Un homme ! (vidéo)

Un homme manque parfois

Alors d'abord, disons tout de go que l'homme ne vient pas de Mars et la femme de Venus. Il y a une idée très répandue de différences radicales, d'incompréhension fatale, d'impossibilité de cohabiter, de désastre inéluctable du mariage, de la querelle éternelle, qui est d'autant plus fausse qu'est profonde la perte qualitative de l'éducation. L'éducation, c'est advenir et devenir un homme ou une femme, advenir et devenir en même temps. Ce n'est jamais fini, mais il y a des étapes de franchies.

A la question "je suis une femme" ou "je suis un homme", de 1 à 100, vous pouvez vous-même vous demander où vous vous situeriez (c'est un simple exercice qui débarrasse d'une vision simpliste). A quel point suis-je une femme ? A quel point suis-je un homme ?

La place du mari quand il travaille à l'extérieur, et les possibilités pour lui de tenir un rôle crucial, c'est une grande affaire. Nous recommandons une certaine implication du mari ou du conjoint grâce à deux choses :
— un cours par semaine voire plus, qui va apporter énormément à l’enfant, si c'est possible bien sûr.
— une certaine présence et une conversation particulière avec l’enfant durant les week-end.

Nous précisons, afin qu'il n'y ait aucune équivoque, que plus le mari est impliqué, mieux c'est. Mais cet article partira du point de vue selon lequel le mari est plutôt indisponible. Ne pensez donc surtout pas que nous préconisons un retrait.

Statue de Joseph à l'enfant sur http://l-ecole-a-la-maison.com
Joseph, l'homme présent et discret à la fois.
Statue de Joseph à l'enfant, cathédrale de St-Serge (Angers).

"Pourquoi un homme ? Pourquoi faire ?" Le monde de l'Instruction en Famille est très féminin et les hommes sont blackboulés sur les forums, on est "entre filles". Retournons la question avec les papas qui font l'école à la maison: Pourquoi une femme ?... Non, aucun d'entre vous ne se pose la question ? Pour vous, c'est évident que la maman est indispensable ? Bon. Alors, allons convaincre ces dames que vous n'êtes pas moins utiles...

C'est souvent ce qu'on a envie de dire à ces messieurs qui ne sont pas toujours bien perçus, ni d'ailleurs très à l'aise au début. La fonction de l'accompagnement des enfants est depuis la nuit des temps plutôt réservée aux femmes, cependant, plus on montait dans la hiérarchie sociale, plus les hommes s'impliquent: on a des précepteurs dans les familles qui ont les moyens de se les offrir, hommes et femmes. Auprès d'Alexandre, c'est Léonidas puis Aristote qui sont les figures des plus célèbres éducateurs de l'Histoire. On se souvient que certains soirs, Léonidas met dans la main du jeune Alexandre une boule en fer et celui-ci doit méditer; dès qu'il s’endort, la boule tombe dans un récipient et le réveille. Chez les Spartiates, bien sûr, les garçons sont confiés aux pères très tôt. Souvent, dans les traditions du monde, la mère cède la place au père à partir de l'âge nubile.

En Occident, de nos jours, on préserve une forte présence féminine jusqu'aux examens scolaires puisque les femmes sont majoritaires dans l'enseignement, que ce soit à la maison ou à l'école.

Cela a des avantages et des inconvénients et notre société les reflète.

Lorsque nous avons commencé les cours à la maison, Cécile et moi avons convenu que (...) la suite dans votre accompagnement-formation (cliquez ici) déjà accompagné ? connectez-vous dans la colonne de droite → (en cas de souci, voir la FAQ).

14 thoughts to “Un homme ! (vidéo)”

  1. Faire l’école à la maison, c’est aussi mettre les choses à leur place… et les personnes!
    Sans être la maman d’une famille idéale, loin s’en faut 😉 , je goûte le bonheur de pouvoir consacrer du temps à cette mission d’enseignement scolaire et d’éducation.
    Oui le père a un rôle à jouer. Chez nous, il n’est pas du tout impliqué dans la transmission des connaissances en elles-mêmes, faute de temps…mais il est là, en support de « la maman qui s’y colle »: obligation donc pour le couple de (re-)trouver ses marques pour continuer à tenir la barre contre vents et marées ou par calme plat … D’autre part, pouvoir s’appuyer sur un accompagnement comme celui que vous proposez est un atout supplémentaire, que je qualifierai bien de paternel, également, avec son rôle de soutien, garde-fou, autorité… merci!

  2. Un article doux, amusant, astucieux et toujours à adapter à son mode de vie. Mais il regorge de bonnes méthodes. Ce qui me plaît aussi c’est qu’il défend l’idée de la cellule familiale, si malmenée à notre époque, presque mal vue. C’est peut être le prix du bonheur ? J’ose dire aux gens de travailler moins pour vivre mieux et surtout avec plus de présence de la part de tous les membres de leur famille. Se voir plus souvent que ce que le diktat nous impose. Cela implique de sortir du cadre, d’emprunter un autre sentier. Celui qui ne ressemble à aucun autre, celui qui fait vibrer notre âme, le notre tout simplement.

  3. Merci pour l’image bien trouvée : « Enseigner à la maison est tout aussi difficile qu’une traversée en solitaire : on a les orages, les lames de fond, l’absence de vent et la mer d’huile, ou le chavirage, l’échouage etc. C’est le Vendée Globe dans son salon. Il n’y aura jamais de noyade si quelqu’un est là pour vous accompagner.  »
    C’est vraiment ça !!!

  4. Tres vivant ,on a les memes échanges a la maison,c’est quand on ne pourra plus parler qu’on verra le bienfait de la parole…meme si nous sommes seuls a nous ecouter au moins on peut s’exprimer,merci pour cet article,et bon courage,je me demande souvent comment vous faites tous les deux avec sept enfants ,deux boulots,du coaching,des articles a ecrire,l’ecole a la maison,le menage,etc..etc…vous devez avoir un secret , je vous envie,

  5. Bonjour Béatrice, nous n’avons pas d’information sur cela pour le moment. Vous aviez une demande particulière ?

  6. bonjour.je voudrais savoir plus sur les cours enfants,ma fille a plus de 7 ans (jours,horaires,prix)merci d’avance

  7. C’est une très très belle réflexion, merci beaucoup. Bonne chance Moncla les hommes biens ne manquent pas la preuve j’ai le mien que l’adore et il est un super papa.

  8. A la recherche de l’homme en ce moment, son père étant parti je me demande si un homme accepterait de vbivre avec moi et partager grandes joies et petites peines avec une femme et un enfant de 5 ans. Mais en tous les cas merci pour cet article solidement écrit.

  9. C’est vrai que les hommes ont été mis un peu à l’écart. A l’école c’est assez net, l’esprit masculin est carrément malvenu. On se sent mieux homme après ça.

  10. Vous nous livrez là un travail curieux sur l’importance du père en tant que conjoint de la mère, dans une relation de triangulation qui profite à l’enfant en passant par la mère. C’est amusant comme premier volet sur le rôle du père dans l’éducation, voire l’instruction.
    Vous partez donc du niveau minimal d’intervention souhaité, et vous n’exigez pas d’ailleurs de grandes qualités au mari pour que son utilité puisse être reconnue dans l’éducation à la maison : en soutenant la mère, en énonçant des vérités simples en observateur externe et en servant de fronton de pelote basque à sa réflexion personnelle, il joue déjà un rôle non négligeable auprès de la maman et donc, par rebond, dans l’éducation des enfants. Il est donc rassurant pour toutes les mamans dont le conjoint ne va pas beaucoup plus s’investir que cela, de savoir qu’elles ne seront pas pour autant vraiment seules dans leur démarche.
    Je trouve que c’est un point plus important qu’il n’y paraît, puisque dans les familles qui mettent en avant publiquement leur témoignage, il y en a beaucoup qui semblent compter sur un papa exceptionnellement présent, investi et compétent. J’imagine que ce sera surtout parce que ce sont ces familles-là, qui comptent sur une double présence auprès des enfants, qui ont le temps de créer des blogs en plus d’élever leurs enfants à la maison! Mais il n’est pas nécessaire de disposer d’un mari professeur de formation, travailleur indépendant et passionné de la théorie de l’éducation pour faire l’école à la maison! Il faut le dire!
    On peut se débrouiller parfaitement sans mari, en suivant votre exemple de 14, avec plus de facilité si des tiers apportent divers aspects de l’étayage qu’aurait naturellement fourni un père (présence masculine auprès des enfants, présence auprès de la mère, regard objectif). On peut aussi très bien s’engager dans cette aventure avec un mari convaincu mais physiquement absent une grande partie du temps : un mari qui travaille, qui travaille beaucoup, qui voyage, un militaire…
    Je crois qu’il est important de bien souligner cela : il n’est pas nécessaire d’être la famille idéale pour le poste, pour faire l’école à la maison. Il n’y a pas un seul modèle possible : il y en a mille. Chez vous ce n’est pas exactement La Petite Maison dans la Prairie ? Ce projet peut quand même parfaitement être le vôtre.
    Je suis en train de guider une maman qui pense démarrer en septembre et qui est mère célibataire d’une petite fille adoptée à cinq ans, et dont la scolarisation n’a supposé que des problèmes et des souffrances (elle a 7 ans maintenant). Cette maman est seule et travaille beaucoup mais nous sommes en train de trouver des solutions qui rendront son projet très réalisable, et certainement fructueux à très court terme pour la petite fille.
    Je suppose que le rôle direct de l’homme auprès de ses enfants dans l’éducation sera détaillé dans le prochain épisode que vous nous promettez déjà. Qu’après nous avoir dit que le rôle du père à lui seul pouvait constituer un atout, même si l’homme reste somme toute assez en marge de l’action éducative quotidienne, vous nous donnerez aussi des conseils pour les cas de pères présents au foyer et qui souhaitent et peuvent s’investir concrètement, même un peu. Je m’inscris pour vous lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *