Ecole à la maison en Allemagne: pas illégale !


L'Allemagne est dans la caricature. C'est le cas d'école, celui de la contradiction entre le groupe de lois Constitution-Droits de l'Homme-Traités sur les Droits d'Enfance... et l'administration qui les viole au quotidien.

Un cas qui tend à se généraliser dans l'ensemble OTAN où la dictature (comme les gens l'appellent) progresse dangereusement.

L'Allemagne a adopté, en 1918, des lois anti école à la maison, jugeant que ce qui échappait à l'Etat était dangereux. Ces lois inspirées de la période révolutionnaire spartakiste (communiste), qui tenta de renverser le pouvoir, sont toujours en application. On retrouve ce type de vues dans tous les pays socialistes en général et dans les pays à forte volonté centralisatrice et bureaucratique.

L'ennui, c'est qu'elle est encore en vigueur. Et qu'entretemps, l'Allemagne a signé une quantité de traités et textes qui abolissent cette loi de facto.

En fait, on le verra dans la vidéo plus bas que Rémy a faite, l'école à la maison est légale en Allemagne, même si certaines administrations osent refuser cette liberté.

 Un certain point de vue

L’éducation ne doit pas relever des parents, selon un point de vue normatif social. Ce point de vue est celui où l'éducation est aux mains de l’État. Ne nous en cachons pas, c'est celui de la France et de plus en plus de pays: les libertés reculent au profit de la dictature globale, pour dire les choses sans tourner autour du pot-au-feu.

Cependant, la mainmise n'a jamais été totale en république française. Des tentatives eurent lieu à la fin du XIXème siècle avec l'interdiction des congrégations religieuses et les fermetures dans la violence des écoles indépendantes, au début du XXème et ensuite en 1981. Mais la résistance massive ou ponctuelle, notamment des députés, à l'époque où il y avait encore un semblant d'opposition, a reculé le moment où l'extrémisme totalitaire s'installerait. En France donc, ce n'est pas totalement fait.

En Allemagne, la situation est paradoxale et moins systématique. L'Allemand est plus "carré" mais moins adonné à l'esprit de système. Ainsi, il y a tolérance dans de nombreux cas et nous avons pas mal de familles qui n'ont aucun problème en Allemagne. Elles ne font pas de bruit et se fondent dans le moule pour... échapper au moule, et ça marche. D'autres sont dénoncés ou font du bruit et ça se passe mal. Telle la famille Wunderlich, que vous pouvez défendre et suivre ici.

Modeler les esprits

Le plus extraordinaire, c'est que pendant que ces Etats violent la loi de plus ou plus, ils prétendent régenter les existences et dire ce qui est moral ou pas. Les mêmes qui sont hors-la-loi font la leçon.

Ce projet de modeler les esprits est propre à tous les systèmes totalitaires dans lesquels l’enfant appartient à l’État avant d’être - éventuellement, et le moins possible - sous la protection et la responsabilité de sa famille. En France, les parents sont démunis face aux politiques scolaires, impératives, on le voit avec l'abominable « théorie du genre » qui affirme qu'un garçon peut devenir fille et inversement, moyennant charcutage chirurgical (et dépressions nerveuses à répétition, naturellement; et souvent même suicide. La nature est impitoyable).

La politique de contrôle de l'enfance en Europe passe par plusieurs armes successives. D'abord, l'école. Ensuite, les programmes scolaires. Puis, les programmes télé. Puis, la sexualité, qui n'avait pas droit de cité dans les écoles il y a encore peu. Et enfin, sommet de la flétrissure de l'institution, l'inversion de la sexualité (être autrefois appelé "inverti" était la dernière des insultes). Désormais, non seulement il faut du sexe à l'école, non seulement il faut que ce soit du sexe contraire à l'ordre naturel mais en plus il faut que cela touche les tout-petits. Dès 3 ans, on y passe: ateliers sexuels, masturbation, homosexualité, trans, LGBTP et bientôt même bien pire...

On notera, ironie de l'Histoire, que la sexualité avait été éloignée des écoles par le gouvernement du Maréchal Pétain, qui avait promulgué une loi encore en vigueur interdisant les magasins faisant commerce d'objets à caractère pornographique à moins de 200 mètres, ce que la loi de 1987 avait renouvelé et qui est désormais dans le collimateur des mêmes lobbies que ceux qui préconisent la sexualité à l'école, l'enseignement de l'homosexualité. On en est même arrivé au visionnage de films à caractère pornographique dans certaines classes françaises ! On en vient à regretter amèrement la Seconde guerre...

Il appartient aux parents de dire la vérité à leurs enfants, de leur exposer une vision de la beauté humaine, loin de ces embrigadements hautement destructeurs,  subversifs et consuméristes. Car il s'agit bien de vassaliser l'individu à ses passions, aisément contrôlables. Le but des lobbies, qui sont financés par la finance subversive mondialiste (exemple frappant des Femens, qui ont inventé le slogan anthroposexuel; à quand l'accouplement public politique ?), le but donc de ces lobbies n'est pas la liberté dont ils se réclament, puisque la liberté doit permettre aux individus de refuser leurs thèses, ce qu'ils n'admettent pas (on le voit au recours de la violence qu'ils exercent), c'est bien plutôt la destruction d'un vieux socle de civilisation.

Cette destruction, comme la précédente, programmée, de la Seconde guerre mondiale, est voulue. Ne soyons pas naïfs à ce sujet.

Ce sont les démocraties qui prônent le libéralisme sexuel.

Bref, certains parents font de plus en plus souvent le choix de l’école à la maison, en rappelant que si l’instruction est obligatoire l’école ne l’est pas. Enfin pour l’instant …

Nul n'est censé échapper à "l’éducation d’État"

En Allemagne, ceux qui ne scolarisent pas leur enfants sont souvent considérés comme des délinquants, tout simplement. Ou ignorés. Ou, parfois, tolérés.

M. Peillon disait qu'il entendait "arracher l'enfant" à la famille et développer le placement à l'école de plus en plus jeune, dès deux ans même. En France on est déjà à 3 ans...

La famille Wunderlich n’adhère pas à un tel principe, elle entend fourbir l'enseignement qui lui convient. Elle va faire face à la répression allemande.

Le juge prône la force

Cette famille, à qui aucun mauvais traitement ne pouvait être reproché, va voir un matin à 8 heures ses 4 enfants enlevés à leur propre domicile après que les forces de police aient défoncé leur porte avec un bélier.

Cette intervention violente résulte de l’ordre du juge Koenig du tribunal de la famille de Darmstadt, sur la demande de... travailleurs sociaux qui ont tenu à assister à l’agression. Travailleurs qui avaient donc agi en parfaits délateurs. Comme à la belle époque.

Il faut dire que ce genre de fonctionnement existe un peu partout, c'est celui des CMPP.

Le caractère brutal de l’intervention était volontaire et le juge Koenig avait autorisé le recours à la force même contre les enfants puisque, dit-il sans barguigner, « aucune coopération ne peut être attendue ni des parents ni des enfants ». Précisons donc que le juge de la famille ne voyait donc pas d’inconvénient à ce que la violence d’État soit déployée contre des enfants âgés de 7 à 14 ans !

La famille Wunderlich, avec Michael Farris de la HSLDA répression allemande
La famille Wunderlich, avec Michael Farris de la HSLDA

Dirk et Petra, les parents, se sont vus arracher leurs enfants, les services d’intervention débarquant à 20 personnes. On précise aux parents "qu’ils ne reverraient pas leurs enfants de sitôt."

Ce n’était pas le premier coup de semonce des sévices sociaux allemands contre cette famille. Déjà condamnée à de lourdes amendes pour exercice illégal de l'école à la maison, la famille Wuncherlich avait pensé pouvoir se réfugier en … France.

Mauvais choix, des travailleurs sociaux français accompagnés de policiers vinrent leur rendre une visite à l’improviste pour leur annoncer avoir été avertis par les autorités allemandes de ce que les enfants étaient en grand danger et qu’ils devaient les leur enlever !

L’avocat français des Wunderlich a permis d’obtenir le retour des enfants. Echaudée, la famille décida de retourner en Allemagne. Leurs passeports fut alors immédiatement saisis pour empêcher toute nouvelle « fuite ». La répression allemande se remettait en marche.

Face à cette exaction délibérée, la famille Wunderlich peut compter sur tout le soutien de la Home School Legal Defense Association (HSLDA), puissante association  de défense légale de l’école à la maison qui s’engage dans le monde pour défendre une prérogative inaliénable.

Cependant, il est à noter que la Cour européenne - contrairement à ce que tout le monde raconte - n'a jamais condamné l'école à la maison.

Michael Farris, fondateur de la HSLDA, met en évidence l’illégalité de l’agression étatique au regard de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et précise qu’il n’y a pas que la Constitution des États-Unis qui défende le droit des parents d’éduquer leurs enfants comme ils le décident. En effet, même si l’Allemagne n’a pas abrogé sa loi, elle est signataire de traités internationaux, dont la Convention de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales, qui permettent aux parents d’éduquer leurs enfants en dehors des écoles d’État.

L’affaire de la famille Wunderlich est semblable à l’affaire Romeike. Pour les mêmes raisons un juge de l’immigration américain a accordé l’asile à cette famille avant que l’administration Obama ne fasse appel dans le but de renvoyer les Romeike en Allemagne. La Cour Suprême des USA doit trancher sur ce cas.

L’ensemble des informations a été fourni par la HSLDA qui a décidé de faire la plus grande publicité sur cette affaire et qui a pu rencontrer la famille Wunderlich dans son combat. Voila qui prouve que face aux exactions des travailleurs sociaux une mobilisation internationale est un moyen de faire connaître la vérité sans se faire museler.

Venons-en maintenant au fond: l'école à la maison n'est pas illégale en Allemagne !

Un juriste nous objecte:

Je vous copie également le paragraphe 42 de la décidion Wunderlich du 10 janvier 2019 qui me semble tout même démontrer la position de la CEDH de manière claire. Cette affirmation est peut-être fausse mais c’est quand même ce que dit la Cour :

 

  1. At the outset, and having regard to the submissions of the parties and third parties, the Court finds it necessary to clarify the scope of the application. The Court notes that the application concerns the compatibility of a temporary and partial withdrawal of parental authority and the enforcement of this decision with Article 8 of the Convention. While the prohibition of home-schooling in Germany is an underlying issue of this complaint, the Court observes that it has already decided upon the compatibility of this prohibition with the Convention – in particular Article 8 and Article 2 of Protocol No. 1 - before (see, for example, Konrad and Others v. Germany(dec.), no. 35504/03, 11 September 2006; Dojan and Others v. Germany (dec.), nos. 319/082455/087908/108152/10 and 8155/10, 13 September 2011; and Leuffen v. Germany, no. 19844/92, Commission decision of 9 July 1992) and that the respective part of the application has already been declared inadmissible (see paragraph 4 above).

Notre réponse:

Attention ! La Cour parle ici des cas par exemple où la famille serait parfaitement indigne, ou incapable, ces cas sont prévus, c'est le cas aussi en France. C'est la même législation. Un Etat peut interdire à des personnes, moyennant jugement, le droit d'instruire ses propres enfants, au regard d'une incapacité manifeste. Mais ceci ne constitue nullement une interdiction de faire l'école à la maison

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

La vidéo à voir avant tout ↓

s2Member®