Quand commencer l’école à la maison ? Arrêtez d’attendre ! (chapitre 1)

Il y aurait un court-métrage à faire. Imaginez: une maison brûle et les habitants du quartier se concertent: "personnellement, je ne suis pas au point pour le lancer du seau d'eau", "moi, le lancer, je maîtrise; mais c'est porter les seaux que je ne maîtrise pas", "porter le seau d'eau et le lancer, c'est pas un problème pour moi, ce qui me chagrine, c'est que je ne me sens pas prêt, j'ai des doutes."

Cela renvoie à la question: quand s'y mettre, quand commencer l'école à la maison ?

Arrêtez d'attendre

Votre enfant vous demande d'agir, il a besoin que vous fassiez quelque chose !

Si vous vous activez dans le cas d'un accident, pourquoi restez-vous indolent dans le cas d'un désastre moral ou mental ?

Il n'est jamais question pour nous de dire précipitamment aux parents "allez-y, c'est le moment !", mais en fait, ce que nous voudrions vous dire, c'est que vous ne saurez pas plus dans dix ans. Vous êtes mauvais ? Nous le sommes tous. Vous ne serez pas meilleurs dans dix ans si vous ne pratiquez pas.

Essayez le bilboquet. Rémy est passé maître parce qu'un jour, il a joué une pièce où le roi, qu'il interprétait, y jouait sans cesse, il en faisait durant toutes les répétitions. Il ne s'était pas aperçu qu'il était passé maître, il faisait des efforts pour sortir son texte et jouer correctement et pendant ce temps-là, il pratiquait son bilboquet. Mais une prof de maths qui était venue voir le spectacle, lui dit le lendemain en classe : "Il y a un truc qui m'a époustouflée, c'est ta manière de faire du bilboquet !" Rémy ne s'attendait pas à celle-là ! La conclusion ? On n'apprend qu'en pratiquant et en cessant de remettre l'action en cause.

La perfection n'est pas notre voie, à nous autres, humains... On a trouvé autre chose de plus original: l'imperfection et les questions qu'elle pose, les défis du dépassement.

On ne se dépasse qu'en agissant. Il y a le feu ? Même un petit feu, c'est un feu, et il finira par prendre de l'ampleur. Allez jeter un ou deux seaux d'eau. Ensuite, on verra si vous êtes si nuls.

Faites l'école à la maison, ou faites ce cours de chimie, ou faites cette chose qui vous fait peur. Une fois, deux fois, trois fois. C'est en labourant qu'on devient laboureur.

ruedebayeux1 prendre un seau sans ce défaut d'attendre sur http://l-ecole-a-la-maison.com
Rue de Bayeux, Caen, lors des bombardements alliés

On n'a pas besoin d'être un super-héros

Même si vous êtes nuls, vous aurez éteint le feu. Votre enfant n'a pas besoin de tellement plus que ça. Il n'a pas besoin que vous soyez un super-héros, un pédagogue de génie ou même un maître en la matière. Il a juste besoin de vivre et d'avoir sa chance.

L'adulte n'a en fait pas grande importance, c'est l'enfant qui compte.

Les vieux, autrefois, ne se posaient jamais des questions de ce genre, vous ne trouviez jamais un grand-père pour vous dire: "Je ne suis pas sûr que je vais m'occuper de toi, je ne sais pas trop y faire." Ils faisaient ce qu'ils pouvaient, et c'était merveilleux comme ça. La pratique est le secret. Vous savez pourquoi un vétéran se trompe moins qu'un novice, pourquoi un vieux loup de mer ne rencontre jamais la tempête et qu'un novice s'évertue à savoir affronter tous les temps ? C'est juste parce que l'un a pratiqué, l'autre pas ou peu. Le vieux loup de mer sait qu'il vaut mieux ne pas affronter la tempête et que l'héroïsme, c'est de revenir vivant au port. Même si c'est plus banal. Ramenons l'enfant au port. Un jeune soldat rêve d'en découdre, mais un vieux s'intéresse au budget des armées, car se battre n'est pas le problème: il sait; ce qu'il veut, c'est d'en avoir les moyens. La première des choses: s'y mettre.

Et cela vaut aussi bien pour la charité. Tout s'acquiert par pratique. Il ne s'agit pas de savoir, puisque savoir sans pratique n'est pas savoir. Il s'agit de s'y mettre.

Ensuite, quand devons-nous commencer à enseigner l'enfant ? Allez voir ici. Ou à quel niveau commencer ?

Cliquez like ci-dessous