La loi sur l’obligation scolaire dès 3 ans va-t-elle nous changer la vie ?

obligation scolaire dès 3 ans

Est-ce que nous, qui faisons l'école à la maison ou l'instruction en famille (sans cours) avons quelque chose à changer avec la nouvelle loi qui impose la scolarité à partir de 3 ans ?

Ce matin, une maman nous demande: "Je vous écris pour savoir ce qu'il en est de l'école à la maison avec les nouvelles restrictions qui mettent l'école obligatoire à partir de 3 ans… Est-ce que l'école à la maison est en danger? (...) Je n'arrive pas à bien comprendre ce que cela va avoir comme conséquences sur nous."

Comme d'habitude, sur ce site, nous allons mettre les choses définitivement au clair. Cela permettra à tous les sites liés de venir chercher cette info synthétique dont ils ont besoin.

Déjà, en passant, nous avons introduit un problème dans le titre puisqu'il n'y a dans la loi qu'une obligation d'instruire son enfant, et pas d'obligation scolaire, qu'on ne trouve que dans les décrets et textes (faux) de l'académie. Nous avons reproduit ce que tous les médias et même le gouvernement reprend: il y aurait désormais une "obligation scolaire dès 3 ans." C'est faux, tout simplement.

Il n'y a qu'une obligation d'instruire l'enfant à partir de 3 ans.

L'obligation scolaire dès 3 ans va-t-elle changer quelque chose pour vous qui faites l'école à la maison ?

Non.

Cela va surtout changer quelque chose pour ceux qui restent à l'école.

Ils vont devoir se lever tôt. Ils vont devoir supporter que leur petit enfant, manquant de sommeil, se retrouve dans une voiture, habillé dans le noir et nourri à la va-vite. Ils vont devoir s'en séparer alors qu'il pleurera parce que trois ans, c'est deux ans trop tôt. Ce sera un déchirement chez cet enfant, une souffrance majeure, souvent la première  de sa vie. La fragilité de cet âge fait que la souffrance est bien plus grande qu'à 5. Une souffrance que, personnellement, nous n'accepterons jamais.

Nous pouvons très simplement éviter cette souffrance à l’enfant. Avec l’école à la maison, rien de cela n’arrive. L’enfant se lève à une heure convenable.

L'école à la maison est-elle en danger ?

Pas selon ce texte. Il risque bien au contraire de la renforcer en y amenant des quantités de familles.

Que serez-vous tenu de faire ?

Pour la déclaration, rien. Quand une loi est illégitime, on n'a aucune obligation. Nous conseillons de toute façon de ne pas faire de déclaration au moins avant l'âge de 5 ans. Ce qui laissera peut-être une chance de voir la loi passer aux oubliettes. Moins les citoyens marcheront, mieux ce sera.. Laissez l'administration vous contacter, le plus tard sera le mieux et vous ne serez pas considéré comme en faute jusque là.

Quand vous serez enregistrée, vous serez dans l'obligation de prouver que vous instruisez votre enfant, comme c’est le cas jusqu’ici à partir de 5 ans.

C'est quoi, instruire à 3 ans ?

La nouvelle loi ne fait donc qu'avancer l'âge de l'obligation d'instruire l'enfant.

A 3 ans, que fait-on ? C'est ce que nous montrons dans l'accompagnement: de la découverte, de l'informel. Rien de purement scolaire.

Qu'est-ce que cela cache ?

Il y a là-derrière des choses beaucoup moins vantées.

Vous avez remarqué que cette loi arrive au moment où l’on affirme l’obligation de la vaccination obligatoire et l’éducation sexuelle des enfants.

On va donc avoir des tout-petits, arrachés aux bras de leur maman, vaccinés sans son accord, loin d’elle et instruits de la masturbation.

Tout cela, vous le trouvez sur le site du ministère. Nous n’inventons rien. Cette folie furieuse est inscrite dans la loi de la “république française”, qui s'étonne ensuite que le lien social vole en éclat.

A ce moment-là, il vient une question simple: quel parent ira mettre son enfant à l’école ?

Les arguments (cocasses)

On nous raconte beaucoup d'histoires sur le terrorisme et l'intégrisme, qui motiveraient l’idée de l’école dès 3 ans. Discours confus et divagateur : tous les terroristes sortent de l’école et 40% ont même des diplômes du secondaire.

On nous dit aussi - discours répété à l'envi - qu’il s’agit d’éviter que les enfants sortent d’une voie d’intégration et de socialisation. Mais la société actuelle, avec ses cassures, son inégalitarisme, sa justice multi-vitesse, ses impôts ou sa désocialisation, sort entièrement de l’école. L'école publique en particulier est tout sauf la réponse à ces problématiques.

On a pu observer qu’avec la chute qualitative de l’école, la société descendait aussi. Autant l’école de 1950 a pu faire des élites, autant celle d'aujourd'hui en est devenue incapable: un pays comme la France n’a plus personne au sommet, il n'y a en terme de compétences qu'un vide astral.

Ce sont les gens qui sortent de l’école qui ont élu les derniers présidents, eux-mêmes sortis de l'école. Avec les résultats que l’on a sous les yeux.

Donc, cet argument a du plomb dans l’aile. En fait, plus on a de l’école obligatoire et laïque, plus la société s’effondre, pour des raisons que nous avons expliquées ici.

Le problème est donc que ce que veulent certains politiques en se servant de l’école va exactement dans le sens contraire des faits observables.

C’est rester dans le système scolaire actuel qui est justement ce qui a le plus de chance de conduire au terrorisme, à la désintégration, au clivage, à la pauvreté et au chômage, au chaos social en un mot. Tout cela est montré, chiffré, prouvé depuis des décennies et nous avons apporté notre lot d'arguments imparables qui ont fait vaciller pas mal de monde.

Il est évident aussi que plus on ira vers cette école mondialiste soumise aux lobbies, plus on verra les clivages se faire et les sociétés s’effondrer.

Regardez où l’on prend des psychotropes et vous trouverez l’école malade, les postulats faux, la pensée inversée.

Il y a quand même une chose amusante : ces politiques pensent qu’il faut enseigner l’enfant le plus tôt possible. Ces braves gens ne savent pas que nous instruisons nos enfants dès la naissance. Instruire son enfant est la chose la plus naturelle du monde, après l’avoir nourri et vêtu.

On instruit son enfant depuis l’origine des temps (nous ne disons pas “la nuit des temps” car cette nuit, c’est maintenant). Si des parents n'enseignent plus rien à leurs bambins, ce n'est pas en augmentant l'emprise d'une école incompétente et la précarité sociale qu'on va arranger les choses.

Leurs objectifs plus ou moins avoués

Leur manière de voir les choses est en fait scandaleuse : ils exigent que les petits enfants soient sous leur coupe. Il s'agit évidemment de cette bonne vieille utopie qu'exprimait le ministre Peillon quand il disait : "Nous voulons arracher l'enfant à sa famille. Nous voulons une nouvelle religion, la religion républicaine" (textuellement c'était un peu différent mais le sens était là et nous préférons dire les choses clairement, comme il les pensait, lui et ses frères maçons amis).

De ce fait, nous vous invitons à vous démarquer de la loi en cessant de la regarder comme référence et en vous rappelant qu'elle cesse d'être légitime lorsqu'elle cesse de servir l'intérêt général. Ce régime pousse à rejeter la loi et c'est ce que nous faisons, légalement.

Vous constatez que cette loi-ci a un caractère extrémiste. C'est aussi pour ça qu'on fait l'école à la maison: pour éviter la prise en charge forcée de notre enfant de manière illégitime par un régime extrême.

Comment le mammouth se mord la trompe

Comme le rappelle la loi, les parents ont par priorité le choix de l'éducation à donner à leurs enfants.

Or, depuis que l'Etat a eu l'idée d'appeler l'instruction "éducation" en se voulant l'éducateur de nos enfants, il se coupe la branche sur laquelle il est assis. Si instruire, c'est faire de l'éducation, et que l'éducation est un choix prioritaire des parents, ce sont les parents qui décident du choix de... l'instruction. Imparable.

Caramba, encore raté ! vont grommeler les partisans d'un régime totalitaire sous contrôle des Loges.

Faudra-t-il rendre des comptes ?

Que va-t-il se passer lors des contrôles ?

Ça va être cocasse. Les inspecteurs vont avoir du mal à vérifier l'instruction d'un enfant de 3 ans. Il ne saura pas répondre, donc l'interrogatoire va être vain. Ils ne pourront... que constater que vous avez employé les bons moyens: des livres, des crayons, de la colle... ?

Méfions-nous cependant. Car à terme, le ministère va certainement trouver un "socle commun" pour les enfants de 3 ans.

Notamment sur la sexualité, parce que vous savez que ces gens veulent maintenant qu'on parle sexe aux tout-petits. Le nom donné aux asiles de fous, c'est "ministères", maintenant.

Peu nous importe. Personne ne nous forcera à mettre nos enfants à l'école. Personne ne nous forcera à leur parler de masturbation ou de possibilité de changer de sexe. Personne ne nous forcera à épouser la décadence des "élites" inversées. Nous sommes le peuple, nous sommes les souverains. Les élus proposent, nous disposons. Et nous disons non. Voilà le droit constitutionnel.

Et pour l'IEF ?

Les choses seront sans changement non plus pour l'IEF. Les arguments actuels de l'Etat contre l'instruction sans cours resteront les mêmes. Les 3 parades pour les IEF se trouvent sur ce site. Prudence car même si les textes font mine de confondre les deux situations, les situations juridiques sont distinctes.

L'expatriation

Nous le redisons ici mais quand les choses dégénèrent à ce point, il faut reprendre vos réflexions sur l'expatriation. Pourquoi ne pas vous lancer dans ce projet de tour du monde et chercher un pays libre ? Ce n'est pas ce qui manque. Dès que vous franchissez la frontière et quittez le pays pour plus de 6 mois de l'an, vous êtes libéré de tout: vaccins, école, contrôles.

Et l'école à la maison est encore plus intéressante !

  • Tribumh dit :

    Bonjour,
    Question expatriation : 6 mois d’affilée ou pas ?
    Merci Rémy et Cécile 🙂

    • cecileetremy dit :

      Bonjour Tribumh, pas forcément. Tant que vous êtes à l’étranger plus de 6 mois de l’an, vous êtes exempté de toute obligation française.

  • Clemence dit :

    Excellent article ! Je conseille à tous les parents qui pensent que c’est un peu exagéré de lire ou d’écouter ce que Marion Sigaud dit sur les droits sexuels des enfants. Oui vous avez bien lu, les droits sexuels des enfants. C’est cela qui est en jeu.
    Quant aux franc mac, la meilleure définition que j’ai lue : la franc-maçonnerie c’est la république à couvert, la république c’est la franc-maçonnerie à découvert.
    La bonne nouvelle avec cette loi, c’est que le phénomène de l’école à la maison va s’amplifier. Pour le plus grand bonheur des familles et de la société.

  • Tassot dit :

    J’ ai connu des familles qui ont scolarisé leurs enfants à 4 ou 5 ans sans envisager l ‘ école à la maison mais pour des raisons plutôt pratiques : école trop éloignée , passage du bus scolaire vers 7 heures du matin pour effectuer un long circuit en zône rurale ; autre raison : présence de deux jeunes enfants agés de 2 et 3 ans : les parents ont préféré garder les deux qui s’ entendaient bien et jouaient ensemble plutôt que de laisser le second s’ ennuyer tout seul ; en outre la maman était fatiguée par une troisième grossesse et il valait mieux pour elle se reposer plutôt que de trimballer la fratrie dans les passages piéton urbains .

  • florence dit :

    Bonjour, que faire une fois que l’administration nous aurons contacté? Quel courrier faire vu qu’à cet âge il n’a pas de CPC, donc pas de certificat de scolarité. Merci

    • cecileetremy dit :

      Vous enverrez le courrier que nous vous indiquons le moment venu dans l’accompagnement. Suivez bien ce que nous disons pour votre cas de figure.

  • sandrine dit :

    Simplement magnifique. Tout est parfaitement expliqué, et cela nous ramène toujours à la meilleure solution qui est : l’école à la maison !

    • cecileetremy dit :

      Où en êtes-vous aujourd’hui Sandrine ?

      • sandrine dit :

        Mes enfants n’ont jamais été scolarisé. Nous faisions instruction en famille ce qui se passait plutôt bien, et depuis que je suis membre accompagné cela est encore mieux. On est plus confiant et plus sûre. Ce n’est pas facile tous les jours, mais ce n’est pas non plus d’une difficulté insurmontable !

  • Famillepingouin dit :

    Bonjour et encore merci pour cet excellent article, une petite remarque; j’ai relevé une faute d’orthographe (j’espère qu’il y en pas d’autres) : “noue ne disons pas” dernier paragraphe de la partie Les arguments(cocasses). J’espère que vous pourrez corriger avant que trop de personne ne le remarque. N’hésitez pas à supprimer mon commentaire.

    • cecileetremy dit :

      Merci d’avoir signalé cette coquille !

  • Corinne dit :

    Cet article est d’une grande aide! Merci.

  • Kam dit :

    Bonjour,

    J’ai envoyé une lettre au DSDEN de mon département ainsi qu’à la mairie en accusé de réception et ce, le 23 août 2018 (donc bien avant la rentrée.

    J’ai reçu l’accusé de réception de ma mairie, peu de temps après l’envoi mais pas celui du DSDEN…

    Dois-je m’inquiéter ? Que dois-je faire dans ce cas ?

    Merci de votre réponse !

    • cecileetremy dit :

      Pas d’inquiétude spéciale, on fera les choses en temps et en heure, Kam.

  • Jessica dit :

    Je ne comprends pas quand vous dites de ne rien faire jusqu’à 5 ans? Déjà c’est 6 ans a l´heure actuelle et c’est illégal de ne pas déclarer ? J’ai peut être mal compris mais ça m’intéresse mon fils a 3 ans et j’aimerais ne jamais le scolariser mais les contrôles à partir de l’année pro me font peur

    • cecileetremy dit :

      Ce n’est pas 6 ans, c’est l’année des 5 ans révolus, exactement.
      Oui, bien sûr, c’est illégal de ne pas déclarer, du moins c’est un peu plus compliqué: il est interdit de ne pas instruire son enfant, et il faut déclarer qu’on le fait soi-même.
      Le contrôle n’a pas à vous faire peur, on s’en amuse en fait comme vous le verrez, et de toute façon vous y passerez, sauf si vous préférez suivre la petite astuce que nous vous proposons et que ça marche.

  • >
    error: Alerte: Contenu protégé