Le secret de l’autorité (seconde partie) (vidéo) + si l’enfant ne vous respecte plus


Suite de ce premier article, à la recherche du secret de l'autorité, nous voici maintenant à souhaiter jouir d'une autorité incontestée... au bon sens du mot autorité, comme nous l'avons vu.

Mais reprenons ces deux schémas pour que vous les reteniez bien:

alignement coeur cerveau schéma 1

Nous disions qu'il est important qu'il y ait, chez l'enfant, un alignement. Mais c'est vrai aussi en vous: cherchez à faire des choses qui vous plaisent !

L'alignement cœur-cerveau est le plus puissant vecteur de réussite et de santé.

alignement coeur cerveau schéma

____________________________________________________________________

Les parents essayent d'obtenir un résultat de la part de leurs enfants de deux ou trois manières, rarement variées.
secret de alignement cœur cerveau schéma 1 l-ecole-a-la-maison.com Vous pouvez tenter d'y aller au sentiment: "Mon chéri, c'est super que tu fasses de l'ordinateur, ça te plaît, mais n'oublie pas tes devoirs, tu sais que c'est important." Si ça marche pour le vôtre, tant mieux... Avec un peu d'imagination, on peut faire mieux.
Beaucoup de parents donnent tout leur amour à leur enfant et se désespèrent de constater qu'en retour, ils ne récoltent pas toujours autant. Leurs enfants leur paraissent souvent plus durs, plus fermés.

Cette vidéo n'est pas accessible si vous n'êtes pas connecté

C'est normal, rassurez-vous: l'enfant a besoin d'exister, donc d'avoir son identité. Il a besoin d'être différent de vous, différent de ses frères et sœurs. Voilà pourquoi si vous vous montrez toujours gentil, il va avoir tendance à se faire (un peu) méchant ou hérisson piquant. Si vous voulez qu'il soit plus coulant, soyez vous-même hérisson piquant, après tout vous n'êtes pas obligé(e) d'être toujours de miel, vous pouvez (...) la suite dans votre accompagnement (cliquez ici) déjà accompagné ? connectez-vous (dans le menu) (en cas de souci, voir la FAQ). 

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

  • Aline Severt dit :

    C’est un très grand article , bravo Cécile et Rémy je vous note parmi mes auteurs préférés . Je vais murir ces reflexions ce soir .

  • Sonia Caussinus dit :

    Avec vos ces conseils judicieux, les mômes ne vont pas avoir le dernier mot ! A part qu’ils soient plus rusés encore pour déjouer toute manœuvre d’intimidation !
    Plaisanterie à part, votre article donne de bons conseils me semble-t-il. Un ou deux auraient pu me servir ! Mais c’est trop tard.
    Je me permets d’ajouter deux observations qui vont dans votre sens :
    -La première est une évidence : si vous n’avez pas la forte détermination d’être écoutés vous ne serez pas entendus. C’est une question d’énergie. Des parents fatigués par leur travail, les trajets, manquent parfois de cette énergie-là.
    -La douceur, l’indulgence, la patience, les explications, sont à utiliser avec des petits. Il faut savoir les abandonner en partie lorsque les enfants grandissent. Souvent les parents ne voient pas leurs enfants grandir.
    Ainsi, j’ai pu voir dans un même moment, dans un aéroport, une maman porter la valise de son adolescente plus grande qu’elle et en bonne santé apparente, et une autre lire, expliquer une consigne à un grand adolescent occupé à tout autre chose.(Vous avez peut-être deviné ;son portable !)
    Ah ! Ces portables, ils donnent l’illusion aux mamans de pouvoir surveiller, ce qui n’est pas de l’autorité bien au contraire.

  • Sonia je suis daccord l’ énergie est centrale, Rémy et Cécile vont nous pondre un sujet la dessus ?

  • Fathia KHANFOUSS dit :

    Bonjour, j’ai commencé en voulant être cool pour ne pas reproduire certains comportement, et effectivement j’ai eu beaucoup plus de mal à me faire respecter.
    Merci beaucoup pour le conseil de lecture.

  • Magnifique article, ô combien utile! Pour les parents qui ont encore des tout-petits, je suggère aussi la lecture du livre d’Aldo Naouri, “l’éducation, dès le berceau?”.

  • je suis déjà cuite , mes enfants savent très bien que je suis trop gentille, j’ai du mal à etre différente , c’est vrai que je rencontre des difficultés .

    • Rémy et Cécile dit :

      Ce n’est jamais cuit 🙂 Si on voulait vous les kidnapper, vous seriez comment ?

  • merci pour cet article qui m’a fait sourire… endosser le costume de celle dont mes enfants ont besoin… c’est ce que j’ai compris et commencé à mettre en oeuvre il y a un peu plus d’un an. cesser de vouloir être “la gentille” à chaque instant et être un peu plus bourrue en comportement de base, ce qui me permet de donner des trésors de douceur à des enfants mieux cadrés donc adoptant des comportements beaucoup plus adaptés 😉 votre article est précieux je vais le faire lire à mon mari pour qu’il puisse me dire “je te l’avais bien dit !! ” :-))))) oui mais je l’ai encore mieux compris grâce à cet article !

    • Rémy et Cécile dit :

      Félicitations Agathe, et oui, le général Bugeaut ou le capitaine Haddock peuvent nous servir !

  • Albane PROY dit :

    Cet article aussi me plaît beaucoup. A mon sens faire l’école à la maison c’est accepter d’être un guide, un exemple et aussi tune référence. C’est ambitieux car aucun de nous n’est parfait (mais notre enfant ne le sait pas, en particulier s’il est petit bien sûr).

    Cet après mdi nous avons fait quelque chose de particulièrement agréable pour MOI, aller au magasin de plantes et autres colifichets. But, choisir deux coupes RESISTANTES pour orner notre jardin à la campagne, une barquette de fleurs, un sapin de Noël. Jusqu’ici (elle a dix ans) j’avais utilisé un “sapin en bois” original et réutilisable et nous installions des décorations un peu changées d’une année sur l’autre.

    Cette fois, elle a participé au CHOIX, parce qu’elle grandit et qu’elle a soif de donner aussii SON avis. NON, nous ne pouvons pas prendre les merveileuses fleurs de la serre chaude, elles mourraient sour notre relativement rude climat de petit montagne. J’explique, le conviens de la beauté et de l’attrait, mais nous passons notre chemin. C’est le “Noël” des animaux, j’explique, que si nous voulons donner comme elle le souhaite, il faudra être plus raisonnable sur nos autre choix. Nous passons un quart d’heure dans cette enseigne superbe MAIS chère pour dénicher le plus gros paquet de corquettes pour le prix le plus raisonnale.

    Du coup le moyen sapin floqué blanc qui lui plaît tant ne rentre plus dans le “budget”. Elle s’oriente vers un plus petit (pas plus de 60 cm), très beau et nous trouvons de minis décorations et une guirlande électrique unique, mais choisie avec mille soins.

    Les merveilleuses grandes coupes déjà toutes formées sont trop chères. Nous cherchons des plantes isolées que nous allons planter ensemble pour un résulatat tellement plus personnel et une robustesse accrue beaucoup moins onéreuses.

    Nous avons consacré une après midi (presque) à un achat qui aurait pu prendre 15 minutes, au plus. J’avis les moyens d’acheter les objets “révés” je ne l’ai pas fait. Pourqoui ? Parce que des limites, en l’espèce, les “sous” rend créatif.

    Si je lui avis infligé un cours de botanique sur la résistance des plantes, les courses auraient été rebutantes et frustrantes. Par contre relever le défi de fair aussi bien et MEME mieux avec moins, mais plus d’observation, de soin, d’astuce a dopée sa passion. Elle a adoré ce “bricolage”. Demain nous ne fersons pas “école”. Enfin pas avec livres er cahiers, nous allons planter. Elle va se confronter au relatif ennui de verser le terreau dans les coupes, de retirer les pots, d’hamoniser les essences, qui sont des dégradés de gris poudré, de vert frais, de longues tiges rouges, de choux d’ornements pourpres, de lierres différents et panachés, de connifères “bleus” et d’une seule barquette d’humbles pensées. Pour l’intérieur le “buget” à permis d’acheter des bulbes de jacinthes à un euro prièce à planter dans des petits bacs récupérés de l’an dernier et joliement recouvert de la mousse trouvée dans les chemins. Bien sûr l’enseigne proposait des jacinthes déjà ouvertes, dans d’adorables pots ornés de mousse artificielle. C’était bien plus attratant que nos bulbes encore en devenir dans un pot de plastique pas du tout “sympa”.

    Le but ? Lui montrer par l’exemple et la participation qu’on peut faire de de TRES belles choses avec moins et en être beaucoup plus fières. De plus nous avons “aidé’ au moins symboliquement et de notre mieux les animaux qu’elle aime infiniement. Nous avons fait quelque chose pour NOUS et quelque chose pour une oeuvre qui lui tient à cœur, QUITTE à ruser et chercher pour satisfaire nos propres envies.

    Et cela fonctionne pour un nombre considérable d’autres choses. Ma fille est fière du soin apporté, de la recherche, du “bon” rapport plante/prix et elle découvrira demain qu’un peu de peine nous fera créer, ENSEMBLE, les décors tout prêts qui la faisaient réver.

    Alors bien sûr cela prend du temps. “Donner du temps” est le premier luxe de l’école à la maison, et une des contrainte/opportunité principale de cette méthode. Elle a totalement adhéré à la démarche expliquée, sans jamais faire un “caprice”. Je voyais d’autres parents animés d’une même bonne volonté de faire plaisir céder à des achats “mirifiques”, simplement parce qu’ils ne se donnaient pas le TEMPS d’expliquer et de convaincre.

    Notre “oeuvre” sera plus durable car les plantes ne sont pas totalement écloses et que nous avons écartés les essences qui vont “cuire” sous la gelée. Note sapin sera très beau MEME s’il est miniature et PARCE qu’il est mignature, justement.

    Il en va de même pour le cadeaux (en parie surprise) en partie sur la liste. Zoomer le obot chien est accapté, mais le petit modèle, parce qu’elle souhaite des crayons Faber Castell forts chers mais d’une qualité merveilleuse qui dureront plus que Zooner aussi grand soit il et qui vont lui donner des heures de création beaucoup plus stimulantes de son propre aveu.

    Ah bien sûr les grandes robes à l’anciennes portées par des dames de la cours sont des albuns bien plus chers que les dessins grossiers des collections ordinnaires. Donc, il y en aura moins. Mais les somptueux catalogue d’oiseaux de la forêt, les dessins fins et raffinés de fleurs faites de dessins réalistes, vont lui permettre de renouveller dans sa chambre des cadres phtos charmants mais qui ne correpondent plus à la “grande qu’elle est”. Nous mettrons sous verre et sous les anciens cadres les nouvelles productions (elle a un vrai don de coloriste et les résulatats sont maginfiques (objectivement).

    Si vous n’aimez pas ces activités ce n’est pas grave. Trouvez votre propre projet, ce qui compte est de faire quelque chose de personnel et de “remettre au goût du jour” des objets déjà présents.

    Ce sera un noêl des “possibles” et pas les très belles compositions “toutes faites” de l’enseigne qui les fait payer au prix fort.

    C’est une leçon de vie, de savoir vivre, de savoir être. C’est vraiment une expérience FORMIDABLE, partagée, dirigée mais pas autoritaire au sens ancien. Elle sait POURQUOI et cela la stimule. beaucoup de parents pleins de bonne volontés achetaient sous la contrainte des réalisations certes merveilleuses et attirantes mais sans apport personnel et sans défit.

    Nous sommes sorties avec un projet réfléchi, construit autour de plantes choisies par elle avec mes conseils. La nouvelle autorité c’est la coopération (parfois imposées par les contraintes) mais qui une fois comprises est riche, forte, jubilatoire même. A moi de l’aider à réaliser une composition à grand spectacle formée d’un dégradé de verts, de gris, de verts foncés, de pourpre, de bois nus rouges, bref de fleurs qui n’en sont pas toutes, il s’en faut. A dix ans ça ne tombe pas sous lesens.

    C’est bien sûr une “saga” tout à fait mineure aux yeux de beaucoup, mais ce n”est pas grave, pour nous c’est notre aventure et notre défit. Trouvez Votre défi à vous et votre enfant vous dépassera en créativité, en astuce, en audace.

    Passez d’excellents moments de préparation de Noël, à votre mode et selon vos modèles mais faites participer imaginer, découvrir. C’est ça votre/ notre travail de parents à mon sens, faire découvir des mondes cachés sous les rêves scénarisés et artificiels.

    Belle préparation de l’avent à toutes et à tous. Dans la magie expliquée, la foi assumée ou le bricolage fûté.

    Amicalement à toutes et à tous

  • Albane PROY dit :

    Pardons pour les coquilles d’accords et les s qui ne sont pas à leur place. Je ne me relis que trop tard, après la publication, malgré mes efforts, je suis une enfant de la méthode globale, qui malgré la culture, ne contient pas les rélexes conditionnés qui sont acquis chez ma fille. C’est humiliant, détestable et définitif encore aggrévé par la pratique de la rédaction en trois langues (où je fais des fôtes aussi). je vous en demande pardon.

    Bien amicalement

    Albane

  • Quelle difficulté à se faire entendre!
    A quasiment chaque consigne que je lui donnes, il trouve quelque chose à dire, parfois sensé mais quelques fois, je vois qu’il cherche mes limites.
    C’est du parfois!

  • Quelle difficulté à se faire entendre!
    A quasiment chaque consigne que je lui donnes, il trouve quelque chose à dire, parfois sensé mais quelques fois, je vois qu’il cherche mes limites.
    C’est dur parfois!

  • Nathalie dit :

    Bonjour,
    Cet article sur l’autorité est précieux, ainsi que le précédent. Nous sommes tous dans la difficulté face à l’autorité, rigide, laxiste, ou comme c’est mon cas, ne sachant pas du tout comment se positionner face à l’enfant. Pourtant mon papa est un excellent modèle d’autorité, mais comme j’ai vécu chez ma maman qui était tyrannique, je n’arrive pas à reproduire le modèle paternel; ferme, mais patient et doux, il était intransigeant sur les principes mais toujours dans la douceur et on sentait qu’il cherchait le bien de l’enfant. Mon but petite; ne pas décevoir Papa.
    Merci pour cet éclairage qui ne manque pas de bon sens et met en lumière (un éclairage qui met en lumière… logique) ce que je pressentais mais sans réussir à l’exprimer ni à le mettre en application. Cela pousse à réfléchir et à se remettre en question.
    Nathalie.

  • Carole Mary dit :

    Bonjour Rémy et Cécile,

    Si je comprends correctement cet enseignement, même si on n’arrive pas rapidement au rythme que l’école à la maison demande, cela n’a pas d’importance tant que l’enfant grandit selon son rythme pour ensuite allez plus vite, et que l’épanouissement de l’enfant se développe avec l’attitude stable stricte grandissante et complice du parent est-ce bien cela ?

    • Rémy et Cécile dit :

      Oui, c’est ça. Et au fur et à mesure que vous acquerrez la maîtrise, vos techniques aident à aller plus vite et plus loin. Il n’y a pas d’urgence à aller vite. Comme le sportif: on fait la course quand on y est disposé.

  • Toujours aussi pertinents vos articles, celui-ci me parle beaucoup.
    Non seulement vous nous armez pour l’école à la maison, mais en plus nous pouvons devenir de meilleurs parents, école à la maison ou pas. Quelle chance de vous avoir découvert !!
    Merci Rémy, merci Cécile.

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci à vous Aicha !

  • Bravo ! Merci pour tous les conseils !

    Soyons dignes de vos explications, à nous de nous amuser.

  • Clemence dit :

    Pour info, erreur de source il me semble

    La Prière de Michel Menu « Si tu veux être chef un jour » :

    « Si tu veux être chef un jour, pense à ceux qui te seront confiés ; si tu ralentis, ils s’arrêtent ; si tu faiblis, ils flanchent ; si tu t’assieds, ils se couchent ; si tu critiques, ils démolissent. Mais… si tu marches devant, ils te dépasseront ; si tu donnes la main, ils donneront leur peau et si tu pries, alors, ils seront des saints. »

    Michel Menu (1916-2015)

    • Merci Clémence ! Nous n’arrivons pas à avoir de certitudes, mais la mention sera faite. Est-elle de Michel Menu, du Père Sévin, de Charette ou de Fernand De Ligny ?

  • matmag31 dit :

    Merci beaucoup pour ces enseignements très enrichissants qui nous invitent à revoir en profondeur notre façon d’être avec nos enfants et même au delà.

  • sandrine dit :

    Tout à fait d’accord : “la légèreté, c’est du lourd !” Plusieurs, superbes, conseils à mûrir.

  • Très bon article, très éclairant. J’ai commandé le livre recommandé, hâte de le découvrir. Merci pour tous ces conseils !

  • Delphine Cottin dit :

    Lorsqu’on est trop gentil, on récolte souvent le comportement inverse. Il faut savoir doser et c’est très bien expliqué dans votre article. Merci.

  • Noria ANDRE dit :

    Bonjour à toutes et tous,
    effectivement il est important de savoir adopter l’attitude juste envers son enfant .Celle qui l’aidera à pousser le plus aligné possible.
    Et croire qu’être cool, dès leur plus jeune âge, est une bonne chose, se révèle être une monumentale erreur !
    J’aime l’image du tuteur pour maintenir un plant de tomates.
    Celui qui aidera son plan en l’accrochant à une tige solide aura un pied fort et qui sera en mesure de donner de beaux fruits, mais celui qui n’utilisera pas de tuteur rigide aura un pied de tomate qui se couchera au sol sous le poids de ces fruits et ces tomates ne paieront pas bonne mine…
    Je vais tout faire pour devenir ce tuteur que je n’ai jamais été. Et mètre les conseils de Rémy et Cécile en pratique.
    Ma fille à 9ans et elle me parle comme si elle en avait 15 !
    La vie ne lui a pas fait de cadeau et notre société tente à démolir l’unité familiale quelle qu’elle soit.
    C’est un sacré défit et je remercie le ciel de m’avoir mise sur le chemin de l’école à la maison. Je pense que de reprendre la responsabilité des apprentis-sage et de l’éveil de mes enfants va redonner du sens à mon rôle et mon autorité de maman. Puisque pour moi ça sonnait faut d’emmener mes enfants dans des structures avec lesquelles j’étais en désaccord.
    Je me pliais à contre cœur à ce que je croyais être la règle et par la même je déléguais la responsabilité que j’ai envers MES enfants à des personnes que je ne connaissais absolument pas !
    On ne verrait pas ça chez nos amis les animaux !
    Notre monde ne tourne pas rond !! je pense qu’il est temps de reprendre les choses en mains et de remettre un peu d’ordre dans tout ça en commencent chez soi.
    Merci de tout mon cœur à vous Cécile et Rémy, de nous accompagner dans cette honorable démarche 🙂

    • cecileetremy dit :

      Réflexion cruciale, voilà une détonation dans votre parcours qui marque une nouvelle vie. En effet, on “délègue la responsabilité à des personnes que nous ne connaissons pas”. Et c’est vrai aussi en politique, en justice, en santé, en alimentation ! La question “qui êtes-vus ?” est une bonne question. A l’employé de la CAF: qui êtes-vous pour me demander un certificat de scolarité, en violant ainsi la loi ? Et pour qui me prenez-vous, moi-même ?”

  • Marie TREHOUX dit :

    Chapitre écouté et lu attentivement. Très intéressant, personnellement je cherche encore ma place en tant que maman qui fait l’école à la maison. J’ai bien compris le principe, mais mon vécu, mon histoire fait que parfois j’ai du mal à trouver la bonne distance. Je suis de nature plutôt gentille, mais la vie a fait que j’ai envers mes enfants toujours eu un comportement plutôt autoritaire, et mon conjoint c’est pareil tout en ayant bien sûr ces moments de complicité et de tendresse ! Je rencontre les mêmes problèmes que certains d’entre vous. Et parfois, mon autorité est mise à rude épreuve qui du coup me donne des impulsions de doutes. J’espère qu’avec le temps et la pratique, je vais trouver la juste place et réussir.

  • Catherine Breuil dit :

    J’ai tellement été dure avec mon fils aîné par manque de temps et de conscience tout au long de son enfance qu’aujourd’hui je n’arrive pas à lui dire non quand il me réclame encore de l’argent pour boucler son mois alors qu’il reste dans un appartement dont le loyer est supérieur au tiers de son salaire….

    Je ne sais pas comment réparer notre relation….

    • cecileetremy dit :

      Le moyen le plus puissant est l’activité commune, le voyage ensemble etc. Quelle activité lui plairait, le fascinerait ? Il suffit parfois d’un seul jour. Sinon, a-t-il quelqu’un de qualité dans sa vie, à part vous ?

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    La vidéo à voir avant tout ↓

    s2Member®
    >