Les maths, chapitre 1: les fondations (vidéo)

Cet article vous est offert. Pour la suite, pensez à vous faire accompagner en nous aidant à mener ce combat pour la liberté de l'enseignement. Vous pourrez ainsi accéder aux autres matières. Si vous êtes abonné, connectez-vous dans la colonne de droite →.

Même si vous ne faites pas l’école à la maison mais seulement des cours de rattrapage pour votre enfant, ce que nous allons dire sur les maths vous concerne aussi. Si vous suivez ces conseils, 1/ le niveau de votre enfant s’améliorera 2/ il s’en trouvera mieux.

Si votre enfant est trop jeune pour un cours, cliquez ici.

Les maths sur https://l-ecole-a-la-maison.com

Si vous voyez cette image, c'est que vous n'êtes pas connecté

Aujourd’hui, nous voyons la seconde matière de notre cursus (soyez tranquille, nous reviendrons sur chacune d’elle, pour les approfondir). Nous allons attaquer les maths et en tirer un autre grand trésor. Nous allons équilibrer la personnalité de l’enfant qui a gambadé en esprit durant le cours de français.

Normalement, en CP, l’enfant sait compter. Mais vous pourrez l'aider grâce aux nombreux outils sur le net ou grâce à vos propres trucs: compter en faisant du rangement, en pliant des feuilles etc.

L'un de nos outils préférés pour les premières années des maths est celui-ci: ce blog de l'une de nos mamans prof de maths est tout simplement idéal car il se sert de bons outils simples et pratiques.

En CE1, l’enfant apprend à additionner, soustraire, multiplier et même à diviser, puisqu’il commence à voir que le pendant naturel de la multiplication est la division (souvent l’enfant demande lui-même « c’est quoi le contraire de multiplier ? », dans le cours de l’année). Donc, à la fin du CE1 il connaît les principes de base. C'est ce que propose en principe aussi le système actuel, mais dans les faits, en France, on commence plutôt à faire des divisions en CM2, ce qui est trop tard.

Les maths sont d’une simplicité enfantine. Il suffit de bien lire et d’y aller pas à pas.

C’est l’enseignant qui a cette fois le plus gros travail.

Il n'y a pas besoin d'être matheux pour enseigner les maths, pas plus que vous n'étiez obligée d'être prof de français pour commencer à enseigner le français.

les maths inspecteurs célèbres

En maths, vous allez commencer par vous amuser. Vous allez imaginer que vous êtes un inspecteur de police, un Colombo ou un Sherlock Holmes, un Hercule Poirot ou un Maigret, vous savez, l'un de ces policiers observateurs, tatillons, passionnés du détail.

Quand je faisais des cours de rattrapage à des enfants en difficulté en maths, je commençais toujours par leur demander quelle est la différence entre un bon et un mauvais inspecteur de police, que fait le bon inspecteur. Ils s’essayaient à me trouver des réponses. Je la leur (...) la suite dans votre accompagnement-formation (cliquez ici) déjà accompagné ? connectez-vous dans la colonne de droite → (en cas de souci, voir la FAQ).

  • Emilie dit :

    Merci pour les énigmes. Ma fille de 8 ans m’en a demandé et ne voulait plus se coucher elle qui ne comprend rien aux problèmes écrits. Elle était fière de réussir et on a pu revoir la table de 7 comme ça. Il faut maintenant que j’invente de nouvelles enquêtes!

  • delphine lefebvre dit :

    Une fois de plus BRAVO et MERCI pour toutes vos astuces… Je commence l’école à la maison en Janvier et je peux donc vous dire que je garde l’idée de l’enquête sous le coude….car en plus pour 2 garçons, ils vont s’éclater…..
    J’adore l’intervention de vos deux petites bestioles, c’est très naturel et pour ma part cela ne me dérange en aucun cas.Hâte de vous revoir à la prochaine vidéo.

  • melanie lemaire dit :

    Merci pour ces conseils très utiles. Mes garçons adorent les maths et aiment faire des calculs à longueur de journée ; en revanche l’un d’eux va parfois trop vite… ce qui n’est pas bon quand il y a un énoncé à lire. Je teste dès lundi la méthode de l’enquêteur.

  • Lydie Chhuy dit :

    Merci Rémy pour ces conseils judicieux et toutes ces bonnes Méthodes.
    J’ai fais une 1 ère S quand j’étais au lycée pour faire plaisir à mes parents qui voulaient
    que je sois médecin…. J’avais échoué car j’étais  » pas matheuse  » et la prof avait plus de 60 ans.
    J’étais en Lycée privée. Je m’endormais presque en cours de math, alors que la plupart des autres élèves disaient que j’avais un bon niveau…
    J’ai commencé avec l’école à la maison, à découvrir la méthode Singapour avec mon fils de 9 ans
    afin de vérifier son niveau et surtout commencer à faire des révisions.
    Cela l’a beaucoup amusé et intéressé, alors qu’il ne fournissait pas de travail quasiment à l’école
    de quartier.
    Après notre cession, il avait l’air d’avoir bien compris le process, et je ne savais pas si il avait bien
    intégré le cours, je ne lui en ai pas reparlé.
    2 jours après, il s’est réveillé en récitant le compte rendu du cours de Math que nous avions fait
    ensemble et il m’a demandé quand est ce que l’on fait la suite. C’est super.

    LydieC

  • Monica PETIT dit :

    L’importance des mathématiques dans notre vie quotidienne est une réalité.
    Merci pour vos conseils.

  • Nadège Charlette dit :

    Merci pour ces conseils que je mettrai en application bientôt car je vais, d’ici une semaine, commencer mes premiers cours à la maison!

  • Vaitumaire MAUI dit :

    Aïe aïe aïe… Cet excellent article me ramène à une de mes tristes réalités … Je ne sais pas jouer !!! J’ai l’impression que je perds toute crédibilité auprès de mon enfant. Vous affirmez (encore une fois ) que c’est primordial … Je vais m’y mettre… Après tout, si cela motive ma fille, ce sera à coup sûr la clé de sa réussite! Merci pour tous ces précieux conseils !

  • Nathalie dit :

    Bien sûr quand on explique aussi simplement et logiquement ce qu’est un cours de maths et comment le dispenser, alors forcément on comprend mieux les mécanismes et on ne peut que s’améliorer. Un article qui vaut de l’or…
    Encore et encore, merci Remy et Cécile!

  • Farid B. dit :

    Merci pour ces précieux conseils les maths ces épineux .

  • Aurélie dit :

    Voilà à nouveau un article qui me parle formidablement : je ne saurais énumérer le nombre de problèmes de maths que j’ai résolu lors de ma scolarité avec un raisonnement parfait et un résultat …totalement faux 🙂
    C’est un peu le paradoxe qu’on pourrait faire entre le français et les maths : en français, plus on laisse l’esprit s’envoler, meilleur est le résultat, en mathématiques, plus les pas sont alignés, plus le raisonnement est efficace et imparable.
    Merci également sur les précieuses astuces.
    Bien amicalement.

  • Aicha dit :

    Merci beaucoup.
    On sent dans tous vos articles l’idée que vous avez clairement annoncée dès le départ : apprendre dans la joie !

    • marie-helene dit :

      Découvrir que le monde des maths pouvait être une aire de jeux est une nouveauté pour moi, et je pense que ça va m’aider à aborder les cours avec mes enfants de façon plus sympa!

  • rojdi dit :

    très bon article !
    les exercices de concentration en début de cours sont très bien pour canaliser mon fils.

    merci

  • Mathildemota dit :

    Merci pleins d’idées riches quant à l’état d’esprit à avoir.

  • David dit :

    Merci pour cet article, comme toujours très bien fait. Pour l’instant avec ma fille (en CP), les maths ne sont pas trop un problème (la méthode Singapour est tellement bien faite que pour elle c’est comme un jeu). Elle aime tellement ça qu’elle demande d’elle-même d’en faire plus que prévu, ce qui fait que par rapport à ses cours nous réussissons à prendre de l’avance (l’autre jour on a fait 3 jours en une heure, j’ai même dû l’arrêter parce qu’elle en voulait encore). Ça nous permet de prendre plus de temps pour le français, qui est plus dur pour elle (surtout pour bien écrire, ma fille veut devenir médecin et elle écrit déjà comme un médecin ^^).

    Je me suis bien retrouvé dans le moment où l’enseignant fait une faute en ne s’assurant pas que l’élève a bien compris. C’est exactement ce qu’il m’est arrivé pendant ma scolarité. Un prof de math qui passait tout son temps à raconter sa vie, ce qui nous laissait à peine 10 minutes par heure pour comprendre le cours et faire des exercices. Cette année là j’ai décroché complètement, et dans la classe je n’étais pas le seul. Un prof comme ça aurait travaillé dans le privé, il se serait fait renvoyé. Vive la sécurité de l’emploi des fonctionnaires…

  • >