Le principe d’action et de réaction: soutien et opposition (vidéo). L’entourage, les proches

soutien et opposition action réaction

Une petite vidéo pour vous rassurer : voici ce qui arrive quand on décide de faire quelque chose d'important dans la vie.

Une belle-mère à sa bru: "Qui êtes-vous pour faire l'école à la maison ? vous n'êtes pas enseignante !"
De la bru à la belle-mère: "Qui étiez-vous pour avoir des enfants ? Vous n'étiez pas gynécologue..."

le schéma est ci-dessous

Christelle nous dit d'ailleurs:

bonsoir Remy et Cecile, je suis toujours avec beaucoup d’intérêt vos vidéos et messages, et je suis persuadée que vous avez raison. L’expérience des quelques années de scolarisation de mes enfants m’a très vite fait comprendre que ce que l’on proposait à mes enfants ne correspondait ni à mes attentes ni à leurs attentes. Cela expliquait qu’ils y étaient malheureux et je l’étais moi aussi. Lorsque nous sommes sortis de ce système ressemblant à une usine à formater de bons citoyens gentils , dociles , pas trop » forts » quand même , nous avons tous repris une bonne bouffée d’oxygène , et changé de chemin. Il fallait oser le faire, malgré toutes les pressions subies tant du côté de l’école , de l’IEN, de l’entourage, mais qu’importe , je savais que c’était le bon chemin , mon mari et moi avions pris notre décision avant de vous connaître. Depuis que nous vous connaissons , nous sommes sûrs de notre choix qui a été mûrement réfléchi et fait pour le bonheur et l’avenir de nos enfants.

https://l-ecole-a-la-maison.com/ce-que-dit-la-maitresse-ce-que-dit-le-medecin-scolaire/#comment-79893 | L'Ecole à la maison

Si vos amis ne vous soutiennent pas, sont-ils les bons ? Voyez cette réflexion de Mark et Angel.

Vos premiers pas: consultez cette page pour préparer le terrain.

Pour vos questions sur l'école à la maison "quand commencer, votre formation est-elle pour 1 ou plusieurs enfants, pourrai-je garder vos vidéos ? quand remettre l'enfant à l'école ?..." etc, allez sur cette page.

Nous voulions créer un schéma simple pour illustrer ce qui se passe quand vous voulez changer les choses. Il y a adhésion et opposition quand on agit.

Le principe d'action est à peu près le même

Le principe d'action (et de réaction) est constant, avec des variations de degré, bien sûr, et dans le temps.

La pression conduit à l'interrogation initiale. Vous réfléchissez à changer quelque chose.

Le principe d'action gêne la proximité, l'entourage, les proches

Par définition, votre action perturbe les habitudes et donc gêne la proximité.

L'opposition se manifeste très vite. Vos soutiens baissent. Vous hésitez alors et vous discernez. Puis, vous vous décidez. Là, c'est le combat à proprement parler. L'opposition est paroxystique, son but va être de vous anéantir ou d'anéantir votre action.

Mais cette opposition va s'effondrer très vite, en fait souvent juste au moment où vous allez lâcher.

Le principe d'action exige la persévérance

Vous allez alors persister et connaître vos premiers résultats et succès.

Le principe d'action conduit à la libération

Les soutiens vont alors se rallier lentement et l'opposition reculer d'autant.

Finalement, vous aurez le soutien général et l'opposition sera anéantie, mais ce sera le moment de l'interrogation, grâce au recul: sans opposition, vous vous affrontez vous-même.

Voici donc le schéma. Si vous regardez attentivement, vous vous apercevrez de beaucoup de choses mais la première est que lorsque vous ne faites rien, vous êtes de toute façon sous contrainte et sous pression. La libération de cette contrainte passera par une opposition plus ou moins forte, mais elle débouchera sur une énorme libération.

Le principe EAM Le principe d'action

Nous l'avons appelé Principe EAM pour Principe de l'Ecole à la Maison : la décision de faire l'école à la maison est archétypique de ce système: vous y pensez, on vous soutient mollement, vous subissez des contraintes, vous vous décidez, on vous lâche, puis peu à peu on vous rejoint et finalement c'est le succès, alors que vous vivez des interrogations, qui sont le début d'un sursaut et d'une sérénité sur le long terme. Voilà en résumé le phénomène.

C'est ce que nous avons tous vécu.

Nous en lisons de nombreux témoignages sur cette page.

Cliquez like ci-dessous

18 thoughts to “Le principe d’action et de réaction: soutien et opposition (vidéo). L’entourage, les proches”

  1. Oui, OSEZ l’école à la maison. Les bénéfices sont incomparables.
    Notre enfant qui, nous disait-on, ne savait pas compter jusqu’à 10 à 9 ans !!!!!!!!, a réussi les tests complets math, français et éveil.
    De plus, elle a repris confiance en elle. Pas à pas. Tenez bon. Et croyez en votre enfant !

  2. Bonjour Rémy, bonjour Cécile, encore une fois, une grand merci pour votre présence ainsi que tout ce qu’elle émane.
    Il est vrai que sans votre Site EM je ne me serais jamais engagé dans cette voie. Papa plein-temps avec deux jumeaux et je ne m’imaginais pas faire l’école à la maison. Mais maintenant je suis convaincu! Dure tâche,certes, mais pas impossible!
    En tout cas, c’est vraiment l’effet que me donne votre site internet… Merci, merci, merci

    Buddha meditait et une personne l’insulta et se moqua de lui. Bouddha restait calme. Cela énervait encore plus cette personne qui s’en prit de colère et de rage, l’insultant d’autant plus et jetant même des pierres, mais Bouddha ne répondait pas… Alors, au bout d’un moment, il se calma. Surpris par cette sérénité et paix d’esprit, cette personne lui demanda: Comment se fait il que vous ne répondiez pas à mes insultes et violence et que vous puissiez être toujours aussi radiant?
    Bouddha contesta: Si on vous donne un cadeau et que vous refusez ce cadeau; à qui appartient ce cadeau?
    La personne lui dit: à celui qui donne le cadeau! Et Bouddha souriant lui dit pour finir: Ainsi en est il pour les insultes, les menaces,les moqueries… ils appartiennent à celui qui les envoie

  3. D’accord du début à la fin.

    Je l’ai subi dès la décision prise. Oh! pas facile d’affronter tous ces regards qui vous jugent, vous condamnent, et toutes ces réflexions hm stupides! Mais, dans la vie, quand on y réfléchit bien, il ne faut pas s’attendre à ce que tout le monde vous soutienne pour chacune de vos décisions. A vous de vous prendre en main et votre vie et celle de vos enfants.

    Après une année, pratiquement plus personne, excepté l’IEN bien entendu, ne me dit « mettez-le à l’école! ». Peut-être se disent-ils « ben finalement c’est leur décision » ou « ils sont têtus de toute manière » ou « ils finiront bien un jour par lâcher » ou « après tout, ils ont pris la meilleure décision » ou « si l’on pouvait le faire aussi nous » etc.

    Qu’importe! Pour l’instant, on est là, je travaille, il travaille, on s’amuse et il s’amuse, on fait pleins d’autres choses que de rester enfermés ou dans la classe toute la journée ou dans la cour de récré à se faire taper, griffer, cracher par de soi-disant « amis » :[

    Certains, je vous le dis, certains parents (d’autres ne l’osent pas mais il est tellement facile de lire entre les lignes et dans leurs regards fuyants) nous racontent les problèmes qu’ils rencontrent à l’école: le retard dans l’apprentissage alors que leurs gosses y passent des heures, les soucis au sein des équipes d’enseignants, des remarques comme « Mon fils ne sait pas encore faire lire de simples syllabes » etc.
    Des enseignants (de l’élémentaire ET du secondaire) également me disent en avoir marre des réformes qui ne servent à rien d’autre que de les envahir dans leur programme déjà bancal et qui ne font pas de leurs élèves des « lumières », la pédagogie inadaptée… Excédés, ils me disent « mais je ne pas où l’on va? c’est du n’importe quoi! » en parlant bien sûr de toute cette bouillie que présente l’Education nationale année après année.

    Alors, aujourd’hui, je dis « j’assume mon choix la tête haute ».
    Je suis très fière de mon enfant qui avance bien et à SON rythme, et fière de ce que je fais parce que moi je le fais dans l’unique intérêt de mon enfant POINT BARRE;)

    Je sais que Rémy et Cécile ont une quantité de courrier à lire mais j’aimerai bien mettre en évidence ici:
    « Merci Cécile et Rémy car sans votre accompagnement, ç’aurait été moins bien quand même! »

  4. Merci pour votre shéma, je vous remercie encore de votre dernier envoi débat avec éric et delphine dont je vous ai laissé un long commentaire.

    1. Très beau commentaire en effet. Cet entrevue nous a semblée très utile aussi, suffisamment riche et rassurante.

  5. Nous avons dû avoir beaucoup de chance, car nous n’avons pas vécu ces courbes. Notre entourage a été étonné et s’est surtout assuré que notre décision était mûrie et nos amis, après l’étonnement du début nous ont surtout fait leurs remarques sous forme de questions « mais comment ferez-vous pour… ». Pas de réprobation ni de rejet, plutôt du scepticisme prudent.
    Bon courage à tous.

  6. Bonjour!
    Très encourageant, sachant l’énorme pression due à l’opposition des tous; famille, amis, institutions, voisins, et même passants!
    La meilleure attitude; Les chiens aboient… etc.
    Nathalie.

  7. Je reconnais mon expérience dans ce schéma. C’est rassurant.
    Et cela donne envie de prendre de nouvelles « bonnes » décisions.

  8. Je me poses beaucoups de questions j attends d avoir la repose à mon commentaire de ce weeke d pour me décider.de plus je n’ai qu une tablette donc je ne peux pas visionner le nuage.

  9. Cela fait maintenant deux rentrées scolaires que j’ai tous mes voisins à dos car je n’ai pas mis ma fille à l’école maternelle de secteur. Nous habitons un quartier en zep. J’ai eu droit à de nombreuses remarques pour la plupart très incohérentes:  » tu es ingénieur, tu as passé des années sur les bancs de l’école et maintenant tu prives ta fille  » !!!!!! Je n’ai toujours pas compris le vrai sens de cette affirmation. Bref pendant deux ans, les mamans m’en voulaient et ne manquaient pas une occasion de me critiquer.
    Et devinez quoi……… Cette année une famille a déménagé pour changer d’école de secteur et surtout pour offrir à ses enfants un meilleur environnement et des amis moins violents moins vulgaires…. et devinez quoi…… Deux familles ont inscrit leurs filles dans une autre maternelle….. !!!!!!
    Et ben et ben !!!!! Pendant deux ans tout le monde me critiquait et aujourd’hui tout le monde fait comme moi !!!!!! J’ai presque envie d’écrire LOOOOL !!!!!!!!
    Si j’ai bien retenu la leçon d’aujourd’hui, j’ai le droit à une sacrée célébration !!!!!

  10. Elisabeth,
    Stop aux envois de fleurs! Mais allez-y de vos idées ! Vous ne semblez pas en être à court! je vous ai donné rendez-vous sur le blog de Rémy avec une recette de champignons. Je suis certaine que vous en connaissez aussi.

  11. Je suis allée voir ce que disait le Quillet de l’action. Sa définition est : ce que l’on fait par opposition à ce qu’on dit. (On peut ajouter : ou ce qu’on voudrait faire !). « Tu es velléitaire » m’avait dit un jour mon instituteur, et j’avais compris que j’étais trop bavarde ! C’était donc presque ça !
    Plus loin j’ai lu qu’il y avait de bonnes actions et des mauvaises : comment peut-on savoir à temps ?
    Parfois des B.A. tournent en catastrophe et vice versa.
    Puis il y a écrit que la pensée est subordonnée à l’action. Cela me rappelle une observation au sujet d’un enfant de neuf ans immobile sur un charriot depuis sa naissance. Il ne savait pas ce qu’était un pont. N’ayant jamais rien enjambé il n’en avait pas saisi le sens tout seul. Il a vite compris. Plus tard cet enfant a passé le bac avec mention.
    Je pense que l’action est reliée nécessairement à un combat : contre les méchants quand on est un vaillant chevalier, contre soi-même surtout, contre des moulins quand on est Don Quichotte.
    Et plus loin encore je vois que le pragmatisme et l’activisme sont des philosophies de l’action. Dans la lignée des réflexions sur les genres j’imagine bien le gars, pragmatique, tranquille, posant les choses calmement, et les femmes s’activant éperdument à mille choses… petites abeilles, petites fées…. Mais parfois c’est l’inverse, la femme, pragmatique, tient la barre tandis que le mari rêve. Le tout en fin de compte c’est que l’action nous mène à l’expérience, qui ne peut servir qu’à nous-mêmes hélas ! Et encore pas toujours !
    Bon anniversaire !

    1. chere Sonia, en admiration toute simple devant votre style!
      je vs envoie ce msg! merci, c si beau de lire vos mots en s’instruisant!
      pour ceux qui ont soif de connaissance, quelle joie vos commentaires!
      tout mon respect!!

  12.  » Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer »
    selon Guillaume d’Orange .
    On dit aussi « perseverare diabolicum » mais il s’agit là de persévérance dans l’erreur.
    La question est : est-ce qu’on persévère dans le mal ou dans la recherche d’un bien ? L’entourage freine-t-il tant qu’il craint l’erreur et encourage-t-il dès qu’on lui a montré que le but est bénéfique ?
    Bon courage à tous.

    1. Ah ! bien sûr, on parle là de bonnes décisions, voix maligne ! De toute façon, le mouvement est utile, même dans l’erreur. Rien faire est pis que mal faire, la plupart du temps, au moins jusqu’au degré de l’atteinte à autrui (je deviens jésuite !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *