Mille questions et réponses (vidéos)

Pourquoi faire l'école à la maison, l'article est ici.

Toutes vos questions sur l'école à la maison et les réponses sont ici. D'autres vidéos intéressantes autour du sujet sont ici.

 

Si vous faites déjà l'école à la maison, vos questions-réponses sont ici.

Les témoignages sur l'école à la maison.

Et enfin sur nous.

_______________________

Ici, nous mettons toutes les vidéos publiées sur la page fan Facebook:

1 L'école à la maison est-elle légale?

2 On naît intelligent ?

3 L'enfant peut-il rattraper le niveau ?

4 L'enfant est-il toujours concentré ?
Dans cette vidéo, les deux enfants sont hyper-concentrés. Mais un adulte dirait que l'un des deux est "ailleurs". Regardez à quel point au contraire il observe et ne rate pas une miette de ce qui l'intéresse.

5 Comment passer un bon moment, une minute avec mon enfant ?

13 Peut-on réinventer l'éducation ?

14 Que va-t-il se passer au moment du retour de l'enfant à l'école ?

15 Faire le propre dans votre tête

16 L'utilité des matières et pourquoi le unschooling est à éviter

17 Les devoirs du soir

18 Retrouver l'homme véritable et la femme véritable

19 Je n'y arrive pas

20 Pourquoi l'école n'y arrive pas

21 La majorité des gens ne peuvent pas vous aider car il n'y a pas d'intelligence collective.

22 Il y a des gens qui font l'école à la maison comme ça 😉

23 Dyslexie et mauvaises méthodes

24 L'école à la maison "désocialise" ?

25 La présence du parent

26 Le système "Education nationale"

27 Le niveau à l'école

28 Le bégaiement en question (voir réactions *)

29 La liberté retrouvée des parents

30 Rester seul: une erreur

31 Le point de vue de l'inspecteur académique

32 Phobie scolaire ? ou pensée inversée.

Nous faisons des vidéos au fur et à mesure que vous nous posez des questions qui méritent ce type d'illustration. La majorité des questions sont traitées sous forme de textes. Suivez les liens en haut de page.

Bégaiement* :

Gilles nous écrit pour nous dire ceci:

Bonsoir Rémy,

J'ai acheté le livre "How to Really Love Your Child" (ou "Comment vraiment aimer votre enfan"t), que vous recommandiez sur cet article: http://l-ecole-a-la-maison.com/les-livres-que-nous-recommandons
Je n'en suis qu'à la moitié, mais les premiers chapitres sont poignants et me laissent sans voix ! Il est de la trempe de ses rares livres qu'un fois lus, je voudrais offrir à tous les parents de la terre (tout comme "Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent"). Et la plupart des parents - dont moi - ignorent en toute bonne foi des choses qui sont d'une importance capitale pour nous enfants.

Je ne vais pouvoir vous donner qu'un avant-goût du livre, car le contenu est bien trop dense pour pouvoir tout vous résumer. Mais je vous suggère vraiment de faire passer ce livre en priorité dans votre liste. Cela me paraît crucial pour l'enseignement que vous distribuez avec tant de dévotion.

Dr Campbell explique que les enfants ont un "réservoir émotionnel" que les parents doivent s'efforcer de garder remplit, faute de quoi l'enfant développera divers troubles comportementaux et pourra être marqué à vie dans son fonctionnement. Certains enfants (le filles surtout) paraîtrons extérieurement bien, mais les soucis commenceront à l'adolescence. D'autre part, un enfant ne donnera le meilleur de lui-même (dans l'apprentissage entre autre) que lorsque sont réservoir sera gardé plein.

Afin de remplir ce réservoir, Dr. Campell décrit les 3 points à appliquer continuellement, avec de nombreuse études à l'appui de son propos. Ces 3 points sont: le contact visuel, le contact physique, et l'attention dédiée.

J'en viens maintenant au point qui me mets en désaccord avec votre enseignement, à savoir le contact visuel. J'en avais déjà l'intuition il y a quelques année quand j'avais réagis sur votre vidéo sur le bégaiement (pardonnez-moi, je devrais aussi prendre le temps de réagir positivement sur la plupart de vos article qui sont très éclairants et bons). Mais celui-ci était en désaccord complet avec toutes les études d’orthophonie, qui disaient qu'il faut travailler à garder le contact visuel, car cela rassure l'enfant et l'apaise.
Par la suite je vous ai entendu répéter ce propos - de ne pas trop regarder les enfants dans les yeux - lorsque vous décrivez une "juste distance". C'est là que je voudrais vous mettre en garde, et vous supplie de lire ne serait-ce que le premier chapitre de ce livre. L'auteur y décrit les ravages que produit le manque de contact visuel chez l'enfant, et comment toute sa personnalité et ses relations sociale peuvent en être affectés à vie.

Il cite une étude menée dans des hôpitaux, qui montre que les enfants malade qui donnent le plus de contact visuel sont aussi les plus visités par les infirmières et bénévoles qui, inconsciemment, trouvent les autres renfermés et pensent qu'ils ne sont pas content de les voir. Alors que ces enfants ne font que reproduire ce que leur parents leur ont donné. Un enfant qui reçoit beaucoup de contact visuel est non seulement mieux dans sa peau et sans angoisses, mais il est aussi plus avenant, curieux, communiquant et social.

Ces traits de caractère, c'est ce que nous essayons tous d'apporter à nos enfant en faisant l'école à la maison. Mais il est désormais prouvé que réduire le contact visuel intentionnellement - en sachant que la plupart des parents qui l'ignore n'en donnent déjà pas assez - va faire l'effet inverse et de gros dégâts.

Je me sens très peu capable de correctement résumer le message de ce livre. Aussi je m'en remet à votre bonne volonté et honnêteté intellectuelle - que j'admire - pour vous demander de vous intéresser de près à ce livre. Il en va du bien des nombreux enfants de toutes les familles que vous accompagnez.

Bien cordialement, Gilles

Notre réponse:

Merci beaucoup, Gilles, de ce beau message.

Ah ! vous nous avez donc mal lu. Nous avons un contact visuel très fort et profond avec nos enfants. Nous recommandons d'ailleurs de penser "je t'aime" quand on regarde l'enfant, d'avoir des pensées précises.

Bien sûr que nous le regardons. Le regard est la voie par où passent beaucoup de choses. Ce que dit le Dr Campbell est pour nous si évident que nous n'y insistons pas !

Nous disons juste - et c'est fondamental - que ce regard ne doit pas être intrusif. Point trop n'en faut.

Car les spécialistes l'ignorent peut-être mais il y a plusieurs raisons pour lesquelles l'enfant ne regardera "pas bien en face": 1 - il est intimidé et on a tort de lui imposer un regard yeux dans les yeux à ce moment-là. 2 - il cherche ses idées, et comme tout un chacun il a besoin de laisser son regard gambader en suivant sa pensée. 3 - il a quelque chose à se réserver et il ne faut pas aller le lui arracher.

Comme tout, il faut savoir doser.

Nous connaissons bien plus de parents qui insistent trop sur les "yeux dans les yeux" que de parents qui ne regardent pas l'enfant. Néanmoins, évidemment, il faut le regarder, il faut ce minimum qui, pour nous, va sans dire. Vous remarquez que nous ne disons nulle part sur le site qu'il faut saluer l'enfant au réveil et lui demander de le faire: c'est le b-a-BA.

Mais sans doute que vous êtes au contact de gens qui ne regardent pas l'enfant, ni même les adultes, qui ont un regard vide. Vous avez raison, c'est fréquent. Mais si vous voulez, c'est si évident pour nous qu'il faut un regard aimant que nous disons plutôt: "Attention, n'en faites pas trop."

Vous dites: "toutes les études d’orthophonie, qui disaient qu'il faut travailler à garder le contact visuel, car cela rassure l'enfant et l'apaise." En ce cas, ces études sont biaisées. Nous avons connu de nombreux cas où le bégaiement était provoqué précisément par des regards trop insistants. D'où notre appel à discerner: du regard, mais pas de l'envahissement, de l'intrusion, de la pression.

"Un enfant qui reçoit beaucoup de contact visuel est non seulement mieux dans sa peau et sans angoisses, mais il est aussi plus avenant, curieux, communiquant et social."

Justement, attention là aussi. Il n'est pas souhaitable que l'enfant soit excessivement avenant et social ! les entreprises américaines sont pleines de ces gosses communiquants et sociaux: résultat il y a du vide, du conformisme, un manque de quant-à-soi et de pudeur, un manque d'imagination et de sens critique constructif pour finir.

Nous n'avons jamais cherché à avoir des enfants trop avenants ou trop "sociaux": c'est le règne de la démocratie où tout le monde il est beau, mais où, en réalité, le manque de distance juste crée la confusion, le relativisme, l'approximation morale. Le gfroupe n'est pas garant de la moralité.

J'ai envie de vous dire qu'au sujet des infirmières qui visitent davantage les enfants, c'est un argument qui a tendance à nous convaincre de nos raisons: les infirmières sont pour la plupart à éviter, avec leurs listes de médicaments obligatoires, leur intrusion, leur tutoiement, leur manières cavalières. Quand j'étais enfant, j'évitais justement d'être trop en contact avec elles, sachant instinctivement ce dont elles étaient capables.

Donc, non, nous ne croyons pas tellement à cette tendance très américaine d'une certaine "bienveillance" un peu militante où tout est rose et communiquant. Les Américains, spécialement dans ce monde y compris dans le coaching, sont d'une immaturité qui frappe les Européens. Il y a du bon à prendre car c'est évidemment mieux que la distance brutale, les mauvais traitements ou le mépris, mais nous sommes donc toujours vigilants à guider vers un discernement.

Connaissant bien les USA et ce qu'il y a derrière ces discours pour partie juste, nous en connaissons les limites. Et, croyez-le, le monde européen traditionnel n'a pas attendu ces travaux. Nos ancêtres ont été très au-dessus sur le plan humain, sur le plan de l'épanouissement, car ils avaient un sens chevaleresque et un discernement où le tact et la délicatesse avaient une part immense. De ce fait, ils se méfiaient de leurs propres penchants et du danger de l'intrusion. Le sentiment est noble, il peut être un poison mortel.

C'est à nous Européens de donner ce discernement qui manque complètement aux USA, toujours pressés de "nouvelles méthodes" et de "trucs". Nous avons un fond de civilisation qui tempère les enthousiasmes un peu naïfs du nouveau continent.

Merci de toute façon pour cette contribution, elle nous a donné l'occasion à la fois de vous donner raison et en même temps de mieux expliquer ce que nous voulions dire.

Cliquez like ci-dessous