Élever le niveau


Nous avons abordé cette question dans un article précédent au sujet des tests à faire ou pas sur l'enfant. Élever le niveau est un enjeu.

Cela recoupe et se résout avec un autre problème: Comment faire en sorte que l'enfant ne perde pas la flamme avec les années ?

Et même avant cela, l'enfant s'énerve, il est agité, il ne tient pas en place, il désobéit, il est ailleurs, il ne vous semble pas concentré (il l'est mais ailleurs en fait, nous l'avons vu), comment faire pour que ça change ?

L'une des solutions, c'est d'élever le niveau. L'enfant recherche l'émerveillement.

Que veut dire élever le niveau ? L'enfant supporte très mal d'être "plaqué au sol" à des tâches domestiques, matérielles, prosaïques. Celles-ci seront d'autant mieux faites par l'enfant qu'il n'y aura pas que ça dans sa vie.

Comment faire alors ? Élever le niveau. C'est-à-dire permettre à son cerveau (qui est le régulateur en chef) de se déployer "vers le haut".

On va donc développer l'intelligence métaphysique de l'enfant, élever le niveau. Ce que nous vous disons là, ça vaut de l'or. C'est l'avenir, c'est là que ça va se passer.

Pourquoi ? Parce qu'on voit bien que la chute, la décadence des sociétés modernes devra s'arrêter un jour et que la seule solution sera de redonner une dimension supérieure aux individus. Il ne s'agira pas seulement d'idées puisque les idées ne contentent pas le cœur et l'esprit, mais de dimensions supérieures aux simples opinions: des dimensions où se déploient des questions fondamentales, des questions existentielles.

Parenthèse: vous voyez que nous parlons ici d'idées "fondamentales", ce qui fait penser à des fondations, ce qui est en-dessous, après avoir évoqué des questions supérieures, métaphysiques, qui semblent dans les hautes sphères. C'est notre cerveau qui est ainsi fait. Ce qui est supérieur s'écroule sans fondations. Donc, l'enfant ne peut enraciner son développement supérieur que s'il y a du "fondamental". Fin de la parenthèse, c'est un sujet à part entière.vol-22-no-3-Fdoyon Elever le niveau

L'enfant sera équilibré lorsqu'il y aura une solide charpente en lui: des fondations, une construction métaphysique valide et une poussée vers le haut, vers l'inconnu. Appelons ça la cathédrale intérieure.

Comment on fait pour développer cela ?

Comme tout, l'âme métaphysique peut se développer. Si vous la sollicitez, l'enfant grandira beaucoup plus vite et trouvera sa voie. Si vous la brimez, il sera trop en quête et finalement se dégoûtera, il renoncera et rentrera dans le comportement général, il rejoindra les troupes de la passivité.

Il faut donc nourrir. Mais sans gaver. S'il est gavé, s'il n'y a plus de questions, tout s'arrête.

Donnez donc des pistes mais pas des réponses définitives là où en réalité vous n'en avez pas.

Comment faire en pratique ?

L'enfant est fait pour comprendre, rechercher la source de toute chose. Pour l'y aider concrètement, (...) la suite est réservée aux membres accompagnés, pour activer votre accès membre, passez par ici. Déjà membre accompagné ? Connectez-vous dans le menu du site (en cas de souci, voir la FAQ).  

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • AnneJulie Yonnet dit :

    “on trouve cela dans les ouvrages d’autrefois, écrits par des esprits formés de manière vaste et non spécifique.”, comme, par exemple …. ?
    merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Anne-Julie, en forme ? Eh bien, presque tous les grands auteurs d’avant 1950. Ils ont été formés à l’école de Bossuet et de Pascal selon qui mieux savoir peu de choses de beaucoup plutôt que beaucoup d’une seule. Je parle là des livres pour les parents. Pour ce qui est des enfants, les contes anciens contiennent des métaphores, de même que ceux de Max Montgomery d’ailleurs…

  • cynthia josephine-francois dit :

    J’ai la chance d’avoir un pti garcon tres curieux il me pose parfois des questions qui me laissent pantois!! Mais avec lui nous cherchons des explications.. Comme une fois il caressait la peau toute fripee du bras de son arriere grand mere.. Et il m’a demander pourquoi sa peau etait ainsi je lui ai repondu en bonne pragmatique que c’etait le processus de vieillissement qui voulait sa que la peau n’a plus autant d’elasticite ou d’eau lorsque l’on vieillit .. Satisfait il continua d’eplucher les carottes puis d’un coup il me dit :” en fait on est comme des fleurs on est droit, beau en bonne sante et puis ensuite on se ratatine, on se ride on devient marron et on perd ses feuilles et on meurt.. “Je n’avais jamais imaginer faire le parallele entre le corps humain et les plantes. Depuis je tente avec lui de voir ce qui dans la nature pourrait nous aider a repondre a ses multiples questions.. Et cela m’aide aussi a grandir et a voir le monde avec d’autres yeux ..
    Je ne sais pas si c’est que vous voulez dire par metaphysique mais en tout cas c’est comme cela que je le comprend.

    • Rémy et Cécile dit :

      🙂 C’est exactement ça: faire des ponts avec autre chose, et donc comprendre des mécanismes secrets au-delà des apparences, dans la physique supérieure et cachée, la métaphysique.

  • Sonia Caussinus dit :

    Comment faire en pratique ? A première vue vos conseils sont simples, et garantissent l’intérêt de l’enfant, chassent l’ennui, éveillent la curiosité… Dans la vie de tous les jours cela nécessite un grand recul, une vision large, un certain détachement… On peut essayer ça vers vingt ans, ne pas désespérer, continuer à trente on y arrive un peu, à quarante ans on y est presque ! Après cinquante ans plus de problèmes, on peut fonctionner ainsi naturellement à condition d’avoir évité de s’abrutir par des tas de moyens mis gentiment à notre portée.
    (Je viens de retrouver mon mot de passe, mille excuses pour le dérangement!)

    • Rémy et Cécile dit :

      En effet, nous vous pensions en vacances prolongée Sonia. Est-ce que ce que nous vous disons ici ne vous paraît pas assez clair ?

  • Sonia Caussinus dit :

    Hélas ! Vos précieux conseils risquent surtout de toucher ceux qui les appliquent déjà, plus ou moins. En cela vous pouvez les encourager à les pratiquer davantage c’est sûr. Il n’est pas question ici d’intelligence mais de tournure d’esprit et de goût pour l’éveil des enfants. Je connais des personnes adorables, mais tellement terre à terre, qu’un moindre courant d’air les refroidit. L’âge permet pas mal de recul. Cynthia dans son commentaire parle de grandir et voir le monde avec d’autres yeux. Le temps va l’aider, je suis d’accord avec elle. Mais peut-être que je m’explique encore tout de traviole, est-ce que je n’aurais pas compris votre texte en effet?

  • Nous sommes formater et emprisonner (encaisser) :l école ,le travail, la voiture,la maison….,les enfants sont libres et deviennent nos guides si nous les écoutons. Il suffit juste de les écouter et nos consciences se réveillent à l amour et la liberté .notre rôle est de les protéger eux de nous éveiller,sans oublier la nature qui est notre nourriture spirituelle et physique

    • Delphine dit :

      Il est vrai que nos enfants nous rappellent souvent les choses essentielles de la vie tandis que nous avons parfois tendance à nous noyer dans le quotidien de la vie. Il ne faut pas perdre de vue les vraies valeurs que sont l’amour et la liberté. Passer plus de temps à se consacrer à nos enfants, à nos proches sans se laisser submerger par les futilités.

  • sandrine dit :

    Encore un des nombreux avantages que nous avons là. Prendre le temps de se poser des questions, sur un sujet quelconque, pour aller plus loin et plus haut. Peut importe qu’on ait des réponses ou non, c’est l’émerveillement !

    Et depuis qu’ils ont leur Histoire du Soir, les occasions se sont multipliés. Que de belles émotions, ils en apprennent beaucoup c’est comme s’ils y étaient : “Alors attends, une coudée c’est environ 50cm… Donc 3×50=150… 1m50 de profondeur, ça fait à peu près ça maman (accompagné du geste) !”
    Ils aiment et en redemande, moi aussi évidemment !

    • cecileetremy dit :

      L’étonnante soif du cerveau !

  • Melina DHAINAUT dit :

    Très bon article comme toujours merci.
    Ma fille aime découvrir , manipuler. J’essaie de faire dans son sens . J’étais pareil mais je n’ai pas eu cette chance.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >