On devient ce qu’on fait

Nous travaillons sur le parent plus que sur l'enfant. Car il sera tel que vous le solliciterez.

On devient ce qu'on veut et réalise vraiment, par nous-même.

On devient ce qu'on fait

De même qu'on devient ce qu'on mange ou ce qu'on pense. Si votre journée, c'est 80% du temps dans le calme, votre esprit sera calme. Si votre journée, c'est du bruit et de l'agitation, tel sera votre esprit et vous tomberez rapidement malade.

La criminalité des chanteurs lyriques est pour ainsi dire inexistante alors qu'elle est élevée chez les politiciens ou les gérants de boîte de nuit. C'est simplement que l'on est à l'image du monde et des idées dans lesquels on évolue. C'est inéluctable.
Que ferez-vous désormais pour vous éviter le feu ?

rhododendron en fleurs On devient ce qu'on fait https://l-ecole-a-la-maison.com
Mais encore.
Beaucoup de parents commencent à réfléchir à l'école à la maison et se demandent ce qu'il faut donner à l'enfant. Le fait est donc qu'ils ne le savent pas.
Or, l'enfant peut devenir bon ou mauvais, instruit ou ignorant, ouvert ou fermé, drôle ou triste, hypocondriaque ou équilibré. Comment le devient-il ?
En fonction de ce qu'on lui donne ou pas. Ce n'est pas un hasard ou des gênes qui vont déterminer ce qu'il sera, c'est vous, essentiellement. Les différences entre deux codes génétiques de deux enfants sans liens familiaux est aussi infime que l'est la fatalité ou la prédétermination.

Il adviendra en fonction de vous

Votre enfant sera tel que vous le solliciterez, vous, et son entourage, sa vie, ses expériences, ses goûts, ses bonheurs, ses défaites, ses tristesses, ses réussites etc.

Quelle responsabilité ! Comme l'on peut se retrouver à culpabiliser ou s'angoisser !

Mais non. Car, soyons logique, si vous en êtes angoissé ou préoccupé, c'est que vous voulez déjà bien faire, et que cette intention préserve déjà l'enfant du désastre. Si vous vous en fichiez, là, il y aurait à craindre pour votre enfant. Rappelez-vous que tant que vous tenterez de faire au mieux, vous ferez 100 fois mieux que les autres.
Alors, certes, ce n'est pas tout à fait assez de vouloir faire au mieux. On peut essayer de conduire au mieux une formule 1, on n'est pas assuré d'arriver à faire un seul tour de piste vivant !

Il y a à apprendre

Plus une aventure est périlleuse et délicate, plus il faut apprendre.
Vous voyez donc que tout - du moins, l'essentiel - repose sur vous. Si vous êtes triste, incapable de faire un cours intéressant, blasé, occupé à autre chose, agacé, nerveux, mal dans votre peau et votre vie, vous avez notre promesse solennelle que votre enfant n'aimera pas vos cours, sera pénible, n'apprendra pas ou mal. Il regardera ailleurs, réclamera sans cesse, sera perturbé, "hyperactif" ou "dys". Oui, oui, ne cherchez pas midi à 14.00h, un enfant devient dys à cause des sollicitations médiocres qu'il reçoit. Ce n'est pas à la naissance. Il n'y a pas de diagnostic "dys" à la naissance.

Donc, ce cours sera insupportable pour vous comme pour lui. Moins désastreux que l'école, sans doute, mais très pénible.
En revanche, si vous êtes équilibré, bien dans votre vie, organisé, capable de distinguer le cours du jour et le reste de votre vie, que vous êtes bien accompagné et avec un bon programme, nous vous promettons la réussite. Et si vous êtes joyeux d'apprendre, émerveillé, capable de découvrir avec l'enfant (et non tout le temps avant lui), si vous recourrez à quelques ficelles de magicien, le résultat sera brillantissime.
Tout dépend de vous.

Nous travaillons donc plus sur vous que sur l'enfant. L'enfant n'a qu'à apprendre, ce n'est rien. Vous, vous avez à vous transformer. Avec beaucoup d'amitié et d'affection, ça marche mieux. Mais nous sommes aussi impitoyables, comme des entraîneurs de compétition. Jour après jour, progressivement. Il y a une exigence. A la fin, vous avez un niveau très très au-dessus des profs. Parce que c'est votre enfant qui est en jeu, et non l'Education dite nationale.
Nous travaillons sur vous. On transforme la matière courante en matière précieuse.
L'enfant sera le reflet de vous-même. Vous le solliciterez mieux. Il deviendra ce qu'il fera.

Car, réellement, on devient ce qu'on fait, ce que l'on aime, ce que l'on contemple et ce qu'on laisse grandir en nous.

  • Khadija dit :

    Bonjour vous transformez mes opinions du moment en certitudes. Un grand merci pour les éclairages que vous donnez sans compter puisses Dieu vous récompenser.

  • tambila dit :

    je présente mes meilleurs vœux ,bonne année 2015, bonne santé à tous les abonnés de l’école à la maison plus particulièrement à vous rémy et cécile et à toute votre famille que le bon dieu vous garde et vous donne encore le courage, sagesse et intelligence.

  • ouminette dit :

    Article juste magnifique…on voit l’expérience et le vécu…très encourageant!

  • sultane dit :

    merci beaucoup pour cet article qui donne du courage !

  • cynthia josephine-francois dit :

    Merci pour cet article si criant de verite.. Combien de fois mes cours se sont termines en larmes parceque trop preoccupee par les soucis.. Maintenant si je suis trop stressee, je passe.. Pas de cour. L’enfant est une eponge, un « esprit absorbant  » comme disait maria montessori. C’est tellement vrai que meme dans ma classe cela se refletait si la classe etait agitee bruyante c’etait que dans ma tete il y avait hiroshima a l’oeuvre.
    Parfois je sors de la maison pour marcher dehors histoire de respirer et je fais un cour spontanne oral .. Ce sera toujours mieux qu’un cour en apnee qui finira mal!!
    C’est une bonne demarche de former et s’occuper de la maman ou du papa qui fera l’ecole car c’est elle qui iradie!! C’est bien pour ca que dans les avions on demande aux meres/ peres qui ont des bebes de mettre le masque a oxygene sur leur visage D’ABORD avant leur enfant. Au debut je trouvais sa cruel jusqu’a ce que je comprenne que si j’ai un malaise ou que je suis inconsciente mon enfant sera livre a lui meme sans guide pour sa survie.
    Maintenant je ne culpabilise plus de me reposer parceque mon fils m’a dit que je suis moins  » grumpy mummy » ( maman grincheuse) quand je suis reposee.

  • cynthia josephine-francois dit :

    Merci pour cet article si criant de verite.. Combien de fois mes cours se sont termines en larmes parceque trop preoccupee par les soucis.. Maintenant si je suis trop stressee, je passe.. Pas de cour. L’enfant est une eponge, un « esprit absorbant  » comme disait maria montessori. C’est tellement vrai que meme dans ma classe cela se refletait si la classe etait agitee bruyante c’etait que dans ma tete il y avait hiroshima a l’oeuvre.
    Parfois je sors de la maison pour marcher dehors histoire de respirer et je fais un cour spontanne oral .. Ce sera toujours mieux qu’un cour en apnee qui finira mal!!
    C’est une bonne demarche de former et s’occuper de la maman ou du papa qui fera l’ecole car c’est elle qui iradie!! C’est bien pour ca que dans les avions on demande aux meres/ peres qui ont des bebes de mettre le masque a oxygene sur leur visage D’ABORD avant leur enfant. Au debut je trouvais sa cruel jusqu’a ce que je comprenne que si j’ai un malaise ou que je suis inconsciente mon enfant sera livre a lui meme sans guide pour sa survie.
    Maintenant je ne culpabilise plus de me reposer parceque mon fils m’a dit que je suis moins  » grumpy mummy » ( maman grincheuse) quand je suis reposee.

  • Marie1802 dit :

    Un article qui tombe à pic après une première année d’école à la maison et juste avant la 2ème ! Vous avez le don de remettre à niveau nos compétences au bon moment ! Quel talent 🙂

  • Jihade Elmouna dit :

    bonjour, c est tres encouragent mille merci

  • Marie dit :

    Merci Rémy et Cécile pour ce très bel article qui va droit au but, sans détour. A peine conçu notre enfant nous invite à nous transformer… Certes nous sommes responsables de lui, nous parents, comme le Petit Prince est responsable de la rose qu’il a apprivoisée… Je n’aimais pas ce mot il y a peu: ‘responsable’, mais aujourd’hui je l’interprète comme ce qui suit; puisque notre enfant nous y invite, devenons acteur de notre vie, grandissons avec lui, accompagnons le avec tout l’amour et l’exigence que nous portons à notre vie. C’est un tout, un ensemble; les parents éduquent et dans le prolongement enseignent parfois…or tout est passionnant si on conçoit le savoir comme un passeport universel, comme une joie d’être (fut-elle contraignante parfois), comme une façon de se découvrir…l’enfant, ainsi nourri de confiance en lui, pourra offrir à son tour…!

  • Raita dit :

    Vous avez écrit cet article pour moi?

    Je suis fatiguée? Mon fils est comme par magie, fatigué. Je me sens bien dans mon corps et mon esprit? Il est très enthousiaste au travail.

    Vous avez vraiment vu juste Rémy et Cécile,

    On ce moment je travaille beaucoup. Je ne sais pas me ménager, me reposer quand il le faut, m’arrêter quand le besoin se fait sentir.
    donc là aussi j’y « travaille » et je me dois de le faire pour donner le mieux de moi.
    Merci encore pour vos très bons conseils, merci merci infiniment.

  • Patricia dit :

    Vous avez touché juste avec le problème que je vis. Dieu m’a fait comprendre que je n’étais pas prête pour commencer l’école à la maison avec mes enfants et je vois que cela aurait fait plus de mal que de bien, malgré toute ma bonne. Vous avez pu vraiment coucher les pensées qui sont les miennes sur le changement personnel avant de débuter une oeuvre aussi importante avec des petits êtres qui nous ont été confiés pour que nous puissions en faire des individus qui contribueront à laisser un impact dans cette société en perte de valeurs et dont les désirs sont mis en avant, avant le devoir.
    Merci car la lutte intérieure et les efforts avec pour que les choses changent et bougent.

  • Christelle dit :

    Mes propres parents m’ont donc rendue telle que je suis. J’ai parfois l’impression qu’ils ne m’ont jamais aimée . Et je traîne cela comme un boulet dans ma vie .
    Je ne veux surtout pas reproduire ce qu’ils ont fait .

  • Leroy Valerie dit :

    Oui et non…. j ai 5 enfants 3 (num 1, 2 et 5 ) oui ont la même joie de vivre 2 non, et pourtant mon éducation est la même. Et l’echelle des ages s etant de 5 à 23 ans de msm à m2 de droit

  • >