Formation de citoyen, par Mireille S.

L’enfance est une période de formation. Une formation de citoyen. Tout le monde est tellement d’accord avec cela que l’instruction obligatoire ne fait plus débat aujourd’hui, dans notre pays. Il est évident qu’un enfant doit engranger des connaissances : apprendre le français, des maths, connaître le monde… qu’il doit former son corps avec le sport. Pour certains ça ne suffit pas, et l’enfant doit aussi former son esprit, sa spiritualité par la prière et la rencontre d’une communauté.

Tout cela est vrai et un enfant bien formé avec tous ces apports aura un rapport au monde et à lui-même très riche et constructif.

Mais il est une formation totalement négligée dans notre pays, c'est celle de citoyen. Car un individu n’est pas isolé, il vit dans une société qui a un fonctionnement. Et ce fonctionnement est devenu complexe, très complexe, car de multiples aspects et corps de métier s’entremêlent, se chevauchent, ont besoin les uns des autres.

Qu’on l’apprécie ou pas, là n’est pas la question. Pour l’instant elle est comme ça. Et pour bien y vivre, il faut la connaître. Connaître ses droits, et ses obligations légales est important, savoir à qui s’adresser pour un besoin particulier et plus généralement, savoir le fonctionnement de base, qui fait les lois, comment fonctionne l’état, les régions, les villes, les villages… De quoi s’occupe un maire ? Pourquoi tant de conseiller municipaux ? Qu’est-ce qu’un parlement ?…

Alors, comme pour les autres enseignements, il y a l’école (bof, bof…), les explications que l’on donne sois-même à ses enfants, les livres, internet…

Et puis, il y a la vraie vie. Quelle meilleure formation, n’est-ce pas ?

Formation de citoyen

Conseils de Jeunes

Pour cela, profitons d’un système, qui loin d’être parfait, offre certaines opportunités aux enfants.

Ce sont les Conseils d'Enfants et de Jeunes, au niveau des mairies, Départements et Régions, qui ont pour but :

  • faire participer les enfants (écoliers) et les jeunes (collégiens et lycéens) dans les décisions publiques : regroupés en commissions, ils participent aux débats et suivent la prise de décision ;
  • de les former aux débats démocratiques ; ils assistent aux Conseils Municipaux, aux réunions des commissions, visitent l'Assemblée Nationale, assistent aux débats des députés... • de les initier à la prise de décision et aux responsabilités ; leur fonctionnement est copié sur celui de la même instance version adulte : un Maire est élu, des commissions sont formées, des projets sont adoptés . Ils débattent ensemble au sein de réunions et gèrent leurs missions.

Les CEJ peuvent être organisés au niveau des communes : Conseils Municipaux des Enfants et des Jeunes. Au niveau régional : Conseils Régional des Enfants et des Jeunes... L'organisation, les missions, les commissions... tout est mis en place, au cas par cas, dans chaque commune. Souvent ils sont assistés par un adulte membre de l'équipe municipale.

Ainsi, les enfants et les jeunes découvrent le fonctionnement de ces instances et deviennent des acteurs de la vie de la ville et de ses enjeux.

Vous n’y croyez pas trop ?

Le premier Conseil Municipal de Jeunes a vu le jour en 1979 dans la ville de Schiltigheim, dans le Bas-Rhin.Orléans fut la deuxième ville à en mettre un en place, toujours en action : voir cet article.

En 1990, on dénombre 200 conseils en France. En deux ans, leur nombre a doublé. Aujourd’hui, ils sont plus de 2500 (voir cet article).

Pour aller plus loin dans cette découverte :

  • Visitez le site de l'Association Nationale des Conseils d'Enfants et de Jeunes et notamment le blog des Conseils ;
  • La plateforme des Conseils de Jeunes qui regroupe les forums de plusieurs Conseils.
  • Plein d'exemples dans notre région (Loiret-Sologne) :

Les villes pratiquant cette forme de formation sont vraiment très nombreuses…

Le Conseil Général Junior du Loiret créée en 2000, le Conseil Régional de la Jeunesse de la Région Centre avec ses 72 membres de 15 à 25 ans mis en place en 2011.

Mais aussi les Conseils Municipaux d'Enfants (ou de Jeunes) dans les villes de Blois, de Cléry-StAndré, de Marcilly-en-Villette, la Ferté-Saint-Aubin, de Beaugency,...

Et ailleurs en France aussi, à Saint Thibault des Vignes en Seine-et-Marne, à Sélestat en Alsace...

Bien sûr, tous ces conseils fonctionnent avec les bonnes volonté des adultes. Ce n’est pas parfait, loin s’en faut et toutes les villes ne sont pas – loin de là – convaincue par l’intérêt de la formation des enfants. Mais en cherchant bien, peut-être que dans votre ville aussi, les enfants peuvent participer…

Et qui sait ? Votre enfant se découvrira peut-être un intérêt particulier pour les institutions politiques de notre pays… Et n’oublions pas que le monde de demain est celui de nos enfants : s’il ne nous plaît pas tel qu’il est, formons les suffisamment pour qu’ils puissent le changer !

Et puis si votre ville devient trop petite pour votre enfant, son fonctionnement trop « facile », qu’il voit « en plus grand », et bien, il y a le Parlement.

Parlement d'enfants

Il y a déjà quelques années que l’Assemblée nationale a lancé une opération avec le Ministère de l’Éducation nationale, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et la Mission laïque française (MLF). Une opération d’instruction citoyenne des enfants : le parlement des enfants Qu'est-ce que c'est ?? Tout est expliqué sur le site dédié et sur le site du gouvernement et sur le site Eduscol :

« Créé en 1994 en partenariat entre le ministère de l'Éducation nationale et la Présidence de Assemblée nationale, le Parlement des enfants a pour objectif d'offrir aux élèves de CM2 une leçon d'éducation civique « grandeur nature ». Il réunit chaque année 577 délégués juniors, élus par leurs camarades de classe et représentant l'ensemble des circonscriptions de métropole et d'Outre-mer.Conviés au Palais Bourbon, ces délégués se prononcent par un vote solennel sur la proposition de loi qu'ils jugent la meilleure parmi celles qui ont été rédigées par les classes participant à l'opération.

Peuvent concourir les classes de CM2 volontaires des écoles élémentaires. L'opération, inscrite dans la durée de l'année scolaire, donne lieu à l'élaboration d'une proposition de loi par classe. Les propositions de lois sélectionnées à l'échelon académique sont soumises à un jury national composé de membres de l'Éducation nationale et de l'Assemblée nationale. Il sélectionne les trois propositions qui seront soumises au vote des délégués juniors. »

L’organisation générale de l'opération est fixée pas une circulaire publiée au Bulletin officiel du ministère de l'Éducation nationale.

Les propositions de lois des différentes années depuis 2004.

Par exemple pour l’année 2013 – 2014

Les classes retenues doivent rédiger une proposition de loi de leur choix sur le thème annuel proposé, à savoir :

Thème n° 1 : la santé

Ce thème peut être approché à travers différentes facettes : la nutrition, l'hygiène, le sport, l'éducation à la santé, l'impact de l'environnement sur notre santé, etc.

Thème n° 2 : les nouvelles technologies

Ce thème recouvre plusieurs sujets particulièrement sensibles pour les jeunes utilisateurs des nouvelles technologies : communiquer et échanger par Internet ; favoriser l'accès pour tous à ces nouveaux moyens de communication ; éviter les pièges et les dangers des nouvelles technologies pour les enfants, etc.

Les grands principes de l’Etat: une page maladroite du gouvernement

Les grands principes de l'Etat sont en fait une suite d'invocations et de déclarations d'intentions fondés sur une propagande dont il n'est pas difficile de montrer qu'elle est entièrement fausse. Rien ne résiste en fait à l'examen.

Histoire réécrite, 2.000 ans niés, inventeurs oubliés, la page de l'Etat dans sa section education.gouv est un modèle de tromperie. On a beau tenter d'y trouver de justes raisons, on s'y casse les dents.

Que peut donc devenir un Etat de cette sorte ?

grands principes de l'etat

Les critiques, les attaques et les plagiats !

Il n'est pas courant qu'un site montre à ses visiteurs les attaques dont il est l'objet. Cependant, par souci de transparence, nous vous les présentons. Cela vous permettra peut-être de ne pas tomber dans le piège que tendent les ennemis de l'école à la maison ou plus simplement les diffamateurs et les calomniateurs.

Il serait vain de répondre à tout car il y a des gens dont le passe-temps est de nuire. Pour un ethnologue, c'est assez passionnant, on apprend même de nouveaux noms d'oiseaux.

Etre attaqué, c'est un très bon signe ! On n'est jamais critiqué quand on ne fait rien.

Il est normal de faire régir lorsque nous demandons :

--> Pensez-vous qu’il soit évitable que nos écoles primaires forment 20% d’illettrés complets à la fin du CM2 ? Que ce chiffre monte à 58% dans les banlieues sensibles ? A 46% à la fin du CM2 ?

--> Pouvons-nous accepter que les programmes scolaires officiels ne retiennent de notre histoire qu'une longue succession de crimes et de trahisons, dont nos collégiens doivent apprendre à en avoir honte ?

--> Devons-nous être fiers d’avoir 88,5 % de réussite au bac, quand nos bacheliers sont incapables d’écrire une phrase simple sans faire de fautes et de faire une multiplication à un chiffre de tête ?

--> Trouvez-vous normal qu’un pays comme la France ait une seule université dans la liste des quarante meilleures universités du monde, et que cette université soit à la 39e place ?

--> Est-il acceptable que des candidats au concours du professorat soient recrutés à 4/20 de moyenne, comme on l'a vu ?"

Proposer une alternative à l'école fait jaser. Cela met en branle des activistes qui trouvent tout à fait normal qu'on ne fasse plus d'apprentissage sérieux, qui considèrent que c'est l'adulte qui doit tout apprendre de l'enfant, que compter ne sert à rien et que la connaissance de sa propre langue est tout simplement "réactionnaire", ou encore qu'on fasse de l'éducation sexuelle à des enfants de 6 ans, en leur parlant de relations homosexuelles aves des détails réservés jusqu'ici au monde du X, selon les nouveaux programmes tout ce qu'il y a de plus officiels, en France, en Belgique ou à Québec.

C'est tout cela dont l'école à la maison libère !

Il est donc prévisible, dans ce monde occidental quelque peu déchu, que l'école à la maison ait des ennemis qui n'hésitent pas à revêtir le vêtement de ses défenseurs, de se prétendre parent faisant l'instruction en famille tout en attaquant ce site qui aide les parents sur leurs droits en la matière.

Ce site étant le plus gros du monde sur l'école à la maison, vous imaginez bien qu'il a des ennemis.

Mais le plus important est que ses membres sont ravis. Il fait beaucoup de bien.

Eric et Delphine de l'Ecole des Herbes folles ont connu un certain nombre de spécialistes de l'attaque dissimulée contre l'école à la maison. Nous en connaissons également. Les forums de mamans sont largement investis par des gens qui font ce qu'il faut pour dissuader les familles. Parmi elles, des activistes de l'Education nationale, des militants, des syndicalistes peu scrupuleux, des recteurs qui ont des profils fictifs et... des militants politiques extrémistes.

On reconnaît ces derniers aisément. Ainsi, par exemple, l'un des messages que nous avons reçu dit:

Bonjour Rémy et Cécile, je suis allée sur un site IEF (instruction en famille) pour m'y faire des amies et voilà un message que j'ai reçu après avoir posé une annonce: "de toute facon je t'ai fait de la pub partout tout le monde est au courant tu vas etre spammée et baned de tous les sites IEF. On veut pas de de ces gens qui suivent des cours c est clairement des facsistes." je suis sidérée de l'ouverture d'esprit de ces gens alors que je venais simplement partager et demander des liens en amitié.

Mais il y a aussi les gens qui ne connaissent pas la loi et qui vous donnent de mauvais conseils, à coups de certitudes.

Le forum de la sulfureuse association UNIE en particulier est un modèle de fausses nouvelles et d'affirmations inexactes, mais aussi de ses attaques et de ses... insultes. L'UNIE a tendance à dire aux parents qu'on peut faire l'école à la maison dans tous les cas et sans se poser de questions, que c'est un droit absolu. Négligeant toute prudence, elle envoie des familles au clash avec l'administration. Une fois que le problème est là, les parents recontactent l'UNIE qui... ne répond plus:

Je dois bien dire que vous nous avez sauvé la peau parcequ'on était avec l'UNIE et on s'est retrouvé en procédure et c 'est alors qu'ils nous on laisser tomber (Sylvia).

L'Unie fait beaucoup de critique mais ne se rend pas compte des enormités qu'elle véhicule (CK)

L'association n'a en effet pas de juriste compétent et se borne à une position doctrinale, confondant les textes et les lois, les décrets et le Journal officiel, étant militante au point de considérer que de suivre un cours par correspondance est une faute impardonnable.

Nous expliquons quant à nous la différence entre les textes qui tout en étant officiels ne sont pas forcément légaux (les ministres ne sont plus très compétents et sont capables de proposer des lois non conformes; et donc il faut savoir ce qu'est la légalité et comment la reconnaître). Nous montrons du même coup l'importance de se protéger vis-à-vis de l'administration sans la craindre.

Même schéma radical chez l'ED'A qui nous reproche rien moins que d'être "défenseurs de la vie" (il faudrait être défenseur de la mort ?). Pour cette raison, nous serions des "intégristes".

C'est en fait l'argument de fond qui mobilise ces gens, foncièrement attachés à un matérialisme et à une lutte contre l'enseignement, contre l'Etat, contre les savoirs (les mathématiques ou les français sont "totalement inutiles" etc.), contre l'éducation au beau et au bien. Chacun fera son choix.

Point gênant et qui amène le trouble chez les membres : à part une gestion floue, ces associations rejettent l'Etat mais lui demande de l'argent ! elles vivent de subventions.

Une maman nous écrit d'ailleurs:

Et bien, certains s'ennuient à ce point?
La méchanceté se fait passer pour la tolérance et la bienveillance...à coups de baffes et d'insultes.

Pas étonnant ni même un châtiment, les conséquences de mauvais choix depuis des millénaires, si bien que beaucoup confondent lumière et ténèbres. Le temps actuel veut cela, ne soyons pas surpris.

Pour UNIE et LED'A, il existe un paquet de mécontents et beaucoup d'interrogations demeurant sans réponse, pas de renouvellement de notre adhésion cette année.
Vos conseils à tous deux ont été bien plus utiles et efficaces.
À un moment, il faut regarder les choses en face ; les bonnes volontés ne manquent pas mais quand on y regarde de plus près les personnes font très peur.
Des sectaires de la pire espèce, d'une violence soit disant justifiée par leurs combats supposés justes.
L'une a jeté à la rue sa fille mineure car elle n'était pas vegan (...)
La fondation de la FELICIA n'en parlons pas, un cauchemar.
(...)
Marre de chez marre du lavage de cerveau.
C'est pire que la jungle là dedans!

L'EAM, intégriste ? et les attaques

Sur un forum "mamans" suite à un témoignage positif sur nous, quelqu'un intervient aussitôt pour asséner :

Publicité déguisée pour un site de marchand de sommeil qui ne sert qu'à faire du fric à grands coups d'idéologie. Accompagné d'un forum dont un bonne partie des messages sont également des publicités déguisés et des fakes de propagande. Rien n'est technique, tout est fait pour embrigader sur la fragilité des parents dont les enfants rencontrent des difficultés.

Attaque violente et... dépourvue de fondement. Tout d'abord, il n'y a strictement aucune pub sur nos sites, aucun fake, rien !

Ensuite, nous donnons justement aux parents tous les éléments techniques.

En outre, le site ne fait pas "de fric": avec près de 8.000 inscrits gratuits et des dizaines de milliers de visiteurs mensuels, nous répondons à chaque message qui nous est adressé et à presque tous les commentaires. Cela représente des dizaines de milliers d'heures... bénévoles. Nous ne comptons plus le nombre de discussions téléphoniques gratuites qui ont secouru des familles dans la détresse. Le public accède également à une masse d'informations gratuites et la majorité des gens se lancent dans l’aventure de l'école à la maison sans nous mais encouragés par nos travaux et informations. Enfin, nous proposons des prestations comme le font tous les consultants, conseils et professionnels libéraux de l'éducation. Mais les cotisations demandées sont loin de payer le coût de la création et de l'entretien du site, ce que chacun peut vérifier en s'abonnant: ce qui est donné aux abonnés dépasse largement ce qu'un règlement représente.

Se mettre une pince à linge sur le nez et garder son porte monnaie bien fermé si on y jette un oeil.
Et à y regarder de plus près ça semble être un moyen détourné de faire acheter les ridicules cours par correspondance du sacré coeur.

Outre le caractère outrancier de la première proposition de la part de quelqu'un qui ne s'est jamais abonné au site et parle donc sans savoir, notre site ne recommande pas davantage le Cours mentionné, qui est excellent d'ailleurs, qu'un autre. Ce sont les abonnés qui répondent au sondage et donnent leur avis.

J'ai compris après que c'était probablement quelqu'un que je connais qui a écrit le post, et qui n'est vraisemblablement pas liée à la nébuleuse qui se cache derrière ce site, même si je n'ai pas eu de nouvelles depuis longtemps.
Si c'est le cas ça n'a pas dû être simple pour des intégristes catholiques de la récupérer comme ça, parce que ça n'était ni sa sensibilité ni une personne facilement "embrigadable".

Attaque classique, sur le plan spirituel cette fois. Nous dire "catholiques" alors que nous ne le disons nulle part est typique de gens qui, voyant des Français un peu spirituels, y voient aussitôt des "intégristes". Tous les chrétiens français en ont fait l’expérience, il y a une vraie intolérance contre eux, parfois même, comme ici, un fanatisme. En Chine, on dit de même du Dalaï-lama. Nous ne sommes liés à aucune "nébuleuse" mais l'imaginaire de certains les portent à croire qu'il y a toujours des intérêts cachés partout. Ce n'est absolument pas le cas, nous sommes libres et indépendants, et disons ce que nous voulons sans consulter personne 😉 Nous ne faisons pas étalage de nos convictions religieuses mais il est certain que de rappeler le caractère sacré de la personne humaine irrite profondément les matérialistes qui n'ont rien à redire, en revanche, sur la GPA et la vente d'enfants sur le net... Et nos abonnés nous quittent quand ils le veulent. Dieu merci !

Mais la toile est bien tissée.
En France, dès qu'on sort du système éducation nationale (privé sous contrat ou public, c'est la même chose), le premier réseau sur lequel on tombe est celui de cette frange de l'extrême droite (celle dont Marine Le Pen ne veut plus dans son parti) qui depuis que l'école existe a toujours été convaincue que la France irait beaucoup mieux si on ne mettait devant des enfants que des enseignants surtout pas formés en pédagogie. L'intérêt ? Qu'en se dépatouillant comme il peut, il ne deviendra pas quelqu'un qui fait savoir mais quelqu'un qui fait croire, c'est à dire former les sujets que rêve de diriger tout régime autoritaire : l'autorité d'un "grand chef" autrefois (ils n'ont pu mettre en place leurs idées que sous Vichy), l'autorité d'un intégrisme religieux, et l'autorité du capitalisme financier international dérégulé, pour ceux qui en sont aujourd'hui les héritiers.
On comprend ici d'où vient leur intérêt pour l'IEF, c'est l'intérêt d'un huis-clos familial du point de vue d'intégristes religieux ; l'apprentissage scolaire, supposément ou réellement défaillant dans l'école qu'on doit partager avec d'autres sensibilités, n'est qu'un prétexte.
Le problème, c'est que pour fonctionner hors du système éducation nationale, à un moment donné il faudra se servir d'eux. C'est là où sont les informations légales et administratives les plus abouties, parce qu'ils sont majoritaires au sein de la marginalité. Mais en même temps, la désinformation pédagogique se glisse insidieusement. Et il faut bien reconnaître qu'il faut un niveau assez élevé en pédagogie pour voir clair dans la pseudo-science avec laquelle ils justifient leur idéologie de haine de la pédagogie. Le discours est bien rodé et peut paraître solide pour quelqu'un qui n'a pas une expérience et une formation solide dans ce domaine.
Ensuite, avec ce discours bien rodé, prêt à penser et à débiter, ils vont ratisser à la manière des sectes tous les laissés pour compte du système scolaire, les plus fragiles, les plus isolés.Fermer la cellule familiale sur elle-même, avec leur réseau tout autour comme principale source d'information et d'échanges est une cible de choix.
Mais une autre cible de choix, c'est les banlieues, où leur "dispositif coup de pouce" pour faire la propagande du b-a-ba a brillé par son inefficacité totale (établi scientifiquement par la DEPP), et où leur calomnie dans leurs "journées de retrait de l'école" - organisées par le bras droit d'Alain Soral - a brillé par son abjection. Et il y a fort à parier que cette frange de l'extrême droite continuera à prendre les banlieues pour cible, car contrairement au reste de l'extrême droite qui voit dans l'islam une menace pour l'identité nationale de la France des Lumières, pour eux les dérives islamistes de certains musulmans sont une opportunité formidable de réapprendre aux Français dépravés à taper :
- sur les Juifs (leur complot est la cause des problèmes économiques)
- sur les francs-maçons (leur complot est la cause des affreuses libertés individuelles)
- sur les communistes (la pédagogie dans son entier est leur complot, alors qu'il suffit d'avoir des connaissances pour savoir les enseigner)
- sur l'égalité homme-femme (si la bible et la tradition disent le contraire, il doit bien y avoir une raison).
- sur les homosexuels (est-il besoin de le justifier ?).

Commentaire très intéressant, émané par un clan classique. On a ici l'ultra-gauche. On note au passage l'hommage qui est rendu sur notre efficacité, merci !
La "toile" est bien tissée ? De quelle toile parle-t-on ? Le mythe du réseau secret est là.
"l'intérêt d'un huis-clos familial du point de vue d'intégristes religieux" Propos laïcard. Si les dizaines de milliers de familles font l'école à la maison, à l'en croire, c'est qu’elles sont celles d'intégristes religieux... Les familles apprécieront.
"qui depuis que l'école existe a toujours été convaincue que la France irait beaucoup mieux si on ne mettait devant des enfants que des enseignants surtout pas formés en pédagogie." Apparemment, certains ignorent que l'école à la maison est multi-séculaire et produit de meilleurs résultats que l'école. L'école formée en pédagogie produit tout de même une France de la désocialisation, du chômage, des somnifères et des tranquillisants... La Ritaline comme réponse aux douleurs de l'enfant.

"c'est à dire former les sujets que rêve de diriger tout régime autoritaire" Propos classique, là aussi, d'une vision caricaturale et extrémiste contre la liberté de l'enseignement: faire l'école à la maison, c'est rêver d'un régime autoritaire. Mais il n'est pas du tout autoritaire de propager des allégations fausses sur l'école à la maison...
On relève des éléments cocasses: Farida Belghoul n'a jamais été "le bras droit de Soral", ils sont même profondément brouillés. L'accusation de "l'extrême-droite" est signée d'une personne... d'extrême-gauche.

Les attaques personnelles:

Rémy est un ex homme politique, c'est louche. Et de droite, voire d'extrême-droite.

En effet, Rémy a fait un parcours en politique. Au Modem de François Bayrou, qui était de centre-gauche. Et duquel dirigeant il s'est séparé, notamment parce que François Bayrou a déclaré à Toulouse en congrès public: "Je ne connais pas une seule famille intelligente et cultivée qui ait un problème sur le fond avec l'école. Tous les gens intelligents soutiennent l'école."

En tant qu'artisan, militant de base, Rémy a décidé de se présenter comme représentant des militants ignorés et est devenu Conseiller national. Sur cette lancée, il s'est présenté à la présidence départementale de Haute-Garonne, face à l'équipe de centre-ville toulousain bardée de notables (bâtonnier, avocats, hauts fonctionnaires...) avec une équipe de gens simples et sans grades. Il a gagné cette élection. Mais en politique comme ailleurs, tout est fait pour abattre les gens hors système. Cet homme politique qui n'a pas hésité à aller faire une "grève du froid" de 32 jours en plein hiver pour défendre les ouvriers d'une usine, gênait le bureau politique parisien. Rémy a fini cette aventure en hypothermie. Le succès populaire était de trop pour la direction du Modem, qui va monter une cabale afin d'en finir avec ces gens qui font de l'ombre au chef suprême. Rémy a oublié la politique, non sans avoir fait condamner le Modem devant le Tribunal de Paris pour exclusion abusive. Un excellent souvenir, avec beaucoup de belles rencontres et de rire malgré tout !

Leurs enfants ne font même pas l'école à la maison.

Si, aux plus jeunes. Les plus grands font leurs études. Eh ! oui, chose incroyable, les enfants, ça grandit.

Quand on vole du contenu... pour le revendre, en évoquant la religion !

Au chapitre du plagiat, il y a maintenant des sites qui extraient carrément des contenus de l-ecole-a-la-maison.com pour tenter de vendre des formation.

Quand il s'agit de robot, passe encore.

Mais quand c'est quelqu'un qui revendique la religion, on a le droit de s'étonner.

On 9/8/2017 7:59 AM, Meïssane M wrote:

Bonjour, cette formation est sortie en 2016, elle ressemble beaucoup à la votre, je me demande si il n'y aurait pas plagiat sur votre formation....

A vous de jugez..
Cordialement !!

Le 8 sept. 2017 08:23, "Cécile et Rémy de l'école à la maison" <cecileetremy@l-ecole-a-la-maison.com> a écrit :

Bonjour Meïssane,
Merci de nous avoir prévenus !
En effet plusieurs éléments sont visiblement copiés.
Cela prouve que l'école à la maison a de plus en plus de succès.

L'avez-vous signalé en commentaire ? On peut penser que le vol est interdit par la religion défendue sur ce site...Amicalement,

Cécile, Rémy et les parents de l-ecole-a-la-maison.com

On 9/8/2017 4:05 PM, Meïssane M wrote:

Mais de rien, ce qui m'a le plus choqué c'est qu'un jour, la fondatrice de ce site a proposé à plusieurs mamans de créer un groupe sur Skype (en 2015) afin de parler de l'IEF, j'ai donc participer à ce groupe, et tout le monde pouvait partager ce qu'il connaissait sur l'IEF, moi je connaissais votre site ainsi que votre livre que j'aime énormément !!

Donc j'ai proposer de partager le lien de votre livre, la réponse à été catégorique : "NON, ce sont des sources non vérifiables religieusement donc ne partageais pas votre lien"
J'ai dit OK et j'ai quitté le groupe.
Puis en 2016, cette même personne créer la UMMACADEMY !
Et en voyant ça j'étais vraiment en colère !
Tous les efforts que vous avez fourni ont été copié ! C'est une honte, et c'est pour cela que je vous en fait part.
Sur le site je n'arrive pas à laissé de commentaire, mais je n'hésiterai pas à prévenir mon entourage, les pages sur l'IEF et la communauté musulmane sur Facebook.
Un grand merci à vous pour ce que vous nous apportez !
Meïssane B.
P.S : bien entendu le vol est strictement interdit dans la religion musulmane !
Avez-vous lu ? "des sources non vérifiables religieusement" mais qu'on exploite sans hésiter, pour faire de l'argent ! En commettant un vol qui est tout ce qui est de plus "haram". Cette maman musulmane a raison d'être scandalisée de ces comportements qui trahissent sa foi.
Après enquête, il s'avère en effet qu'une maman s'est abonnée puis a copié-collé certains contenus; le vol concerne environ 10% articles, aucune vidéo, le tout remélangé et facturé aux clients dupés: 149€ ! Ce qui fait à payer 7.25 fois ce que nous demandons sur ce site, et sans l'accompagnement bien sûr. Ceci dit pour ceux qui seraient tentés par le vol: ils se font voler eux-mêmes.

Cliquez like ci-dessous

 

Les 10 types d’amis

10 types d'amis

« Je préfère me promener avec un ami dans l'obscurité que seul dans la lumière », disait quelqu'un.

Cet article a été inspiré par trois courriers électroniques que Mark and Angel ont reçus ce matin, lesquels partagent un thème semblable de l'amitié. Ils nous ont traduit en français rapide leurs sentiments. Voici un petit extrait de chacun de ces messages (avec la permission). Je sais que vous les apprécierez :
"Kayla, ma fille de 12 ans, parle le langage des signes fluide ; son meilleur ami, M., avec qui elle a grandi depuis l’enfance, est sourd. Leur amitié véritable se développe et se développe au fil des ans réchauffe, ce qui réchauffe vraiment mon coeur."
"Mon petit frère, Greg, passe la plupart de son temps libre à l'école traînant avec l'équipe de football. Greg a un cas d'autisme. Il y a un an ma maman était prête à le tirer de l'école et l'avoir à la maison pour faire l’école en raison de l'intimidation excessive qu’il subissait. Un des footballeurs, qui l'avaient défendu dans le passé, en avait entendu parler, avaient expliqué la situation à ses coéquipiers et amis et avaient été de son côté jusqu'à ce que l'intimidation se soit arrêtée. Maintenant, une année plus tard, il est juste l’un des garçons.'"
"Hier ma soeur et moi étions dans un accident de la route. Heureusement nous deux portions nos ceintures de sécurité et n'avions pas de blessures majeures. Ma sœur est et était toujours « une star » - elle connaît tout le monde. Je suis l'opposé complet - une introvertie qui traîne avec les deux mêmes filles tout le temps. Ma sœur a immédiatement posté un commentaire de Facebook et Instagram de notre accident. Et tandis que tous ses amis faisaient des remarques, mes deux amis se sont montrés sur la scène de l'accident avant que l'ambulance ne soit arrivée."

Chacun de ces courriers électroniques nous a fait sourire parce qu'ils nous ont rappelé la puissance de l'amitié vraie. Il n'y a honnêtement rien de plus significatif.

L'auteur du troisième extrait de courrier électronique ci-dessus fini son courrier électronique avec cette ligne : "je sais que je n'ai pas beaucoup d'amis, mais je suis sûr que j'ai deux vraies amies."

Et c'est exactement ce à propos de quoi nous voudrions réfléchir avec vous et proposer de quoi reconnaître 10 types d'amis.

amis 10 types d'amis
1. Les amis qui ont le temps pour l'autre

Il y a une complexité dans chaque grande amitié, mais la base est toujours incroyablement simple : du temps l'un pour l'autre. Laissez vos amis se battre pour vous. Ne vous éloignez pas quand l'un d’eux devient un peu dur, ne soyez pas distrait trop facilement, ne soyez pas trop occupé ou fatigué et ne les prenez pas pour acquis. Les amis sont « la colle » qui maintient le fil de la vie et le bonheur ensemble. Substance puissante !

Il y a peu de joies qui égalent une bonne conversation, un rire véritable, une longue promenade, une danse amicale, ou une grande étreinte partagée par deux personnes qui se soucient l'une de l'autre. Parfois les choses les plus ordinaires peuvent être faites extraordinaires simplement en les faisant avec les bonnes personnes. Vous le savez !

2. Les amis qui sont enclins à faire l'effort nécessaire

Des amitiés saines, à long terme sont souvent étonnantes, mais rarement accommodantes. Pourquoi ? Parce qu'elles exigent la flexibilité et le compromis.

Deux personnes différentes auront toujours deux perspectives légèrement différentes de la même situation. Résistez à cette fatalité en ne voyant pas les périodes difficiles comme la preuve que quelque chose ne marche pas. Vous n’êtes pas censé être sans cesse sur le qui-vive à ressentir la moindre contradiction. Faites l’exercice d’accepter cette contradiction comme la preuve que vous êtes dans un monde vivant.

3. Les amis qui croient l'un en l'autre

Parfois nous voyons notre pire moi. Notre moi le plus vulnérable et faible. Nous avons besoin de quelqu'un d'autre pour devenir assez proche pour nous dire nous avons tort.
La foi dans une autre personne peut faire une différence énorme. Soyez quelqu'un pour quelqu'un. Supportez ses rêves. Soyez encourageant. Qu’il poursuive sa réalité jusqu'au bout avec ses rêves ou change complètement d'avis, est sans rapport avec votre degré de soutien. Accueillez d’une même manière échec ou changement, abandon ou opiniâtreté. Votre croyance en eux a une importance énorme, dans tous les cas.

4. Les amis qui font face aux défis et aux faiblesses ensemble

5. Les amis qui sont doux et compatissants malgré les changements de la vie

Soyez doux et compatissant avec vos amis tels qu’ils sont et deviennent. Ne dites pas « tu as changé » avec acrimonie.

6. Les amis qui supportent le développement de chacun

Aucun être humain n'est votre ami s’il exige votre silence ou refuse votre droit de changer.
Ceux qui refusent vos décisions sont dans la crainte et ne peuvent vous aider.

7. Les amis qui disent la vérité

Inconsciemment, beaucoup d'entre nous préférons des mensonges doux aux vérités toutes nues. Mais ne vous y trompez pas, il vaut mieux être blessé par la vérité que consolé par un mensonge (à condition que cette vérité ne soit pas non plus fatale, attention, ndr). Les amitiés basées sur des mensonges meurent toujours jeunes.

8. Les amis qui sont tolérants pour les sautes d'humeur inévitables de chacun

Une grand-mère disait un jour : "Quand quelqu'un se compromet dans un coin, détourne les yeux jusqu'à ce qu'il sorte ; et agissez ensuite comme si ce n'est jamais arrivé."

En permettant à un ami de sauver la face de cette façon et ne leur rappelant pas de ce qu'ils savent déjà, est un acte de bonté.

9. Les amis qui posent leurs questions l'un après l'autre et qui n'en font pas étalage

Ceci peut sembler évident, mais on ne critique jamais un ami en public, par exemple sur les médias sociaux. Les écoliers de quatorze ans affichent des opinions négatives de leurs amis sur des médias sociaux.

10. Les amis qui sont fidèles, même de loin

Parfois, la vie met des barrières géographiques entre vous et votre ami. Ne perdez pas le lien, même s’il semble invisible pour un temps. Émettez un signe d’amitié.

Faire des économies sérieuses, et pas des bouts de chandelles

Nous avons décidé de créer cette page pour vous faire économiser des sous. Beaucoup de parents disent ne pas avoir les moyens. Ils les auraient s'ils savaient quelques trucs.

Il ne s'agit pas ici de gagner de l'argent, nous en parlons plutôt là.

Nous souhaitons que cette page soit collaborative, que vous laissiez aussi vos trucs. Indiquez-nous en commentaire vos astuces et nous les mettrons au fur et à mesure dans ce texte (en vous mentionnant si vous le voulez, site, blog etc.): vous apprenez des choses et vous en donnez, c'est du partage.

Observer, demander ou réclamer

Caroline donne le ton des mamans qui commencent par bouger et qui finissent par avoir de la "chance". Nous laissons le début parce qu'il y a des clés:

Quelle victoire!

J'aurais rêvé d'un déroulement de l'école à la maison, j'aurais été en deçà de la réalité offerte.

Loin des scélératesses de l'EN; je prends tant de plaisir à récupérer mon autorité, ma totale bienveillance et ma place de mère!

Bien sûr; il s'agit de remises en causes quotidiennes.

Mais; c'est bien là le sens d'une vie humaine, que d'évoluer!

Contrairement aux propagandes voulant que l'humain ait à se rassurer de n'avoir à jamais se remettre en cause, figé dans des acquisitions matérielles.

La vie nous apporte ce dont on a besoin; même si ça nous parait insurmontable, sur le moment.

Ici; j'ai fait le choix d'école à la maison, même malgré le fait que ma situation financière se résume à 3 chiffres de subsides mensuels, pour subvenir à une tribu composée de 2 humains et plus d'une dizaine de non-humains aux besoins exigeants. Je sais que la vie m'apportera toujours ce dont j'ai besoin.

Et le résultat de mes croyances renforcées par l'authenticité d'avoir son enfant qui grandit près de soi, n'a pas tardé: alors que je ne voyais plus la fin des factures vétérinaires; une internaute me donne une adresse pour une prise en charge des factures.

Une relation commune à mes engagements bénévoles me fournit la nourriture pour mes non-humains, et me propose de la nourriture pour humains végétariens, qu'elle a en surplus dans son travail.

Toutes mes relations me donnent leurs affaires en surplus, pour que je puisse les vendre sur le Bon Coin...

Lors du règlement du club informatique où j'ai inscrit mon fils( alors que je n'ai pas les moyens, mais j'en ai l'envie et mon fils me le réclamait); le responsable réduit de moitié ce coût, au motif de trimestre déjà entamé. Ce, sans rien demander.

Faire des économies https://l-ecole-a-la-maison.com

Le truc osé de Marielle

Marielle de son côté fait une démarche qu'on n'ose pas, officiellement par politesse mais plus vraisemblablement par fierté et gêne mêlées :

si vous êtes famille nombreuse, n’hésitez pas a voir le patron de votre supermarché habituel et lui demander un petit geste pour une grande famille (tout en lui faisant comprendre que vous pourrez très bien aller ailleurs….) En principe il ne mettra pas longtemps à faire le calcul et vous fera très certainement une proposition, notre enseigne nous fait 13% sur chaque passage en caisse soit 26 euros sur un caddie de 200 euros, ce qui n’est pas négligeable… essayez, ça marche ! vous connaissez le dicton qui dit : qui ne demande rien n’a rien !"

Faire des économies, mais de vraies économies

Une page ici avec des règles de base.

Il existe un site auquel vous devriez vous abonner. Nous ne connaissions pas la moitié des trucs et pourtant !

Voici une autre page parmi des tas d'autres qui donnent des trucs.

Mais ces petits trucs ne font gagner que quelques euros. Nous souhaitions vraiment éviter la quantité en n'indiquant que des trucs qui gagnent vraiment bien.

Alors voici le premier truc que nous pouvons vous donner:

Douches et bains

Saviez-vous que vous pouvez vous en passer ? Dans l'absolu, la douche n'est même pas indispensable, à moins d'être couvert de cambouis ou de terre. Le corps est couvert d'une flore naturelle dont une part meurt quand on se mouille ! Or, elle est indispensable pour s'auto-nettoyer.

Un chercheur ne se lave plus depuis 12 ans et est toujours propre, sans odeur. C'est le fait que la flore de l'épiderme est morte que le corps dégage de mauvaises odeurs.

Ainsi, préférez vous laver sans trop frotter, jamais avec des savons liquides (même si c'est le dermato qui vous l'a prescrit), et brièvement.

L'eau froide ou tiède est préférable mais évidemment en-dessous d'une certaine température, c'est le supplice. En tous cas, évitez les hautes températures qui tuent également la flore.

Sans la supprimer complètement mais en ayant cela à l'esprit, dites à vos enfants que 2 ou 3 douches par semaine doivent être un maximum. Chronométrez également, 5 mn d'eau suffisent. Résultat: la facture d'eau va être divisée par 3 ou plus, ainsi que la facture d'électricité car chauffer de l'eau coûte très cher.

Changez de frigo ou de climatisation

Si vous avez une climatisation de plus de 5 ans, par exemple, la changer réduira votre facture électrique de plus de moitié.

De même, les vieux frigos sont des catastrophes. Préférez des frigos neufs haut de gamme: ce sera vite amorti.
Amazon ImageNotre dernier frigo Indesit Classe: A+ a été amorti en 6 mois !

Chauffage

Amazon ImageElro KT600 Thermostat programmateur de radiateur Vous avez des radiateurs et un chauffage central ? Ce truc est fait pour vous. Vous avez un thermostat, votre maison ou appartement en a un, forcément ou probablement. Bien, mais pas tant que ça... Il y a des tas d'endroits où, à certains moments, vous n'avez besoin que de 15 degrés, supposons. Par exemple, vous n'avez besoin du salon que lorsque les enfants y sont, à partir de 16H30 l'après-midi. Pourquoi le chauffer le reste du temps ? Vous pensez: "Je le coupe moi-même". D’accord, mais cela vous oblige à penser à les remettre en route 1/2 heure avant leur retour. Et ça vous prend du temps.

De même, lorsque le thermostat central coupe, c'est toute la maison qui est coupée. Lui a chaud, mais vous avez peut-être froid dans votre pièce au nord. Comment chauffer une pièce ou certaines, sans que les autres le soient ? Nous avons acheté des thermostats pour chaque radiateur. Maintenant, toute la maison est chauffée le week-end, en journée, mais seulement deux pièces en semaine.

Résultat: une économie de 2/3 sur l'énergie ! Largement de quoi rembourser votre accompagnement sur ce site ! L'un des meilleurs investissements que nous ayons faits, après avoir eu des maisons et même deux châteaux ! (si on avait su, à l'époque...)

Allumer et éteindre soi-même le radiateur ? C'est beaucoup moins performant car d’abord, il faut y penser et avoir le temps. Ensuite, le thermostat programmable le fait avant que vous en ayez besoin, ou lorsque vous dormez.

PS: un thermostat programmable n'est pas forcément utile sur tous les radiateurs d'une part, et d'autre part prenez soin d'avoir toujours un radiateur ouvert, sans thermostat, pour que l'eau circule sans blocage.

Revoir la liste de courses

Dans vos courses, nous vous le disons sans ambages, vous pouvez sérieusement faire tomber la note. Sans parler des Aldi (discount avec certains produits de qualité, attention, faire le tri), sans même vous dire d'éviter les Leclerc, Carrefour et autres qui sont hors de prix, vous pouvez aussi renoncer à certains produits.
Par exemple, nous vivons sans bombes de rasage, sans bombes déodorant. Le rasage se fait très bien avec du savon et de l'eau, en deux jours l'habitude est prise et la planète s'en porte beaucoup mieux (une bombe coûte plus cher à détruire, pour la collectivité, qu'à l'achat...). Le déodorant se remplace par mille choses, regardez sur le net.
Les yaourts sont un budget énorme, de même que les céréales, vous pouvez vous en passer d'autant que laitages et gluten ne sont pas vraiment bons pour l'organisme. Hélas.
De même que les glaces et bien d'autres choses. Nous ne faisons pas de liste exhaustive: à vous de refuser la fatalité du porte-monnaie vide : l'indépendance alimentaire est possible avec très peu de moyens. En fait, ce n'est pas se nourrir qui coûte cher.

Se loger et se déplacer sont des budgets plus importants. Mais déjà, vous avez dégagé de quoi faire l'école à la maison...

Le ménage avec un outil performant qui fait gagner du temps (et le temps c'est de l'argent)

Amazon Image

Ce balai à centrifugeuse est génial. Nous l'avons adopté il y a 15 ans et que de temps gagné ! Il nettoie vraiment, contrairement à une serpillère, et vous n'avez plus besoin de plonger les mains dans l'eau. Travail extrêmement rapide garanti. Rémy ne s'en lasse pas...

__________________________________

A vous, maintenant !

Cliquez like ci-dessous

Le Très Grand Stratego: un jeu créé avec les enfants (vidéo)

Très Grand Stratego
Le Très Grand Stratégo (TGS) entièrement fait main. 270 pièces de chaque côté. 35 grades différents.

Le stratego de notre enfance...

Avec un peu d'imagination et peu de moyens, on peut fabriquer ses propres jeux. Nous l'avons fait avec un Stratego. C'est plus compliqué que de les acheter dans le commerce mais ceux que vous fabriquez, vous y tenez beaucoup plus. Les enfants aiment participer à ce genre d'entreprise. Rapidement, on voit s'esquisser les caractères: il y a celui qui a de nouvelles idées, celui qui aime les masses de tâches, celui qui observe les autres au travail et celui qui attend que tout soit fait parce qu'il ne se sent pas à la hauteur... En lui confiant une tâche, on le rassure. Quand on fabrique un jeu, on a toujours des petites tâches pas compliquées et valorisantes.

Stratego
Le Stratégo original, du commerce: belles pièces en formes de tours crénelées, mais en plastic.

Le Stratego m'a toujours passionné. C'est un jeu de plateau à deux joueurs (http://www.ultrastratego.com).

Mais vers 14 ans, je me suis dit qu'il était trop petit et sans grand intérêt, on avait rapidement atteint les limites et toutes les combinaisons possibles.

Aussi, je décidai de créer une version plus grande, avec 80 pièces chacun, soit le double. J'achetai des manches à balai que je découpais puis je peignais les pièces ainsi obtenues. La plaque de jeu était une simple planche de bois. Les premières versions comportaient des grades représentés grossièrement par des points, des tirets et des chevrons, comme sur les manches des militaires.

Mais avec mon grand frère qui, dès lors, se joignait à moi, en 1984, nous convînmes qu'il fallait améliorer visuellement les choses et nous commençâmes par esquisser des pièces plus évoluées. Il avait un beau coup de pinceau, il faut le dire, et nous étions émerveillés par le résultat. Mais nous n'étions jamais parfaitement satisfaits et cela ira au point que vous le verrez plus bas.

Les deux armées sont les Soviétiques et les Allemands, pendant la Seconde guerre mondiale. Les uniformes sont bien rappelés et quelques détails sont assez piquants, avec même une ou deux référence au cinéma.

Nous fîmes ainsi 4 versions successives en 4 couches successives qui existent toujours: les pièces actuelles cumulent plusieurs couches "géologiques".

Finalement, nous atteignîmes un résultat plus que sympa.

Nous avions aussi décidé d'affiner le nombre de chaque grade et d'en créer de nouveaux, afin d'augmenter les enjeux, les capacités tactiques. La défense et l'attaque pouvaient peser à l'excès, donc nous ajustions finement au fur et à mesure des parties en ajoutant ou en retranchant des pièces d'une fonction pour les déplacer sur une autre.

La tradition voulait que chaque été où nous étions disponibles, nous créions une nouvelle pièce. Cela nous donnait l'occasion de vives discussions sur les enjeux d'une attaque irrésistible ou d'une défense impénétrable. Pour les concepteurs que nous sommes, il s'agit de ne pas permettre une situation bloquée où toute attaque serait vaine ou toute défense inutile. Il faut rendre les choses fluides et tactiques. L’orientation générale privilégie l'attaque, mais une défense efficace peut en avoir raison et laminer l'adversaire, en attendant de l'écraser chez lui. On note que nous avons décidé de créer une capitale, le drapeau étant un peu seul et ridicule, comme trophée à prendre. Le drapeau est mobile, la capitale immobile, il faut prendre les deux pour gagner.

Notre Stratego était une réussite.

Mais 20 ans ont passé depuis que nous y avons joué pour la dernière fois, notre jeunesse s'était envolée.

Puis, cette année, 20 ans ayant passé, j'ai récupéré les boîtes contenant les pièces et une carte, mappemonde honorable mais trop encombrante. Il m'était arrivé régulièrement de repenser au Stratego, en imaginant qu'un jour, j'en ferais une version vraiment grande. Je m'y suis mis cette année: je voulais 270 pièces chacun pour une vraie grande bataille.

J'ai donc passé 2 mois, chaque soir, à découper, poncer, peindre une couche, deux, trois, quatre, cinq (pour un fini parfait), puis faire les miniatures.

Le Très Grand Stratego était né !

Il laisse toutes les chances à celui des deux adversaires qui aurait subi une situation désastreuse, en permettant jusqu'au dernier moment de se battre et de refuser la capitulation. Même avec un maréchal, un chef suprême et un général en moins, on peut gagner. Avec peu de pièces, on peut constituer des commandos très efficaces. Les bataillons sont faciles à constituer et les déplacements peuvent se faire par groupes de plusieurs pièces. Les règles sont remarquablement équilibrées. Cette année, nous avons établi l'observateur aérien, redoutable en reconnaissance, et une autre pièce dont je tairai le nom, absolument géniale.

La carte n'est plus carrée, cela devenait insupportable de se lever pour jouer en fond de carte. Elle est transversale, ce qui permet de rester assis de bout en bout. Le support est léger et pliable, vernissé pour éviter l'usure. Les grades sont rapportés sur le côté, en frise, avec les subordinations.

Le résultat est vraiment très enthousiasmant et les enfants aiment beaucoup.

Mais il y a une chose qui me reste chère: améliorer les figurines. Comme je ne pouvais peindre sur les dernières versions peintes par mon frère, je décidai de créer... deux nouvelles armées: les Italiens et les Japonais. Les images font 2.5 cm de haut, autant dire des miniatures. Il faut un pinceau de deux poils au bout de la mèche, on obtient cela grâce aux ciseaux. Je vous les montrerai ci-dessous si cela vous intéresse.

Voici les pièces des deux futures armées (tout n'y est pas, il faut 270 pièces je le rappelle).
Hauteur réelle: 2.5cm

Pour le private fun, le diplo n°4 est Miyamoto Musashi (donc une reproduction médiévale).

Japonais

Japonais2 Grand Stratego travail à la main

 

Italiens

Italiens Grand Stratego travail à la main

Nouvelles pièces (mai-juin 2014):

P10909623 Grand Stratego travail à la main

____________________________________________________________

Dans le même ordre d'idées, j'avais fabriqué à l'époque un jeu de billes, mais hélas les films ont été perdus. Il ne reste que ces fragments. Ce jeu était merveilleux, les enfants l'adoraient. Il avait même un système de balancelle: une bille était automatiquement transportée, la nacelle étant mise en mouvement par son poids, et un guichet automatique, derrière elle, interdisait l'accès à la bille suivante. Au niveau supérieur, les billes disparaissaient pendant 1mn entière à l'intérieur d'un tronc de bois avant de ressortir !
Un vrai plaisir.

Cliquez like ci-dessous

Lettre à une députée européenne

C'est plutôt pour rire, vous l'aurez compris. Quoique nous l'ayons réellement envoyée.

à une députée européenne sophie-auconie sur https://l-ecole-a-la-maison.comLe 06/02/2014 11:07, AUCONIE Sophie nous a écrit:

Tout d’abord, sachez que je condamne fermement tout comportement homophobe et toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. L’article 10 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne le rappelle, l’Union européenne doit s’employer à combattre toute forme de discrimination dans ses politiques.

La délégation française du Groupe PPE considère qu'il est indispensable de combattre tout comportement homophobe et toute discrimination fondée sur l'orientation sexuelle.

Il est en effet inadmissible de constater que parmi les personnes LGBT, 26% sont victimes de violences et 20 % de discriminations professionnelles en raison de leur orientation sexuelle. Il faut donc une feuille de route, mais sans toucher au droit de la famille qui relève de la souveraineté des États membres.

Ainsi, nous ne pouvions pas nous associer à ce que l’on demande à un État membre de reconnaître les actes civils tels que le mariage homosexuel contractés dans un autre État membre, alors même qu’il ne le reconnait pas au sein de sa propre législation.

La question du mariage homosexuel est un sujet sensible qui doit être laissé à l’appréciation de chaque État membre et de son peuple conformément au principe de subsidiarité.

De même, la délégation française du Groupe PPE ne pouvait soutenir la promotion de l'éducation sexuelle, quelle qu'elle soit, dans les programmes de la Commission européenne à destination de la jeunesse. Nous devons aborder le sujet de la question de l’éducation sexuelle avec beaucoup de vigilance, et reconnaitre avant tout le rôle central de la famille en la matière.

Je pense donc que le sujet de l'identité de genre doit faire l'objet de débats politiques approfondis.

Pour toutes ces raisons, j’ai voté contre le rapport Lunacek.

En tant que Présidente de l’association Femmes au Centre et étant moi-même maman, j’ai à cœur de protéger les droits des femmes et de la famille dans toutes les politiques européennes. Je puis donc vous assurer que je resterai très attentive aux débats sur ces sujets et je me tiens à votre disposition pour toute question.

Bien cordialement,

Sophie Auconie


Madame,

Je vous remercie pour votre réponse et croyez bien que nous aussi, nous condamnons plein de propos, mais pas tout à fait les mêmes.

Les propos des Femen qui attaquent les catholiques, qui nient leurs manifestations ou les minorent, comme le fait le gouvernement. Qui les assimile à des nazis alors qu'ils en furent les premiers opposants et résistants, rejoints très tardivement par d'autres "grands ancêtres" républicains, moins vieux que les nôtres. Les chrétiens furent, de tous temps, les plus persécutés. On les défend pourtant moins que les homosexuels. N'est-ce pas curieux ?

Eh ! bien, tenez, les catholiques ne "condamnent" même pas les propos qui les visent. Qu'est-ce à dire, "nous condamnons" ? On ne condamne qu'en cour, en réalité.

C'est comme "se féliciter", "le gouvernement se félicite de", c'est de l'infatuation, ni plus ni moins. C'est de la nov-langue tout juste bonne à impressionner l'attaché parlementaire. C'est bon pour les politiques.

Le luxe, pour une minorité, c'est justement d'atteindre au droit d'être chahutée. Avant, c'est la préhistoire; c'est le bon sauvage. Et c'est peut-être ça, aujourd'hui, l'homosexuel, quelqu'un dont on se sert à fins politiques, avec mépris. Il faut le surprotéger car il n'est sans doute pas capable de se défendre lui-même.

Nous tenons à la liberté de pensée, que nous ne tarderons pas à réhabiliter dans notre pays, puisqu'il y a délit d'opinion aujourd'hui du fait des lois Gayssot, Pleven, Fabius et Rocard.

Non, madame, il ne nous semble pas que votre rôle soit de condamner, c'est le rôle de la justice.

Et non, votre rôle n'est pas non plus de poursuivre des comportements, cela c'est le rôle de la police et de la préfecture.

26% des LGBT seraient victimes de violences ? Les membres LGBT sont environ 32, quelque chose comme ça. Si leur local se trouve au deuxième, et qu'ils persistent à porter des mini-jupes, on peut comprendre qu'ils se vautrent dans l'escalier, ce qui en fait sûrement d'eux des victimes (qui n'a pas le droit d'être victime aujourd'hui ?), mais en l'occurrence, ils sont peut-être surtout victimes d'eux-mêmes. D'ailleurs, on dit un ou une LGBT ? Quel choix sexiste ont-ils adopté ?

Cela dit, je les remercie d'avance, avec leurs c... ies, nous allons pouvoir refaire de bonnes vieilles listes électorales 100% mecs dont la moitié pourra se dire femmes, ce qui permettra la parité. On ne pourra pas mieux respecter le principe : il n'y aura que des paires ! (si vous voyez ce que je veux dire). Facile: il suffira de se déclarer femmes et nul n'aura rien à y redire.

Je vais vous en raconter une qui ne devrait pas vous laisser insensible. Un jour qu'en mon château provençal, je recevais un couple dans l'une de mes chambres d'hôtes, j'eus la surprise de voir arriver au petit-déjeuner deux hommes au lieu du couple, mais deux hommes grossièrement déguisées en femmes, façon José Garcia sur Canal+.

Ces pauvres messieurs s'étaient disputés. Je devrais écrire dispu(t)(é)(e)(s)(e)(s) comme c'est la mode.

Bref. Ils revendiquaient le droit d'être tous deux femmes le même jour. Ils s'étaient chamaillés, les bonshommes, et ça plombait encore plus leur dégaine de fin de nuit, porte-jarretelles et mini-sac à main, bleu aux yeux, far biaiseux.

Victimes de l'incompréhension de l'autre.

L'autre avec un e, je précise.

C'était triste.

Je me suis senti en peine.

Qu'allais-je faire ?

Rire. Et me payer leur fiole. C'est ce que j'ai fait.

Je crois que pendant 10mn, ils sont redevenus des mecs, heureux, simples, francs, et non plus emmiellés dans toutes leurs conneries dégénérées.

Je ne sais pas, mais il est fort probable que les deux compères aient changé d'habit depuis. Je pense qu'ils ont retrouvé le droit chemin. Parce que je te les ai tartignolés dans les grandes largeurs, ils n'auraient pas été mieux logés au Martinez, ni mieux rhabillés chez Givenchy. Ils se sont bien désopilés et ont dû réaliser que tout ça, d'une manière ou d'une autre, c'est bien... une grosse galéjade.

Mais pour d'autres, c'est une bien triste histoire, quand on y croit; une histoire qui finit mal. Qu'importe s'ils finissent en taule au Maroc où Mme Belkacem n'ose pas en parler alors qu'elle est bien audacieuse en terre franque. Qu'importe qu'ils aient à subir 10 fois plus depuis que ces tartuffes épris de bons sauvages depuis 5 siècles, en fassent une publicité qui partout font d'eux des cibles.

Moi aussi, j'ai bien ri, mais pas de la même manière, même si le rouge à lèvres de tata premier bagoulinait sur son chemisier blanc, si les bas de tata second étaient plus filés que Mesrine en 75. J'ai ri en me disant intérieurement: "Si on leur avait donné du sens, des vrais parents, une bonne école, ils n'en seraient pas là. Pauvres gars, tout de même." Ils sont repartis mieux qu'ils ne sont arrivés.

Je crois qu'ils avaient l'intention de me faire un mauvais tour, à l'origine, parce qu'ils avaient dû apprendre que chez moi, on se tient correctement et que les déguisements, c'est à Rio ou à mi-Carême, et on peut être déménageur, syndicaliste, turfiste ou premier ministre, chez moi tout le monde se tient à carreau et que je ne me suis jamais gêné pour mettre mon pied au derrière des sagouins. Il y a un ou deux conseillers régionaux qui se sont fait mettre à la porte avec une marque de semelle sur le gras du dos.

Je retiens cependant, en tant qu'animateur du très gros et magnifique site français sur l'école à la maison, que vous vous opposez à "la promotion de l'éducation sexuelle, quelle qu'elle soit, dans les programmes de la Commission européenne à destination de la jeunesse". C'est fort louable et vous en remercie. Mais jusques à quand dois-je avancer le loyer de mon remerciement ? Combien de mensualités ? Car il me semble qu'un coup de téléphone matignonesque pourrait bien vous faire changer d'avis à l'automne. Je vous remercie pour 7 mois, ça vous va ?

Merci, madame la députée, de votre réponse, qui nous a donné à tous l'opportunité de vous offrir la nôtre.

Cette lettre a été publiée sur la page Facebook.

 

Cliquez like ci-dessous

Même si…

Voici deux lettres que nous recevons aujourd'hui et qui nous donnent envie de vous les partager, avec l'accord de leurs auteurs. Nous ne savons pas comment intituler ce texte, et donc nous cherchons l'expression qui revient le plus. C'est "même si". Intéressant. Sous cette locution, se cache des désirs contrariés.

"C'est formidable même si des problèmes se posent"

Prêtez bien attention à ce que disent ces deux mamans. La première a en fait toutes les cartes entre les mains et pose très bien les difficultés, elle est donc proche de son but, mais celui-ci n'est pas encore complètement défini et quelques conseils s'imposent. A la seconde, on dit des choses qui sont inexactes et qui normalement devraient vous faire tiquer.
Bonsoir,
Je m'appelle A. J'habite en région parisienne.
Je vous écris car je me pose la question de reprendre ou non l'école à la maison pour la rentrée 2014.
J'ai 3 enfants et un bébé en cours de "maturation" de bientôt 6 mois !
J'ai une formation de professeur des écoles dans le privé sous contrat mais n'ai pas eu le temps d'enseigner beaucoup. J'ai le sentiment d'avoir  acquis plus d'expérience avec les 3 années d'ief que j'ai pratiquées (ms/gs , puis gs / cp, sans cours par correspondance, cp/ ce1 avec les cours ker lann).
Mon mari est pépiniériste et travaille beaucoup (il se repose le dimanche) mais nous avons le bonheur de le voir pour tous les repas. Nous habitons dans une maison sur l'exploitation donc dans un cadre naturel assez privilégié pour la région parisienne.
Nous avons fait le choix de l'école à la maison pour s'assurer de bonnes méthodes pédagogiques (méthode syllabique de lecture, de la manipulation à la schématisation et à l'abstraction pour les maths), pour profiter de voir grandir nos enfants, pour découvrir la vie et le monde ensemble.
même si... contradiction sur https://l-ecole-a-la-maison.com
Ces 3 années nous ont comblés même si à bien des reprises, j'ai voulu tout lâcher.
J'aurai beaucoup à écrire sur les difficultés que j'ai rencontrées mais la raison majeure pour laquelle j'ai arrêté l'ief et que nous avons inscrits nos deux aînés dans une école hors contrat catholique est que nous souhaitions agrandir notre famille [...]. J'ai aussi décidé en juillet dernier après un test avec la maîtresse actuelle de ma fille L., qu'elle recommencerait un CP, la lecture n'étant pas suffisamment acquise, cette décision ayant beaucoup remis en cause mes capacités d'enseignement ( mais pourtant je vois bien maintenant que c'était une bonne décision et que la maturité de Laure et sa façon de comprendre le demandaient)
Au regard de la sieste quotidienne que j'ai besoin de faire et de la pause nerveuse que me permet cette année de rescolarisation, je sais qu'il m'était nécessaire de faire ce choix.
Cela me permet d'observer comment se passe l'école, ce que cela apporte à chacun en bien et en moins bien.
Mais je mesure aussi l'absurdité du rythme des enfants (lever bien matinal, école toute la journée, longs devoirs le soir et le mercredi matin et le we..), le manque de temps que nous avons pour lire ensemble des livres pour découvrir le monde.. Le prix des scolarités...
Et me vient à l'esprit de reprendre l'ief : mon fils aîné est plus que partant, mais ma fille aime les deux mais préfère l'école car elle voit des petites amies tous les jours. Nous avons parmi nos amis plus d'enfants garçons que filles et Laure recevait en effet moins d'amies que PAUL l'année dernière. Quant à Clément, il est content d'être à la maison (il a fait 1 an de ps le matin à l'école publique l'année dernière) et que maman l'enseigne, même si en réalité je ne passe pas autant de temps que je voudrais avec lui car j'ai l'impression d'avoir moins de temps que quand je faisais l'IEF (aussi étonnant que cela puisse paraître) et que je voudrais rattraper les retards de rangement dans la maison avant la naissance du 4ème.
La question est : serai je capable d'assumer 3 niveaux et de profiter de mon bébé, sachant que même si nous reprenions une femme de ménage 3 heures par semaine, c'est moi qui suis entièrement responsable du reste de l'entretien de la maison ? Serai capable de trouver un juste équilibre pour tout le monde, de ne pas me mettre trop la pression (je suis perfectionniste) et de savoir rester zen et détendue même si l'aîné écrit pour la x ième fois "aprais "au lieu de "après", que la seconde trépigne parce que les cris du troisième qui n'arrivent pas à former correctement ses 8 et les pleurs du quatrième qui a faim la dérangent dans sa lecture !?!?
J'aime mes enfants, j'aime enseigner, j'aime apprendre avec eux (je découvre avec grande joie l'histoire de France), je souhaite que mes enfants puissent s'oxygéner longtemps dehors chaque jour, qu'ils m'aident dans la vie quotidienne (ramassage de petit bois, allumage du feu, ménage, ...), qu'ils aient vraiment le temps de jouer avec leurs nombreux jeux... mais qu'est-il le mieux pour eux et pour moi ?
Si je reprenais l'ief, je ne me vois pas faire le collège ce qui voudrait dire que j'ai deux ans encore pour profiter de cette formule assez exceptionnelle même si très prenante pour la maman (dans mon cas).
Voilà, c'est plus que deux mots, c'est vraiment gentil à vous si vous avez pris le temps de me lire et que vous prenez le temps de me répondre.
Sur ce, je vais me coucher car comme je l'ai lu sur votre site que j'ai découvert à la sieste aujourd'hui au lieu de vraiment dormir, mieux vaut se coucher tôt ... demain lever 6 h15 !
Je vous souhaite une bonne nuit,

Bien cordialement, A

___________

Bonjour A.,

voilà un exposé complet qui contient tous les ingrédients et qui sous-entend les recettes. D'ailleurs, nous avons presque envie de vous renvoyer votre message pour que vous le relisiez, car vous y verriez exactement ce que vous pouvez faire. Il y a d'abord une excellente expression de votre situation en un français parfait. C'est important à signaler car cela parle de vos ressources. Ensuite, il y a des désirs contraires.

Mais en attendant, nous notons cette phrase: "même si en réalité je ne passe pas autant de temps que je voudrais avec lui car j'ai l'impression d'avoir moins de temps que quand je faisais l'IEF (aussi étonnant que cela puisse paraître)."

Mais oui ! l'école laisse moins de temps pour se voir, s'entendre, s'enseigner. Et vous le remarquez.

Alors, serez-vous capable ? Cela dépendra de votre capacité à renoncer à certaines choses. Vous êtes perfectionniste, il faudra l'être un peu moins. Passer l'aspirateur une fois par semaine au lieu de deux. Vous dire qu'au XVIIIème siècle, on vivait sur la terre battue. Ou organiser les tours de ménage avec les enfants.

Bref: vous délester et passer au rythme martial de la famille nombreuse, du capitaine de bord qui ne peut pas s'occuper de tout faire. Déléguer.

Tout ça signifie que vous changez d'autorité. Votre mari va vous y aider, il va prendre toute la famille à part, dimanche midi, à table, et expliquer que les choses vont changer et comment. Première question: qu'allez-vous changer dans votre organisation ? Etudiez votre journée, et disséquez. Par ailleurs, plus vous vous occuperez des enfants, moins ils seront dans vos jambes. Cela concerne spécialement les petits derniers. Prenez les tout le temps dans les bras, au bout d'un moment ils vont avoir envie d'aller voir ailleurs. Dites-vous qu'avec le double d'enfant vos journées ne seraient pas plus courtes. Donc, vous y arriveriez. Comment feriez-vous ?

Vous vous énervez facilement, vous allez corriger avec l'âge, rassurez-vous. Si un enfant écrit "aprais", dites-lui merci, ça veut dire qu'il n'a pas assez pratiqué et que donc, vous ne lui avez pas assez fait pratiqué (et vous pourrez lui expliquer que ça concerne beaucoup de mots de la même fonction, ici adverbes). Les erreurs des enfants sont bien faites: elles nous disent là où nous avons été faibles. Vous verrez dans notre accompagnement que la pratique est la première clé, et que la théorie est à reléguer en fin de cours ou en marge, que d'abord on pratique. Et c'est vrai aussi pour votre organisation: si vous êtes débordée, c'est que vous ne maîtrisez pas, et si vous ne maîtrisez pas, c'est que vous n'avez pas votre pratique en main. Ce n'est pas du tout une question de capacité, tout ce qui nous met en difficulté nous met en face d'un manque de pratique. Par ailleurs, faites appel au discernement. Tout n'est pas conciliable. Qu'est-ce qui l'est ? Prenez une feuille, mettez à plat ce que vous voulez et ce qui s'y oppose, en deux colonnes. Il faut que vous soyez seule, au silence, avec un thé, tranquille, vous faites une mise à plat de votre plan. Nous insistons sur le mot plan, vous allez cadrer les possibles et les impossibles, concilier les choses, mais selon le mode "vision", planificateur", "critique" (vous ne confrontez pas votre vision à la critique, vous confrontez la vision à la planification et la planification à la critique). Ensuite, le repos: se coucher à 10h00, prendre un livre (regardez l'article Papa et maman sont en forme ainsi que Votre santé aide votre enfant). Et enfin, éloignement du domicile conjugal une fois tous les 15 jours à + de 100km. Indispensable pour faire le point. Là, en principe vous aurez entamé un nouveau chemin.

A bientôt

Rémy et Cécile de l'Ecole à la maison
_________________________________________
Bonjour Rémy,
Je me suis inscrite.

(...) Mon ainé Jean de 7 ans présente quelques troubles autistiques de type asperger caractérisé aussi par un manque de mémoire de travail et des troubles de l'attention.

Nous étions au courant de ces troubles depuis son entrée en maternelle. Jean a eu la chance de s'épanouir au sein d'une petite école hors contrat montessori parmi des éducateurs formidables, durant sa maternelle.

A notre arrivée en Belgique nous savions que Jean était très en retard au niveau scolaire. J'avais moi même bénéficié d'une formation Jean-qui-rit en 2012 pour épauler Jean dans les apprentissages que nous savions  difficiles pour lui.

Jean est entré en CP dans une petite classe belge avec la méthode gestuelle jean qui rit pour l'apprentissage de la lecture et singapour pour les maths accompagné par une maitresse rigoureuse et souple. C'était idéal !
Mais Jean était malheureux à l'école malgré la grande qualité de l'enseignement proposé dans cette petite structure.
Nous avons passé aussi bcp de tests pour connaître la pathologie de jean et rassurer les enseignants (!). Il en est ressorti entre autre que Jean était très anxieux.
A la fin de l'année scolaire malgré un bon décollage, nous avons pris la décision de faire redoubler le CP de Jean.
J'ai décidé aussi de retirer Jean en partie de l'école contre l'avis de l'ensemble des thérapeutes, et meme celui de mon mari ! Puisque l'anxiété était un poids important dans la vie de Jean, je retirais la cause première de son anxiété.
Jean va désormais à l'école une heure trente le mardi et jeudi et le vendredi toute la journée. Nous avons eu l'accord de l'école pour ce rythme.
Cela me permettait de me lancer dans l'école à la maison en ayant un filet de sécurité.
Le premier bilan de Jean à la fin de cette première période scolaire, (chaque enfant passe des évaluations en Belgique), a été très positif. Celui de l'orthophoniste aussi au point qu'elle m'a conseillée de continuer l'école à la maison et m'a donné des adresses de maman qui font l'école à la maison !
Nous suivons le cours sainte anne en français, et pour les mathématiques je travaille avec la librairie des écoles. Je m'aide aussi du matériel montessori.
Je voulais vous remercier car il y a une phrase qui a trébuché en moi et que j'ai bcp ressassé. Vous parliez des "enfants" dys et que ces pathologies pouvaient être chassées à force de travail et en appliquant une bonne méthode. Cela m'a bcp aidé dans ma prise de décision.
J'attends votre aide par vos échanges sur la méthodologie et l'organisation, meme si je commence à me roder à un rythme.
Je vous remercie déjà pour votre œuvre et sachez dès à présent notre reconnaissance pour avoir contribué à nous engager dans cette décision qui est pour l'instant bénéfique pour notre enfant.
Bien à vous, G.
_______________

Bonjour G.,

votre Jean, anxieux ? Hm. Voilà un discours de "professionnels" de l'enfance. Un enfant n'est pas anxieux sans raison, on ne naît pas anxieux.
Pathologies etc., vous savez peut-être ce que nous en pensons.
Voilà qui donne envie de faire un article spécialement pour ça.
Vous avez pris la bonne première décision et nous voulons vous dire: bravo. Envers et malgré tout, apparemment.
Suivez bien le travail pas à pas, et soyez sûre que les jours à venir vous réservent de bonnes surprises.

Et merci enfin de vos aimables remarques.
A très vite.

Rémy et Cécile de l'Ecole à la maison

Cliquez like ci-dessous

Situations incroyables

Voici un message que nous avons reçu et que nous voulions vous partager, avec l'autorisation des personnes, tant il nous semble édifiant.

"Nous nous appelons F. et R. et nous avons cinq enfants, une grande fille de huit ans S. qui va dans un IME, et quatre garçons N. six ans et demi, au CP, S. cinq ans, en grande section maternelle, N. un an et demi, et J. quatre mois (les initiales ont été changées volontairement, ndr).

Je suis enseignant dans un collège de Corse, professeur de mathématiques, depuis 2006 et le constat que je fais de l'école est terrifiant. Nous n'avons malheureusement pas d'école privée ou indépendante là où nous vivons. Mais il m'apparaît impossible de mettre mes propres enfants à l'école publique. Malgré de bonnes choses et beaucoup d'élèves que j'aide, ou même que je « sauve », le système de l'éducation nationale est une catastrophe.

air pollué situations incroyables

Les parents ne s'occupent plus de leurs enfants et ils demandent à l'école de le faire à leur place.

Les enfants dans les classes me demandent à la fois de l'autorité et de l'amour. Ce qu'ils ne trouvent pas chez eux dans leur famille. Ce n'est pas seulement une faillite de l'école publique mais une faillite de la société.

Situations incroyables

J'ai été témoin de situations incroyables et terrifiantes : outre la violence quotidienne les insultes permanentes, l'accès à la pornographie dès le plus jeune âge fait des ravages. En classe de technologie, des élèves de sixième ont visionné un film pornographique, nous avons eu un avortement en cinquième et en quatrième des faits de prostitution, et en troisième des vidéos de relations sexuelles entre élèves mise sur Internet. Et ceci n'est que le sommet visible de l'iceberg. Les élèves dès leur plus jeune âge ont tous une télé dans leur chambre, regardent régulièrement des films d'horreur et sont insensibles à la perversité ambiante.

Avec la rentrée de notre grand garçon, nous avons fait la découverte de la méthode globale d'apprentissage de la lecture et de l'écriture. J'ai alors compris pourquoi la grande majorité des élèves de sixième ne savent ni lire ni écrire correctement. Et mis à part quelques enseignants dévoués et personnellement impliqués dans l'apprentissage des enfants, la grande majorité des enseignants ne voient leur travail que sous l'angle alimentaire. Je suis quelque part écœuré. Mais je veux garder espoir. Avec mon épouse infirmière nous avons depuis quelques années entrepris de changer radicalement notre mode de vie : retour aux choses simples au partage, redécouverte de médecine naturelle (huile essentielle, etc.), fabrication de notre propre pain à la main, yaourt, absence de télévision depuis 10 ans (une de nos meilleures décisions), sans pour autant nous priver du confort et de la technologie.

Et nous sommes récemment tombés sur votre site Internet, et sur vos vidéos. Au début de la semaine nous avions plusieurs blocages pour faire l'école à la maison, aujourd'hui nous cherchons des prétextes pour ne plus faire l'école à la maison… 🙂

Ce qui est sûr c'est que notre garçon S. ne fera pas le CP avec la méthode globale (...)."

Cliquez like ci-dessous

Si tu ne peux…

Si tu ne peux pas proclamer ouvertement son Nom parce que le monde dans lequel tu vis ne l’aime pas, ou prétend qu’il faut le taire au nom de la loi et des conventions, ou parce que cela nuirait à toi-même ou tes proches,
Alors défends la raison d'être de l'homme, sa royauté personnelle et sa transcendance.

Si tu ne peux défendre la royauté personnelle de l’homme, sa transcendance, parce que la société dans laquelle tu vis ne croit qu’en la citoyenneté, sorte de statut d’homme moindre, si elle ne croit donc qu’en la loi, qui n’est que la matière de la pensée, si elle ne croit qu'en les faits bruts, qu’en l’argent, les titres, une science réduite, le rapport de force et la loi du plus fort,
Alors défends la vie, qui est absolu sacré depuis le commencement jusqu’à la fin.

Si tu ne peux défendre la vie, qui est absolu sacré depuis le commencement jusqu’à la fin, parce que le monde dans lequel tu vis a la seule liberté de choix en idolâtrie et parce que la satisfaction personnelle seule compte, que le meurtre de l’innocent est banal, ou qu’il est même une institution du droit y compris - abomination des abominations - dans le ventre de la mère, ce que jamais même les guerriers de Tamerlan n'instituèrent, si la vie n’a plus pour personne le goût insolent de la joie et de l’émerveillement, si son nom même n’évoque plus rien, si les scientifiques sont les derniers curieux du monde,
Alors défends une certaine notion du sacré, car cela laisse à entendre, pour les plus intelligents, que rien n’est sans une raison qui dépasse toute science, et ce peu d'êtres intelligents peuvent tout rebâtir.

Si tu ne peux défendre le sacré parce que dans le monde où tu vis, on ne croit en rien qu’en ce qu’on touche, et que ce qu’on touche même n’a ni saveur, ni goût, ni odeur ni couleur de sacré, parce que tout est expliqué, tout est maîtrisé, tout est sous contrôle, domestiqué, connu, hygiénisé,
Alors défends ce qui est vrai, parce que le vrai est le seul chemin de la vraie liberté.

Si tu ne peux défendre le vrai parce que tes contemporains sont englués dans le mensonge, les apparences, la bienséance politique, les mondanités, la vérité officielle, celle des partis et des normes, des communautés mondialistes despotiques, des idées faciles et préconçues, de la vérité par la loi et les tribunaux, ou perdus dans une vérité populaire hédoniste, serait-elle prétendument rebelle et révoltée, ou anarchiste, sortes de prétention de la facilité et du troupeau, réglées sur l’affect individuel, au mépris de toute vérité dépassant les contingences,
Alors défends la vertu, à quelque degré qu’elle se trouve en toi, n’attends pas d’être parfait, agis tout de suite, cultive et donne de cette vertu par laquelle tout le monde peut guérir et croître, parce qu’elle est le seul socle de la communauté des hommes.

Si la société dans laquelle tu vis a la vertu en horreur, alors tu vis dans un monde en voie de pourriture, c’est par le haut que ça commence, note-le. C’est là qu’il faut travailler.
En ce cas défends l’intelligence, à partir de laquelle on peut retrouver un chemin, qui sans doute prendre le temps de deux générations.

Si on ne supporte pas l’intelligence autour de toi, parce que c’est la qualité de gens trop supérieurs pour être aimés, que tout est bête et instinctif, et parfois même moins que cela, moins pourvu d’instinct que les bêtes; si donc l’intelligence est combattue ou isolée,
Alors défends la beauté, qui donne sens et espérance.

Si tu ne peux non plus défendre la beauté parce que les canons de la société sont pervertis et que ce qui est beau est attaqué, que la laideur est érigée en modèle, que tout se vaut et que rien ne domine, et que la beauté n’est qu’une façade marchande, cosmétique, en ce cas tu es dans une société qui est tombé, de degré en degré, vers la barbarie,
Alors défends le sentiment, la noblesse du cœur qui aime.

Si cela même n’est pas permis, qu’on raille l’amour noble et que l’amour n’est que consommation et autosatisfaction, qu’il n’est plus question dans les discours de don de soi, alors tu vis non loin de l’enfer. Les meilleurs sont seulement les moins pires. Sodome et Gomorre étaient plus vertueuses que tes villes. Malheur à ta génération !
Alors, en ce cas, défends le bon sens, dernier champ de bataille des peuples cernés, le bon sens qui est simple manifestation de la loi naturelle, la plus simple qui soit, le dernier recours avant l’esclavage, le chaos et la mort.

Et si le monde dans lequel tu vis ne supporte pas le bon sens, dis-toi que l’ennemi est entré chez toi, que tu ne peux plus reculer, qu’au-delà tu n’a plus d’endroit où vivre. Que tes jours sont comptés et qu'ils ne seront pas différents de tes nuits. Que la guerre, les épidémies, la déportation ou la torture sont préférables à l’abomination dans laquelle tu vis ou qui se prépare. Rien de ce que tu dis n’a d’utilité. Il n'y a plus que le combat. Ne négocie pas tes amitiés, sois entier. Tu ne peux prendre plaisir à boire la lie ou alors tu es des leurs. Tu dois tenir ta position, te battre coûte que coûte, pour reprendre du terrain, rassembler secrètement les bonnes volontés, le dernier carré des combattants. Taisez-vous et luttez. Préparez l’engagement ultime. Parce qu’à force de reculer, de te couper toute retraite, non seulement tu te condamnes à une mort aussi lente que peu glorieuse, mais tu abandonnes aussi l’immense champ de liberté que t’offre le terrain ennemi. Les querelles de tes adversaires, se disputant la totalité, te laisseront des aubaines. Ne sois pas, en ces jours-là, ferment de paix, tiens-toi à l'écart, tu es en danger, et délaisse-les. Tu as la force de tes faiblesses, connais-les une à une et tires-en les conséquences. L'ennemi tout-puissant craint énormément les faibles.

Mais si le monde dans lequel tu vis supporte à nouveau le bon sens, ne serait-ce que de temps à autre,
Alors bats-toi pour le sentiment, parce qu’il rend tout humain.

Si ton monde tolère le sentiment, refusant que l’être ne soit qu’une donnée statistique, un justiciable, un consommateur ou un électeur, s’il admet et pardonne que tu aimes,
Alors bats-toi pour la beauté !

Si ton monde tolère la beauté, parce qu’il désespère de n’avoir plus que ça dans la splendeur de la création naturelle, puisque aucune beauté n’y échappe,
Alors bats-toi pour l’intelligence.

Si ton monde supporte l’intelligence et reconnaît le mérite qu’ont les intelligences à faire le bien commun,
Alors bats-toi pour la vertu.

Si ton monde accepte la vertu, qu’il met à l’honneur les qualités du don et du respect de soi,
Alors bats-toi pour le vrai.

Si ton monde accepte le vrai,
Alors bats-toi pour le sacré.

Si ton monde reconnaît le sacré,
Alors bats-toi pour la Vie.

Si ton monde aime la Vie,
Alors défends la royauté personnelle de l’homme, sa transcendance.

Et si ton monde admet la raison d'être de l'homme, sa royauté personnelle et sa transcendance,

Alors proclame son Nom.

si tu ne peux Main vers le ciel

Que faut-il penser de cette poésie ? Laissez votre réponse ci-dessous.

Sondage sur l’école à la maison: votre avis

Dans ces sondages, vous allez pouvoir exprimer ce que vous pensez et découvrir l'avis des autres familles. Vous faites l'école à la maison, et certaines choses mériteraient d'être aménagées, ou au contraire vous en êtes totalement satisfait(e). Exprimez ici parmi un choix de réponse ou en composant la vôtre.

Vous pouvez voter pour plusieurs réponses.



Autre sondage: école quelle solution

apprendre loupe sondage sur l'école à la maison https://l-ecole-a-la-maison.com

Pourquoi un sondage sur l'école à la maison ?

L'école à la maison est souvent critiquée, quoique ces critiques reculent en ce moment. Néanmoins, les parents ont besoin de savoir ce que les autres parents, qui vivent cette expérience, pensent de cette manière d'enseigner et de vivre l'éducation de l'enfant.

Ces sondage sur l'école à la maison fait apparaître un changement profond dans la société moderne. L'école a perdu une bonne part de sa raison d'être en perdant son lien à la population. Le niveau en particulier inquiète, mais aussi la place de l'enfant à l'école. D'où l'importance croissante de l'école à la maison.

Aider un enfant en lui consacrant un peu de temps

Dans ces temps de matérialisme et d'individualisme, la transmission d'une pensée ou de valeurs est presque impossible. C'est pourtant plus simple et plus naturel qu'on pourrait le penser. On n'a pas besoin de psy pour ça. Le parent est le ressort essentiel de la relation à l'enfant.

L'argent est inutile lorsqu'on se préoccupe vraiment d'éducation. Et le métier de parent ne s'apprend pas. Il n'y a pas une classe sociale qui s'en tire mieux que les autres, tous les métiers, tous les pays présentent l'incontournable difficulté d'être ce parent qui porte, qui élève, qui enseigne son enfant et lui transmet, avec son amour, l'essence de sa vie. Or, chaque parent a découvert au moins une technique, un truc, une pensée ou un acte qui permet à son enfant de grandir un peu plus heureux.

Une donnée qui n'est pas abordée dans ce sondage mais qui fera l'objet de sondages ultérieurs, concernera le parent: ce qu'il ressent, en quoi il se sent progresser lui-même.

Que faut-il penser de ce sondage ? Laissez votre réponse ci-dessous.

Cliquez like ci-dessous

Qui va s’occuper de votre 3ème âge ?

Cet article se veut naturellement humoristique. Vous n'en prendrez pas ombrage. N'est-ce pas ?

On va se dire les choses franchement

Qui va s’occuper de votre 3ème âge ?

Qui, si vous ne finissez pas dans un hospice ? (ce qu'on appelle maintenant un Epahd; entre nous, ça fait pas plus rassurant: Epahd, et pas de bol !)

Qui va s'occuper de vous quand vous aurez plus l'âge ? Votre enfant. L’un d’eux si vous en avez plusieurs.

Un, mais pas deux. Ne vous faites pas d'illusion, les statistiques montrent que dans plus de 95% des cas, un seul enfant s'occupe des parents. Les autres considèrent qu'un seul enfant pour s'occuper des vieux est bien suffisant.

Donc, il y en aura un... peut-être.

Peut-être ? En fait, rien n'est sûr. En aura-t-il les moyens ? Pensez-vous qu’avec l’école où il est maintenant, il va faire un parcours suffisamment brillant pour avoir les moyens de vous aider ? Vous êtes sûr ? Parce qu'il faut prévoir au bas mot 3.500€ par mois, vous allez coûter quelque chose : en soin particulièrement, en plombier ou en électricien qui ne se priveront pas de saler l’addition, en garagiste véreux ou, pis encore, en ces braves gens du fisc qui vont charger la mule et profiter de votre incapacité à vous défendre. Si vous saviez ce qu’ils se disent ! « On se rattrape sur les séniors. » C'est leur marotte.

Qui va s’occuper de votre 3ème âge ? sur https://l-ecole-a-la-maison.com/wp-content/uploads/2013/03/deambulateur-2.jpgEt puis, vous ne l'ignorez pas, le système de retraite va s’écrouler. J’espère que vous ne comptiez pas dessus ? Si ? Je suis profondément désolé. Asseyez-vous tranquillement. Il faut que je vous dise. L'argent qu'on vous affirme que vous aurez, eh bien, vous ne l'aurez pas. Vous ferez tintin. Balpeau. Vous allez tout simplement vous faire plumer par les gouvernements successifs, comme jadis à la croisée des chemins, et ce n’est pas avec votre déambulateur que vous allez leur faire peur.

Non, vous avez raison, les politiques ont bien dit qu'ils feraient quelque chose pour les retraites. Mais ils parlaient des leurs (d'ailleurs c'est fait).

Attention, il n'y a pas que l'argent

C'est tellement vrai qu'il n’y a pas que l’argent ! Qui va vous conduire à l’hôpital le jour où vous ferez une mauvaise chute tout seul ? Votre conjoint, vous êtes sûr ? Il se dit la même chose pour vous. Il y a bien un moment où l’un de vous deux n’aura plus l’autre. Hm ! vous êtes sûr (ou sûre) que c'est vous qui partirez le premier, ou la première ? Après tout, il/elle a bossé dur pendant que vous alliez à la pêche/tricotiez au coin du feu.

Sauter ensemble d'une falaise ? Vous êtes d'un romanesque. Mais quand on est papy, on n'a plus le cran, on tremble comme une feuille morte. Rien que les courants d'air sur la falaise d'Etretat vous empêcheront de sortir de la voiture. Et puis, ça ferait de la peine aux petits-enfants. L'héroïsme, c'est quand on a 30 ans.

Et quand les petites "chances pour la France" du voisinage vous rançonneront, vous ferez quoi ? Vous croyez pouvoir les courser avec votre sonde et votre poche de lit ?

Nous ne voulons surtout pas vous affoler, mais le meilleur investissement à faire se situe ailleurs. Il est temps de perdre vos espoirs inutiles. Ne vous tournez pas vers la bourse, les Bons du Trésor américains, les fonds de placement. Car quand bien même vous aurez péniblement réussi à faire 1 million d'euros, vous serez ric-rac, vue l'augmentation du prix du fuel et des piles de sonotone.

Même avec 1 milliard, vous serez malheureux. Pourquoi ? Réfléchissez. Même pleins aux as, quand ils n'ont pas un cancer ou un triple pontage en vue, nombreux sont les vieillards qui finissent dorlotés par des nurses mafflues. Au mieux, vous serez pris en charge par des domestiques philippines que vous mépriserez, des filles qui repasseront tellement bien que pour la causette aussi, elles repasseront. Les pépés friqués s’ennuient mortellement. On n’achète pas des amis et les vôtres auront passé l'arme à gauche. Si vous êtes un homme et comptez vous faire plaisir avec votre argent, certes les infirmières sont jolies en Californie mais… vous n’avez plus les forces, c’est trop tard, c’est pire de les avoir sous les yeux et les voir se payer votre fiole, sachant que des milliardaires friqués, il y en a un wagon qui a moins de trente berges !

C'est tout le problème de l'argent. Quand on en a, on veut pas vivre en banlieue lilloise, on va vers des destinations de prestige, hélas dans ces coins-là, on est rarement attendu. On y fait la fête depuis tellement longtemps que vous avez l'impression de n'être jamais né. Bref, on ne vous a pas attendu pour vivre et même si vous décrochez la timbale en étant une star (pour une raison qui m'échappe complètement), ça ne durera qu'un jour; n'oubliez pas que l'immense Kirk Douglas lui-même devait se battre comme un beau diable pour faire la vedette 3 jours par an, à Malibu. Vous comprenez ?

Les coins chics, même avec de l'argent, ça n'appartient à personne, on croit qu'on en est... que déjà on en n'est plus.

Et ne comptez pas sur le prestige de la France; Gabin et Léo Ferré, Bourvil et le général De Gaulle, les petites Américaines ne savent même pas qui c'est.

Et si vous êtes une dame, vous ne supporterez pas les gamines pimpantes que votre fiston ramènera, et des qui causent douze langues et sont surdiplômées, et carrossées façon Vanessa Marcil, à côté desquelles votre silhouette de chaisière, avec vos genoux tordus style Louis XIII, donne envie de relancer la prime à la casse. Je veux pas avoir l'air de critiquer. Mais votre garçon, il passera pas ses sports d'hiver dans votre maison de vacances à Jouy-en-Josas; les sommets, il les grimpera, oui ! mais sans vous.

Bref, au final, vous avez de l’argent et beaucoup de regrets !

Tout cela, ce n’EST PAS la solution

On va être sérieux maintenant. On va parler gros sous et vieillesse heureuse. La solution, il n'y en a qu'une. Vous pouvez y réfléchir autant que vous voulez, ça ne changera pas le cours du pétrole. Vous pouvez vous gratter la tête jusqu'à ressembler à Nina Hagen, voter pour Mélenchon ou tenter votre chance au Quarté-quinté Plus de Vincennes, rien n'y fera. Y'a pas à tortignoler.

La solution, c’est d’avoir un enfant qui vous aime ET qui ait les moyens de vous aider.

C’est là que ça se corsicaferrise

Vous avez des enfants. Bien. Très bien même, la nation vous doit beaucoup. Le conseil général est ravi, le maire s'en félicite et les boulistes en parlent le dimanche sur la place du marché. Sur la plage, on vous remarque et les loueurs de bateaux en plastic vous adorent.

Mais ça le fait pas encore complètement.

Oui, vous avez des enfants. D'ailleurs, c'est là que vous placez tous vos espoirs.

Mais vous savez - c'est statistique - que la moitié d'entre eux ne réussira pas suffisamment et tirera le diable par la queue. Vous n'allez tout de même pas leur enlever le peu de gras qu'ils mettent de côté pour payer leurs impôts. Reste l'autre moitié.

Hélas, dans la moitié qui restera, encore une moitié ne pensera qu’à soi. La faute à pas de chance ? Que voulez-vous, la solidarité c'est très joli à la télé mais vous savez que les gosses sont égoïstes. Pour les pièces jaunes, ils seront là, mais pour vous construire un plan à la Caisse d'épargne, mieux vaut vous adresser à la paroisse. Vous voyez le tableau ? Oui, près du confessionnal.

Bref, reste l'autre moitié.

L'autre moitié ? Mouaif. Dans la moitié de la moitié, la moitié restante n’aura pas la santé. Les pauvres, ils ont mangé ce que votre femme leur a donné à bèqueter et votre cordon bleu d'épouse, avec tous ses talents, ne savait rien au sujet des pesticides dans les fruits et de la limaille de fer dans l'eau de robinet ou du PVC qui se dégrade dans les eaux en bouteille. Ils s'en sont jamais vraiment remis. Ces pauvres gosses, leur santé n'a jamais été solide. On dirait, quand vous les revoyez, qu'ils ont pris un coup de coupe-boulon sur la figure. C'est tout juste s'ils marchent droit. Pauvres petits. Quand ils jouaient au foot, étant gosses, ils faisaient poteaux de but. Combien de fois vous êtes descendu dans la rue pour les arracher aux mains des autres gamins ? Des souffre-douleurs, voilà ce qu'ils ont été. Aujourd'hui, ils ont des visages qu'on dirait les horreurs sur les paquets de cigarettes. Leurs poumons, c'est des spectacles auxquels les pompiers de l'A7 sont trop habitués. De nos jours, aux dernières nouvelles, vos pauvres enfants sont du type de ceux pris en charge par la Sécu et qui traînent de médecins en médecins. Ils vous ont échappé, ils appartiennent au corps médical qui en ont fait des cas et les dissèquent. Rabattons-nous sur la moitié restante.

Ceux-là, ils pètent la forme, ils ont des sous et sont généreux de nature. Que demander de mieux ? Ah, en voilà que ça fait plaisir !

Mais ils se divisent en deux. Car la moitié de ces enfants-là... vous en veulent, pour une raison que vous ignorez. C'est comme ça, les gosses, vous avez raté quelque chose, Dieu sait quoi, et ils en conservent une dent, et de sagesse encore, contre vous. Ils ne se fendront jamais d'une carte postale, plutôt crever. Ils n'auront de remords qu'après que vous ayez rejoint le Créateur, et encore, à cause des frais des pompes funèbres. Reste donc la dernière moitié.

Eux, c'est la crème. Des enfants qui ont ré-u-ssi ! Bien élevés, propres, parlant en articulant bien, sourire émail diamant, look de trader new-yorkais, de l'argent en veux-tu en voilà ! Pas du genre à porter des nattes crasseuses sous un bonnet tricoté main aux couleurs de la Jamaïque, pas du genre non plus à porter un T-shirt Che Guevara tombant sur un slip porté plus haut que le pantalon. On va pas les rencontrer à se réchauffer les paluches au-dessus d'un baril en métal sur un chantier parisien, ni à fumer de l'herbe à un méchoui du DAL. C'est pas des crevards, ils ne sont pas du genre à faire le socialiste pour obtenir une Allocation logement. Pas de ça avec eux !

Non, c'est des gens bien élevés, qui ont réussi, qui ont des diplômes. Et qui n'oublient pas. Ils ne vous oublient pas. Ils vous appellent, se tiennent au courant. Ils ont du cœur, ils sont vraiment gentils, positifs, ils ont un coach et puis c'est des sportifs, ils ont remporté quelques concours internationaux. Et braves avec ça. Et attention, ils travaillent. Ils n'émargent pas au Front de Gauche et ne dépendent pas des Assedics, ça ! Ils travaillent, et vous en êtes fier. Ils sont prêts à faire tout leur possible pour leurs vieux parents. Une bénédiction, ces enfants qui travaillent.

Mais voilà : justement, ils travaillent un peu trop.

Comprenez ! Ils sont plein de boulot, ils bougent partout, ils ont des amis à Las Vegas et à Hong-Kong. S'ils pouvaient, s'ils avaient le temps, ils vous couvriraient de bonheur, ils vous reconstruiraient la maison du sol au plafond... Un jour, peut-être. Vous ne les verrez jamais. Des bisous du bout du monde, tant que vous voudrez, mais ne comptez pas les voir dans l'année. Ils vous inviteront à leur mariage, ça oui, d'ailleurs, préparez-vous plutôt à faire des éconocroques, vu que les noces se feront à Bornéo ou à Bali ; ou alors à Tune au Danemark, c’est chic, c’est 'inn'. Leur bonheur va vous coûter cher. Leur mariage, vous allez vous en souvenir un peu plus longtemps que votre dernier dépassement bancaire, je vous le promets. Deux allers-retours plein tarif et trois jours d'hôtel de luxe, tu parles ! Vous n'oserez pas leur demander de vous offrir le billet et eux ne se rendront compte de rien, ils souriront, baignés jusqu'aux gencives de bonheur et de réussite, et vous ne pourrez pas leur dire que vous vous êtes saignés pour eux, que vous avez dû renoncer à remplacer la 504. Cela gâcherait leur bonheur, et surtout vous humilierait; sans compter que ça leur rappellerait d’où ils viennent... Car non, ils n’ont pas oublié, ils n’ont surtout pas oublié : votre pavillon moisi, le quartier défoncé, le vieil établi inutile avec lequel ils ont joué jadis dans le garage graisseux, leur chambre minable de 12m2, le papier-peint à grosses fleurs, la vaisselle Ikéa à table et le panonceau prolo sur la maison "Notre maison est petite mais notre cœur est grand". Y'a pas de quoi vouloir rejouer "la Machine à remonter le Temps", croyez-moi. Sans blague, chez vous c’était pas Casino royale. On n'avait pas Lawrence Olivier tous les dimanches à table. Sidney Poitiers n’était pas de vos intimes, pour vous ça évoquait plutôt un trajet du guide du routard.

Les gosses, ils ont réussi et ils n’ont pas envie de faire marche arrière. Si vous leur rappelez qui vous êtes, vous allez les rendre tristes. Ils parlent anglais, ils parlent allemand, ils parlent sri-lankais, ils ont des ONG un peu partout, au début vous pensiez que c'était des maladies. Vous allez pas leur gâcher la vue avec vos récriminations. Mieux vaut se taire. Vous ne direz rien et payerez le billet d’avion. Si vous avez de la chance, ça se fera à Tune, c’est moins loin. Tune, tu parles, c'est trouvé, comme destination ; ah ! je te jure, ils vont m'entendre, chez Go Voyages !

Voilà où vous en serez.

Vous me suivez ? Les patates sont cuites si vous persistez à vous bercer d'illusion. C'est la soupe populaire assurée. Le mieux, c’est encore de prendre vos habitudes aux restos du Cœur ou chez Emmaüs, là au moins vous avez de vrais amis, des gens qui, si vous allez les voir à partir de dimanche prochain et toutes les semaines, n’oublieront pas que vous avez été généreux… quand vous n’étiez pas encore dans le besoin.

Mais bon, c’est pas ce dont vous rêvez. Les tronches édentées, les jeux de carte qui collent, les 51 versés dans des verres ébréchés qui servent aussi pour les pourboires, c’est pas votre fort. C’est pas que vous ayez des goûts de luxe, mais quand même. Vous avez un standing.

Dans le lot, reste-t-il un enfant sur qui compter ?

Mais, dans le lot, à force faire des moitiés de moitié, nom d'une pipe, combien il en faut, des moutards ? on va finir par en trouver, un enfant présent, généreux, en bonne santé, disponible ?

Eh bien, si vous avez fait le compte, il vous faut au moins 16 enfants pour avoir une chance de ne pas vous retrouver tout seul. 16... une paille. Mamy, elle va pas pouvoir. Elle va dire non.

Pour ne pas être seul(e) dans 20 ans

Il faut donc déjouer cette statistique des enfants ingrats, pauvres, malades ou absents.

Pour être aimé de son enfant et pour qu’il ait des moyens, et qu'il ait l'idée de ne pas vous laisser choir, qu'est-ce qu'il faut ? Commencer par le commencement. Dès le premier bambin, il faut lui donner
- de l'amour
- et un bagage solide (je ne parle pas d’une malle de l'armée).

Pour l'amour, avec votre candeur, vous pensez que vous avez fait le nécessaire. Vous pouvez faire beaucoup mieux. Posez-vous la question : à part la vie, que vous doit-il ? Avez-vous passé des heures avec lui en tête à tête à lui donner les clés de la vie, à lui faire don de votre personne ? Lui avez-vous dit, le matin, avant qu'il parte pour l'école: "Écoute-les bien, mais ne les crois pas ?" L'avez-vous édifié à la mesure des subversions dont il sera la cible ? Mon œil. Vous avez laissé filer le temps, vous avez lu l'Equipe, vous avez passé des heures au téléphone, ou à l'association, ça oui, mais pour ce qui est du petit, vous avez été moins présent que la femme de ménage. Il va falloir vous rattraper. On va donc remettre les pendules à l'heure.

Et pour le bagage, vous croyez vraiment que l’école où il va le prépare à une belle carrière ? Je parie ma selle de course contre votre collection de figurines de foot Panini que vous considérez - à juste titre - que c’est une usine à analphabètes. Ça aussi, on va s'en occuper.

Il y a un moyen simple de résoudre cette sombre perspective d’un avenir dans la solitude ou dans un établissement infâme pour vieillards oubliés.

Alors, ça vous tente ?

Cliquez like ci-dessous

PS: cette plume vous plaît ? Faites le cadeau de son livre à votre meilleur ami, il est ici. Mais vous pouvez aussi aller sur le site de l'écrivain, ici.

Le forum de l’école à la maison a été créé !

Le forum de l'école à la maison est accessible.

Retrouvez-y Cécile qui vous guide.

Laissez toutes vos demandes et réflexions sur le forum.

Rencontres utiles

Faites des rencontres utiles, envisagez des rapprochements, échangez des trucs de mamans ou de papas, rassurez-vous en constatant que les autres aussi ont des difficultés 😉

Le forum de l'école à la maison est unique

...et ouvert à tous. Avec la carte des familles, vous devez pouvoir trouver votre réponse en peu de temps.

 

Exemple d’échanges sur le forum de l'école à la maison

Bonjour !
Combien faut-il d'heures par jour d'école à la maison ?

Vous le verrez dans un prochain article, nous en parlons. Cela varie, avant 6 ans un quart d'heure bien fait peut suffire. Pour les plus grands, comptez au moins 3 heures.
J'espère avoir répondu à votre question.
Bien cordialement,
Rémy
https://l-ecole-a-la-maison.com

Bonjour Remy,

Nous avons suivi les 4 étapes de la démarche que vous proposez à toute personne qui découvre pour la première fois votre site… Au terme de ce parcours, nous avons besoins de vous faire part de nos interrogations avant de nous engager pour un an (voire plus).

Nous sommes les parents d’une fillette de 8 ans (CE2) qui ne présente pas de difficultés majeures. Plutôt à l’aise avec les apprentissages, notre fille rencontre néanmoins des difficultés de concentration depuis le début de sa scolarité car elle a parfois du mal à accepter les phasages et les découpages imposés arbitrairement par les enseignants. Cela s’est intensifié en CP et CE1, en présente d’une maitresse – sans doute en souffrance – qui a fait pas mal de dégâts parmi ses élèves. Pour autant, Notre fille a su prendre de la distance et a abordé la nouvelle rentrée 2013 avec enthousiasme.

De notre côté nous nous sommes reconnectés à nos aspirations - qui ne sont pas nouvelles - d’une « autre école ». Car au-delà de la capacité relationnelle de l’enseignant c’est le système scolaire que nous remettons en question.

Aussi nous avons décidé de déscolariser notre fille (que nous impliquons dans le processus de décision) après les vacances de la Toussaint pour pratiquer l’école à la maison. Nous nous sommes donnés deux mois pour préparer ce changement.

Nous ne visons pas l’excellence et la performance scolaire. Nous souhaitons sortir des schémas de l’école traditionnelle :

  • Des enfants qui ne sont pas acteurs de leurs apprentissages, mais qui sont contraints de suivre un parcours standardisé.
  • Des modes d’éducation fondés sur l’obéissance (la soumission) de l’enfant à l’autorité de l’adulte. Ce qui favorise ni l’autonomie, ni la responsabilisation, ni l’expression des personnalités singulières…
  • Un système de notation qui renforce la dualité, une perception de séparation entre les individus au lieu de favoriser les coopérations, la coresponsabilité… En outre ce n’est pas à l’adulte et encore moins aux notes qu’il donne de dire à l’enfant ce qu’il vaut. Tout ce système enferme l’enfant dans une dépendance affective malsaine et perverse : « dis-moi ce que je vaux ; dis-moi que j’ai bien fait ; dis-moi que tu m’aime ; je vais me conformer à ce que tu attends de moi pour que tu m’aimes… »
  • La place donnée à l’intelligence « logicomathématique » et à l’intelligence « verbo-linguistique »  au détriment des autres formes d’intelligences : interpersonnelle, kinesthésique, naturaliste, spatiale, existentielle/spirituelle…

Par conséquent nous souhaitons nous inspirer des méthodes alternatives qui confère à l’adulte un rôle de guide et d’accompagnant plutôt que celui d’un « grand sachant ».

Pour revenir au coaching que vous proposez, nous avons apprécié le travail que vous faites dans le cadre des  « vidéo-conférences ». En revanche, nous nous interrogeons sur les contenus et les modalités pédagogiques présentés dans vos DVD – ce que les 4 étapes n’ont pas permis d’apprécier de façon précise. Aujourd’hui, nous avons besoin de contenus pédagogiques, à minima pour l’année en cours (CE2) et de méthodes pédagogiques variées et modulables en fonction de la personnalité de l’enfant.  Cela correspond-il au contenu de vos DVD ?

Merci de votre réponse Bien cordialement

Marie-Claire

Bonsoir Marie-Claire,

alors, voyez-vous, vous avez très bien expliqué ce que vous ne voulez pas. C'est un premier pas en fait.
Reste à savoir: ce que vous voulez, et comment vous allez l'obtenir. Vous avez juste dit "Par conséquent nous souhaitons nous inspirer des méthodes alternatives qui confère à l’adulte un rôle de guide et d’accompagnant plutôt que celui d’un « grand sachant »."

Certes ! Mais quelle serait cette méthode pour vous ?

Développons en détail:
sur le premier point, la "déconcentration" (nous expliquons qu'un enfant en réalité n'est pas déconcentré mais que sa concentration vagabonde), il y a plusieurs facteurs. Télé, écrans, fatigue sont les plus importants. Cadre de vie. Activités annexes, quelles sont-elles ? Ensuite en effet, la méthode. A l'école, elle est souvent contre-productive pour ce qui est de l'attention. Les rythmes aussi. Un être humain reste concentré par périodes de 35mn en moyenne... Si vous utilisez une méthode démotivante, il est normal et naturel que l'enfant soit ailleurs...

L'excellence n'est pas un but chez les parents, le plus souvent (nous ne l'avons jamais vu). C'est une simple conséquence de ce qu'ils donnent à l'enfant... relative d'ailleurs. Etre excellent aujourd'hui, c'est avoir un niveau convenable, sans plus. Nos enfants ne sont pas "excellents", pourtant les enseignants les disaient excellents. Quand un enfant est heureux en travaillant, il devient "excellent" (entre guillemets) parce qu'il aime travailler. C'est d'une simplicité enfantine en fait.
Mais pour y arriver en revanche, c'est tout un apprentissage. Ce sont les parents qui ont à travailler sur eux-mêmes en réalité, et c'est ce que nous proposons. Nous ne faisons pas travailler sur l'enfant, nous ne demandons pas aux parents de prendre position sur l'enfant, mais d'inventer cette manière d'être qui va lui permettre d'y arriver. Sans possessivité, attente particulière, ambition, contact excessif ou éloignement excessif, ou d'idées toutes faites. C'est une mise en éveil du parent.
Ce qui implique qu'il soit en mesure de le faire...

Obéissance-soumission

Pour ce qui est de l'obéissance-soumission, c'est une façon de faire qui n'est pas juste en effet; cependant, il y aura de votre part des attentes. C'est vous qui fixerez l'ambiance: comment voulez-vous fonctionner ? Qu'attendez-vous? Déjà, le dire voire l'écrire va vous être utile. Ensuite, vous adapterez jour après jour, car rien n'est fixe.
Pour la notation et ce que vous dites, c'est très juste. La note ne doit pas être regardée de cette manière, s'il y en a. C'est un instrument parmi d'autres, encore une fois s'il y en a. Mais s'il apparaît qu'une note révèle une très belle disposition, vous n'allez pas le négliger, vous saurez qu'une piste s'offre d'elle-même pour valoriser votre enfant. Et une mauvaise note, si elle n'est pas infondée, va vous mettre la puce à l'oreille, et ça peut être plein de choses: fatigue, problème de santé, souffrance, ou incompréhension, impossibilité (toujours momentanée et jamais définitive) d'accomplir un travail: là encore, c'est une piste pour mieux aider l'enfant. Et jamais un bâton. C'est comme une flèche sur un GR, en pleine nature. Donc, il ne faut pas forcément le rejeter. Et vous n'êtes pas obligés de lui en faire part !

Sur les formes d'intelligence: pas mieux.

Concernant académie en ligne, la différence ? vous avez dû l'entendre dans nos vidéos de présentation, nous ne proposons pas de cours. Le cours, vous le trouvez aisément, et vous pouvez même le bâtir vous-même avec les apprentissages informels (attention tout de même à l'administration). Ce que vous ne trouvez pas, c'est tout le reste: comment s'en servir, comment obtenir la joie d'apprendre, comment ne pas fatiguer la maman ou le parent enseignant, quelle routine ou régularité, et quelle improvisation, quels trucs pour mémoriser, quels trucs pour s'organiser, comment faire en sorte que l'apprentissage soit relié aux savoirs véritablement féconds, c-a-d constructeurs, comment obtenir la concentration, la cohésion entre enfants, comment obtenir que l'enfant ne soit pas épuisé, comment remarquer une qualité de l'enfant, comment développer ses diverses formes d'intelligence (elle n'est pas donnée, elle s'entretient et se développe), quelle relation entre le cerveau et le cœur (relation vitale inexistante à l'école la plupart du temps, et pourtant c'est l'une des clés de l'avenir éducatif) etc... la liste est trop longue.

Votre manière

ET tout cela tient en une question: en-dehors des matières ou du contenu, quelle est la manière que vous allez employer ? Nous donnons des pistes claires et en même ouvertes aux parents soucieux de leur enfant. Nous n'avons pas de formule toute faite, si vous nous suivez, vous verrez que nous ne dictons pas de recette: ce qui va avec un enfant sera peut-être vain avec un autre, voire destructeur. C’est l'éveil du parent, sa mise en éveil qui est fondamentale. Aucune opinion en éducation ne peut être définitive. Votre fille dont nous ne connaissons pas le prénom va changer. Il arrivera qu’elle brûle ce qu’elle a aimé et aimer ce qu’elle a détesté. Tout peut arriver. Comment le recevrez-vous, dans l’idéal, pour qu’elle en tire une grande richesse personnelle ?

Le savoir, vous le voyez bien, est très secondaire. Dans une belle âme, tous les savoirs trouvent leur place. Il y a des cancres qui réussissent très bien parce que les parents ou un autre adulte a su provoquer le déclic et l’envolée.

"Agir pour son enfant"

La seule chose, c'est qu'il faut vraiment vouloir agir pour son enfant, nous ne pouvons rien pour un parent qui voudrait juste faire faire l'école et qui attendrait que le cours marche tout seul ; ça ne marche pas tout seul. Oh ! il ne s’agit pas d’en faire des tonnes. Quelques instants (c’est ce que nous disons dès le départ et c’est une clé importante) suffisent à faire énormément, surtout si vous avez une vie bien remplie. Il faut savoir donner, savoir ce qu’on donne, savoir comment donner et même savoir comment l’enfant reçoit. Le reste se fait naturellement et progressivement.
Les parents  ne sont en réalité pas bien formés, par exemple l'un des premiers pièges, c'est de vouloir bien faire en toute sincérité, et de se retrouver face à des crises qu'on ne comprend pas. En fait, l'enfant est un être complexe qui ne fait pas ni ne suit exactement l'ambiance ou l'intention proposée par les parents. La sincérité ne suffit pas et pourtant elle est indispensable. Il faut se poster un peu au-dessus, et accepter que notre sincérité ne fait pas tout. Imaginez par exemple que votre enfant ne soit pas d'accord avec ces valeurs que vous exprimez très bien (et avec grâce). Que feriez-vous ? Les parents se disent souvent dépités et découragés. Il faut alors leur apprendre à "ne pas saisir", ne pas spéculer, même avec les meilleurs intentions du monde. On ne se poste pas à côté d’une plante pour lui dire « grandis ! grandis ! », n’est-ce pas ? Pourtant, c’est ce qu’on dit à l’enfant. D’ailleurs, entre parenthèses, on ne sait pas assez accepter l’enfant à l’âge qu’il a, on est souvent dans l’avenir. Accepter l’enfant au moment présent, avec la beauté qui lui est propre et les charmes de son âge, c’est un grand pas.
Mais sachons que l'enfant pense différemment, a des besoins que les parents ne connaissent pas encore.
Nous vous invitons à regarder la page des "questions de parents qui pratiquent", elle est assez fournie.
Eh bien, voilà un échange qui nous intéresse beaucoup.
A très bientôt.

Rémy et Cécile de l'Ecole à la maison

 

Mentionnés sur France-Inter

France-Inter ? C'est une référence qui vaut ce qu'elle vaut 😉 mais la radio d'Etat nous a mentionnés dans l'émission du 6 septembre 2012.

Nous ne sommes pas pressés d'en faire étalage, vous le comprendrez, France-Inter n'étant pas vraiment le type du média que nous apprécions, relayant la pensée officielle sur ce sujet comme bien d'autres. Nous n'en tirons donc aucune gloire. Mais le fait est que même les médias officiels de la pensée unique sont obligés de parler des phénomènes intellectuels et sociaux résistant à la pensée unique.

Cette fois-ci, c'était sur un ton neutre. Une fois de l'an, c'est pas mal. 😉

France-Inter et l'école: des chasses gardées

Il est un fait constant que France-Inter cherche à protéger l'école républicaine, laïque et obligatoire (les familles ont souvent un peu de mal avec ces trois mots). Le modèle républicain, faillitaire, est le modèle officiel au sein duquel les enfants sont pris en charge. Ce mot est très important, il est au centre d'une idéologie. Prendre en charge, c'est à la fois suppléer aux ressorts de l'individu (le priver de sa réactivité), l'embrigader, le lier à un système et le rendre dépendant.

Cette dépendance, fruit de la prise en charge de l'individu, est ce à quoi on reconnaît le mécanisme totalitaire. Sous des dehors démocratiques et bon enfant, l'école peut parfois, ainsi, être terriblement privative de liberté. On le sent mieux encore dans les discours de certains ministres.

Cette prise en charge est au centre des ambitions du gouvernement qui constamment réforme dans le sens de plus d'intervention et de présence de l'Etat. "L'école, dit M. Peillon, doit dépouiller l'enfant de toutes ses attaches" et "Les enfants doivent être arrachés (sic) au déterminisme familial", c'est-à-dire aux familles, pour trouver à l'école une nouvelle famille. Cette tentation très jacobine a existé autrefois dans les régimes totalitaires (les sectes y étaient présentes), bizarrement, elle survit en France, pays dont on n'ose plus dire qu'il est celui des Droits de l'Homme. C'est l'éducation des lobbies contre l'avis des populations.

Peillon parle France-Inter le soutient https://l-ecole-a-la-maison.com

Cette vision de l'Etat prenant en charge les enfants fait fi des réalités: déficits abyssaux, blocages répétés des personnels, insécurité, vacuité des programmes: l'Etat ne prend rien du tout vraiment en charge en fait. Il "joue à". On est dans le pur registre politicien, la déclaration politique. Des pitres qu'on collait au fond de la classe, près du radiateur, là où il fait chaud. Ils n'ont pas changé de place dans le fond.

Que faut-il penser de cet article ? Laissez votre réponse ci-dessous.