Combien de temps un enseignant consacre-t-il à mon enfant ?


Combien de temps un enseignant consacre à mon enfant ? Allons-y, faisons le décompte: il y a entre 15 et 30 élèves dans la classe de votre enfant.
En moyenne, un instituteur passe un quart de son temps à faire de la discipline, et la moitié du temps restant à faire un cours magistral.

Mais supposons une classe de 20 élèves et que l'enseignant consacre tout son temps aux élèves. Sachant qu'il y a 162 jours scolarisés et 6 heures moyennes de cours par jour,  162 x 6 = 972 heures.

S'il y a 20 élèves, cela fait48,6 heures par élève. Théoriquement.

Et durant quel temps, tout simplement, un enseignant fait-il réellement cours ?

combien de temps un enseignant consacre à mon enfant ? Le calcul est rapide à faire. https://l-ecole-a-la-maison.comSi l'enseignant est excellent et a la chance d'avoir une classe d'enfants sages (sic), qu'il consacre la moitié de l'heure au cours théorique et magistral et le reste aux enfants, moitié-moitié), cela fera 24,3 heures.

S'il fait de la discipline, il perd au moins un quart de son temps, ce qui ne laisse plus que 18,22 heures par élève. Et puis il y a le temps de se mettre au travail, souvent 5-10 minutes de perdues par heure.

Mais peu importe, soyons bons princes, supposons que la classe se mette spontanément au travail dès l'entrée en classe : notre enseignant consacre théoriquement au mieux une vingtaine d'heures annuelles à votre enfant.

La réalité montre qu'en fait, chaque élève bénéficie d'un soutien personnel environ 50mn par an. Et il faut encore supposer que l'enseignement soit de qualité.

A supposer aussi qu'il n'y ait pas de journée pédagogique ou d'autre absence.

Bref, disons que notre enseignant consacre une vingtaine d'heures annuelles à votre enfant, au mieux, parce qu'il ne pourra jamais faire mieux.

La maman qui fait cours à son enfant(...) la suite est réservée aux membres accompagnés, pour activer votre accès membre, passez par ici. Déjà membre accompagné ? Connectez-vous dans le menu du site (en cas de souci, voir la FAQ)

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • Combien d’enfants sortent de l’école en effet en ayant l’impression de n’avoir jamais été regardés par l’adulte qui fait classe ! Et l’adulte par contre peut avoir l’impression d’avoir été dévoré par tous ces regards qui le suivent ! Seul un travail en petits groupes permet une vraie rencontre, un échange de regards, un contact au besoin (diriger la main, arrêter un geste. Les enfants effacent ou raturent très vite ! etc…). Une bonne organisation de la classe rend possible cet échange mais c’est vrai qu’avec un grand groupe la difficulté est réelle.
    Vous avez raison de dire que l’éducation est la tâche des parents. Rendre leurs enfants courageux, sûrs d’eux-mêmes, agréables à vivre, eux seuls, et tous, peuvent le faire s’ils s’en donnent la peine. Pour l’instruction certains préfèrent la laisser à l’école et cela pour diverses raisons. Heureux ceux qui peuvent instruire leurs enfants chez eux, en complément, ou à la place de l’école, pour un temps court ou long.
    Et c’est vrai que, pour chaque parent , il y a un serrement de cœur à confier son enfant à l’école. Si l’enfant réussit et y va tout content on respire. Si ça se passe mal, c’est lourd à vivre. Parfois un dialogue ne peut même pas s’engager avec l’enseignant. Le parent en est malheureux, révolté et l’enseignant insatisfait, culpabilisé. L’école est périlleuse ! Elle est indispensable cependant à beaucoup.
    J’espère qu’elle se prépare sérieusement à faire face.

  • Je vous trouve tres delicat d’avoir éviter de mentionner les greves, les vancances et autres avantages des profs pas toujours préoccupés de nos bout de choux. C’est pour ca que j’ai decidé de retirer mon enfant perso, ras le bol des enseignants franchement nous vivons mieux sans eux.

    • Rémy et Cécile dit :

      C’est vrai que nous y avons pensé mais même sans ces grèves, dans des conditions “normales”, une maman consacre toujours plus de temps. Cela nous a évité les commentaires ulcérés de certains grévistes invétérés…

    • Je trouve regrettable de profiter de chaque occasion pour déverser son venin sur les enseignants….ils font ce qu’ils peuvent avec les moyens qu’ils ont , il ne faudrait pas se tromper de cible ! Si vous jalousez leurs avantages , lancez vous ce n’est pas si difficile …
      Toutefois , je suis convaincu par le fait que en famille nous passons plus de temps avec chaque enfants , que l’enseignant , c’est bien pour cela , entre autre , que mes enfants sont instruits en famille .

      • Rémy et Cécile dit :

        Bonjour Marie-H,
        d’abord permettez: ceci n’est que le seul et unique article critique de tout le blog, nous ne profitons donc pas “de chaque occasion”.
        Ensuite, en fait de venin, ne vous en déplaise, nous donnons notre avis rationnel sur notre blog. Nous pouvons avoir le droit de nous exprimer.
        En outre, cette réalité existe.
        Mais puisque’ vous en parlez, il y en a bien d’autres.
        Nous avons été enseignants, justement et, s’il faut en parler, en effet les enseignants ont beaucoup d’avantages et travaillent beaucoup moins que les artisans, commerçants, agriculteurs, libéraux. Nous l’avons expérimenté, il n’y a aucune comparaison, en tant qu’artisans ou agriculteurs ou libéraux, nous faisions souvent 16 heures par jour, sans aucune garantie de revenus, sans vacances etc. En outre, ils ne sont pas aussi bien payés et n’auront pas de retraite, pour la plupart.
        A côté des enseignants qui “font ce qu’ils peuvent” et que nous ne manquons jamais de saluer, ce qui fait de votre critique un emporte-pièce mal ajusté, il y a aussi une masse de gens moins zélés, et même de notoires paresseux. Distinguer, c’est ne pas généraliser. Par définition.
        Nous évitons également l’angélisme obligatoire (vous dites se tromper de cible, nous n’avons pas de cible en fait) qui consiste à critiquer exclusivement le ministère, ce qui est certes beaucoup plus commode mais aussi incomplet. Le problème de l’éducation se décompose en deux parties bien égales entre ministères et salariés, spécialement syndiqués.
        Et enfin, dans les faits les enseignants consacrent moins de temps à l’enfant. Vous le dites exactement dans votre commentaire, avalisant l’article, et par conséquent nous vous retournons bien aimablement les compliments 😉
        Cordialement

    • Caroline dit :

      Comme cette réponse est sensée et réfléchie!
      Etant donné votre orthographe plutôt médiocre, je serais plutôt effrayée de vous imaginer donnant cours à votre progéniture.
      Je vous accorde que tous les professeurs ne sont pas toujours préoccupés par les enfants mais j’ose encore espérer que ce n’est pas le cas de la majorité des enseignants.
      D’autre part, “vivre sans les enseignants”? Et peut-être vivre sans les infirmières également? Ou encore sans les éboueurs, les hommes politiques? Ce n’est pas parce que le travail de l’autre ne nous satisfait pas pleinement que l’on peut tout à coup s’attribuer les aptitudes professionnelles exigées par ledit travail!
      Ceci dit, je respecte le choix de ceux qui souhaitent prendre cette voie.
      Je voudrais toutefois terminer mon commentaire en vous rappelant qu’enseigner et éduquer n’est pas la même chose… A méditer…

  • C’est vrai que votre article donne des ailes! On ne peut que faire mieux! Et c’est tant mieux. En tant que parent qui fait école à la maison, c’est la première question que je me suis posée! Vais-je arriver à faire mieux pour mon enfant? Je suis contente de lire cet petit article aujourd’hui. Après avoir vu ce que font les adultes, même dans les cours parascolaire (de la discipline) j’ai bien remarqué que l’école serait impossible à envisager pour nos petits amours. Et même avec seulement 3 heures par jour d’attention soutenus et dirigées, nous y arrivons! L’école à la maison… c’est du bonheur en famille!

  • gonessevirginie dit :

    Bonjour. Je voudrais preciser en tant qu enseignante qu’en effet les problemes de discipline sont plus que preneurs de temps, par ailleurs nous devons retenir nos propos car nous ne savons pas ce que les eleves peuvent rapporter à leurs parents. Je me sens souvent menacée et je pense que je ne peux pas faire mon cours décontractée donc certainement que je perds beaucoup de temps à me surveiller. Je ne supporte pas toujours la situation mais je vous jure que je fais ce que je peux. Je pense que les meres de famille qui font l’ école a la maison ont beaucoup plus de temps par éleve, je pense que personne ne peut le nier. Pour moi, si je le pouvais j’en ferais autant. Merci pour votre site.

  • Je fais l’école à la maison depuis octobre.
    Les résultats sont là. J’ai constaté que beaucoup de choses n’étaient pas acquises en français notamment.
    J’ai aussi instauré un petit rituel chaque jour en calcul mental, orthographe et lecture et mon fils fait beaucoup moins de fautes d’orthographe.
    J’ai surtout réalisé que lorsque nous travaillons, il me pose toutes les questions qui lui viennent à l’esprit et il ressort de sa leçon en l’ayant comprise.
    Ça n’a pas de prix!

  • merci pour cet article qui a intéressé tous les membres de notre famille, enfants inclus… C’est vrai que ça nous conforte dans le fait que nous avons fait le bon choix. Nous ne pouvons pas faire pire que l’école…

  • Et c’est pour cela que les élèves remplissent désormais des fiches à n’en plus finir!!!
    C’est plus rapide que de préparer les cahiers, plus rapide à corriger également.
    Et qu’à la réunion parents-profs, c’est du “ppffffffff! nous sommes en retard, le programme…bla bla…les enfants sont trop excités…bla bla…les devoirs ne sont pas vérifiés, donc qu’ils les fassent ou pas c’est pareil, de toute façon nous n’avons pas le temps de corriger!”
    Okkkkkk!

    Voici l’une des raisons qui nous poussent à retirer notre fille, nous en venions à faire tout le travail de fond le soir, la coucher très tard (parfois 22h) car elle inventait des mots au lieu de les lire, ne comprenait rien (évidence quand nous passions aux questions de lecture).
    En maths, les soustractions m’ont valu des sueurs froides avec elle!
    A ce jour, tout est rentré dans l’ordre, si bien qu’elle s’aperçoit d’elle-même qu’ils abordent une nouvelle notion en classe puis qu’ensuite pas d’étude de celle-ci, donc hop, on oublie vite!
    Pas de temps, beaucoup d’agitation, des enfants surexcités, des cas qui mobilisent toute l’équipe etc…

    Le coup des grèves, c’est tout de même énorme!
    J’en reste sans voix. A se demander qui prend qui en otage depuis des années…hum hum!

  • Vous voulez connaitre la VERITE ?

    Je suis enseignant, père de 5 enfants, apprécié des parents et des élèves pour mes pratiques pédagogiques et mes cours dans lesquels je m’investie plus que 35h par semaine (40h minimum jusqu’à 55h Week End compris), et avançant au grand choix (très bonne notation de l’administration)

    Mais dépité par la dégradation du niveau et du comportement des élèves, par les contraintes de système, et par les problèmes exogènes des élèves, j’ai moi-même fait le calcul de ce que me laissait comme temps le système Education Nationale pour aider les élèves, en tête à tête, les yeux dans les yeux, sachant qu’il est courant d’avoir 30 élèves de collège et/ou lycée par classe.

    LA VERITE c’est qu’un enseignant ne peux consacrer plus de 30 à 45 secondes à un élève qui demande de l’aide. Maximum 2 minutes !!! Et surtout pas plus de 3-4 enfants par cours. Car sachez-le l’enseignant ne fait pas classe en premier lieu à des élèves mais à un groupe classe !! Prendre le temps de s’occuper d’un élève le temps nécessaire, c’est délaisser les 29 autres qui n’ont pas que l’envie de travailler… Ainsi la plupart du temps il enseigne la classe et fait quelques aller-retour vers quelques élèves seulement…(ou 3 secondes pour voir les cahiers de tous les enfants)

    Conclusion 1 : Les cours particuliers fleurissent parce qu’ils procurent avant tout “une relation personnelle”, plus qu’un contenu.
    Conclusion 2 : Personnellement, il m’est impossible de continuer à mettre mes propres enfants dans cette structure “infernale” qu’est l’Education Nationale… (Alors faite comme moi Conclusion 3)
    Conclusion 3 : Si vous voulez que vos enfants apprennent en s’épanouissant, CONSEIL DE PROFESSEUR, SORTEZ LES DE L’EDUCATION NATIONALE ! au moins jusqu’en seconde.

    PS : Je regardais aujourd’hui par la fenêtre de mon établissement , la cours de récréation pleine d’enfants sans adulte…. Quelle absurdité !! Enlevés à leur terreau familiale (dès 3 ans), des milliers d’enfants livrés à eux-mêmes (pour le partage du pire) en train de se dé-socialiser et de rompre tout lien constructif avec les adultes. Société Absurde. Car avant de parler à l’intelligence d’un être humain, et a fortiori d’un enfant, il faut parler à son cœur… et ceci n’est possible et constructif que dans le relationnel !!! A 20 ou à 30 on n’est plus dans le relationnel…

    • Rémy et Cécile dit :

      Voilà qui est clair ! Nous allons l’afficher en gros. Merci à vous !

    • Merci pour votre franchise monsieur ! Ce que vous dites est LA VERITE même sous d’autres cieux malheureusement ! Les écoles sont devenues des poulaillers où les parents parquent leurs enfants plus de 40h/semaine pour vaquer à leurs “occupations”…

  • Fathia KHANFOUSS dit :

    Bonjour, c’était déjà une certitude, l’enfant est mieux accompagné à la maison qu’à l’école.

  • AnneJulie Yonnet dit :

    avec ce sujet, on ne peut pas être dans la demi teinte, il y a de tout, j’ai vu de tout : des supers enseignants passionnés et d’autres… je ne peux pas l’exprimer poliment donc je préfère me taire. Je me souviens quand même de 2 ou 3 profs dans ma “carrière d’écolière” particulièrement inspirants et passionnants. Même si ils ne consacrent pas de temps, leur charisme portent à l’élévation. Malheureusement, ça reste rare.

  • Merci Lupus ! Depuis que j’ai retiré mes enfants de l’école et du collège, ils sont heureux épanouis et ouverts au monde, beaucoup MOINS stressés, ils avancent à leur rythme, sans forcément attendre les autres… Et puis, qu’est ce qu’ On respiiiiiiire, comme à dit l’inspecteur académique, ceci est un luxe !!! 🙂 je suis fiere et je salue le travail de Rémy et Cécile.

  • Héloïse Rémy dit :

    Merci pour cet article qui donne confiance en soi quand on a fait le choix de l’école à la maison.
    Je ne me sens pas dans une confrontation avec le système de l’éducation nationale, mais dans un choix, tout simplement comme j’ai fait d’autres choix de vie.
    Une pensée me revient : ce serait intéressant de lire des témoignages d’adultes qui ont fait l’école à la maison. J’ai rencontré des enfants et des parents qui le font actuellement, mais pas encore d’adultes qui ont reçu leur enseignement à la maison pendant l’enfance.
    Héloïse

  • ça donne envie de rire … pour ne pas en pleurer 😉

  • Ruggieri Stéphanie dit :

    Pour moi rien n’est plus précieux que lorsque j’ai pu prendre le temps d’expliquer clairement une notion à mes enfants et qu’ils ont compris. Je me dis que je suis à ma place.

  • Même si l’article est très bon et les commentaires intéressants,
    il faut hélas assombrir l’enseignement à l’école par la pauvreté de la qualité de la communication…

    Un ancien enseignant en parle.

  • cocodelilemad dit :

    Merci pour votre article. Cela me réconforte dans mon choix, car cette année je fais l’école à la maison. Je me sens beaucoup plus investi dans l’apprentissage de mon enfant, et il est clair que je prends plus de temps avec elle lorsqu’elle n’a pas compris un exercice que le ferais un professeur. Pour ma part c’est incomparable en qualité d’apprentissage et au point de vue relationnelle. Je ne blâme pas les professeurs qui font ce qu’ils peuvent avec les moyens qu’ils ont. Dans cet article Rémy et Cécile font ressortir la vérité même si elle peut déranger certains.
    Merci Lupus pour votre commentaire.

  • Aude GENDEK dit :

    Intéressant, et bien au début avec l’école à la maison ma fille détestait ça, on a un cours par correspondance avec un programme à suivre bien chargé, et je passais beaucoup de temps avec elle sur la compréhension des leçons, ça ne lui plaisait pas du tout car elle avait l’habitude a l’école de ne pas comprendre et puis c’est pas grave le professeur ne remarquait rien donc on passe à la prochaine leçon… La je tiens à ce qu’elle comprenne tout avant de passer à autre chose, puis elle s’est habituée et maintenant elle s’habitue à réfléchir et à ce concentrer et ça va plus vite, elle a fait des progrès enormes et a retrouvée confiance en elle et en son potentielle.

    • cecileetremy dit :

      Merci pour ce témoignage, c’est vrai que les enfants eux-mêmes peuvent très bien se retrouver confortablement installés dans leur échec. Et bravo pour cette réussite.

  • Eclat du Soleil dit :

    Merci pour votre article très instructif.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >