L’apprentissage – suite (vidéo)


Poursuivons avec cet apprentissage ! Nous avons fait un distinguo:

Savoirs fondamentaux et savoirs secondaires

apprendre livre l'apprentissage https://l-ecole-a-la-maison.com
Tous les savoirs ne se valent pas

Cette distinction, c'est un formidable moyen de gagner du temps !

Nous avons dit que vous devez travailler à fond sur les savoirs fondamentaux. Vous serez acharné(e) sur ce qui aidera toujours votre "grand" ou votre "grande" dans la vie. Répétons-le : une écriture honnête, une orthographe impeccable, une lecture exercée ; savoir compter de tête ; en savoir assez en histoire-géo ; parler assez bien une ou deux langues étrangères, pratiquer un ou deux arts si l’on peut, spécialement la musique.
Que faut-il ensuite, toujours fondamentalement. Savoir réfléchir, aménager ses idées, et les exprimer. Savoir se débrouiller seul, c'est-à-dire être autonome. Avoir une bonne santé et faire du sport. Donnez-lui avec ça une bonne éducation, du cœur, de la curiosité et un goût pour la lecture et votre enfant est  sauvé !

On n'a pas besoin de plus. Il n'y a pas besoin de beaucoup plus que ça. Le reste est secondaire, pas forcément inutile, mais secondaire. Voilà à peu près ce que nous disions.

Pourquoi et comment faire un choix parmi les savoirs ? Est-ce que la vitesse de pointe du TGV n'est pas aussi importante que la notion de bien public, tel que décrit par Nicolas Machiavel dans Le Prince ? Non, la vitesse du TGV est une donnée fluctuante et non-structurante pour l'esprit, puisqu'elle ne permet pas spécialement

  • de favoriser la pensée,
  • d'augmenter la valeur de la pensée,
  • de faire un bien spécifique à celui qui pense.

En revanche, la lecture du Prince produit invariablement une augmentation de la pensée, de la valeur de la pensée et produit un bien qui, en l'espèce, passe notamment par deux axes machiavéliens: la notion de bien et de mal en ce monde et le discernement pour favoriser le bien.

La dimension de ces textes dépend de leur pouvoir structurant.

Car il y a des textes ou des savoirs qui élèvent la personne, qui la "structurent", c'est un tout petit nombre et il n'y a pas besoin de courir le monde pour les trouver, ils sont tous à votre portée, c'est une chance d'ailleurs, mais il faut quand même aller les chercher parce qu'ils ne viendront pas à vous tout seuls.

Il y a d'autres savoirs qui ne produisent rien, la grande masse médiocre, qui elle vient à vous et vous envahit, vous inonde en permanence, et contre laquelle il faut souvent se battre. Que ce soit la télé, la radio, les médias sociaux, les romans et livres vantés sur les plateaux télé qui ne valent rien, c'est une avalanche constante de fausses valeurs, de citations à deux sous, de principes en plastic, d’œuvres au kilo, de rabais sur les bons sentiments, et de solde sur les larmes, avec pour mieux vendre une hécatombe de sourires convenus, bref, c'est le tout-venant.

D'autres enfin déstructurent, c'est-à-dire sont carrément nocifs pour le lecteur; un nombre réduit mais croissant en période de trouble ou de chute civilisationnelle. Ils vont tenter de toucher votre enfant tôt ou tard, à votre insu, et donc vous allez y parer en forgeant l'âme de l'enfant de manière à ce qu'il ne se laisse pas corrompre: un enfant qui a reçu de bons savoirs, structurants, a en lui des contrepoisons qui lui permettent de reconnaître du premier coup d’œil ce qui est dangereux pour lui et, mieux encore, va effacer au fur et à mesure de sa mémoire ce qui le blesse. Un enfant à qui on a donné du bien, du beau, du bon, a une tendance naturelle à oublier ce qui n'en vaut pas la peine et ce qui est néfaste pour lui (à vous de ne pas cultiver ces choses-là, de ne pas les lui rappeler etc.).

En revanche, c'est beaucoup plus difficile de donner à un enfant de quoi lui permettre de distinguer ce qui ne lui apporte rien. En général les enfants savent très bien ce qui est mauvais ou dangereux mais ils sont désarmés face au(...) la suite est réservée aux membres accompagnés, pour activer votre accès membre, passez par ici. Déjà membre accompagné ? Connectez-vous dans le menu du site (en cas de souci, voir la FAQ)

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • Un éducateur efficace devrait-il se contenter de savoir dominer comme un chef de meute ? L’exemple ci-dessus est un peu rude ! Pour en prendre un autre dans le monde animal, je parlerais plutôt de la gentille mésange qui apprend à voler à ses oisillons avec beaucoup d’encouragements et de démonstrations. Elle fait ça aussi naturellement, sans directives, la chanceuse !
    Tout cela pour fuir les conversations de haut niveau !Mais vous le conseillez n’est-ce pas ?

  • Merci beaucoup pour cette veritable source d information. l’Apprentissage est essentiel et c’est le cœur de l’éducation, non ? Est-ce qu’il y a autre chose dans l’éducation ? Les parents et les enfants apprennent. Ce processus fait travailler le cerveau et c’est vraiment bon. C’est la vie.

  • Vidéo très touchante merci Rémy, l’apprentissage en deux leçons nous a beaucoup plus. On ne voit pas tous vos enfants en direct c’est un peu dommage faites une vidéo avec eux !

  • Merci pour cet article captivant.
    Pour répondre à votre demande concernant nos méthodes afin de mieux apprendre, je n’ai “que” l’expérience avec mes deux enfants de 5 et 3 1/2 ans. Pour mémoriser une comptine j’invente un air musical, ce qui leur permet de graver le texte dans leur fabuleux cerveaux.
    L’expérience que des amis ont vécu en apprenant en groupe, une langue étrangère, me sert avec mes enfants: répéter plusieurs fois, le ou les mots, en tenant un objet et en se l’envoyant(la balle est idéale et amusante)…effet et résultat garantis!
    Et enfin bien sur les mimes ou des gestes sont intéressants aussi pour mémoriser…il suffit de revoir maman refaire ces mimiques comme un clown et le texte appris revient comme par miracle! Les enfants raffolent réciter à papa ce qu’ils ont appris sans que ma maman souffle mais juste en gesticulant…

  • Super comme d’habitude ! Notre petit truc pour le par cœur est d’ajouter des gestes comme le langage des signes ce qui rend les poésies assez théâtrale pour le plus grand bonheur des enfants (3 et 5 ans et ils adorent….)

  • Merci pour cette excellente vidéo.

    J’aime créer avec les enfants des petites histoires pour retenir les exceptions orthographiques (avec cette difficulté qu’ils retiennent du coup parfois mieux les exceptions que la règle générale !), petites histoires amusantes et parfois tirées par les cheveux ! Encore faut-il aussi qu’ils sachent les appliquer/ faire le lien dans les dictées et les rédactions.
    Petit exemple pour le pluriel des noms en ail qui font ails sauf certains qui font aux : ce soupirail à un vantail est fabriqué de vitrail et d’émail couleur corail : quel bail j’ai mis à réaliser ce travail !

    On réalise aussi des petits dessins agrémentés de quelques mots pour apprendre les poésies.

    Apprendre à apprendre à l’enfant est un vrai travail qui est fastidieux au début. Par exemple quand l’enfant, seul pour apprendre sa règle de grammaire, ne veut pas se donner la peine de réciter à voix haute la règle mais uniquement dans sa tête.. Ce qui, en tout cas pour mon fils, ne suffit pas.

    Mais patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ! D’ailleurs, j’apprécie votre capacité à ne pas vous laisser perturber par vos enfants (charmants par ailleurs) pendant vos vidéos, c’est un apprentissage aussi pour moi !

    À bientôt !

    • Merci Adélaïde. Le fait qu’ils retiennent l’anecdote plutôt que la règle : si vous voyez que l’enfant ne sort pas de l’anecdote: raconter le même principe avec une autre histoire. Expliquer le principe.
      Pour application en rédaction: demander qu’il fasse plusieurs exemples.
      Amusante cette phrase en ail !
      Oui, réciter à haute voix est bien meilleur qu’à voix basse.
      Bravo, les choses apparemment avancent bien pour vous !

      • J’ai aussi utilisé l’astuce de la phrase pour faire mémoriser à mon garçon les exceptions des pluriels et si je pouvais je créais un dessin qui illustrait la phrase. Cela aide vraiment à retenir et en plus c’est amusant. Parfois je demande à mon garçon de créer lui-même la phrase ou alors nous en créons plusieurs et la mémorisation devient ludique puisqu’en formulant chaque phrase finalement nous répétons les exceptions…
        Quant aux tables de multiplications qui n’étaient toujours pas sues à la fin du primaire, depuis que nous faisons l’école la maison, nous nous y attelons chaque jour et ne mémorisons la table suivante que si les précédentes sont sues sur le bout des doigts. Nous utilisons un jeu de cartes double-face (une désigne le calcul, l’autre donne le résultat). A cela, j’ai ajouté des astuces (par exemple, la table du 4 c’est le double du double). En 6 semaines, il connait ses tables de 1 à 5 par coeur (alors qu’il n’y était jamais parvenu de toute sa primaire). Et, en plus, il a hâte d’apprendre la suite alors qu’auparavant c’était la croix et la bannière, je n’en reviens pas (et lui non plus d’ailleurs !)
        Je vous rejoins aussi Adélaïde sur le côté fastidieux d’apprendre à nos enfants à apprendre…
        Mon garçon aussi a besoin de formuler à voix haute quand il doit apprendre par coeur (même si en première intention, il refuse de le faire) mais aussi quand il réalise d’autres activités (calcul réfléchi, constructions géométriques…).
        Merci Rémy et Cécile pour cet article qui m’aide à persévérer dans ce que je demande à mon fils.

  • Bonjour et merci; personnellement j’écris pour mémoriser soit les phrases entières soit des mots clés. Parfois j’écoute en boucle (surtout pour les langues étrangère).

  • Merci pour ces démarches. J’ai un soucis avec mon ainée, 7 ans, qui n’arrive pas à apprendre par cœur. Nous suivons les CPC (CX1) et ca pose problème pour les leçons d’Hist/Géo et de sciences. Nous avons essayé d’écrire, de lire à haute voix puis de répéter sans regarder, d’ajouter une phrase supp, de chanter, de mettre du rythme. Mais elle n’y arrive pas….Elle réussi à saisir le sens global du cours, comprend l’enchainement des évènements mais ne retient pas les mots techniques.
    Même si vous n’aimez pas cataloguer les enfants à haut potentiels, ma fille est confrontée à cette difficulté.

    • Elle y arrivera. Mais que cela se fasse très progressivement. Elle n’arrive pas à mémoriser 5 phrases ? Exigez 3 phrases. Visez un peu en dessous de sa capacité.
      Jeu: dites un mot, elle le répète et en ajoute un, vous redites les deux puis en ajoutez un, elle répète la série et en ajoute un etc. Excellent pour la mémoire.

    • Marie,
      Avez-vous essayé de la faire jouer à la maîtresse. Je vous explique, avec mon fils du même âge, je jouais à la maîtresse à tour de rôle dans sa chambre où j’ai fixé au mur un grand tableau effaçable et sur son lit il a décidé de mettre différent nounours à qui il a donné chacun un nom rigolo (ce sont ses élèves) j’étais l’élève de plus. Bien sûr, lorsqu’il interrogeait les nounours, c’est moi qui répondait mais avec des voix différentes. Je m’amusais terriblement, et lui se prenait au jeu. C’était hilarant ! En inversant les rôles cela peut très bien être amusant et faciliter la mémorisation, avec mon fils cela fonctionne. Car, il n’aime pas lorsque c’est rébarbatif. Faites lui lire ce qu’elle doit apprendre, c’est très important, même si elle ne lit pas bien, ce n’est pas grave, vous l’aiderez à lire. Cela l’aidera aussi à prendre confiance en elle et ce sera un plus pour la mémorisation. Un autre exemple, en ce moment nous apprenons les fables de la Fontaine : le corbeau et le renard ; et bien nous jouons la scène. Au départ, il lit, ensuite, je lis la partie à apprendre en mettant le ton avec la première phrase, ensuite il l’a répète, on fait pareil avec la deuxième et puis la troisième. Ensuite, cette même partie, on la joue tout en répétant les phrases apprises, il se sert d’objet de son imagination . Si elle se trompe ce n’est pas grave, car le lendemain ou un autre jour de la semaine. Vous pourrez rejouer la scène, elle s’en amusera si bien qu’elle apprendra sans même s’en rendre compte. Et vous en rirez toutes les deux. Si vous êtes stressé et je vous le dis en connaissance de cause. Elle n’aura pas envie d’apprendre, elle vous fera la guerre. Mais en le faisant sous forme de jeux, cela va vous détendre même si vous êtes fatiguer et l’apprentissage faciliter. Méfiez-vous! Elle risque de vous surprendre. ne l’a sous-estimé pas, ayez confiance en elle. Les enfants cachent bien souvent leur jeu. Je ne vous dis pas qu’elle simule, mais le jeu peut débloquer bien des situations. Gardez confiance en vous et en elle.

  • bonjour à tous !

    chouette vidéo ! des articles toujours aussi intéressants. Il nous arrive parfois, d’alterner avec le tonton, pour l’explication des cours, et des exercices, du coup, ils sont plus attentifs et apprécient.

  • Bonsoir,
    Marie1802,j’ avais le même problème que vous. Mom fils de 7 ans suit les cours de (CX1), n’aimait pas apprendre les résumés par ceour. Pourtant il n ‘a pas de difficulté d’ apprentissage, mais il me disait <>. Grâce aux bons conseils de Rémy par Skype, que je remercie beaucoup, j’ai pu convaincre mon fils de l importance de l’apprentissage par Coeur. En répétant le résumé à haute voie avec lui, il l’a retenu en moins de 5 min.

  • Super article
    Ma fille a également beaucoup de mal a apprendre par cœur …je vais essayer vis méthode!!!
    Merci encore

  • Ma fille a trouvé un petit truc pour retenir la bonne orthographe de ses mots de dictée c’est de faire un dessin et d’y incruster ses mots…ça l’aide beaucoup.

  • Merci pour cet article. J’ai apprécié la technique du par cœur au théâtre. J’attache aussi beaucoup d’importance sur la mise en scène (gestuelle, mimique) ; c’est un aide précieuse pour apprendre toute chose avec efficacité en s’amusant ! Nous projetons d’ailleurs de monter la pièce du Chat botté l’année prochaine…avec un spectacle à la clé !

    • Excellente initiative, le spectacle, c’est souvent un souvenir extraordinaire pour les enfants.

  • Gracias pour cette vidéo Rémy et Cécile et les enfants.

    Merci pour la technique du par-cœur, je vais l’appliquer le plus tôt avec mon fils.

    Pour la prochaine année scolaire, je devrais faire le tri dans les cpc.

    Mais au fait, j’aimerai m’informer sur les Cours (CX1) mais je n’ai toujours pas de retour de chez eux. Peut-être pourriez-vous me renseigner?

    Mon fils fait la GSM en ce moment (CNED, pas génial!) et pour la rentrée prochaine CP, je souhaite prendre autre chose, par exemple les Cours (CX1). Devrais-je prendre le cours complet? Je pose la question parce que selon un témoignage de quelqu’un qui a 24 ans d’ief à son actif, c’est pas conseillé.
    L’avez-vous déjà fait pour un niveau CP? Quelles sont les matières proposées? Sont-ce les mêmes qu’au CNED?

    Si je dois faire le tri, le nettoyage, moi qui n’ai pas 1 an d’ief encore, je me vois mal faire cela, ne sachant pas trop exactement quels savoirs mettre de côté. Je crains trop de me débarrasser de ce qui peut être ou est utile à mon enfant.

    • Bonjour Rata, le cours (…) est d’excellente qualité et vous n’aurez aucun mal à faire le tri, sachant que ce que dit cette personne n’est pas forcément pertinent, nous disons qu’au lieu d’écarter une matière, nous faisons moins d’écrit si nécessaire, mais nous gardons l’ensemble, ce sont des âges où tout est nécessaire, on n’en est pas encore au collège.

  • Je ne suis pas très douée et je n arrive plus à accéder à la partie des abonnés. P our ce qui est de l apprentissage , j ai toujours été éblouie par mes enfants en primaire :ils lisent 3x la leçon tout haut et sont capable de la réciter .en revanche , Septime a du mal à résumer . Mais c’est un autre exercice. La difficulté c’est d écrire .ils sont tous allergiques au crayon.

  • Bonjour,
    Après que mon fils, âgé de 6 ans, ait effectué une seule et unique semaine d’école publique (CP) éprouvante, j’ai pris la décision de l’instruire à la maison. Cette nouvelle expérience se déroule relativement bien mais j’ai remarqué que mon fils “décrochait” très vite. En effet, il parvient à se concentrer et à se montrer attentif une vingtaine de minutes puis il se met à bouger en tous sens et à émettre des bruits. Je fais alors comme je peux pour obtenir à nouveau son attention mais une fois que celle-ci est partie, c’est peine perdue. Si nous étudions une lettre, il n’arrive subitement plus à reconnaître ou à nommer ladite lettre et c’est pareil pour les chiffres. Alors je “bascule” sur une matière plus “décontractante” pour lui comme la découverte du monde qu’il apprécie beaucoup, les arts ou alors je lui lis un texte par rapport auquel nous faisons une étude (questions relatives au texte, explication de mots, etc). Je sais que les enfants possède une faculté de concentration limitée mais ce qui m’inquiète un peu c’est que j’ai l’impression qu’il ne retient pas ce que je lui enseigne. A titre d’exemple, mardi nous avons étudié la lettre (i). Jeudi, nous sommes revenus sur cette lettre mais il ne la reconnaissait pas, me disant que c’était un (e). L’école à la maison ne fait que commencer et je sais que je dois me montrer patiente mais le fait qu’il décroche aussi vite et qu’il donne l’impression de ne rien se souvenir me stresse un chouïa.
    Si vous avez des “trucs” en stock, je suis preneuse.
    Merci à vous deux.

    • Bonjour Isabelle,
      tout d’abord, “Jeudi, nous sommes revenus sur cette lettre mais il ne la reconnaissait pas, me disant que c’était un (e)” est un très bon exemple: c’est archi-normal. D’abord, il commence tout juste à faire de la mémorisation “cognitive” et non seulement “sensorielle” (toute mémoire passe par le cerveau mais vous voyez ce que nous voulons dire). Ensuite, il a besoin de savoir que vous ne lui en voudrez pas de ne pas savoir et donc, il s’agit là pour lui d’organiser l’oubli, car il importe que vous n’en soyez pas chagrinée: c’est évidemment inconscient mais si vous l’aimez pour sa performance, il se sent évidemment diminué. Le moteur n’est donc pas là. Il a plutôt intérêt à rester le petit garçon dorloté.
      De là, la logique vous dira: il s’agit qu’il ait envie, et pour ce faire, vous allez introduire peu à peu du jeu, du mystère, du défi, et enfin du challenge. Nous le verrons. Pour le jeu, vous pouvez très bien vous amuser à faire le plus de fautes possibles: vous parier qu’il fera tant de fautes et à chaque fois qu’il se trompe, vous gagnez, chouette, un point ! A voir bien sûr avec le discernement nécessaire. Mais il y a plein de moyens, ainsi, d’inverser la demande unilatérale.
      Nous verrons tout ça mais pour l”instant, dédramatisez, soyez très relax. C’est déjà bien qu’il soit sur le stade et fasse des petites foulées d’échauffement.
      Si nous avons des trucs ? Des tas, vous le verrez ! Oubliez vos exigences momentanément, jusqu’à ce qu’il ait abordé ce que nous verrons ensemble sur la performance et le challenge. Vous avez le temps pour ça. Chose première, donc : changez de posture, de jeu, d’attente. Changez l’enjeu. Regardez, en attendant la suite, le web-séminaire où nous en parlons, il est plein de petits trucs qui vous aideront. Vous le trouvez en cliquant dans le menu sur 1001 vidéos, c’est un lien.

      • Bonjour Cécile et Rémy,

        Loin de moi l’idée d’en vouloir à mon fils de ne pas savoir, je m’interroge seulement sur le processus d’apprentissage notamment sur le plan cognitif. J’essaie de lui « faire apprendre » sans lui mettre la pression car je n’ai jamais cultivé le culte de la performance. La seule chose que j’ai toujours demandé et que je demande encore à mes enfants est de faire de leur mieux, mon unique exigence demeurant dans la régularité. Mais vous avez raison, je dois me montrer plus relax car j’ai compris que les nombreuses questions que je me posais n’étaient que la traduction de l’angoisse qui m’animait; l’angoisse de revivre ce que j’ai vécu lors de l’instruction en famille de mon fils aîné après qu’il ait souffert d’une phobie scolaire considérée comme sévère (d’après notre médecin de l’époque, mon fils flirtait avec la dépression de l’enfant). L’école à la maison aurait pu être une très belle expérience mais les « acteurs » de l’éducation nationale se sont donnés du mal pour la gâcher via un harcèlement épistolaire (je recevais des lettres du directeur de l’Inspection Académique dans lesquelles il m’écrivait « qu’il était seul juge », que « de lui seul relevait la décision de », « que je devais emmener mon fils consulter un psychologue scolaire », etc) et téléphonique (je recevais des appels d’une infirmière scolaire sortie de je ne sais où qui me poussait à rescolariser mon fils dans le public), sans oublier les contrôles abusifs de l’Inspection Académique visant à l’intimidation à tel point que j’ai volontairement abrégé le troisième contrôle car les contrôleurs avaient été si loin que mon fils s’était mis à pleurer. Résultat: signalement auprès du Procureur pour « entrave au bon déroulement d’un contrôle » qui a donné lieu à une enquête sociale poussée diligentée par le Conseil Général. Lors de l’instruction en famille de mon fils aîné, l’Inspection Académique nous en a fait voir de toutes les couleurs et j’ai du faire face seule car le père de mon fils, aujourd’hui décédé, ne me soutenait absolument pas. J’ai tenu bon et je ne le regrette pas car aujourd’hui mon fils a créé sa propre activité mais j’avoue avoir réellement galéré. Je sais que ce que j’ai écris plus haut n’a pas sa place sous cet article mais c’est juste pour expliquer le pourquoi de tant de questions relatives à l’instruction en famille de mon second fils. Je veux tellement que ça se passe bien afin de ne pas revivre tout cela… Quoi qu’il en soit je vous remercie d’être là car l’on se sent moins seul, croyez-moi.

        • Vous avez été très courageuse. Nous vous disons tout de suite qu’étant à présent avec nous, vos ennuis vont s’évaporer comme par magie. Il vous suffira de faire savoir que vous appartenez à notre association pour qu’ils se calment et se rabattent sur une autre famille (de préférence une mère seule).
          Mais rajoutons une couche: cette correspondance n’aurait pas dû déteindre directement sur votre fils car il aurait dû l’ignorer. Nous en reparlerons. Pour l’heure, sachons ne pas tout dire à l’enfant.
          Mais, il est vrai, c’est facile à dire quand on n’est pas dans cette situation de véritable harcèlement et de contradiction avec son conjoint. Bravo, vous avez été très forte. Digne, certainement, de la lignée de femmes qui vous précèdent.
          Vous pourriez crever l’abcès de ce mauvais souvenir en envoyant une missive à ces fonctionnaires, avec copie au Défenseur des Droits et à la Commission européenne des Droits de l’Homme, relevant les informations fausses qu’on vous a dites et les infractions à la loi, la tentative d’abus d’autorité et l’abus de faiblesse en particulier. Vous pourriez aussi, éventuellement, évoquer des poursuites judiciaires car appeler plus de deux fois contre le gré de quelqu’un est sanctionné par la loi. Nous indiquons sur le site plusieurs sites experts en défense des usagers face aux administrations.
          Ces faits étant assez caractéristiques, nous autoriserez-vous à vous citer partiellement et anonymement, Isabelle ?

  • Il y a dans les émissions “c’est pas sorcier” un sujet sur le fonctionnement de la mémoire, cela rejoint ce que dit Rémy dans cette vidéo, pour l’ancrage d’un savoir : que plus on se répète l’information à mémoriser plus le chemin se creuse, pour cela Jamy le présentateur utilise un petit véhicule qui roule dans le sable. Au premier passage cela laisse une trace légère, puis au fur et à mesure que le véhicule passe et repasse l’empreinte est de plus en plus profonde. Il explique aussi le lien que le cerveau crée entre l’écriture/le son/le dessin par exemple pour le mot bâteau ⛵ … Et même parfois une odeur quand il s’agit d’un souvenir. Ainsi que la différence entre mémoire à court terme “mémoire flash” pour un numéro de téléphone que l’on doit composer, et mémoire à long terme pour les savoirs à vie. Cela est intéressant pour un enfant de connaître comment son cerveau fonctionne, pour mieux l’utiliser. Depuis que mes enfants ont vu cette émission, ils ne rechignent plus (oui ça leurs arrivés) à apprendre par cœur, ils sont contents de voir qu’ils y arrivent très bien. “Maintenant je connais bien les tables de 2,5 et 10. Je vais ajouter celle de 3” a dit mon fils, “Demandes-moi la table de 8 ?” la table avec laquelle ma fille avait le plus de “difficulté”.

  • En effet, il s’agit d’excellents conseils, en ce qui me concerne à l’époque où j’étais étudiante, je ne supportais pas d’apprendre de manière rébarbative. Alors, je me préparais des fiches sur lesquelles, je faisais un résumé des cours, comme beaucoup d’étudiants et lorsque je me trouvais chez moi ou à l’extérieur (Bus, salle d’attente, lieux publics ou bien dans une voiture…) Je ne cessais de relire mes fiches. Si bien que, sans m’en rendre compte tout au long de l’année, j’avais ingurgité l’essentiel de ce que je devais retenir. Je préparais des questions sur chaque cours et j’y répondais. Et pour être sûr que mes cours étaient mémorisés et maîtrisés. Je jouais le rôle du professeur expliquant le cours à ses élèves, ainsi, j’étais sûr que mes leçons étaient apprises mais surtout comprises. Je m’en amusais tellement que cela devint une habitude jusqu’à mes examens. Que je réussis bien sûr ! Après tant d’effort ce fut bien normal.

  • Selon les Védas (les connaissances et sagesses anciennes hindou) le moment le plus propice à l’apprentissage c’ est le matin… 😉

    Merci encore Rémy pour vos truc et astuces! Vos avez beaucoup de patience avec vos enfants si adorables! ))

  • Merci pour cette vidéo.
    J’apprends certaines choses à Matyld , en utilisant le chant, le théatre, les déguisements en histoire et les petites mimiques rigolotes. Je m’adapte parfois , le côté très sérieux, carré la rassure.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >