Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Note de Synthèse sur le microcosme IEF | Ecole à la Maison

Note de Synthèse sur le microcosme IEF


 

Par Officier traitant Gilbert Noé

Contexte

La loi Séparatisme vise en partie à redonner la main à l’A.S.E. et l’Education Nationale sur des structures qui lui échappaient jusqu’à présent.

Deux intérêts contradictoires sont croisés dans le microcosme parlant pour l’IEF et contre Rémy D.-WIEDEMANN et l’école à la maison (ci-dessous RDW+EAM) :

  • La défense d’un système d’éducation alternative ne correspondant pas aux standards d’instruction
  • La défense d’un positionnement politique d’extrême-gauche aux tendances dangereusement libertaires

Il semblerait que les associations (en violet) fassent du lobbying pour entraîner avec elles :

  • Des structures d’instruction (en vert) qui s’opposent à l’éducation nationale pour des raisons de qualité et de refus du genre, sans pour autant s’opposer à l’A.S.E.
  • Des collectifs (en rouge) ne dispensant pas d’instruction sérieuse mais dont les vues libertaires sur l’enfance prétendent éloigner ou éloignent réellement les enfants concernés des mains de l’A.S.E.

Diagramme en Figure 1 : détail de leurs positionnements.

Analyse

Cette sorte d’union sacrée de ces structures se fait par l’intermédiaire de ces associations qui ont suivi depuis le début du mois de novembre un agenda qui aboutit début décembre à un regroupement de structures identifiées comme les interlocuteurs officiels du débat, qui demain prendront en otage la parole de personnes sérieuses comme RDW, Elisabeth Nuyts, Isabelle Filliozat ou Carmen Daudet afin que les familles n’aient plus qu’à choisir entre l’A.S.E. et l’Education Nationale, les deux faces d’une même médaille pour qui connaît le système.

Chronologie en Figure 2 : le déroulé de l’agenda.

A noter! il n’existe pas de « pratique illégale » de la profession d’accompagnant des parents; accusation qui sera donc classée sans suite.

Conclusions

C’est un coup médiatique qui se met en place, dont on peut prédire qu’il en proviendra davantage d’attaques contre RDW+EAM et une collaboration avec les services de l’Etat. Ces structures représentent peu de gens :

  • Certains groupuscules signataires du communiqué du 01/12/2020 sont des blogs amateurs très peu suivis
  • Les groupes des Réseaux Sociaux peinent à mobiliser

Il est possible que le tambour médiatique qui soit accordé à ces porte-paroles autoproclamés visent à faire de Rémy un escroc (cf les attaques ayant commencé contre Rémy) aux yeux du peuple et à décourager de la lutte les familles françaises souhaitant protéger sérieusement leurs enfants. On note que les plaignants font appel à témoignage pour de supposées « escroqueries », ce qui montre qu’ils n’ont strictement rien. Il va falloir inventer.

On note enfin que ces attaques ne remettent nullement en cause le fond du propos tenu par RDW. Juridiquement, RDW est dans le vrai et on ne veut pas le chercher sur ce plan. On veut l’attaquer personnellement. Ce qui montre qu’on veut l’empêcher d’exercer.

Annexes

Figure 1 : Diagramme des principaux collectifs IEF ayant pris récemment position contre la « Loi Sépératisme »

Figure 2 : Chronologie des faits entourant ce microcosme

J’ajoute ce site et cet article et la connexion de Darcos et Chatel avec notamment Ligne Azur.

« Une décision très commentée, en plein débat autour du mariage homosexuel, alors même que deux des prédécesseurs de Vincent Peillon, Xavier Darcos et Luc Chatel, avaient eux aussi, quand ils étaient à la tête de l’Education nationale, assuré la promotion de la Ligne Azur, et ce dès 2010.

Comme la CNAFC, le rapporteur public a estimé que certains aspects du site LigneAzur.org, géré par Sida Info Service, paraissaient « pour le moins critiquables ». Même si ces extraits ont été retirés ou complétés, ils étaient à l’époque de la circulaire en contradiction avec « les principes de neutralité de l’école et de liberté de conscience », a-t-il dit. Le rapporteur a évoqué le fait que certaines pratiques illégales (usage de drogues, pédophilie…) étaient mentionnées sans que l’interdit ne soit souligné.

Le rapport critique également une brochure intitulée « Tomber la culotte », qui était téléchargeable sur le site. Pour le rapporteur, cette brochure « fait l’éloge du sado-masochisme, du libertinage (…) dans des termes que nous ne saurions reprendre dans cette enceinte » (sic). « Comment ne pas comprendre que des parents ou des enfants puissent être choqués? » « 

Thrive Leads Shortcode could not be rendered, please check it in Thrive Leads Section!

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Thrive Leads Shortcode could not be rendered, please check it in Thrive Leads Section!

s2Member®
>