Hausse de l’école à la maison: est-ce un problème ?

Hausse de l'école à la maison15, 18, 23 visiteurs simultanés, ces chiffres sont impressionnants pour ce qui est censé être un site consacré à une activité marginale, l'école à la maison. La hausse est nette. Cela fait des dizaines de milliers de visiteurs par mois.

Ce site est donc leader.

Mais au-delà, on voit que le public tend de plus en plus à s'éloigner de l'école classique, en perte de vitesse.

Est-ce pour cela que le gouvernement durcit les choses en votant ses 3 lois folles de la rentrée 2018-2019 ? Oui, et le contraire est vrai aussi: les familles s'éloignent de l'école à cause de ce genre de folie législative qui entend se mêler de tout.

Nous avons largement abordé ces sujets et expliqué que cette multiplication de lois est comme la multiplication de réformes à l'école: le signe d'un manque de savoir-faire, d'une incompétence pour tout dire. Un Etat fort n'a pas besoin de beaucoup de lois. Un Etat faible les multiplie.

La faiblesse d'un Etat s'accompagne toujours de brusquerie, de brutalité, d'interdits et d'obligation.

Et quand un Etat est faible, les gens s'en détournent.

Notre site, votre site, connaît un succès croissant depuis sa création. En ce moment, il est en pleine croissance. C'est le bouche-à-oreille qui fonctionne le mieux. En effet, d’après nos études statistiques, c'est davantage le travail que nous réalisons tous les jours auprès des familles que le référencement Google qui amène de nouveaux visiteurs.

Nous en sommes heureux car, vous le savez, notre but est de sauver et d'aider le plus grand nombre d'enfants possible.

Ce résultat se place très loin devant ceux des "associations" qui comptent beaucoup moins de membres ou d'activité. Ce sont donc des efforts libres et non des organisations subventionnées par l'Etat, qui font la différence. Le public se détache d'un système.

Est-ce un problème qu'il y ait une hausse de l'école à la maison ?

Pour l'Etat, c'est évident. Mais pour nous ? Cela risque-t-il de nous attirer des foudres ?

L'Etat ne peut que se braquer

L'Etat n'a montré aucune délicatesse depuis des lustres. Mais il montre parfois une volonté de conciliation, par exemple à l'approche des élections. Très relative, car ça ne l'empêche pas de faire passer des textes parfois illégaux, comme nous le  montrons dans la page consacrée à la loi (voir menu).

Peut-il prendre des  mesures contre nous ?

Il peut essayer. Mais étant fragilisé en ce moment par une note internationale qui dégringole et la chute au niveau de "démocratie imparfaite", il lui est difficile de faire fermer beaucoup plus de sites libres. La France est l'un des pays les plus censureurs du monde (on note que la réponse à cet argument affirme que la France tient à "protéger la dignité humaine" et la "mémoire de la Shoah", motifs récurrents du contrôle). La république n'a pas intérêt à trop en faire. C'est ce qui explique que nous sommes toujours là. Surtout que nos propos sont toujours mesurés. Et vérifiables.

S'il dépasse les limites, il bascule

Et s'il bascule, il passe de "démocratie imparfaite" à... quelque chose qui n'est plus du tout fréquentable.

Et s'il en vient là, nous avons toute liberté de faire ce que nous voulons car la Constitution et les Droits de l'Homme affirment un droit et même un devoir à refuser les lois illégitimes. Une loi qui ne respecte pas le Constitution est illégale. Et il faut y désobéir. C'est indiqué dans les texte, c'est la règle, c'est la juste morale.

  • HD dit :

    Bonjour Rémy et Cécile. Votre aide est inappréciable. Merci. Du fond du coeur. Que Dieu vous guide.

  • >
    error: Alerte: Contenu protégé