10 raisons pour lesquelles votre enfant ne peut pas réussir à l’école et 3 parades à votre disposition

10 raisons échec scolaire pour lesquelles votre enfant ne peut pas réussir à l'école

Découvrez les

10 raisons objectives pour lesquelles votre enfant ne peut pas réussir à l'école

malgré toute votre bonne volonté et votre confiance en l'école, et

les 3 parades à votre disposition

qui vous permettent d'obtenir sa réussite.

C'est un pari que nous aimerions perdre. Mais si vous ne faites rien, nous le gagnerons à coup sûr. Votre enfant ne peut pas réussir; du moins, c'est très probable, même s'il en a les moyens intellectuels. D'ailleurs, les informations que vous donne l'école sont inexactes.

Votre enfant ne peut pas réussir à l’école pour un certain nombre de raisons. Surtout s'il est doué, sensible, intelligent, doux.

La plupart des gens ne se posent pas de question : "le bambin va suivre son chemin et tout ira pour le mieux, tout le monde fait comme ça, il n'y a pas de raison..." Et puis un jour, en plus des soucis et du travail que vous avez déjà, vous en avez un autre: votre enfant a de sérieux problèmes scolaires.

Vous pensiez que l'école était faite pour l'aider

Comme nous, vous pensiez que l'école était faite pour l'aider. Franchement, vous n'imaginiez pas que l'école, c'était ça. Car il reçoit un enseignement très éloigné de ce que vous pensiez. Dans la quasi-totalité des cas que nous observons, les problèmes sont nés à l'école. La "désocialisation" par exemple. Elle commence à l'école, hélas, dans certains cas.

La concurrence entre jeunes est rude, le marché du travail et l'avenir vont demander d'autres qualités, de nouvelles dispositions et en fait, l'école ne l'a pas du tout préparé à ça. Parce que les postulats de départ sont discutables. Et c'est trop tard, il ne va pas refaire sa scolarité. Ce n'est pas grave, vous dites-vous; vous l'aimez quand même et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais si ça avait pu être autrement ? Est-il trop tard ? Pouvez-vous y faire quelque chose ? Qu'est-ce qu'il faut faire ? Voici trois parades que nous vous offrons.

Evitez de vous retrouver dans la situation où vous réalisez à haute voix : "Je ne savais pas que l'école c'était ça. Quelqu’un aurait pu nous dire !"

Avec le document, vous aurez 10 raisons de savoir et 3 solutions.

"Ce document gratuit m'intéresse, mais comment le recevoir ?"

Remplissez le formulaire ci-dessous et vous l'obtiendrez en lien direct.

 
Prénom * :
Email * :
* champ obligatoire.

 

Mots entrants: l échec scolaire, difficulté scolaire, difficultés scolaires, enfant en echec scolaire, echec scolaire que faire, cours particuliers, echec scolaire solutions, coaching scolaire, enfant en difficulté scolaire, echec scolaire cause, soutien scolaire, cours anglais, aide scolaire, echec scolaire primaire

Mots rentrants:

58 Responses to 10 raisons pour lesquelles votre enfant ne peut pas réussir à l’école et 3 parades à votre disposition

  1. Baptiste says:

    Bonsoir ,

    Je suis très intéressé par votre démarche . Cela fait deux ans que j’ai décidé avec ma fille (qui va bientôt en avoir 16 ) de faire l’école à la maison mais sans savoir comment obtenir des cours fondamentaux et de qualité . Tout ce que j’ai pu lire sur votre site est très proche de ce que je pense sur l’école et l’impasse dans laquelle elle mène nos enfants . Merci pour ses témoignages qui renforcent mes convictions et pour votre initiative de partager votre expérience et celle de chacun . j’aimerai beaucoup m’inscrire mais je ne trouve pas le chemin ou bien suffit -il d’écrire ce message ? Merci d’avance pour votre réponse .

    • Rémy et Cécile says:

      Bonjour Baptiste, il y a différentes choses possibles. Pour vous inscrire, remplissez juste un formulaire. A bientôt.

  2. dorothee L says:

    Bonjour,

    Intéressée par l’école à la maison pour mon fils de 9 ans, je souhaiterai le déscolariser rapidement car le système traditionnel ne nous convient pas depuis des années, avez-vous des noms d’école à distance de qualité pour le primaire car j’ai appelé le Cned hier et je ne suis pas convaincue par les arguments de vente !

    Je vous remercie.

    • Rémy et Cécile says:

      Tant mieux Dorothée ! sans quoi vous auriez peut-être pris ce cours qui est l’un des moins bons.

  3. Albane PROY says:

    Chaque fois que je relis cette page, je me félicite d’avoir fait le choix d’intruire ma fille « dans la famille » Je tiens à souligner un point qui est très souvent évoqué par les personnes extérieures à cette entreprises. NOUS ne sommes pas des rêveurs attardés, des marginaux, des aprentis sorciers. Simplement NOUS SAVONS par la comparaison avec le niveau des enfants du MEME AGE et même beaucoup plus grand que la scolarisation ACTUELLEMENT ne forme pas de têtes qui pensent. Oui, si vous avez (beaucoup) de chance, l’école fera sa part, de transmetttre le savoir (c’est tout ce qu’on lui demande) et si votre enfant a le « bon » profil, vous serez des parents comblés d’enfants scolarisés. Simplement l’école a maintenant la prétention « d’éduquer » mon enfant, alors que ce travail c’est le MIEN absoluement.

    Oui les enfants scolarisés lisent peu, ils font presque tous des fautes (moi aussi grand merci à la méthode globale) et SURTOUT ils n’ont aucune notion de l’esprit d’effort, n’ont pas La conscience de ce qu’ils sont, de la nécessité, plus tard de trouveer UNE place sans le monde.

    Nos jeunes, même hautement diplomés s’exportent de moins en moins bien, non pas qu’ils aient perdu l’ingénuosité, la finesse d’esprit er l’astuce que (je parle de ce que je connais)l’on prêtait aux francais et qui en faisait des chercheurs et des créateurs de première force, SIMPLEMENT ils ne sont pas du tout prêts à entrer dans le monde de l’entreprise,? ils ne savent pas collaborer, la notion de rendement esr un mot qui fâche et prire que tout ils n’ont pas le désir si naturel à la jeunesse de s’adapter. Là, je parle tout de même de bac +7 au minimum…. La théorie, (nécessire bien sûr) n’est plus le support de l’oeuvre, elle en est la conclusion. A ce niveau là, je n’ai pas besoin de gens qui calculent comme un computer, j’ai besoin de gens qui pensent comme un être humain. Les méthodes actuelles étouffent les talents au lieu de les aider à éclore. La « norme » impossible à atteindre d’ailleurs (franchement TOUS les enfants en disons 5ème qui reste une classe de collège ne sont pas capables pour de vrai d’accomplir tout ce que le programme « officiel » exige. Donc, on se contente de performances médiocres et techniques alors que la langue, le calcul, la mémoire, la science sont seulement DES MOYENS pour s’élever.

    Par exemple ce site fonctionne. Pourquoi ? Il réponds à un besoin des parents qui sont en demande d’être confortés dans un sens et détrompés aussi parfois. Ce site existe parce qu’il est né d’UNE IDEE accompagnée de savoirs divers qui ont permis sa mise en oeuvre technique. C’est là, précisément que se rencontrent le talent, le savoir, la culture et bien sûr la conviction et la fiabilité. Rémy et Cécile nous parlent à tous pareil, mais chacun d’entre nous est touché à son propre niveau. Ca s’appelle l’esprit d’entreprise. Et cela, c’est le plus beau cadeau que nous pouvons faire à nos enfatns.

    Douce soirée à tous

    Albane

  4. Albane PROY says:

    En venant ici vous prouvez déjà une chose. Vous êtes capable de vous interroger. C’est une attitude rare qui souvent ne trouve pas de réponse.

    Aujourd’hui le niveau de l’école (sans évoquer le collège ou le lycée c’est un peu un autre monde) est catastrophique. Aucune personne douée de raison ne peut le nier. Certes il doit exister encore des maîtres compétents et des méthodes efficaces. Simplement c’est devenu exceptionnel.

    Je n’étais pas une grande « fan » de l’école à la maison. Pourquoi ? Je suis une femme qui travaille beaucoup, je me suis battue c’est le mot pour arriver à un niveau de reconnaissance élevé. Donc, à mes yeux, faire l’école à ma fille ne faisait pas partie des priorités. De plus, j’ai vécu une scolarité (année 70) bien peu structurante au plan « des bases » et je ne suis pas attirée par la pédagogie. C’est ainsi, je ne vois pas de raison de m’en cacher.

    J’ai donné la vie tard, (36 ans) avec beaucoup de difficultés pour être enceinte. Ma fille est le résultat d’une quête longue et de sacrifices -les traitements sont parfois pénibles- importants parce que répétés.

    Alors, bien entendu, j’étais très attachée à donner à ma fille ce qui se « fait de mieux ». Le choix de la marque de couche, du sein plutôt que de lait artificiel, le recours à un couffin berceur, tout cela s’imposait. Je ne suis pas devenue maman le jour de l’accouchement, il s’en faut. J’avais les gestes maternels requis et la bonne volonté d’une étudiante. J’ai délégué absolument tout ce qui était possible (à ma maman notamment qui, elle, « savait » aimer). Après quelques mois, j’ai commencé à m’inquiéter peu à peu, d’une façon immatérielle des « retards » de ma fille. Tout est « normal » me disait-on , strictement, totalement, indiscutablement normal… Je me suis inclinée. Mais peu à peu je ne savais plus ignorer que bien qu’en « belle santé », magnifique et conformée à merveille, ma fille n’évoluait pas, pas du tout. Elle ne tendait pas la main comme les autres bambins, ne tentait pas de marcher, ne « bricolait » pas dans son parc. Par contre elle pleurait énormément ne s’apaisant que dans les bras de sa mamie. Mon incompétence ne me gênait pas particulièrement – la petite enfance- était l’affaire de spécialistes et de séniors passionnés par les mimiques ravissantes d’un bouille adorable.

    Lorsque je me suis « réveillée », ma fille avait deux ans révolus, ne parlait pas, ne marchait pas et semblait ne pas souhaiter le faire du tout. Alors à NY, j’ai appris que l’école française acceptait les enfants de deux ans sachant l’alphabet et propres bien entendu.

    Ma réaction ? voir un médecin. Pour un prix ma foi fort élevé, j’ai appris que mon enfant présentait au scanner une carte cérébrale différente de la conformation normale. Troubles du développement à caractère autistique. Après une course d’obstacle effrayante aux USA, au Canada en France, tous les pronostics me furent proposés. Pour les Français, il n’était pas d’espoir en dehors des thérapies médicamenteuses neuroleptiques. Pour les américains, un produit de la famille des amphétamines était la solution parfaite. Au canada, on parlait de « remédiation par la rééducation ». J’ai toujours redouté l’effet des produits chimiques, en particulier sur le cerveau. Donc, je me suis tournée vers la « remédiation ». J’ai découvert, eh oui, que TOUT le processus tournait autour des parents DONC de MOI, oui de moi la maman.

    Mon cœur de maman est né, ce jour là. un sentiment terrifiant de « devoir » a poussé en moi en même temps. Je « dois » aider mon enfant, « guider » mon enfant, « inspirer » mon enfant. Oui, mais comment !

    J’ai appris, car ma fille présentait une pathologie réelle à me mettre à son niveau, à l’entendre, à la guider et à être heureuse de la voir s’ouvrir au monde. Pëtit à petit, elle a montré des forces étonnantes et des faiblesse parfois décourageantes. Elle est devenue « mon » enfant.

    A trois ans, elle savait déchiffrer non pas grâce à moi mais au travers d’une émission télévisée. J’ai alors compris que, dans mon cas, il n’était aucune issue sans mon amour et mon implication absolue.

    Une fois compris cette évidence, lorsque vous cherchez une maternelle pour votre enfant (qui peine à marcher mais lit aisément tout ce qu’elle voit, par exemple au supermarché) vous ne vous expliquez pas le refus que l’on vous oppose. Certes c’est un volcan féroce, oui elle est coléreuse et hurle devant toute forme de frustration MAIS elle est intelligente ! Peu importe il faut « médicaliser » assure le médecin Français. Devant les résultats sur les enfants soumis au traitement, la colère et la peur m’ont envahies.

    C’est ainsi que je suis devenue une maman qui apprend. Quelque soit votre souci, entourez vous ! Accumulez les avis, les témoignages, essayez de dominer votre sujet en vous aidant des conseils de personnes qui pratiquent. Vous êtes papas, mamans, le dernier rempart pour votre enfant. Ici, en France il n’existe pas partout loin s’en faut d’écoles dont le niveau d’exigence prépare votre enfant à la réussite dans le monde adulte. Si, en plus de cela votre enfant est en quoi que ce soit « spécial » vous ne trouverez aucune structure pour vous venir en aide.

    En premier lieu, passez en revue ce qui est important à vos yeux. La qualité de l’apprentissage, le sérieux de la pédagogie, l’expérience de celles et de ceux qui vous accompagnent. C’était mes priorités. Dans cette recherche deux personnes se sont distinguées. Les Directrices des cours Sainte Anne et Hattemener. Toutes deux ont insisté sur la nécessité d’apprendre en même temps selon une méthode syllabique à lire et à écrire. Madame Jousse, Directrice des cours Hattemenr a accepté Gaëtane, à condition qu’il ne soit jamais tenu compte de son âge dans le domaine de la formation des lettres. Cela a produit un effet remarquable. Malgré une difficulté importante, ma fille a effectué son CP en ayant conquis une écriture nette et soignée, das contours sûrs malgré une lenteur certaine.

    Grâce aux conseils de cette dame, Gaëtane est devenue une élève capable de satisfaire les attentes de maîtresses aux méthodes certes démodées, mais remarquablement efficaces. Le choc n’en a été que plus grand quand la directrice de l’école catholique locale m’a assuré que ma fille ne « pouvait pas entrer dans son établissement » car elle était trop douce de caractère et s’exprimait TROP bien ce qui serait la source de railleries voire de violences. Même écho à l’école du quartier. Avais-je une enfant inadaptée ? D’évidence non, elle jouait avec ses petites voisines, montait à cheval, parlait avec délice aux autres adultes n’était ni repliée sur elle-même ni hostile envers les autres enfants.

    L’idée m’est venue de « sonder » les connaissances des enfants de CE1 qui m’entouraient. Là, douche froide, tous étaient très en dessous de son niveau malgré le fait qu’elle soir plus jeune et que certains des enfants soient à l’évidence intelligents.

    Voilà comment je suis « tombée » dans la marmite de l’école à la maison. Vous êtes peut-être confronté à d’autres soucis (enfants malheureux en classe, en échec scolaire bien qu’ils soient intelligents, refus d’aller à l’école de bon gré). Sachez qu’il existe une possibilité pour que votre enfant retrouve joie de vivre et d’apprendre : l’école à la maison. Cela ne fera pas de vous un original ou un apôtre d’une nouvelle façon de vivre. Vous ne sortirez PAS votre enfant de la société et même vous veillerez à ce qu’il dispose d’activités variées avec des enfants et d’autres adultes. Votre entourage ne vous encouragera pas et votre démarche sera sûrement raillée.

    Sachez toutefois que les enfants élèves de cours par correspondance et guidés par des parents ou grand-parents simplement stricts et bienveillants sont heureux, vont bien et présentent un niveau souvent très supérieur à celui des enfants scolarisés.

    Ce n’est pas toujours facile et cela n’a rien à voir avec les délires de certains sur l’enfant autodidacte et autres méthodes libertaires. Il s’agit bien d’instruire le mieux possible votre petit. Cela suppose que vous vous impliquiez, que vous soyez attentifs à suivre un véritable cursus avec toute l’attention, le soin et le scrupule que cela suppose. Si vous parvenez à vous fixer une ligne cohérente et à vous faire encadrer par des personnes compétentes, vous allez découvrir que votre enfant est plus équilibré, plus heureux, plus cultivé et meilleur élève que la majorité des enfants scolarisés normalement. Bien sûr vous serez dans l’esprit de beaucoup le mouton à cinq pattes, « l’illuminé » de service. Mais avec le temps vous verrez que votre enfant se mélange aux autres avec beaucoup de naturel, que les adultes l’apprécient et que vous n’avez pas besoin de dire à tout le monde qu’il fait « l’école à la maison ». Pour lui c’est un plus certain. ¨Pour vous c’est le « métier qui rentre ». Ne vous laissez pas submerger par les théories fumeuses et les affirmations toutes faites. Oui, l’école à la maison cela fonctionne avec de l’amour, de la rigueur, beaucoup d’application surtout au début et surtout les conseils de personnes rompues à cet exercice.

    Je ne connaissais pas Rémy et Cécile à l’époque où j’ai commencé et je le regrette beaucoup. S’entourer est une des clé du succès.

    Bien amicalement à tous

  5. christina says:

    Bonjour, je ne comprends pas sur quoi il faut cliquer pour télécharger le document…
    je me suis inscrite et quand je clique sur le lien sur le gros rectangle bleu sur ok ça me dit vous êtes déjà inscrite sur nos listes… et à chaque fois je reçois un autre mail avec un nouveau mot de passe mais toujours pas de document… bref je suis désappointée…

  6. Stéphanie says:

    Bonjour,
    J’ai appris depuis seulement deux jours que l’école à la maison était légal. Je regrette infiniment de ne pas avoir gardé mon fils à la maison au lieu de l’envoyer à la maternelle. Je m’identifie à Suzanne plus haut. Moi aussi j’ai un petit garçon de 7 ans qui fréquente une institution privée. À la maternelle, il était au public et ça n’allait pas davantage. On l’envoyait toujours au bureau de l’éducateur spécialisé et ça se poursuit. Maintenant, il résiste, donne des coups de pieds et réagit fortement lorsqu’il y a une intervention pour le sortir de la classe pcq’il « dérange ». On me demande de le faire évaluer pour trouble de la concentration avec hyperactivité ou non. On me parle de syndrôme de l’opposition et voilà que son école m’apprends que mon fils ne sera pas réintégré l’an prochain. On me réfère à une école pour enfant avec trouble de comportement sans aucun diagnostic ni évaluation, imaginez! Ils ne sont pas prêts à remettre leurs méthodes et approches en question. On me propose aussi l’école de quartier ou ça n’allait guère mieux. Il n’est donc pas question qu’il y retourne. Malheureusement, les inscriptions sont déjà faites partout. Il est donc trop tard pour une école alternative, option fortement recommandée par une ancienne collègue ortopédagogue de 75 ans, expérimentée qui connaît bien mon fils et l’aime beaucoup. Elle m’avait d’ailleurs prévenue que mon fils était trop brillant pour fonctionner en rang d’oignons. Elle avait raison. Je crois que mon fils est un enfant à haut potentiel d’après les infos trouvées. Ses résultats scolaires sont excellents mais très souvent, il refuse de travailler en classe, parle, veut jouer, dessiner et fait des erreurs d’inattention parce qu’il veut aller vite pour se débarrasser du travail. Il comprend vite, est curieux, veut faire des sciences… C’est un enfant hypersensible et très joyeux. Un vrai petit clown. Je me retrouve au pied du mur. J’envisage l’école à la maison mais je n’ai pas de mari qui puisse m’apporter un support quelconque dans cette démarche (financier, enseignement, accompagnement, etc.). Je suis seule et il faut bien que je travaille. Je ne pourrai pas tout faire. De plus, mon fils m’épuise, il résiste constamment pour tout. Je me mets en colère chaque jour. Et je ne sais pas comment lui annoncer la nouvelle du refus de l’école de le réintégrer. Il aura tellement de peine… Il va perdre ses petits camarades, cet espace auquel il s’est habitué, le personnel auquel il s’est attaché. Je suis inquiète et ne sais pas quoi faire. J’ai rendez-vous demain pour tenter de convaincre la direction de lui laisser une année de plus. Je pourrai entre temps investiguer, l’encadrer et impliquer des professionnels et faire des démarches pour une école alternative, par définition plus ouverte et moins contraignante.
    Désolée de ce long courriel mais tout cela me bouleverse.
    Merci de me répondre.

  7. drouin jb says:

    que pensez vous de l’apprentissage autonome ?

    • Albane PROY says:

      Eh bien après un moment, d’apprentissage guidée, vient le moment de l’appropriation su savoir et dans ce sens l’autonomie. Après un certain temps de pratique tous les élèves peuvent devenir leurs propres maîtres. Pas en tout bien sûr mais pour certaine chose. Les parents aident à apprendre ils ne bornent pas les limites du savoir.

      Bien cordialement

  8. Nadia says:

    Bonjour,
    je découvre avec grand intérêt votre site et vous remercie pour ces informations.
    Je chemine dans l’idée de ne pas scolariser mes enfants. (Maman d’un garçon de 3 ans et d’une fille de 17 mois, j’ai encore un peu de temps puisque mon aîné devrait seulement entrer en première année de maternelle en septembre prochain.)
    Je cherche à accéder au texte « 10 raisons pour lesquelles votre enfant ne peut pas réussir … », mais le lien ne fonctionne pas.
    Bien cordialement

  9. Suzanne says:

    bonjour ,,

    J aimerais vous partagez mes difficultés en ce moment . Mon garçon âgé de 7 ans a des difficultés de concentration , il est lunatique et je dirais avec un côté très enfant joueur , créatif et un vrai Roger BOn Temps . À l école dès le début , il me dise la même chose , il est lent , manque d organisation , faut qu il lui rappel quelques fois les consignes .. Mais losrqu il s est met , qu il travaille bien ..
    Première étape terminé ,, échec en Français , ,, maths 81 % et résolutions de problèmes 46% ,, En Anglais , ça va très bien ..
    Qu il soit TDA ou TDAH .. l école me fait des plans d interventions ,, il est sur un programme Intensif en Français depuis septembre , il y a beaucoup d amélioration en lecture et écriture ,
    Son exposé oral ,, ma pas été une réussite .. il était gêné et même si nous avions pratiqué .. il a bloqué ,, il a une professeur expérimenté mais à mon avis , trop sérieuse .. etc..
    bref ,, je le vois en échec et ça me brise le coeur vue ses capacités incroyables , son intelligente et son beau côté ingénieux qui n est pas mis à l épreuve .. etc .
    l école ou il va , est très exigantes , envers les enfants .. pression social très bien ressenti , vue le cartier $$$ .. Et partout dans l école ,, c est silence .. pour s habiller , à l heure du lunch , dans les passages ,,, c est très ,, trop sévère , il ne laisse pas les enfants échangés entre eux , discutés ., d apprendre entre eux ,, créer des liens ., etc , et on leur demande de faire debout ,, haut et fort un exposé oral sur leur VIe !!!!! ??? Tout ça m apparait incohérent ..

    Je trouve qu ils leurs mettent une pression immence sur les épaules sans compter la compétition et performance qui rentre en jeu ..

    On n oubli qu ils sont encore que des enfants qui ont besoin de développer à leurs propre rythme en conservant leur joie de vivre et de vivre des réussites à leurs vrais niveaux et valeurs ..

    merci de me lire et
    s.v.p dite-moi , ce que vous en penser

    • Albane PROY says:

      Bonjour,

      J’ai un peu de mal à vous suivre. Votre enfant est, d’après ce que je crois comprendre scolarisé aujourd’hui. Ce serait un petit garçon doux et un peu rêveur qui a besoin de se dépenser. L’école où il va le brime trop et exige trop des élèves en raison de la pression sociale. Où donc se trouve cette école ? J’en connais UNE a qui l’on pourrait faire peut-être ce reproche mais elle est privée hors contrat et possédait jusqu’à il y a moins de trois ans des programmes spécifiques.
      Le problème de votre enfant se situe-t-il au niveau d’une grande émotivité par exemple avec des doutes sui lui même et des difficultés à se « fondre dand la masse ? ». Parce que là, une école sévère le protégerait plutôt (tous les parents connaissences les phénomènes pénibles des cours de récrés).
      Vous ne pouvez pas tout faire, si vous devez travailler, envisagez plusieurs choix possibles. L’aider seulement dans la matière où il est géné (certains cours proposent des options pour une seule discipline), tenter de résoudre la question de la « sévérité » comment il perçoit cela, se plaint-il des maitres ou des autres enfants ?

      Bien cordialement Albane

  10. liou says:

    Bonjour, ma fille a bientot 3ans et je me pose des tas de questions sur son avenir, etant enseignante en elementaire je comprend parfaitement toutes vos remarques. Lecole n’exploite pas assez le potentiel de chaque enfant et le temps perdu est considerable. Jaimerai recevoir le document et de ce fait commencer a me former pour lui faire lecole a la maison.cordialement

  11. Rakotobe Laingoniaina Haja says:

    Bonjour,
    J’ai des enfants qui étudient à la maison et je voudrais avoir ce document gratuit.
    Merci beaucoup pour votre aide.

  12. snoudi says:

    Bonjour.je suis frustrée, et déçue, vu que je suis en algerie, et on m inscrivant on.me lance cette fonction n existe pas dans votre pays.je voulais en savoir plus sur le sujet, j ai deux ados qui se présentent a des examens cette année.merci.

  13. Laurina says:

    Cette enseignement est aussi faite pour le collège ?

  14. NINA says:

    bonjour ,
    mon mari , jusque la convaincu de l’Ief a décider d’inscrire notre fils à la maternelle pour cette rentrée (la mairie nous a dit de la contacter fin aout)
    son argument : il faut qu’il ai des copains .
    je le comprends et je suis du même avis ,
    (dans la famille il a un petit frère , mais pas de cousin(e)s dans le coin ) et du coup , il ne voit pas d’enfants de son âge .
    Si vous étiez à ma place que feriez vous ?? des idées ? je souhaiterais faire l’IEF , mais il est vrai que n’ayant pas d’amis avec enfants de son âge , j’ai bien peur de devoir l’inscrire à l’ école

    • Rémy et Cécile says:

      L’idée qu’un enfant doit « avoir des copains » est juste une option et pas une obligation; mieux vaudrait de vrais amis. Une mauvaise amitié d’enfance dénature le sens de la relation. De plus, il aura des camarades plutôt que des amis car l’école ne garantit pas des relations de qualité. Nous préférons que l’enfant fasse des sorties avec des enfants dont les familles partagent a minima certaines de nos valeurs, avec des activités utiles à son développement au lieu de récréations où l’enfant ne fait rien qu’apprendre à ne pas aimer les heures de cours…

      • Albane PROY says:

        Si si, Rémy, d’après les dires d’un jugement que je garde à votre disposition mon enfant de 11 ans qui monte à cheval dans une ferme avec d’autres enfants et va chez des amies de son âges tous les week end vit « en vase clos’ et lit de façon boulimique pour cette raison. Eh oui, les copains ce n’est pas une option, c’est une obligation ET Surtout VOUS ne devez pas les choisir quelle horreur !

        Bien amiclalement

        • Rémy et Cécile says:

          Ah ! c’est sans doute que le cheval va en faire un John Wayne, et un John Wayne, ça fait drôlement peur !

  15. Sâra says:

    Bonjour Rémy et Cécile,

    Merci pour tout ce que vous faites , j’ai appris bcp de choses sur votre site .
    J’ai une question au sujet de la façon dont vous enseigner , Est-ce-que vous avez des supports précis et combien de tps passe vos enfants à étudier par jour ?

    • Rémy et Cécile says:

      Bonjour Sâra, nous avons des supports de toutes sortes mais au début nous recommandons des cours par correspondance. Pour ce qui est du temps et des horaires, nous vous en parlerons car c’est un sujet à part entière.

  16. Julie says:

    Je souhaite recevoir ce document et vous remercie de me le faire parvenir.

    Cordialement,

  17. cottarel says:

    merci par avance pour les infos.
    Cordialement.

  18. hadia says:

    Je souhaiterais recevoir le document. Merci d’avance

  19. fany12 says:

    Merci d’avance pour ce document. je commence à me renseigner sur l’IEF…cordialement. Fany

  20. alexandre says:

    Merci pour ce document et cette réflexion, nous approchons de la période où notre entourage se pose beaucoup de questions sur l’évidente non-scolarité de notre ainée et ces pistes peuvent nous aider à expliquer notre choix…
    Par contre, les liens vers les vidéos ne semblent pas fonctionner sur le document pdf – à moins que l’on puisse lire le document en ligne ?
    merci
    Alexandre

  21. CLARISSE rAHMOUNI says:

    Merci de m’envoyer ce document. Maman d’une petite à haut potentiel intellectuel je me questionne beaucoup sur l’école qui ne répond pas du tout à ses (et à nos) attentes!

    Cordialement,
    Clarisse

  22. marie de nicolo says:

    Oui merci, j\’ai retrouvé le fameux mail avec le lien.

  23. marie de nicolo says:

    Bonjour, je ne comprends pas sur quoi il faut cliquer pour télécharger le document… je me suis inscrite et quand je clique sur le lien sur le gros rectangle bleu sur ok ça me dit bravo vous êtes déjà inscrite sur nos listes… et à chaque fois je reçois un autre mail avec un nouveau mot de passe mais toujours pas de document… bref je suis désappointée…

  24. Methodeargent says:

    Merci beaucoup pour cette mane de donnee.

  25. Guy says:

    Cette lecture m a semble trop courte, cela donne envie de le prolonger sur une réflexion générale sur l’école: finalement, pourrait-on ne pas y aller ?

  26. femmedesannees2010 says:

    Merci de nous permettre d’accéder à ce texte passionnant.

  27. new balance says:

    Le rapport PISA n’est pas encore paru mais merci pour ces 10 raisons. L’enfant ne peut pas réussir à l’école, peut-être que si mais alors il a de la chance ou des parents qui ont su trouver un bon etablissement.

  28. Domi says:

    Un travail d orfevre, vous nous faite reellement plaisir.

  29. Domitienne says:

    Cela fait un bon moment que je n avais pas apprecie un article de cette qualite !!! Fichtre vous leur en mettez dans les dents…

  30. Costagliola says:

    ça commence bien toto

    Le français poubelle de la langue anglaise

    Cordialement
    JC

  31. Hervé Roche says:

    je voudrais bien avoir le document avant de le commenter….

  32. Bonjour. Suivez le lien en cliquant dessus.

  33. Lecygne says:

    Merci mais où peut-on charger le pdf ?

  34. Joëlle says:

    Merci, je remplie le formulaire mais estce que je vais recevoir le cadeau sur ma boite?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *