Le « trouble de l’attention » ou TDAH : les labos l’adorent

Tout d'abord, avant de voir la vidéo et le texte ci-dessous, si vous avez besoin d'un diagnostic d'hyperactivité, pour quitter l'école, pas de problème, nous sommes prêts à vous en faire un. En ce cas, écrivez-nous à contact @ l-ecole - a - la - maison.com

Ce diagnostic sera tout aussi sérieux que celui que vous feront le médecin scolaire ou le CMPP (allez voir ce que sont ces structures et si elles méritent votre confiance). Vous allez comprendre pourquoi.

On appelle trouble de l'attention toutes sortes de choses très compliquées qui méritent des tests, des évaluations, des séances à répétition chez le spécialiste (fort chères d'ailleurs) et se réduit finalement à des supputations, des diagnostics vagues. Si on sait analyser le trouble de l'attention comme nous savons le faire, on s'aperçoit qu'il ne s'agit généralement, en tout et pour tout, d'un... ennui de l'enfant. On a habitué l'enfant à être distrait. Il ne sait pas bien fixer son attention.

Mais nous allons voir qu'il n'y est pour rien et qu'il n'y a aucun lieu de le diagnostiquer.

Même si vous êtes des milliers à venir nous voir avec un "diagnostic" de trouble.

Il y a moins d'1% de cas de troubles liés à une situation sanitaire préoccupante de l'enfant (et l'on sait maintenant que le mercure, présent dans le poisson, en est responsable en partie). Sur 100 diagnostics de "spécialistes" ou de labos, 99 sont faux.

Certes, les spécialistes font un gros business autour de cette question mais, ici comme pour la dyslexie ou la dysorthographie que nous démontons sans peine, il n'y a aucun instrument fiable pour détecter un trouble de l'attention, tous les diagnostics sont purement subjectifs. Voilà pourquoi d'ailleurs ou vous dit des "peut-être" et des "probablement".

Vous, en entendant ces diagnostics approximatifs, mais respectueux de la blouse blanche, rassuré, vous vous dites: "Alors c'est une maladie et non une incapacité de mon enfant. Ouf ! tant mieux. Ce n'est pas rigolo mais c'est mieux quand même."

Grosse erreur ! Le système vous a repassé le bébé, comme on dit. C'est votre enfant qui est maintenant le problème.

Vous avez été trompé.

Le Titanic: non pas un trouble de l'attention mais une série d'imprudence
Le Titanic de l'école: non pas un trouble de l'attention mais une série d'erreurs

Le Titanic n'a pas été une affaire d'attention ou de mauvais équipage. Le Titanic, c'est une erreur flottante, comme le raconte l'auteur Max Montgomery aux enfants. Comme l'école.

Vous avez remarqué ce qui s'est passé lors de la consultation avec le médecin ? La plupart du temps, le médecin ou le psy pose quelques questions, brandit sa lampe, fait quelques palpations et, sans le moindre examen clinique avec IRM, hop ! il fait son diagnostic.

"Votre enfant a un trouble de l'attention."

Ben voyons ! C'est plus simple d'accuser l'enfant d'avoir un problème. S'il avait 20 ans de plus, le médecin n'oserait pas avancer ce diagnostic: le jeune adulte pourrait lui coller son poing dans la figure pour lui montrer qu'il n'a pas été du tout inattentif ! D'ailleurs, bizarrement, ce "trouble" s'évapore chez l'adulte. Comme beaucoup d'autres. Il est clair que l'adulte s'en laisse moins conter.

Baleine échouée vétérinaire diagnostic bidon

Que diriez-vous d'un vétérinaire qui palperait une baleine échouée sur la côte et dirait "mon diagnostic est clair: cette baleine a eu un trouble de l'attention" ?

Vous penseriez qu'il s'est hasardé bien imprudemment.

Et en effet, nous avons montré que l'enfant n'est jamais déconcentré. Seulement, il est concentré ailleurs.

Pourquoi ? Parce que ce que lui dit l'enseignant ne l'intéresse pas

L'école, qui échoue à enseigner les enfants, fait tout pour que l'enfant perde sa faculté à se concentrer. Car l'enfant est toujours capable d'être attentif. Tout dépend de ce qu'on lui montre, de ce qu'on lui fait écouter, de l'émerveillement qu'il vit.

L'enfant est capable d'attention. La preuve ? Mettez l'enfant devant un jeu vidéo et on verra s'il est si peu concentré que ça, s'il souffre de trouble de l'attention. Non: il est parfaitement attentif au point qu'il ne vous entend plus quand vous lui dites "ça suffit avec l'ordinateur" !

Si l'enfant n'est pas captivé par ce que dit l'enseignant, c'est parce que celui-ci applique sa méthode qui est une mauvaise méthode instillée par l'Education Nationale, championne toutes catégories de l'échec scolaire.

Ne savez-vous pas que l'école est en échec ? Si vous le savez, pourquoi observer votre enfant avant d'observer l'école et ses méthodes ? Ne vous interrogez-vous pas d'abord vis-à-vis du responsable: l'établissement scolaire ? Mais c'est pourtant par là qu'il faut commencer puisque l'enfant passe l'essentiel de son temps à l'école.

Nous avons chaque année des enfants qui nous sont présentés avec des 16 ou des 17 sur 20, et qui sont totalement... ignorants. Il faut dire ce qui est. Ne sachant ni leurs tables, ni leur orthographe, écrivant à peine, n'ayant en fait rien appris. Incapables de mémoriser et incapables de fixer leur attention.

L'école n'a jamais appris à votre enfant à se concentrer, à travailleur sur une période de temps sur une tâche, parce qu'elle l'a en fait dégoûté du travail. La responsable de nos 99% de cas, c'est elle.

N'ayant pas appris, vous pouvez faire faire tous les diagnostics que vous voudrez, ils seront toujours positifs: un enfant n'est pas plus censé qu'un adulte savoir quelque chose qu'il n'a jamais apprise.

Si par exemple vous n'avez jamais été entraîné à surveiller un écran de contrôle, vous avez notre parole qu'au bout de 30mn, vous le lâcherez des yeux car c'est insoutenable. Nous en avons eu l'occasion. Seuls les professionnels sont capables de fixer leur regard sur un écran de contrôle pendant 6 heures.

Donc, si vous vous faites consulter sur l'observation d'un écran de contrôle, on vous diagnostiquera infailliblement un "trouble de l'attention". C'est pour ça que les labos et les spécialistes sont forts: ils ont réellement quelque chose à dire.

Mais ce qu'ils omettent de dire, c'est que c'est totalement normal, vu l'antécédent.

Nous montrons amplement sur ce blog, à nos abonnés, comment un enfant peut réussir brillamment, quels que soient les diagnostics des médecins ou même des parents au départ. Nous leur montrons la bonne méthode. Et nous commençons par réapprendre à aimer l'enfant, contrairement à l'école.

Le "trouble de l'attention" est, comme la dyslexie ou le TDAH, une énorme imposture. Nous n'y reviendrons pas plus largement ici. Mais il appartient à chacun de le dénoncer pied à pied.

Trouble de l'attention: à qui ça profite ?

Cherchez toujours la réponse à la question: "A qui profite le crime ?"

Votre enfant n'est jamais le coupable ni le "patient". Il est le reflet de ce qu'on lui donne.

Ne vous laissez plus avoir.

PS: Ce qui explique l'engouement pour ces "troubles", c'est d'une part le besoin de l'école d'expliquer son échec et d'autre part des spécialistes et des laboratoires qui ont vu là une opportunité magnifique de vendre des médicamentes, des calmants ou même des placebos à des prix  totalement fous: jusqu'à 4.000 fois la valeur du coût du produit de base !

Tenez, nous tapons "troubles de l'attention" et voici les deux premiers sites : le premier (passeport santé) se dit partisan de santé naturelle mais si on gratte un peu, on trouve ceci:

sites menteurs1

sites menteurs1On trouve derrière un gros labo canadien. Vous avez dit "naturel" ?

Quant au second qui lui aussi brode allègrement sur le trouble de l'attention, c'est le site de Douglas; nous n'avons pas besoin de vous dire que c'est également un groupe pharmaceutique qui est derrière. La santé, c'est un business plus important que le pétrole.

Comme le disait ce patron de gros labo: "Si nous pouvions donner des médicaments aux gens en bonne santé, nous aurions réussi notre pari"....