Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all éducation bienveillante, une nouvelle solution pour l'enfant

Pratiquons une éducation bienveillante ! Lorsque les questions de scolarité ont été résolues et qu'il demeure des difficultés, il est temps de se tourner vers l'éducation bienveillante. L'éducation bienveillante nous intéresse au point que nous sommes en train de créer un blog dédié à son sujet; elle est une clé de la relation parent-enfant.

L'éducation bienveillante est avant tout une envie de mieux faire; c'est aussi une envie d'apprendre à ne plus avoir les réflexes de la société qui est souvent dans un rapport de force, pressée, invasive, ou même méprisante, voire violente.

Apprendre l'éducation bienveillante

Or, tout apprentissage exige un minimum de temps, un changement d'habitude. Là où l'on disait une phrase presque habituelle, on trouve quelque chose de plus astucieux et, in fine, de plus valorisant.

Ce site vous donne de nombreux exemples pratiques mais ce que nous préférons, ce sont vos trouvailles. Un enfant qui fait du bruit: que dites-vous d'habitude ? Que vaudrait-il mieux dire ?

Ce que vous devez faire maintenant:

1/ Un commentaire

Laissez ci-dessous votre prénom. Puis, posez la question qui compte le plus pour vous, pour laquelle vous attendez une réponse. Regardez également si d'autres parents ont des réponses qui peuvent vous aider. Si vous n'avez pas d'idée pour l'instant, dites-nous ce qui vous interpelle ou vous intéresse le plus dans la démarche.

2/ Aidez-nous à aider des parents. Il y a peut-être des personnes en situation délicate ou même de détresse dans votre entourage. Faites-leur connaître ce blog !

  • Anne-Florence dit :

    Anne-Florence, Courbevoie, infirmière. Jeune maman, je m’interroge sur mes futurs choix éducationnels, et j’ai découvert votre site « par hasard » en cliquant de site en site. Je suis impressionnée par votre démarche car elle ouvre un champ des possibles dont je n’avais absolument aucune idée. Merci pour l’humanité dont vous faites preuve et excellente continuation

  • pellissier dit :

    Bonsoir,
    J’ai fait cours à plusieurs de mes enfants( moyenne et grande section et 5ème) et cette année nous sommes a Libreville ,mes 5 enfants sont scolarisés dans des écoles gabonaises et ma troisième et ma cinquième ne sont pas trés épanouies car l’enseignement ne leur correspond pas et je dois les faire travailler beaucoup à la maison la troisième n’a pas cours l’après midi 4 jours par semaine donc elle travaille avec moi .C’est difficile, elle a du mal à se mettre au travail et ma dernière, en cp a du mal à suivre, car le niveau est plus élevé qu’en France et elle n’a pas le temps d’assimiler(multiplication ,table de 4 aujourd’hui ,compréhension de texte dictée etc) car ici les enfants apprennent à lire en grande section.Mais c’est une enfant qui a besoin (comparé à un autre de mes enfants à qui j’ai fait classe en 5 ème )de voir du monde et cela la stimule même si elle est la seule blanche dans sa classe et les deux premiers mois ont été douloureux.Je ne sais comment faire pour ces deux enfants je ne sais si c’est une bonne chose de les laisser dans cette école mais ma dernière expérience a été dure pour mon fils .Pour le coup elles ne sortiraient pas de la maison et c’est une expérience enrichissante de vivre au milieu d’étranger et une bonne arme pour l’avenir .Mon mari et moi faisons travailler les 5 enfants tous les soirs. merci pour vos conseils .PS nous avions prévu avant notre arrivée AU Gabon, de faire l’école pour ces enfants avec trois familles et l’une d’elles s’est désisté.

    • Bonjour, alors avant tout ne laissez pas un ou une enfant perdre pied, il est important de ne pas laisser des notions incomprises. Il faut donc, là, revoir avec votre fille ce qu’elle n’a pas compris en allant très lentement, un peu plus lentement qu’elle ne le voudrait pour qu’elle vous dise d’elle-même « oui ça j’ai compris » et donc avancer avec elle.
      Ensuite sur la question de savoir que faire, notre première réaction serait de vous dire que si vous pouvez faire du soutien le soir, après une bonne pause en rentrant de l’école, ce serait très bien. En fait, les heures à l’école ne sont pas très productives. Mais en ce cas veillez – et c’est très important – à ce que 1/ les enfants se couchent tôt, 2/ aient le minimum de bruit dans la maison (le bruit épuise les ressources), le silence est même très recommandé aussi souvent que possible, le soir à partir d’une certaine heure. Et bien sûr éviter autant que possible télé et autres. Vous veillerez à des week-ends reposants, le dimanche sans le moindre travail (un jour e coupure totale). De temps en temps des vacances avec éloignement géographique, cela aide aussi beaucoup. Les sport est également important pour éviter que seul le cerveau travaille, car, pour le dire vulgairement, il risque d’épuiser les ressources physiques. Dans ces conditions, oui, les enfants peuvent suivre ce régime de spartiate de l’école + le soutien. On maintient quand même une surveillance, baisse de moral surtout. Si une matière demande des heures de rattrapage, alléger par ailleurs. A très vite !

  • sandrine dit :

    bonjour,
    je suis professeur des écoles. je suis en disponibilité depuis la fin de mon congé parental. je souhaite instruire ma fille à la maison l’année prochaine. elle a 3 ans et demi. elle vient de faire une année de petite section dans une école privée qui ne l’a guère enchantée. Je ne me suis jamais sentie à l’aise au sein de l’Education Nationale mais je dois dire que depuis que je suis mère, l’idée même d’y retourner me fait frémir. Je ne peux pas concevoir que ma fille reste dans ce système scolaire qui « maltraite » les enfants en les tirant vers le bas et en refusant de les instruire. Un système qui ne leur assure même plus la sécurité physique. j’ai cependant beaucoup d’interrogations sur l’IEF. J’ai peur notamment d’enfermer ma fille dans la bulle de la maison et de notre « duo », d’autant plus qu’elle est fille unique. Comment s’organiser? comment ne pas en faire trop ou pas assez? comment instaurer une relation « scolaire » avec ma fille? j’envisage de suivre le cours (CX1) ou (CX7) par correspondance, est-ce une bonne idée pour une enfant si petite?
    merci de votre attention

    • Bonsoir Sandrine, c’est en effet une conclusion à laquelle arrivent de nombreux enseignants qui ont pris une certaine distance avec l’Education nationale. Alors, pour chacun de ces grands sujet il y a bien sûr des réponses, nus ne développerons pas ici ce soir car vous allez recevoir tout ça, aussi bien sur la « désociabilisation », l’organisation qui est importante, et vous avez raison ne pas en faire trop, avoir un bon rythme, ne pas exaspérer l’enfant; mettre en place une relation qui vous conviennent à toutes les deux – il n’y en a pas deux de semblables – et que si le sujet est crucial pour vous, il faut préparer les choses, notamment dans le dialogue que vous aurez le moment venu avec elle. Pour les cours, dès la première vidéo qui s’appelle Le Choix du Cours, vous avez nos recommandations.

  • Bonjour,

    Je m’appelle Sylvie, je suis mère au foyer. Nous sommes belges et nous sommes novices dans l’instruction en famille.
    MERCI beaucoup pour ces sources d’inspirations et ces informations qui donnent du courage pour se lancer et croire en ses choix… Petit à petit, je fais mon chemin, mais il semble parfois si long…
    Nous rencontrons pour le moment de grosses difficultés dans la relation avec notre second fils. (nous avons 3 enfants, un grand de 8 ans, notre second de (très bientôt) 6 ans et une petite dernière qui aura 2 ans fin novembre).
    Il nous est souvent difficile également de faire en sorte que nos aînés se parlent avec respect… et calmement. Nous avons le sentiment que notre fils (de 6 ans) fait souvent TOUT pour nous pousser à bout, vraiment jusqu’au plus loin de nous-même, jusqu’à l’exaspération, au point de parfois perdre complètement pied et de ressentir un si grande colère que la violence nous emprisonne… (Ce qui n’arrange rien). Ce qui se traduit pour ma part en cris… (que je déteste et ai du mal à supporter moi-même), mon mari lui, a parfois peur d’en arriver au mains tellement la colère est grande.
    Je remets bien les choses dans leur contexte, nous ne vivons PAS dans la violence, ce sont des accès de colère suite à l’accumulation de ces petits comportements qui nous fâchent: nous demandons une fois pour que cela s’arrête (et prenons la peine d’expliquer le pourquoi), puis 2 fois, puis encore et… ça ne s’arrête plus , soit par le même comportement agaçant, soit par d’autres du même ordre… Et forcément, ça se termine en disputes, cris et pleurs… :’0(

    C’est épuisant… Nous sommes parfois vraiment à bout… Nous ne savons par quel côté commencer pour changer cela et créer un climat de vie serein, calme, agréable et respectueux, où chacun se sent à l’aise… dont nous rêvons…

    MERCI de m’avoir lue. Au plaisir de découvrir mieux votre blog et vidéos.
    Cordialement,
    Sylvie.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Sylvie, pour ce qui est des relations avec un enfant de 6 ans, elles ne sont pas un vrai souci, vous diriez 18 ans, d’accord, mais avant 15 ans vous avez tout le temps de redresser la situation. Nous en parlons beaucoup dans l’accompagnement. Regardez l’article sur la cohésion entre enfants, nous expliquons qu’il est tout à fait normal qu’il y ait ces tensions et comment les résoudre. En cas d’urgence, envoyez-nous un mail. A très vite.

  • Aurélia dit :

    Bonjour, je m’appelle Aurélia, j’ai 36 ans et suis mère de 4 filles. Nous vivions de façon un peu marginale quand ma première fille est née et nous avons fini par nous rapprocher de la ville afin de la scolariser (grande section) car ma famille nous a mis la pression (sociabilisation…). Faute d’informations objectives Je pensais que l’école avait plus à apporter à mon enfant que moi (j’ai un bac+5 en sciences) alors que son père aurais bien tenté l’expérience. Je m’aperçoit aujourd’hui que ma fille ainée (12 ans) qui était alors très curieuse, hyper sociable et douée (elle connaissait tout l’alphabet, savait écrire son prénom à seulement 3 ans…), à perdu confiance en elle « grâce » à l’école (côtoyer des enfants « méchants » sans adulte bienveillant pour remettre les choses à leur place dans la cours), elle à pris une attitude de victime (elle se sous-estime en permanence), elle fuit les apprentissages et les devoirs (bourrage de crâne en classe) et va à l’école par contrainte et non par plaisir. Je regrette aujourd’hui d’avoir quitter mon bout de campagne pour ça! Mes autres filles connaissent les même soucis et je suis décidée à déscolariser mes 2 dernières (7 et 5 ans), ma cadette hésite parce qu’elle a des amis à l’école qu’elle a peur de ne plus voir, mais quand je vois sa créativité bridée (alors qu’il y aurais là justement matière à apprendre), son orthographe médiocre avec besoin de soutien scolaire selon la maîtresse (on en rajoute une couche) je pense que la balance va vite pencher du même côté que pour ses sœurs. Merci pour vos encouragements. J’appréhende juste la quantité de travaille à fournir (car j’ai aussi maintes occupations à la maison bien que mère au foyer) et mon manque de patience (à travailler!).

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Aurélia… eh bien, voilà qui est éloquent.
      Vous êtes overbookée comme… toutes les mamans. Mais on arrive à gagner beaucoup de temps, d’énergie et d’argent même en modifiant quelques paramètres…

  • Bonjour,
    Je suis Céline, maman de deux enfant: 8 ans et 1 an.
    Je suis en congé parental, diplômé aide soignante et assistante maternelle en dernière vocation.
    Mon questionnement concerne un sujet bien spécifique:
    La théorie du genre, qui sera appliquée dans les école à compter de septembre 2014!!!
    Je suis contre ce nouveau programme qui veut parler de sexualité a nos tout petits des l\’age de 3 ans. Il dissocie l’acte des sentiments, et ceci manque pertinament de morale pour nos enfant. Sans parler du fait que bien évidement, c\’est un sujet qui a mon sens , est a aborder par les parents!! L\’école ne doit pas faire l\’éducation de nos enfants mais les instruire!…
    Bref.
    Je ne suis pas très inquiète pour mon grand, qui a déjà un certain recul et une capacité de prendre et laisser certaine chose…L\’age de raison.
    Mais je me demande sérieusement si je ne devrais pas faire l\’école a la maison pour ma dernière?…..
    Et si c\’est le cas, je me demande comment le prendra mon grand? Pourquoi lui irait a l’école et elle non?
    Puis j\’ai un petit niveau scolaire, qui ne me permettrait certainement pas d\’assurer les cours de mon grand bien longtemps…
    Merci de me donner votre avis, ou bien des outils pour mieux évaluer la question.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Céline, toutes ces questions ont des réponses, vous les lirez dans les jours prochains. Vous ne serez que répétitrice, les cours font tout ce qui concerne le contenu. Ensuite, il y a la manière de donner, et finalement c’est le plus important. Oui, la théorie du genre est l’un des programmes dangereux. On ne peut plus accepter que nos enfants soient embrigadés et salis. A bientot.

  • Bonjour,
    Je m\’appelle Isabelle, je suis maman de 6 enfants de 11 à 2 ans.
    Cela fait quelques temps que je m\’interroge sur l\’éventualité de faire l\’école à la maison. Mais cela me semble difficile à gérer. Je me demande combien de niveaux on peut assumer efficacement, qu\’est-ce que coûte l\’école à la maison, comment faire avec les plus petits ….?
    Bref, cela m\’intéresse, mais il y a trop de données non maîtrisées.
    Peut-être avez-vous des solutions ?
    Merci de votre attention.
    Isabelle

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Isabelle, oui, ces questions sont au cœur de nos préoccupations et nous les abordons. Tout s’apprend, y compris le multi-niveaux. Vous recevrez tout dans les jours prochains. Amicalement.

  • Nathalie dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre mind mapping interactif !
    Nous nous posons la question de « faire l’école à la maison » car notre fils semble s’éteindre au fil du temps, bien qu’il s’est adapté au système. Du coup nous sommes inquiets de passer le cap car il n’a pas de problème de scolarité non plus. Ses soucis sont plutôt : ennuie, difficulté à tisser de vrais liens amicaux, s’affirmer… A noter qu’il est fils unique…
    Quels conseils pouvez vous nous donner à ce stade de notre réflexion ?
    Nathalie

    • Rémy et Cécile dit :

      Fils unique, cela aide à comprendre. Il y a beaucoup de choses possibles, puisqu’il semble dans un repliement sur lui-même. La question-clé est celle de l’estime de lui-même. Est-il confiant ou peut-il l’être ? Que feriez-vous pour qu’il y parvienne ?
      C’est une question que nous abordons souvent mais l’essentiel est de se poser la question, les solutions apparaissent ensuite d’elles-mêmes. Faites un peu le silence autour de vous et pensez-y, d’accord ?

  • Ludivine dit :

    bonjour je suis l’heureuse maman de trois garçons de 5ans 3ans et 6mois. je m’interroge sur l’école à la maison depuis quelques temps.je suis infirmière pour le moment en congés parental , je trouve que nous ne passons pas suffisamment de temps avec nos enfants.Je m’interroge sur mon grand qui doit rentrer au CP à la rentrée prochaine.scolarisé en maternelle dans une toute petite école avec seulement 3 classes peu remplies, j’ai peur pour lui.La méchanceté des autres enfants, le nombre d’enfants par classe.le suivi non individualisé.C’est un enfant très sensible le moindre échec lui fera perdre confiance en lui. C’est pourquoi j’envisage l’école à la maison.Mais je me pose un tas de questions sur les bienfaits d’une déscolarisation.et surtout en serais-je capable? pouvez-vous m’éclairer Merci

    • Rémy et Cécile dit :

      Nous allons essayer Ludivine 🙂

  • Dorlencourt Isabelle dit :

    bonjour je m’appelle Isabelle; j’ai 47 ans, j’ai un bac +3, j’ai travaillé au poste de responsable de gestion pendant plus de 10 ans, j’ai démissionné pour m’occuper de ma fille et suis assistante maternelle depuis peu. Ma fille a bientôt 6 ans, est scolarisée en école privée mais tout va mal; elle est devenue le souffre douleur de la classe, la maîtresse ne semble pas s’inquiéter, ma fille très vivante et gaie devient agressive. Je veux la déscolariser et faire l’école à la maison, je m’en sens capable; cependant, mon mari n’est pas de cet avis, il préfère la changer d’école, une fois de plus… Nous rencontrons la maîtresse demain matin…

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Isabelle, convaincre son mari est un sujet à part entière sur ce blog. Nous pouvons en parler si vous voulez car il va falloir user de diplomatie et de quelques trucs… Amicalement

  • veronique dit :

    Bonjour,
    Ma fille a un caractère anxieux. Souvent, cela va jusqu’à lui faire mal au ventre ou à la tête. L’an dernier, nous avons fait des scéances de sophrologie qui ont été bénéfiques. Ce qui marche le mieux, c’est de répéter des phrases positives. Par exemple, lui faire répéter plusieurs fois : « aujourd’hui, ça va être une bonne journée ».
    Je ne sais pas comment l’aider, comment lui donner une vision optimiste de la vie.
    Si vous avez des idées, je vous en remercie par avance.

    • Rémy et Cécile dit :

      Vous voulez qu’on en parle ?

  • Audrey, 34 ans, Villefranche/saone, vendeuse à domicile et diplômée d’un BTS assistante de gestion PME/PMI. Je dispose de pas mal de temps pour m’occuper de mes 2 enfants (j’organise mon agenda comme je veux) qui ont 8 et 9 ans et je vais les déscolariser à la rentrée prochaine avec un CPC car j’ai besoin d’un support pour m’aider à y voir clair dans leurs apprentissages. Ce choix c’est surtout face à une maîtresse incapable d’aider mon fils de 9 ans dans ses apprentissages de l’orthographe, il a des soucis avec les mots irréguliers qu’il n’a jamais appris en classe et pour elle c’est de la dysorthographie alors que son bilan orthophoniste est très bon donc elle ne change rien. Du coup il s’ennuie en cours car il comprend rapidement les leçons mais bute sur l’orthographe mais ça ne s’invente pas !!
    Et concernant ma fille de 8 ans, elle ne comprend rien aux cours de son maitre, je lui en ai parlé et pour lui elle a un bon niveau, ba oui c’est normal on revoit toutes les leçons à la maison ensembles donc oui elle a un bon niveau mais si je n’étais pas là ça ne serait pas le cas !
    D’où je me demande à quoi ça me sert de les envoyer à l’école !!
    Mais l’année prochaine ça sera terminé, ils iront à leur rythme et surtout ils pourront continuer à faire leurs activités sportives sans contraintes et sans fatigue car mon fils fait déjà des compétitions de gym au niveau régional (3ème cette année) et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, il vise les jeux olympiques mais il a encore de la marge !! Nous allons tout faire pour l’accompagner de notre mieux vers ses objectifs si hauts soient-ils, c’est notre rôle de parent et l’encourager !!
    Merci pour tous ces précieux articles et vidéos qui me font bien avancer dans notre projet

  • Sarah, 32 ans , professeur des écoles , TRois enfants dont un enfant de 7 mois , je me pose sérieusement la question pour l’année prochaine , je me sens pas le courage cette année beaucoup de soucis financiers à gérer dans nos têtes ..mais l’ainé ayant subi un cas de harcèlement l’année dernière , je m’y suis pas résolu à la rentrée parce que mon mari étant peu présent , chose impossible pour nous cette année…Cette année il va mieux, je découvre le plaisir de transmettre parce que j’ai un peu plus de place dans ma tête mais je vois bien qu’il y a ds stratégies mentales qu’il ne développe ou qu’il n’acquière pas parce que ça va trop vite parce que il stresse rapidement et se braque ….et que ces nouveaux rythmes les échaudent bien …
    Plusieurs questions
    quand on veut faire l’école à la maison ..comment fait on pour s’organiser ou quand préparer on les leçons …
    comment gérer un enfant qui aime l’école et l’autre moins comment faire passer cela à celui qui semble le plus épanoui autrement que comme une punition …?
    Comment gérer le bébé qui crapahute partout ?
    Comment faire face aux besoins importants d’amis et de copains qu’à mon aîné ?
    Comment répondre à mon grand les jours un peu gris , un peu sombres pourquoi moi je vais pas à l’école ?
    J’ai pratiqué l’ecole à la maison en PS et MS avec trois familles on tournait sur 3 familles . Je n’ai ps peur de le faire toute seule mais j’ai besoin de temps à moi comment puis je m’en dégager ?

    Il y a quelques temps j’étais une instit tellement formatée et institutionnalisée je me disais j’attends un truc grave et je l ‘enlève tellement j’avais une foi absolue en cet antre social élévateur de consciences ..mais maintenant je veux réveiller ma conscience parce que ce choix est le mien et je veux l’épanouissement de mes enfants …je veux que le savoir et les connaissances fourmillent à la maison dans une ambiance gaie et détendue … Je veux redonner du gout au savoir ….du sens ..mais je suis si désorganisée
    Est ce possible ?
    Merci à vous

    • Rémy et Cécile dit :

      Très beau message Sarah.
      « comment fait on pour s’organiser ou quand préparer on les leçons » L’organisation, nous allons le voir, va se faire presque toute seule, vous aurez au début à mettre les choses à plat sur une feuille, nous vous donnerons des horaires-types et vous ajusterez. On verra aussi ce qui est urgent ou important, on construira une journée idéale et on va travailler sur soi (se coucher plus tôt, abandonner la télé…); le tout étant de consacrer un temps juste à chaque chose (finis les coups de fil de 40mn…).
      Pour ce qui est de préparer les leçons, on va aller vers le moins de préparation possible de façon à ce que vous soyez en mesure de vous émerveiller en découvrant avec l’enfant. Il sera alors complice, il pourra lui-même vous montrer des choses que vous ne connaissez pas et ainsi, ô miracle, il va lui-même aimer vous montrer, enseigner.
      « … comment gérer un enfant qui aime l’école et l’autre moins comment faire passer cela à celui qui semble le plus épanoui autrement que comme une punition …? »
      Ce sont des trucs à apprendre en effet, nous le verrons aussi.
      « Comment gérer le bébé qui crapahute partout ? »
      Très simple, on en parlera, bien sûr.
      « Comment faire face aux besoins importants d’amis et de copains qu’à mon aîné ? »
      Pensez-vous que les enfants à la maison ont moins besoin d’amis ? Au contraire, et on va leur en donner de qualité, voilà la différence. On va organiser ses activités et rencontres.
      « Comment répondre à mon grand les jours un peu gris , un peu sombres pourquoi moi je vais pas à l’école ? »
      Exactement comme l’homme qui dirait « pourquoi n’irais-je pas en prison » ? 🙂 Non, rassurez-vous, il n’aura pas cette pensée en tête, si vous faites un cours passionnant et qu’il adore sa vie.
      « J’ai pratiqué l’ecole à la maison en PS et MS avec trois familles on tournait sur 3 familles . Je n’ai ps peur de le faire toute seule mais j’ai besoin de temps à moi comment puis je m’en dégager ? »
      C’est fondamental et nous en parlons très vite: les mamans doivent montrer à leurs enfants qu’elles ne sont pas dévolues qu’à leur éducation, sinon ils en profitent et ne prennent pas conscience de leur vraie place, de la nécessité de prendre en main leur vie. Nous faisons donc le nécessaire pour (re)prendre une activité.
      Nous vous invitons à fouiller sur ce site et aller notamment sur cette page: https://l-ecole-a-la-maison.com/mille-questions-reponses/
      ps: nous ajouterons vos questions sur la page dévolue.

      • Merci
        Ce matin , dans la mouvance de cette éducation bienveillante , belle discussion avec mon aîné qui me réclame de faire l’école à la maison …en sortant des arguments très rationnels…il trouve son maître très bien, …mais les bagarres, le manque de politesse, l’hypocrisie du discours enseignant , le manque de jouets dans la cour de récréation .l’indisposent .
        Etonnée je lui dis mais si on fait l’école à la maison , tes copains ne vont pas te manquer, il me dit que non on les verra au parc et puis il a le souvenir des récrés qu’on faisait quand on faisait homeschool, je m’imposais 30 min de parc par jour et ça ça l’a marqué…Du coup comme j’ai été instit dans l’école où ils sont je ne me sens pas de l’ôter en cours d’année par rapport au quand dira t§on ….mais j’ai envie de commencer à l’accompagner de manière bienveillante …
        Merci pour tout ….

  • Isabelle Nadeau dit :

    Bonjour je m’appelle Isabelle j’ai 35 ans mère de trois garçons dysphasiques. Je suis coiffeuse et propriétaire de mon salon à la maison. Alix mon plus jeune fils subit de l’intimidation à l’école depuis sa rentrée à l’école primaire c’est-à-dire 6 ans. Malgré tout ce que l’école fait pour l’aider, je sais qu’il n’est pas heureux et c’est représentatif sur le bulletin. Il n’aime pas l’école et ne met pas les efforts dont il est capable pour avancer dans son apprentissage. Je me demande donc, devrais-je lui enseigner à la maison pour l’aider pédagogiquement afin de lui faire voir les réussites dont il est capable dans un milieu où il se sent en sécurité et par le fait même lui faire aimer les apprentissages qu’il doit faire. Merci.

    • Isabelle Nadeau dit :

      Je suis de Thetford Mines au Québec.

    • Rémy et Cécile dit :

      Si votre enfant n’est pas bien à l’école et en souffre, oui. L’enfant n’avance en effet que s’il a une émulation.

  • Bonjour, je m ‘appelle Ilham. Maman de deux enfants dont un petit garçon de 3 ans que nous avons descolarisé aux vacances de novembre. L’ayant toujours gardé à la maison cela a été difficile de déléguer l ‘éducation à quelqu’un d’inconnu pour moi. (de plus la maitresse était froide,je n ‘avais pas réponse à mes questions, sa classe était surchargée car il était dans une école privée) de plus il était enervé quand je le récupéré en fin de matinée, il faisait une grosse sieste et la soirée passait très vite car il fallait en plus s’occuper de sa petite soeur, je ne passais plus de temps avec lui si ce n’est qu’à lui donner des ordres… Il est en IEF depuis le mois de novembre cela se passe plutot bien mais je n’ai pas beaucoup de temps pour lui préparer son travail. Etant (moi meme) très scolaire, j’aurai voulu trouver des cours tout fait. J héésite à lui prendre des cours par correspondance bien que des amies me le déconseillent car il n’est qu’en PS.
    Mon interrogation se porte également sur comment rester motivé tout au long de l’année et peut-etre plus longtemps encore…
    Merci.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Ilham, c’est en effet tout l’objet de notre travail. Restez branché, nous vous proposerons de nous rejoindre dès que cela sera possible.

  • Destiné Marie dit :

    Merci pour votre enthousiasme! Vous confirmez mes idées, ça me fait du bien. J’ai un fils de 8 mois qui n’est ni baptisé ni vacciné et qui ne sera pas scolarisé. Entourés dans la famille de profs, médecins, nous passons pour « différents » même un peu fous et surtout carrément utopistes. J’ai arreté de travailler pour être maman, allaiter, jouer, jardiner, cuisiner… Je garde la foi en mes idées grâce à de belles rencontres. Votre projet est vraiment super et j’espère qu’il aidera un maximum de parents. Votre comparaison de l’enseignement avec la médecine me parle particulièrement car j’ai été « condamnée », enfermée dans ma maladie par les médecins jusqu’ à ce que me tourne vers des méthodes plus naturelles et plus douces, plus de guerre contre mon corps. Je ferai de même avec mon enfant, je ne veux pas qu’on lui dise qu’il ne sait rien, qu’il doit se taire et gober un programme faible, standardisé afin de devenir un bon petit consommateur, un rouage bien huilé. Loin de vouloir faire la rebelle, la révolution peut être tranquille pour citer Mr Rabhi. J’ai hate de découvrir vos vidéos! Marie

  • Virginie, 35 ans, maman de 3 enfants, garçon de 10 ans, du 29/12, fille de 6 ans et petit bonhomme de 3 mois.
    Mon ainé nous a toujours semblé « différent »… normal c’est notre 1er, notre bébé, mais aux yeux des autres aussi, pédiatre, psychomotricien, nourrice, famille, amis…
    C’était amusant de l’entendre parler comme un « grand » alors qu’il était si petit, fier aussi de savoir qu’il était doté d’une compréhension surdimensionné, quelquefois dérangeante même !
    Mais aujourd’hui avec l’analyse des années passé en tant que parent d’écolier, mon fils ne s’épanouie pas. Pire j’ai l’impression de ne plus le reconnaitre, de le voir à côté de ses baskets. C’est étrange de ne pas reconnaitre son enfant. Savoir qu’il en est capable, mais voir qu’il fait peut être exprès de se mettre à un niveau qui n’est pas le sien pour certainement se fondre dans la masse.
    Nous avons rdv en février pour un Wisc 4 et j’espère obtenir des éclaircissements.
    Mais en parallèle, et avec l’arrivée de mon 3ème enfant, la façon d’enseigner, de transmettre, m’interroge. Je m’inspire des méthodes montessoriennes, en toute modestie, mais oui, avec l’entrée au collège la question est de savoir si j’accepte de le laisser entrer dans l’arène ?
    Peut être que je trouverais quelques réponses ici 🙂

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Virginie, il est urgent que les parents apprennent à ne plus prendre de rendez-vous avec des spécialistes. Urgentissime.
      Pourquoi voulez-vous faire ces tests ? Quel est le but ? Est-ce que cela fera du bien à l’enfant ?
      Et puis, vous avez toutes les réponses à vos questions dans une phrase simple: l’enfant reflète ce qu’on lui donne ou pas.
      S’il n’est pas bien, s’il est moins bon, moins heureux, c’est uniquement à cause de ce qu’on lui donne ou ce qu’on ne lui donne pas.
      Vous pouvez aussi faire des tests à une plante mais si vous ne l’arrosez pas, elle dépérira.
      S’il est malade, idem. S’il a une dyslexie, idem: il y a des causes. Les tests ne vont pas résoudre ces causes, au contraire, ils vont vous embrouiller, compliquer les choses. On peut analyser le cerveau à n’en plus finir et trouver mille choses. De même que vous pouvez analyser la chimie cérébrale d’un enfant battu, vous allez trouver plein de choses. Mais le mieux serait que cet enfant ne soit plus battu. Vous comprenez ?
      Ce que nous faisons, c’est que nous réglons le problème des mauvaises causes.
      Votre enfant a été tel qu’il vous éblouissait tant que vous lui donniez de bonnes choses. Maintenant, vous n’êtes plus la personne qui est le plus souvent avec lui. Qu’allez-vous faire, par conséquent ?

    • Bonjour Virginie
      Voici ce que m’inspire votre discours au sujet de votre aîné. Je pense effectivement qu’il n’est pas à sa place et que c’est néfaste pour lui.
      Amicalement
      Estelle

  • Bonjour,
    J’ai 2 garçons , le plus grand est âgé de 4 ans et demi et le second a 19 mois. J’ai travaillé dans une agence de publicité mais après chacune de mes grossesses, j’ai choisi de m’occuper de mes enfants jusqu’à environ 12-18 mois tout d’abord parce que j’ai voulu les allaiter plus longtemps et parce qu’il était inimaginable pour moi de laisser mes enfants être éduqué par une autre personne que leur propre Maman. Lorsque j’ai retravaillé j’ai dû mettre mon premier à la cantine de son école et le second à la crèche…Mais Aujourd’hui je me pose énormément de question car je crois en la nature c’est à dire que nous envisageons de partir vivre dans une île du Pacifique, là où mon mari a grandi pour retrouver les priorités de la vie, la nature, la convivialité qui sont pour moi bien plus important que le système de notre société, un peu trop basé sur l’argent et le pouvoir…. La consommation et la surproduction….Tout ça pour dire que mon fils est en maternelle moyenne section donc pas encore dans les grandes études donc pour lui officiellement l’école n’est pas encore obligatoire, néanmoins j’aimerais, si je le retire de l’école, lui apporter des savoirs. Et aussi savoir comment m’organiser avec le plus petit qui en ce moment ne me quitte pratiquement jamais ce qui me fatigue énormément et ne me laisse pas beaucoup de temps pour préparer une éventuelle école à la maison…Mes questions sont essentiellement basées sur une organisation pratique, parce que concernant l’éducation bienveillante je m’y intéresse déjà beaucoup….J’ai surtout peur ne pas savoir consacrer assez de temps pour chacun de mes enfants et surtout ne pas savoir vers quoi orienter mon plus grand pour qu’il soit en phase avec les apprentissages de son âge. Merci d’avance d’avoir pris le temps pour nous.

  • bonsoir,
    nouvelle inscrite, des questions qui se bouscules , je me reconnais dans beaucoup de témoignage. C’est réconfortant de ne pas etre seule.
    merçi.

  • Bonjour,

    Notre fille de 4 ans et 4 mois est scolarisée en moyenne section et cela fait plus de 15 jours qu’on l’a garde à la maison suite au comportement de la maîtresse. en effet, un soir au moment de la coucher, ma fille me raconte qu’à l’heure de la sieste, 3 garçons lui ont enlevé sa culotte et en pleur et gênée, elle l’a remontée immédiatement. Elle me dit qu’elle a mis la maîtresse au courant et que celle-ci les a puni. Le lendemain matin, son père va demander des explications à la maîtresse qui lui dit qu’elle n’est pas au courant et qu’elle va en parler aux enfants. L’après midi à la sortie de l’école, je vais à mon tour voir la maîtresse et surprise, (sa mémoire lui est revenu), elle était au courant pour ma fille, et mal grès ma demande de séparer les filles des garçons, elle m’a fait comprendre qu’en quelque sorte, ce n’était rien. Et on est rentré à la maison. Moi, me disant: d’accord, ma fille n’est le centre de la terre, mais avec ses frère ils sont le centre de ma vie.Elle n’a pas non plus était violée car ce sont des petits, mais avec ce qu’ils peuvent voir à la télé qui sait? J’ai fait un centre aéré pour un petit de 9 ans qui a pratiqué des attouchements à des filles et essayé de les violer. Alors on ne sait jamais. est- ce une une raison pour nous laisser rentrer chez nous et se souvenir qu’il manque une élève en classe qu’au bout de 20 jours? Déjà que c’est une prof qui s’habille court, si en plus elle perd sa mémoire, alors où va t-on? Nous avons rendez-vous avec le directeur Jeudi, pour mieux en parler car c’est que lundi passé qu’il a été mis au courant. Mais sachant que ma fille même si sur le coup elle a pas trop réagi, qu’aujourd’hui quand on lui parle de ces garçons elle a envie de les frapper car comme elle me le dit « ma choupette ‘est à moi il n’avait pas à le faire », j’ai envie qu’elle ai une éducation , elle aussi d’ailleurs a envie de repartir à l’école mais comment faire si on a plus confiance. Donc depuis j’essaie de lui faire l’école mais avec un peu de mal. pouvez vous nous aidez pour qu’elle soit heureuse? Merci à bientôt.

  • Bonjour je m’appelle Estelle, j’ai 47 ans, BAC+2, je suis actuellement en recherche de devenir (chômage/reconversion) et maman solo d’une petite fille de 5 ans et demi. Nous habitons à la campagne pour notre plus grand bonheur. J’ai voulu mettre ma fille à l’école dès 3 ans pour qu’elle ait des copains et copines pour jouer avec elle et elle était demandeuse. Dès le premier mois elle a déchanté après avoir découvert que les enfants peuvent être méchants. Elle qui mangeait de tout fait la difficile depuis qu’elle va à la cantine. La contrainte horaire lui fait horreur et c’est la guerre chaque matin au lever et chaque soir au coucher. Ces temps ci elle devient colérique et capricieuse et me dit souvent qu’elle ne veut pas aller à l’école. Je suis sérieusement motivée pour mettre fin à tout ça avant qu’elle perde son enthousiasme et sa joie de vivre.
    Ma plus grosse inquiétude est le fait que je suis financièrement au plus bas et en train de faire un gros travail sur moi de réparation sur les programmations déficientes qui ne m’ont pas permis de m’épanouir dans la vie ni de « réussir ». Donc des mois difficiles et une disponibilité d’écoute un peu réduite.
    Je crains aussi les réactions de son père et de ses grand parents qui ne voient que par l’école. Son père qui souffre d’un complexe d’infériorité parce qu’il n’était pas doué à l’école et n’a qu’un CAP, et qui a poussé son fils aîné à aller jusqu’au BAC PRO alors que l’enfant a toujours été en difficultés scolaires et ne mettait plus le nez dans les livres depuis longtemps. Mais aux yeux de sa famille c’était le seul et unique moyen d’avoir un métier !!!
    Pour que ma fille le vive bien je veux que ce choix soit partagé par tous, sinon c’est le tiraillement assuré. Comment puis je consulter des adultes issus de l’IEF afin de savoir ce qu’ils sont devenus et pouvoir étayer ma décision d’arguments solides ?
    Cette semaine ma fille m’a dit qu’elle n’avait pas voulu se lever parce qu’elle ne voulait plus aller à l’école. Je lui ai répondu avec la larme à l’œil que je n’étais pas contre mais que je n’étais pas prête !

  • Rémy et Cécile dit :

     » il est victime de harcellement scolaire severe tous les jours il ce fait frapper ou insulter » Vous le sortez immédiatement. L’école, c’est terminé, pour lui.

  • choulet nathalie dit :

    Bonjour, je suis Nathalie, maman de deux garçons de 11 ans et 6 ans bientôt. Il y à déjà quelques temps que je m’interroge sur le sujet de la déscolarisation de mes enfants. Au fil des années je m’aperçois que cela est de pire en pire, les enfants sont tiraillés dans tous les sens avec les rythmes scolaires qui sont insupportables depuis plus d’une année maintenant. La fatigue est là pour eux, l’anxiété parfois d’aller à l’école est présente parfois aussi pour telle ou telle raison. Ce ne sont que des enfants m’a t-on dit… oui sauf que ce sont les miens et que pour moi le plus important c’est leur bonheur. J’ai été moi même désintéressée de l’école très vite et arrivée en niveau bac pro cela devenait presque phobique. j’ai d’ailleurs tout arrêté pour travailler. Bref…
    Pour mes enfants plusieurs questions me viennent à la tête et surtout j’ai peur de les couper de leur « monde » (surtout par rapport à leurs copains) et de les voir malheureux de cela. je culpabilise!!
    mon deuxième va rentrer au cp, est ce que je vais y arriver??? c’est la période de l’apprentissage de la lecture. j’ai peur d’échouer.
    concernant les cours, où les trouver? est ce un budget?
    mes enfants vont ils se sentir à l’écart du monde extérieur?
    je vous remercie d’avance

    • Rémy et Cécile dit :

      « Ce ne sont que des enfants m’a t-on dit » Quelle étrange phrase. Nous supposons que « ce ne sont que des adultes » qui vous ont dit ça…
      « Pour mes enfants plusieurs questions me viennent à la tête et surtout j’ai peur de les couper de leur « monde » (surtout par rapport à leurs copains) et de les voir malheureux de cela. je culpabilise!! » Nous avons souvent cette remarque, ne vous inquiétez pas, on s’occupera très bien de cet aspect des choses et ils auront des amis.
      Vous y arriverez parce que vous serez accompagnée.
      Nous vous proposerons une liste des meilleurs cours et au total, au minimum cela vous coûtera 250€ environ.
      Le CP est une période cruciale.

  • Bonjour, ma fille a 15 ans, une scolarite sans soucis jusqu’à cette annee. un debut de seconde avec des résultats moins bons que ce qu’elle pensait, elle a arrete de manger et s’est retrouvee hospitalisee. Elle est rentree mi decembre mange plutôt bien mais refuse de retourner au lycee car elle dit que c’est horrible et qu’elle s’y sent tres mal. Elle veut tout arreter

    • Rémy et Cécile dit :

      En ce cas, vous la sortez dès demain. Vous n’avez aucune obligation à la laisser à l’école. Inscrivez-vous dans le formulaire à droite « deux clics » pour avoir toutes les infos. Suivez ensuite « vos premiers pas » dans le menu.

  • thebault dit :

    bonjour, je me poste des questions sur l’ecole a la maison.
    en effet, ma fille n’a que 26 mois, mais j’aimerais beaucoup pratiquer l’ecole a la maison. cependant, je suis seule a m’occuper de ma fille.
    est ce possible qu’une mere seule fasse l’ecole a la maison?
    pourriez vous me conseiller s’il vous plait ?
    Je vous remercie 🙂

  • DUPORT, Daniel dit :

    Bonjour, je suis retraité de la Gendarmerie et je m’adresse à vous pour ma petite fille qui va avoir 7 ans au mois d’Août. Son problème est le suivant : à 7 mois, Océane, ma petite fille a été atteint du syndrome de WERTZ, soignée à la cortisone durant 3 ANS, à ce jour elle est complètement rétablie et n’a plus aucune trace de sa maladie, mais le traitement lui a provoqué quelques séquelles tels que la motricité de ses doigts et pour écrire. A ce jour elle est en cours maternelle grande section et est suivie par une AVS pour son soutien. Avec sa maman ( qui est ma fille ) nous avons effectué plusieurs démarches avec qu’elle soit suivie dans un centre spécialisé comme il en existe pour les cas comme elle. Ce jour nous avons reçu un courrier de l’administration, nous informant que notre petite fille n’est pas apte à poursuivre sa scolarité en primaire mais n’est pas assez inapte pour être prise en charge dans un centre spécialisé. Plusieurs adresses nous ont été données mais à charge pour nous de tout prendre en charge.
    Ma question est : me trouvant à la retraite donc de ce fait ayant du temps devant moi pour m’occuper de ma petite fille comme nous le faisons depuis sa naissance pour la débloquer, nous est il possible de lui faire suivre une année de scolarité chez nous. Si oui quels sont les formulaires à remplir, à qui s’adresser, en somme toutes les démarches à suivre
    Vous remerciant à l’avance du temps que vous aurez consacrés à mon problème, personnellement je sais que ma petite fille a un grand quotient d’intelligence mais il faut la patience de lui faire comprendre
    Veuillez croire, Monsieur, Madame en l’expression de mes salutations respectueux

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonsoir Daniel,
      vous nous indiquez : « le traitement lui a provoqué quelques séquelles tels que la motricité de ses doigts et pour écrire ».
      Il est une chose capitale à comprendre : la motricité dépend du cerveau. Comment marche le cerveau et peut-il « guérir » à cet endroit-là ? Le cerveau est ce qu’on appelle un organe plastic, il y a une plasticité du cerveau. De même que la plaie guérit seule si on lui donne les éléments pour le faire, le cerveau guérit si on lui donne les bons éléments, qui sont d’abord de bonnes sollicitations. Si vous exercez correctement cette motricité, l’enfant verra le problème disparaître.
      « Ce jour nous avons reçu un courrier de l’administration, nous informant que notre petite fille n’est pas apte à poursuivre sa scolarité en primaire »
      L’administration n’est pas compétente pour dire cela. Elle ne sait tout simplement s’occuper d’elle, ce n’est pas lenfant qui pose problème ici mais l’administration qui ne sait pas comment s’en occuper.
      « A ce jour elle est en cours maternelle grande section et est suivie par une AVS pour son soutien »
      ça ne sert à rien car l’AVS ne sait pas non plus comment faire.
      « Plusieurs adresses nous ont été données mais à charge pour nous de tout prendre en charge. »
      Vous n’avez pas besoin d’eux et leurs résultats ne seront pas ceux que vous attendez dans la grande majorité des cas.
      « nous est il possible de lui faire suivre une année de scolarité chez nous. »
      Oui.
      « Ma question est : me trouvant à la retraite donc de ce fait ayant du temps devant moi »
      Formidable, c’est l’essentiel. Nous vous formerons si vous le souhaitez – et c’est hautement préférable en termes de temps, de techniques, de dépenses d’argent, vous allez devenir un enseignant de bon niveau sachant transmettre et ayant les techniques pour rester dans le plaisir d’apprendre et la motivation.
      « Si oui quels sont les formulaires à remplir, à qui s’adresser, en somme toutes les démarches à suivre »
      Il n’y a aucun formulaire à remplir, vous n’avez qu’à prendre la décision. Nous vous donnerons les démarches à suivre qui sont simples, avec une lettre-type. Il importera de ne rien déclarer à personne et de ne suivre que ce que nous vous disons, sinon c’est le parcours du combattant et les ennuis.
      Merci pour le souci que vous avez de cette enfant et à très vite.

  • Guthmann gaby dit :

    Bonjour, ma fille de 5 ans va en grande section de maternelle. elle n’aime pas aller à l’école parce qu’il y a trop de règles et qu’elle ne peut pas apprendre en jouant ( ce sont ses mots!!) , elle est particulièrement curieuse ( c’est une grande qualité!!) , créative , en « avance  » sur son âge , bref éveillée. Je crains que le système ne « l’écrase, l’étouffe » .
    j’ai été prof de math en collège, je suis maintenant prof de tango. Je suis parfaitement consciente que la pédagogie, les structures, le programme ne sont absolument pas adaptés aux enfants. Je visionne différents reportages, film sur « vivre autrement » plus en harmonie avec la planète et les autres,
    Quelles sont les démarches, avantages et inconvénients pour faire l’école à la maison.
    Comment ça se passe concrètement.
    Merci de votre réponse.
    Gaby Guthmann

  • Mireille dit :

    Ma fille de 14 ans ne peut plus allait au collège, angoissée, mal être, souffrance, agressivité, je veut qu’elle s’en sorte, et quelle réussisse scolairement; merci par avance

  • audrey dembele dit :

    bonjour je suis mere seule avec deux enfant et je travail e n demi journee,mon fils cette annee rencontre des problemes de raquet a l’ecole depuis que j’ai demander au directeur d’y metre fin imediatement.bizarement mon fils est devenu un cancre et maintenant il le juge skyzofrene je veut donc lui faire l’ecole a domicile car ces resultat ont nettemennt chuter.vue ma situation familiale est-ce possible?

  • bonjour
    du fait de mon travail, nous voyageons beaucoup. mes enfants ont souvent change d ecoles et cela n a pas vraiment eu de consequences sur leur apprentissages, sauf pour ma fille. Elle est aujourd hui agee de 11 ans et a beaucoup de difficultes a l ecole, mais il n existe aucune aide personnalisee et elle a de plus en plus de retard. Malgre tout, elle aime aller a l ecole et semble bien dans sa peau. Dans Un an, nous demenageons a nouveau et je m interroge sur la future scolarite de ma fille. J aimerai profiter de ce nouveau depart pour commencer a travailler a la maison, mais je suis absente toute la journee et rentre extenuee. Je crains que ma fille n y arrive pas toute seule.

    • Rémy et Cécile dit :

      « il n existe aucune aide personnalisee »
      Comment cela ?
      Mais si. Il y a vous. Vous, les parents, vous êtes l’aide personnalisée idéale, qui avec été créés notamment pour cela.
      « commencer a travailler a la maison » Vous avez raison, il faut reprendre ce qui nous appartient: être les éducateurs de nos enfants, les décideurs de nos vie, nos propres médecins, nos propres politiciens, nos propres banquiers etc.

  • Bonjour,
    Je m’appelle Marie, je vis à Upplands Väsby au nord de Stockholm, et mes enfants iront surement à l’ècole francaise de Stockholm à leur 6 ans. Ici il est interdit de ne pas scolariser son enfant. Par contre ils finissent en general vers 14h, 15h ce qui me laissera du temps pour leur proposer un programme perso à la maison. J’aurais besoin d’un soutien par exemple quést ce qu’on apprends quand ? un referentiel… comment amenagé le temps entre 2 enfants ?

  • line blouin dit :

    bonjour je m »appel Line je suis du Canada dans la province de Québec, je suis a la recherche du procédé pour que ma fille puisse faire école a la maison des études reconnue par le ministere de l’éducation du Québec,,ma fille ne peu plus retourner dans une école , elle dois faire son 2 iem secondaire alors j’ai besoin d’aide pour avoir les informations comment faire et si le gouvernement du Québec donne une subvention ou exige des documents ou autres et si tout cela coute cher , comment trouver les livres en fait j’ai besoin de tout savoir merci de bien vouloir prendre un peu de votre temps pour me répondre mercii

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Line, vous êtes nombreux du Québec ici et il n’y a pas de problème, tout se passe bien. Nous vous montrerons tout au fur et à mesure, si bien sûr vous êtes inscrite sur le site (dans un formulaire). Le gouvernement ne peut exiger que certaines choses et ce n’est pas un problème. Le coût varie entre moins de 50€ payés une seule fois à bien plus, selon ce que vous voulez. Pour les livres et programmes, nous vous proposerons une sélection que nous recommandons. Amitié.

  • VAN DE VONDELE dit :

    Bonjour,
    Ma fille Jessica est descolariser, nous lui faisons faire des cours par le cned, elle est en 5ème et j’ai besoin de votre aide, nous habitons dans le gers, l’éducation nationale nous a convoqué dans un premier temps dans leur locaux avec des professeurs, mon mari et moi-même nous travaillons et nous avons été obligé de poser un jour pour ce rendez-vous, puis ils appellent pour nous expliquer qu’une prof est malade donc ils reportent le rendez-vous seulement nous venons de recevoir le courrier est c’est le 30/05/2017 à 14h30 et nous ne pouvons plus prendre de jour pour y aller, ma question est comment je peux faire et est ce que nous sommes obligé d’y aller surtout que nous sommes des ouvriers,moi j’ai un emploi précaire donc c’est pas facile d’avoir des jours comme ça,j’ai besoin d’aide, je vous en remercie.
    Madame Van de Vondele

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour, premier point, ils ne peuvent convoquer moins d’un mois à l’avance. Si vous n’avez pas reçu de recommandé AR, ils ne peuvent prouver que vous l’avez reçue à temps.
      Pour le reste, il faudra regarder notre page « contrôle » qui explique tout, en tapant ce mot dans la fenêtre de recherche (le mieux serait de vous abonner pour avoir toutes les informations et être bien préparés, d’autant plus que vous avez pris le CNED qui est un mauvais cours). Amitié.

  • Séverine dit :

    Bonjour,
    Nous commençons notre première année d’école à la maison, et nous sommes très heureux.
    Il faut que je trouve une attestation pour la CAF de l’éducation nationale. Comment faire ?
    Séverine, de la Loire

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Séverine, vous fournirez simplement le document que nous vous indiquerons.

  • angélique dit :

    Angélique, maman de deux enfants dont une fille en petite section, et je vois bien qu’elle ne se plait pas elle ne veut pas aller à l’école le matin et est plus irritable à la maison. je posais la question de l’école à la maison mais je ne sais pas par ou commencer?

    • Rémy et Cécile dit :

      Inscrivez-vous, regardez la page d’accueil puis « mes premiers pas » dans le menu.

  • Question un peu dur Est-ce possible qu’ils essayent de nous retirer nos enfants sous prétexte que nous les désociabilisons et/ou que nous les « marginalisons » en les retirant de l’école pour l’école à la maison ?

    • cecileetremy dit :

      Non, en aucun cas. Sauf si vous faites les erreurs nécessaires. Voilà pourquoi nous disons: ne bougez pas, n’écrivez pas, ne dites rien pour l’instant.

  • bonjour, nous sommes Mathias et Marine, Mathias est skyper/ surfeur /passionné de la mer ,moi je suis peintre décorateur, sculpteur et également surfeuse… nous habitons st martin(caraïbes) depuis longtemps et nous avons 2 filles…
    Charlie 7 ans rentre au CE1 et Nahia 5 ans rentre en GS.
    Nous venons d’ acheter un bateau, et nous souhaitons leur faire l’école sur le bateau, avec projet de tour du monde!
    nous ne sommes pas des gens très connecter au ordinateur, et nous n’allons pas avoir internet tout le temps notre trip va commencer en septembre en Oregon (usa) … je viens de m’inscrire, mais le nuage que vous nous proposé , ne s’ouvre pas! j’ai regarder nombreuse de vos video, et nous sommes enchanté de vous connaitre … ma question est comment accéder à votre programme, quel en est le coup, est il adapté à la vie en bateau .merci
    Marine

    • cecileetremy dit :

      Bonjour Marine,
      vous êtes nombreux dans ce cas et les parents qui vous précèdent y arrivent très bien avec nos recommandations.
      Vous verrez qu’en recevant un lot de messages par exemple, vous en avez pour des jours entiers de réflexion et de mise en pratique. Et nous sommes là au cas où.
      Vous savez qu’il y a internet en mer ?

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    s2Member®
    >