Français: la grammaire en question, conjugaison et dictée


La dictée, premier antidote d'une grammaire compliquée

La dictée est un exercice un peu oublié par l’école et pourtant ce qu’elle apporte est merveilleux.

L’attention d’abord parce que l’enfant doit écouter. Si vous avez un problème de concentration, la dictée est un remède.

La culture ensuite, parce que le texte que vous choisissez est consistant et beau.

L’intelligence, car la main et l’esprit travaillent ensemble pour rédiger, ce qui est un exercice complexe; le cerveau coordonne des éléments de grammaire, d'orthographe, de ponctuation. Elle permet de prendre la grammaire en main sans le savoir.

La dictée permet aussi d'intégrer ces notions abstraites et parfois difficiles que sont la grammaire et la conjugaison.

Et peut-être plus encore, la dictée amène à une maîtrise de l'expression qui est le premier facteur de confiance en soi.

La dictée est un formidable outil.

C'est d'ailleurs pour ça que beaucoup de mamans y recourent, certaines une fois par jour en CE: nous les félicitons, et elles s'en félicitent aussi car c'est à la fois facile pour elles avec des bénéfices énormes.

A notre avis, on en fait au moins trois par semaine, ce rythme est recommandé aussi tard que possible, même dans l'âge avancé, car l'acquisition d'un écrit de qualité sera fondamental toute la vie. Il est navrant de constater que des employés ou des cadres, ou même des journalistes et des enseignants, écrivent mal et avec des fautes, cela les disqualifie d'emblée.

En revanche, si vous écrivez manifestement bien, le lecteur repère que vos fautes sont des coquilles et les excuse.

Il faut pratiquer la grammaire pour la connaître, faire des dictées avant d'apprendre des règles par cœur. Vous le savez, maintenant. Utilisez des formes, faites-les utiliser par l'enfant dans des exercices nombreux. "Il eut fallu que...", "s'il avait pu deviner qu'il pleuvrait, il..." Pratiquez avant de demander des réponses. Demander une réponse à un enfant qui ne sait pas bien n'est pas profitable, c'est stressant. Demandez après avoir vu, dit, pratiqué, lu à haute voix plusieurs fois. Répétez, répétez, faites répéter.*

Ensuite et enfin, vous en viendrez à la dictée.

La dictée peut être ludique. Aussi, vous pouvez en proposer en guise de jeu, comme le faisait Bernard Pivot. Surtout si l'enfant n'en a jamais fait. Oh ! ne faites pas trop les malins, nous vous proposons à la fin une dictée dans laquelle vous allez faire au moins 20 fautes. On parie ? 🙂

Vous commencerez par ces dictées récréatives avant de programmer officiellement des dictées hebdomadaires, juste pour l'introduire de manière ludique. Si vous avez déjà commencé la dictée, ces dictées récréatives peuvent être des (...) la suite est réservée aux membres accompagnés, pour activer votre accès membre, passez par ici. Déjà membre accompagné ? Connectez-vous dans le menu du site (en cas de souci, voir la FAQ)

Bonjour, je suis Oriane

Ce site est très complet et vous semblera même trop fourni. Pas d'inquiétude !

Nous vous enverrons tout ce qu'il faut savoir, jour après jour. Il vous suffit pour cela de vous inscrire. En revanche, si vous cherchez une information immédiatement, fouillez le menu "Kit démarrage" ou tapez le mot dans la recherche.

Pour finir, les familles ont besoin de ce blog pour sortir du système, soutenez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  1. J’ai eu un instit. qui marquait verbalement les accords, les pluriels, les lettres muettes pour certaines dictées. J’entends encore sa voix parfois lorsque j’écris. La mémoire auditive peut s’utiliser aussi.

  2. C’est assez fréquemment que je constate une confusion de ce genre entre l’enseignement du français qui devrait etre un plaisir et l’enseignement de la technique de la grammaire qui décourage. En effet c’est mieux d’expliquer la grammaire aprés, quand l’enfant a envie de comprendre les rouages.

  3. Il a l’air sympa ce français, une jolie façon de faire comprendre aux enfants qu’il faut peut à peut couper le cordon en acquérant le langage et la pensée! on pense quand on est jeune qu’en Français: grammaire, conjugaison et dictée sont inutiles, et on s’aperçoit quand on entre dans le monde du travail que ça joue énormément dans les progrès de la carrière.

  4. Bonjour une à deux dictées par semaine, c’est ce que nous faisons depuis septembre et les résultats sont fantastiques ! Nous allons passer à trois juste cette année et le début de l’année prochaine.

  5. Difficile de se mettre au diapason d’un vocabulaire élevé dans un temps ou on parle comme on pense et ou on pense en dix mots. Merci pour cet apport.

  6. Trois dictées par semaine me semble bien au CE1. Persistez sur cette voie, c’est un plaisir de vous suivre.

  7. Noble article, ma foi, j’en avais lu un semblable il y a quelques années mais davantage sur le probleme d’une disparition de la bonne grammaire. Nous convenons qu’elle est incontournable. C’est plus difficile de le faire pasdser à l’enfant.

  8. La dictée? qu’est-ce donc que cet outil du passé? Réactionnaires de la langue française!!! ^^

    Je déplore sa disparition, pour ne voir d’ici de là que quelques mots, une phrase tout au plus sur les cahiers des petites classes.
    Quand je pense qu’à mon époque nous y avions droit presque tous les jours pour les mots de vocabulaire, puis au moins une fois par semaine pour LA grande dictée…

    Excellent exercice remis au goût du jour chez nous par le biais de l’ouvrage “La bonne méthode de dictée”.
    Notre fille a repris confiance en elle, en son expression écrite grâce à la dictée, a acquis de solides bases en conjugaison, en grammaire que l’école ne lui apprend plus.

    Merci pour vos précieux conseils!

    1. Très bonne idée, on fait souvent des dictée de mots pour réviser la dictée du lendemain par exemple.

  9. Une nouvelle fois, merci pour ces précieux conseils car j’appréhendais le sujet.

    Faire passer la grammaire “en douceur” par la pratique de la dictée est bien vu et semble tellement naturel après coup.
    Cela me rappelle que lors de mon passage à l’école, le moment de la dictée était un de mes moments préférés. Entre tension et satisfaction de pouvoir restituer à l’identique les mots péniblement appris. Dans mon cas, la mémoire visuelle a été très importante.

    Vos conseils m’aideront je l’espère à ne pas communiquer mon propre stress aux enfants, quant à l’apprentissage des matières du français -orthographe, grammaire, conjugaison-.

  10. Très bel article c’est a peu près 3 a 4 dictée par semaine que nous faisons et la progression est surprenante….merci!

  11. Merci pour cet article!
    C’est en fait depuis tout petit que l’enfant est initié à la dictée. D’abord, on lui dicte des lettres de l’alphabet, ensuite des sons, puis des mots et enfin des phrases.
    C’est magnifique pour enrichir le vocabulaire et progresser en orthographe.

  12. Bonjour,
    chez nous, nous travaillons 4 jours/semaine, et chaque journée démarre par une dictée. Ma plus jeune fille déteste lire, sauf que depuis que nous procédons de cette manière, la dictée devient intéressante car elle lui permet d’avoir la suite de l’histoire ! Je ne désespère pas de réussir à la réconcilier avec la lecture….

  13. Je me revoie encore angoissée devant l’interro des verbes irréguliers en classe de cinquième avec cette grammaire Grevisse que j’ai vendu plus tard tellement elle m’avait fait pleurer… merci Remy pour cet article qui donne une vision ludique de l’apprentissage la grammaire.

  14. Oh la dictée…
    J’aimerais retourner en classe rien que pour retrouver cette ambiance. On en faisait tous les jours. C’était pour moi un moment délicieux. Aujourd’hui, je ne sais s’ils enfont encore. Actuellement, avec mon fils de 4 ans, on en fait, bien sûr, ce ne sont que de petits mots, mais il aime ça. Quand on regarde un beau dessin animé par exemple tel Maya l’abeille (c’était le cas hier), il m’a demandé comment s’écrivait Maya. Il connaissait quelques syllabes et a fait les assemblages tout seul: MA (comme MAMAN), YA (comme dans “son prénom”). Il était tout heureux. Parfois je faisais celle qui avait besoin d’aide pour écrire tel ou tel mot, et il était toujours prêt à m’apporter cette aide. Bien sûr, des mots simples: salade, lavabo, vélo, locomotive, bébé, etc.
    Je profite encore de cette occasion pour vous remercier Rémy et Cécile pour votre travail et le soutien que vous apportez à tous ceux qui veulent donner le meilleur à leur(s) enfant(s).
    J’ai l’intention de m’abonner au coaching parce que j’ai besoin d’aide pour faire l’IEF.
    Bon courage et bonne continuation à tous ceux et celles qui choisissent le bonheur de leur progéniture.
    A très bientôt Rémy et Cécile

  15. Merci pour cet article très intéressant. Je retiens l’idée de cacher le mot mal orthographié. Je ne vois pas très bien comment mettre cela en place, mais que de fois arrive-t-il qu’en se corrigeant l’enfant recopie la même faute..

  16. La dictée est en effet un exercice très complet: j’ai amélioré mon fils dysorthographique avec trois lignes par jour. (bien sûr, au début on étudie le boscher) Et les progrès sont spectaculaires! Maintenant on ajoute la conjugaison et la grammaire.

  17. Article très intéressant qui donne justement envie de faire une dictée !!
    Merci pour la très bonne idée des Petits homeschoolers : ne pas voir la faute ! Il fallait y penser, ce petit bout de papier qui cache l’erreur et qui permet de réécrire directement le mot bien orthographié 🙂
    Encore une fois un grand merci pour vos articles.

  18. Je trouve en effet essentiel de bien préparer la dictée pour éviter de mettre l’enfant en difficulté ou pire, en échec. Une fois de plus ces conseils permettent d’aborder la leçon de façon ludique et intéressante tant pour l’élève que pour le répétiteur. Pour ma part, revoir la grammaire ne sera pas un luxe !

  19. Cher Rémy et chère Cécile,
    Non seulement je pensais bien ne pas échapper à la dictée mais elle est pour moi l alpha et l oméga de l enseignement du français .
    J utilise un livre qui raconte une histoire (Amadou le petit bouillon en ce1 puis dans les autres classes je change à chaque période ) et nous commençons chaque temps de travail par un temps de lecture . L enfant a très envie de savoir la suite de l histoire et reviens volontiers après la récréation pour lire : il veut savoir la suite . Ce faisant il s imprègne du champ lexical , ce qui limite les fautes d usage .
    Cela me permet de repérer les difficultés de lecture qui sont une première source d’erreur.
    Quand nous arrivons au moment de la dictee , c est moi qui lis . Pour le ce1 j aime bien le cahier de dictee : l enfant peut voire qu il a beaucoup travaillé est etre fier de lui. De mon côté , je vois mieux la pro agression . Je fais très attention aux liaisons et je les répète . Je coupe des morceaux de phrases cohérents cad qui ne séparent pas le sujet du verbe( pour les collégiens qui préparent la dictée de français au brevet , si la phrase est longue et que le sujet est perdu au milieu des compléments , je rappelle le sujet : les marins donc … tentèrent un dernier effort)
    Puis c est le temps de la relecture , c est très important . Mon petit ce1 voulait tout réécrire.
    Le maître-mot c est COMMENT RATTRAPER LE COUP ! Il est fondamental de faire comprendre à l enfant mais aussi à la maman qui les erreurs sont un tremplin d apprentissage c est une ouverture
    D abord pour l enfant à la relecture : il met en route les mécanismes qu’ on lui a appris . Je lui demande de réfléchir tout haut quant il a des difficultés pour compère comment ça se passe dans sa tête mais je ne donne aucune solution . Mais il m arrive de jeter un coup d œil discret sur la copie et commencer d ‘un ton doctrinal : “une phrase commmence par une …. ” l enfant complète la phrase et cherche dans la dictée ou cela peu s appliquer .”on n oublie pas les accords du pluriel”. ” On pense bien au accords sujet-verbe” et on le laisse réfléchir. En silence.
    À un moment l enfant ne voit plus rien . Je ramasse je corrigé en rouge
    -2pt faute de grammaire ou d orthographe grammaticale(il y a une règle )
    -1pt pour l orthographe d usage
    -1/2 pour les accents (“à ou a”il y a une règle donc -2pt; mais “élève ” s il s embrouille dans les accents c est -1/2 pt
    -1/4 pour les majuscules et la ponctuation.
    Je ne pratique pas la double peine mais entre deux je choisis la plus lourde .
    Si un mot , repris plusieurs fois dans la dictée est mal orthographié, je ne le compte qu’ une fois .
    Et j écris la note quelle qu’elle soit. Même si elle est très basse . L avantage c est qu’on ne peut que progresser . Mais je raccourci la dictée suivante pour ne pas le décourager
    Enfin la correction .
    Je note la correction et je fais une moyenne avec la dictée c est cette note que je mets dans le carnet .
    Apres la dictee nous tirons un trait et nous ecrivons à l’encre “correction ” toute la correction ensuite se fait à l encre .

    “Une phrase commence par une majuscule et fini par un point ” à sa première dictée mon petit ce1 a oublié toutes les majuscules . Je lui ai fais faire une ligne d écriture de chaque majuscule oublié et je lui ai fais répéter 3 fois la règle tout haut en lui disant “si demain tu oublies , tu devras la copier 1x , si tu oublies la 2ème fois tu devras la copier 2x et ainsi de suite. Ce n est pas une menace , je te la dis pour la mettre dans ton oreille , je te l écris pour la mettre dans ton œil , tu la répète pour la mettre dans ta bouche , si ce n’est pas suffisant pour la mettre dans ta main alors il sera peut être nécessaire copier .” Et en effet à la dictée suivante, il manquait des majuscules. Il a copié la règle une fois et maintenant il est extrêmement fier lorsqu’ il pense à mettre une majuscule en début de phrase de me dire la règle . C est un vrai bonheur la règle le rassure et l ‘assure. Le protège des fautes , il l a compris . Il voit maintenant d un tout autre œil les règles de grammaire : ce sont ses ailiers , chaque règle est une pièce de son armure pour se protéger de flèches que sont les fautes.
    Orthographe d usage
    J écris en rouge dans la marge tous les mot d orthographe d usage ( correctement orthographié )qu’il n’a pas su écrire pour qu’ il les copie une fois en regardant , une fois sans regarder )
    Orthographe grammaticale
    J e relève une par une les fautes d orthographe grammaticale, j écris la règle et je demande à l enfant de la réapprendre et de me la réciter ( ” la prochaine fois , si tu te trompe encore il faudra la copier pour que ça rentre mieux “) puis de trouver dans la dictée des endroits où cette règle s ‘applique et de corriger ( sous la règle )
    Fautes de grammaire
    Souvent l enfant n a pas repéré quel était le sujet du verbe , ou bien à quel nom se rapportait cet adjectif. Je demande alors à l enfant d analyser les mots
    Nom -nature. Verbe -infinitif
    -genre et nombre. -groupe
    -fonction. -personne
    -temps
    En montant dans les classes on ajoute – mode
    -forme
    -voie
    Faute de conjugaison
    L enfant conjugue par écris le verbe au temps où il est dans la dictée à toutes les personnes .

    Pour toute cette correction il peut demander de l aide . Quand il a bien compris la démarche , il va lui même chercher les mots dans le dictionnaire , les regles dans son cahier de règles , la conjugaison dans son Bescherell
    L idée est de lui dire les choses clairement et dans le bon ordre . Et de lui soustraire au fur et à mesure les aides dont il n a Plus besoin et qui pourraient finir par l entraver .
    Quand tout ce travail est fait , je corrigé cette première correction que je note pour faire une moyenne avec la dictée .
    Il est important pour l enfant de pouvoir en quelque sorte “racheter ses fautes” par une “bonne correction” il en sort grandi, victorieux !
    Fort de cette espérance nouvelle de la vérité qui rend libre , il peut enfin saisir son bic vert est corriger en toute connaissance de cause dans la dictée .
    “On n ‘écrit jamais un nom sans son article ni un verbe saison sujet ”

    J étais personnellement très nulle en dictée mais avec cette méthode inspirée du cours (CX1) et une excellente prof de français de 5 ème qui ne lâchait pas les élèves tant qu’ il restait des fautes dans les corrections nous avons tous fait beaucoup de progrès.
    Bon courage à toutes les mamans qui vont le mettre en œuvre aux enfants qui vont s y atteler avec ardeurs aux papas qui vont encourager avec patience.
    Blanche

    1. Voilà une méthode précise qui sans doute donne d’excellents résultats, car elle est claire, Blanche. Merci pour cette explication très intéressante !

  20. Un grand merci à vous Rémy et Cécile pour tout ce que vous nous apportez, c’est d’un grand secours

  21. Bonjour
    Nulle en dictée quand j’étais enfants , j’ai dû m’y remettre en prépa!!!! et la nuit! la journée étant en cours! alors j’ai fais comprendre à mes enfants l’importance de l’orthographe. Malheureusement il n’y a pas de dictées à l’école qu’une douzaine de mots à apprendre bêtement et qu’ils doivent “recracher” une semaine plus tard sans aucun contexte, sans même connaitre ni leur nature ni leur genre. C’est aussi pour cela que nous avons pris la décision de tout reprendre avec mon fils qui va débuter les cours à la maison dans quelques jours. La dictée est primordiale. Je ne pensais pas qu’il fallait forcément la préparer mais votre article et celui de Blanche m’a permis de comprendre l’importance de sa préparation et la méthodologie. Alors merci!

  22. bonjour a vous

    effectivement très juste ….. je pratique déjà des petites dictées de syllabes et de mots simples , j attaque tout doucement de petites phrases !!!!
    c est un bonheur de voir les progrès de notre petite de 6 ans !!!

  23. Bonjour,

    Merci pour cet article. Pour moi il est, en effet, très important de bien écrire, dans tous les domaines. J’ai trois enfants de 20, 18 et 10 ans. Lorsque les aînés étaient en primaire et qu’ils faisaient des devoirs et qu’ils étaient cousus de fautes d’orthographe et de grammaire, j’étais choquée de les entendre dire ” ce n’est pas grave, mon maître ou ma maîtresse ne me retirera pas de points pour cela”. Avec mon “petit” dernier, je fais l’école à la maison et ne laisse pas passer les fautes d’orthographe même pour un devoir de mathématiques….

  24. ” les outils viennent toujours après une première approche et une habitude de fréquenter la matière.” Je trouve cela tellement juste ! Merci encore une fois pour tous ces precieux conseils !

  25. En ce qui nous concerne, mes deux aînés de douze et onze ans ont fait 4 années au cours (CX1) et donc toutes les dictées préparées ou non qui allaient avec le cours. Et…. leur orthographe est toujours aussi catastrophique quand ils rédigent des réponses pour l’interrogation d’une leçon d’Histoire par exemple, ou une rédaction. L’aînée s’en sort correctement en dictées (en 5e) mais dès qu’elle rédige librement, c’est la cata. Comme si la forme lui était complètement égale, même après une relecture. Le second, en 6e, peine encore en dictées. Alors que faire?
    J’en profite pour vous dire que je voudrais rendre justice au cours (CX7) que nous avons choisi cette année. Je sais qu’il n’a pas bonne presse sur ce blog. Je suis impressionnée par la qualité de leurs cours de français. Je me régale, autant que mes enfants, en étudiant tous les extraits de littérature française (prose et poésie) qui sont proposés chaque jour. Les enfants grandissant, il est agréable que leur programme soit fixé d’avance et que ce ne soit pas moi qui le fixe comme à (CX1). Ainsi ils ne se tournent pas vers moi lorsqu’ils trouvent que le programme est trop long… Le cours de catéchisme est excellent aussi (en tout cas pour les 5e et 6e).

    1. Bonjour Isabelle,
      “Comme si la forme lui était complètement égale, même après une relecture”, quelle sorte de relecture faites-vous ?
      Bien reçu pour (CX7), nous rapporterons votre témoignage.

  26. Ah ! La grammaire, la conjugaison… l’orthographe ! Personnellement, j’ai toujours aimé les dictées justement parce que c’est plus facile pour apprendre les règles ! Et pour que mes enfants se rendent compte de l’importance d’un texte bien écrit, je leur dis que quand on lit on a juste à profiter de la beauté du récit ! Que se soit dans un livre… ou dans leurs propres rédactions !

  27. Superbe article, merci,
    C’est la base mais on ne sais pas toujours comment s’y prendre et l idée d’écire de beaux textes est sûrement très enrichissant et structurant, ça permet d’élargir la vision le vocabulaire la façon de s’exprimer…

  28. Je me rappelle toutes les fois où je me cachais en classe pour faire des dictées sans que mes Collègues le sachent….

  29. Bonjour,
    en lisant votre article, j’ai souris. Je m’explique, c’est qu’avant avoir lu votre article sur “la grammaire”, et connaissant les difficultés de mes enfants face à la langue Française, c’est-à-dire grammaire, orthographe et conjugaison, après les avoir retiré de l’école publique, j’ai effectué une évaluation de niveau, et après coup, j’ai donc décidé dès le départ de commencer la journée d’école à la maison, en effectuant une dictée, ceci en me disant que cela les aideraient à mieux comprendre par la suite les règles du Français. Cela va faire 2 mois que l’on pratique cette méthode tous les matins sauf le samedi et dimanche. Au départ, c’était catastrophique, puis au fur et à mesure, j’ai vu les progrès, mais surtout elles ont plus de faciliter à intégrer les règles de Français et ça c’est super, même s’il y a encore quelques erreurs, je suis contente de pouvoir constater leur évolution et rapidité d’apprentissage, alors que ce n’était pas le cas en structure publique.

    1. Bravo ! voilà qui montre que faire les choses naturellement en tant que maman est infiniment plus efficace.

  30. Difficile quand un enfant et dyslexique mais pas impossible la lecture et la dictée l aide beaucoup

  31. Merci pour cet article qui me donne des outils complémentaires pour apprendre le français.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

La vidéo à voir avant tout ↓

s2Member®