Questions de parents qui pratiquent

Si vous cherchez la page des questions qui se posent avant de faire l'école à la maison (administration, situation, caractère personnel, remarques de l'école...), c'est ici. Voyez aussi dans le menu.

Voyez aussi les vidéos courtes qui répondent à vos autres questions: https://l-ecole-a-la-maison.com/mille-questions-reponses/

questions DE PARENTENTS qui pratiquent sur l-ecole-a-la-maison.com

  • Vais-je perdre la CAF ? Non, regardez ceci.
  • Puis-je poursuivre avec mon enfant en 3ème, puis 2de, 1ère, Terminale alors que je n'ai absolument pas le niveau ? Oui, vous le pouvez. Vous n'avez pas besoin d'avoir le niveau, vous allez apprendre à votre enfant à... faire progressivement ses cours tout seul. Vous le verrez deux ou trois fois dans la semaine: le lundi, pour fixer le programme, le mercredi éventuellement pour vérifier qu'il avance, le samedi pour vérifier ce qui a été fait; votre enfant sera devenu un véritable étudiant, avant l'âge ! Vous allez lui apprendre à apprendre seul. Vous ne serez désormais là que pour veiller à ce que le travail soit fait et vous allez découvrir la juste distance. Vous allez lui témoigner une sorte de respect nouveau en étant moins près de lui et c'est lui qui décidera s'il veut être proche de vous. C'est une attitude délicate qui s'apprend et qui va énormément vous alléger la vie ! Naturellement, nous voyons aussi cette question à fond dans l'accompagnement.
  • Suis-je en train de me fatiguer ? C'est fort possible si vous n'avez jamais fait de plan de développement personnel, si vous ne vous reposez pas, si vous vous couchez après minuit, si vous ne faites pas autre chose dans la vie, si vous n'éprouvez pas chaque jour un moment de vraie joie, si vous ne vous éloignez pas à plus de 100 km de chez vous une fois par mois pendant plus de 24 heures, si vous faites passer les enfants systématiquement avant vous, si vous n'avez pas de moments de solitude rien qu'à vous. Nous allons donc remédier à tout ça car vous allez au-devant de difficultés peut-être graves. Plus de maman ou de papa épuisé !
  • Comment puis-je me fatiguer moins ? Cette question est proche de la précédente. Il y a des techniques qui vous concerne. Tout est dans la nature. Vous vous n'y arrivez pas bien parce que vous n'avez pas un coach, un entraîneur. Seul, on n'arrive à... pas grand chose. Il y a des manières d'enseigner beaucoup plus relax. Des moyens d'obtenir ce que vous voulez en douceur. La première des choses, c'est de viser l'émulation ou la motivation de l'enfant. S'il est motivé, vous aurez les 9/10ème de l'effort en moins à fournir. Nous le verrons ensemble.
  • Comment puis-je retrouver le moral ? En suivant quelques principes stricts: dormir mieux et vous coucher plus tôt déjà, cesser d'être sans cesse à travailler sur des choses difficiles et dans l'inconnu, piétiner avec les enfants, vous laisser déborder par vos colères, mélanger et empiler divers soucis, continuer à faire les choses par vous-même sans établir de plan de résultats qui s'attaque à vos principaux soucis (il y a des solutions). Voyez aussi la première question ci-dessus. Nous allons d'une certaine manière vous coacher. Nous aussi, nous étions dans cette situation plus que difficile. Problèmes d'argent, huissiers à la porte, enfants à la dérive, problèmes de santé. Nous savons bien qu'il y a toujours pire que soi. Et qu'il y a beaucoup mieux. Nous allons nous en occuper, d'accord ?
  • Puis-je trouver des amis qui pratiquent ? Oui, et c'est important. Le site offre un forum qui est en plein essor ainsi qu'une carte des familles et un carnet d'adresse. Et il y a d'autres sites, d'autres forums (attention toutefois, certains sont des pièges, animés par des anti-école à la maison masqués pratiquant la division). Les gens qui font l'école à la maison sont nombreux et il devient facile de se rencontrer, en prenant des précautions préalables naturellement (bien connaitre les gens est nécessaire). Vous pouvez leur écrire via le net. Vous pouvez aussi nous écrire à nous en privé (si votre question ou demande doit rester anonyme). Prenez cette décision de ne pas rester isolé.
  • J'ai l'impression de piétiner, pouvez-vous m'aider à gagner du temps et avancer ? En voilà une question ! 😉 C'est pour ça que nous avons créé ce site !
  • Mon enfant est-il en train de se désocialiser ? Certainement pas. Il voit moins de gens ? C'est normal. Mais rapidement, cette relative solitude va lui donner envie de voir d'autres enfants. Vous allez vous en occuper, comme nous le verrons. Ce n'est pas parce qu'on vit seul qu'on se désocialise. La désocialisation vient du fait qu'on se coupe de la société parce qu'on a une mauvaise expérience avec elle et ce sont bien plus les enfants qui vont à l'école qui se désocialisent. Les enfants qui sont isolés ne se coupent pas de la société, au contraire ils cherchent du contact et nous faisons en sorte qu'ils aient de très bons amis.
  • Pourrai-je le remettre facilement à l'école ? Très facilement. Il y aura peut-être un petit examen de passage qui s'adressera à des enfants qui auront un niveau inférieur au sien, soyez rassurée. L'école où il ira l'accueillera certainement favorablement.
  • Je me questionne juste sur les dossiers, par exemple, inexistants pour postuler après le bac, comment préparer le bac et si cela est nécessaire pour la suite d'ailleurs ! Les dossiers ne sont pas inexistants si votre enfant a été inscrit à un cours officiel. Sinon, en effet, le parcours que vous avez pensé pour lui prévoit une voie qui passera par des examens atypiques et des dossiers sans carnet de scolarité classique... Et oui, vous pouvez préparer le Bac ou n'importe quel autre examen normalement, comme pour tout autre enfant.
  • Combien dans l'idéal faudrait-il d'heures par jour ? L'idéal dépend de vos capacités et de celles de l'enfant. Au début, ne visons pas trop haut. Ces capacités vont augmenter de mois en mois avec l'expérience, comme un coureur fait plus de distance en s'entraînant. Commencez donc par la quantité qui vous convient, ne forcez pas. Faites-vous plaisir et arrêtez quand vous en avez assez. C'est un principe qui va vous permettre d'aller beaucoup plus loin. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. A point, c'est-à-dire à votre moment et à votre rythme (merci La Fontaine au passage). Disons qu'en vitesse de croisière vous ferez entre 2 et 4 heures par jour.
  • Ai-je le droit de le faire avec d'autres enfants pour que mon enfant ne soit pas seul ? Oui dans la plupart des pays francophones. En France, seulement si vous connaissez le truc et en évitant de le crier sur les toits. Si vous commencez à parler de regroupement et à réunir plus de 3 enfants, vous risquez d'attirer l'attention de l'administration. Or, le regroupement est interdit en France et dans plusieurs pays de l'OCDE.
  • Mon conjoint(e) s'interroge, que faire ? Le dialogue avec le conjoint doit être constant, sans répéter tout le temps les mêmes choses. Nous y consacrons un chapitre spécial. Il faut de l'écoute et un peu de ruse. Ne pas être frontal. Il s'en fait peut-être pour vous ? Veut changer de vie ? Ne veut pas perdre sa place d'homme (ou de femme). Nous en parlerons. N'hésitez pas à nous contacter pour un coaching, même d'une ou deux séances.
  • Ai-je encore besoin du cours par correspondance ? Bonne question ! Vous avez pratiqué et connaissez à fond le cours ? Alors voilà: si c'est pour faire des économies, vous pouvez reprendre les cours ou une partie des cours de l'an passé, ou d'une année précédente: ce sont les mêmes. Vous expliquez juste au cours par correspondance que vous n'avez pas très envie de repayer pour les fascicules et il vous fait une ristourne. Si c'est pour économiser le prix de l'inscription, attention ! Il vaut mieux inscrire l'enfant à un cours, à moins d'avoir une sérieuse expérience de ce qui va se passer. En général, comme nous l'expliquons, il vaut mieux inscrire son enfant à un cours pour éviter les ennuis de la part de l'administration, surtout si votre maire ne vous apprécie pas (en ce cas soyez très prudents, un contentieux pourrait vous coûter quelques milliers d'euros en frais d'avocats et votre économie aura été inutile). Si vous avez quand même cette idée en tête, et faire le cours absolument seul(e), assurez-vous de ce que l'administration sera clémente, et bien sûr veillez à valider l'année scolaire en vous faisant faire un certificat d'inscription scolaire. Ce choix doit généralement se faire indépendamment des questions d'argent car la plupart du temps, l'économie n'est pas évidente. Sauf pour les gens bien avertis.
  • Qu'en pensent les mamans et les papas qui pratiquent ? "Nos" parents en tous cas sont tous ravis ! Nous vous mettrons en contact avec d'autres parents et vous proposerons des vidéos de témoignage.
  • Pouvez-vous m'aider à faire l'école à la maison ? Bien sûr ! A quoi ça sert que Ducros il se décarcasse ? Nous sommes là pour ça.
  • Mon enfant ne serait-il pas mieux à l'école ? Alors si vous avez une excellent école hors-contrat, une excellente école privée sous contrat ou, dans quelques rares cas et plutôt pour les petites classes, une excellente publique, pourquoi pas ? Nous ne sommes pas anti-école, nous disons juste qu'il y a de mauvaises écoles et qu'on faire mieux que la meilleure des écoles. A moins qu'elle soit à 100 kilomètres, ce qui vous coûterait plus en argent et en temps...
  • Ma fille termine sa 3ème. Pourrai-je l'aider scolairement parler ? (maths et autres cours similaires.........) Merci pour vos réponses. Comme nous l'avons vu plus haut, en 3ème, vous ne pourrez plus vraiment l’aider sur le plan scolaire. Le programme a changé depuis des années et il est parfois dur. Mais vous n'êtes pas censé être prof; simplement répétiteur. Plus si vous le voulez, par exemple si vous pratiquez les apprentissages informels. Et puis, l'ado allant vers son autonomie, les parents se chargent juste de veiller à ce qu'il travaille. Ils savent le motiver. En ce cas, vous ne l’étouffez pas, il travaille tous les jours mais de moins en moins en votre présence, vous respectez la juste distance, c'est-à-dire que vous n’êtes pas sur son dos, mais vous veillez chaque jour à ce qu’il fasse son travail et vous lui demandez de vous présenter les choses régulièrement. Lorsqu’il a pris son envol seul, vous regardez son travail moins souvent: 3 fois par semaine puis 2. Jamais moins.
  • Il va falloir que quelqu'un m'explique comment obtenir le calme. Je n'y arrive pas personnellement. J'ai déjà du mal à faire les devoirs dans le calme alors je ne peux m’imaginer les asseoir chaque jour pour faire la classe ! Pouvez vous m'éclairer?Comment faites-vous pour que les enfants acceptent que c'est un moment d’effort et de travail même si c’est à la maison? Comment faire pour qu'ils ne pensent pas que c'est tout le temps les vacances? Et comment gérer en même temps le petit de trois ans qui lui ne peut être calme sur commande !! merci et bravo pour votre démarche qui est courageuse et vraie ! Question fréquemment posée: comment obtenir le calme et faire asseoir ? C’est possible à moins qu’ils sentent que vous n’y croyez pas, en fait. Car ils « vous reflètent et sentent tout ». Si c’est le cas, l’autorité ne marchera pas, il faudra un temps d’acclimatation et être un peu plus subtil. On ira progressivement. Faites asseoir le premier jour pour 2 minutes, puis le lendemain pour 3, et ainsi de suite. Ils resteront le temps qu’ils pourront mais si vous les occupez, ils vont peu à peu s’y faire et rester. On en parle dans plusieurs articles avec des méthodes éprouvées: vos enfants sont comme les autres. Ce qui marche avec les autres marchera avec les vôtres.
  • Comment donner confiance à un enfant, en lui-même ? Quelques mots qui vous éclaireront (en attendant de le voir dans les cours): responsabiliser, valoriser, confier. C'est ainsi que vous forgerez une âme de battant !
  • Parfois dans une fratrie un enfant s'avère être un séducteur. Ses sourires, ses remarques,sa fantaisie et sa bonne humeur appellent l'indulgence de tous, tandis qu'un autre plus austère, moins séducteur reste dans l'ombre et attire plus de sévérité lors d'un écart. Un parent aimant et attentif doit y prend garde. On ne doit jamais avoir de préférence. Gardez à l'esprit que tout côté lumineux d'une personne a son son pendant obscur, et que tout côté obscur d'une personne a son pendant lumineux. On a les défauts de ses qualités et les qualités de ses défauts. En outre, un enfant change vite. Ensuite, il n'y a pas un enfant moins doté que les autres: l'être humain naît avec un grand équilibre général et il a toujours des points forts. Seulement, ces points ne sont pas tous révélés tout de suite. C'est aux parents de les mettre en valeur. Sans flagornerie ni vanité, sans le flatter à l'excès. Mais soyez sûrs d'une chose: il n'y a pas un enfant "supérieur" à un autre parmi vos enfants. C'est à vous à valoriser chacun à tour de rôle.
  • Dois-je écrire à l'académie ? Non, pas tout de suite, surtout pas trop vite ! Regardez cet article.
  • Que pensez-vous des contradictions entre parents ? Contradictions, il y en a, mais on va chercher autant que possible une complémentarité, au moins sur la question éducative. Première règle: on ne se contredit pas en présence des enfants. Seconde règle: on se parle avant de dire quelque chose d'important aux enfants. Troisième règle: la maman seule ou le papa seul ne peut avoir entièrement et tout le temps raison. Et c'est important que les enfants sentent cet équilibre. Supposons que l'un soit plus permissif que l'autre, il faut en parler ensemble si ça pose un problème. Se répartir des responsabilités différentes. L'un va jouer avec l'enfant, l'autre l'habiller etc. Supposons que l'un des parents accordent énormément d'importance à certaines choses et pas l'autre, par exemple la maman tient énormément à ce que les enfants mettent deux pulls, un manteau, des moufles pour aller dans la neige et le papa trouve que les enfants sentiront d'eux-mêmes ce qu'ils doivent porter: dans ce type de cas, faites-vous confiance à tour de rôle. Il faut discerner. Si vous êtes croyant, remettre ces difficultés dans la prière, ou la méditation. Echanger. Et savoir lâcher prise.
  • Comment faire pour expliquer à mon enfant (6 ans) qu'il n'ira plus à l'école alors qu'il aime jouer avec les autres enfants, et avoir plein d'activités ? C'est vrai que l'enfant s'est attaché à des amis. Voilà ce que vous pourrez faire. Rien ne l'empêchera de les voir en-dehors des cours, vous pourrez donc organiser avec lui des invitations croisées. C'est ce que vous pouvez lui dire car il ne retiendra que ça. Par ailleurs, il va se faire de nouveaux amis naturellement car vous allez lui permettre de rencontrer de nouvelles personnes au travers de nouvelles activités. L'attachement à 6 ans est relativement en surface, il est rare que les amitiés soient profondes comme chez l'adolescent ou l'adulte. C'est une habitude et un plaisir plutôt qu'un lien très fort. De ce fait, l'enfant se recompose rapidement de nouveaux liens. Ne vous inquiétez pas à ce sujet.Dans l'ensemble, les enfants à la maison ont davantage d'activités qu'à l'école parce que les parents qui s'en occupent ont des idées. A la maternelle, c'est vrai que les enfants font plein de choses à l'école, mais ce n'est plus aussi vrai en primaire.
  • Comment ne pas transmettre inconsciemment notre dégout d'une matière ? Voilà une question bien pertinente ! D'abord, ne dégoûtons pas l'enfant en le faisant travailler au-delà de son écœurement. Arrêtez quand le plaisir ou au moins l'acceptation n'y est plus. Faites des séances plus courtes. Ensuite, même en tant que parent, on n'aime pas une matière où l'on n'a pas été bon. Et ça tient à la manière dont on l'a reçue. Souvent, on a été dégoûté par quelqu'un. On ne va donc pas dégoûter l'enfant à son tour. On va vaincre cette fatalité, ce blocage qui finalement n'est qu'en vous. C'est tous notre cas, rares sont les personnes qui aiment toutes les matières. Avec un jeune enfant, il ne faut pas laisser transparaître que vous n'aimez pas la matière en question. Vous l'abordez avec enthousiasme en vous disant intérieurement la chose suivante: si vous ne l'avez pas aimée, c'est en fait parce que vous ne l'avez pas bien reçue. Et c'est vrai. L'idée qu'il y a des enfants matheux ou littéraires vient surtout du fait qu'on les a éveillés plus brillamment à ces matières. Certes, il y a des tempéraments, mais on peut être matheux et littéraire à la fois. S'il y a un dégoût, c'est qu'on s'y est mal pris avec vous. Il faut commencer par travailler sur vous, intérieurement, et prendre une résolution: cette matière un peu obscure, que vous n'aimez pas, eh ! bien elle va peut-être devenir l'un de vos points forts. Vous allez faire tomber un vieux tabou en vous ! Avec un enfant plus âgé, un ado par exemple, vous pouvez dire les choses directement: "je me demande si tu vas arriver à me faire aimer cette matière, je n'ai jamais été très doué avec elle." Question qui renverse les postulats. Bien souvent, l'ado agit en contradiction et il aura tendance à aimer quelque chose que vous n'aimez pas, du moins il aura tendance à vous montrer ce qu'elle vaut. Pas toujours, mais c'est fréquent. Par conséquent, ce n'est pas parce que vous n'aimez pas, qu'il ou elle n'aimera pas. De toute façon, l'ado sentira que vous n'aimez pas cette matière. Mais ne soyez pas dans l'attitude de celui qui n'aimera jamais. Montrez que vous êtes prêt à vous laisser surprendre. Émerveillez-vous de comprendre quelque chose que vous ne compreniez pas, jadis. Remerciez votre enfant de vous expliquer une chose. Demandez-lui, même ! Donc, pour les plus jeunes enfants, ne laissez rien transparaître et essayez de vaincre ce tabou. Pour les ados, invitez-les à vous montrer comment on peut aimer cette matière. Nous verrons cette question avec des trucs concrets.
  • Dois-je faire sauter une classe ? Si vous pensez à la dynamite, non. Si vous pensez à faire passer l'enfant au niveau supérieur, la réponse sur cette page.
  • Bonjour, pourriez-vous parler des erreurs à ne pas commettre, des oublis que l'on peut avoir quand on est seule à s'occuper de ses enfants ? Chère maman, bien sûr. Mais on ne travaille pas sur les oublis, on travaille sur ce que nous allons faire.
  • Dans le travail, je reste silencieuse car répondre aux mêmes questions en boucle, aucun intérêt. Pas sûr. Oui, le silence peut être très utile, on s'en servira. Mais vous soulevez là un point très intéressant: la répétition pour dépassionner, qui est le contraire de la répétition pour apprendre. Toute phase de répétition doit absolument être présentée comme un entraînement. Mais s'il ne fait que répéter pour attirer votre attention, alors son besoin n'est pas une réponse mais votre présence, votre attention.
  • Il y a un mois, la maitresse est venue me dire qu’elle voulait faire faire un bilan à mon fils avec une psychologue scolaire car il a des petits soucis d’écriture et de concentration. J'ai refusé. Encore une de ces manies de l'EN ! Les tests, les bilans (allez voir cet article). Mais s'évalue-t-elle elle-même ? Non. Elle l'exige de l'enfant. Elle est à mille lieux de comprendre que c'est elle qui a les mauvais postulats. Le bilan de votre enfant ne va rien arranger. Il ne servira certainement à rien non plus car on ne prendra aucune bonne mesure pour régler le "problème" supposé être celui de l'enfant. Vous avez très bien fait de refuser ! Le bilan a été fait: il s'appelle PISA, et il montre clairement que l'école n'a pas la bonne méthode.
  • Mon enfant a une très grande sensibilité et se laisse facilement perturber par ses émotions qui vont l'empêcher de se concentrer et d'avancer. Cela va peu à peu se lisser pour ce qui est de la sensibilité, elle va se déplacer et être plus maîtrisée, avec l'âge, donc on la laisse s'épanouir et maturer.
  • Je stresse parce que je vois le temps qui passe et tous les exercices qui restent à faire pour respecter les délais. Il n'y a pas d'impératif de délai, légalement. Le plus important, c'est que les choses soient acquises et cela passe par un secret: la pratique. Cela prend du temps. Survoler, c'est perdre du temps. Pour ce qui est du respect du délai, nous verrons ensemble comment mettre l'enfant en situation de challenge où le délai fait partie de l'exercice autant que la note. Challenge: notion d'exploit sportif, vous lui en parlez comme un entraîneur, votre ton est crucial (évitez le ton "on pourrait peut-être si tu veux" et employer "le défi que nous allons affronter maintenant, il est possible que tu n'en sois pas capable. Mais je compte sur ta force et ta rapidité. Car voilà comment ça va se passer..." Expliquez-lui sous forme d'histoires: un jour, un roi attendait un message écrit lui indiquant où trouver un trésor. L'homme qui était chargé d'écrire le message et de le faire parvenir par un messager, fut impressionné et décida de recommencer son message car il n'était pas content de la manière dont le message était rédigé. Il recommença cent fois et enfin, il le remit au messager qui partit. Hélas, quand le messager parvint au roi, le roi en colère lui dit: "Va dire à celui qui a écrit ce message que le trésor de notre peuple a été volé par des pillards qui sont arrivés sur place avant nous." L'enfant comprend ainsi que le temps imparti compte. C'est une idée, vous en avez mille: le prince qui attendait la lettre de sa belle et qui mourut de désespoir parce qu'elle la recommençait et ne se décidait pas à l'envoyer. Vous voyez ? C'est le genre d'histoire pour lui, jusqu'à ce qu'il s'imprègne de cette nécessité. Nous verrons cette question à fond.
  • Il aime que je reste toujours à côté de lui pendant qu'il fait les exercices. Du coup, il me demande de valider chacune de ses réponses avant d'écrire; ça m'épuise et je ne suis pas sûre que ce soit un bien pour lui. Cas classique. On a affaire à un perfectionniste, quelqu'un qui pourrait aller très loin dans son domaine. Donc, ça confirme qu'on doit associer un respect du temps. Mais sans rien casser. Il faudra donc faire attention quand vous présenterez votre challenge (voir réponse précédente). Il faut également équilibrer pour éviter que le perfectionnisme en lui devienne obsessionnel, et donc ouvrir le champ de la curiosité.
    Nous reverrons également cet aspect.
  • Mon enfant a parfois du mal à comprendre ce que je dis. Comme nous le disons dans la formation, l'enfant ne comprend pas la moitié des mots que vous employez. Avez-vous pensé aux activités manuelles, source de manipulations diverses, de mesures, d'imagination, qui peuvent suivre ou accompagner un travail scolaire ? Modelage, peinture, illustrant un cours d'histoire, ou une poésie, etc... Même des ados sont partie prenante. Il y a des livres sur le sujet. Quand les doigts s'agitent, le langage peut suivre, verbes, adjectifs, chiffres, bref une mine de possibilités. Puis le plaisir d'avoir fabriqué un objet est encourageant car on voit le résultat.
  • Il y a des rivalités entre mes enfants. Trop vaste sujet, nous le voyons au chapitre de la cohésion entre enfants.
  • Nous avons du retard dans le programme, je me sens dépassée ! Pas de panique, c'est normal. Vous allez progressivement vous transformer en entraîneur. Mais d'abord, ne cherchez pas à atteindre un niveau ou une date. Il a du retard, envoyez les devoirs tels quels, peu importe la note, il ne la verra pas. Ensuite, allez-y progressivement en partant de là où il en est. C'est crucial. S'il ne rate rien, il avancera de plus en plus vite. Le plaisir de comprendre et de réussir que vous mettrez en scène seront des moteurs puissants.
  • Je ne suis pas croyante, cela pose-t-il un problème. Bien sûr que non. La Foi est un moteur, tout le monde ne l'a pas et on peut réussir l'école à la maison avec des convictions qui ne sont pas religieuses.
  • Où trouver les livres français math et autres ? Nous vous proposerons une liste d'ouvrages de qualité.
  • Mon enfant traine à travailler à l'école, première année de CP. Il sait lire, mais a beaucoup de mal à l'écriture. Très certainement il s’ennuie, peut-être aussi pas encore assez mûr pour cet exigence d'autonomie là. Que pensez vous de le retirer en milieu d'année? l'avez-vous déjà vu? le conseillez vous, ou au contraire pensez vous qu'il est préférable d'attendre la fin du cycle de l'année scolaire? Pour la première partie de ce que vous dites, nous allons corriger tout cela, qui a été mal fait jusqu'ici. Quant à le retirer de l'école, pourquoi attendre ? Plus un enfant est jeune, plus il est important de lui donner une bonne instruction.
  • J'ai plusieurs enfants de différents âges et niveaux comment gérer ou puis je les descolariser un a un en commençant par le plus urgent? D'une part, on peut très bien gérer plusieurs niveaux, ce que nous vous montrons. D'autre part oui, vous pouvez y aller progressivement. Mais tout enfant qui est en situation de souffrance doit être retiré de l'école de toute façon.
  • Comment gérer les différents niveaux au quotidien? On va gérer plusieurs niveaux sans difficulté, nous le verrons.
  • En tant qu'assistante maternelle puis-je faire l'école à la maison pour 4 enfants 4 6 11 13 ans en septembre prochain? Officiellement non, c'est du regroupement, tapez ce mot dans la fenêtre de recherche.
  • Si je travaille, est-ce possible ? Non, à moins que vous pensiez à diverses solutions dont nous même profitons.
  • Bonjour... Ma fille est en petite section de maternelle mais j envisage de la déscolariser après cette année (histoire de ne pas la déboussoler..) Mon GROS pb c'est qu elle adoooooore l'école! Elle aime être avec les copains etc... Pour autant je n'adhère pas du tout aux méthodes et programmes de l'éducation national. J ai bien peur de manquer de patience mais je sens que je dois le faire, l instruire moi même. Au moins essayer.. Je crains de la rendre malheureuse en la "gardant" a la maison. J'ai bien prévu un budget pr les activités sportives type piscine, ludothèque, cinémas, rencontre avec d autres enfants de son âge (ou pas) etc... Mais est ce que ce sera suffisant? Merci pour votre investissement, auprès de vos enfants, mais aussi auprès de nos enfants. Une femme qui essaye d être une bonne mère... Tout d'abord, comme vous le dites très bien, ce n'est pas parce qu'un enfant "adore" son école qu'il doit y rester. Voyez l'article "qui est qui". Pour le reste, nous allons donner à l'enfant tout ce qu'il aime à l'école, hors de l'école !
  • Puis-je confier mon enfant à une famille pratiquant l'école à la maison et trouver des contacts dans ma région si cela est possible? Oui, grâce à la carte des familles.
  • La loi proposée au sénat sur l'interdiction de l'école à la maison est-elle votée ? Non, nous l'avons bloquée, avec d'autres associations.
  • Pourquoi le projet de loi visant à interdire l'école à la maison, déposé le 18 décembre, ne figure-t-il pas en 1ère pas de ce site, pour avertir les gens de ce qui les attend ? http://www.bvoltaire.fr/annecoffinier/des-senateurs-veulent-interdire-lecole-la-maison Si vous suivez ce lien, vous voyez que Boulevard Voltaire a supprimé l'article de notre amie Anne Coffinier, ainsi que notre article, puisque la loi n'a même pas été soutenue par ses promoteurs, convaincus par nos arguments. Tout ce qui se passe se trouve sur notre page "actualité de la loi".
  • Peut-on concilier IEF et travail à l extérieur (de nuit,ou à mi-temps...) Cela dépend, nous verrons cette question à fond et vous donnerons les trucs.
  • Comment rencontrer les familles qui pratiquent l'IEF près de chez moi? En utilisant nos outils dédiés.
  • Je travaille. Qui va le garder et le faire travailler ? Nous verrons cette question à fond et vous donnerons les trucs.
  • Ne peut-on pas allier apprentissage à l'école et soutient à la maison avec l'utilisation des outils de cours par correspondance ?
  • Help Le papa panique et me met une pression insupportable.... Je vois des enfants épanouis et des moments de joies et de la simplicité là où lui vois... Absence de disponibilité de ma part, désorganisation et crainte qu ils en fassent que à leur tête.... Sans règles, sans cadre, que sans CP il sache pas lire. Regardez dans la fenêtre de recherche "conjoint". On va le convaincre en douceur..
  • Où a t-on accès au programme de l'éducation nationale? Sur votre site? Ne comptez pas trop sur nous pour vous proposer l'indigeste programme de l'EN, nous avons beaucoup mieux et plus respectueux d'un vrai parcours scolaire, parfaitement légal 🙂
  • Que dire a un ado demotive par les cours a la maison?merci. Regardez "la conversation avec mon enfant" en cliquant que "mes premiers pas".
  • Vais je perdre les allocations? Car je suis Maman au foyer et mon époux est invalide donc nos revenus dépendent beaucoup des allocations... Dois je faire une remise à niveau scolaire pour moi? SI oui, comment ça se passe? Non, vous ne les perdrez pas, heureusement d'ailleurs. Voyez l'article sur l'ARS, il vaut pour tout le reste.
  • Bonjour, Vous parlez d'une "formation rapide et gratuite" mais je ne comprends pas comment cela se passe? Il s'agit de la mini-formation de 4 jours que vous recevez quand vous êtes inscrit(e) en page d'accueil.
  • Par ailleurs, vous parlez d'une newsletter mais je n'arrive pas non plus à voir comment on s'y inscrit. Dès lors que vous recevez les 4 vidéos, vous recevez aussi la newsletter.
  • Enfin, qu'est-ce exactement que votre espace membre accompagné ? L'espace membre accompagné concerne les personnes qui suivent l'accompagnement. Nous vous en reparlerons.
  • Mon enfant à 4 ans et je souhaite la déscolariser de la maternelle. Elle est en moyenne section. Comment procéder ? Suivez ce que nous vous envoyons.
  • Bénéficiaire des allocations familiales est ce qu elles seront coupées? Non, heureusement ! Regardez l'article "ARS" sur le site.
  • J'apprécie toujours vos messages. Et j'ai visionné toutes vos vidéos. Je suis convaincu, J'aimerai faire l'école a la maison à mes fils, ils ont 2 et 3 ans. Donnez vous des cours? si oui peux t'on les avoir même si nos enfant ne font pas l'école a la maison? Oui, vous pouvez avoir des cours, et différents.
  • Bonjour, ma question est comment se passe "l'après l'école à la maison" ? pour le baccalauréat, choisir une filière à l'université? Nous en parlons, vous pouvez jeter un oeil sur "réintégrer l'école" et sur "passer le Bac" ou "examens", "candidat libre".
  • Bonjour. J'ai déjà expérimenté cette forme de scolarité pour mon fils quand il avait entre 8 et 10 ans en raison d'un problème d'angoisses envahissantes à l'école. Les psy me disaient tous qu'il fallait qu'il retourne à l'école pour sa sociabilisation. C'est dramatique et signe que ces psys ne savent strictement rien à ce sujet.
  • Mes questions sont: puis-je faire l'école à la maison via votre support vu que vous êtes en France? Oui, bien sûr.
  • Puis-je le déscolariser en cours d'année ou dois-je attendre la fin de celle-ci? Vous pouvez déscolariser l'enfant quand vous le voulez.
  • Ayant quitté l'école à 15 ans pour aller en apprentissage,aurai-je les capacités à le former vu le socle de compétences exigé pour les secondaires? Oui, vous l'aurez, nous vous le montrerons.
  • Comment se passent vos cours: par correspondance? Y a-t-il moyen de payer en plusieurs fois ? Vous avez toutes les possibilités.
  • J'ai 6 enfants de 8, 6 , 4, 2, 1 an et un bébé de 2 mois cela est il faisable d'enseigner à mes grands en ayant tous mes enfants à la maison. Est ce gérable? Mon mari part à la semaine je serais donc seule. Oui, à condition d'être formée.
  • L'école à la maison est-elle compatible avec un travail à mi-temps? Oui.
  • Puis prendre les cours par correspondance à tout moment de l'année. Oui.
  • Bonjour, ma question porte sur le projet de du 18 décembre 2013 (http://www.senat.fr/leg/ppl13-245.html). Ce projet de loi entre en contradiction avec l'article 26 des droit de l'homme. Pensez-vous que cette loi passera par un tour de passe-passe juridique ( http://www.egaliteetreconciliation.fr/Europe-la-famille-diluee-dans-les-droits-de-l-homme-23812.html#nb1) ou qu'en se référant à l'article 26, cette loi serai obsolète? Nous avons abattu ce projet, tout va bien.

Vous avez peut-être d'autres questions ? Posez-les ci-dessous, nous les intégrerons 🙂

Questions-réponses de parents qui ne pratiquent pas ici: https://l-ecole-a-la-maison.com/questions-sur-l-ecole-a-la-maison.html

Les vidéos courtes qui répondent à vos autres questions: https://l-ecole-a-la-maison.com/mille-questions-reponses

  • Isabelle BUIRET dit :

    Mon fils de 10 ans a des troubles TDHA et avait jusqu’à cette année une AVSI à mi temps pour l’aider….restriction de budget : il n’en a plus depuis la rentrée.
    Je me laissais porter par ce dispositif tout en sentant que rien n’était vraiment acquis pour lui.
    Je faisais déjà l’école à la maison en essayant de colmater mais….fatigué par sa journée je ne pouvais pas lui en imposer une deuxième le soir.

    Finalement, je pense le descolariser et Je vais certainement lui faire l’école à la maison….
    J’ai besoin de conseil plus orienté sur les troubles dont il souffre. Il dort tôt, mange bien, de moins en moins de télévision, pas de DS et peu d’ordi.
    Il a beaucoup progressé mais il a des lacunes dans toutes les matières et peine à mémoriser les tables de multiplication, les leçons de géo, d’histoire, ect…Il est suivit par une orthophoniste et donc au niveau de la lecture et du français cela fini par être pas mal. Des difficultés aussi en général sur les math.
    Par avance merci de vos témoignages et de votre aide.

  • Denis dit :

    Bonsoir Isabelle, il y a un an nous retirions notre fils de l’école, lui aussi était soi disant tdha( maladie qui ne mérite pas de lettre majuscule)nous avons refusé de le médicaliser davantage.Nous avons tout d’abord cédé ( test QI,examen chez l’ophetalmologiste +Orl: tout va bien! Donc si tout allait bien ce n’était pas notre enfant qui avait un problème mais les méthodes de l’école !Aujourd’hui , il a en largement rattrapé son retard et pas grâce à l’école mais grâce aux bonnes méthodes( cours par correspondance de qualité et surtout à notre amour et à notre confiance en lui !)évidemment ce n’est pas immédiat, il faut être patient et ne pas vouloir calquer son enfant sur les autres, attitude que nous avons en bons débutants formatés et fragilisés que nous étions tout autant que notre enfant.C’est votre enfant, enlevez lui tout de suite cette idée qu’il y a quelque chose qui cloche chez lui ! Souvenez- vous!Avant son entrée à l’école,votre enfant était formidable,merveilleux, unique!Continuez de le regardez comme vous l’aimez et faites lui l’école à la maison, à son rythme.Nous sommes heureux d’avoir pris cette décision il y a un an .Ces maladies inventées sont des offenses a la nature sacrée de l’enfance.Soyez courageuse et faites vous confiance.Vous pouvez également regarder la vidéo de Rémy traitant ce sujet.

  • Gaële dit :

    Bonjour
    Merci et bravo pour ce site très instructif et très encourageant ; j’ai fait l’école à la maison pendant 13 ans avec 7 enfants et quand j’ai commencé en 1995 nous n’étions guère nombreux et ô bonheur ô joie, il n’y avait pas d’inspections… ! Je pourrais témoigner de celles que nous avons eues récemment (2012-2013 ) et qui font « briller » l’inadaptation de tels contrôles ! Mon avant- dernière est en 1ère à la maison et le dernier va revenir « at home » pour sa 3ème. Tout est facile et même enthousiasmant en primaire mais le véritable souci est en collège et au lycée car les cours sont très chers et quasiment tous à genoux devant les sacro-saints programmes et le « délirant » socle commun ! Comme on est obligé de passer ces « nécessaires » examens du Bac qui permettent uniquement de formater nos enfants à une idéologie unique, et qui ne témoignent nullement d’une vraie culture, comment faire pour rester vraiment libres ? Les enfants rechignent à bachoter et se choquent de la nécessité de pervertir leur pensée uniquement pour un papier qui vous donne le « droit » de poursuivre vos études. Vous avez une solution ? Merci pour tous vos articles et vos vidéos très intéressantes ! Bien à vous. Gaële

  • Raita dit :

    Bonjour,
    Je voulais juste inviter les parents qui ont une très grande confiance en EN à lire l’article dont voici le lien http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/12/03/classement-pisa-la-france-championne-des-inegalites-scolaires_3524389_1473688.html . Peut-être que cela les fera réfléchir. Perso, je peux vous dire que l’école « classique, publique » se porte vraiment très mal. Je connais vraiment beaucoup beaucoup d’enseignants qui me disent que « ça ne va pas du tout là-dedans ». Tout dernièrement, l’une d’elle, après avoir apprit que je « faisais l’école de mon fils » par CPC, m’a félicitée chaudement… Si elle pouvait le faire pour son enfant… Eh oui! Et n’avez-vous pas remarqué que des enseignants de plus en plus nombreux tombent dans la dépression? Ou bien afin d’éviter cela, préfère démissionner?
    Bonne méditation
    Et Rémy et Cécile, je tiens encore à vous remercier pour vos encouragements et guide.

    • Rémy et Cécile dit :

      Merci Raita. Et pour info, le plus grand asile psychiatrique d’Europe est un centre de l’Education nationale, en Auvergne !

  • Cécile dit :

    Que pensez-vous des cours (CX10)? Il est très difficile de trouver des avis sur cette école sur Internet. Quels sont les points positifs et les points négatifs pour cet établissement selon-vous? Que pouvez-vous en dire sur le niveau primaire et collège? Comment sont les cours…etc

  • Cécile dit :

    Que pensez-vous des cours (CX10)? Il est très difficile de trouver des avis sur cette école sur Internet. Quels sont les points positifs et les points négatifs pour cet établissement selon vous? Que pouvez-vous en dire sur le niveau primaire et collège? Comment sont les cours…etc

  • Vanopdenbosch Nicole dit :

    merci, tout va bien

  • allin dit :

    Bonjour,

    Comment faire aimer l’écriture ? j’ai de grosses difficultés à faire écrire mon fils. nous sommes ralentis à cause de cela, lui qui pourtant à une énorme soif de connaissance. Je ne sais pas comment m’y prendre.

  • Eva93 dit :

    Bonjour Cécile et Rémy, je vais donc certainement me lancer pour l’EM à cette rentrée 2017/2018, et cela concerne mes enfants qui entreront en grande section maternelle et CE1.
    – C’est ma 1ere année EM. J’ai prévu le cours le cours (CX1) pour ma fille en CE1, mais je pense acheter juste des livres de La librairie des écoles pour mon fils. Est-ce que cela vous paraît raisonnable comme point de vue? J’ai moi-même pas mal de livres chez moi, une bibliothèque à côté de la maison. Et je prévois au moins une séance en bibliothèque par semaine, peut-être deux.
    – Je voulais ajouter, pour une premiere année EM, est-ce que je pourrai bien m’en sortir avec deux enfants très actifs dans leur façon d’être, et qui sont déjà hyper joyeux actuellement à l’idée de ne plus aller à l’école, au point que je pense ils ont convaincu eux-mêmes leur père… Ma fille qui est particulièrement perfectionniste, me demande déjà le programme que nous ferons chaque jour de la semaine, alors que je ne le connais pas encore!
    – Pour le programme justement, je pense envisager un programme quotidien régulier d’une semaine à l’autre, mais laissant quand même une certaine marge. Le matin: étude, avec des pauses jeu. Le repas. Puis une sortie parc, bibliothèque, musée ou activités diverses. Est-ce qu’il vous semble bon d’envisager les choses comme cela par exemple, ou bien c’est trop calculateur et je n’y arriverai jamais? Car je ne sais pas si j’arriverai à bien gérer mes deux petits ensemble.

    • Rémy et Cécile dit :

      Bonjour Eva, c’est toujours délicat de nous prononcer, dans le cas de votre première question: cela vous suffira-t-il, quelle sera le programme… votre manière de faire etc. Cela dit, vous pourrez toujours prendre un cours en cours de route.
      Vous aurez deux enfants, nous parlerons de la gestion de niveaux différents.
      Pour le troisième point: oui. De toute façon, vous vous adapterez en fonction de la progression.

  • >