Amour fusionnel

Amour fusionnel, où en suis-je ?

Partons d'un cas parmi d'autres mais qui vaudra pour tous. On nous écrit:

"Nous avons développé avec notre enfant une relation forte et intime et nous pensons que de passer de longues journées sans le flux d’amour et d’émotions auquel il est habitué finit par trop lui peser" (de jeunes parents)

Un message qui sonne pour nous comme une alerte. Tout ici témoigne de dérives qui nuisent à l'enfant.

amour fusionnel sur http://l-ecole-a-la-maison.com
Amour fusionnel: quel est le risque ?

Voilà une maman qui estime que son enfant est "habitué à un flux d'amour et d'émotions". On espère qu'il a le temps de souffler quand même ! Un flux d'émotions ? Préservez-en votre enfant, de grâce. Une belle émotion par jour, c'est déjà beaucoup. Franchement, si vous pensez que votre enfant reçoit "un flux", il est temps de réfléchir à changer de vie pour lui, car d'une part ses sentiments vont finir par s'user, mais d'autre part vous le mettez en situation de danger. Les émotions mettent l'enfant en situation de danger parce qu'il est "à cœur ouvert". Une émotion doit couronner des situations sécurisées et suffisamment rares. Vous voyez bien la différence qu'il y a entre boire un excellent vin lors d'un repas et en boire toute la journée à jeun. Il en va de même pour les émotions. Donc, non, votre enfant n'a pas besoin d'un flux d'émotion.

20150819_1457045
L'amour fusionnel vu comme un merveilleux jardin d'amour...

Cette maman dit que ce manque affectif "finit par trop peser" à l'enfant. Oui, forcément. Mais en même temps, ne pensez pas que c'est un fardeau écrasant pour lui. L'enfant fera naturellement du ménage dans son cœur et aura tendance à être moins affectif en grandissant. Sauf si on le maintient dans une situation d'immaturité affective. Voilà pourquoi vous devez apprendre, vous parent, la juste distance qui nous est chère.

Mais ne soyez pas dans la crainte d'un surpoids affectif. Les parents aimeraient que la situation affective soit extrêmement intense et "belle" à leurs yeux (c'est une proposition qui arrive chez de jeunes parents) tout en redoutant un lien trop fort. Ils ont tort d'avoir cette crainte. Pour plusieurs raisons.

Une fois qu'on a fait le plein, il n'est plus à faire... avant d'avoir épuisé la réserve. Si l'enfant a reçu sa dose d'affection, il ne peut être en manque. Il le sera s'il est en état de dépendance, d'addiction. Il faudra alors le sevrer progressivement.

Autre symptôme : "le flux d’amour et d’émotions auquel il est habitué". On ne s'habitue pas à l'amour, on s'habitue à l'affection. On s'habitue aux émotions qui se répètent. Et à force d'habitude, à terme, l'enfant sera attiré par autre chose, naturellement. Vous aimeriez que ça dure, lui pas. Et c'est normal: il a besoin d'être indépendant affectivement. Si, au contraire, il persistait à souhaiter un rapport affectif très dense avec vous, il est probable qu'il serait  dans un rapport de dépendance affective. Ce qu'on ne peut souhaiter: et oui, chères mamans, vous devez souhaiter que votre enfant vous quitte un jour ! L'enfant a besoin de diriger lui-même ses sentiments pour atteindre l'âge adulte. Il doit s'envoler d'abord affectivement avant de pouvoir le faire physiquement.

Comment faire face au manque d'amour ?

En le rassasiant. Le manque d'affection perturbe un enfant jusqu'au moment où il en est rassasié. Beaucoup de nos mamans expliquent que leur petit enfant est toujours collé à elles. C'est normal. S'ils vont à la crèche ou chez une nounou, s'ils vont à l'école, ils sont en manque de vous. Vous les avez donc toujours "dans les jambes" quand ils sont à la maison. Tout ça est normal. Ils ont besoin de faire le plein d'autant plus qu'ils ont été privés. Par ailleurs, ils viennent auprès de vous "faire le plein" plus souvent, on pourrait dire que leur 'réservoir' est plus petit, de même qu'ils ont besoin de plus de sommeil. Vous leur donnez donc autant qu'ils en ont besoin. Quand n'en ont-ils plus besoin ? Lorsqu'ils se détachent de vous par eux-même. Ils vous le manifestent inconsciemment en allant voir plus loin.

Les mamans qui font l'école à la maison ont leur enfant beaucoup moins dans les jambes, par conséquent. Ne craignez donc pas de faire l'école à la maison au motif que l'enfant sera toujours là, ce sera le contraire. Mais nous l'avons dit.

Aimer, c'est d'abord permettre d'être

Plus vous satisferez les besoins affectifs de l'enfant, plus il sera capable de s'éloigner et d'être autonome, mais aussi de conquérir son horizon, de gagner en expériences etc.

Car aimer, c'est d'abord permettre d'être. Et être, c'est aussi devenir.

Donnez un bon moment, le juste moment. N'allez pas plus loin. Souvent, le petit enfant vient vers nous: il a besoin de "faire le plein". Mais ça ne dure pas éternellement: viendra le moment où il s'éloignera de lui-même. Pour revenir plus tard refaire le plein. C'est ainsi que vous devez voir les choses. Ce n'est pas parce qu'il s'éloigne de vous de 10 mètres qu'il ne vous aime plus ou qu'il manque d'affection: il a autre chose à faire dans la vie, et notamment développer ses facultés, rassasier sa curiosité etc.

Parfois aussi, un enfant pleure parce que vous partez en course. Donnez-lui un baiser, cela suffit le plus souvent à "faire son plein" d'affection. Il a aussi besoin de vous voir vous éloigner, c'est un apprentissage. Il ne doit pas être "en fusion" avec vous, mais en communion. Ce n'est pas du tout pareil.

Le manque d'affection n'est pas ce qui perturbe, dès lors que vous lui donnez ce dont il a besoin et non ce dont vous avez besoin. Un enfant ne vit pas en permanence dans ce type de relations avec ses parents, il a besoin d'autre chose aussi et il revient aux parents de ne pas rechercher une relation fusionnelle qui va léser l'enfant.

Evitez à tout prix l'amour fusionné

En fait, évitez à tout prix cet amour fusionnel et préférez un amour de communion, ce qui est très différent. Communiez avec votre enfant, partagez, mais ne cherchez pas à être lui et lui à être vous, ni vous en lui ni lui en vous. Chassez cette tentation qui ne vient que de vous. C'est un besoin fréquent chez les mamans en manque d'affection qui attendent de leur enfant qu'il pourvoie à ce manque, tout en disant que c'est l'enfant qui en a besoin. Un enfant équilibré a besoin d'une "quantité" raisonnable d'affection et quand il sera ado, il aura surtout besoin que vous vous mainteniez à distance. De même que le fruit se détache de l'arbre. Il faut atteindre l'âge de la maturité adulte avant de maîtriser ses sentiments et ses affections, et c'est alors que l'enfant peut revenir vers ses parents, sur un mode de relation équilibrée, sans dépendance.

Si vous avez le sentiment d'être dans une relation fusionnelle, attention donc à ne pas vous tromper et y mettre un terme, laisser-lui la possibilité de s'épanouir. Nous avons trop de cas d'enfants très déséquilibrés à cause d'une enfance fusionnelle. Vous devez en ce cas apprendre la juste distance, lui permettre de voler de ses propres ailes et vous dire que le but n'est PAS que l'enfant vous aime. On ne cherche pas à être aimé de son enfant.

Vous avez gardé l'enfant une semaine et ça allait mieux: l'enfant était plus heureux. Le problème était à l'école. Il n'y était pas bien. Ce n'est pas l'absence d'amour de votre part qui pose problème puisque vous le lui donnez tous les soirs, c'est la présence de quelque chose à l'école. Il se sent certainement angoissé, dévalorisé, quelque chose cloche.

Vous avez raison d'étudier l'environnement de l'enfant, ce sont des facteurs déterminants.

"Y a-t-il des modes de garde auxquels nous n’aurions pas pensé ?"

C'est votre manière de le garder qui doit changer pour vous permettre d'avoir le temps et c'est ainsi que font tous les parents (les mamans) qui réussissent. Il est possible que vous n'imaginiez pas d'avoir votre enfant avec vous sans vous en occuper directement. Ce serait pourtant ce qu'il faudrait faire: vaquer à vos occupations sans vous occuper de lui, le laisser à lui-même, de façon à ce qu'il développe progressivement ses facultés d'autonomie... et ainsi vous avez de moins en moins besoin d'être sur lui. Nous avons le sentiment qu'il y a trop d'adultes autour de lui, et spécialement trop de présence féminine. Une omniprésence féminine polarise fortement l'enfant, de même qu'une omniprésence masculine (plus rare mais on va y arriver avec les couples homos).

Juste distance

Le fin mot de l'histoire, c'est la juste distance que nous enseignons depuis des années. Cette juste distance vaut aussi bien en cours de scolarité que dans votre vie professionnelle avec vos collègues: ne soyez pas trop proche, c'est la tentation actuelle du copinage qui débouche sur des procès en série. Chaque être humain a une place; à lui de la conquérir et de la garder. Cette place peut évoluer, grandir en responsabilités, mais votre place n'est jamais "à la place d'autrui". Votre enfant n'est pas vous, il ne vous doit rien sur le plan affectif, vous ne pouvez le comprendre entièrement, vous ne pouvez comprendre ses sentiments, vous ne pouvez pas les analyser. Vous ne pouvez pas garder contre vous "votre gros bébé d'amour." Il y a eu un temps pour ça, c'était le temps de la petite enfance.

Vouloir maintenir avec son enfant une relation fusionnelle est tout simplement un attentat contre l'intégrité de votre enfant. Quand nous lisons "Nous avons en effet développé avec lui une relation forte et intime", nous redoutons la glissade. L'intimité de votre enfant est son trésor, il ne vous appartient pas d'y faire irruption. Elle ne vous regarde pas et si elle vous a été confiée quand l'enfant était petit, il faut aussi vous dire qu'elle était moins fragile parce que moins développée. Au fur et à mesure que l'enfant grandit, l'intimité grandit avec lui et elle devient sensible. Gardez-vous à l'écart.

La juste distance sera pour vous une recherche permanente où les principes qui doivent vous guider sont "respect", "discrétion", "tact", "vigilance", parfois "courage" et "énergie" quand il faut intervenir, ainsi qu"humour" et "quant à soi".

Cliquez like ci-dessous

Organiser des examens à la maison et être candidat libre

Votre enfant a le droit de passer les examens légaux. Nous devons donc faire ce qu'il faut pour que tout se passe bien.

Déjà, être un candidat libre... prêt

L'enfant qui a fait l'école à la maison est rarement prêt à passer des examens. Ainsi, Nicolas et son frère Maxime ont-ils échoué au Bac, deux années de suite. Catastrophe. Ils sont mal dans leur peau. Le problème ? Ils ont été incapables de faire ce qui leur a été demandé dans le délai imparti. Ils n'étaient pas préparés à l'ambiance, au stress.

Grand classique des enfants que les parents n'ont pas préparés ! Et... généralité catastrophique des enfants "IEF" dont les parents ont jugé qu'ils ne devaient vivre sans aucune contrainte. Ces parents ne réalisent pas le manque dont leur enfant va souffrir.

échec au Bac-680x480 Organiser des examens à la maison et être candidat libreLe monde du travail est plein de ces gens qui mettent 3 mois à rendre un travail demandé pour 3 semaines.

Vous allez éviter ce problème en La suite dans votre accompagnement-formation (cliquez ici). Déjà abonné ? connexion dans la colonne de droite → (en cas de souci, voir la FAQ).

Elever le niveau

P11007682 Elever le niveauNous avons abordé cette question dans un article précédent au sujet des tests à faire ou pas sur l'enfant.

Voici l'enjeu: Comment faire en sorte que l'enfant ne perde pas la flamme avec les années ?
Et même avant cela, l'enfant s'énerve, il est agité, il ne tient pas en place, il désobéit, il est ailleurs, il ne vous semble pas concentré (il l'est mais ailleurs en fait, nous l'avons vu), comment faire pour que ça change ?

L'une des solutions, c'est d'élever le niveau. L'enfant recherche l'émerveillement.

Que veut dire élever le niveau ? L'enfant supporte très mal d'être "plaqué au sol" à des tâches domestiques, matérielles, prosaïques. Celles-ci seront d'autant mieux faites par l'enfant qu'il n'y aura pas que ça dans sa vie.

Comment faire alors ? Elever le niveau. C'est-à-dire permettre à son cerveau (qui est le régulateur en chef) de se déployer "vers le haut".

On va donc développer l'intelligence métaphysique de l'enfant, élever le niveau. Ce que nous vous disons là, ça vaut de l'or. C'est l'avenir, c'est là que ça va se passer.

Pourquoi ? Parce qu'on voit bien que la chute, la décadence des sociétés modernes devra s'arrêter un jour et que la seule solution sera de redonner une dimension supérieure aux individus. Il ne s'agira pas seulement d'idées puisque les idées ne contentent pas le cœur et l'esprit, mais de dimensions supérieures aux simples opinions: des dimensions où se déploient des questions fondamentales, des questions existentielles.

Parenthèse: vous voyez que nous parlons ici d'idées "fondamentales", ce qui fait penser à des fondations, ce qui est en-dessous, après avoir évoqué des questions supérieures, métaphysiques, qui semblent dans les hautes sphères. C'est notre cerveau qui est ainsi fait. Ce qui est supérieur s'écroule sans fondations. Donc, l'enfant ne peut enraciner son développement supérieur que s'il y a du "fondamental". Fin de la parenthèse, c'est un sujet à part entière.vol-22-no-3-Fdoyon Elever le niveau

L'enfant sera équilibré lorsqu'il y aura une solide charpente en lui: des fondations, une construction métaphysique valide et une poussée vers le haut, vers l'inconnu. Appelons ça la cathédrale intérieure.

Comment on fait pour développer cela ?

Comme tout, l'âme métaphysique peut se développer. Si vous la sollicitez, l'enfant grandira beaucoup plus vite et trouvera sa voie. Si vous la brimez, il sera trop en quête et finalement se dégoûtera, il renoncera et rentrera dans le comportement général, il rejoindra les troupes de la passivité.

Il faut donc nourrir. Mais sans gaver. S'il est gavé, s'il n'y a plus de questions, tout s'arrête.

Donnez donc des pistes mais pas des réponses définitives là où en réalité vous n'en avez pas.

Comment faire en pratique ?

L'enfant est fait pour comprendre, rechercher la source de toute chose. Pour l'y aider concrètement, (...) la suite dans votre accompagnement-formation (cliquez ici) déjà accompagné ? connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).  

- il faut savoir lui donner parfois une explication qui va au-delà de la surface, au-delà des causes et effets pratiques et matériels. Chères mamans, essayez ! Certes, vous faites des tâches ménagères et aimeriez que votre enfant vous comprennent. Mais ces tâches sont-elles sa vocation ? Qu'il les pratique, bien sûr, au contraire, il en a besoin. Mais que votre conversation ne l'y ramène pas tout le temps. Un enfant qui cherche l'explication à la lumière astrale va être démoli par un "tu as fait ton lit ?" tombant mal à propos. Au quotidien: vous êtes confronté à une personne mal élevée un jour dans la rue, l'enfant est surpris, vous lui dites par exemple : "Les pays, les civilisations sont comme le corps, elles grandissent, vieillissent, tombent malades et finissent par mourir s'il n'y a pas de nouvelles repousses saines. Ce monsieur montre très bien ce que c'est que la phase de maladie d'une civilisation. Qu'en penses-tu ?" Elargissez, faites des "ponts conceptuels" entre ce que vous voyez ensemble et d'autres choses. Il pleut, c'est l'eau de la vie ou de la noyade ? Il neige, que signifie cette blancheur ? Pourquoi l'eau emplit-elle le trou dans la terre ? Pourquoi les flammes sont de plusieurs couleurs, n'est-ce que pour des raisons chimiques, avez-vous une autre idée, et l'enfant, lui, a-t-il une autre idée ?

- il est judicieux d'employer des paraboles, des métaphores. "L'enfant qui ne veut pas demander de l'aide est comme le général qui veut aller faire la guerre tout seul". Ce type de rapprochement aide énormément l'enfant à comprendre d'une part et à élever sa pensée d'autre part. La parabole a l'avantage d'ouvrir sans refermer.

- le livre. Rien de tel que le livre pour développer l'esprit métaphysique. Mais choisissez, orientez vers de belles choses. Romans, essais, en particulier. Les ouvrages techniques viendront plus tard, ils concentrent l'attention sur des choses, ce qui n'est pas souhaitable trop tôt. A moins que l'auteur soit un peu métaphysicien, qu'il soit capable de faire des "ponts" entre matières et concepts. C'est très rare, on trouve cela dans les ouvrages d'autrefois, écrits par des esprits formés de manière vaste et non spécifique.

nostalgie-de-la-lumiere-de-patricio-guzman

Cliquez like ci-dessous

La place des graphiques dans le cours de géographie

Ci-Dessous, Nous Vous Laissons Des Liens Vers Des Données Qui Peuvent Enrichir Votre Cours:

  1. La Taille Comparée Des Pays
  2. Les Vents A La Surface De La Terre
  3. Acier: Production, Indicateurs
  4. Agriculture: Statistiques Des Produits Agricoles (Fao)
  5. Amerique Centrale-Antilles: Caricom Statistics
  6. Amerique Latine: Latinfocus
  7. Apec: Statistiques Des Pays D'asie Et Du Pacifique
  8. Banque Mondiale (1): Geo.Worldbank
  9. Banque Mondiale (2): Indicateurs
  10. Cartes-Statistiques-(1): Cartes Et Graphiques
  11. Cartes-Statistiques-(2): Worldmapper
  12. Cartes-Statistiques-(3): Internet Mapping Project &Amp; World Web Maps
  13. Cartes-Statistiques-(4): Cartographie Et Graphiques
  14. Cartes-Statistiques-(4): Knoema
  15. Cartes-Statistiques-(5): Showworld
  16. Chiffres Du Monde: Encyclopædia Universalis
  17. Cis: Commonwealth Of Independent States-Interstate Statistical Committee
  18. Commerce: Omc-Statistiques Commerce
  19. Comparaison Entre Pays: Ifitweremyhome
  20. Cout De La Vie: Eardex
  21. Dea-Eco: Cours D'économétrie Et D'analyse Des Données
  22. Ecologie: Planetoscope, Statistiques Ecologiques En Temps Réel
  23. Education (1): Données Mondiales De L'éducation-Unesco
  24. Education (2): Institut De Statistiques De L'unesco
  25. Encyclopedie-Cia Factbook: Célèbre Banque De Données
  26. Encyclopedie-Villette: Les Etats En Chiffres
  27. Energie-(2): Statistiques De L'eia
  28. Energie Eolienne: Statistiques De L'ewea
  29. Energie Nucleaire: Centrales-Monde
  30. Enfance-(1): 2006-Situation Des Enfants Dans Le Monde
  31. Enfance-(2): Statistiques-Indicateurs
  32. Enfance-(3): Statistiques-Population-Indices
  33. Environnement-(1): Esi, Indice Environnemental Du Développement Durable
  34. Environnement-(2): Unep, Différents Indicateurs
  35. Environnement-(3): Indice De Performance Environnementale
  36. Finances: Fmi-World Economic Outlook
  37. Finding Data: Pour Trouver Des Statistiques Sur Internet
  38. France-(1): En Faits Et Chiffres
  39. France-(3): Le Splaf, Site Sur La Population Et Les Limites Administratives De La France
  40. France-(4): Le Site De La La Société Française De Statistique (Sfds)
  41. France-Agriculture: Agreste-Statistique Agricole
  42. France-Demographie: Entreprises Implantées, Profil De La Population Active De 36000 Villes...
  43. France-Inflation: Taux D'inflation Depuis 1901
  44. France-Territoires: Tous Les Territoires Français
  45. Geohive: Statistiques Globales
  46. Geopopulation: Informations, Données, Classements, Statistiques Et Cartes Sur Les Pays Du Monde
  47. Heure Mondiale: Et Statistiques
  48. Iles-(1): Global Islands Network-Informations, Liens
  49. Internet: Statistiques, Utilisateurs Dans Le Monde
  50. Isi: International Statistic Institute
  51. Latitude-Longitude: De Quelques Villes Situées Dans Le Monde Entier
  52. Luxembourg: Portrait Economique Et Social
  53. Medias: Statistiques, Médias Français
  54. Migrations: Migrations Map
  55. Mines-(1): Informations Et Statistiques
  56. Nations Unies-(2): Millennium Indicators Database
  57. Nations Unies-(3): Undata
  58. Nations Unies-(5): Social Indicators
  59. Nations Unies-Europe: Statistiques Diverses
  60. Pacifique: Pacific Regional Information System
  61. Pays Abreviations-(4): Suffixes Par Pays
  62. Pays De A A Z: Statistiques Par Pays (Atlapedia)
  63. Pays Du Monde-(1): Bibliomonde
  64. Pays Du Monde-(2): Countries Of The World
  65. Pays Du Monde-(4): Country Reports
  66. Pays Du Monde-(5): Country Studies
  67. Pays Du Monde-(6): 1clic1planet, Informations Multiples
  68. Pays Du Monde-(7): Information Please!
  69. Pays Du Monde-(9): Country Ranks
  70. Pays Du Monde-(10): Index Mundi
  71. Pays Du Monde-(11): Country Profiles (Bbc-News)
  72. Pays Du Monde-(12): Nationmaster
  73. Pays Du Monde-(13): Official Statistics On The Web
  74. Pays Du Monde-(15): Globaltower
  75. Pays Du Monde-(19): Perspective Monde
  76. Pays Du Monde-(20): Gapminder
  77. Pays Du Monde-(21): 5 Continents, Des Fiches Pour Tous Les Pays
  78. Pays Du Monde-(22): World Territories
  79. Pays Du Monde-(25): Encyclopedia Of The Nations
  80. Pays Du Monde-(26): Pages Du Site (Wikipédia)
  81. Population Mondiale-(1): Population Data
  82. Population Mondiale-(2): Populationmondiale
  83. Population Mondiale-(5): Ined
  84. Postes: Upu-Administrations Postales-Statistiques
  85. Probabilites Et Statistiques: Portail Wikipédia
  86. Qualite De Vie: Classement 2009
  87. Radio Tv: Dans Le Monde
  88. Rechstat: Recherche De Statistiques
  89. Refugies: Statistiques De L'unhcr
  90. Ressources-(1): Liens Vers Des Instituts Nationaux
  91. Ressources-(2): Liens Vers Des Instituts Nationaux Et Internationaux
  92. Ressources-(4): Organisation Internationale Du Travail-Liens
  93. Ressources-(5): Offstats
  94. Ressources-(6): Statbel
  95. Ressources-(10): Liste Des Instituts Officiels De Statistique
  96. Rural Poverty: Portail
  97. Sante-(1): Oms-Statistiques Santé
  98. Sante-(3): Unaids Données Sur L’épidémie Mondiale De Sida
  99. Situation Economique: De Quelques Pays Du Monde
  100. Statistics: Comment En Trouver Sur Internet
  101. Statistiques Diverses: 09infos
  102. Statosphere: Statistiques Du Web Et D'ailleurs
  103. Telecommunication: Uit-Statistiques-Télécommunications
  104. Tests: Tests Statistiques
  105. The List: Des Statistiques Diverses
  106. Transport Aeroports-(1): Codes
  107. Transport Aeroports-(2): Codes
  108. Transport Aeroports-(3): Codes
  109. Travail-(1): Organisation Internationale Du Travail-Statistiques
  110. Travail-(2): Bureau Of Labor Statistics-Etats Unis
  111. Usa-(1): Population Reference Bureau
  112. Villes Du Monde-(1): Coordonnées
  113. Villes Du Monde-(3): World Gazetteer
  114. World In Figures: Tableaux Récapitulatifs
  115. World Statistics: Tableaux Récapitulatifs
  116. World Wide Web: Virtual Library-Statistiques
  117. Worldometers: Statistiques

A chaque jour suffit sa peine

A chaque jour suffit sa peine

Nous en avions parlé dans cet article crucial qui vous donne tous les trucs en trois séances, mais nous voudrions vous dire aujourd'hui: sachez remettre au lendemain. A chaque jour suffit sa peine. C'est vrai, nous vous incitons souvent à ne pas "procrastiner", c'est-à-dire remettre au lendemain. Mais parfois, il faut savoir s'arrêter.

Se coucher tôt vaut mieux que "faire tout ce qu'on a à faire" et qui la plupart du temps n'est pas totalement urgent.

Nous n'allons pas nous étendre. C'est juste un mot pour vous apaiser.
Il faut discerner ce qui est à remettre et ce qui est à faire. Vous ne pouvez pas vous épuiser.

Nous disions qu'il fallait distinguer l'urgence et l'important en 4 catégories:urgent important A chaque jour suffit sa peine http://l-ecole-a-la-maison.com/bien-sorganiser-chapitre-3-voyage-dans-le-temps/

Faites-le régulièrement sur une feuille, en écrivant. Ce n'est jamais gagné.

Vous vous reporterez à cet article et aux suivants mais nous voulions aujourd'hui tordre le cou à une idée très répandue: la socialisation des enfants.

A chaque jour suffit sa peine et à chaque tête suffit sa quantité d'information. A chaque étape de la vie suffit aussi sa vérité. Et à chaque enfant suffit sa vie présente, simple, innocente.

Vous avez remarqué: on invente chaque année de nouveaux problèmes. Votre enfant représente de plus en plus un problème; en fait, il représente une source de revenus pour des tas de gens car ils savent que vous êtes prêt à vous saigner aux quatre veines pour lui.

Avec la socialisation, on est en plein dedans.

C'est le mot d'ordre obligatoire qu'on vous brandit à chaque contrôle scolaire. Mais c'est purement politique et normalement, ça ne devrait pas prendre place à l'école.

Nous avons beau y réfléchir, nous ne voyons personne parmi les gens que nous admirons dans l'Histoire qui ait été "socialisé".
Le Christ n'était pas socialisé.
St-Pierre non plus et pratiquement aucun saint.
Jeanne d'Arc était tout sauf consensuelle.
Louis XV était souverain, il n'avait pas à être socialisé.
Jean Bart était asocial. Surcouf et Tourville aussi.
Poincaré, Sommerfeld, Einstein et les autres étaient des marginaux.
Le Duc d'Aussonne était au-dessus de tout.
St-Exupéry ou Santos Dumont, Guynemer ; Darlan, Leclerc ou Bigeard; Chateaubriand, Balzac ou Céline n'étaient pas socialisés, ils étaient des fortes têtes et on aurait dit d'eux, aujourd'hui, qu'il seraient bi-polaires ou caractériels, ou malades mentalement.
Et cela, rien que pour notre histoire. On irait voir l'étranger, ce ne serait pas différent. Alexandre le Grand était un grand misanthrope, comme César ou Pompée. Et la liste continue.

A chaque jour suffit sa peine.
En fait, est-ce que quelqu'un a jamais été socialisé que nous puissions admirer et regarder comme exemple pour nos enfants ?

Dernier jour

 

Et si vous prolongiez cette amitié en lisant le livre de Rémy
(la grande passion de sa vie), cela lui ferait très très très plaisir ! (surtout si vous lui faites des retours).

Et puis, merci d'aller sur les sites et réseaux sociaux pour dire ce que vous avez vécu avec nous. Racontez votre histoire ! Pourquoi vous n'y croyiez pas au début ou quels étaient les doutes et comment vous y êtes arrivé ! 🙂

 

 

 

Et si vous partagez notre Foi, de grâce, pensez à prier pour nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Restons en contact !

Quiz connaissances n°10

Quiz de connaissances n°10

Voici le dernier quiz de connaissance, c'est un moment un peu particulier, nous revoyons ce qui a été vu dans les derniers chapitres travaillés ensemble, comme d'habitude.
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°10.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Cliquez like ci-dessous

Changer votre position

Votre position va maintenant évoluer au fur et à mesure des attitudes de l'enfant.

Nous y revenons car nombre de parents sont dans l'impasse et quelques trucs que nous ne pensions même pas devoir vous livrer vont ressortir du tiroir pour vous faciliter la tâche.

C'est votre position qu'il faut faire varier, lorsque votre attitude ne "prend" plus. Revoyez si nécessaire cet article qui parlait de l'attitude.

Votre position est avant tout... dans votre tête

En fait, si vous essayez de changer votre attitude alors que votre position reste la même - par exemple vous restez dans le rôle de la maman-commandant - l'enfant ne changera pas de registre.

C'est votre position intérieure, votre disposition, votre inclination qu'on va modifier.

En coaching, on distingue 4 attitudes différentes du coach qui se manifestent dans 4 tonalités de voix différentes (...) la suite est à découvrir dans votre formation (abonné, connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).

Quiz de connaissances n°9

Quiz de connaissances n°9

Quiz de connaissances n°9
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°9.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

 

Cliquez like ci-dessous

Quiz de connaissances n°8

Quiz de connaissances n°8

Révisons les dix derniers articles.
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°8.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Cliquez like ci-dessous

Conjugaison avoir un faible niveau et réussir son cours (vidéo)

 

Quand nous faisons l'école à la maison, non seulement nous ne cherchons pas à tout savoir avant de faire cours, mais nous avons plutôt intérêt à ne pas tout savoir.

Conjugaison avoir et ne pas avoir...

Ne pas avoir le niveau n'est pas un problème, en réalité. A partir du moment où vous avez envie d'apprendre en même temps que l'enfant.

Car votre enfant va énormément aimer voir qu'il n'est pas le seul à apprendre.

Vous voir arrondir les yeux et vous émerveiller, chercher à en savoir plus, feuilleter le livre ou l'encyclopédie à la recherche d'un complément, cela va beaucoup lui apporter.

Il va être ravi de vous voir hésiter et en conjugaison avoir ou être vous donneront des difficultés bienvenues !

Ah ! la conjugaison, qui ne s'y trompe pas de temps en temps ?

Conjuguez-moi le verbe dont il est question dans l'expression: "Point me chaut !"

Ou le verbe avoir... comme ceci:

conjugaison-verbe-avoir Conjugaison avoir http://l-ecole-a-la-maison.com

Vous ne savez pas parfaitement ? Tant mieux.

L'effacement d'une hiérarchie

Cette fois, plus que d'habitude, vous ne savez pas tout et ça se voit: vous êtes flou, vous hésitez et avez dit un superbe "euuuh, en fait..." qui a tout révélé à votre enfant. Vous ne pouvez plus lui cacher que vous séchez. Pas de problème: acceptez-le ! "Eh bien, tu vois, je ne sais pas ! Et j'aimerais bien le savoir." Cela va briser la hiérarchie entre vous, il ne sera plus seul. Il ne sera plus l'ignorant congénital qu'il croit être, il sera un être humain à part entière.

Certes, vous lui avez expliqué que l'erreur est propice au progrès, mais c'est encore mieux, maintenant que c'est vous qui ne savez pas.

Par ailleurs, cela va vous donner l'occasion de lui montrer comment chercher et trouver l'information, comparer des sources. A ce moment-là, l'ordinateur ou l'encyclopédie seront à votre portée et vous expliquerez qu'une partie du travail consistera à chercher l'information.

A son tour...

d'être celui qui trouve l'information et vous la donne.

Pourquoi ne pas proposer ceci: vous cherchez une information dans un livre pendant qu'il en cherche une autre sur le net ? Chalenge sympa, à réaliser dans un délai limité (par exemple 5mn chrono).

Il vous livrera le fruit de ses recherches et en tirera fierté.

Enfin, il pourra aussi vous apprendre des choses ou guider votre apprentissage à tous les deux grâce à ses questions. Si l'on prend l'Histoire, il demandera "pourquoi Louis XI utilisait des cages pour ses prisonniers ?", vous serez conduit à chercher avec lui en mettant en valeur sa question: "Tu as raison, pourquoi diable faisait-il ça ? A ton avis ?" et il essaiera : "pour leur faire mal ?" et vous répondrez "Peut-être. Ou parce qu'il n'avait pas de prison ?" Etc. Ce jeu donne envie à l'enfant de trouver la réponse.

Voilà comment nous pouvons conjuguer "avoir un faible niveau" et réussir son cours !

Alors, si vous vous dites "Je ne sais pas grand chose", désormais vous saurez que ce sont ceux qui savent tout qui s'ennuient le plus !

Préparation du cours

Vous allez donc alléger au fur et à mesure pour les cours qui n'exigent pas de préparation. La seule chose qu'il vous restera à faire, et que vous n'oublierez pas, c'est bien sûr de mettre à votre disposition les ressources (cours, cahiers, livres, internet...).

PS: nous sommes sûrs en fait que vous le faites déjà comme ça.

Cliquez like ci-dessous

Quiz de connaissances n°6

Quiz de connaissances n°6

C'est reparti !
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°6.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Cliquez like ci-dessous

Quiz de connaissances n°7

Quiz de connaissances n°7

Un peu de révision !
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°7.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Cliquez like ci-dessous

Bien s’organiser, chapitre 3: voyage dans le temps

Nous avons maintenant mis en place la structure de notre organisation, nous savons pourquoi nous allons nous organiser, et non seulement parce que nous en avons vaguement besoin, mais surtout parce que nous avons envie que nos objectifs soient atteints.

Cela prendra du temps de les atteindre, ces objectifs ?

Le voyage dans le temps sera très rapide, vous verrez. Cela prendra un temps, mais d'autant plus court que nous serons organisés. A chaque fois que nous serons en train de perdre du temps, nous aurons une alarme qui sonnera dans notre tête. Mais mieux encore, un bon emploi du temps va cadrer nos "dérives".

Pas de repos ?

Si, bien sûr! Et même au contraire: du repos, du très bon repos. Avec silence et éloignement du domicile, comme nous l'avons déjà dit. Maintenant, le plaisir de franchir des étapes durant ce voyage dans le temps va augmenter la sensation de bien-être et la capacité à se reposer, se régénérer. Tout se tient. On est épuisé quand on n'est pas heureux.

Vous ne ferez rien tant que ne sera pas posée cette équation mystérieuse:

Ins + V + PP > R

Insatisfaction + Vision + Premiers Pas > Résistance

Nous devons faire en sorte que votre insatisfaction + votre vision + vos premiers pas soient supérieurs à votre résistance.

Vous pourrez supprimer pas mal de résistance si vous prenez le réflexe de mettre en face de chaque question: puis-je optimiser ? Y a-t-il un truc ? Un chewing-gum dans les cheveux du petit, et une perte de temps. Sauf que... il y a peut-être des trucs sur le net ? Jetez-vous sur le net à chaque fois que vous avez une tâche ennuyeuse, un souci ponctuel.

1001 trucs pour s'organiser voyage dans le temps http://l-ecole-a-la-maison.com

Maintenant, attaquons le troisième chapitre. (...) la suite est à découvrir (abonné, connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).

Cliquez like ci-dessous

Bien s’organiser, chapitre 2: objectif SMART

Vous avez établi dans le dernier article les obstacles qui font barrage aux journées idéales, selon vous.

Première étape: qu'allez-vous faire pour réduire le nombre de ces obstacles ? Que faites-vous en ce moment ?

L'objectif SMART avant votre organisation

Nous allons voir qu'avant de se fixer des règles, nous avons à discerner. C'est ce qu'on fait grâce au sigle SMART. Mais avant cela, faisons une mise à plat.

Mettez à plat quelles décisions vous pouvez prendre.

Parlez-en: à votre conjoint, des amis qui sont bons dans ce domaine de l'organisation.

Cherchez des renseignements sur le net. Ce n'est pas difficile de réunir quelques trucs pertinents.

2/ S'organiser, c'est se choisir des objectifs

objectif SMART Tabarly sextan http://l-ecole-a-la-maison.com
Tabarly: un objectif maritime = un cap

Il n'est pas concevable que vous preniez à bras-le-corps la réorganisation de votre vie alors que vous ne savez pas ce que vous voulez en faire.

Que voulez-vous faire ce votre vie, désormais ?

Quand nous disons cela nous pensons à la question ultime, sur votre lit de mort: "Qu'est-ce que tu as fait dans ta vie ?"

Certains nous dirons que nous ne serons pas jugés à nos œuvres mais au cœur que nous y aurons mis. C'est une erreur, car notre cœur dépend de ce que nous en aurons fait.

Mettez en gros, sur une page, les 3 principaux buts de votre vie. Regardez-les demain. Etes-vous sûr ? C'est bien ça ? Si ça vous était donné, pourriez-vous dire "j'ai été comblé" ?

N'ayez pas honte de vos désirs. Si c'est d'argent que vous avez besoin, mieux vaut le savoir et ne pas se le cacher, car nier ses sentiments est la source des pires maux. Vous avez besoin d'argent, très bien, pourquoi pas, c'est en effet  en amont de bien des solutions et même des besoins. C'est peut-être avec ça que vous allez pouvoir vous consacrer à l'enfant, lui payer de bonnes études supérieures...

Besoin de célébrité ? Pourquoi pas. De réussite ? Laquelle ?

(...) la suite est à découvrir (abonné, connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).  

Bien s’organiser, chapitre 1

A la fin de cette série de trois articles, nous vous proposerons un livre idéal pour la question de l'organisation. Il sera un bon complément. Mais ne négligez pas ces articles qui vont vous emmener loin !

Il semble difficile de bien s'organiser; ça semble un monde.

A terme, on va se concentrer sur ce que vous voulez faire, et moins sur ce que vous devez faire. Pour cela, on va procéder par étapes :

1/ S'organiser, c'est nettoyer l'emploi du temps actuel

2/ S'organiser, c'est se choisir des objectifs

3/ S'organiser, c'est organiser notre emploi du temps autour de nos objectifs.

1/ S'organiser, c'est nettoyer l'emploi du temps actuel

Contrairement à ce que vous pensez, vous avez du temps. Le manque de temps est une certitude, une croyance extrêmement forte. Tout le monde est débordé, surbooké, plein de trucs à faire.

Bonne nouvelle ! Plus vous avez des choses à faire, plus vous avez du temps devant vous. Car les probabilités sont plus élevées pour que ces choses ne soient pas les choses les plus urgentes et utiles à faire pour vous. Il y a deux sortes de gens débordés: ceux qui savent exactement où ils vont et ce qu'ils font, et ceux qui sont submergés par les obligations et la dispersion. Si vous avez du mal à vous trouver 1 heure par jour de tranquillité, vous faites partie de la dernière catégorie.

Au dernier moment de la vie, on se dit invariablement: "J'ai perdu du temps". Même les gens qui ont ciblé leurs objectifs. Où est le bug ? Le bug, il est dans les obligations qu'on se donne et la perte de temps.

Vous avez tout autant de temps que les autres. Tout autant que les autres qui y arrivent avec 21 enfants ou trois activités professionnelles en même temps, ou une santé déficiente. A une époque, nous avions 3 activités pro + les enfants. On en a retiré un sens plus aigu des priorités, une organisation automatique.

Quand nous raccompagnons des enfants chez eux, nous sommes frappés par le fait qu'ils prennent un temps infini pour descendre ou monter de voiture: leurs familles ne les ont pas habitués à l'efficacité. C'est un petit signe mais significatif. Perte de temps dans les magasins, au téléphone, dans les services publics, dans les transports en commun, chez le médecin...

Vous allez bâtir votre propre méthode d'organisation. Vous avez du temps, mais actuellement, presque tout est consacré aux obligations et nécessités, et peu ou rien à ce que vous voudriez faire.

s'organiser Organiseur web l-ecole-a-la-maison.com

Premier principe: vous ne ferez jamais (...) la suite est à découvrir (abonné, connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).  

Cliquez like ci-dessous

Quiz de connaissances n°5

Quiz de connaissances n°5

Nous voilà arrivés à la cinquième étape. Allons-y tranquillement, et voyons quels points sont un peu délicats en allant voir l'article concerné.
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°5.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Cliquez like ci-dessous

Distinguer pour mieux donner (vidéo)

On ne se rend pas suffisamment compte que l’adolescent, l’enfant, le bébé, accomplissent parfois de véritables exploits.

Même si vous n'avez que de grands enfants, ceci les concerne.

Mieux donner, c'est mieux comprendre

Lorsque bébé réussit à rapprocher une chaise d’une porte, à y monter, à atteindre la poignée de la porte, à la tourner et pousser la porte, tout cela lui demandant des semaines ou des mois d’un patient effort et d’une impatience frustrante, c’est pour lui un instant exceptionnel, éblouissant. Bien souvent, le parent, au lieu de saluer comme il conviendrait cet exploit, s’écrie alors : « Ah non ! ferme la porte... » révélant ainsi d’abord qu’il n’a pas compris que l’enfant a accompli quelque chose, ensuite qu’il pense naïvement — lui l’adulte —, qu’un bébé peut comprendre dans un ordre aussi bref qu’il lui est commandé de fermer une porte. Qu’est-ce que « la porte ! », cela veut-il dire quelque chose, que faire d’un tel ordre, et d’ailleurs est-ce un ordre ?

Il n’est pas anormal que le petit enfant soit sans réaction quand il entend de telles injonctions. Et naturellement, cela irrite l’adulte qui le rabroue : « Écoute ! C’est pas possible ! » et il ferme lui-même cette porte qui bouche un horizon que l’enfant avait découvert fièrement. Sa victoire lui est reprochée. Peut-on imaginer quelles conséquences ces incidents peuvent avoir dans un petit être en construction ? L’incompréhension se lira bientôt sur son visage et dans son corps, une suite d’incidents de ce genre l’enfermeront en lui-même.
L’adulte est souvent inadapté. Il ne réalise pas. Mieux donner à l'enfant, c'est être moins enfermé dans ses préoccupations et mois tendu, moins en "réflexe".

L'agitation ou les colères de l'enfant viennent d'abord d'une incompréhension.

Mais il réussit parfois à contrebalancer ces mauvaises réactions. Par exemple, lorsque dans une course, le papa ou la maman se laisse rattraper par le bambin qui trottine, et le félicitent, l’enfant vit réellement une grande joie intérieure qui lui donne goût à la vie.

Vous avez peut-être remarqué que, parfois, c’est l’enfant qui court devant et tente de vous échapper. Vous lui demandez de revenir, mais il refuse et poursuit sa route. C’est en fait qu’il a besoin de sentir qu’il est capable de vous distancer, et qu’il goûte à l’enivrante liberté. Souvent, il est rattrapé à ce moment-là et il se met en colère, ce que les parents ne comprennent pas. C’est tout à fait naturel : le nouveau bonheur auquel il a goûté, il ne veut pas le perdre, et il ressent comme un manque.

mieux donner Marc-Eloi 0373 2001 sur http://l-ecole-a-la-maison.comIl en va de même pour bon nombre de choses qui lui donnent de l'indépendance. Lorsqu’un petit enfant réussit à faire des choses tout seul, il en est extrêmement fier. Pourquoi vous imite-t-il, quand il prend le téléphone ou reprend certaines de vos expressions ? Parce qu'il veut grandir, ou plutôt croître. Ce sont des petites choses à vos yeux mais pour lui, ce sont des exploits. Ayons l’humilité de reconnaître que pour l’enfant tout cela est immense.

Il en va de même pour les grands enfants et les adolescents. C’est à un degré divers qu’ils vous montrent leurs réussites, parfois même pour vous défier ou vous provoquer, mais ce qu’ils montrent avant tout, c’est leur faculté de faire des choses. C’est pour cela qu’il faut discerner le fond et la forme.

Vous pouvez très bien avoir avec votre jeune des conversations qui distinguent, et lui dire :
— Je n’apprécie pas que tu aies réussi à changer tes notes sur le serveur de l’école car c’est une violation et une faute très répréhensible. Mais en même temps, je dois reconnaître que tu t’es montré habile. De quelle manière allons-nous te sanctionner ?

Ou :
— Il n’est pas acceptable de gifler ta sœur, même si je sais qu’elle avait commis une faute grave.

Il y a un équilibre qui parvient aux oreilles de l’enfant.

Bref, essayons :
— de ne pas réagir sur le champ.
— de distinguer le bien dans ce que fait l’enfant.

Cliquez like ci-dessous

Quiz de connaissances n°4

Quiz de connaissances n°4

Nous en sommes à la quatrième étape. Vous progressez. Certes, il reste un ou deux points noirs, mais c'est normal, dites-vous que les choses les plus difficiles entrent avec le temps, alors que déjà vous avez réalisé des choses immenses ! Vous n'avez peut-être pas l'habitude qu'on vous dise ça, mais vous avez effectué un magnifique parcours. Nous vous suivons pas à pas et les résultats que vous atteignez ont de quoi vous rendre fiers tous les deux. Alors, maintenant, allons-y, faisons le quiz d'étape n°4 !
Départ
Félicitation - vous avez complété le Quiz de connaissances n°4.
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Accueillir les sentiments de l’enfant

Poursuivons avec

l’accueil des sentiments de l’enfant

Au moins une fois par semaine, essayez d’avoir une conversation en essayant d’accueillir le sentiment de l’enfant et écoutez bien tout ce qui est dit : ses mots et les vôtres.

Puis, écrivez-les ici (vous verrez que c'est très difficile au début de se rappeler les mots exacts).

L’enfant a dit que :

_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
_________________________________________________

Vous avez répondu d’abord :

____________________________

Il a dit :

_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
_________________________________________________

Vous :

____________________________________________

Lui :

_______________________________________________________________
________________

Vous :

_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
______________________________

Lui :

_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
_______________________________________________________________
_________________________________________________

(vous n'êtes pas obligé d'imprimer ce document, vous pouvez le recopier à la main)

Faisons donc un rappel. Voici les étapes:

1. Vous écoutez en silence, tourné vers l’enfant.

2. Vous accueillez ce que l’enfant vient de vous dire d’un mot :
— Oh ! / Hum, je vois / Ah bon ?

3. Nommez le sentiment :
— Tu as faim, je n’aime pas quand j’ai faim / Ça a l’air frustrant / Quand ça m’arrive, ça me met tellement en colère.

4. Utilisez votre imagination :
— Tu sais quoi ? J’aimerais avoir un camion de bonbons, je lèverais la benne et je renverserais tout dans la jardin, ce serait bien, non ? / Si j’avais le temps, ce n’est pas une crêpe que je te ferais, c’est 100 crêpes, et j’en mangerais aussi, j'en mangerais plein, au chocolat, au sucre, à la glace, je m’en mettrais partout, sur la tête, sur ta tête, je mettrais plein de beurre et je te la collerais sur la figure, et je te ferais un chapeau avec (séquence qui donne le temps à l’enfant d’oublier ou relativiser son désir premier).

5. Si les choses ont dépassé la normale, mettez des limites faciles à comprendre :
— Si tu as des choses à dire à ton frère, dis-lui avec des mots, pas avec tes poings. / Écrire sur le mur n’est pas vraiment ce que j’aime que tu fasses car cela oblige papa et moi à repeindre et c’est très ennuyeux pour nous. / Comment est-ce que tu aurais pu faire autrement avec Maxime, pour que ça se passe bien ? / Comment tu vas obtenir ça, si c’est si difficile, si tu le désires tellement ?

6. Parfois, l’enfant veut quelque chose qui est apparemment impossible. Les questions les plus efficaces :
— Pourquoi est-ce important pour toi ? Qu’est-ce qui est le plus important pour toi ?

Faut-il être toujours dans l’empathie avec l’enfant ?

Passons sur le mot d'empathie dont nous avons dit ce que nous pensions dans cet article. Faber et Mazlich écrivent fort justement :
— Non. Si un enfant vous dit "Maman, j’ai décidé d’aller chez David après l’école", il n’est pas nécessaire de répondre "Ainsi tu as pris la décision d’aller chez ton ami."

Ce serait ridicule, n'est-ce pas ?

Nous ajoutons que dire : « Tu dois être bien content car l’amitié est très importante pour toi », ce serait franchement bizarre. Imaginez la tête de l’enfant, il se dirait que vous êtes dingo. Dites simplement : « Merci de m’avoir prévenue. »

Ce sont surtout les émotions négatives qui sont délicates à « gérer ». Nous devons éviter de les nier, d’en tenir compte, de les disséquer, de vouloir les expliquer (psychanalytiquement par exemple, à éviter), de les moraliser, de les culpabiliser. Voyons ça car c’est une gageure !

Faut-il essayer de comprendre ?

Accueillir les sentiments de l'enfant, une tâche délicate
Victoire en larmes. Accueillir les sentiments de l'enfant, une tâche délicate

Accueillir le sentiment de l'enfant n'est pas forcément le comprendre ! Demander à un enfant « pourquoi tu es en colère ? / pourquoi tu l’as fait alors ? / Pourquoi tu pleures ? » l’oblige à analyser des sentiments qui déjà ne lui font pas plaisir.

Si l’enfant a le sentiment qu’il pleure pour quelque chose qui n’est pas grave pour le parent, il en aura honte et refusera de parler. Le « pourquoi ? » n’est pas adroit. Il va penser que vous pensez : « Tu pleures pour ça ? »

Mieux vaut faire un constat : « Je vois que tu es triste. Je le vois. » C’est plus facile pour l’enfant que d’entendre « que s’est-il passé ? Pourquoi te sens-tu comme ça ? » Un enfant a moins de facilité à répondre à un adulte qui le presse de questions. Il cherche l’adulte qui l’accueille.

Et puis, vous n'allez pas en rester sur le passé, vous allez rebondir.

Accueillir les sentiments de l'enfant, c'est aussi rebondir

C'est-à-dire recréer une situation plus heureuse. Métamorphoser les choses plutôt que d'en rester là. Et cela, si l'enfant ne réagit pas de lui-même.

Car bien souvent, l'enfant ne vas PAS vous dire les mots magiques. Ce sera à vous de prendre la main, après un silence qui montre qu'il est à court.

Vous pouvez par exemple dire que vous aussi un jour vous avez vécu ça et vous racontez une histoire qui vous permet de livrer une conclusion plus heureuse. Ou proposer de faire quelque chose qui permettra d’oublier l’incident.

Mieux encore, vous pouvez l’inviter à proposer un rebondissement plaisant.

Accueillir à faux

Votre enfant vous annonce « la prof nous a mis un DS alors qu’elle savait très bien qu’on n’avait pas eu le temps de réviser, quelle peste ! ». Si vous dites « tu as raison, ça n’a pas dû te faire plaisir, elle a eu tort », la conversation s’achève certes sur une concordance de sentiments, mais vous n’avez rien résolu et en plus, vous avez créé un problème contre cette enseignante.

Dans ce genre de cas, vous accueillez le sentiment mais vous ne l’adoptez pas. Exemple :
— Tu n’avais pas eu le temps de réviser ; ce n’est pas commode…
— Elle nous dit ça la veille !
— (écoute)
— Thomas, il le savait, il nous a rien dit. Elle nous a dit que le but, c’était pas de nous faire sortir ce qu’on a appris mais juste de savoir ce qu’on avait retenu depuis le début de l’année sans apprendre par cœur.
— Ah ! je vois.
— C’était pour voir si on est attentif. Je pense que personne n’est attentif. Enfin bon, moi, j’écoute la plupart du temps. Mais Alice arrête pas de me raconter sa vie. Tu crois que je peux changer de place ? Et puis, ça t’embêterait de me faire réviser ce soir, au cas où ?

Conclusion : un enfant n’a pas besoin qu’on aille forcément dans le même sens que lui, il a surtout essentiellement besoin qu’on reconnaisse son sentiment, qu’on l’accueille. Une personne qui est en souffrance n’a pas besoin de questions, d’analyse, de suppositions, d’hypothèses, elle veut juste qu’on reconnaisse ce qu’elle est en train de vivre.

Essayez dès maintenant de mettre en pratique ce que nous avons vu là et notez juste après la conversation telle qu'elle s'est déroulée. Au début, ce ne sera pas simple. Mais peu à peu, vous allez trouver d'excellentes répliques et une attitude plus agréable pour tous les deux.

http://intrinsek.over-blog.com/article-communication-non-violente-vue-par-faber-et-mazlich-66410619.html

Cliquez like ci-dessous

La pratique, secret ultime

Secret de la maîtrise: la pratique

Pratiquez, pratiquez, pratiquez. En enseignement mais aussi en parlant mieux à l'enfant. En éduquant jour après jour, en perfectionnant vos techniques. En vous évaluant vous-même. Sur quoi progressez-vous ? Sur quoi régressez-vous ? Sur quoi calez-vous ? Reprenez le fil, la réponse est sous votre nez, 9 fois sur 10.

Bref, pratiquez.

"L’élève, l’homme ou la femme en pratique, seront toujours les plus éloignés de l’idéologie et de la vanité, son corollaire", dis-je dans l'un de mes romans.

Les sociétés les plus pacifiques et les plus fortes sont des sociétés de gens en pratique. Les peuplades qui font encore notre admiration par leurs capacité à vivre au sein du monde réel sont dans cette pratique de la vie au quotidien. Les gens de maîtrise, les gens qui ont une autorité, sont des gens qui pratiquent.

Pratiquons, sans cesse confrontons-nous à l’épreuve, cela renforce, cela rend humble et construit ; car cela enseigne aussi la logique secrète contenu en chaque matière. Seule la pratique permet de trouver le chemin juste dans la spéculation intellectuelle. Le langage en paraboles du Christ, ou même celui des taoïstes, ou des contes et légendes ancestraux, révèle des vérités profondes : tous les mystères se trouvent tapis autour de nous, dans le réel. Les secrets de l’invisible que poursuivent les scientifiques sont autour de nous.

J’ai appris le japonais au Japon et en France. J’ai retenu 90 % de ce que j’ai appris au Japon et 10 % de ce que j’ai appris en France. Au Japon, on pratiquait : oral, écrit, oral, écrit. Une fois que c’était assimilé, on recommençait la leçon. Oral, écrit. Des dizaines de fois.

la théorie et la pratique sur http://l-ecole-a-la-maison.comEn France, de la théorie, beaucoup d’heures de théorie, des semaines très chargées. Avec des tas de choses qu’on trouve en 5 minutes dans un livre ou sur Internet. La structure de ceci ou la grammaire de cela. En deux ans de toute cette théorie, pas un seul étudiant n’est capable de parler le japonais. (...) la suite est à découvrir (abonné, connectez-vous. En cas de souci, voir la FAQ).