Temps scolaire: temps gaspillé + argent perdu

Temps scolaire: un temps gaspillé

L'école est devenue une habitude. Comme l'hôpital ou le Palais de Justice. On ne se pose pas de question en y déposant l'enfant. Mais on a intérêt à savoir ce que représente en réalité ce temps scolaire (expression il faut bien le dire typique de l'administration et dénué de base française).

Derrière l'institution, on aperçoit un gaspillage qui n'est pas seulement sporadique, ou isolé. L'essentiel du temps scolaire est un temps perdu !

Nous avons fait une étude rapide et découvert que le temps scolaire est un énorme, incommensurable gaspillage.

En fait, en faisant ce calcul, nous avons lancé une révolution copernicienne, ujn retournement complet du plus établi des dogmes modernes: l'école serait utile.

Nous voici en lanceurs d'alerte, et disons:

En réalité, l'école est inutile.

Et nous le démontrons.

Notre raisonnement passe par ceci:

Un enfant qui fait l'école à la maison gagne 1 an de vie tandis que son parent s'est occupé 648 fois plus de lui.

Ce qui veut dire que l'enfant qui va à l'école classique perd un an de sa vie (8.316 heures) et que le temps réellement consacré à son instruction personnelle est d'environ 0,064% ! (disons 0.1%)

99.9% du temps, c'est de la récré, de la cantine, de la discipline, des pertes de temps, des causettes et, de temps en temps, de loin en loin, un peu de cours magistral...

 

Voici le tableau chiffré:

Temps scolaire

Référence: Heures de cours annuelles magistrales avec attention de l'enfant

Explication générale:

Le temps scolaire est essentiellement un temps perdu

Votre enfant passe 14.256 heures à l'école entre le CM1 et la Terminale.

Si dans ce temps l'enfant était réellement instruit, il serait peut-être d'un haut niveau.

14.000 heures, c'est énorme. Les parents qui font l'école à la maison consacrent 2.4 fois moins de temps.

Seulement, ces heures sont loin d'être toutes consacrées à l'enfant.

Il y a du cours magistral que l'élève pourrait aussi bien trouver sur internet.

Il y a le temps de mise en route.

Il y a ces 20 minutes par heures seulement ou l'enfant est attentif à ce que lui dit le prof.

Et pour finir, en une année, un prof ne s'occupe personnellement d'un élève que... 50mn. 50mn où il sera à ses côtés pour l'aider à résoudre des difficultés qui le bloquent. C'est le temps concédé au compte-gouttes à la pratique, qui est pourtant ce qu'il y a de plus important dans l'instruction.

Bref, si vous faites le calcul, les parents dans le même laps de temps sont 648 fois plus efficaces.

C'est pourquoi, au bout de 14.256 heures passées dans leur vie à l'école, les enfants sont nécessairement sans qualification, sans travail, et commencent le parcours des demandeurs d'aide sociale. C'est un désastre reconnu universellement. Mais qui s'explique en chiffres, mécaniquement. Il n'y a là plus aucun mystère.

Autrement dit, ces 14.256 correspondent à un immense gaspillage. Dont un an de vie net.

Et en bonus: Sans compter que cela vous coûte de l'argent (pour rien)

12.474€ en moyenne, voilà ce que l'école va vous coûter rien qu'en déplacements. Si vous avez une petite voiture.

Et au passage, vous y laisserez un tiers d'année d'existence en déplacements !

Chiffres calculés sur la base d'une distance moyenne de 3.5km, et un porte-à-porte de 45mn constaté.

temps zscolaire gaspillé

Edifiant, non ?

C'est le renversement complet.

Autant l'école affirmait son utilité jadis, face à l'analphabétisme, autant elle doit constater que l'enfant perd de son espérance de vie en la fréquentant !

Autant elle clame sa gratuité, autant elle coûte !

Et ne parlons bien sûr pas des résultats de l'école, inférieurs à ceux de l'école à la maison. Ni de la maltraitance dont on parle ici et ... Ou du harcèlement.

Cet article est à rapprocher ce celui sur le temps consacré par l'instituteur à mon enfant.

Cliquez like ci-dessous

Comment désinscrire l’enfant de l’école classique

Et ensuite, pour désinscrire de l'école ?

Vous n'avez rien à faire de spécial pour désinscrire votre enfant de l'école. Vous pouvez prévenir l'école que votre enfant n'ira plus, mais ce n'est pas une obligation. C'est une politesse, si l'école la mérite. Nous conseillons généralement de laisser un petit mot disant "mon fils untel sera inscrit l'année prochaine dans un autre établissement. Veuillez agréer, madame, monsieur etc."

Vous verrez avec nous quand procéder.

Vous n'avez pas besoin de tout croire

— Quand on vous dit :"Nous ne vous accordons pas l'autorisation de faire l'école à votre enfant", "nous allons étudier la possibilité de..." "nous allons vous reconvoquer...", on vous abuse tout simplement.

Tout cela est faux et sans aucun droit. Vous n'avez pas à être convoqué par un directeur d'école qui n'est pas un Officier de police judiciaire ni un juge agissant dans le cadre d'une instruction (un juge sans instruction n'a pas le droit de vous convoquer, de même qu'un OPJ ne peut convoquer que dans le cadre d'une enquête et non parce que vous le croisez dans la rue et que votre tête ne lui revient pas). Sortez de la croyance en la toute-puissance administrative.

— Certains prétendent que l'exeat est obligatoire pour constituer un dossier d'inscription. Archi-faux. L'exeat n'existe nulle part dans la loi.

On résume: pour faire l'école à la maison, vous n'avez besoin de demander une autorisation ni à l'école, ni à l'académie, ni aux médecins, à personne; et vous n'avez besoin d'aucun document. En revanche, vous aurez une ou deux choses à faire. Même si vous faites l'instruction en famille sans cours ! (ne croyez pas que cela vous mette à l'abri, bien au contraire).

Si vous avez été victime de propos frauduleux

Voyez ici ce qu'il faut savoir sur les CMPP

Déclarer une inscription de faux pour vous défendre face aux allégations de l'administration

Pour être défendu par nous, prendre un coaching avec Rémy (aucun avocat ne sera aussi compétent sur la question de l'école à la maison)

Le poids des siècles

Il est vrai, pendant des siècles (à part la révolution) l'Etat était fiable, les fonctionnaires avaient un haut niveau, ils étaient sérieux, honnêtes, dévoués, un postier se serait coupé un doigt s'il ne délivrait pas un pli à son destinataire, ces fonctionnaires zélés s'appuyaient sur une loi qu'ils connaissaient très bien. Et cela nous a tous imprégnés. Nous sommes encore dans l'idée que lorsqu'un fonctionnaire parle, il a raison.

Mais les temps ont changé ! Maintenant, le fonctionnaire ignore la loi, il applique une routine administrative, il prend un note administrative pour une loi, il ment parfois sciemment, il ne se pose aucune question. Oui, vous avez bien lu, l'administration vous ment carrément, et cela arrive tous les jours ! A l'instant, Carine nous dit : "La fonctionnaire m'a dit que si je ne lui envoyais pas cette lettre, elle ne me donnerait pas l'attestation pour faire l'école à la maison." Du pur bobard ! il n'y a aucune attestation pour faire l'école à la maison, dans aucune loi. Que faire ? Nous le voyons ci-dessous.

L'Etat n'est plus celui de 1950, mettez-vous le en tête. L'école touche de l'argent avec votre enfant: elle ne veut pas le lâcher. L'Education nationale veut gonfler ses effectifs: elle ne veut pas le lâcher. Le médecin scolaire ou l'AVS sont payés en fonction du nombre d'enfants: ils ne veulent pas le lâcher. Mais ce n'est pas la loi. La loi, c'est que VOUS ETES LIBRE.

Et le pire, c'est que vous leur faites plus confiance que vos grands-parents, les fonctionnaires sont vos psys, vous vous confiez à eux. Attention: danger ! Ne parlez pas trop, soyez discrets. Faites comme vos grands-parents: avec un fonctionnaire, soyez taiseux.

Quelle note a reçu votre académie ?

Votre académie n'est pas indemne de reproche sur le plan de la loi. Elle commet des fautes, parfois des irrégularités ou même des infractions ! Nous vous apprenons à les reconnaître. Voyez sur cette page la note que votre académie/rectorat reçoit de la part de nos sondés.

Cliquez sur l'image pour voir l'article "coup de gueule" des parents:

Ce dont vous avez besoin

Vous avez uniquement besoin

1/ De détermination et de capacité à ne pas vous laisser impressionner. Pensez à vos grands-parents, à vos arrières-grands-parents: ils ne se laissaient certainement pas marcher sur les pieds.

2/ De vous inscrire voire de vous abonner sur ce site (en cliquant ici) et de vous préparer, avant de prendre une décision, en tapant vos requêtes dans la fenêtre de recherche à droite du site. En vous inscrivant, vous recevrez les bonnes infos, celles qui vous protègent dans le respect des lois. Oui, il y a des choses à faire. Cécile et Rémy sont là désormais, du moins si vous vous êtes inscrit(e) (sans quoi nous n'avons pas le droit de vous écrire). Et lorsque vous serez prêt(e), vous vous ferez accompagner. A ce moment-là, nous vous indiquerons les démarches à faire qui sont simples, les seules valables (et non ce qu'on raconte sur le net, dans tous les sens). Vous oublierez alors complètement vos soucis avec l'école !

On peut aller plus loin sur les erreurs fondamentales du régime en se posant la question de ses "grands principes" affichés sur la page "éducation" du gouvernement, décryptés ici.

Annexes

Des postulats faux sur l'école à la maison

Il est vrai que l'école pense des tas de choses. Nous y répondons parfois. Valeurs fausses, postulats faux, cela vaut la peine de s'y intéresser.

Actualité légale

L'actualité de la loi se trouve sur cette page

*: C'est ce texte-ci sur legifrance. Mais en étant à la maison, l'enfant qui fait l'école à la maison n'est pas absent: il est en cours de changement d'école. Nuance capitale. Le délai ne s'applique donc pas, quoi que dise l'administration. Les juges ont parfaitement conclu à l’irrecevabilité de la demande de l'administration quand celle-ci a poursuivi pour ce motif de délai: aucune famille n'a jamais été condamnée jusqu'ici.

Une lectrice nous dit: "si on choisit volontairement de faire l'école à la maison ou Instruction en famille, la loi dit que nous avons 8 jours pour faire les déclarations".
C'est inexact. Elle fait référence à une circulaire administrative de l'EN qui n'a aucune valeur de loi (Bulletin de l'EN, "Obligation scolaire", chap. II). Nous avons en réalité le temps que nous voulons. En scolarisant dans un autre établissement ou à la maison, l'enfant ne MANQUE PAS LA CLASSE." Le parent signale une rescolarisation à domicile qui est instantanée si le parent veut le considérer ainsi. C'est un classique flou juridique.

Par ailleurs, les cas de sanctions sont prévus: "1° Lorsque, malgré l'invitation du directeur ou de la directrice de l'établissement d'enseignement, elles n'ont pas fait connaître les motifs d'absence de l'enfant ou qu'elles ont donné des motifs d'absence inexacts ; 2° Lorsque l'enfant a manqué la classe sans motif légitime ni excuses valables au moins quatre demi-journées dans le mois."
C'est vrai. Et donc, le cas de l'enfant rescolarisé ailleurs n'est PAS concerné: il n'a pas raté 4 demi-journées, il a des excuses valables et exactes.
C'est l'Article L131-8 modifié par LOI n°2013-108 du 31 janvier 2013. Il n'y a qu'une seule loi à ce sujet.
Nous vous l'indiquons.

Allez, encore une fois: aucune loi n'oblige à respecter un délai de 8 (huit) jours pour changer son enfant d'établissement.Poursuivez l'initiation ici.

Mon mari ne me soutient pas

mon mari ne me soutient pas l-ecole-a-la-maison.com

Mon mari ne me soutient pas vraiment, lisons-nous souvent. Variante :

"J’ai un mari qui n'est pas forcément avec moi.

Il "survit" dans ce monde. Il n'en fait pas beaucoup, pour des raisons que je ne vous dirai pas ici.

Donc c'est moi qui essaie d’inculquer qq chose de bon, de meilleur, de positif, de merveilleux à nos enfants en espérant que les répercutions de son exemple seront minimes.

C'est dans ce contexte que j’ai réussi à lui faire accepter mon idée de l’école à la maison. Bien qu'il m’appuie plus ou moins dans mes démarche, jusqu’à présent peu coûteuses et sans trop d’implication de sa part, je le sent prêt à me blâmer s’il arrivais qq chose de négatif et c'est dur à porter.

J’aimerai savoir si vous avez de bon truc pour moins me décourager et surtout pour éventuellement lui en demander davantage."

On peut résumer ainsi:

Mon mari ne me soutient pas, que faire ? Dois-je l'impliquer plus ou au contraire me débrouiller seule ? Comment savoir ? et qu'est-ce que je risque ?

Il y a ici à déterminer d'abord si :

  1. le mari pourrait s'impliquer
  2. le mari ne s'impliquera pas

On doit aussi se demander:

  1. Faut-il qu'il s'implique ?
  2. Quels en sont les avantages ?
  3. Sur quel plan ai-je besoin de son aide ?
  4. Qu'est-ce que j'aimerais qu'il fasse ?

Enfin:

  1. Comment faire s'il se bloque en fait et refuse de vous soutenir ?

On va prendre dans l'ordre:

Mon mari ne me soutient pas, j'aimerais qu'il le fasse (me soutenir)

Voilà des choses que nous abordons dans la formation en effet afin que le papa s'implique et une fois qu'il a accepté.

Si vous êtes sûre que vous voulez qu'il s'implique, voyez comment lui parler. Vous aurez également dans la formation les éléments pour obtenir son aide.

Mais rappelez-vous que nous ne voulons pas qu'il soit trop présent (ou la maman si c'est le papa qui instruit) afin qu'il n'y ait pas d'interférence: un apprentissage imparfait vaut mieux que des querelles entre parents. Ce sera vous le capitaine à bord et il faut que le bateau marche à votre allure.

S'il est indisponible

Si le mari est indisponible, s'il est malade, il y a lieu de faire un plan sans lui. C'est possible, s'il ne s'oppose pas.

 

S'il est "gamer", ou absent, irresponsable, et ne s'oppose pas, là non plus, pas de problème: vous ferez sans lui. Nous vous aiderons, évidemment.

Mon mari ne me soutient pas

S'il est totalement et physiquement absent, pas de problème, vous avez la responsabilité exclusive et faites ce que vous voulez, même s'il n'a rien signé: un juge constatera de fait que c'est vous, le tuteur responsable et légal.

S'il n'est pas absent physiquement mais déserte et laisse faire, pas de problème non plus, vous vous débrouillerez seule avec notre aide et tout ira bien.

S'il est à moitié là, critiquant mais ne faisant pas grand chose, c'est plus délicat.

Vous êtes dans le cas le plus courant:

Le mari ne dit pas non mais ne dit pas oui non plus

Dans ces cas-là, la maman qui prend une décision sans le soutien absolu de son mari marchera toujours sur des braises.

Il s'agira d'être particulièrement vigilante. Si vous décidez de faire l'école à la maison, vous devez obtenir son accord, comme vous l'avez vu dans l'article qui montre comment lui parler.

Evitez bien sûr les querelles, essayez (autant que possible) que son train-train soit en place (c'est vrai que ça semble dur de cumuler tout mais une fois encore, croyez-en notre expérience et les centaines de parents qui vous précèdent, c'est le mieux pour gagner du temps et de l'énergie).

Vous pouvez adopter une stratégie d'éloignement. Il y a diverses variantes pour ce faire. Encouragez la distance, ne lui reprochez pas d'être absent, c'est justement de ça que vous avez besoin pour le moment.

Si vous sentez que l'école à la maison est un sujet de litige, adoptez un profil modeste et s'il vient à être abordé, soyez rusée: parlez d'abord des problèmes rencontrés dans la scolarité de l'enfant, envisagez que le mari vous aide (ça aide souvent à ce qu'il dise: "Tu te débrouilles, c'est pas mon problème" et ainsi vous laisse le champs libre), et adaptez-vous: s'il déteste que vous soyez mollassonne à ne rien décider, soyez résolue ("Nous n'avons pas le choix, je préfère anticiper et assumer ce rôle que de récolter plus tard de grosses "factures" - un mot qui fait son effet en général). S'il déteste que vous soyez trop déterminée, exprimez des doutes ("je me sens plutôt nulle mais je vais essayer, si ça marche pas, on le remet à l'école"); n'ayez pas l'air d'être trop sûre.

Comment se passera l'année ?

Il importe de ne pas être à la fois au four et au moulin, à être à la fois à faire l'école à la maison et trembler sur votre sort. Il faut délester.

Il va falloir apprendre à filtrer et rester de marbre, ne pas prendre en compte tous ses avis. Vous chercherez à vivre cette expérience dans une relative solitude, avec votre enfant ou vos enfants; cela se conquière peu à peu. C'est une période qui vous paraît peut-être difficile mais sachez que des milliers de femmes, parmi vos grands-mères, ont vécu ça, dans des circonstances bien plus difficiles: guerres, veuvage, pas de revenus sociaux etc. Et puis, vous nous aurez, nous ! nous serons là pour parler avec vous et vous donner tous les trucs, ainsi qu'un réseau d'amis.

Le fait de prendre un peu de distance avec son conjoint n'est pas dramatique non plus car on peut très bien s'impliquer dans le couple sur d'autres plans. Le tout est de ne pas être trop vulnérable et donc savoir s'isoler, se caparaçonner.

C'est la raison pour laquelle, en ce cas, vous devez impérativement vous faire accompagner, ce que nous faisons concrètement. Sans compter que s'il y a une complication légale, administrative, il vous faudra des ressources.

Pour y réfléchir, commencez par vous inscrire sur ce site afin d'avoir toutes les informations.

Si vous avez le sentiment que votre conjoint vous contrecarre de manière plus subtile, allez ici.

mon mari ne me soutient pas2

Cliquez like ci-dessous

Comment éviter la vaccination

Comment éviter la vaccination

Les 11 vaccins dangereux sont donc désormais obligatoires. Comment éviter la vaccination ?

Mais d'abord, fait-il éviter la vaccination ?

Jamais en France une telle obligation n'avait passé le stade de la loi.

Que la médecine ait tué par le passé, oui, c'est arrivé.

Mais que ce soit 11 vaccins qui deviennent obligatoires, après que le Conseil d'Etat ait dit au gouvernement que son projet d'en imposer 4 était anti-constitutionnel, et que ces vaccins soient à ce point dangereux, statistiquement mortels, probablement le pire cocktail vaccinal des labos jamais concocté, cela dépasse l'admissible et le normal.

"Avec onze vaccins, ce sont 25 à 40 doses qui doivent être encaissées par leur système immunitaire immature (avant l’âge de 18 mois, le système immunitaire du bébé n’est pas achevé)", rapporte Média-presse Infos.

On est réellement et sans discussion possible face à un Coup d'Etat, une attaque tyrannique contre le peuple, au profit du gros argent.

Naturellement - mais on s'y était habitué avec Hollande, Najat, Peillon et la bande précédente - il n'y a eu aucune concertation ! Ni avec les médecins, ni avec les familles, ni avec les personnels soignants: Macron a improvisé cette décision sans rien y connaître, uniquement parce qu'un gros labo l'exige (ce gros labo lui a permis d'être élu, il faut le préciser).

Comment réagir ?

Certes, en se joignant aux mouvements de protestation et aux pétitions, car les synergies sont indispensables afin de sensibiliser les médecins et les fonctionnaires avant qu'ils passent à l'acte. Tout en sachant que les dangereux individus qui nous gouvernent (car il s'agit bien de cela) ne changeront pas de position (ils dépendent intégralement des lobbies qui les ont amenés au pouvoir). Cette page facebook en parle.

Mais aussi en refusant la vaccination. Si des centaines de milliers s'opposent, les gendarmes refuseront d'agir car ils ne voudront pas mettre en prison des gens innocents. Il faudra que les juges prononcent des peines contre les familles mais alors ils vont se rendre encore plus impopulaires et certains, certainement, rendront des jugements contraires.

Cela dit, la Justice agira comme d'habitude, en  toute lâcheté, en s'en prenant à votre portefeuille. Elle n'ose plus demander aux gendarmes ou à la police d'agir, alors elle se rabat sur l'argent que vous mettez à la banque.

Si vous avez un compte, vous serez donc "braqué" en pure violation de la loi (il faut aussi le préciser).

Le mieux est donc encore de ne pas avoir à se confronter à l'administration.

Et pour cela, l'école à la maison est idéale.

Pour éviter la vaccination, l'école à la maison est idéale

Nos recommandations sont donc les suivantes :

​POUR VOIR TOUT LE CONTENU
remplissez les 2 fenêtres

​(accès libre)


Pour que les enfants soient mieux orientés, nous vous faisons accéder en plus à la carte interactive : vous pourrez voir les choix possibles pour votre enfant
- et 4 vidéos pour tout comprendre

1 - éviter l'hôpital et les médecins.

Sur le plan médical, le corps humain n'a pas besoin des vaccins dont on parle ici: au contraire, les maladies visées apparaissent plus fréquemment chez les gens vaccinés: la grippe chez les gens ayant été vaccinés contre la grippe, par exemple. Les études abondent, vous les trouvez facilement: non seulement le vaccin ne vous protège pas mais en plus vous expose davantage. C'est d'ailleurs le but des labos: ils ont besoin de gens malades pour s'enrichir.

Vous n'avez pas non plus besoin de médecins dans 99 cas de maladie sur 100.

Le cas échéant, la nature vous offre tout ce qu'il faut pour se soigner, certains blogs vous aident, et nous ne faisons en vous donnant tout ce dont vous avez besoin pour éviter les grandes maladies, en vous donnant aussi des adresses de sites sûrs.

De plus, le médecin ne soigne plus: il administre un médicament en fonction de ce que dit son catastrophique Vidal ou, pis encore, son représentant commercial de laboratoire (empoisonneur salarié chastement appelé "visiteur médical"). Et ce au jugé d'un diagnostic fait à la va-vite, puisque le médecin e en a été conduit à compter ses heures.

Or, 99% des médicaments ne servent à rien dans le meilleur des cas ou sont nocifs dans le pire.

Exit donc le médecin, sauf s'il est excellent et que vous avez tout tenté auparavant avec de bonnes méthodes sans résultat.

2 - éviter de mettre l'enfant dans une école où il risque d'y passer, éventuellement sans que vous soyez prévenus. Car l'administration ne se gêne plus pour faire subir aux enfants des choses sans prévenir la famille. Scandaleux ? Oui, mais chose courante dans nos pays devenus véritables dictatures, hélas.

3 - Faire l'école à la maison

L'école à la maison est la seule solution pour éviter les vaccins, ou alors quitter la France, ce qui d'ailleurs est compatible avec l'école à la maison.

Nous avons toutes les réponses administratives et juridiques pour faire l'école à la maison sans le moindre tracas administratif. Et c'est déjà beaucoup.
Donc si vous redoutez que votre enfant soit vacciné, passez à l'action. Même si vous ne faites pas cours tous les jours, ça n'est pas grave, on vous guidera au fur et à mesure.

Cliquez like ci-dessous

Maison enfant rentrée école

Maison enfant rentrée ecole
Article contenant l'expression "maison enfant" pour les moteurs de recherche.

Vous le savez, il n'y a pas de date de rentrée officielle, début septembre n'est qu'une convention qui donne lieu à un arrêté ministériel, donc pas une loi. Les fazmilles qui font l'école à la maison échappent donc à la date de rentrée obligatoire.

Mais dans cet article, on va s'intéresser à ce que peuvent être les vacances ou la rentrée pour ces familles plus libres.

Sur cette série de clichés ci-dessus, vous voyez un parc récréatif, une route de nuit et un couple d'enfant.

Ces photos sont celles d'une famille qui fait l'école à la maison. Elles ont été prises le même jour.

Si nous les trouvons parlantes, c'est qu'elles expriment une diversité, une liberté, une aventure palpitante, des couleurs et des situations variées. Les deux enfants sont en fait à bord d'un bateau et regardent les installations portuaires de Singapour.

Maison enfant : diversité et richesse du point de vue

Comparez ces images avec celle d'une classe d'école traditionnelle.

Le seul point de vue de l'enfant, l'endroit à partir duquel il observe le monde, change beaucoup de choses dans son esprit.

Regardez cette enquête de satisfaction et demandez-vous si vous auriez répondu comme ces parents en laissant votre enfant à l'école.

Voyons maintenant d'autres clichés pris par une autre famille faisant l'école à la maison enfant:

Maison enfant vue baie Batam

La vue sur cette baie est assez riche en observations: le petit bateau de pécheurs, la couleur de l'eau, les maisons sur pilotis qui font penser à une certaine pauvreté.

Si vous êtes dans le cas de la maison enfant, c'est-à-dire de garder votre enfant pour faire l'école à la maison avec lui, vous constatez que l'enfant apprend la vie directement plutôt que selon des livres, des statistiques, des illustrations. L'enfant qui a vu ce paysage a de quoi réfléchir, emmagasiner des richesses. D'ailleurs, c'est lui, l'enfant, qui a pris ce cliché.

Maintenant, voici une autre vue: un coucher de soleil.

Maison enfant coucher soleil

 

On ne peut pas apprécier un coucher de soleil autrement qu'en direct, en étant présent. Là aussi, c'est l'enfant qui a pris la photo. Un enfant à la maison et en voyage !

Pour terminer, voici la dernière photo prise par le même enfant. Ce cliché a dû demander une certaine dextérité. Ce genre de maîtrise est compatible avec la maison enfant car les parents peuvent prendre le temps de montrer aux enfants. On a tout le temps quand on est maison enfant.

Maison enfant bateau gros porteur

Maison enfant le voyage possible

Car quand vous faites l'école maison enfant, vous décidez de l'emploi du temps, personne ne vous oblige à faire la rentrée ou de prendre des vacances quand vous ne le voulez pas.

Cliquez like ci-dessous

Un éducateur nous écrit. Il a bien fait…

Un éducateur nous écrit. Il a bien fait.

Bonjour, merci pour votre commentaire.

"Sans aucun contrôle, comment s’assurer que l’éducation est bien faite et que l’enfant n’est pas juste un analphabète et asocial en devenir ?"

Il doit y avoir là de votre part une inversion: d'où sortent les analphabètes et les asociaux ? De l'école, à 100% ! Car 100% des asociaux à ce jour sortent de l'école, de même que 100% des terroristes, ce que nous avons expliqué à la Commission parlementaire dirigée par Eric Ciotti en charge de réfléchir à une loi et qui a reculé devant cet argument massue que nous lui avons fait adresser par une pétition réunissant 100.000 signatures.

Elle a bien dû constater que l'école à la maison n'avait en effet fourni aucun criminel, ni complet ignorant.

Voyez-vous ?

Vous en saurez plus sur cet article: https://l-ecole-a-la-maison.com/la-desocialisation-et-l-ecole-a/

C'est l'école qui produit de l'analphabétisme et de l'illettrisme. Officiellement, 50% d'illettrés en fin CM2 et 17% au BAC ! (certains illettrés ont leur Bac... avec mention).

La question que vous posez est la même à l'école, nous vous la retournons : sans aucun contrôle de la part des parents, comment peut-on n'être pas sûr que l'enfant qui va à l'école va devenir ce qu'il devient dans la majorité des cas: chômeur, illettré, asocial et/ou dyslexique ?

D'où sortent les gens violents de Notre-Dame-des Landes, les spéculateurs ou les gangsters ? De l'école.

Parlons niveau. Nous savons une chose certaine: le niveau de l'école à la maison est bien meilleur. Vous le verrez sur cet article: https://l-ecole-a-la-maison.com/les-resultats-de-lecole-maison/

Vous dites:

"Or, l’éducation est bien obligatoire jusqu’à 16 ans, ce pour le bien être du futur adulte. "

Oui et non. D'abord, sur l'âge, quelques fous du ministère veulent le repousser à 18 ans, ignorant totalement qu'une société du diplôme est forcée d'aller à l'échec. C'est la dictature de l'université, malgré l'échec indiscutable que l'on constate. Le savoir diplômé ne vaut pour ainsi dire rien, nous le montrons sur ce site.

On n'a jamais prouvé que les adultes enseignés étaient plus heureux que les analphabètes. Il y a eu des tas de petits bergers analphabètes qui vivaient plus heureux que des hauts fonctionnaires coincés sur le périphérique. L'instruction est un élément qui correspond à un parcours, mais tous les parcours ne passent pas par elle et a fortiori, tous les parcours ne passent pas par l'école majoritairement (hélas !) destructrice de parcours, de vocation.

Plus encore, de quel savoir parlons-nous ? Sous Louis XVI, la population était plus enseignée et instruite qu'aujourd'hui, mais cette instruction édifiait l'être. L'instruction d'aujourd'hui n'édifie plus. Savoir que le TGV va à 160km/heure n'apporte rien. On a perdu les Lettres classiques, l'enseignement de l'Histoire, la logique des maths, la beauté du français. L'instruction a tout simplement disparu !

"Bref, je suis pour l’école à la maison dans certains cas, mais contre l’idée que l’école est toujours mauvaise."

Eh ! bien nous, c'est le contraire: nous sommes pour l'école dans certains cas, mais contre l'idée qu'elle est toujours bonne.

"Elle aussi veut le bien pour nos enfants, avec ses propres moyens"

Non, précisément. Depuis les Najat, Peillon et consorts qui veulent "arracher l'enfant à sa famille", à son Histoire, à son patrimoine, à coups de déterminismes socialistes faux (et maintes fois démontés, inspirés par les maçonneries archaïques et pseudo-secrètes).

Depuis la méthode globale, l'école veut détruire la pudeur, l'identité, l'instruction et l'élévation de l'enfant. On voit le résultat: anti-dépresseurs, calmants, Valium, suicides, cancers. Certes, l'école n'est pas responsable de tout, mais elle a une part déterminante que la Franc-maçonnerie revendique régulièrement: "Il faut conditionner l'enfant dès le plus jeune âge et avancer l'âge de la prise en charge par l'Etat. Plus tôt l'enfant sera retiré à la famille, mieux ce sera." L'Etat est dirigé par des gens qui "haïssent la famille" et qui s'arrangent pour qu'il y ait des problèmes, pour la discréditer et qu'elle soit un vivier dangereux, ce qui lui donne toutes les excuses et permet de dire: "l'Etat est le seul salut".

Mais l'Etat n'est désormais qu'un relais. Il a un patron. Il suit les instructions données par la Commission européenne de l'Education, qui est seule patronne et décideuse en la matière, en lieu et place des enseignants qui n'ont plus rien à dire. L'Europe est aux mains de gens qui entendent faire de l'éducation sexuelle aux maternelles et leur présenter des intervenants présentant parfois des spectacles complètement dégénérés, tels ces "artistes" (subventionnés car personne ne paierait pour eux) qui s'amusaient à se fourrer le doigt dans le rectum devant des enfants.On nous témoigne de plus en plus fréquemment de ce genre de dérapages.

Vous comprendrez qu'il y a lieu de s'informer et de ne plus en rester à ces opinions datant d'il y a 40 ans: l'école détruit, il faut a priori l'éviter, sauf en de rares cas, comme lorsqu'elle est hors-contrat.

Nous vous recommandons ardemment d'aller voir ceci: les 10 raisons pour lesquelles votre enfant ne peut pas réussir à l'école.

Nous espérons avoir répondu à vos interrogations. Bien cordialement.

PS: notre page facebook est ici.

Qui est qui ? Qui décide sur la scolarité ?

QUI EST QUI

Une maman nous dit:

Mon fils préfère retourner à l'école, nous devons renoncer. Pourtant, j'ai adoré cette expérience. Mais il aime trop ses copains et aussi il aime mieux être dehors à jouer, même si j'ai utilisé la méthode de Singapouyr et le maximum de jeu, on s'est beaucoup amusé, rien à faire il veut arrêter l'école à la maison.

Ici, certains vous diraient que vous vous y êtes mal pris. Peut-être que vous le pensez d'ailleurs.

Peut-être que vous tirez cette conclusion de ce que vous lisez sur ce blog, où nous vous disons que tout dépend de vous et pas tellement de l'enfant. L'enfant reflète ce qu'il a vécu. Si on lui a donné du plaisir à apprendre, il veut continuer. Et donc, s'il veut arrêter, c'est qu'on s'y est mal pris ?

Eh ! bien, aujourd'hui, nous allons tempérer. Et en même temps vous pousser à réagir. A reprendre le flambeau.

L'enfant peut-il aller seul vers les hauteurs ?

Où est-ce que ça cloche ?

Nous allons d'emblée vous le dire: ce n'est pas à l'enfant de décider sur certains sujets.

Ce n'est pas à lui de décider parce qu’il n'en a pas les moyens. Il ne voit pas au loin dans sa vie. Il n'a pas les perspectives.

Qui est qui ? https://l-ecole-a-la-maison.com

Certes, nous préconisons la bienveillance, nous favorisons l'écoute. Mais nous ne vous privons pas de votre rôle, de votre vision, de vos ambitions, de vos exigences.

Vous voyez des choses que l'enfant ne peut pas voir.

Et s'il est contestataire, c'est cet article qu'il faut aller voir.

Que voit l'enfant ? Son

​POUR VOIR TOUT LE CONTENU
remplissez les 2 fenêtres

​(accès libre)


Pour que les enfants soient mieux orientés, nous vous faisons accéder en plus à la carte interactive : vous pourrez voir les choix possibles pour votre enfant
- et 4 vidéos pour tout comprendre

plaisir propre, avant tout. Surtout quand il vous dit qu'il préfère l'école à cause des copains ou parce que la prof est gentille. Il n'est pas conscient du niveau ou de la pédagogie de l'école.

Où est-ce que ça cloche ?

Comment est-ce qu'on en arrive à cette remise en question du projet, dans ce cas où l'on entend et accepte que l'enfant veuille retourner à l'école (et nous avons vu ici comment ça pouvait se passer), alors qu'on sait que cette école-là est néfaste ?

Le point crucial, c'est que dès le départ, il y avait dans votre tête cette idée que c'est l'enfant le véritable décisionnaire. Que son point de vue est central.

Or, ce n'est pas le cas. Le point de vue de l'enfant est périphérique pour tout ce qui concerne l'orientation de sa scolarité. De même qu'il est périphérique concernant les finances familiales, qui pourtant le concernent !

L'enfant ne décide pas sur le choix de l'école ou de la maison. Ce n'est pas lui qui décide ou non de suivre un cursus. Car il est incapable de choisir ce qui est bon pour lui sur le long terme. Il veut simplement se faire plaisir maintenant.

Si les ballades en forêt ou les travaux de bricolage l'intéressent plus que la table de multiplication, il va en forêt ou au bricolage. Certes, il est excellent d'aller en forêt, de faire du bricolage ou de faire les foins. Faire des maths seulement est moins bon que faire des travaux des champs seulement.

Mais le mieux serait de faire les deux. Car le corps et le cerveau ont besoin d'être sollicités tous les deux. Ce n'est donc pas lui qui va choisir car évidemment, il va prendre ce qu'il préfère.

Un enfant préfère le sucre aux légumes, également. Que lui donnez-vous plutôt, de préférence ?

Si son point de vue prime sur le vôtre, à quoi sert une maman ? Tous les enfants aiment courir et bouger et n'aiment pas compter. C'est normal.

Mais peut-être qu'ils aimeront compter les balles de foin, les arpents ou les kilos. Ou les hêtres et les chênes du bois. Quelle sera votre méthode ?

Et si vous n'aviez pas envie de compter les arbres et suivre plutôt le programme scolaire ?

Vous n'aurez pas le choix, l'un dans l'autre, de toute façon, il faudra (…) Déjà abonné ? connexion dans la colonne de droite → (en cas de souci, voir la FAQ)

Enfant précoce ? Ou pas.

<>

Enfant précoce

De plus en plus de parents viennent à nous avec un diagnostic de “précocité”. Voyez ces messages de notre boîte:

précoce ? Enfant précoce ou normal ?
Nous allons voir comment ce diagnostic peut être flou ou faux, et comment vous pouvez estimer qu'il est exact.

Enfant précoce ? l’école ne peut le dire que si elle a la compétence... qu'elle n'a plus

Tout d’abord, seuls les enseignants qui ont une vaste expérience ou une solide culture, peuvent en parler. Un enseignant qui a connu les générations des années 70 aura en mémoire des performances de cette époque-là. Ou celui-là qui aura étudié la question et qui sera allé en Corée, aura un avis pertinent.
Un enseignant qui a moins de 20 ans d'expérience est à peu près inaudible sur ce sujet: il parle sans savoir.
Car être “précoce” se situe toujours par rapport à d’autres enfants.
Or, si les autres enfants ont un niveau très faible, un enfant normal pourra paraître “précoce”. Alors que son propre grand-père aura peut-être appris les mêmes choses deux fois moins âgé !

Rendez-vous compte !!

Dans les programmes officiels jusqu’en 1970 : le passage en CE1 est conditionné à la maîtrise des 4 opérations.

Mais, en 2003 : « À la fin du cycle 2 (fin CE2), seule la technique opératoire de l’addition est exigible. ».

Aujourd’hui, c’est le cycle 2 (CP, CE1, CE2) qui est devenu « le cycle des apprentissages fondamentaux ». Les enfants ne sont donc même plus sensés savoir les quatre opérations à la fin du CP, mais seulement à la fin du CE2.

Aujourd’hui la technique de la division est tellement bien comprise qu’il faut encore la revoir en 3ème, à 15 ans…

Vous le pensez précoce ? Et ceux-ci, qu'en pensez-vous ?

Nombreux ont été les enfants qui à 7 ans parlaient 4 ou 5 langues et qui n’étaient pas considérés comme précoces, il y a 100 ans.
On a aussi des enfants qui sont éveillés, qui parlent bien ou lisent beaucoup: est-ce précoce ?
Par rapport aux autres enfants qui vont à l’école publique occidentale de nos jours, sans doute.
Mais nous aimons évoquer le cas de Champollion qui connaissait plusieurs langues avant 10 ans.

Il apprit tout seul à lire dans un missel dès l’âge de 5 ans. Il est élevé principalement par son frère. Il entre à l’école en novembre de la même année. Il a de très grandes difficultés en mathématiques et en orthographe (elle ne se corrigera que bien plus tard) ; son très mauvais caractère lui donne beaucoup de difficultés. Il a un précepteur, l’abbé Jean-Joseph Calmels qui l’ouvre à la culture et lui enseigne des rudiments de latin, de grec ancien et d’histoire naturelle et son grand-frère s’occupe encore de lui malgré les distances par une abondante correspondance.

Le petit ne va PAS à l'école. Il a un précepteur.
Eh ! bien, personne n'a dit alors qu'il était "précoce" !
On va nous dire ici: "Mais à l'époque, c'est normal, on n'avait pas le CMPP, on ne faisait pas de diagnostic !" Mais si, on faisait des diagnostics. On était tout à fait capable de détecter un enfant précoce. D'ailleurs, il y a à l'époque des appréciations de ce genre pour des enfants doués davantage que Champollion.
Et ce cas n’était pas invraisemblable. Dans nos familles, nous avons eu des femmes parlant grec et latin couramment à 9 ans, ne lisant que ça durant les promenades.
Quand l'école est nulle, l'enfant est facilement précoce: il suffit que vous ayez appris à votre enfant des notions de calcul ou que le papa lui ait appris à parler avec aisance, pour qu'il fasse la différence avec les autres.
Voyons à présent le cas des petits Coréens ou des petits Vietnamiens: à des niveaux bien supérieurs aux petits Français en calcul, écriture, mémorisation, rédaction, ils ne sont pas considérés non plus comme "précoces".
Alors, que dit-on vis-à-vis des petits Vietnamiens ? Qu'ils ont "une autre culture" ! alors qu'ils sont arrivés bébés en France ou même sont nés ici. On en est presque à dire que c'est une question de race. Où l'on voit que le système nage en pleines contradictions. La vérité, c'est que les petits Vietnamiens font du soutien scolaire en-dehors de l'école parce que les parents ont compris que l'école française moderne était extrêmement faible. Et comme il y a chez les Asiatiques un pacte social fort, une famille, il y a toujours un grand frère, une tante, une amie du quartier pour aider. Voilà où se situe tout le mystère. Les petits Français étaient tout aussi forts que les Cochinchinois, et même meilleurs, en 1850.

Si l'évaluation moderne est ridicule, comparer les enfants entre eux demande un certain doigté

Comme nous le répétons souvent, l'enfant est le reflet des (…) La suite dans votre abonnement (cliquez ici). Déjà abonné ? connexion dans la colonne de droite → (en cas de souci, voir la FAQ)

[/thrive_lead_lock] [/s2If]