées par des gens habitant en ville, des universitaires, des médecins, des instituteurs, des politiques, ce que les Chinois appelaient des "mandarins", enfants de familles aisées et non obligées de travailler manuellement, au sein des métiers.

Occupés, certes, mais occupés d'une manière qui ne les implique pas corps et âme. Occupés en oisifs.

La jalousie, l'envie, viennent du fait qu'on n'est pas fier de soi, qu'on ne vit pas un bonheur, un contentement. Quelqu'un qui fait de grandes choses ne jalouse pas les autres. Un homme ou une femme occupés, vraiment à la tâche avec des activités valorisantes n'ont aucun besoin de chercher querelle, si ce n'est pour leur propre défense, ce qui arrive rarement et ne débouche de toute façon jamais sur une guerre.

Préjugé

De là, il ressort que l'idée que la compétition engendre le conflit est un préjugé (étymologiquement qui est jugé avant d'être vérifié).

Pourquoi la compétition fait-elle penser au conflit ?

Il y a apparence mais pas corrélation. Oui, apparemment, c'est lié.

Deux enfants face à face, cela fait penser à un affrontement.

Or, on peut s'affronter sans se faire face.

Et c'est d'ailleurs beaucoup plus dangereux. Il y a accident bien plus souvent quand l'un des combattants se dissimule dans le dos de l'autre et le frappe dans le dos. Le conflit non-déclaré est beaucoup plus dangereux et dégénère plus souvent en conflit général que le combat face à face qui se clôt par la victoire de l'un ou l'autre.

Crever l'abcès

Pensons à la bagarre qui finit au bar. Et pensons a contrario à la querelle qui n'est pas réglée une fois pour toutes et qui dégénère peu à peu: la pire situation. Il vaut en général mieux crever l'abcès.

Quand les choses se muent-elles en guerre

Mais allons au fait. Le combat loyal se mue en guerre quand des poisons s'y glissent. Ce n'est pas le combat ou la compétition qui sont coupables. C'est ce qu'on y met.

De même que ce n'est pas la voiture qui tue, mais la manière dont on s'en sert.

En réalité, si le combat devient une guerre, c'est que les frustrations et l'oisiveté se glissent insidieusement dans l'équation.

C'est la compétition frustrante, blessante, celle qui cherche à dominer, à comparer, qui engendre le conflit.

C'est pourquoi nous rappelons de temps en temps qu'on doit éviter la comparaison. Quand nous faisons un regroupement, l'autre famille avait pour règle: "Comparaison = punition." Elle avait raison et évitait ainsi 90% des conflits.

La compétition chevaleresque et respectueuse, que vous devez développer, génère au contraire du respect et de l’estime mutuels. On voit ça tous les jours sur les tatamis des bons clubs.

Les règles sévères font la solidarité. On se tient et du coup on se respecte, on est davantage fier de soi. Le kimono, les rites jouent leur rôle.

La Peur

L'idée que la compétition fait naître la guerre est née d'une peur. On assimile, on amalgame. On pense que tout combat est mauvais par nature alors que les conflits naissent bien plus de l"oisiveté, mère du mépris de soi. Personne n"'ignore que le mépris de soi est le pire poison, source des violences.

Et l'on ne sait que trop que la peur justement est l'un des pis ferments... de guerre.

N'ayez donc aucune peur.

Conclusion, ce genre d'articles et de vidéos posent des préjugés. On y affirme que parce qu'il y aurait compétition, on créerait du conflit, de la guerre ?
C'est une affirmation loin d'être démontrée.

Le conflit naît de frustration et d'oisiveté, et non de compétition.

La compétition est-elle mauvaise

  • Paul dit :

    Le tout c’est de ne pas se surestimer et mépriser les autres, les déconvenues pouvant être très amères, et les blessures inguérissables.
    La compétition, ensuite la possible comparaison d’un travail entre enfants d’un niveau semblable aguerrissent et sont certainement formatrices je suis d’accord avec vous. (travail ou autre activité)
    Par rapport à la compétition, l’enfant qui a une fratrie est-il plus apte à défendre sa place qu’un enfant unique , moins en retrait ?
    Et que dire au malheureux mauvais perdant? (dans un sujet voisin)

  • sandrine dit :

    En effet, mes enfants pratiquent le karaté en club : on voit bien la différence entre les entraînements où l’entraide est présente puis le combat bien cadré qui les appelle à se dépasser et qui les hisse vers le haut ! Nous le constatons aussi lorsque nous nous amusons, à poser des questions à l’oral dont le but est de répondre vite ET bien (par exemple sur le nom des capitales). Ma fille qui est plutôt vive, doit faire attention à donner la bonne réponse et mon fils, qui a besoin de laisser plus de temps au mûrissement, s’efforce de répondre avant sa sœur ! À cet instant ils sont en compétition, et en dehors ils s’exercent, d’abord tout seul puis se réunissent pour combler les oublis ! Aussi je rejoint Paul sur la question « que dire au malheureux mauvais perdant ? »

  • >