Sur le plan spirituel, que dois-je enseigner à mon enfant ?

Parce qu'un dessin vaut parfois mieux qu'une explication...
Sur le plan spirituel, que dois-je enseigner

Expliquons un peu quand même: on ne doit pas se contenter d'interdits et d'obligations en éducation. C'est la part minimale, de base, qui ne suffit pas. Ce sont les pieds pour se tenir debout, mais sans les jambes pour marcher. L'être humain n'avance pas selon des commandements, il se garde de chuter grâce à eux, durant son voyage. Il faut donc voyager, avancer. Pour cela, il est indispensable de découvrir ce pour quoi on est véritablement fait. C'est ce qu'on appelle la vocation, qui ne se découvre pas selon une simple envie, une soirée sympa ou un stage. C'est un appel profond, celui d'une vie, celui qui vous fera mettre en marche vos talents particuliers.

Plan spirituel ?

Le parent fait donc gravement fausse route en se contentant de discipliner son enfant.

Hier, un parent d'élève se montrait satisfait que les enfants de la classe se tiennent sages: "C'est bien, il faut qu'ils apprennent à se tenir."

Cette philosophie très basique, qui en effet donne une apparence de politesse et un comportement correct, flatte le parent qui satisfait là pour un tiers un agacement superficiel, pour un tiers son propre égo (l'image qu'il veut donner de sa famille), et pour un tiers l'envie égoïste d'être tranquille. Eduquer, c'est autre chose. L'enfant doit aussi apprendre sa vocation, que personne ne peut comprendre réellement en-dehors de Dieu. Il faudra donc nécessairement qu'il brise des conventions.

Il va devoir un jour savoir faire "exploser" les conventions.

Il faut savoir être correct, mais il faut plus encore ne pas se contenter d'être correct.

La vie authentique, et non encadrée poliment et domestiquée, offre des possibles beaucoup plus vastes que ce que les autres attendent de nous. Faire ce que les autres attendent de nous, c'est gaspiller sa vie, soyons-en conscients. Votre enfant doit aller bien au-delà de ce que vous pensez de lui.

Sa vocation échappera à vos "commandements" ou vos textes sacrés, et votre rôle est de l'accepter. Vous lui apprenez à faire du vélo, mais il ira où il voudra. Mieux vaudrait qu'il aille là où il est le mieux qu'il aille et pour cela, il importe de manière cruciale que vous lui ayez permis de découvrir ses talents, sa vocation, sa liberté intérieure.

Cliquez like ci-dessous

29 réponses à “Sur le plan spirituel, que dois-je enseigner à mon enfant ?

  1. Quel dommage que la spiritualité est mise de coté dans notre société. À nous de la refaire découvrir a nos enfant

  2. Bonjour,
    Maman d’une enfant dit « différente » j’ai beaucoup cherché à comprendre, pourquoi cela m’arrive à moi? En parcourant mon chemin j’ai découvert Pierre-André Pelletier, autiste Asperger auteur de plusieurs livres dont: » L’autisme, revu et corrigé par un autiste Asperger », « que la lumière de dieu soi « , Libérez vous de la racine du mal…Un véritable enseignement de la conscience, une formation pratique qui permet de marcher sur le chemin de la conscience afin de s’unir à Dieu. Vraiment en ce qui me concerne cela a été une révélation et maintenant je dis merci à Dieu de m’avoir envoyé matière à évoluer.

  3. Sur le plan spirituel, que dois-je enseigner à mon enfant ?
    Réponse: la vérité révélée (les dogmes catholiques). Ce n’est pas du tout « politiquement correct » mais ce n’est pas si difficile que ça (le plus difficile est de l’appliquer envers et contre tout à commencer par soi-même, c’est le combat d’un vie). Les vocations sont aussi diverses qu’il y a d’êtres humains, mais la vérité ne change pas, et tout a déjà été dit, pas besoin d’aller chercher midi à quatorze heures. On a tendance à croire que si tout n’est pas compliqué, si vous êtes sûrs de vous, c’est que vous n’êtes pas dans le vrai, que vous êtes trop simples ou simplistes, voir que vous êtes extrémistes (curieuse inquisition de ceux qui n’ont aucune certitudes). Non, il n’y a rien de compliqué. Bien le bonjour à Rémy. http://www.vaticancatholique.com/catechisme-de-la-doctrine-chretienne/#.WBs_FJAmY8o

  4. Bonjour, Je pense pour ma part qu’Il revient à chacun de trouver sa vocation; et ce mot est bien justement employé par vous Rémy car il s’agit effectivement d’un appel de tout ce qui nous représente à se manifester et sortir de nous. Il vaut donc mieux ouvrir l’enfant au monde spirituel le plus tôt possible, en prenant en compte ses capacités et sa sensibilité, afin qu’il puisse reconnaitre en lui les atouts qui lui permettront de construire son chemin de vie.

  5. Erreur( de ma part, mon commentaire est bien là.
    Merci de bien vouloir m’excuser du com. précédent.

  6. Bonjour,

    J’ai écrit un commentaire hier et ne le vois pas aujourd’hui vendredi 20. L’auriez-vous modéré ou bien aurais-je fait une fausse manoeuvre, comme je suis coutumier du fait ?

  7. Cécile,
    Je pourrais ne pas commenter, parce que je ne me sens pas à ma place dans un débat qui porte sur la « spiritualité ». La confrontation entre les esprits religieux et ceux ceux qui ne le sont pas n’est pas particulièrement fructueuse. N’utilisons pas notre énergie dans cette querelle d’Allemands.
    Puisque il est impossible de prouver l’existence de Dieu et également impossible de prouver sa non existence. De plus, la spiritualité n’est l’exclusivité de personne.
    Ce que l’on peut espèrer c’est que la connaissance se développe et que l’on aie de plus en plus conscience de ce que l’on ignore encore, que l’on soit ouvert à la connaissance mais sans dé pendance à des idéologies ou des idées reçues sans être prouvées valablement.

  8. Mes enfants savent que Dieu les a créés . Ils admirent la Création de Dieu. Mon fils de 8 ans est un passionné d’oiseaux et de nature. Ma fille aime aussi les animaux, la nature, la mer, nous appreçions les paysages magnifiques et sauvages du Finistère . Chaque jour, nous prions ensemble pour lui dire merci et pour lui demander de l’aide quand nous en avons besoin.
    Le bien et le mal coexistent en chacun de nous mais le Deuteronome 30 nous dit :  » choisis la Vie « 

  9. Beaucoup de BonDieuseries dans tous ces commentaires. La spiritualité ne se trouve pas forcément dans la croyance aveugle à un Dieu qui n’est qu’une hypothèse, en absence de preuves de son existence.
    L’exemple d’Adam et de Eve montre justement la désobéissance à un ordre non expliqué: Tu ne goûtera pas à la connaissance. Pourquoi? A mon avis , Eve fit le bon choix, en choisissant la connaissance elle choisit la liberté de penser par soi-même. Le fait d’aimer son prochain et de célébrer la vie avant tout n’est pas l’apanage des religions, et c’est ce que nous tentons d’apprendre à nos enfants.

    1. Peut-être avez-vous des croyances aveugles sur le fait religieux… 😉
      Tout d’abord, scientifiquement, l’absence de preuve de l’existence d’une chose n’est vraie que pour quiconque ne les a pas vues. Quiconque a vu le soleil a la preuve de son existence. Mais, c’est un vaste débat, celui d’une existence. Voyez comment Newton répondait à cette objection, en vidéo sur youtube.
      Eve commet l’erreur: non pas qu’elle cherche la Connaissance, ce qui est le propre et la quête de tout homme, mais le Mystère, qui est raison originelle. Nul ne peut comprendre le Sens originel, la raison ontologique de la Vie. Quiconque l’a tenté a reproduit l’idéologie et le crime.
      La liberté de penser par soi-même ? Oui, et non. D’abord, le religieux pense par lui-même en ce qu’il dispose de sa liberté intérieure tout autant qu’un autre. Souvent, les incroyants sont bourrés de croyances au sujet des croyants, ils s’imaginent que le croyant pense selon autrui, selon des codes. C’est juste une croyance de la part de l’incroyant, et assez ridicule d’ailleurs. Sébastien Loeb pense selon ce qu’il sait de la conduite, et il est plus fort que les non-pratiquants des rallyes.
      Mais en réalité, penser par soi-même au sens absolu, cela n’existe pas, tout un chacun pense par ce qui l’entoure et ce qu’il a vécu. Nietzsche en parle abondamment: il pense selon ce que ses sens lui indique: il dit que son papier-peint a été changé car il le voir neuf, alors que le papier-peint est vieux et n’ jamais été changé.
      La pensée n’est jamais que le fruit d’un arbre: ce qu’on a reçu, expérimenté, entendu, rencontré, cru, imaginé. On ne pense jamais par soi seul.
      « célébrer la vie avant tout n’est pas l’apanage des religions, et c’est ce que nous tentons d’apprendre à nos enfants. »
      Ce n’est pas l’objet des religions. Du moins, pas de la religion. La religion vraie relie. Le « païen » ou athée, comme vous le dites, regarde et célèbre. Le religieux entre et manifeste, la célébration et le regard sont inclus mais ils ne sont pas un but, ils sont des étapes et des moyens. Il ne s’agit pas d’observer ou assister, être spectateur, mais acteur. Le païen peut en être, mais, comme le parent qui n’a pas appris à faire l’école à la maison, il lui manquera les trucs, les portes d’entrées, les facilités et les aides transcendantales qui, de surcroît, lui sont octroyées. C’est comme Sébastien Loeb et le pilote ordinaire: quand on sait, quand on a vécu, rencontré le divin, on est différent.
      Il y a là donc deux attitudes différentes, entre celui qui reste en lisière et contemple le Mystère, et celui qui y entre et le vit.

  10. Bonjour, personnellement, ma femme et moi nous utilisons JW.ORG qui contient une mine de renseignements dans le domaine spirituel, accompagnée de petits films d’animation pour les plus petits…Et de vidéos pour les ados. C’est très prisé : 1, 6 million de visites par jour !
    Cordialement, AG

  11. J’aime votre phrase « Vous lui apprenez à faire du vélo, mais il ira où il voudra » Et j’ai surtout envie de dire : tant mieux, c’est le but !! Nous ne devons pas les brider et les empêcher d’être Eux dans toute leur splendeur et leur envie. Dès le moment où ils sont embryons, ce sont déjà des êtres à part entière, des âmes venues pour faire leur chemin de vie… A nous parents, de toujours l’avoir en mémoire !

  12. J’essaie de guider mes enfants vers ce qu’ils sont, et non vers ce que j’aimerais qu’ils deviennent.
    Une de mes méthodes, c’est de leur montrer que je cherche aussi cette réalisation de moi-même dans mes choix de vie.
    La citation de Nietzsche « Deviens ce que tu es » m’inspire.
    Et Gandhi aussi : « Be the change you wish to see in the world ».
    Merci,
    Héloïse

  13. On sent beacoup de recul et de sagesse dans cet article. Oui savoir inculquer a ses enfants des valeurs, denicher leurs talents et les laisser prendre leur envol….tout un art…que Dieu nous aide a y parvenir…de beaux conseils pour les jeunes parents que nous sommes. Merci

  14. Justement, ma fille ce matin me dit « Maman, tu es ma Maman parce que je suis sortie de ton ventre et tu t’occupes de moi mais en fait, c’est Jésus qui a décidé alors je ne dois pas faire tout ce que tu veux mais tout ce qu’il veut ». – Marie, 6 ans.

  15. de belles phrases certes, bien pensées. mais quand la réalité est tout autre je ne vais pas me voiler la face ni mentir a mes enfants en disant que la vie est tout beau tout rose. mais quand tout va bien et que la société vous surveille, vous n’êtes plus libre d’élever vos enfants dans l’amour mais plutôt vous tenir aux « règles  » de la société. mes 5 enfants sont sensibles et sont considérés comme des « handicapés  » , car ils n’arrivent pas a s’adapter aux rythmes des autres élèves. ils doivent être cadrés comme des belles images et entrer dans le moule comme des jolis petits flambys. c’est la réponse de la juge pour enfants qui dit veiller a leur bien-être. soyons francs la seule personne sur qui ils peuvent compter c’est moi, leur mère.

    1. Charge à vous de ne pas accepter ce diktat. Vous en avez la liberté. C’est une question vitale pour eux. Vous pouvez vous opposer au juge, qui a peur des scandales et des problèmes. Il ne faut pas avoir peur de ce petit monde.

  16. Vous m’avez fait très plaisir avec cet article qui exprime tout à fait ce que j’ai souvent ressenti. Vous lire pourra éviter le mal-être que l’on peut ressentir en temps que jeune parent quand on ne sait pas cela et qu’on est confronté à ces intrusions, à cette forme de bienpensance, qui met tout le monde au pas, mais qui ne permet ni un épanouissement véritable, ni une autonomie de pensée, ni de former des citoyen responsables.
    Cela pourrait éviter des déconvenues et des souffrances inutiles.
    Et on peut se rappeler aussi face aux moralisateurs prompts à donner des conseils non sollicités, à noter, à juger les parents comme les enfants, et à savoir mieux (différent de la morale dont vous parlez dans cette article), que l’éducation proposée en France n’est pas celle proposée dans d’autres cultures, d’autres pays.

  17. Que de bons conseils!
    Nous à la maison on est musulmans, et j’essai d’apprendre à mon fils les lois autant que la foi, et surtout la foi. C’est à dire qu’il ne faut pas faire ceci ou cela parce que sinon on sera punis ou récompensés, mais le faire parce qu’on a compris en quoi c’est important, en quoi ça va nous faire du bien et faire du bien à autrui. Très important aussi j’apprend à mon fils qu’il a le droit de me contredire et de me poser toute les questions qu’il veut, il a le droit de me dire quand je fais une chose pas bien (ex: je me met à m’impatienter ou autre^^), la seule chose c’est qu’il doit le faire avec de bonnes paroles et respect envers moi, ce qui lui apprendra à respecter ces parents et les autres, j’espère. Mais plus que tout je voudrais lui inculquer une bonne morale, et j’ai souvent très peur de ne pas y arriver, mais comme l’a dit une personne dans les commentaires, c’est en lui montrant le bon exemple qu’on y arrivera.
    Le plus important c’est avoir un bon comportement et beaucoup aimer ses enfants!

  18. « Faire ce que les autres attendent de vous, c’est gaspiller sa vie. » Diable!
    Je suis d’accord avec vous, savoir résister aux désirs intrusifs des autres (parents, institutions diverses, consumérisme) et préserver notre liberté sont prometteurs d’épanouissement, peut-être de bonheur.
    Mais à condition de savoir respecter les codes de la société dans laquelle on vit (les visibles et les invisibles ce qui est plus difficile, je le reconnais !). Se plier à certaines attentes me semble nécessaire, c’est la moindre des choses, si les autres nous respectent bien sûr. C’est compliqué parfois, il faut prendre la peine de s’informer. Que de malentendus à cause de codes non connus, mal compris ! Que de déboires aussi à cause de bons conseils refusés .
    Le simple savoir vivre en harmonie avec les autres demande t-il une certaine spiritualité?

  19. Dans le jardin d’Eden Dieu a donné l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Il a dit clairement à Adam et Eve : ‘Vous ne mangerez pas des fruits de cet arbre, sinon vous mourrez .’ Dieu ne voulait pas qu’Adam et Eve connaissaient le bien et le mal! Il voulait simplement qu’ils aient une relation avec Lui ! Et Lui-même les enseigneraient…
    Quand ils ont mangé le fruit, ils ont désobéi et le péché (la mort) est entré dans le monde.
    Encourageons nos enfants à avoir une relation personnelle avec Dieu et Lui, Il s’occupera d’eux.
    Guidons nos enfants avec l’exemple de nos vies.

  20. a mon avis l education est tres importante des le jeune age des qu il saura faire la difference entre le bien et le mal et la ca sera des racines et des ailes

  21. Bonjour,
    notre amour pour Dieu est une réalité dans notre vie de tous les jours. Aussi nous nous contentons de Lui obéir en Le faisant connaître à nos petits tous les jours, afin qu’ils s’attachent à Lui comme un père d’amour et non comme un père fouettard.
    Si donc notre foi se résumait à une série d’interdits et de devoirs, nos enfants deviendraient des petits légalistes ou pire des révoltés, qui s’éloigneraient vite de ce Dieu qui leur a gâché leur enfance.
    Dieu est amour, et les enfants voient la façon dont Il nous aime et dont Il nous guide, et ils voient aussi notre acceptation des épreuves avec joie, car sans épreuves on ne progresse pas aussi bien.
    Voilà comment nous abordons la question « spirituelle » avec nos enfants, ce n’est pas un cours mais un témoignage de vie continuel. « Aime ton prochain comme toi même » est bien le plus grand de tous les commandements.
    Mia

  22. Je pense qu’au lieu de dire  »Ne tuons pas » (un exemple très actuel) on pourrait dire et AUSSI ENSEIGNER par notre constant exemple (car ils aprennent d’abord de ce qu’ils voyent): ‘Célébrons la vie’. Et c’est à nous de trouver ces phrases et exemples positifs, car les parents disent toujours ce que les enfants NE DOIVENT PAS faire et oublient trop souvent, malheureusement, de leur montrer QUOI FAIRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *