Un homme ! chapitre II : Un éducateur (vidéo)

saint Bach éducateur http://l-ecole-a-la-maison.comL'homme éducateur et la capacité à dire non

Dans la suite de ce que nous disions la dernière fois, ce qui manque peut-être le plus à notre société, c’est la capacité à dire non. Soljenitsyne, éducateur de notre temps, disait que c’était là le rôle héroïque des temps modernes. On dit aussi que le mal ne vient pas autant de ceux qui le font mais de ceux qui ne s'y opposent pas (vous retrouverez l'auteur exact, n'est-ce pas ?*).

C’est la capacité à ne pas tout accepter. Il y a comme une incapacité du public aujourd'hui à fixer des limites, seule l’autorité publique et les tribunaux semblent en avoir le droit. C’est évidemment un non-sens. Mais cela produit en même temps une atmosphère de déliquescence où chacun peut faire tout ce qu’on peut imaginer « pourvu que cela n’empiète pas sur la liberté de l’autre ». Bien pauvre exigence !

L'exemple le plus frappant que j'ai croisé dans ma vie (pardon pour ceux à qui j'ai déjà raconté cette anecdote), est cette dépêche que j'ai lue un jour, alors que j'étais journaliste: "Dans le métro de Londres, un couple se livre à des baisers peu à peu plus intenses puis en arrive à des ébats sexuels devant tout le monde, sans que personne ne proteste. Ayant terminé, l'homme et la femme s'allument une cigarette. Ce n'est qu'à ce moment-là que les passagers se fâchent et les expulsent." C'est très exemplaire de cette philosophie très approximative du "fais ce que tu veux tant que ça n'empiète pas sur la liberté des autres". On craint davantage pour sa santé que pour son âme.

Charge de famille

Un homme découvre sa dimension véritable au moment où il reçoit la charge de sa famille. Non pas que sa vocation se limite à celle d'éducateur, mais le père donne à l'homme des moyens nouveaux et des qualités nouvelles. On a remarqué que les opinions changeaient fortement avec la paternité.

Même si la société lui dit qu’il doit renoncer à la forme virile de son autorité, il l’exerce naturellement, c’est son instinct et sa vocation, c’est à la fois naturel et spirituel, à la fois venu du fond de son être et une aspiration.

Il sent qu’il doit protéger les siens et aller chercher à l’extérieur de quoi leur permettre de vivre. Il doit aussi se mettre en partie à l’écart du centre du foyer où règne la femme, parce qu’il a besoin lui aussi de son aire. Il est « sur les marches » du foyer, c’est-à-dire en bordure. Son regard est en partie voué à l’intérieur de la maison mais pour l’essentiel, il est porté à l’extérieur. Chez la femme, cette proportion est inverse. Nous prenons un risque en disant ça, les réactions vont peut-être fuser mais si vous y réfléchissez sans parti pris, vous verrez que, dans la majeure partie des cas, c’est ainsi.

Si vous observez bien les comportements, vous verrez que la femme, (...) la suite dans votre accompagnement-formation (cliquez ici) déjà accompagné ? connectez-vous dans la colonne de droite → (en cas de souci, voir la FAQ).

13 réponses à “Un homme ! chapitre II : Un éducateur (vidéo)

  1. Très bon article, merci beaucoup. Avez-vous lu le livre de Diane Drory « un père, pour quoi faire? »? Que dire aussi aux femmes dont le mari est majoritairement absent? Doivent-elles essayer d’endosser les deux rôles? Est-ce possible? Il me semble assez peu commode de faire venir un oncle régulièrement à la maison, et encore plus de l’impliquer dans l’éducation d’enfants qui ne sont pas les siens…

  2. Merci beaucoup pour cet article, je n’avais jamais pensé que si mon fils ne m’écoutait pas c’est qu’il était à la recherche d’autorité masculine. Du coup j’ai un nouveau projeteur pour éclairer ma réflexion.

  3. C est un élement a prendre en compte car l e mari est aussi un pere, l enfant a besoin de lui, la femme a besoin d elui aussi et ce qui est bien c est que le pere peut emmener l enfant un peu plus loin ce qui laisse a la femme un peu de repos. Je pense que c est bien comme ca et je plains les meres seules. Ne quittez pas vos maris juste pour des histoires de coeur.

  4. la grande question de la place du papa mais quand il ne peut pas il ne peut pas je ne dirais pas qu’il a une panne 😉 mais il n a pas la tete a ca quand il rentre.

  5. Très beau et plein de compréhension pour cet être un peu mal à l’aise aujourd hui qu est le pere. L’ educateur revient tout de meme un peu, on a depassé la « femen »-isation de la société je pense.

  6. C’est vrai que cette question de l’homme en éducation est absolument centrale. Nous avons apprécié cette distinction géographique que vous avez faite entre homme et femme dans la maison, finalement c’est très vrai.

  7. Les vertus cardinales sont la prudence la tempérance la force et la justices, les vertus théologales sont la foi l’espérance et la charité , j’en déduis que l’espoir serait plutôt une vertu théologale que cardinale. Mais cela à t’il quelque importance ?

  8. Article tres interressant ,merci,qui met en relief ce que chacun peut apporter avec des faiblesses aussi bien que ses forces,

  9. Enfin les pères arrivent dans vos articles ! Ils n’étaient donc pas aux oubliettes pour incompétence totale et je suis rassuré par rapport à ce blog, car je me demande parfois ce que certains peuvent bien faire en voyant leurs rejetons à la dérive.
    Ils ne sont pas tous présents en ces temps de liberté choisie. Nous avons rejeté le modèle familial ancien, le nouveau pose pas mal de problèmes également. A vouloir exterminer l’autoritarisme, le machisme, pas mal d’obstacles privent les pères d’une expérience positive de leur paternité et de leurs responsabilités. Sont-ils à plaindre ? Ont-ils perdu tout courage ? En retrait, trop souvent, ils sont meurtris devant les difficultés de leurs petits, plus qu’ils ne le montrent et craignent de ne pas savoir les aider à progresser. (Pas tous évidemment.)

    Dans un modèle familial futur égalitaire, où chacun fabriquera sa descendance à partir de quelques cellules mises au chaud dans un bocal et du fric, tout sera parfait !

    1. Oui Paul, ça n’est que trop vrai, il y a une démobilisation. A nous à les remettre en selle, les mamans en ont besoin.
      Et quant aux enfants des manipulations laborantines, on sait depuis toujours que la nature est rebelle par… nature.
      Sauvons ce que nous pourrons, aidons ceux que nous pouvons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *